Navigation – Plan du site
1997
Colloque "les problèmes culturels des grandes villes", 8-11 décembre 1997
83

La vie nocturne d´une grande ville de province française : Nancy

Night activities in a large French country town: Nancy
Étienne Auphan

Résumés

Les activités nocturnes à Nancy sont très limitées et essentiellement réduites à des «loisirs» dont l´évolution est liée à des facteurs techniques comme la maîtrise de l´éclairage, géographiques comme la répartition de celui-ci dans l´espace urbain ou la perception des contraintes saisonnières du climat de l´Est, mais aussi sociologiques comme le mode de vie ou la composition sociale des quartiers. De nos jours, les «fêtes» ont fait largement place aux loisirs individuels dans des établissements spécialisés pour citadins en mal de «s´amuser», cependant que la pleine nuit livre la ville à tous ceux pour lesquels elle devient le lieu de tous les fantasmes. Face à une demande croissante de «loisirs» et d´espaces de vie nocturnes, cette ville socialement calme cherche à concilier la fonction nocturne de la ville - le repos – et une fonction ludique nocturne limitée, alors même que s´observe un glissement progressif de la «nuit» du centre ancien (aujourd´hui reconverti à une fonction résidentielle plus classique) vers la périphérie.

Haut de page

Texte intégral

1Si la vie diurne des agglomérations est aujourd´hui bien connue, il n´en est pas de même de leur vie nocturne. Les propos qui suivent sont largement inspirés d´un mémoire de Maîtrise de géographie réalisé sous ma direction par Grégory Mothe à l´Université Nancy 2 en 1997.

2Dans l´ensemble des grandes villes françaises, Nancy fait figure d´une ville moyenne bien calme. Un «style de vie» comme dit le slogan municipal. Si le territoire communal abrite quelque 100 000 habitants, c´est près de 350 000 personnes que regroupe la Communauté Urbaine du Grand Nancy. La ville présente la particularité d´avoir mené une politique de non industrialisation au coeur d´une région qui fut fortement sidérurgique, de Pompey à Neuves-Maisons. Nancy est donc une ville essentiellement résidentielle jusque dans ses faubourgs. Depuis les années 60 néanmoins, les zones industrielles se sont multipliées à la grande périphérie de l´agglomération.

Qu'est-ce que la nuit dans la vie d'une ville ?

3De la façon la plus générale, la nuit est la période de repos, celle au cours de laquelle les citadins (pour ce qui nous concerne) sont censés dormir, en tout cas ne pas être en activité. C´est donc avant tout une période de calme. De ce point de vue, on retiendra que, pour la loi, la nuit débute à 22 heures, heure à partir de laquelle le bruit excessif peut être sanctionné sous la forme du «tapage nocturne». A cet égard, il y a lieu d´observer l´obsolescence de cette disposition vis-à-vis de l´heure d´été : il fait encore jour à cette heure de part et d´autre du solstice d´été, même dans l´est de la France, pour en rester à notre pays.

4L´heure de cessation des activités diurnes, elle, ne peut être considérée comme le début de la période nocturne. Il s´agit bien davantage, en effet, de la cessation de la vie professionnelle (en théorie du moins) que du début réel de la période nocturne. D´autre part, elle demeure actuellement bien trop variable en fonction des activités : elle peut commencer vers 17 h pour certains bureaux, et se poursuivre jusqu´à 20 heures (exceptionnellement dans une ville comme Nancy) même si la plupart des magasins et services ferment entre 18 et 19 h. Il existe donc une période de transition entre la vie diurne et la vie nocturne.

5Mais la nuit, c´est d´abord cette absence naturelle de lumière du jour engendrée par la rotation de la terre. Cependant, cette référence, si elle s´avère la manifestation la plus claire de la nuit au sens le plus large du terme, ne nous aide en rien à définir les limites de la nuit citadine. D´une part, comme chacun sait, sa durée varie en permanence ; d´autre part de nos jours, aucune ville au monde ne règle directement ses activités sur l´alternance du jour et de la nuit, ce qui pose précisément le problème du rôle de l´éclairage public, cause et conséquence de ce décalage. On peut en effet considérer qu´il y a vie urbaine nocturne dès lors qu´il y a éclairage de la voirie.

6D´une façon générale, les architectes français divisent les 24 heures de rotation de la terre en quatre périodes : la nuit, le non jour (l´aurore et l´aube), le jour, et une nouvelle période de non jour (le crépuscule) qui précède la nuit. En «été» (de l´équinoxe de printemps à celle d´automne), les deux périodes de non jour sont placées entre 5 h à 8 h d´une part, entre 20 h à 22 h d´autre part, cependant qu´en «hiver» (de l´équinoxe d´automne à celle de printemps), elles prennent place entre 8 h et 9 h le matin, entre 16 h 30 et 20 h le soir. La nuit durerait donc 12 heures en régime d´hiver (de 20 h à 8 h), mais elle se réduirait à 7 heures (de 22 h à 5 h) à la belle saison.

7En fait, la ville ne passe pas en un instant de son visage diurne à son visage nocturne : ce sont d´abord les activités professionnelles qui prennent fin. A Nancy, cela ne se traduit pas par la désertification d´un hypercentre qui n´existe pas véritablement au sens de quartier réservé aux affaires : le centre ville est ici tout autant résidentiel que voué aux bureaux, sauf dans quelques îlots et portions de voies centrales très limitées. Puis les rues se vident à l´heure du dîner. En dernier lieu, ce sont les services urbains de transport, les autobus de la C.G.F.T.E. qui cessent leur activité aux alentours de 21 h. A cette heure, le seul lieu public encore normalement en activité est la gare S.N.C.F. ( fig. 1) où, jusque vers 23 h se croisent les trains de grande ligne en provenance de la capitale ou du Midi, le train de nuit pour la Côte d´Azur et les TER en correspondance. Cette activité engendre d´ailleurs d´importants encombrements automobiles aux abords de la gare le vendredi soir. Après 23 h, la gare fonctionne de manière presque totalement fermée et la pratique du train de nuit vers Paris en plein coeur de la nuit (aux abords de 2 h 30) et de son retour en fin de nuit (vers 4 h) prend des allures d´aventure tout à fait dissuasive !

8D´autre part, à Nancy, dans le Grand Est français, aux marges du monde germanique, les rigueurs de l´hiver jouent un rôle important dans le rythme de la vie nocturne : de la fin novembre à la mi- mars, la transition entre le jour et la nuit est réduite au strict minimum : après 20 h, les activités ne se manifestent plus à l´extérieur, sauf par la mobilité du vendredi soir et du samedi soir. En revanche, à la belle saison, une certaine animation demeure à l´extérieur jusqu´à 23 h ou minuit, que ce soit à la terrasse des cafés ou dans les rues, y compris dans les quartiers résidentiels pour la promenade de soirée lorsqu´il fait encore jour, où même dans les jardins privés des lotissements périurbains. De la sorte, on peut considérer que, si on définit la période nocturne par l´absence de toute activité visible, il s´agit bien de la tranche horaire comprise entre 22 h 30 ou minuit d´un côté, 4 ou 5 h 30 de l´autre selon les saisons et les jours.

Le rôle de l'éclairage public

9A Nancy, c´est au XVIII° siècle, sous le règne du duc Léopold, et à sa demande en 1715, que les principales rues sont dotées de lanternes à chandelles de suif. Il y en aura 968 en 1770, date à laquelle l´huile prend la place du suif, cependant qu´à partir de 1787, les réverbères prennent celle des lanternes, mais toujours avec des chandelles. Dans l´un et l´autre cas, il s´agit d´un éclairage de nécessité, c´est-à-dire de sécurité. C´est en 1836 que des entrepreneurs privés proposent à la municipalité de remplacer les réverbères à chandelles par des becs de gaz. Pour la première fois, il ne s´agit plus seulement d´un éclairage de nécessité, même s´il s´agit de l´essentiel aux yeux des édiles municipaux, mais il a également pour objet de mettre en valeur les magasins, les théâtres, les hôtels et les restaurants.

10Le nouvel éclairage au gaz est donc adopté en 1836, mais il ne fait pas l´unanimité devant les nuisances et les dangers des usines à gaz situées en pleine ville. D´autre part, la ville se plaint de la diffusion très partielle et très inégalitaire de l´éclairage au gaz dans la ville, la société privée qui en a la charge ne satisfaisant que les quartiers où les demandes sont les plus nombreuses, de manière à rentabiliser au maximum la mise en place des canalisations de gaz. Ce sont donc les quartiers du centre ville, ceux où les commerçants et les particuliers les plus aisés se concentrent, qui en bénéficient. Mais dans d´autres rues, y compris dans le centre, dans lesquelles la concentration est moins forte, ce sont encore les chandelles qui y règnent, y compris pour les magasins, tout comme dans les quartiers populaires de la périphérie.

11C´est pourquoi, en 1853, le monopole de l´éclairage public est concédé à la Société Constantin & Trelis pour une durée de 20 ans : éclairage au gaz dans la ville intra muros ; éclairage à huile dans les faubourgs, à charge pour elle de faire passer le nombre de becs de gaz de 150 à 300 en trois ans, mais aussi de mettre en valeur un certain nombre d´édifices municipaux explicitement désignés, et d´autres laissés à l´appréciation du concessionnaire. Ce traité de concession sera révisé en 1866 pour une durée de 45 ans, le concessionnaire prenant le nom de SCFC. Le cahier des charges stipule cette fois que c´est l´ensemble de la ville de Nancy qui doit être éclairé au gaz. C´est ainsi que le nombre de becs de gaz atteint 609 en 1873 et qu´à cette date l´intensité lumineuse a doublé en périphérie, mais quadruplé en centre ville, depuis 1853.

12Dans le même temps, en cette seconde moitié du XIX° siècle, la SCFC étend son action sur les communes périphériques : Maxéville, Malzéville, Jarville, Essey, Laxou et Villers (fig. 1). Toutefois, la politique municipale demeure encore très sélective à l´égard de la diffusion de l´éclairage public : la densité des réverbères est largement fonction de la hiérarchie des voies. Leur espacement varie ainsi :

  • 15 à 25 m sur les «promenades très fréquentées»

  • 20 à 30 m sur la «grande voirie»

  • 35 à 60 m dans les «rues ordinaires»

  • 60 à 80 m dans les faubourgs et les banlieues.

13D´autres voies, plus ou moins nouvelles, ne sont pas éclairées du tout : elles ne sont dotées que d´un éclairage de sécurité, par chandelles à l´huile.

14Il faut néanmoins se souvenir que cet éclairage, qu´il soit au gaz ou à l´huile, ne fonctionne pas toute la nuit, mais uniquement en soirée plus ou moins prolongée, c´est-à-dire pour des activités «diurnes» (tant que les citadins ne sont pas couchés) lorsqu´il ne fait plus jour. Cependant le passage de l´huile au gaz introduit un véritable saut technologique, de telle sorte que ce dernier incite à une pratique sociale tout à fait nouvelle : une vie extérieure de nuit pour se distraire et s´amuser. Comme le dit un contemporain en 1883 :

«...plus se prolonge ce jour factice, qui vient s´ajouter au jour véritable, plus on sort de chez soi, et plus on prend le goût de la vie extérieure, plus se développent dans toutes les classes l´amour des plaisirs, l´habitude des spectacles et des distractions de toutes sortes. Le gaz a donc véritablement transformé les moeurs, et je crains fort que ce ne soit pas en bien.»

15Les grandes fêtes (14 juillet, fêtes locales et manifestations diverses) donnent lieu à des illuminations spéciales destinées à faire venir les habitants des communes voisines, mais aussi à «prendre en compte les intérêts des commerçants en attirant les étrangers et en prolongeant leur séjour» dans la ville. Dès lors, l´éclairage public devient un enjeu économique aux mains d´une catégorie socio-professionnelle : les commerçants du centre ville. A la suite des transformations structurelles de la société concessionnaire en société anonyme (la Cie du Gaz de Nancy), une nouvelle convention est signée avec celle-ci en 1909, lui accordant le monopole de l´éclairage public jusqu´au 1er juillet 1950. Au cours de cette première moitié du siècle, une nouvelle amélioration technologique intervient : l´éclairage intensif par bec à incandescence (Aüer) qui remplacera progressivement les anciens becs de gaz. La justification de l´éclairage se transforme alors progressivement vers des fins sécuritaires au profit d´une dissuasion à l´égard de pratiques déviantes ou illégales, indésirables aux yeux des riverains. Comme le dit un conseiller municipal en 1897 : «une lanterne coûte moins cher qu´un gardien de la paix». Mais, parallèlement, apparaît le vandalisme à l´égard de ces nouveaux becs. Au fur et à mesure, les anciens becs de gaz sont replacés dans les communes périphériques pour y prendre la place des lampes à huile.

16Dans les dernières années du 19ème siècle, l´électricité tente difficilement de s´appliquer à l´éclairage, de manière artisanale et souvent illégale au regard du monopole de la société concessionnaire de l´éclairage. Ce n´est qu´en 1896 que ce monopole est réduit à l´éclairage au gaz, ce qui permet à l´électricité de se développer timidement en éclairant certains édifices publics. En 1899, la C.G.E. devient concessionnaire de l´éclairage de la ville de Nancy, concession élargie en 1910 aux communes périphériques.

17Avec l´électricité, la période d´éclairage public s´allonge jusqu´à durer toute la nuit, au moins dans le centre et dans les artères principales. C´est dans les années 20 que les enseignes lumineuses se généralisent, le phénomène ayant déjà débuté avec les lampes à gaz à éclairage intensif. Le centre de la ville prend alors le visage nocturne classique des années 1960. Les commerçants et services qui ont besoin d´une voie bien éclairée, son tellement désireux de cet éclairage qu´ils acceptent d´en prendre en charge les investissements, moyennant une aide de la municipalité qui accepte, un temps, ce partenariat pour le centre de la ville. C´est également à la veille de la Seconde guerre mondiale que se répand l´éclairage axial par lampes à arc suspendues par câble au-dessus de l´axe des voies.

18En 1946, à la nationalisation de l´électricité, les becs de gaz n´ont pas tous disparu : il faudra encore attendre quelques années pour cela. Mais à partir de la fin des années 60, la politique municipale de l´éclairage est dictée, comme dans la plupart des villes de province, par la croissance de la circulation automobile : généralisation et intensification de l´électricité par usage du ballon fluorescent, puis des lampes à sodium à haute pression sur les principaux axes routiers urbains, spécialement dans les quartiers neufs, ainsi que sur les grands carrefours, cependant que les lampes axiales sont remplacées par les consoles sur les façades des immeubles et par des lampadaires. Cet éclairage à des fins fonctionnelles présente une signification spatiale tout à fait opposée à celle des phases précédentes : toute l´évolution antérieure a eu pour effet de consacrer la primauté du centre sur la périphérie, alors que c´est désormais l´inverse qui se produit : la périphérie (entrées de villes, grandes surfaces commerciales, voies rapides et rocades)est - en intensité - mieux éclairée que le centre.

19Il faudra attendre les années 90 pour que l´éclairage de certains édifices monumentaux (Place Stanislas notamment, cf. fig. 1) et de leurs abords soit repensé à des fins proprement culturelles et touristiques, notamment sous l´influence des architectes et des urbanistes, en vue d´une meilleure mise en valeur du patrimoine bâti magistral nancéien.

La vie nocturne de Nancy

20Même si de nos jours, l´ensemble de l´agglomération nancéienne, comme toutes les villes européennes jouit de l´éclairage électrique, ce dernier ne présente pas partout la même intensité. Or, cette variation de l´intensité influence largement les pratiques sociales nocturnes de la ville. A Nancy, comme de nombreuses enquêtes l´ont montré ailleurs et notamment à Lyon, les agressions ont lieu en grande majorité dans les endroits les moins bien exposés à la lumière. L´éclairage public joue donc bien un rôle sécuritaire. Mais ce dernier n´est plus aujourd´hui primordial, même s´il demeure très présent.

21La pratique des loisirs nocturnes à Nancy depuis un demi-siècle a revêtu plusieurs aspects selon les époques. Trois périodes peuvent être distinguées, en gros les décennies 1950 et 1960, puis les trois dernières décennies du siècle.

1945 - 1962 : les fêtes et les distractions nocturnes comme élément de la vie sociale

22Dans cette période de l´après-guerre, la vie nocturne de loisirs est encore très limitée dans cet Est français qui n´a pas la réputation de «s´amuser» facilement. La pratique des loisirs nocturnes est partagée entre les établissements spécialisés et les initiatives de groupes privés. Ces derniers doivent simplement demander une «permission de nuit» valable toute la nuit pour un local précis. C´est l´époque des dancings, des salles des fêtes et des orchestres de bar.

23Les débits de boisson doivent fermer à 0 h 30, et les dancings ne fonctionnent encore que jusqu´à 5 h, seulement les nuits du samedi au dimanche. Un assouplissement sera apporté en 1953, date à laquelle la fermeture des débits de boisson est repoussée d´une demi-heure (jusqu´à 1 heure), mesure encore en vigueur aujourd´hui. Toutefois, certains établissements bénéficiant d´une autorisation de fermeture tardive ont le droit de prolonger leur activité jusqu´à 2 h (une quinzaine en 1952). Presque tous offrent des spectacles musicaux et sont situés dans le centre ancien, (entre la place Stanislas et la basilique Saint-Epvre,cf. fig. 1) qui constitue le coeur du Nancy nocturne. D´autres, situés tout à fait à l´écart, sont liés à une activité professionnelle bien précise, comme la gare (qui présente, à l´époque, une intense activité nocturne), ou au dépôt des autobus. Quelques autres fonctionnent dans les faubourgs avec l´accord bienveillant des riverains, ce qui n´est pas le cas de ceux du centre dont les habitants se plaignent des nuisances sonores, mais aussi des nuisances sociales que cette activité engendre.

24C´est pourquoi, à la suite de la fermeture autoritaire de certains établissements du centre, on observe un certain glissement de la vie nocturne vers la fin des années 50 au profit des quartiers centraux du sud, dans la «ville de Charles III» (fig. 1). Ces nouveaux établissements de nuit, implantés aux abords de la rue Saint-Jean, au sud de la place Stanislas (fig. 1), proposent des activités importées des États-Unis, dans le style «Pub», s´adressant à une clientèle plus raffinée, dans une atmosphère feutrée plus intime.

25Mais la vie nocturne de cette époque, c´est aussi les diverses fêtes privées car, si les Lorrains sont réputés «sérieux», la vie sociale et associative n´en est pas moins particulièrement active. Ces fêtes, qui font toutes l´objet d´une permission de nuit ont principalement lieu à la belle saison, mais dans l´ensemble de la ville, qu´il s´agisse des associations de quartiers (qu´elles soient civiles, paroissiales ou religieuses), ou bien des amicales en tout genre (innombrables amicales militaires ou issues de la guerres, florissantes dans l´Est, associations d´anciens élèves de grandes écoles - nombreuses à Nancy - ou liées à des activités sportives ou culturelles) ou encore des associations de résidents d´autres régions ou étrangers. A cet ensemble, il faut également ajouter les innombrables manifestations familiales célébrant les grands moments de la vie (baptêmes, communions, fiançailles, mariages, noces d´argent et d´or).

26Les lieux de ces manifestations sont principalement les débits de boisson, souvent sièges des amicales, et centres de l´animation des quartiers, mais aussi les salles municipales ou paroissiales, puis les locaux d´associations, et enfin les restaurants pour les fêtes familiales. En raison de la prédominance des manifestations non liées à la vie de quartier, la plupart d´entre elles concernent le centre ville.

1962 - 1973 : la vie nocturne comme moyen d´affirmation de la jeunesse

27Le début des années 60 est marqué par l´arrivée des pieds-noirs qui vont largement modifier le fonctionnement de la vie nocturne à Nancy, par une mentalité différente, plus propice à la distraction nocturne, et souvent de manière moins familiale et moins amicale, de surcroît avec d´importants moyens financiers. Par ailleurs, c´est l´époque à laquelle les jeunes prennent leur indépendance fondée sur la motorisation sous la forme des deux-roues ou même de la voiture. Dans le même temps sont lancées les modes musicales yé-yé puis rock. Désormais, la distraction nocturne est inséparable de la consommation de disque. En d´autres termes, c´est l´avènement des discothèques et des boites de nuit.

28L´activité nocturne en général se développe dans l´hypercentre commercial, entre la gare et le marché de la place Mengin qui fait face au Centre Saint-Sébastien (fig. 1), mais aussi de l´autre côté de la voie ferrée, dans le quartier de Mon Désert (fig. 1), où elle prend une tournure moins innocente : nombre d´établissements de nuit sont aux mains d´une sorte de «mafia» d´un véritable «Milieu» réunissant proxénétisme, prostitution et «boites à truands». Ce «Milieu» qui n´hésite pas à faire appel au racket s´étend même aux nouveaux centres commerciaux des communes périphériques (Vandoeuvre par exemple, cf. fig. 1)

29Dans le même temps, le nombre de fêtes familiales et privées se réduit fortement : les demandes de permissions de nuit diminuent rapidement, cependant que les dancings de quartier ferment les uns après les autres, tout comme leurs cinémas. Au début des années 70, les quartiers périphériques perdent toute animation nocturne, sauf la nouvelle Z.U.P. du Haut du Lièvre (fig. 1) qui tente quelques essais d´animation sociale.

Depuis 1970 : la double vie de la ville

30Les années 70 se traduisent par la pression de la crise économique, ainsi qu´une certaine réaction à l´héritage de la tourmente de 68. Les milieux politiques et les élites nancéiennes fréquentent les boites de nuit de plus en plus rarement par crainte du scandale. Les professionnels du loisir nocturne tendent donc à se tourner vers la clientèle jeune, moins fortunée mais plus nombreuse. Dans l´espace urbain, les tendances de l´époque précédente s´accélèrent : la vieille ville est progressivement totalement désertée par les activités de nuit, ce qui permettra sa réhabilitation immobilière et sociale. La densité des établissements de nuit se renforce dans les quartiers centraux du sud, de part et d´autre de la voie ferrée.

31Par ailleurs, la rénovation de l´hypercentre et la création en son sein du Centre commercial Saint-Sébastien (fig. 1) permet aux grands immeubles modernes qui le constituent d´offrir des locaux plus adaptés à la vie nocturne de masse demandée par les jeunes. Cependant, trouvant les loyers de l´hypercentre trop élevés, les nouvelles discothèques préfèrent ceux plus économiques des grandes surfaces exurbanisées à la périphérie de l´agglomération, proches d´ailleurs des grandes Z.A.C. et des nouveaux lotissements et à partir desquels les jeunes peuvent se rendre aisément en 2 roues motorisés ou même en voiture. Le cadre de cette activité se modifie donc peu à peu. Cette évolution s´achèvera avec la mise en service, en 1993, du Zénith, dans le site totalement exurbanisé, loin de tout, des anciens terrains Solvay, au nord de Nancy, sur la commune de Maxéville (fig. 1).

32D´une façon générale, les nouvelles pratiques nocturnes des établissements spécialisés s´opère souvent sous forme de réseaux : réseaux de «boites» fréquentées les unes après les autres, mais aussi réseaux sociaux très jaloux de leur spécificité, qu´il s´agisse des établissements fréquentés, des moments de fréquentation au cours de la nuit, et naturellement de leur composition sociale.

33Cependant, de nos jours, à côté de cette pratique institutionnelle de la vie nocturne nancéienne, se développe une pratique informelle, celle des marginaux et des exclus. La croissance de leur nombre les incite à rechercher des quartiers qu´ils peuvent s´approprier au cours de la nuit. Sur ce point, la politique municipale est celle d´une stricte tolérance qui leur interdit tout établissement propre, mais ne peut leur interdire la rue. Si les quartiers centraux sont suffisamment surveillés pour leur être plus ou moins interdits de fait, en revanche, les quartiers périphériques (Vandoeuvre par exemple) sont souvent leur domaine pour des activités qui se traduisent parfois par un affrontement avec la police.

34Sans toutefois aller jusque là, on assiste aujourd´hui à une forte croissance des populations nocturnes : groupes ou individus marginaux ou déviants, des grandes cités des banlieues ou bien du centre ville, pour lesquels la pleine nuit est le temps privilégié de «l´activité». La ville nocturne devient alors, pour eux, le lieu de tous les fantasmes, le plus souvent à caractère sexuel, mais pas toujours, un lieu en tout cas en rupture sur tous les plans avec le fonctionnement diurne des quartiers, qu´il s´agisse du paysage (lumière, magasins fermés et rideaux baissés) ou des populations.

35Ainsi tend à se développer une double utilisation de l´espace urbain, diurne selon le fonctionnement classique, nocturne au cours de laquelle les quartiers, y compris ceux du centre ville sont l´objet d´une «réappropriation», d´une sorte de «contre-vie diurne» par les populations qui ne parviennent pas à s´intégrer dans les activités urbaines diurnes et qui perçoivent les quartiers centraux comme l´expression d´un refus de leur présence les incitant à se maintenir dans leur marginalité avec tous les risques que présente cette situation. C´est pourquoi la Ville de Nancy mène actuellement une réflexion pour savoir dans quelle mesure des immeubles de bureaux de l´hypercentre dans des voies désertées la nuit ne pourraient pas faire l´objet d´une adaptation pour abriter des établissements spécialisés à ce type de population, sans que cela puisse gêner des riverains qui n´existent pour ainsi dire pas. Il y aurait là une forme originale de «rentabilité» de l´espace urbain par utilisation successive, diurne et nocturne.

Conclusion

36En raison de l´évolution des moeurs et des conditions de vie, la demande de «loisirs» et d´espaces de vie nocturnes tend donc à s´accroître. Jusqu´à présent, on a observé un décalage croissant entre la réalité de la demande et la politique municipale à ce sujet. Tout le problème est de savoir, dans quelle mesure la fonction nocturne de la ville - le repos - peut aujourd´hui être partagée avec une fonction ludique, socialement marginale, mais dont la demande se fait de plus en plus pressante. La décroissance de la fonction résidentielle dans certains secteurs de l´hypercentre est susceptible de donner une réponse positive à cette question, si la Ville s´en donne les moyens.

© CYBERGEO

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Auphan, « La vie nocturne d´une grande ville de province française : Nancy  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 83, mis en ligne le 10 mars 1999, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1088 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1088

Haut de page

Auteur

Étienne Auphan

Université Paris-Sorbonne, France

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page