Navigation – Plan du site
1997
Colloque "les problèmes culturels des grandes villes", 8-11 décembre 1997
99

Les grandes métropoles comme carrefours des diasporas

Large cities as diaspora's crossroads

Georges Prevelakis

Entrées d’index

Mots-clés :

culture, diaspora, métropole

Keywords :

city, culture, diaspora
Haut de page

Texte intégral

1La ville pré-moderne était souvent multilingue. Les villes de l´Europe orientale, de la Méditerranée ou de l´Asie du sud-est étaient comparées à la tour de Babel. La coexistence de plusieurs langues ne conduisait pourtant pas à une incapacité de communication entre les habitants de la ville, mais au contraire, à la compréhension des autres langues pratiquées dans la communauté de la cité. Le citadin, contrairement à l´habitant de la campagne, était, en général, polyglotte.

2Le caractère multilingue de la cité pré-moderne constituait l´expression d´un phénomène plus général de pluri-culturalisme, puisque le mélange des langues était accompagné d´une diversité de religions, d´origines, etc. La ville était ainsi l´espace de la diversité par excellence, contrairement à la campagne qui se présentait beaucoup plus homogène.

3L´étude de la ville orientale permet de relativiser une série d´ a priori qui accompagnent notre perception des phénomènes de cohabitation de plusieurs cultures. Elle montre qu´une culture ne constitue pas obligatoirement une iconographie, c´est à dire le fondement d´une organisation - présente ou projetée - territoriale et politique impliquant la volonté d´exclure d´un territoire donné ceux qui ne la partagent pas (1). Par conséquent, le caractère multi-culturel de la ville pré-moderne ne constituait pas un élément inhérent d´instabilité politique, comme on a tendance à penser aujourd´hui face aux échecs répétés de la cohabitation de divers groupes culturels dans le même cadre urbain.

4La ville multi-culturelle traditionnelle - en Europe orientale, en Afrique du Nord, en Asie, etc. - fondait son économie sur la diversité de ses cultures, qui était d´ailleurs à son tour une conséquence de son rayonnement économique et culturel. Chaque ville s´inscrivait dans un réseau de villes, et ces réseaux constituaient l´ossature de l´espace économique des grands ensembles géographiques, des empires, etc. Ces réseaux urbains étaient composés d´une multitude d´autres sous-réseaux : sociétés commerciales, grandes familles dispersées dans plusieurs villes, réseaux religieux, etc.

5La participation de chaque ville dans ce monde réticulaire lui apportait des éléments de chacun des sous-réseaux. Ainsi, la diversité qui caractérisait l´ensemble de ces systèmes urbains se reflétait, de manière plus ou moins complète, dans la diversité culturelle interne des villes. Les villes les plus importantes avaient plus de chances d´accueillir des représentants de presque tous les sous-réseaux - c´était par exemple en Orient le cas de Constantinople - tandis que les petits comptoirs qui desservaient un arrière-pays limité se caractérisaient par une population bien plus homogène.

6Au rôle économique de la ville comme élément contribuant à la diversité culturelle de la société citadine s´ajoutaient les stratégies politiques et militaires. Le contrôle d´une ville importante par les empires ou les États imposait l´installation de soldats et de colons dans ces carrefours convoités et la succession des conquêtes produisait une sorte de sédimentation de cultures.

7Plus la ville était culturellement variée, plus elle pouvait s´adapter aux mutations économiques. A tout moment, elle comptait parmi ses habitants les éléments qui disposaient l´avantage comparatif : les savoirs-faire dans l´artisanat, la navigation et le commerce étaient transmis d´une génération à l´autre à l´intérieur des groupes culturels, linguistiques et religieux (2).

8La modernité occidentale a détruit les équilibres de cette organisation. Elle a d´abord affaibli le lien entre réseaux linguistiques, religieux, régionaux, etc. et secteurs de l´activité économique. La révolution industrielle a complété l´oeuvre de l´idéologie des Lumières, créant l´ouvrier industriel, dont les traits culturels ne comptent pas.

9Le deuxième aspect de l´influence de la modernité sur la ville multi-culturelle est la nouvelle perception de la relation entre culture et politique. L´idée de la Nation a conçu le projet politique de la construction d´un État comme le rassemblement d´une sorte de grande famille composée d´hommes et de femmes ayant un certain nombre d´affinités ou de traits communs. Avant la modernité, les nations existaient en tant que réalités empiriques sans être obligatoirement associées à des projets politiques, des États. La modernité a politisé le concept de Nation et lui a donné un caractère volontaire et programmatique : la construction nationale et la construction étatique devenaient des processus quasi-simultanés.

10Le critère d´appartenance à une nation n´a jamais fait le consensus. Si, au début du XIXe siècle, on parlait de la volonté de partager certaines valeurs, on a peu à peu évolué vers une perception linguistique de la nation. En Europe orientale, on a assisté à la transformation des vieilles entités ethno-religieuses en États-Nations. Dans ces cas, l´élément religieux s´est ajouté à l´élément linguistique pour renforcer encore plus l´idée que l´appartenance à une communauté politique découle inexorablement de la culture linguistique et religieuse parentale.

11La pénétration de ces idées occidentales dans les villes multi-culturelles a complètement déstabilisé leurs sociétés. Les groupes ethno-culturels qui partageaient la même iconographie impériale, citadine, etc. et pouvaient donc travailler ensemble pour le bien commun, ont commencé à percevoir leurs différences culturelles comme des éléments d´opposition dans le cadre de projets politiques divergents et contradictoires. Des lors, la ville multi-culturelle a cessé d´être un point de rencontre de différents réseaux associés à des cultures différentes, pour devenir une arène de confrontation des nations, nouvelles ou anciennes (mais converties à la modernité).

12On assiste ainsi à un phénomène d´éclatement des cités multi-culturelles dont les sociétés se sont nationalisées suite à leur intégration à des États-Nations et à la persécution des représentants des autres cultures. Les peuples des diasporas ont subi le nettoyage ethnique dans une large zone allant des pays Baltes jusqu´à l´Afrique du Nord. Ainsi, à la fin du XXe siècle peu de villes multi-culturelles subsistent encore dans cette grande zone. Leur survie est menacée par la nouvelle vague d´instabilité qui caractérise l´après guerre-froide.

13La modernisation économique, politique et idéologique a donc conduit à une uniformisation radicale des sociétés urbaines. Le phénomène de nationalisation des villes s´inscrit dans un processus beaucoup plus large qui a eu tendance à remplacer la logique réticulaire d´organisation géo-économique et géopolitique par une logique régionale.

14Le triomphe de l´État-Nation sur les Empires a eu des conséquences profondes en ce qui concerne la place des villes dans la vie économique et politique. Auparavant, les cités constituaient des entités politiques qui pouvaient disposer d´une certaine autonomie, voire même d´une véritable puissance. L´avènement de l´État-Nation a marginalisé le rôle politique de la ville, devenue un simple "organe" de l´État territorial. C´est la raison pour laquelle la géographie politique classique s´est relativement peu intéressée à la ville, malgré la place prépondérante du fait urbain dans les rapports entre espace et politique (3).

15A l´aube du XXIe siècle, tout semble changer. L´État-Nation, au moment même ou il achève la conquête du monde avec la fin de la guerre froide, semble attaqué de tous les côtés. Les révolutions technologiques successives lui enlèvent la capacité de contrôler son territoire et, à travers lui, les esprits de ses citoyens. L´économie est déjà globalisée et impose sa loi sur la politique nationale, contrairement à ce qui se passait il y a deux ou trois décennies. La défense nationale ne peut plus s´appuyer sur la logique territoriale  : pour s´assurer de sa sécurité, on doit se battre sur l´arène globale, aller à la recherche des sources de menaces que l´on ne peut plus garder en dehors d´un périmètre contrôlé par des méthodes traditionnelles.

16L´affaiblissement du principal acteur de la modernité, l´Etat-Nation, est un des signes du début de l´ère post-moderne. D´autres acteurs viennent occuper la place que l´État-Nation est en train de perdre. Ces nouveaux acteurs de la vie internationale expriment deux tendances, deux formes d´adaptation à la globalisation. Par la régionalisation on cherche à constituer des acteurs à une échelle apparemment plus adaptée aux réalités globales, tout en restant à l´intérieur d´une logique territoriale. L´autre tendance est l´émergence ou le renforcement d´acteurs organisés sous forme de réseaux. Deux types d´acteurs semblent plus importants  : les sociétés multinationales et les diasporas.

17Le rôle des sociétés multinationales a été étudié pendant les deux dernières décennies. Elles ont largement contribué à la métropolisation qui constitue une des principales expressions de la post-modernité dans le domaine économique. D´une certaine manière, elle marque la revanche des villes après deux siècles de marginalisation par les succès de l´État territorial.

18La question des diasporas constitue une préoccupation plus récente des politologues, géographes, sociologues et économistes. Le renforcement du rôle des diasporas comme acteurs de la scène globale est très rapide, à tel point que l´on a le sentiment d´un grand retard de la recherche (4).

19Les diasporas sont des acteurs dont l´organisation est parfaitement adaptée aux conditions de la globalisation. Elles partagent avec les sociétés multinationales une capacité d´action indépendante des cadres étatiques, ce qui leur offre un avantage considérable par rapport à des acteurs enfermés dans la logique stato-nationale, en perte de vitesse.

20Les diasporas diffèrent aussi des sociétés multinationales  : elles ne sont pas des acteurs nouveaux. Elles représentent souvent la revitalisation d´acteurs anciens. Leur cohésion est assurée par des mécanismes qui ont fait leur preuve à travers plusieurs siècles, voire millénaires. Elles arrivent ainsi à résoudre de manière traditionnelle et spontanée le principal problème de toute organisation qui se veut globale  : sa coordination et son unité à travers le monde. Ce patrimoine de capacité d´adaptation à des échelles spatiales et temporelles variées s´exprime dans la culture des diasporas qui constitue aussi le moyen de transmission de ce patrimoine d´une génération à l´autre. Par rapport aux sociétés multinationales, les diasporas paraissent donc disposer d´avantages considérables. Par ailleurs, les deux types d´acteurs peuvent très bien se combiner : des sociétés multinationales peuvent être créées dans le cadre des diasporas. Les sociétés multinationales utilisent par ailleurs largement les compétences et les réseaux de relations de cadres appartenant à des diasporas.

21La globalisation a souvent été présentée comme une vague d´uniformisation culturelle. La réalité est bien plus complexe. Il est vrai que les frontières étatiques résistent peu à la diffusion des valeurs et des modèles culturels à partir d´émetteurs globaux. Nous assistons ainsi à la diminution de la diversité au plan des entités territoriales, étatiques, régionales, etc. Pourtant, la diversité culturelle constitue un trait inhérent de l´humanité et sa diminution au plan territorial est compensée par une croissance de la diversité sous d´autres formes, et notamment sous les formes adaptées à la globalisation, c´est à dire sous des formes réticulaires. Ainsi, on ne doit pas s´étonner du renforcement des fondamentalismes qui constituent des phénomènes a-territoriaux et réticulaires.

22Les diasporas profitent elles aussi de cette recherche de formes nouvelles de diversification culturelle. La globalisation favorise donc doublement les diasporas  : en créant à nouveau un contexte d´action réticulaire et en renforçant l´attraction des racines culturelles.

23Le phénomène des diasporas a toujours été étroitement lié aux villes. L´essor des diasporas ne peut donc qu´influencer fortement les processus qui concernent les villes et surtout les grandes villes, qui sont le plus ouvertes au monde et à la globalisation.

24A première vue, la question des rapports entre métropolisation et diasporas paraît simple. On a l´impression d´un replay, d´un retour à la situation pré-moderne. Le monde méditerranéen semble comme un modèle à échelle réduite de notre monde globalisé. La métropolisation paraît être en train de créer une constellation de grandes métropoles, une société transcendant les frontières des États. Cette société est sélective et n´inclue pas l´ensemble des habitants des aires métropolitaines  : seules les élites y participent. Ces nouvelles cités à l´intérieur des océans urbains rappellent les cités méditerranéennes entourées par leurs arrière-pays agricoles  : les ruraux participaient peu à la civilisation méditerranéenne et à cet univers des cités. De la même manière, les ouvriers, les petits employés, etc. qui vivent et travaillent dans les aires métropolitaines participent peu à la jet-set society de la métropolisation et de la globalisation.

25L´unité du monde des grandes métropoles est assurée par une multitude de réseaux : sociétés multinationales, relations sociales, familles et clans dispersés, réseaux professionnels et scientifiques, organisations internationales et humanitaires, etc. L´ensemble de ces réseaux constitue le super-réseau des grandes métropoles.

26Ce nouveau milieu qui est en train de se constituer forme un terrain très favorable aux diasporas, de la même manière que le monde méditerranéen avec ses prolongements en Mer Noire, dans les Balkans, au Moyen Orient, etc. a constitué une excellente base d´extension pour les diasporas dans le passé. Ainsi, on peut facilement imaginer une évolution du monde des métropoles en suivant le modèle méditerranéen. Venise, Gênes, Marseille, Istanbul, Salonique, Smyrne ou Alexandrie sont peut-être des réalités qui vont renaître à New York, à Londres, à Paris, à Moscou ou à Tokyo.

27Dans l´hypothèse d´un renforcement du rôle des diasporas, la grande métropole est appelée à jouer un rôle crucial. Les réseaux qui s´étendent sur la scène mondiale et qui fonctionnent en grande partie par des technologies modernes de communication ne peuvent effacer le rôle des contacts humains et de la confiance, surtout lorsqu´il s´agit d´affaires et de décisions importantes. Les structures diasporiques répondent en grande partie à ce besoin, puisque leurs membres partagent les mêmes codes. Cependant, ces flux de confiance et de crédit ne sont possibles qu´à l´intérieur de chaque réseau diasporique. La question qui se pose est l´intégration des différents réseaux des diasporas en un seul réseau global, c´est à dire l´établissement de passerelles de confiance et de crédit entre les diasporas. Cette fonction ne peut pas être assurée à travers de réseaux d´ordre culturel puisque les diasporas sont par définition culturellement différentes. Un des principaux moyens pour établir des liaisons transversales est la proximité spatiale, le voisinage, la participation des différents représentants des réseaux diasporiques à une vie commune de citadins. Cette solution avait été adoptée avec succès dans le cadre méditerranéen. La société d´Alexandrie constitue probablement un des meilleurs exemples de fonctionnement de l´espace urbain comme instrument de connexion des réseaux méditerranéens des diasporas (5).

28Les membres des communautés grecque, juive, arménienne, etc. se rencontraient pour gérer la ville et son urbanisme. Dans le cadre d´une vie sociale ou mondaine, ils établissaient des relations d´amitié qui pouvaient conduire ensuite à des affaires communes fondées sur la confiance qu´inspire l´observation de son associé dans des domaines autres que les affaires, comme par exemple sa vie de famille.

29Cette logique méditerranéenne de voisinage permettrait le retour du territoire dans un monde de plus en plus organisé de manière réticulaire et assurerait à nouveau la complémentarité entre régions et réseaux.

30Cependant, l´application de ce modèle méditerranéen dans la réalité post-moderne est probablement trop idyllique pour être réaliste (6). Elle ignore ce que la réalité urbaine et métropolitaine a hérité de la période moderne. L´image des grandes métropoles en tant que carrefours des diasporas cache l´image de plus en plus menaçante des villes qui se transforment en arènes de confrontation de groupes culturels opposés.

31En effet, le caractère multi-culturel de nos grandes métropoles découle de deux processus différents. Nous avons évoqué jusqu´ici la tendance vers la diversification culturelle liée à la globalisation, à la métropolisation, à l´organisation de réseaux se rencontrant dans l´espace urbain.

32Cependant, les grandes métropoles occidentales se caractérisent aussi par une autre forme d´hétérogénéité culturelle, celle qui exprime les limites, voire l´échec, de la modernité, plutôt que les possibilités de la post-modernité. Il s´agit de l´immigration d´ouvriers provenant de pays de l´Europe du Sud ou d´anciennes colonies. Ces ouvriers ont étés accueillis avec deux hypothèses fondamentales  : la poursuite de la croissance industrielle et l´efficacité de l´intégration. Ces deux hypothèses, dont la deuxième dépend dans une certaine mesure de la première, ont été confirmées pendant les "trente glorieuses". Mais, au fur et à mesure que la réalité économique a commencé à changer, les choses se sont dégradées. Dès les années 1970, il était évident que le secteur industriel dans les grandes métropoles occidentales apportait de moins en moins d´emplois. La population étrangère ou d´origine étrangère devenait donc un fardeau plutôt qu´une ressource pour l´économie métropolitaine.

33Une partie de la population immigrée arrive à évoluer et à s´adapter aux mutations économiques ; elle passe ainsi dans la catégorie privilégiée de la population métropolitaine, elle profite souvent de ses racines pour accéder au monde des réseaux diasporiques. Mais tous les étrangers ne peuvent suivre le même itinéraire, soit pour des raisons individuelles (intelligence, age, etc.), soit pour des raisons collectives (couleur, traditions culturelles, etc.). La grande ville doit alors gérer le lourd héritage de ces "étrangers" qu´elle a fait venir ou a accepté dans son territoire et dont elle ne sait désormais quoi faire. La marginalisation économique et sociale de cette catégorie de la population conduit à l´échec de l´intégration.

34Aux raisons économiques et sociales s´ajoute l´influence de courants idéologiques plus vastes qui viennent de l´extérieur. Nous avons déjà discuté la manière dont la globalisation favorise les fondamentalismes. L´émergence de tels courants permet la canalisation du mécontentement et des sentiments d´humiliation et contribue à l´échec définitif de l´intégration. La coïncidence des difficultés en ce qui concerne l´emploi avec l´émergence d´idéologies fondamentalistes est très dangereuse pour les équilibres sociaux des grandes métropoles occidentales.

35A partir du moment où se forme une identité de contestation, en contradiction avec les valeurs de la société d´accueil, on peut passer à la phase suivante, c´est à dire à l´émergence d´une véritable iconographie et à la constitution de mini-territoires, comme certaines zones de la banlieue parisienne dans lesquelles la police ne se manifeste que rarement. Aux États-Unis, des tels phénomènes sont déjà anciens.

36Ces phénomènes s´inscrivent aussi dans une logique de réseaux. Les fondamentalismes, les mafias, etc. constituent des liens entre ces mini-territoires urbains sur lesquels la police a une maîtrise limitée. La grande métropole, carrefour des diasporas, devient ainsi un élément des réseaux terroristes ou criminels. On peut envisager, comme avec les diasporas, une deuxième étape dans laquelle la proximité, le voisinage dans les "zones grises" de la grande métropole, fréquentées par définition par tous les acteurs clandestins, pourrait conduire à des connexions entre les réseaux. Il est plus probable cependant que des telles connexions se fassent au sommet plutôt qu´à la base, c´est à dire dans les quartiers chics ou dans les locaux des ambassades, etc. où se rencontrent ceux qui détiennent les instruments de contrôle de certains de ces réseaux.

37Les comparaisons entre le monde méditerranéen et notre monde globalisé ont donc leurs limites. Les réseaux des cités méditerranéennes constituaient des systèmes menacés certes, mais par des forces externes, qui pouvaient provenir de leurs arrière-pays agricoles - sous la forme de révoltes paysannes contre les riches citadins - ou de zones plus éloignées - le désert, la steppe, la mer... La distinction entre le monde civilisé et les mondes barbares était claire.

38Ce qui rend la globalisation inquiétante, c´est la disparition de la distinction entre l´interne et l´externe. L´affaiblissement du rôle des territoires étatiques est la forme la plus évidente de ce phénomène. On voit pourtant que l´absence de limites stables et rassurantes trouve aussi son expression dans le monde des réseaux. Face à l´élite cosmopolite de la métropolisation, organisée en réseaux économiques et culturels, on trouve des populations de plus en plus marginalisées dont une grande partie - en général celle qui subit le plus durement l´exclusion - sont des "étrangers", matière première pour l´émergence de "diasporas prolétaires". Les deux types de diasporas qui apparaissent ainsi - élites cosmopolites et prolétariat ou même lumpen-proletariat - ne s´opposent pas de manière systématique. Nous n´assistons pas à une transposition de l´opposition entre la ville et la campagne au niveau des réseaux mondiaux. Au contraire, les deux types de réseaux de diasporas peuvent très bien développer des relations de complémentarité et de complicité, voire s´intégrer en un seul réseau. Les diasporas asiatiques ont une stratification sociale interne et sont composées à la fois de membres d´élites cosmopolites et de prolétaires souvent exploités économiquement à l´intérieur de leur propre milieu diasporique.

39Une autre grande différence par rapport au modèle méditerranéen est le fait que l´échelle spatiale de la métropole n´a aucune commune mesure avec celle de la cité méditerranéenne. La gestion des problèmes urbains, les questions d´urbanisme, etc. ne préoccupent guère les réseaux des diasporas qui se soucient seulement des micro-territoires qu´ils occupent à l´intérieur des métropoles. La responsabilité pour le bien commun qu´est la ville est laissée aux autorités qui expriment les anciennes structures et réalités et qui fonctionnent à travers les institutions étatiques. Or, ces institutions et les sociétés qui les soutiennent connaissent de plus en plus de difficultés, dont une grande partie provient de la présence et de l´activité des réseaux des diasporas à l´intérieur de l´espace de leur compétence.

40Le monde des grandes métropoles réintroduit de plus en plus l´élément ethno-culturel ou diasporique dans sa société après la longue période de la "nationalisation" des villes pendant laquelle le social était le facteur principal de structuration des populations urbaines. Le retour du facteur culturel se fait parallèlement à la constitution de réseaux trans-métropolitains. Ces phénomènes, leur échelle géographique et la rapidité de leur évolution déstabilisent les sociétés métropolitaines et conduisent à des tensions de plus en plus intenses entre les populations "majoritaires" ou parfois "anciennement majoritaires" et les "étrangers". Ils affaiblissent les structures politiques, administratives, institutionnelles.

41Si la nationalisation de la cité apportée par la modernité a été la cause principale de la transformation des cités-carrefours en villes-frontières, l´essor du pluri-culturalisme dans le domaine urbain ne constitue point un retour à un passé plus ou moins idyllique de coexistence. Les interactions entre cultures ont besoin d´un cadre politique et institutionnel stable que les États semblent de moins en moins capables à assurer à des espaces métropolitains de plus en plus énormes et complexes.

42Les métropoles deviennent certes à nouveau des carrefours des diasporas. Il n´est pourtant pas possible en ce moment de prévoir si ces carrefours seront plutôt des carrefours d´échange et d´enrichissement économique et culturel ou des arènes de confrontation chaotique d´intérêts transcendant les frontières métropolitaines.

43Dans le monde instable de la globalisation, le besoin du politique se fait sentir de plus en plus. Seule la constitution d´une société politique solide peut résister aux influences néfastes et transformer les flux de circulation en atouts économiques et culturels. La capacité d´autodéfense des sociétés métropolitaines devient ainsi l´élément critique entre la réussite et le chaos. Cette capacité dépend de la force de leur iconographies. Ainsi, dans la période instable qui s´ouvre devant nos grandes métropoles, une sorte de "sélection naturelle" permettra aux métropoles disposant d´une iconographie forte de réussir bien mieux que celles qui l´auront perdue ou n´en auront jamais eu. Par ce biais, le territoire affirmera à nouveau son importance à travers un changement d´échelle : à la place des territoires d´États, ce seront, parmi d´autres, certains territoires métropolitains qui vont compter.

44A la place de "la fin des territoires"(7), assistera-t-on à la revanche des territoires dans un monde de plus en plus globalisé  ? La métropolisation semble le confirmer. Ainsi, ce qui paraissait comme un luxe inutile-voire une entrave à la modernité de la ville industrielle et machiniste - devient une richesse inestimable  : le patrimoine historique et architectural, les monuments, les symboles, etc., c´est à dire tous les éléments qui peuvent renforcer le "patriotisme" métropolitain.

Haut de page

Notes

1 La notion d´iconographie a été introduite à la théorie de la Géographie politique par Jean Gottmann. L´iconographie est l´ensemble des symboles, des représentations, etc. qui unissent un peuple et conduisent à la définition d´un territoire, étatique ou autre. Cette notion fait le lien entre le politique et le culturel dans le domaine de la Géographie et introduit le facteur psychologique dans une Géographie politique souvent trop dominée par des approches économistes. Voir le livre fondamental de Jean Gottmann, La Politique des États et leur géographie, Paris, A. Colin, 1952 ainsi que ses deux articles, "Geography and International Relations", World Politics, Vol. II, no 2, 1951, p. 153-173 et "The political partitioning of our World : an attempt at analysis", id., Vol. VI, no 4, 1952, p. 512-519.

2 Voir Georges Prévélakis, "Istanbul, Skopje et Salonique  : villes-frontières ou cités-carrefours ?" dans Joèl Kotek (sous la direction de), L´Europe et ses villes frontières, Complexe, Bruxelles, p. 77-96.

3 Voir une récente exception : P. Claval, A.-L. Sanguin (dir.), Métropolisation et politique, collection "Géographie et Cultures", L´Harmattan, Paris, 1997, 318 p.

4 Voir l´ouvrage qui a posé pour la première fois la question des diasporas dans sa dimension internationale : G. Sheffer (dir.), Modern diasporas in International Politics, St. Martin´s Press, New York, 1986, 349 p. ainsi que M. Bruneau (dir.), Diasporas, Reclus, Montpellier, 1995, 192 p. et G. Prévélakis (dir.), Les réseaux des diasporas, "Géographie et Cultures", KYKEM, L´Harmattan, Nicosie, Paris, 1996, 444p.

5 Voir Robert Ilbert, "Alexandrie, cosmopolite ?", in Paul Dumont, François Georgeon, Villes ottomanes à la fin de l´empire, L´Harmattan, Paris, 1992, p. 171-185.

6 Voir aussi un autre effort d´établir un parallèle entre le passé et l´avenir de la ville : G. Parker, "Vers une nouvelle Hanse : métropoles et nations dans la géographie politique de l´Europe", P. Claval, A.-L. Sanguin (dir.), Id., p. 27-36

7 Selon la formule de Bernard Badie : B. Badie, La fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l´utilité sociale du respect, Paris, Fayard, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Prevelakis, « Les grandes métropoles comme carrefours des diasporas », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 99, mis en ligne le 25 mai 1999, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1162 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1162

Haut de page

Auteur

Georges Prevelakis

Professeur Université de Paris 1

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page