Navigation – Plan du site
Un envahisseur linguistique : l’Anglo-saxon

Un envahisseur linguistique : l’Anglo-saxon

A Linguistic Invader: Anglo-Saxon
François Durand-Dastès

Texte intégral

1Comme nom, pour désigner des personnes ou des populations, comme adjectif pour désigner un peu tout, des économies, des domaines, des mentalités et des espaces, le terme fait florès, particulièrement en France.  Naturellement, il a été utilisé par les géographes aussi, du moins par bien des géographes. Grâce à eux est apparue dans la littérature une partition de l’espace global, un domaine, un monde « anglo-saxon ».

2Or, il y a quelque lieu d’avoir des inquiétudes sur de nombreux emplois de ce terme, qui représentent des dérives par rapport aux significations que l’on peut considérer comme « correctes », précises et proches des utilisations bien attestées, anciennement et généralement admises par les plus intéressés. Il est loisible de le considérer comme un gallicisme et surtout comme un terme imprécis, mal employé, générateur de confusions. Dans la mesure notamment où il est substitué à des expressions aussi simples, mais bien plus précises et adaptées à la classification et à la description de faits qui intéressent la géographie. Il vaut donc la peine de formuler quelques remarques à son égard dans cybergéo. La revue est, on le sait bien, attachée à la netteté de l’expression, ce qui justifie que nous soumettions à nos lecteurs un bref examen des sens qui sont donnés à un terme d’un usage très courant, et quelques suggestions critiques à leur sujet.  

3Sens 1. Les populations venues dans les actuelles Iles Britanniques après le retrait de Rome. La langue de ces populations.

4Dans ce sens premier et très précis, les Anglo-Saxons et la langue anglo-saxonne s’opposent à toutes les populations venues plus tard dans les Iles, notamment aux Normands, et à la langue résultant de l’introduction de termes d’origine française. Voir documents 1A et 1B.

5Sens 2. Aux Etats-Unis surtout, les descendants des populations venues des Iles Britanniques, par opposition à toutes les autres populations de ce pays, les Noirs (actuellement désignés comme « Afro-américains ») et les Latinos en premier, mais aussi les descendants d’originaires d’autres parties de l’Europe (Slaves, Italiens, voire Irlandais et Juifs). L’expression très précise qui associe l’origine, avec une forte connotation raciale, voire raciste, et la religion pour construire la catégorie des« white-anglo-saxon- protestant » ou WASP est particulièrement connue.

6 Mais elle n’est pas la seule où l’on trouve cet emploi, comme en témoigne le Document 2. Le terme WASP est souvent doté d’une connotation péjorative, avec le jeu de mots entre cet acronyme, et le mot « wasp » qui désigne la guêpe, un animal généralement considéré comme peu sympathique.

7Sens 3.  Surtout hors des pays anglophones, le terme prend un sens très large et vague, pour désigner toute personne de civilisation britannique, de langue anglaise, toute institution considérée comme caractéristique de la Grande Bretagne ou des Etats-Unis. Cet usage s’est, il est vrai, assez anciennement répandu. avec souvent des connotations péjoratives et des références à la notion de race. Voir  documents 1 et 3

8 Mais il tend à se généraliser, surtout hors des pays anglophones, et notamment en France d’une façon qu’on peut avoir de bonnes raisons de considérer comme abusive. Voir document 4.

9D’abord parce qu’il tend à se substituer à des termes plus précis, particulièrement aux termes « anglophone(s) » et « Anglo-Américain(s) », et à s’éloigner des pratiques fondées sur les sens 1 et 2 ci-dessus. Il aboutit à des catégories vagues, introduites en lieu et place de définitions précises. On arrive même à des absurdités, comme par exemple lorsqu’on parle de « presse indienne anglo-saxonne » - une presse qui est bien évidemment anglophone, et qui n’est « anglo-saxonne » dans aucun des sens définis ci-dessus. L’expression peut cependant être entendue à France- culture et relevée dans un programme de recherche d’une élève d’une Ecole Normale supérieure ! ) Plus généralement, substituer systématiquement (et paresseusement) « anglo-saxon » à « anglophone » aboutit à ranger dans la première catégorie des populations qui n’y seraient jamais placées par des auteurs états-uniens ; péché véniel, dira-t-on, mais on a le droit de s’agacer de ces imprécisions qui confinent à l’erreur.

10L’usage automatique et, encore une fois, paresseux, de l’expression a aussi l’inconvénient de gommer trop facilement un certain nombre de différences réelles entre les deux grandes aires de civilisation anglophones de part et d’autre de l’Atlantique. Nul ne niera qu’il y ait des analogies dans les systèmes économiques, sociaux et juridiques, des héritages culturels communs. Mais il y a aussi des différences essentielles. Même sur le plan linguistique : ne dit-on pas que « les Etats-Unis et l’Angleterre sont deux grands pays séparés par une langue commune » puisqu’il y a plus que des nuances pour différencier les usages qu’on y fait de l’anglais. (Une langue que, de ce côté-ci de l’Atlantique, on considère souvent comme fort maltraitée sur l’autre rive…).

11Mais bien sûr, des clivages bien plus marqués se font jour dans à peu près tous les domaines, dont on fait trop facilement fi. Ainsi, pour terminer par deux exemples, n’est-ce pas manquer de sensibilité, peut-être de culture, que de qualifier tout uniment W Faulkner et G Bernard Shaw d’écrivains « anglo-saxons », alors qu’il n’y a pas plus proprement américain que l’un, plus proprement britannique que l’autre – s’ils sont tous deux « anglophones » ? Quelque critique que l’on puisse faire au National Health Service britannique, est-il légitime d’en nier de fait l’originalité vis-à-vis d’un système qui, aux Etats-Unis, laisse une grande partie de la population sans couverture médicale en faisant référence à « une organisation anglo-saxonne de la médecine », ce qui est fréquent dans les débats actuels sur la Sécurité Sociale ?

12Certes, il peut être impossible d’obtenir la renonciation à l’utilisation d’ « anglo-saxon » dans le sens que lui donnent les auteurs français, l’usage est largement consacré. Mais en éviter l’emploi systématique, lui préférer celui de termes plus précis, comme « anglophone(s) » et « anglo-américain(s) » éviterait bien des approximations, voire d’écrire les absurdités.

Document 2 : Paysages de Californie :Description d’un quartier de Santa Theresa – en fait Santa Barbara - dans un roman contemporain

Document 2 : Paysages de Californie :Description d’un quartier de Santa Theresa – en fait Santa Barbara - dans un roman contemporain
Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/11933/img-1.png
Fichier image/png, 15k
Titre Document 1A
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/11933/img-2.png
Fichier image/png, 39k
Titre Document 1 B
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/11933/img-3.png
Fichier image/png, 51k
Titre Document 2 : Paysages de Californie :Description d’un quartier de Santa Theresa – en fait Santa Barbara - dans un roman contemporain
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/11933/img-4.png
Fichier image/png, 18k
Titre Document 3
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/11933/img-5.png
Fichier image/png, 17k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/11933/img-6.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Durand-Dastès, « Un envahisseur linguistique : l’Anglo-saxon », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Un envahisseur linguistique : l’Anglo-saxon, mis en ligne le 11 octobre 2007, consulté le 24 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/11933

Haut de page

Auteur

François Durand-Dastès

durand-dastes@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page