Navigation – Plan du site
1997
Colloque "les problèmes culturels des grandes villes", 8-11 décembre 1997
67

Brasília et Jérusalem : lieux multiculturels dans un monde global.

Brasilia and Jérusalem: multicultural places in a global world

Marília Steinberger

Résumés

Quels sont les points qui rapprochent Brasilia et Jérusalem, hormis le fait que ce sont toutes les deux des capitales mondiales ? Ce qui les unit est le mélange culturel et l´opposition entre le poids de l´Histoire, antique, forte et présente à Jérusalem et nouvelle, faible et encore "absente" à Brasilia. A partir de ce schéma, la question intéressante est de savoir pourquoi un citoyen qui a le choix, décide de s´installer dans l´une de ces deux villes, alors qu´il y aurait tant d´autres possibilités. En partant du principe que les habitants des deux villes sont " citoyens du monde", nous lançons l´hypothèse que dans cette décision est inclus le désir d´être constructeur de l´histoire culturelle d´un territoire, c´est à dire d´être un acteur responsable du multiculturalisme d´un territoire, en le vivant au quotidien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction :

1Bien qu´elles soient très bien connues à l´échelle mondiale, Brasilia et Jérusalem, comme des capitales qui sont des territoires de référence, d´innovations et de conflits, à première vue il semble étrange, de les regrouper dans une même analyse. Nous nous demandons alors si le multiculturalisme est une caractéristique qui rend les villes spécifiques par rapport aux autres.  Il ne s´agit pas d´une analyse comparative entre deux études, mais de l´identification d´une problématique qui a commencé par une discussion informelle et qui a eu comme résultat, des "idées" et plus tard, une enquête. Ces résultats préliminaires, montrent un recul insuffisant et une liaison personnelle avec le thème, et c´est pour cela que dans le texte suivant nous utiliserons un langage réflexif.

Intérêt du thème.

2Il serait intéressant de commencer ce travail en exposant quelle en a été la motivation. Vers la fin de 1996, j´ai voyagé pour la première fois en Israël. J´ai eu la chance de ne pas suivre le circuit touristique traditionnel, grâce à mes amis qui ont pu m´accompagner et me présenter la ville.

3De cette façon j´ai connu la ville en ayant comme guide un professeur de philosophie. A la fin de notre promenade, nous sommes allés au Mont Scopus, où se trouve l´Université Hébraïque, un des endroits les plus élevés de la ville. A ce moment, j´ai eu une vision entière de la splendeur de Jérusalem, ce qui m´a inspiré vénération et peur. Je me suis demandé si j´aurais le courage d´habiter ici.

4Poser ces questions amène à s´interroger sur les difficultés et les attraits d´un choix comme celui-ci. Sur le poids de l´histoire, la question des conflits politiques, ethniques et religieux, mais principalement sur la nécessité que les juifs ont de rejoindre Israël et, plus précisément, Jérusalem, afin de pouvoir se réunir dans un espace qui porte en soi le commencement de son histoire comme peuple et, de cette façon, construire un territoire.

5Sur ce dernier point, notre conversation a traversé mers et continents, pour finir à Brasilia, où j´habite depuis 18 ans et où mon interlocuteur avait été peu de mois auparavant. Il est apparu alors d´autres recherches : qu´est ce qui conduit quelqu´un à habiter Brasilia ? Ne s´agit-il pas d´une nécessité inconsciente de construire son propre territoire ?

6Quelques jours plus tard je me retrouvai à Brasilia, encore troublée par cette question. J´ai commencé à travailler mentalement et affectueusement l´idée d´habiter un endroit pour construire un territoire, qui m´intéressait chaque fois plus. Finalement je suis moitié juive, moitié brésilienne. Parfois, je me demandais si persister dans cette étude serait intéressant, mais chaque fois que je marche à Brasilia, je regarde le ciel de cette ville, et je me rappelle Jérusalem avec ses déserts et je retrouve la même luminosité dans les deux villes.

7J´avoue que pour la première fois, j´ai commencé à voir Brasilia d´une façon différente : non pas comme quelqu´un qui consomme son espace urbain, mais comme quelqu´un qui participe à la production de cet espace, et partant de la construction de son territoire. En ce moment, je sens que j´habite à Brasilia. Cette perception m´a donné le courage de transformer une idée initiale en un thème de recherche.

8Aussi, j´ai commencé à chercher des points communs entre Brasilia et Jérusalem, non pour comparer les deux villes mais pour montrer des caractéristiques qui les rapprochent et qui puissent alors confirmer la nécessité de construire un territoire, d´un but commun entre les deux, malgré leur trajectoire historique si différente. A partir de ces caractéristiques, nous pourrions souligner que :

  • a) du point de vue politique, les deux villes jouissent d´un prestige dû à leur proximité du pouvoir. Elles se sont transformées en capitale à partir de décisions, où la perspective de construction ou reconstruction contenait l´idée d´un "recommencer". Brasilia date de 1960, neuve. Mais la vieille Jérusalem comme capitale est aussi neuve, puisqu´elle a acquis ce statut en 1967. En plus de cela, tant l´idée de transferts de la capitale, obéissant à des buts d´intériorisation du développement au Brésil comme celle du retour à Jérusalem est ancienne, bien que d´une ancienneté non contemporaine.

  • b) En terme d´expansion du tissu urbain, les deux villes ont grandi en s´étendant aux alentours, ce qui a créé des périphéries qui protègent stratégiquement, dans le sens géopolitique, leur centre, centre de force et de pouvoir. Jérusalem, avec ses "assentamentos" judaïques, utilisés comme barrières et frontières pour empêcher les invasions de groupes terroristes islamiques. Brasilia, avec la définition de grandes surfaces de préservation du milieu ambiant entre son centre et ses villes satellites, pour maintenir à une certaine distance des groupes sociaux plus pauvres "perturbant l´ordre".

  • c) En terme de binômes pérennité – sacralité, Jérusalem a un centre d´un indiscutable poids historique et sacré et Brasilia a un centre (le "plano piloto" ) qui est né sacré par le symbole de la croix et qui a acquis un poids historique pour avoir été consacré comme patrimoine de l´humanité. Ajoutant à cela le fait que les deux villes sont considérées comme "terres promises" d´où viendra le lait et le miel selon les paroles de la Bible et la prophétie de Don Bosco.

  • d) Enfin en termes culturels, les deux villes constituent des exemples riches en diversité et hybridation dans ce qui se réfère à l´origine géographique et au destin religieux de leurs habitants, ce qui permet de parler de multiculturalisme.

9Celui de Brasilia résulte de ce que ses habitants proviennent d´un vaste pays, régionalement très différencié et qu´ici se trouvent diverses sectes religieuses. L´exemple de Jérusalem vient de populations originaires d´un vaste monde où coexistent historiquement des religions différentes.

10Même si ces quatre caractéristiques constituent des points communs effectifs entre Brasilia et Jérusalem, celle du multiculturalisme montre une proximité plus étroite entre les deux villes, en ce qui concerne le but de construction d´un territoire. A Brasilia il provient de la nécessité de créer et de consolider la fonction politique – administrative de capitale du Brésil. A Jérusalem il provient de la nécessité d´une congrégation des juifs dans un même espace. Dans les deux cas, nous avons une population d´origine géographique très diversifiée, et c´est le facteur clé du multiculturalisme.

11Donc, le multiculturalisme est une synthèse des caractéristiques, puisqu´il apparaît comme principal responsable d´une génération qui a son propre territoire, tant dans une ville comme une autre. Nous pouvons même dire, que s´il ne se révélait pas, il n´existerait pas de construction du territoire.

12Cette constatation a permis de délimiter, en étant plus précis, l´objet et l´objectif de la recherche. L´objet est la construction de territoires à partir du multiculturalisme, et l´objectif est d´analyser les occurrences et les manifestations du multiculturalisme, en explorant les différences qui contribuent à le maintenir comme phénomène permanent, au point qu´il se transforme en une culture unique.

13Comme méthodologie de recherche, j´aspire non seulement à utiliser la bibliographie existante sur les deux villes, mais aussi à réaliser une enquête auprès de ses habitants, dont l´intention est de mieux reconnaître le processus de prise de décision individuelle et d´identifier l´occurrence d´un même processus mais de caractère collectif.

14 En ayant cela comme base, il a été possible de rechercher des informations afin de commencer la recherche. Nous avons eu d´agréables surprises. A l´Université de Brasilia, d´autres professeurs de sociologie, d´architecture, de langue et d´anthropologie, avaient déjà travaillé ou travaillent sur la même question. J´ai découvert que quelques chercheurs liés a Jérusalem, " Institute for Israël Research" élaborent des études sur ce sujet.

15Le besoin d´additionner quelques efforts est apparu, et a conduit à créer un projet de recherche interdiciplinaire, fondé sur un Groupe d´Etude Urbain et Régional du Centre d´Etude Avancé Multidiciplinaire de l´UNB (NEUR/CEAM). Notre intention est de travailler en couple avec l´Institut d´Israël, cité ci-dessus.

16 Ensuite j´exposerai les résultats de la recherche en elle-même. Il n´existe pas de conclusion, mais des pistes et des hypothèses qui doivent être étudiées plus profondément, spécialement sur Brasilia, afin d´attendre les résultats sur Jérusalem.

Références théoriques :

17Soutenir la base théorique de ce thème exige d´éclaircir dès maintenant de quel multiculturalisme je voudrais traiter. En effet, le mot "multiculturalisme" est utilisé avec plusieurs sens et pour servir d´appui à des conceptions diverses. Il existe par exemple, ce qu´on nomme multiculturalisme pédagogique ou critique qui traite exclusivement de questions liées à l´éducation et à la race  ; et le multiculturalisme des droits de l´homme qui se situe dans la question de l´universalité ou de la spécificité culturelle et nous propose des discussions comme celle du dilemme entre l´européisation et relativisme culturel.

18Il me semble pourtant que ces approches conduisent à des propositions de mesures concrètes prenant pour acquise l´existence du multiculturalisme. Ma préoccupation est d´analyser les occurrences et les manifestations du multiculturalisme.

19Je définis le multiculturalisme comme la juxtaposition spatiale de personnes qui ont des traits culturels distincts, qui nous conduisent consciemment ou inconsciemment à construire ou reconstruire un territoire commun et produisent un amalgame culturel qui peut créer une "culture unique" ou une " nouvelle identité culturelle multiple".

20Cette définition est le résultat d´observations des deux cas étudiés. A Jérusalem il y a des juifs (séculaires, traditionnels, orthodoxes ou ultra-orthodoxes) et des arabes, dans le sens ethnique-social, qui viennent de plusieurs parties du monde. A Brasilia tous sont brésiliens dans le sens de la nationalité, et ils viennent de plusieurs régions du Brésil.

21Pourtant la base du multiculturalisme est géographique, car l´espace est le point de rencontre de diverses cultures, afin de construire un territoire. L´obstacle suivant, c´est-à-dire la production d´une "culture unique" ou pas, sur cette base, est le résultat d´une équation où se trouve une série de courants * liés à la société, à l´architecture, à l´économie, à la politique, à la langue, à la religion, à la cuisine et à l´art dans ses formes multiples (musique, sculpture et peinture entre autres).

22Mais cette définition sort aussi d´un cadre de référence théorique- conceptuel, qui comporte des notions fondamentales :

  • - la différence entre le concept d´espace et celui de territoire, suivant RAFFESTIN (1993 : 143-5).

  • - le concept de l´espace total de SANTOS englobe la structure, le processus, la fonction, et la forme, comme catégorie concrète et indissociable de la méthode géographique d´un point de vue historique (1985 : 49-60).

  • - le concept de CLAVAL sur la dialectique de l´unification/diversification, appliquée à la culture qui en même temps réunit et sépare les hommes, pour arriver aux résultats de l´analyse géographique de la culture: les sensations et les perceptions : la communication comme une création collective et la construction d´une identité (1997 : 89-117).

  • - les présupposés de la Nouvelle Histoire de LE GOFF (1993 : 26-54) synthétisé par BURKE (1992 : 9-19), comme la dimension du temps, sa non-linéarité, également discutés par LEVINE dans sa /géographie du temps (1997 : 3-25).

  • - la proposition de l´homme moderne de GELLNER, définie à partir d´un dialogue avec Durkheim sur la "solidarité mécanique" et l´abandon de la vision culturelle ethnocentrique (1994 : 97-102).

  • - l´idée de TOLOLYAN que la diaspora s´intéresse à la manière dont les nations et les communautés sont créées, faites et défaites, culturellement, quand les habitants parlent de "patrie" comme dans l´exil (1991 : 3-7).

  • - l´expression "diaspora culturelle" proposée par COHEN, peut rassembler plusieurs expériences de migrations dans le monde moderne, incluant celle d´Israël qu´il analyse (1997 : 128).

  • - approche de CHAMBERS, qui montre que la sensation des immigrants de ne pas avoir de racine, de vivre entre des mondes, celui d´un passé perdu et d´un présent non intégré, est peut-être la métaphore la plus parfaite de cette condition post-moderne (1994:27).

  • - l´hybridation des êtres humains, cultures, idées, et politiques, proposé par RUSHDIE, dans ses "Versets Sataniques (1991 : 394).

  • - la théorie de l´avantage comparatif de PORTER qui donne une grande importance aux facteurs géographiques régionaux et culturels, comme étant responsable de la création d´une ambiance de concurrence dans l´économie du monde global (1993 : 23-47), en ajoutant à l´idée de compétition, comme une obsession dangereuse de KRUGMAN (1997 : 3-22).

23De telles pensées, comme on peut observer, sont multidisciplinaires. Elles viennent de la géographie, de l´histoire, de l´anthropologie et de l´économie. Logiquement elles ont besoin d´être travaillées et analysées plus profondément, car il n´existe pas de bibliographie consolidée sur le multiculturalisme. Ici, l´intention de les exposer, a été uniquement pour montrer la base des réflexions que j´utilise.

24Réflexion préliminaire sur le multiculturalisme à Brasilia.

25En étudiant plusieurs facettes du multiculturalisme à Brasilia, j´ai identifié les tableaux les plus importants de "l´équation brasiliense" : architecture, société, langue, religion, économie.

26Le Brésil était en pleine construction de ce qu´on appelle le modèle "développementiste" quand Brasilia a été construite avec une conception socialiste et rationnelle, venue des principes du Mouvement de l´Architecture Moderne et de la Charte d´Athènes. Cela explique les sectorisations en zones spécifiques, destinées à certaines utilisations de l´espace, et les modèles architecturaux, qui ont créé une "égalité" dans son paysage, beaucoup critiqué. Le centre du pouvoir et l´espace résidentiel destinés à abriter la bureaucratie qui allait être déplacée, ont été construits très rapidement en quatre de 1956 jusqu´à l´inauguration de la capitale en avril 1960.

27Trois questions me semblent essentielles pour comprendre Brasilia : pourquoi a-t-elle été construite  ? Pour qui a-t-elle été construite  ? Qui l´a construite  ? .

28Répondre à la première question, en disant qu´elle a été construite uniquement pour être la capitale du Brésil, me paraît insuffisant, car les motivations ont été plus profondes que cela. L´idée d´intégration territoriale et de l´intériorisation, ont créé un nouveau centre régional, capable d´enrichir les régions Centre-ouest et Nord, considérées comme des "déserts" géographiques dont l´élite dominante espérait ainsi le changement depuis le siècle précédant. Aussi, Rio de Janeiro ne comportait plus les qualités de capitale brésilienne depuis le début du siècle (Vassentini 1987 : 75-85, 133-139). Il faut ajouter que l´architecte Lúcio Costa, dans l´introduction des Mémoires Descriptibles du Plano Piloto, a écrit:

29" Ville planifiée pour un travail organisé et efficace, mais en même temps, ville vivante et agréable, propice à la rêverie, et à la spéculation intellectuelle capable de devenir en même temps, au-delà d´un centre de gouvernement et d´administration, un foyer culturel des plus lucides et sensibles du pays".

30Pour la deuxième question, répondre en disant que Brasilia a été construite pour les fonctionnaires publics, me semble insuffisant. Ici, il est important de dire que dans la conception de " ville nouvelle", il était possible de franchir une barrière de sociabilité plus juste et accessible entre les habitants, pour créer une égalité, c´est à dire une socialisation des droits au "nouveau sol". L´architecte Lúcio Costa, dans la note 17 du Mémoire Descriptif parlant à propos des "super quadras", nous dit :

31" Le regroupement de quatre en quatre, permet un certain degré de cohabitation sociale, évitant ainsi une stratification non désirée... Il faut ainsi que la compagnie d´urbanisation trouve des habitations décentes et économiques pour la totalité de la population" (1995 : 293).

32On peut se demander qui était inclus dans cette "totalité de la population". Cela nous ramène à la troisième question. Brasilia a été construite par des ouvriers, qui sont connus comme "candangos" et quelques-uns uns ont mérité le nom de "pioneiros". Mais il était prévu que ces ouvriers sortiraient de la ville après l´avoir construite, ce qui n´est pas arrivé. Avant même d´être inaugurée comme capitale, Brasilia souffrait d´une pression de la part de ses ouvriers, qui voulaient le droit d´habiter dans la ville. C´est pour cela qu´aujourd´hui il existent les "villes satellites", très éloignées du centre du pouvoir. Quand on parle de Brasilia, il est nécessaire de savoir qu´il existe trois " Brasilia" différentes : la Brasilia du Plano Piloto qui est l´emblème de la modernité, la Brasilia des villes satellites qui se trouve sur le territoire du " Distrito Federal" (DF) et qui existe grâce aux "candangos" ; et la ceinture urbaine de Brasilia, qui inclut quelques municipalités proches et avec elle une tache urbaine discontinue montrant un degré significatif d´ "interdépendance" par rapport au centre de la ville (Plano Piloto).

33Cette dernière Brasilia est celle qui a presque deux millions d´habitants et englobe les autres Brasilia. Les habitants ont franchi depuis longtemps les limites municipales du DF. Il existe aussi neuf régions qui se trouvent dans l´état de Goiás : Luziania, Planaltina de Goiás, Padre Bernardo, Àgua Fria de Goiás, Valparaizo, Novo Gama, Cidade Ocidental, Àgua Linda et Santo Antônio do Descoberto. Ces dernières constituent une périphérie commandée par le centre, qui est le DF, d´où fait partie le Plano Piloto et plusieurs "centre" secondaires, que sont les villes satellites. On peut parler alors de Centre Urbain polycentré.

34C´est la vraie Brasilia, car elle ne cache pas les disparités sociales intra-urbaines, ni les contrastes entre riche et pauvres. C´est la Brasilia qui grandit vertigineusement, même avec tout ce discours de modernité qui représente la faillite du modèle basé sur la propriété de terres qui appartiennent à l´Etat, appliqué à un "Distrito Federal" qui a débordé non par manque d´espace, mais parce que cet espace est inaccessible à bon nombre d´habitants. C´est là que l´on voit la criante ségrégation socio-spatiale, égale ou même plus grande que dans n´importe quelle région métropolitaine du pays, ségrégation qui a été construite aussi très rapidement.

35Donc, c´est sur cette Brasilia de concentration urbaine que doit se réaliser n´importe quelle recherche, qui traite du multiculturalisme. Pour mieux comprendre cela, voyons qui appartient à sa population, pourquoi elle est venue à Brasilia, qu´offrait la ville comme attrait à cette population.

36En principe, emplois, habitations, infrastructures sociales et économiques, paix et tranquillité, étaient les attraits de Brasilia. Pratiquement tout était offert par l´Etat. Mais est-ce que cela est vrai pour tous ses habitants  ?

37Machado et Magalhães soulignent que l´urbanisme de Brasilia à conçu ses habitants comme individus génériques et universels. Si on analyse les couches moyennes et les classes populaires, on observe qu´elles n´ont pas le même modèle de sociabilité. Pour les segments moyens, Brasilia est la ville-espace, une fois qu´elle représente la concrétisation d´un projet de vie, par les conditions qu´elle offre. " Elle se distingue des autres villes par l´efficacité de son espace devant un mode de vie individualisé, en se traitant de la proximité des écoles et du commerce, du manque d´embouteillage et de la rapidité de plusieurs trajets : maison travail, loisir". D´un autre coté, pour la classe populaire, Brasilia représente la grande ville qui offre un mode de vie basé sur les relations sociales, dans la mesure où la population espère non seulement trouver un emploi, mais aussi chercher une famille, et se faire des amis. Pour cette population, Brasilia est dirigée par l´Etat, "par les règles inconnues, et en même temps, par les intérêts des riches" (1985 : 194, 199, 202, 205 ).

38Les années ont passé et quelques facteurs attractifs sont devenus à de simples attentes, tant pour les groupes moyens de la population que pour les "populaires". Les résultats d´une recherche élaborée par HOLANDA en 1995, montrent qu´une série d´aspects qui étaient auparavant vues par la population de Brasilia comme des qualités, sont devenus maintenant des problèmes, ils indiquent alors une inversion de priorités. "Habiter dans le Distrito Federal est vu majoritairement comme étant bon ou très bon par toutes les classes sociales". Transport, mauvais accès, sécurité et disponibilité de loisir, sont entre autres, les problèmes plus significatifs tant pour la classe moyenne, comme par les travailleurs manuels. Curieusement, la disponibilité d´emploi, figure comme une des qualités pour les travailleurs manuels (1997 : 1085). Brasilia, enchaînée dans une monofonction politico-admnistrative, est limitée dans son offre d´emploi, compensée en partie, par la croissance des activités du secteur tertiaire, liées au commerce et aux services (secretaria de Indústria e comércio/ Codeplan, 1996).

39Un des plus grands attraits de Brasilia a été dès le début, la disponibilité des habitations qui étaient offertes à sa population en très grande quantité, jusqu´aux années 90. Aujourd´hui cela n´est plus un attractif concret. Mais les immigrants continuaient et continuent à arriver, maintenant dans un rythme moins accéléré. Ceux de maintenant viennent chercher les "poubelles" résultant des restes d´une population qui a la plus grande richesse du pays, mais aussi le plus grand pourcentage de chômeurs (Bursztyn et ARAÙJO, 1997).

40Le fait est que Brasilia est transformée en " Frontière Urbaine" du pays, spécialement pour le nord-est et le centre-ouest du pays. Au début des années 90, presque 60 % de la population était migrante, et parmi eux 30 % sont venus du nord-est, 20 % du centre-sud (minas Gerais avec 11 %) et 10% du centre-ouest et nord (Goiás avec 8%) (codeplan, 1990).

41Cela veut dire que 40% de la population était déjà de Brasilia. Bortoni Ricardo, dans ses recherches sociolinguistiques réalisées depuis les années 80, même en reconnaissant le pluralisme culturel qui existe à Brasilia, montre que la ville est en train de créer une génération de langue propre, universelle et sans accent (1997 : 13), c´est à dire, un "nouveau dialecte". C´est le résultat du contact entre plusieurs cultures qui finit par effacer les régionalismes les plus accentués. Bortoni argumente que :

42" La situation de contact des dialectes régionaux et sociaux dans le Distrito Federal diffère de la situation de contact rencontrée dans d´autres centres métropolitains du Brésil, car à Brasilia il n´existe pas de substrat qui prédomine" (1992 : 11).

43C´est cette population qui a créé une autre forme de pluralisme culturel à Brasilia, à travers la religion. On enregistre plus de 1.000 variétés de sectes religieuses, selon la recherche de la Secretaria de Turismo du Distrito Federal. Ce mouvement religieux intensif, a été nommé par Siqueira et Bandeira comme "nouvelle conscience religieuse" ou " religiosité alternative". Dans les recherches réalisées par les auteurs avec des groupes mystiques – ésotériques, il semble clair que la plupart de ces groupes admet qu´une série d´influences mystiques ont été présentes à la création de Brasilia. Dans cette recherche, les auteurs attirent notre attention sur une série de faits qui démontrent cette caractéristique de Brasilia et concluent en disant que :

44" ... si d´un coté, Brasilia a été créé pour répondre à la modernité – la ville moderniste, instrumentiste de l´universel, de la socialisation des relations : culturelles, spatiales et urbanistique – d´un autre coté elle possède aussi la post-modernité. Cela est visible dans les multiples discours fragmentés et dans les différentes représentations : Brasilia, mystique, sacrée, solidaire, multiculturelle, plurirégionale et transnationale..." (1997 : 227, 233, 250).

45C´est aussi ce que Maciel appelle des " lieux propices à l´innovation", avec la caractéristique d´être jeune et d´avoir un haut niveau d´instruction. Quelques conditions existantes à Brasilia font partie de ce "lieu", comme par exemple l´organisation spatiale, l´offre de terres, le grand nombre de petites entreprises (flexibilité)et la spécialisation en secteurs de pointe comme l´informatique, la géologie et la biotechnologie.

46"La stabilisation relative de ces populations d´origines diversifiées et sans racines à Brasilia, sont des facteurs qui aident à consolider une identité culturelle, dans le sens de faire partie de la ville et donc la disponibilité d´investir économique, psychologique et affectivement" (1997:83).

Conclusion

47J´introduis deux hypothèses formulées spécifiquement sur le multiculturalisme à Brasilia, à partir de la constatation que le flux de migrants a diminué, mais est encore significatif :

  • Dans le cas où se maintiendrait la tendance décroissante du nombre de migrations et parallèlement, la croissance naturelle de la population "brasiliense", le multiculturalisme actuel se transformera en une unique culture  ;

  • Dans le cas où le nombre de migrations resterait relativement haut, le multiculturalisme se maintient.

48Ces deux hypothèses sont liées à l´action de l´Etat, aux politiques foncières et de logement dans la mesure où, dans le cas de Brasilia, l´habitation exerce le rôle attractif et d´"enracinement".

49En fonctions de ces hypothèses, retournant à l´objectif central de la recherche, nous nous demandons ; le multiculturalisme est-il un phénomène transitoire pour la formation d´une culture propre et unique à Brasilia ? Et à Jérusalem ? Le nombre restreint d´informations fournies par HANSON, nous montre que Jérusalem est caractérisée par un taux de migration négatif (vers 3,6%). Ceux qui abandonnent la ville sont les juifs séculaires et les ultra orthodoxes.

50Les chercheurs israélites sont préoccupés par l´incapacité de la ville à attirer de nouveaux habitants. Nous connaissons très bien les motivations de ceux qui vivent dans la ville, mais les raisons pour la visiter sont encore obscures. Hason suppose que ceux qui visitent la ville sont associés aux groupes orthodoxes et ses principales raisons sont liées à la religion et à des motifs culturels.

51A partir de là, nous pouvons essayer de formuler une hypothèse, qui traite des deux cas étudiés dans cette recherche : le multiculturalisme de Brasilia est un phénomène transitoire qui donne place à une culture unique, et le multiculturalisme de Jérusalem est permanent.

52La confirmation de ces hypothèses sera faite en se posant les questions suivantes :

53Jusqu´à quel point, le poids de l´histoire, antique à Jérusalem et récente à Brasilia, interfère dans le choix du lieu de résidence ?

  • Est-t-il possible de spécifier des situations temporaires, qui ont interféré dans ces décisions, à partir des différents facteurs d´attraction ou de répulsion, depuis les années 50 ?

  • Quel est le rôle des organismes extra-nationaux, de l´Etat national et de l´Etat local dans la consolidation ou pas du multiculturalisme ?

  • Quelles influences sur le multiculturalisme ou sur la formation d´une culture propre a eu la politique de logement, dont l´objectif principal a été l´offre, considérée comme un "bien de racine" ? .

  • Quels sont les principaux agents qui vont permettre la gestion du multiculturalisme ?

Haut de page

Bibliographie

BORTONI, Stela M. et ali. A variação das vogais médias pretônicas no português

de Brasília: um fenômeno neogramático ou de difusão lexical. Revista de Estudos Linguísticos, Belo Horizonte, ano 1, v.1, p.9-29, jul/dez 1992

BURKE, Peter. Abertura: a nova história, seu passado e seu futuro. In: Burke, Peter (org). A escrita da história: novas perspectivas, Ed. Universidade Estadual Paulista, São Paulo, 1992 (originel de 1991 en anglais)

BURSTYN, Marcel & Araújo, Carlos Henrique. Da utopia à exclusão. Ed. Garamond/ Codeplan, Rio de Janeiro/Brasília, 1997

CHAMBERS, I. Migrancy, culture and identity. Routledge, London, 1994

CLAVAL, Paul. As abordagens da geografia cultural. In: Castro, Iná Elias de et ali(orgs) Explorações geográficas. Ed. Bertrand Brasil, Rio de Janeiro, 1997

COHEN, Robin. Global diasporas: na introduction. University of Washington Press/ University College London, Seattle/London, 1997

CODEPLAN. Pesquisa domiciliar de transporte, Brasília, 1990

COSTA, Lúcio. Lúcio Costa: registro de uma vivência, Empresa das Artes, São Paulo, 1995

GELLNER, Ernest. Conditions of liberty: civil society and its rivals. Penguin Books, New York et ali, 1996 (originel de 1994)

HOLANDA, Frederico. Brasília: a inversão das prioridades urbanísticas. Anais do VI Encontro Nacional da ANPUR, Brasília, 1995

KRUGMAN, Paul. Internacionalismo pop. Ed. Campus, Rio de Janeiro, 1997 (originel de 1996 en anglais)

LE GOFF, Jacques. A história nova. In: Le Goff, Jacques. A história nova. Ed. Martins Fontes, São Paulo, 1995 (original de 1978 em francês)

LEVINE, Robert. A geography of time: the temporal misadventures of a social psychologist, or how every culture keeps time just a little bit differently. Basic Books/ Harper Collins Publishers, New York, 1997

MACHADO, Lia Zanotta & Magalhães, Themis Quezado de. Imagens do espaço: imagens de vida. In: Paviani, Aldo (org). Brasília ideologia e realidade/espaço urbano em questão. Ed. Projeto, São Paulo, 1985

MACIEL, Maria Lúcia. Cultura e inovação em Brasília. In: Nunes, Brasilmar Ferreira. Brasília: a construção do cotidiano. Ed. Paralelo 15, Brasília, 1997

McLAREN, Peter. Multiculturalismo crítico. Ed. Cortez, São Paulo, 1997 (originels de 1994 e 1995 en anglais)

MARTINS, Estevão de Rezende. Direitos humanos em perspectiva histórica: elementos de uma teoria multiculturalista comparativa. In: Souza, Jessé (org). Multiculturalismo e racismo: uma comparação Brasil-Estados Unidos. Ed. Paralelo 15, Brasília, 1997

PORTER, Michael E. A vantagem competitiva das nações. Ed. Campus, Rio de Janeiro, 1993 (originel de 1990 en anglais)

RAFFESTIN, Claude. Por uma geografia do poder. Ed. Ática, São Paulo, 1993 (originel de 1980 en français)

RUSHDIE, Salmon. Imaginary homelands. Ed. Vikas, New York, 1991

SANTOS, Milton. Espaço & Método. Ed. Nobel, São Paulo, 1985

SCHMIDT, Benício Viero. Brasília como centro político. In: Paviani, Aldo (org). Brasília ideologia e realidade/espaço urbano em questão. Ed. Projeto, São Paulo, 1985

SECRETARIA de Indústria e Comércio/Codeplan. Perfil da Economia do Distrito Federal e do Entorno, Brasília, 1996

SIQUEIRA, Deis & Bandeira, Lourdes. O profano e o sagrado na construção da terra prometida. In: Nunes, Brasimar Ferreira. Brasília: a construção do cotidiano, Ed. Paralelo 15, 1997

STEINBERGER, Marilia(coord). Gestão do uso do solo e disfunções do crescimento urbano: o aglomerado urbano de Brasília, NEUR/CEAM-UnB & DPRU/IPEA-PNUD, 1998(no prelo)

TOLOLYAN, Kracha`(ed). Preface. Diaspora Journal, Wesleyan University, year 1, v.1, p.3-7, 1991

VERDOLIN, Luciana. Uma linguagem sem sotaques regionais. Reportagem no Jornal Brasília Hoje em Dia, Distrito Federal de 8 a 14/8/97, p.13 (interview avec la Profa. Stela Maris Bortoni Ricardo)

VESENTINI, José William. A capital da geopolítica. Ed. Ática, São Paulo, 1987

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marília Steinberger, « Brasília et Jérusalem : lieux multiculturels dans un monde global. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 67, mis en ligne le 08 décembre 1998, consulté le 25 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1008 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1008

Haut de page

Auteur

Marília Steinberger

Département de Géographie / Université de Brasilia (Brésil)

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page