Navigation – Plan du site
1997
Colloque "les problèmes culturels des grandes villes", 8-11 décembre 1997
82

Le nouveau visage de Moscou et la contribution de la municipalité à la modernisation de la ville

The new face of Moscow and the contribution of the municipality to the city´s modernization
Olga Vendina
Traduction de Denis Eckert

Résumés

La mutation accélérée de Moscou depuis 1991 a provoqué une modification de la politique urbaine, qui se caractérise par : une concentration toujours plus forte du pouvoir de décision,la radicalité des pratiques urbanistiques, Le conformisme et l'imitation de modèles extérieurs. Deux objectifs contradictoires coexistent - la volonté de transformer Moscou en un pôle international (volet ambitieux de cette politique) et le désir de re-russification de l'image de la capitale (volet nostalgique). Le pouvoir cherche ses racines et prête beaucoup d'attention aux projets de rénovation. L'influence des multiples acteurs qui sont présents à Moscou se traduit dans l'espace de la ville par une présence croissante d'aspects multiculturels.

Haut de page

Texte intégral

1Le vieux Moscou, avec son charme désuet, ses tas de neige l´hiver et ses arrière-cours fleuries l´été, appartient désormais au passé. Il a emporté avec lui son inimitable aspect, ses odeurs et ses bruits caractéristiques. Mais ce n'est pas seulement l'image de l´ancien Moscou qui se dissout ou change de contenu. La représentation de Moscou comme capitale du communisme mondial, si vivante il y a peu, a perdu tout son sens. Le concept de «ville communiste», créé au fil des décennies, s´est défait, laissant aux citadins des souvenirs tout à fait contradictoires et à la ville des ensembles architecturaux monumentaux, qui incarnent les goûts et les idéaux de leur temps.

  • 1  On disait à l'époque : «A Moscou, le temps ne compte pas. Y aller, c´est rajeunir de vingt ans... (...)
  • 2  Pourtant, de nombreux visiteurs étrangers observent toujours un décalage entre les vitrinesallécha (...)

2L´atmosphère de la ville s´est aussi profondément modifiée. Il y a dix ans seulement, Moscou donnait le soir la pénible impression d´une ville déserte et recroquevillée sur elle-même. C´était à l´époque dite de la «stagnation». Il semblait impossible de modifier l´ordre établi1. . Pourtant, il a suffi de quelques années pour que disparaisse toute trace de l´immobilisme antérieur. Aujourd'hui le rythme frénétique de la capitale impressionne ses visiteurs mais aussi les Moscovites eux-mêmes. Le cadre urbain naguère uniforme se fragmente à vue d'œil et la ségrégation urbaine se renforce. Le nouveau visage de Moscou est aujourd´hui fait d´innombrables bureaux, de vitrines scintillantes, d´enseignes de restaurants, de panneaux publicitaires. La vie urbaine s´aligne sur les standards des grandes villes européennes2. .

3En cinq ans, de 1992 à 1997, Moscou, en se modernisant, a fait un chemin qui dans un autre contexte aurait été parcouru en plusieurs décennies. On peut diviser cette période de métamorphose en trois phases :

4la phase de l'accumulation primitive du capital (1992-1993), caractérisée par un développement foudroyant du commerce et de l´activité boursière, d´où une transformation du marché des biens et des services,

  • 3  186 banques ont été créées à Moscou pendant la seule année 1991. En 1993il y en avait un demi-mill (...)

5la phase d´organisation du marché des capitaux (1993-1995), où l´on observe un boom du secteur financier et des banques3. ,

  • 4  Au début des années 1990, il n'y avait pratiquement pas d´espaces de bureaux à Moscou, si l´on met (...)

6le boom de la construction, qui débute à la mi-19954. , surtout dans le domaine des immeubles de bureaux. C´est aussi à cette période que décolle le secteur des télécommunications.

7Moscou se modernise dans le même sens que les autres métropoles mondiales. Cependant on peut distinguer certains traits spécifiques, qui tiennent au contexte socio-économique initial, à l´incroyable rapidité des transformations observées, et au poids des traditions culturelles au sens large, notamment dans le domaine de l´urbanisme. Quelles sont donc les spécificités du développement actuel de Moscou ? Comment caractériser les orientations et le style de la politique urbaine de la municipalité ?

8Au cours de l´histoire de Moscou, les métamorphoses brutales l´ont presque toujours emporté sur les transformations graduelles. La ville a subi plusieurs phases de modernisation décrétées d´en-haut. A chaque fois, on bouleversait la ville parce que les autorités avaient le sentiment que Moscou n´était pas en phase avec le progrès en marche.

9Au cours de ce seul siècle trois projets de reconstruction de la capitale russe ont été lancés. Leur réalisation n´a été cependant que partielle. Il s´agit de :

10la modernisation des année 20-30 ; à cette époque le radicalisme urbanistique était en concordance avec le mot d´ordre de destruction du vieux monde et d´édification d´un monde nouveau ; heureusement, dans la plupart des cas, les projets plus impressionnants sont restés dans les cartons,

11la reconstruction stalinienne, qui a profondément ancré le principe d´une planification urbaine «de façade». Moscou est alors devenue semblable à un décor, où un arrière gris se dissimulait derrière des façades splendides,

12la période khrouchtchévo-brejnévienne, marquée par d´irrémédiables atteintes au tissu du Vieux Moscou, dont le symbole est l´édification du Palais des Congrès dans l´enceinte du Kremlin et la construction du quartier du Nouvel Arbat.

13Ces expériences successives de modernisation brutale, à chaque fois justifiées par la nécessité idéologique de rattraper et dépasser les plus grands pays occidentaux, se sont accompagnées de la création d´un arsenal d´instruments permettant de réaliser cet objectif, en s´appuyant sur toute la puissance de l´appareil bureaucratique.

14On citera trois de ces instruments, utilisés avec succès jusqu´à aujourd´hui. Ce sont:

15une concentration extrême du pouvoir de décision,

16la radicalité des pratiques urbanistiques,

17le conformisme et l'imitation de modèles extérieurs.

18La fin des années 80 avait été marquée par l´organisation de multiples concours urbanistiques dont les résultats ont été discutés par un large public. Mais dès le début des année 90, les concours sont redevenus étroitement professionnels et ont perdu et intérêt et transparence. Organiser un concours exige en effet beaucoup de temps et le jury doit rendre un verdict complexe, ce qui était inadapté aux nécessités de l´heure. De plus, le lauréat de tels concours peut être plein de talent, mais ne pas posséder les qualités d´un businessman, notamment ne pas avoir les relations et les contacts nécessaires dans les milieux d´affaires pour faire aboutir ses projets.

19Or la municipalité se voyait confrontée à la tâche d´une rénovation rapide de la capitale de la Russie, afin de mettre en place toutes les conditions nécessaires au développement des affaires et d´attirer les investisseurs. C´est pourquoi elle en est revenue au bon vieux processus de décision bureaucratique, moyen le plus direct d´aboutir. Tous les grands projets ont été confiés à un cercle restreint de mandarins de l´urbanisme institutionnel. Au bas de presque tous les projets significatifs achevés ou en cours aujourd'hui à Moscou on retrouve les mêmes signatures. Non contents d´avoir saturé la ville de leurs oeuvres, il faut en passer par eux pour, après de longues tractations, espérer avoir le droit de réaliser quelque chose dans la ville. Car ce sont eux qui ont le pouvoir de faire franchir à un projet tous les obstacles du lourd processus bureaucratique d´autorisation.

20La concentration extrême du pouvoir de décision à l´heure actuelle présente beaucoup d´analogies avec la situation qui prévalait à l´époque de la modernisation stalinienne. La transition vers une société urbaine et industrielle fut alors imposée par le haut, avec toute la force de l´appareil d´Etat, et fut menée à bien dans les délais les plus brefs. Cela conduisit à l´encadrement de la créativité et à l´étouffement de l´initiative indiduelle, y compris dans le domaine de l´expérimentation architecturale, si caractéristique des années 20.

21Dans le domaine de l´urbanisme, les grandes orientations furent ajustées aux directives prioritaires affichées par les autorités, qui étaient de tout faire pour faciliter et accélérer l´industrialisation. Des architectes furent intégrés au sein de la bureaucratie du Plan, ce qui permettait de produire une argumentation rationnelle pour justifier les décisions idéologiques de l´heure et de les traduire en modèles d´urbanisation adaptés. La communauté des architectes perdit alors progressivement le caractère démocratique qu´elle avait préservé. Une Union des architectes très hiérarchisée fut créée. La créativité tomba sous la coupe de la bureaucratie, se contentant d´exécuter les tâches qu´on lui assignait. Le milieu des architectes parvint néanmoins à maintenir sa vitalité et sa capacité à intégrer de nouvelles tendances.

22Au cours des années qui suivirent, le système se libéralisa considérablement. Un mouvement anti-idéologique apparut parmi les architectes, qui réussit à battre en brèche la puissance de la bureaucratie. Ce sont des architectes et urbanistes qui menèrent des recherches sur le milieu urbain et la perception de l'espace, en mettant l´accent sur la monotonie et l´inhumanité du cadre de vie des villes soviétiques. Ils ouvrirent un débat sur la prise en compte de la qualité de la vie, militaient pour la démocratisation de la société.

23Aujourd'hui nous assistons à la résurgence de l´ancien système élaboré dans les années 30-40. L'idéologie est redevenue un facteur déterminant de la politique urbaine, et les orientations architecturales qui correspondent à ce projet idéologique ont la priorité absolue. La seule différence réside dans le fait qu´aujourd´hui Moscou ne cherche pas à devenir la «ville modèle du communisme», mais un pôle urbain international, un centre de décision économique mais aussi politique de premier ordre.

24Le retour périodique de brutales et brèves phases de modernisation a entraîné presque inévitablement une radicalité des pratiques urbaines, ce qu´on constate à nouveau aujourd´hui. La comparaison avec des année 30-40 s´impose encore. A l´époque on démolissait, aujourd'hui on reconstruit et restaure avec le même enthousiasme.

  • 5  Custine cite un dialogue caractéristique avec le gouverneur deNijni-Novgorod :»Voilà l'une des plu (...)

25Il faut en toute justice reconnaître que la tradition de la radicalité est née bien avant l´époque stalinienne ou même soviétique. Le Marquis de Custine signale déjà, dans sa Russie en 1839, que chaque fois qu´il y a un changement de régime, on transforme les monuments historiques comme s´ils étaient de la pâte à modeler, selon le caprice de l'Empereur et sous le coup de l´absurde passion du «progrès de la civilisation»5. .

26Curieusement, A. Kometch, directeur de l'Institut des Questions Artistiques, redit aujourd´hui presque la même chose. «On estime sauvegarder un monument historique quand on le détruit complètement et le reconstruit. Dans le meilleur des cas la façade est conservée" (Grouïeva 1996). Le radicalisme qui sévit actuellement à Moscou et qui transforme la ville est largement explicable par le désir des autorités d'enraciner leur légitimité dans le passé et de donner l'illusion d'une continuité historique. Mais elles s'intéressent seulement à l'héritage architectural d'avant 1917 ; le considérable legs de l'époque soviétique, pourtant si présent, n'est pas pris en compte. Les «dents creuses» caractéristiques de la physionomie du centre historique, apparues à la suite d'innombrables démolitions, sont fiévreusement comblées par des immeubles administratifs, des banques, des sièges d'entreprises étrangères. En cas de nouvelle construction et de reconstruction il est impératif de respecter les limites de hauteur et de conserver certains éléments de l'édifice antérieur, même quand il ne présente guère d'intérêt architectural. On fait même figurer sur les façades des immeubles neufs deux dates : celle de la première construction en ce lieu et celle de la nouvelle, pour donner l´illusion de la continuité et faire du nouveau bâtiment l´héritier du précédent. La restauration de certains éléments de patrimoine autour des immeubles neufs a une fonction plus décorative qu´autre chose ; il s´agit essentiellement de donner une touche historique aux quartiers en rénovation.

27L´importance apparente du mouvement de restauration du patrimoine et de reconstruction des quartiers d'habitation du centre dissimule le radicalisme de fait de la modernisation du tissu urbain. Car les buts affichés sont en complète contradiction avec les priorités réelles, qui sont :

  • la rentabilité économique immédiate,

  • la rationalité et le fonctionnalisme -la façade ressemble à l'ancienne mais la «farce», même quand il s'agit d'un monument classé, est neuve,

  • la recherche du prestige dans la dénomination de l'immeuble,

  • la densification de l'espace urbain au détriment du tissu historique hérité.

  • 6  Du au sculpteur géorgien Tseretelli, l´un des courtisans préférés de Youri Loujkov, ce monument de (...)

28Le radicalisme trouve aussi son expression dans l'aspect extérieur donné à la ville. La palette criarde utilisée pour peinturlurer les immeubles choque ; elle n'a d'ailleurs rien à voir avec les traditions moscovites, où l'on a pourtant toujours aimé les couleurs vives. La profusion de couleurs, qui avait été comprise au départ comme un manifeste contre la grisaille et la monotonie architecturale soviétique, apparaît maintenant outrée. Une architecture éclectique, qui mélange allègrement divers styles en plaquant par dessus un décor «à la russe» règne en maître. On cherche vainement un souci de préservation des ensembles urbains de l'époque soviétique, ou du respect pour la symbolique des lieux qui s'est forgée au fil des années. L'exemple le plus frappant est la «rive» de la Néglinka. Cette rivière artificielle, qu'on a fait surgir sur la Place du Manège en lisière du Kremlin, a est affublée d'un quai monumental décoré dans un style de château de sable. Tout cela jure affreusement avec le tombeau du Soldat Inconnu tout proche et le Jardin d'Alexandre dans son ensemble. Le VDNKh est un autre exemple de ces fautes de goût. Cette célèbre «Exposition des réalisations de l'économie nationale» qui était destinée à mettre en valeur les réussites du socialisme réel et à prouver sa supériorité sur le capitalisme, s'est transformée spontanément en un banal bazar. Par ailleurs, un nombre considérable de monuments honorant la mémoire de telle ou telle figure de l'histoire et de la culture russe ont été érigés. Leur valeur artistique échappe à bien des Moscovites. Le plus détestable de ceux-ci est le gigantesque monument dédié à Pierre le Grand, dont l'édification sur les quais de la Moskova a provoqué l'indignation de l'opinion publique6. . Certains ont même tenté de faire organiser un référendum sur la démolition de ce monument de laideur. Mais les autorités municipales, en position de force, ont astucieusement réussi à désamorcer le mouvement, et le monument est resté en place.

29Tout en traitant des phénomènes d'imitation qui sévissent, on voudrait éviter d'accuser les architectes d'un manque d'imagination et de créativité. Le problème ne réside pas dans leur absence d'originalité ou de talent, mais dans l'obligation qui leur est faite de satisfaire les exigences de leurs commanditaires. Pour ces derniers, qui se situent dans le contexte d'un capitalisme retrouvé mais ne sentent toujours pas le socle de l'économie de marché bien affermi sous leurs pieds, il faut à la fois marquer son appartenance à telle ou telle catégorie d'acteurs économiques et donner l'impression de la puissance financière et de la stabilité. Pour un architecte, cela signifie la nécessité impérieuse d'imiter des modèles qui ont plu à leurs maîtres. Seuls les très grands investisseurs comme Gazprom ou la Caisse d'Epargne de Russie font preuve d'originalité. Eux aussi s'efforcent de prouver qu'ils font partie des Grands, mais à l'échelle du monde cette fois-ci.

30Une autre cause de conformisme est la manie de la citation architecturale. Les auteurs de projets s'efforcent, tout en construisant de nouveaux immeubles, de donner une certaine cohérence à l'ensemble urbain en formation. Ils se servent largement de la citation pour donner l'illusion de l'unité. On a l'impression que tout bâtiment qui sort de terre est pourvu des éléments supposés caractéristiques de la silhouette de Moscou. Tours, tourelles, pavillons et lanternes sont devenus des décorations obligées, quelle que soit la nature de l'immeuble (résidentiel, de bureaux, à usage sportif ou commercial). Malheureusement, on est loin en général d'une synthèse réussie des éléments constitutifs de la symbolique du lieu ; les citations ont souvent l'air plaquées.

31La troisième cause de conformisme est l'absence de tout recherche architecturale pour les immeubles d'affaires et les lieux de culte. L'inexpérience explicable des architectes moscovites en la matière et la pression de l'urgence font chercher l'inspiration soit dans les modèles du 19ème et du début du 20ème siècle, soit prendre exemple sur la production mondiale. Mais même lorsque ces modèles sont ingénieusement retravaillés, la filiation avec les originaux reste trop visible. Dans l'architecture résidentielle le style «Palazzo» règne de façon exclusive, avec fenêtres en demi-cercle et galeries. Les immeubles de bureaux sont autant de maisons de verre, de crayons ou de réchauds à gaz. Pour les édifices religieux le recours au style néo-byzantin ou néo-russe fin 19ème est quasi-obligatoire.

32C'est la deuxième caractéristique de la transformation de Moscou, qui résulte d´une compréhension erronée des notions de tradition et d'innovation. Pendant plus d'un demi-siècle les schémas d'urbanisme (appelés Plans généraux de développement) de la capitale ont fixé la philosophie urbanistique de son développement et en ont déterminé les modalités concrètes. Les mutations socio-économiques récentes ont rendu l'idéologie qui inspirait naguère les plans d'urbanisme caduque. Les réformes libérales ont provoqué l'émergence de phénomènes spontanés, inévitables dans cette phase d'accumulation primitive du capital et de mutation en profondeur de la société. La lutte acharnée pour l'appropriation de l'espace urbain a fourni la preuve que la localisation est l'un des facteurs clés de réussite du business renaissant.

33L'assimilation foudroyante par Moscou des règles de l'économie de marché et les avantages qu'elle tire du brassage des capitaux de tout le pays ont créé les conditions d'un boom immobilier, lequel a rendu indispensable un minimum de planification. Mais ceci seulement pour satisfaire les besoins des investisseurs et prendre en compte les intérêts des entreprises. La logique interne de la politique de développement urbain a été complètement bouleversée. On a mis au premier plan :

  • la rentabilité économique et politique,

  • l'institution de relations de partenariat entre les autorités municipales et le secteur privé,

  • la liberté pour la municipalité de disposer du patrimoine foncier de la ville, ainsi que le droit d'utiliser des fonds municipaux pour réaliser des opérations immobilières.

34Les anciens plans de développement urbain, qui prétendaient traiter comme un tout les problèmes sociaux, économiques et de fonctionnement de la ville, ont été remplacés par une série de programmes de développement prioritaires et/ou de rénovation de parties limitées de la cité. Le tissu urbain est de plus en plus utilisé pour pomper de l'argent, ou comme piège à investisseurs et à capitaux. Le modèle capitaliste classique, qui considère la ville comme une machine à produire de la croissance économique, fonctionne aujourd'hui à plein à Moscou. Curieusement, les bons vieux principes d'organisation de l'espace urbain en fonction de la rente foncière, basés sur la propriété privée, ont à Moscou valeur de nouveauté et apportent avec un eux un parfum de progrès, tandis que toute l'expérience de la planification urbaine soviétique, dont le but était d'instaurer l'égalité sociale et qui était pleine d'idées originales, apparaît comme effroyablement démodée et routinière.

  • 7   «La Moscovie était devenue la métropole impériale qui dominait l´Union Soviétique. La Russie prop (...)

35Du fait de la nouvelle politique urbaine, l'aspect de la ville change à vue d'œil. Après l'effondrement de l'URSS et la disparition du camp socialiste, Moscou s'est sentie rejetée à la périphérie de l'histoire et du monde. Surchargée de symboles soviétiques, elle n'était plus perçue comme une gardienne de la tradition nationale, elle n'était plus le Cœur de la Russie d'autrefois. Moscou était devenue une ville soviétique et on pouvait fréquemment entendre que "Moscou, ce n'est plus la Russie". L'usage des termes péjoratifs Moscovie et Moscoviens s'était répandu7. . Or Moscou doit maintenant cumuler les fonctions de ville mondiale et de capitale nationale. Dans les bureaux des urbanistes se sont affrontés les intérêts politiques et économiques d'un côté, dont le but affiché est de moderniser la ville et de la mettre en conformité avec les standards mondiaux, et les nostalgiques, qui poussent à la renaissance des traditions nationales et religieuses. Cette confrontation a produit une résultat étonnant : le tissu urbain se transforme sous l'influence conjuguée de l'Eglise, de l'Etat et du secteur privé.

  • 8  Egalement en bordure de la Place Rouge
  • 9  Au dix-neuvième siècle, entre le premier projet (présenté par l´architecte Voronikhine en 1813), l (...)

36On construit en ce moment beaucoup d'édifices religieux à Moscou. L'objectif est de re-russifier la capitale en la remettant en possession de symboles de l'identité nationale. On a en très peu de temps reconstruit l'église Notre-Dame de Kazan sur la Place Rouge, les portes de Voskresensk avec la chapelle d'Iverskaïa8. , la cathédrale du Saint-Sauveur9. , les chapelles commémoratives de la rue Stolechnikov, du quartier de l'Arbat, etc. Il ne s'agit pas pour les autorités de célébrer le triomphe de l'orthodoxie, mais de réaffirmer des traditions nationales. Ceci est manifeste avec l'édification de lieux de cultes pour d'autres confessions. Bien que l'orthodoxie bénéficie de la priorité, on construit aussi pour d'autres religions, des mosquées surtout, qui apportent leur touche spécifique à la silhouette de Moscou. Mais pour qui les édifie-t-on ? La communauté musulmane de Moscou est, d'après les propres estimations des autorités cultuelles, forte d'environ un million de personnes. Elle est très multinationale, et pourtant les mosquées nouvelles sont destinées avant tout aux Tatars, membres à part entière et de longue date de la société russe, et non aux fidèles dans leur ensemble. La construction de mosquées s'inscrit donc aussi dans la volonté de s'ancrer dans la tradition nationale.

  • 10  Qui abrite aujourd´hui la chambre basse du Parlement (Douma d´Etat).
  • 11  Ancien palais de Catherine II, à 10 km du Kremlin, alors à l'extérieur de la ville

37Le rôle de l'Etat à Moscou et le rôle que joue Moscou dans le fonctionnement de l'Etat russe sont soulignés par la restauration d'édifices utilisés par les autorités et, de façon concomitante, par l'affectation croissante de monuments classés à des administrations ou des organes politiques. Le palais du Sénat dans l'enceinte du Kremlin, l'immeuble du Gosplan10. , le palais Pétrovski11. ont ainsi subi une restauration-reconstruction intégrale. La richesse de la décoration étourdit et frappe par son excès. Simultanément, on poursuit activement la construction de nouveaux immeubles administratifs plus ou moins importants dans les secteurs les plus prestigieux de la ville.

38Le secteur privé est le troisième grand acteur des transformations de l'aspect de la ville. Ici l'ambition et la nostalgie se mêlent de façon plutôt paradoxale. D'un côté on a vu apparaître dans le ciel de Moscou des immeubles dans le style «corporatif» international, qui gomme les différences entre les pays. Leurs formes sont censées illustrer la domination sans partage du capital de par le monde. Telles sont les constructions impressionnantes de Gazprom et de la Caisse d'Epargne de Russie. Par ailleurs, comme l'Etat participe directement, au besoin en injectant directement de l´argent, à la progression victorieuse du business dans la ville, l´architecture de bureaux reflète cette collusion. L´apparition de formes spécifiques d´immeubles «à la russe» symbolise la proximité des idéaux nationaux de l´Etat et de la néo-bourgeoisie russe.

39Le mouvement de rénovation du tissu urbain, qui touche non seulement les monuments classés mais aussi des immeubles plutôt ordinaires, donne l'impression qu'une restauration active du centre historique de Moscou est en cours. Pourtant, si l'on y regarde de plus près, on comprend vite que le phénomène essentiel n'est pas la restauration ou même la reconstruction d'éléments du patrimoine urbain, mais l'imitation de modèles du siècle dernier. Le mythe d'une ville sortie d´un conte de fées, alliant les traditions venues de l'Est et de l'Ouest, enflamme plus l´imagination des architectes que le bâti réellement existant. On a l'impression que ce n'est pas Moscou qui renaît, mais une maquette.

40Les Moscovites ont fait pour la première fois l'expérience d'une modernisation destructrice de leur ville à la fin du 18ème siècle, quand Catherine II ordonna l'édification d'un nouveau palais grandiose dans le Kremlin. Cela supposait la destruction de plusieurs monuments anciens. Bien que le projet ait avorté, on n´a jamais depuis lors réussi à concilier les impératifs de préservation du patrimoine et de développement de la ville. Jusqu'aux années 70 de notre siècle, malgré d'innombrables protestations et l'indignation de l'opinion publique, la priorité a toujours été donnée aux nouvelles constructions.

41A chaque fois qu'une nouvelle ère s'ouvrait, la perception de la valeur du patrimoine changeait. La nécessité de «donner aux vieille formes des contenus nouveaux» a imposé d'associer les monuments historiques à la vie réelle de la cité, après les avoir transformés pour les rendre aptes à leur nouvel usage. Ce qui a toujours été jugé primordial, c'est plus le maintien global du style, de la tradition que la sauvegarde concrète d'édifices ou de tel ou tel quartier. Cela était considéré comme une manière de revisiter de façon créative le legs du passé. Exemple-type : la reconstruction des années 1940-50. Après d'innombrables destructions d'églises et l'édification de grands immeubles, la silhouette de la ville fut profondément modifiée et perdit irrémédiablement ses aspects les plus pittoresques. La destruction des clochers fit disparaître l'une des caractéristiques les plus marquantes du paysage moscovite. L'apparition des grands immeubles, dont l'architecture se voulait continuatrice de l'urbanisme de l'ancienne Russie, devait en théorie compenser cette perte. Et ils sont de fait depuis lors l'un des éléments constitutifs du paysage du nouveau Moscou. Leur ceinture délimite le vieux centre. Mais ils évoquent plus l'esthétique corporative américaine des années 1930 que l'héritage des bâtisseurs russes.

42Le plan de développement urbain adopté en 1971 fut le premier à comprendre un volet de préservation de l'héritage historique de Moscou ; le tissu urbain était enfin considéré comme élément de patrimoine à part entière. Neuf zones protégées furent définies, elles couvraient environ un tiers de la superficie du centre historique. 210 monuments classés y étaient englobés. La création de ces zones protégées n'a pas pour autant signifié la transformation du centre en musée. On a simplement appliqué des règles urbanistiques particulières à ces périmètres, avec un système d'autorisations particulièrement contraignant pour tout projet architectural. De plus, tout le bâti historique a été classé en deux catégories : remarquable et d'intérêt médiocre. L'idée était «de débarrasser peu à peu les quartiers surpeuplés du vieux centre du bâti médiocre et des immeubles vétustes. A leur place apparaîtraient des espaces verts ouverts au public et des édifices à usage collectif…»(Ikonnikov 1984).

43Ce programme a fixé comme priorité urbanistique la préservation de l'héritage historique et a sérieusement ralenti la modernisation du centre. Le classement de zones et d'immeubles particulièrement remarquables a provoqué un émiettement du tissu urbain, le transformant en couverture mitée. Dans les parties du centre où l'on avait le droit de démolir les grands immeubles ont fleuri, tandis que là où c'était défendu on a observé une molle activité de restauration de certains édifices, alors que globalement le bâti se dégradait. Et donc progressivement le bâti remarquable est passé dans la catégorie médiocre. Cela a fourni le prétexte à de nouvelles démolitions, devant soi-disant contribuer à l'amélioration de l'aspect de la ville. C'est à ce moment que se fixa le rapport actuel au patrimoine historique, clairement explicité par l'actuel maire de Moscou Youri Loujkov : «nous conservons tout et nous enrichissons le patrimoine». L'authenticité n'est plus une valeur en soi. On considère qu'on a rénové un immeuble quand seule la façade a été conservée, ou abattue puis remontée. On en profite pour corriger les proportions de l'édifice, on rajoute quelques fioritures, on emploie d'autres matériaux qu'à l'origine, etc. Il y a quantité d'exemples de ces transformations, et pas seulement dans la catégorie des immeubles ordinaires, où les modifications architecturales peuvent effectivement passer pour des améliorations. Les monuments connus sont aussi concernés. On a ainsi pourvu le Palais à Facettes du Kremlin d'un grandiose perron de marbre ; jamais le perron de cet édifice n'avait été si grand et le marbre n'avait jamais été utilisé. Au Kremlin encore, le Sénat a été refait de fond en comble, seule la façade a été conservée telle quelle. Pour la récente réédification de la Cathédrale du Saint-Sauveur, construite à l'origine en pierre, on a aussi choisi le marbre. On a ajouté à Notre-Dame de Kazan réédifiée sur la Place Rouge un clocher en style 17ème siècle, alors que le bâtiment antérieur était pourvu d'un clocher du 18ème, etc.

44Le processus en cours ne peut donc être assimilé à la rénovation de monuments et à la restauration d'un aspect ancien du centre historique. Il s'agit d'une reconstruction de toutes pièces, de la création d'un nouveau passé. Ce phénomène a naturellement droit de cité, d'autant qu'il s'agit d'un défi urbanistique fort intéressant. On regrettera seulement son écrasante domination. A côté des bâtiments refaits se dressent de trop nombreux monuments authentiques qui ont besoin d'une restauration urgente.

45L'ensemble de la politique urbaine de la municipalité ci-dessus décrite a contribué à l'inscription dans le paysage urbain d'un phénomène nouveau : le multiculturalisme. Pendant presque 70 ans on avait effacé de Moscou presque tous les aspects propres à la Russie, tout ce qui faisait de la capitale un miroir unique de la culture et de l'histoire du pays. On avait voulu faire place aux symboles de l'internationalisme, qui correspondait aux représentations du rayonnement mondial d'un communisme en continuelle expansion. Les spécificités nationales ont été réduites au rôle de souvenirs, rassemblées en certains lieux (VDNKh) ou ont servi de décoration urbaine, pour rompre la monotonie des alignements de verre et de béton. Cette pratique urbanistique dominante n'a pourtant jamais été acceptée par les spécialistes ni par les Moscovites. Ce n'est pas par hasard que de nombreux grands projets de l'époque soviétique ont été affublés de sobriquets dérisoires : le Nouvel Arbat a ainsi été baptisé «le dentier».

46La profusion des styles et la polyphonie culturelle ont de tous temps constitué l'une des caractéristiques du vieux Moscou. C'est pourquoi son retour sur la scène n'est pas perçu comme une nouveauté, mais comme la résurgence de la tradition. Les signes caractéristiques des civilisations occidentale et orientale sont apparus avec les premières enseignes et affiches publicitaires. On a commencé à voir des inscriptions rédigées en caractères latins. Le Rideau de Fer était bien mort, une nouvelle économie se mettait en place. A cette époque les entreprises russes naissantes se forgeaient des raisons sociales à consonance étrangère et préféraient les enseignes à l'occidentale. Ce phénomène prit de telles proportions que les Moscovites de base avaient bien du mal à s'y retrouver. La mairie de Moscou prit l'initiative d'interdire l'usage des langues étrangères pour les enseignes et les affiches. Cet arrêté ne fut respecté que très partiellement ; les alphabets cyrillique et latin continuent leur coexistence pacifique dans les rues de Moscou.

47La domination du style occidental -en fait, surtout européen- a été manifeste dans l'architecture. Les grandes firmes occidentales ont, à leur arrivée en Russie, importé leur cadre de travail habituel, en commençant par des immeubles et des agences de style international. Face à l'engouement général pour le style occidental , une volonté de retour aux traditions nationales s'est manifestée, concrétisée notamment par l'importance de la «re-russification». Les grands investisseurs étrangers de l'immobilier introduisent leur propre touche nationale, par exemple la firme turque Enka qui utilise un répertoire architectural propre dans ses réalisations. Les entreprises chinoises, fortement présentes sur le marché des biens de consommation courante, ont le projet de créer à Moscou un Chinatown. Les autorités viennent de donner leur feu vert, il devrait être réalisé dans le quartier d'Ostankino.

48Le développement de l'économie de marché conduit aussi à la transformation des façades de bien des immeubles datant de la période soviétique. Les petites sociétés qui y ont leurs locaux cherchent à se singulariser extérieurement. Les firmes russes cherchent à en imposer et à inspirer la confiance par un décor luxueux. Les entreprises issues des pays en voie de développement affichent leur appartenance nationale. Il est plutôt amusant de voir surgir, plaqués sur la façade monotone d'un immeuble quelconque, des dragons chinois, des éléphants indiens, parfois des hiéroglyphes ou de la calligraphie arabe.

49La construction d'édifices religieux s'est effectué sur un rythme aussi soutenu que celle des immeubles d'affaires. D'innombrables lieux de culte jadis convertis en entrepôts ou annexes quelconques ont été rendus à leur confession, qu'il s'agisse d'églises catholiques polonaises, orthodoxes géorgiennes ou arméniennes, appartenant à la secte des Vieux-Croyants, etc. Des monastères se sont créés. Des communautés religieuses autrefois inconnues ont fait leur apparition. Et les coupoles des églises à demi-détruites du centre et de la périphérie ont retrouvé leurs dorures.

50La diversité retrouvée s'exprime sans doute avec le plus de force dans la vie quotidienne. L'aspect même de la foule a changé. De somptueux visons voisinent avec de vulgaires anoraks et des vestes élimées ; les serviteurs des divers cultes sont à nouveau présents dans la rue. Les soutanes noires des popes sont d'ailleurs parfois concurrencées par des robes oranges. La composition ethnique de la foule n'est plus la même : le nombre des Caucasiens et des représentants de l'Asie centrale a fortement augmenté. De nombreux migrants chinois sont arrivés, des ouvriers du bâtiment turcs et d'ex-Yougoslavie ont fait leur apparition, des réfugiés aussi.

51Le phénomène le plus frappant est sans doute le développement des bazars et marchés, dont beaucoup sont contrôlés par des Azéris. Emigrés de fraîche date, ils conservent leur mode de vie et apportent à l'agitation habituelle des marchés une touche méridionale. On y entend des parlers gutturaux du Sud, la musique turque se mélange à la variété occidentale ou russe. De petits groupes d'hommes se forment près des comptoirs, soit pour manger un morceau soit pour parler affaires. Des vendeurs proposent, dans un russe rudimentaire, de goûter des plats exotiques. A côté on voit des groupes de Moldaves qui vendent des fruits, des Coréens proposant des mets épicés et des salades, des Ouzbeks offrant des épices séchées. Les Slaves, qui sont traditionnellement cantonnés au commerce des pommes de terre, carottes, concombres salés et autres préparations peu sophistiquées, sont largement minoritaires. De malheureuses petites vieilles demandent l'aumône et les Nouveaux Russes descendent de leurs voitures rutilantes pour s'approvisionner en produits frais.

52Moscou redevient un carrefour mondial des cultures. Ici se mélangent les influences de l'Occident, de l'Extrême-Orient, de l'Asie Centrale et de la Transcaucasie. Moscou reste, tout en s'efforçant de ressembler à l'Amérique, sous le charme de l´idéal décoratif du 17ème siècle et du Modern Style russe du début 20ème. Il est assez plaisant d'assister à la montée simultanée des gratte-ciels et à la restauration outrée de la muraille de Kitaï-Gorod. La pompe officielle voisine avec la simplicité des marchés populaires, la religiosité feinte ou sincère avec la licence, la débauche et la criminalité, la richesse cotoie de près la pauvreté.

53Toute analyse critique suppose le dévoilement des mécanismes cachés de la production de l'espace urbain. On a tendance presque inévitablement à trop souligner les aspects négatifs, ce qui efface le côté positif des choses. La réalité prendrait pour un peu un visage monstrueux. C'est pourtant un souci d'objectivité qui nous a poussé à observer la vie de la ville par la petite porte, même de façon incomplète et partielle.

54La capitale russe dévore le présent tout en se projetant dans l'avenir, même si elle n'arrive pas à s'affranchir de son passé autoritaire. L'atmosphère de la ville a beaucoup changé, on perçoit facilement l'énergie vitale qui en émane. L'ennui mortel et la grisaille ont beaucoup régressé. Les gens -surtout les jeunes- sortent dans la rue, juste pour se promener ou s'asseoir dans un café. Les vêtements aux couleurs vives, le bruit et la musique donnent à la ville un air de fête. Moscou renaît, et de nouveaux phénomènes naissent chaque jour.

55Certes, tout ce qui se fait à Moscou n'est pas de meilleur goût, mais reste plus ou moins en harmonie avec l'héritage culturel russe. La capitale rappelle une table dressée pour un repas de Pâques, avec des koulitchs, des petits gâteaux, des œufs peints ; elle incarne le vieil idéal festif russe. Moscou se fait peu à peu un visage bien à elle, bien qu'on y distingue la marque des ses bâtisseurs successifs. Elle se met à ressembler toujours davantage aux villes européennes tout en s'en démarquant. Difficile de séparer ressemblances et différences, car elles sont inextricablement mêlées. Moscou possède la capacité singulière d'adopter en les adaptant les idées qui l'ont séduite, les accommodant à sa façon en y ajoutant les ingrédients puisés dans ses traditions culturelles.

Haut de page

Bibliographie

Grouïeva, E. (1996) «Le nouveau vieux Moscou», Itogui, 8 octobre 1996, pp. 57-60 (en russe)

Zinoviev, A. (1995)L'expérimentation russe. Ìoscou : Notre maison - L´âge d´homme, pp. 18-19 (en russe)

Ernenwein, F. (1989) «Moscou, temps suspendu», Moscou généreuse et brutale, Paris : Autrement, série Monde, N 40, pp. 19-25

Custine (de) A. (1996) La Russie en 1839, Ìoscou : Sabachnikovy, pp. 266-267 (édition russe)

Huasser, I. (1989) «Moscou est-elle une ville ?», Moscou généreuse et brutale, Paris : Autrement, série Monde, N 40, pp. 244-247

Logan, J., Molotch, H. (1987) Urban Fortunes. The Political Economy of Place, Berkeley : University of California Press, pp. 60-62

Latour, À. (1997) Moscou 1890-1991. Guide de l'architecture contemporaine, Moscou : l'Art, pp. 100-101 (en russe)

Ikonnikov A. (1984) L'Architecture de Moscou au 20ème siècle, Moscou : L'ouvrier moscovite, pp. 166-190 (en russe)

Haut de page

Notes

1  On disait à l'époque : «A Moscou, le temps ne compte pas. Y aller, c´est rajeunir de vingt ans... Plaisir rétro ... A Moscou, les choses n´ont pas d´âge. Les gens vivent horsdu temps» (Ernenwein,1989), ou «Une ville se définit par sa manière de s´inscrire dans le temps. Elle doit exister simultanément dans le passé, le présent et l´avenir, alors que Moscou semble dépourvue de présent et de futur. Sous son ciel changeant, elle flotte entre le temps passé et l´imaginaire" (Huasser,1989).

2  Pourtant, de nombreux visiteurs étrangers observent toujours un décalage entre les vitrinesalléchantes des villes occidentales et l´aspect sévère du milieu urbain moscovite. Les vitrines des magasins encore clairsemés sont la plupart du temps opaques, et semblent plutôt avoir pour fonction de dérober à la vue du consommateur ce qu´on y vend plutôt que de montrer des marchandises. Du coup, le plaisir du lèche-vitrines est presque inconnu.

3  186 banques ont été créées à Moscou pendant la seule année 1991. En 1993il y en avait un demi-millier, en 1994 presque 800, en 1996 près de 1000. Cettecroissance a marqué le pas en 1997

4  Au début des années 1990, il n'y avait pratiquement pas d´espaces de bureaux à Moscou, si l´on met à part le secteur d´Etat. Les entreprises privées se disputaient des sous-sols en périphérie. Dès 1997, il y avait de plus de 6 millions de mètre carrés de bureaux disponibles. Pour certaines catégories de locaux la demande dépasse l'offre

5  Custine cite un dialogue caractéristique avec le gouverneur deNijni-Novgorod :»Voilà l'une des plus belles et des plus remarquables cathédrales que j'aie vues dans votre pays, ai-je dit au gouverneur. C'est moi qui l'ai fait construire - m'a-t-il répondu. Comment ? Que voulez vous dire ? Il est probable que vous l'avez rénovée. Mais non ; l'ancienne cathédrale avait beaucoup vieilli et l'Empereur a préféré ne pas la faire réparer, mais rebâtir à neuf. Il y a deux ans elle était plus éloignée de cinquante pas et était tellement décalée par rapport aux autres édifices que cela enlaidissait notre Kremlin» (Custine, d´après la traduction russe, 1996)

6  Du au sculpteur géorgien Tseretelli, l´un des courtisans préférés de Youri Loujkov, ce monument de kitsch, qui fait plus de 50 m, a été implanté en face du pont de Crimée et barre l´un des points de vue les plus célèbres sur le Kremlin

7   «La Moscovie était devenue la métropole impériale qui dominait l´Union Soviétique. La Russie proprement dite était devenu un espace de colonisation pour cette Moscovie» (Zinoviev 1995)

8  Egalement en bordure de la Place Rouge

9  Au dix-neuvième siècle, entre le premier projet (présenté par l´architecte Voronikhine en 1813), le démarrage effectif des travaux en 1839 et leur achèvement en 1883, 70 ans s'étaient écoulés. Cette première cathédrale fut détruite au cours des années 1930 pendant une phase de modernisation de la capitale. Le gigantesque chantier de reconstruction a été mené à bien en trois ans seulement (1993-1995).

10  Qui abrite aujourd´hui la chambre basse du Parlement (Douma d´Etat).

11  Ancien palais de Catherine II, à 10 km du Kremlin, alors à l'extérieur de la ville

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olga Vendina, « Le nouveau visage de Moscou et la contribution de la municipalité à la modernisation de la ville », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 82, mis en ligne le 10 mars 1999, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1075 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1075

Haut de page

Auteur

Olga Vendina

Institut de Géographie Académie des Sciences de Russie

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page