Navigation – Plan du site
1997
Colloque "les problèmes culturels des grandes villes", 8-11 décembre 1997
101

La "ville décor" : accueil de tournages de films et mise en place d'une nouvelle esthétique urbaine

The city seen as a setting : Cinema shooting in cities and creation of new urban aesthetics

Maria Gravari-Barbas

Résumés

Depuis quelques années, nombre de villes et de régions françaises s´organisent pour accueillir des équipes de tournage de films. Afin d’aider les régisseurs des films dans leur choix de décors urbains, la ville est découpée par les responsables locaux en "morceaux choisis", présentés sur des nouveaux supports de présentation (carnets de repérage, Cd-Roms, SIG).

Notre hypothèse est double : d´une part les supports de communication cinématographique à la fois créent et véhiculent une nouvelle esthétique urbaine. Celle-ci n´obéit pas aux codes esthétiques couramment admis dans les documents de communication urbaine. Il ne s´agit pas d´une esthétique de "conformité", telle que celle qui est véhiculée par les plaquettes de marketing territorial, mais d´une anti-esthétique qui exploite l´élément inédit, trouble, peu courant et semble jouer sur un registre d´hyperréalité. D´autre part, les responsables locaux ont de plus en plus tendance à exploiter et à mettre en scène cette esthétique cinématographique : ainsi, il cherchent à montrer la ville telle qu´elle a été saisie par la caméra. Le regard cinématographique apporte en effet une plus-value culturelle et médiatique à des lieux qui n´avaient pas a priori une qualité esthétique affirmée.

Nous parlons de la "ville-décor" car nous estimons que les initiatives prises par les acteurs locaux pour l´accueil des tournages, consistent à transformer potentiellement la ville en décor géant. Les documents créés à cette occasion, carnets de repérages, Cédéroms ou autres, "découpent" la ville en séquences photographiques, légendées, caractérisées, commentées. Dans le contexte actuel où, grâce au cinéma, la télévision, l´internet, l’expérience de la ville devient plus virtuelle que réelle, la question de l´image et de l’esthétique urbaines créée par les médias visuels, revêt, nous semble-t-il, d´une importance nouvelle.

Haut de page

Texte intégral

INTRODUCTION

1Depuis quelques années, nombre de villes et de régions françaises s´organisent pour accueillir des équipes de tournage de films. Les retombées économiques induites par le séjour des équipes de tournage et des comédiens dans la ville ou dans la région, (retombées directes ou indirectes, emplois intermittents créés pendant le tournage etc.) sont souvent considérables. Il faudrait rajouter les retombées culturelles (animations ou événements organisés en parallèle avec le tournage du film) ainsi que les retombées en termes d´image et de notoriété, le cinéma étant parmi les genres artistiques le plus médiatiques.

2Les enjeux économiques se situent bien entendu à un niveau international(1). Toutefois, la concurrence intervient depuis quelques années à un niveau régional. Ainsi, villes et régions françaises ont développé, souvent dans le désordre, des stratégies de développement cinématographique avec le double objectif d´attirer les tournages et de créer des filières industrielles du film : Bordeaux, Lille, Marseille, Aix-en-Provence, Strasbourg, tentent de se positionner sur un marché très concurrentiel.

3Si des films ont depuis toujours été tournés dans des villes, le positionnement plus "agressif" des villes provinciales françaises dans le marché des tournages date essentiellement du début des années 90. Il s´agit par conséquent d´une tendance récente, due essentiellement à la saturation de la capitale. Paris concentre toujours la part du lion des tournages des films français ou étrangers en France, mais la congestion des rues, les coûts, les difficultés de réservation et de gestion des lieux de tournage, ont permis aux grandes villes de province de développer de nouvelles ambitions(2).

4Pour accueillir, et surtout pour prospecter et attirer les tournages, villes et régions ont créé des structures spécialisées  ; celles-ci relèvent de différentes instances  : Service Culturel Municipal, Chambres de Commerce, Offices de Tourisme, Région ou autres.

5Les différentes initiatives françaises sont coordonnées par la Commission Nationale Film France créée au début des années 1990. Son but est de promouvoir la France comme lieu de tournage et de fournir des renseignements sur les autorisations administratives et les réglementations techniques. Elle cordonne le réseau des commissions de film locales. Celles-ci, au nombre de 16 à ce jour, couvrent inégalement le territoire Français. Le sud, et notamment la région Provence-Alpes-Côte d´Azur, est sur-représenté tandis que certaines régions sont pour l´instant absentes.

6Il semble qu´il existe effectivement dans la répartition des lieux de tournage en France un certain "déterminisme géographique", lié à deux principaux facteurs  : la qualité de la lumière et la qualité de vie. Il favorise les villes ou les régions du Sud, ou bien celles où il fait bon vivre : villes ayant une vie culturelle et sociale intense, régions à forte réputation gastronomique et épicurienne.

I - "VENDRE LA VILLE SUR CATALOGUE" : SUPPORTS DE VENTE DES LIEUX DE TOURNAGE ET CRÉATION D´UNE NOUVELLE ESTHÉTIQUE URBAINE.

7Le tournage de téléfilms ou de courts et moyens métrages peut être plus facilement ciblé par les villes nouvelles venues : peu de villes en France semblent actuellement en mesure d´attirer le tournage de longs métrages. Afin de se positionner dans le marché des tournages et se démarquer de la domination de la région parisienne ainsi que de la concurrence croissante d´autres villes et régions, elles ont dû concevoir des plans de communication. Ceux-ci vantent leurs avantages en tant que lieux de tournages plutôt qu´en tant que lieux de vie ou lieux de travail, ce qui les différencie des plans de marketing et de communication montés à d´autres fins.

8Dans la plupart des cas, la présentation de la ville se fait par l’intermédiaire de nouveaux supports conçus par les différents services ou cellules cinéma : plaquettes (Strasbourg, Aix-en-Provence), carnets de repérages (Bordeaux), systèmes d’information géographique (SIG) (Lyon) ou Cd-Roms (Marseille) procèdent littéralement à un "catalogage" de celle-ci. Afin d’aider les régisseurs des films dans leur choix de décors, la ville est découpée en "morceaux choisis", présentés selon une esthétique cinématographique.

9Plus que des simples bases de donnés qui répertorient des lieux urbains susceptibles de servir au tournage des films, ces supports sont des témoignages d´une lecture de la ville, opérée par des responsables locaux.

10La démarche mérite, nous semble-t-il, une analyse.

11La présentation de la ville par l´intermédiaire des carnets de repérage, ou autres supports, revient pratiquement à "vendre la ville sur catalogue". Ceci présuppose une certaine manière de la voir et de la présenter. Le catalogage des espaces publics ou privés de la ville n´est pas neutre. Il est conçu par des responsables urbains qui ont une connaissance approfondie de celle-ci et qui, en effectuant un choix des lieux susceptibles d´être proposés aux tournages, ils y ont porté une appréciation qualitative. Il nous semble important de s´interroger sur la nature de ce choix et sur la démarche esthétique qui le soutient.

12Quels sont les lieux proposés dans telle ou telle ville ? Quelle est leur nature et quelle leur géographie ? Y a-t-il des espaces urbains à "prédestination cinématographique" ? L´expérience cinématographique s´imprime-t-elle de manière plus durable sur la ville ? Les responsables locaux cherchent-ils à exploiter le regard de la caméra à des fins de communication urbaine ? C´est à cet ensemble de questions que nous souhaitons répondre par l´intermédiaire de cette communication. Pour ceci, nous présenterons les stratégies d´accueil et les supports de communication cinématographiques de deux villes : Bordeaux et Marseille. Les critères de notre choix sont essentiellement ceux de la qualité des supports conçus par ces villes (carnet de repérages dans le premier cas, Cd-Rom dans le deuxième). Dans un deuxième temps nous élargirons cependant notre réflexion à un ensemble de villes qui ont plus largement exploité l´activité de tournage de films.

13Notre hypothèse est double :

  • D´une part les supports de communication cinématographique à la fois créent et véhiculent une nouvelle esthétique urbaine. Celle-ci n´obéit pas aux codes esthétiques couramment admis dans les documents de communication urbaine. Il ne s´agit pas d´une esthétique de "conformité", telle que celle qui est véhiculée par les plaquettes de marketing territorial, mais d´une anti-esthétique qui exploite l´élément inédit, trouble, peu courant et semble jouer sur un registre d´hyperréalité.

  • D´autre part, les responsables locaux ont de plus en plus tendance à exploiter et à mettre en scène cette esthétique cinématographique  : ainsi, il cherchent à monter la ville telle qu´elle a été saisie par la caméra. Le regard cinématographique apporte en effet une plus-value culturelle et médiatique à des lieux qui n´avait pas a priori une qualité esthétique affirmée.

II - LE TOURNAGE DES FILMS A BORDEAUX

14La tradition cinématographique de Bordeaux (3) lui a permis de se positionner depuis quelques années sur la carte des lieux de tournage nationaux. La ville profite d´une lumière particulière qui selon les responsables locaux "convient incontestablement à la pellicule"(4).

15Le positionnement de la ville date de la deuxième moitié des années 80. En 1987 y est créé le Centre d´Accueil du Film et de l´Audiovisuel (CAFA). Depuis, la ville de Bordeaux a été le lieu de tournage de plusieurs films, dont certains à grande notoriété. Mentionnons en particulier "Les Misérables" (1982), "Valmont"(1988), "La Reine Margot" (1993), L´année Juliette (1994), Beaumarchais (1995) et Cousine Bette (1996). La percée de la ville dans le marché des tournages doit beaucoup à la saturation de la capitale.

16Actuellement les initiatives de l´accueil des tournages relèvent de plusieurs acteurs : l´Office de Tourisme, la municipalité, la CCI de Bordeaux et la Commission Régionale Aquitaine.

17Dès les années 1980 l´Office de Tourisme de Bordeaux a saisi l´opportunité offerte par l´affaiblissement du monopole parisien. Cet organisme, de statut associatif, a servi d´interface entre les régisseurs de films et les propriétaires - publics ou privés - des lieux de tournage sélectionnés. Il mettait les équipes de tournage en contact avec la ville, dont certains services et notamment le service de la voirie s´occupaient des aspects pratiques. En 1997 la nouvelle équipe municipale a nommé un nouveau responsable de mission. Celui-ci, ancien universitaire, ex-directeur de l´Orchestre National de Bordeaux et toujours employé municipal, a pris en main les initiatives de l´ancienne cellule cinéma de l´Office du Tourisme, désormais supprimée. La délocalisation d´un cadre de la Mairie à l´Office du Tourisme semble significative de la volonté de centralisation des missions cinéma et de l´importance des enjeux à la fois économiques et médiatiques qui sont liés aux activités de tournage de films (5).

18Des initiatives importantes ont été menées par ailleurs au cours des dernières années par la CCI de Bordeaux qui met en place une politique plus dynamique d´accueil des films tout en espérant pouvoir créer une véritable filière cinéma et lancer, avec le Conseil Régional, une SOFICA de Région (6). La CCI s´affiche donc actuellement comme un partenaire de la Région Aquitaine, dont relève la Commission régionale de Film.

19On voit donc que le maillage des acteurs qui s´occupent de l´accueil des tournages est relativement complexe et à plusieurs échelles à la fois hiérarchiques et géographiques.

20Les différents acteurs qui interviennent sur cette chaîne espèrent faire de l’Aquitaine un interlocuteur incontournable dans la chaîne de production européenne. L´enjeu est bien entendu de faire de Bordeaux l´une des trois ou quatre villes en France pour le tournage des films  : "en Europe, il y aura Paris, Londres, Berlin, Rome ; il y aura deux ou trois autres. Il faudra que nous, Bordeaux et l´Aquitaine soyons là dedans" (7).

III - LE CARNET DES REPERAGES DE BORDEAUX

21La rédaction du carnet est due à un cadre de l´Office du Tourisme, ancien responsable de la cellule cinéma de l´Office, historien de formation et bordelais d´origine. Il s´agit d´un document bien documenté et illustré et agréablement rédigé. Il récence une bonne partie des rues médiévales, des places classiques ou des édifices prestigieux de la ville, selon des "catégories" préétablies. Il témoigne d´une connaissance profonde de la ville et d´un regard sensible aux caractéristiques des lieux présentés. Édité en 1994, il a été tiré à 500 exemplaires, dont 400 ont été adressés à l´association des producteurs de cinéma et autres professionnels (8).

22Vingt-cinq rubriques sont prévues : rues, places, fontaines, cloîtres, édifices religieux, marchés et foires, intérieurs, jardins, cafés et restaurants, etc.). La ville est présentée comme une addition de lieux de nature et d´échelles différentes.

23Chaque fiche du carnet présente une photo des différents lieux, un texte qui fait largement appel à l’imaginaire, ainsi qu’une partie plus technique : la personne ou l´organisme à contacter, la localisation, les conditions de location (figures 1 et 2). Destiné essentiellement aux professionnels, il leur permet de juger de la qualité du bâti, du revêtement, de l´ambiance de ces portions de ville choisies et de procéder aux pré-repérages.

24L´esthétique des images se démarque de celle des documents touristiques ou de promotion locale : rues désertes, chaussées mouillés, bâtiments silencieux, on est loin de l´ambiance urbaine soulignée par les plaquettes de communication urbaine. Dans ce carnet, la vie est absente, et ceci différencie considérablement ce document de tout autre plaquette de communication créée et diffusée par la ville. Ainsi, dénuées de toute présence de vie, et détachées en quelque sorte de la réalité, les planches du carnet mettent en place une esthétique abstraite qui obéit à sa propre logique et qui est celle de la séquence cinématographique.

IV - TOURNAGE DE FILMS ET ESTHÉTIQUE D´UBIQUITÉ

25Contrairement à d´autres supports de communication, le carnet de repérages de Bordeaux met en scène une ville qui nie sa spécificité pour développer au contraire des dons d´ubiquité.

26A l´exception de quelques lieux choisis sélectionnés pour leur image forte typiquement bordelaise (lieux qui sont généralement connus - et reconnus d´être à Bordeaux), la plupart font appel à des images de référence liées à divers lieux et ambiances - les rues pavées rappellent celles de la capitale, les places classiques pourraient être les places royales parisiennes, certains jardins se donnent l´air de paysages toscans (figure 1).

27Pourtant, une certaine ambiance urbaine se dégage : le carnet présente une ville classique, riche en architectures 17e et 18e siècle, où dominent les belles façades à la stéréotomie rigoureuse, les intérieurs Grand Siècle, les portails aux grillages ouvragés, les grands couvents, les jardins sereins, les châteaux (figure 2a). A côté de celle-ci, une autre image se profile, celle de la métropole contemporaine  : architecture de verre et d´acier, cité des affaires, quartiers tertiaires (figure 2b). Et finalement, à un troisième niveau, certaines planches exploitent le thème archétypal de la ville portuaire  : bateaux et péniches, quais et ponts, ou rues "baignées par l´haleine glacée du port qui fait luire ses pavés mouillés" (figure 2c).

28Ainsi, les planches du carnet mettent en valeur et soulignent des "ambiances caractéristiques" de ville classique, de métropole contemporaine ou de ville portuaire présentées de manière abstraite, voire théâtrale pour ne pas dire cinématographique.

Figure 1 : Les planches du carnet de repérages cinématographiques de Bordeaux exploitent délibérément la multiplicité de ses visages : Bordeaux joue à volonté le rôle de Montmartre ou de Londres, mais aussi de Vienne ou de Rome.

(Source : Carnet de repérages de Bordeaux, Bordeaux, Pôle communautaire).

Figure 2 (a,b,c) . Le carnet de repérages de Bordeaux met en scène les différentes ambiances urbaines de la ville : ville classique, ville contemporaine, ville portuaire, plus que de la ville de Bordeaux il s´agit de la mise en scène de différentes images archétypales de la ville.

(Source : Carnet de repérages de Bordeaux, Bordeaux, Pôle communautaire).

V - CARTOGRAPHIE DE L´OFFRE DES LIEUX DE TOURNAGE A BORDEAUX

29Selon le responsable de la rédaction du carnet, le choix des lieux qui y sont présentés a été opéré sur la base de ceux qui étaient déjà sélectionnés dans le passé pour des tournages de films et avaient donc déjà servi de décors, ou bien qui étaient "de nature à intéresser les cinéastes", des lieux en quelque sorte considérés a priori intéressants ou "photogéniques"(9).

30La cartographie des rues et des places bordelaises présentées dans le carnet de repérages du bureau de cinéma de la ville révèle une sur-représentation des rues du centre historique de la ville (rues et ruelles médiévales) ainsi que des rues et des places classiques. Cités et quartiers périphériques sont pratiquement absents (figure 3).

31La diversité des lieux et des paysages proposés par le carnet prend donc essentiellement en compte les lieux les plus prestigieux de la ville, ses lieux "vitrine". Il ne s´agit cependant pas de lieux caractéristiques de Bordeaux, mais d´un certain idéal de ville illustré par Bordeaux. Le choix des lieux présentés dans le carnet des repérages semble mettre en scène une certaine idée de ville, ville belle et prospère, ville de pierre et ville de verre, à la fois historique et métropole moderne, riche en patrimoine et en architectures contemporaines.

32Tout en misant sur une esthétique cinématographique qui fait abstraction des caractéristiques propres à Bordeaux, en mettant en scène un archétype de ville, le carnet de repérages réussit à projeter une image valorisante pour Bordeaux.

Figure 3 : Cartographie des rues et places de Bordeaux présentées dans le carnet des repérages.

VI - MONTRER LA VILLE-DECOR : LE PROBLÈME DU CHOIX.

33Le choix des lieux sélectionnés par les supports cinématographiques d´autres villes, comme Marseille, est radicalement différent. Celle-ci met au contraire en valeur la diversité culturelle de la ville, et insiste sur la multiplicité de ses visages culturels, géographiques et économiques. "Il y a à la fois un regard touristique, mais également des éléments plus ciblés"(10). Marseille présente ses "villages", ses cités, ses "quartiers cosmopolites" ou ses quartiers périphériques, dans toute la diversité d´une grande ville méditerranéenne (figure 4).

34Le Cd-Rom de présentation de la ville-décor est organisé en dix parties dont neuf "décortiquent" la ville et organisent la présentation selon des rubriques différentes (11).

35L´objectif n´hésite pas à montrer les "dessous" de la ville, ces espaces qui par essence ne se montrent pas  : les égouts, les décharges, le centre de collecte des résidus urbains, les "ferrailleries", "locaux et garages", les arrières cours du port (figures 5 et 6). Par un renversement saisissant, ces lieux qui figureraient très difficilement dans un guide touristique même très osé, deviennent ici éminemment photogéniques et prennent une dimension inédite grâce à l´association mentale que l´on fait avec le cinéma.

36La dixième partie, joue sur un registre différent : "Marseille au cinéma" est une présentation de décors marseillais tels qu´ils ont été saisis par la caméra dans le passé. Le commentaire d´une séquence du film "1,2,3 Soleil" tourné dans les cités de Marseille en 1993 est caractéristique de la manière dont le discours cinématographique présente le fait urbain : "Comme toutes les grandes villes françaises, Marseille est cernée par une ceinture de "cités" qui sont devenues des lieux d´intégration ou d´affrontements". Ici, le conflit n´est pas masqué, son évocation rajoute au contraire à l´intensité de la communication cinématographique.

Figure 4 : "La Busserine". Le choix des lieux-décors du Cd-rom créé par l´Office de Culture de Marseille se porte non seulement sur les lieux de référence de la ville, mais aussi sur ses cités et ses quartiers périphériques.

(Source : Cd-Rom de prerepérages cinématographiques, Office de Culture de Marseille, 1997).

(Source : Cd-Rom de prerepérages cinématographiques, Office de Culture de Marseille, 1997).

Figure 6 . "Les égouts", "centre de transfert de résidus urbains" :contrairement aux supports de marketing territorial qui mettent l´accent sur la conformité et la performance, les supports cinématographique exploitent les "dessous" de la ville, tout ce qui traditionnellement ne se montre pas. Ils traquent l´ambiance trouble, dangereuse, ambiguë. Ils regardent la ville comme une œuvre d´art à venir.

(Source  : Cd-Rom de prerepérages cinématographiques, Office de Culture de Marseille, 1997).

VII - ESTHÉTIQUE CINÉMATOGRAPHIQUE ET HYPERREALITE.

37Nous avons souligné que l´esthétique et le discours des supports de communication cinématographique se démarquent de ceux présentés dans les brochures touristiques ou de promotion des différentes villes.

38Les carnets, plaquettes ou cd-roms conçus par les bureaux de cinéma obéissent effectivement à une logique qui leur est propre. La ville est potentiellement transformée en décor. Elle est vue par séquences photographiques, elle est découpée, légendée, caractérisée, commentée. Une nouvelle esthétique est introduite, qui plus qu´urbaine, est cinématographique. Elle n´est pas celle de l´espace, mais celle de la séquence. Elle n´est pas celle du réel, mais celle de l´hyperréalité.

39Selon Baudrillard l’hyperréalité correspond au stade où les modèles de simulation constituent l’univers et où la différence entre le réel et le non réel est imperceptible ou non valide (12). Selon le même auteur la société hyperréelle est dominée par la publicité et les moyens d´information de masse, par un plaisir et des spectacles simulés. Il soutient que nous ne consommons plus des produits mais des signes ou des images. Comme de plus en plus de gens dépendent de sources d´information visuelles plus que de sources imprimées, l´importance relative de ces dernières augmente, ce qui n´est pas sans implications dans la manière dont les villes sont perçues. La ville contemporaine est en effet largement le produit de l´information qui passe à travers le filtre des médias visuels (13).

40Ceci a des implications importantes dans la manière dont la ville est aménagée. Prenons par exemple le cas de l’Hotel du Nord à Paris, exemple célèbre de création ex nihilo d’un vrai-faux lieu qui après avoir vécu sa vie cinématographique, et donc fictive, existe désormais en " vrai ". Lorsqu´en 1989, une opération immobilière menace l´hôtel du Nord à Paris, "vrai" hôtel situé sur le front du Canal Saint Martin, mais "faux" décor du film du même nom (le film n´a jamais été tourné sur place, mais dans les studios de Boulogne où Trauner, décorateur de génie, avait créé à l´identique le quartier parisien du Canal Saint-Martin et du Quai de Jemmapes) les protestations et la manifestation de l´émotion collective des parisiens conduisent finalement à la sauvegarde de ce qui servait d´authentification aux lieux  : les lettres de carrelage bleu au nu du mur de ciment gris, témoignage très simple de l´enseigne.

41La solution donnée a finalement opté pour la construction d´un immeuble-simulacre, qui, à l´extérieur, a respecté ce qui fut le vrai hôtel du Nord, et à l´intérieur, a savamment copié le décor du film. Ainsi, l´aménagement des nouveaux lieux s´est inspiré directement du témoignage imprimé sur les bobines et conservé dans les cartons de Trauner. Les décorateurs ont conçu une "vraie" salle de café, "zinc véritable, et d´époque, des carrelages d´avant guerre, des lumières chiches, des tables étroites et des banquettes de moleskine craquante"(14).

42Le film "l´Hôtel du Nord", jamais réalisé sur les lieux qu´il décrivait et qu´il allait rendre faussement et vraiment immortels à jamais a donc donné lieu à une reconstitution d´un cadre plus vrai que la réalité, installé depuis lors dans les circuits de visite des touristes.

43La ville contemporaine continue par conséquent d´être modelée et aménagée par la perception de ses habitants et visiteurs, les frontières entre espace réel et espace fictif se brouillent. Ce mélange entre réel et hyperréel intervient de manière plus générale dans la manière dont les villes sont vécues. A Bordeaux, comme dans d´autres villes, les offices de tourisme mettent en place des "visites spectacle", pendant lesquelles des comédiens se déplacent dans la ville en la faisant "vivre" à travers une histoire qui, tout en puisant dans la réalité, n´est qu´un scénario imaginaire. La distinction entre le réel et l´imaginaire devient dans ces cas extrêmement difficile, et ce qui est plus important, semble ne pas préoccuper particulièrement les visiteurs.

VIII - VISITER LA VILLE-DECOR : LE VOYAGE DANS L´HYPPEREALITE

44Le public semble effectivement privilégier des approches historiques plus existentielles. L´engouement pour le passé, développé au cours des dernières années, a fait que les références les plus spectaculaires et monumentales entrent désormais en concurrence avec les témoins d´un passé plus modeste (15).

45Le public ne s´intéresse pas seulement à voir des oeuvres artistiques majeures. Le marché touristique basé sur le patrimoine devient de plus en plus segmenté et exploite une histoire "alternative" relatant un passé social, populaire, féministe, ethnique, culturel ou industriel. Ainsi l´histoire qui relate les vies privées, des expériences sociales telles que celles liées au travail ou aux loisirs, l´enfance ou la vie de famille, intéressent un public de plus en plus important. Cette histoire est transformée en "produit" patrimonial urbain, ce qui présuppose un assemblage d´associations historiques et de vestiges ou reliques d´artefacts, et leur interprétation et promotion pour un segment de consommateurs.

46Ces produits patrimoniaux offrent aux consommateurs l´hyperréalité, par conséquent mieux que la réalité, et des expériences imaginaires  : il s´agit en fait d´une simulation des styles de vie tels que nous aimerions qu´ils soient ou qu´ils devaient avoir été dans le passé.

47Par ailleurs, dans le contexte actuel d´un engouement important pour le passé, qui ne traduit pas seulement une idéalisation romantique du passé, mais littéralement une envie désespérée d´y retourner, on peut comprendre que la déconstruction - reconstruction de la ville opérée par les images au cinéma et, dans un moindre degré, par les supports de communication cinématographique, s´effectue non seulement sur le registre de l´espace mais aussi sur celui du temps  : il y a donc à la fois l´ici et l´ailleurs, mais aussi le maintenant et l´autrefois.

48Ces différents registres de temps et d´espace peuvent être combinés de manière libre. Ainsi, à Atlanta on peut visiter Tara, la résidence de Scarlett-O´Hara, héroïne d´Autant en emporte le vent. Scarlett et Tara n´ont évidemment jamais existé, en tout cas ailleurs que sous la plume de Margaret Michell. La visite des lieux se fait cependant avec le même rituel que dans un "vrai" lieu patrimonial  : après avoir acheté, comme on le doit, un vrai billet d´entrée, on visite la maison en passant d´une (vraie) pièce à l´autre, tout en apprenant les détails de vie de Scarlett. La résidence, incontestablement réelle, est le pur produit d´une fiction littéraire et cinématographique.

49Si dans ce cas la mise en scène d´un passé fictif est sans ambiguïté, dans d´autres cas la lecture du vrai et du faux se brouille davantage. Ainsi, certaines villes mettent en scène un espace fictif, un patrimoine immatériel, ou une image d´un film en se basant sur leurs traces matérielles, "réelles". C´est le cas de Manchester qui a mis en place un circuit de visite appelé le "Hollywood du Nord" (16). Il s´agit de présenter aux visiteurs les différents lieux qui ont servi de décors aux tournages dans la ville, ou de manière plus générale, des différents lieux ayant une histoire cinématographique. La visite est suivie de la projection d´un film parmi les nombreux tournés dans la ville, ce qui permet de confronter espace réel et espace hyperréel. Ainsi, une ancienne ville industrielle, énergiquement engagée depuis quelques années dans un travail de redéfinition de son image, peu riche en patrimoine architectural monumental, fait visiter des lieux matériellement insignifiants (un mur sans histoire, une rue sans intérêt particulier) en insistant sur leur dimension cinématographique, donc purement immatérielle. Ce qui était auparavant banal et sans intérêt, (rue, place ou bâtiment) acquiert un nouveau statut et une nouvelle ambiance simplement parce qu´il a été un lieu de tournage et parce qu´il a été associé à des gens célèbres.

50Cette exploitation de ce patrimoine immatériel a su attirer un public considérable qui se laisse volontiers séduire par une esthétique cinématographique largement basée sur une ambiance hyperréelle, d´autant plus que la représentation du passé véhiculée par les images du cinéma et de la télévision devient beaucoup plus familière et directe que celle véhiculée par l´intermédiaire de la presse académique (17).

51Bâtiments, quartiers et même villes entières deviennent ainsi importants non seulement pour leurs caractéristiques architecturales, ou leur relation avec des personnes illustres ou encore (et de plus en plus) parce qu´ils sont associés avec le passé de gens ordinaires, mais aussi à cause de leur image particulière créée par les médias (18).

52CONCLUSION

53Nous avons intitulé cette article la "ville-décor", car les initiatives prises par les acteurs locaux pour l´accueil des tournages, consistent effectivement à transformer potentiellement la ville en décor géant. Les documents créés à cette occasion, carnets de repérages, Cédéroms ou autres, "découpent" la ville en séquences photographiques, légendées, caractérisées, commentées.

54Ils traquent le "pittoresque", le photogénique. Ils renversent la ville dans ses rapports entre les lieux publics et les lieux fermés (les dessous de la ville s´affichent) , mais aussi entre l´ici et l´ailleurs. La ville développe son ubiquité. Comme il est marqué sur la plaquette cinéma de Bordeaux, "Bordeaux a joué tous les rôles, Paris, Boston, Londres, Bruxelles ou Seville".

55Ces initiatives introduisent une nouvelle esthétique qui n´est pas celle de la ville mais celle du cinéma, c´est une esthétique cinématographique plus qu´urbaine, hyperréelle plus que réelle. Elle n´est pas celle de l´espace, mais celle de la séquence. Elle n´est pas celle de la vraie ville (Paris ou Bordeaux ou Marseille), mais celle de la ville hyperréelle ou de la ville archétypale (Paris et Bordeaux et Marseille).

56Dans le contexte actuel où, grâce au cinéma, la télévision, l´internet, l’expérience de la ville devient plus virtuelle que réelle, la question de l´image et de l’esthétique urbaines créées par les médias visuels, revêt, nous semble-t-il, une importance nouvelle.

Haut de page

Notes

1 Aujourd´hui, 85% du marché de l´audiovisuel se situe à Los Angeles. (On met ici à l´écart quelques marchés intérieurs qui sont fort clos et qui ont leur propre logique intérieure tels que les marchés égyptien, chinois et indien). L´énorme vague des images produites et diffusées (car les enjeux se situent à la fois au niveau de la production et de la diffusion) est américanisée. Les américains ont les premiers considéré le cinéma comme un facteur de pénétration économique.

2 Pour comprendre l´importance économique de l´accueil des tournages, notons qu´actuellement ils sont tournés en France 300 à 350 téléfilms par an. Ils ont en moyenne un budget de 8 millions de francs, avec un retour en terme de retombées locales de l´ordre de 3 à 4 millions de francs. Pour ce qui concerne le cinéma, le nombre annuel des tournages est de l´ordre de 120 à 125, avec une moyenne de budget de 28 MF. Pour certains, les retombées peuvent aller jusqu´à 30 - 35 MF, notamment pour les films d´époque qui nécessitent des décors plus élaborés.

3 La ville a une tradition cinématographique certaine  : Max Linder est originaire de Bordeaux, et la première projection cinématographique dans la ville date de 1896. Ensuite l´industrie cinématographique s´est développée grâce aux activités de certaines personnes telles qu´Emile Cousinet.

4 Bordeaux, Pôle Communautaire, Carnet de repérages, 1994, p. 1.

5 Entretien avec M.Prévôt, Office de Tourisme de Bordeaux, 28/05/97 et avec M.Marquier, responsable municipal pour l´accueil des tournages, 24 novembre 1997.

 6 Selon les scénarios de la CCI, la région mettrait 30-35 M par an, avec remboursement sur les recettes ; elle interviendrait ainsi sur les 3-5 M qui manquent la plupart du temps à la production. Entretien avec M.Puechmorel, responsable cinéma à la CCI de Bordeaux, novembre 1997.

7 Idem.

8 Entetien avec M. Prévôt, Office de Tourisme de Bordeaux, 28/05/97.

9 Idem.

10 Entretien avec Mme Laugier, Office de la Culture de Marseille, Bureau du Cinéma, 28/11/1997.

11 (1) Vues d´ensemble et quartiers, (2) Lieux touristiques, (3) Bâtisses, maisons, grands ensembles, (4) Rues, places, escaliers et ponts, (5) Espaces maritimes, (6) Sites naturels, (7) Sites urbains, (8) Scènes de vie, (9) Autour de Marseille.

12 Selon l’auteur l’hyperréalité correspond au "troisième ordre de simulacres", les simulacres étant définis comme des copies d´objets ou d´événements. Le "premier ordre" de simulacres correspond à l´univers de "la copie d´originaux". Selon l´auteur ceci correspond à l´univers artificiel de signes, tels que le théâtre, la mode, et l´art baroque. Il s’agit de l’univers post-renaissance, moment de l’apparition des premiers simulacres. Le "second ordre" se réfère à la reproduction mécanique des simulacres industriels ou séries d´objets de masse apparus sous la révolution industrielle. Finalement, le "troisième ordre", ou l´hyperréalité, représente le stade où les modèles de simulation constituent en réalité le monde et où la différence entre réel et non réel est imperceptible ou non valide. Baudrillard J., Simulations Semiotext, New York, 1983.

13 Butler, R W "The influence of media in shaping international tourist patterns", in Tourism Recreation Research, 1990 Vol. 15, No 2.

14 "La troisième vie de l´Hôtel du Nord", Le Monde, 12 février 1996.

15 Lowenthal D. The Past is a foreign Country, Cambridge University press, Londres 1985.

16 Schofield Peter, "Cinematographic Images of a city, Alternative heritage tourism in Manchester", Tourism Management, vol 17, no 5 pp. 333-340.

17 De manière globale, La fréquentation du public et des touristes augmente après un tournage de film. La région du Gers est un exemple flagrant : après le tournage du film "Le bonheur est dans le pré", les offices de tourisme ont recensé une hausse considérable de la fréquentation (Michel Braudeau, "Gers, le bonheur est dans l´avenir", Le Monde, 20-21 Juillet 1997) . On sait que les films populaires et les programmes de télévision fonctionnent en tant que facteurs d´attraction en créant un intérêt pour les localisations géographiques dans lesquelles ils se déroulent. L´impact de films comme Germinal a été considérable. Les décors de chevalements construits à l´occasion du film sont vite devenus non seulement le lieu de la promenade des gens du coin, mais ils ont aussi attiré un public régional. Leur démolition après la fin du tournage a suscité plus de réactions que la démolition des vrais chevalements, témoins authentiques de l´histoire des lieux.

18 Bordeaux et Marseille commencent à exploiter de manière plus systématique cette nouvelle esthétique induite par le tournage des films. A Bordeaux, des films comme "Beaumarchais" ont été exploités comme une véritable plate-forme médiatique et "Marius et Janette" ont plus fait parler de Marseille que maints documents ou plaquettes de promotion urbaine.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1170/img-1.png
Fichier image/png, 130k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1170/img-2.png
Fichier image/png, 182k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1170/img-3.png
Fichier image/png, 77k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1170/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits (Source : Cd-Rom de prerepérages cinématographiques, Office de Culture de Marseille, 1997).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1170/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1170/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1170/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Gravari-Barbas, « La "ville décor" : accueil de tournages de films et mise en place d'une nouvelle esthétique urbaine », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 101, mis en ligne le 27 mai 1999, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1170 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1170

Haut de page

Auteur

Maria Gravari-Barbas

ESTHUA, Université d´Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page