Skip to navigation – Site map

Faut-il oublier Frank Lloyd Wright ?

Les promesses de l’habitation usonienne
So long Frank Lloyd Wright? The Promises of Usonian Habitation
Arnaud Brennetot

Abstracts

The emotions that as inhabitants we feel towards our environment suggest that we have an aesthetic relation to our territory. The formal criticism of works of art allows to extend the content of geographical discussion beyond technical considerations and to renew the understanding of the political stakes involved in our existence. Aesthetic pleasure is a way to make the space of architects and that of geographers coincide. The work of Frank Lloyd Wright may be viewed as an illustration of what such an approach can bring to territorial evaluation, all the more so as the formal research he undertook about space in domestic architecture stems from his ambitious conception of the territorial development of the United States. Far from being hostile to urbanity, Frank Lloyd Wright was throughout his career preoccupied with imagining the shape a modern city might take as a result of the free expression of its inhabitants. His visionary reflection can help us enrich our way of looking at the city-to-be.

Top of page

Full text

  • 1  BERQUE Augustin, 2002, « L’habitat insoutenable, Recherche sur l’histoire de la désurbanité », L’E (...)

1Les banlieues pavillonnaires qui s’étalent depuis plus d’un demi-siècle dans les campagnes des pays développés suscitent de nombreuses inquiétudes et réprobations. Beaucoup de témoins leur reprochent une pauvreté esthétique liée au caractère spéculatif de la majorité des structures de promotion immobilière qui en sont à l’origine et à la standardisation des techniques de construction qui en résulte. La dénonciation des méfaits de la suburbanisation prend aujourd’hui de l’ampleur aussi bien dans la sphère scientifique1 que dans les médias (Figure 1). Cette ville-campagne poserait en effet de sérieux problèmes. Partout, l’urban sprawl provoquerait un mitage désordonné des territoires périurbains. Il fragiliserait les écosystèmes tout en exigeant une augmentation des dépenses publiques consacrées au financement des infrastructures. L’étalement entraînerait des surcoûts en matière de circulation et de chauffage et provoquerait un gaspillage des énergies disponibles. La gestion marchande du parc immobilier aurait, par ailleurs, tendance à valoriser la recherche d’entre soi. Ce phénomène se répercuterait par des relégations territoriales en cascade et accentuerait le cloisonnement géographique des groupes sociaux.

Figures 1a et 1b: Quand la presse stigmatise l’habitation en résidence individuelle

2Les journalistes du Monde 2 présentent ici la suburb – en l’occurrence le quartier de Southgate à Los Angeles – comme un mode d’habitation insoutenable en raison des pollutions, des inégalités et du gaspillage énergétique qu’il génère. Aucun contre-argument ne vient tempérer la question angoissante que les journalistes posent en une.

3Dans sa couverture du numéro 95, le bimestriel Manière de Voir porte la critique de la banlieue pavillonnaire sur le plan politique. La maison individuelle avec jardin et l’automobile familiale sont associées à un individualisme que le journal déplore mais que les partis néolibéraux et néoconservateurs valoriseraient et encourageraient pour obtenir l’appui et le soutien des classes moyennes. Le pavillon est ici présenté comme l’idéal factice et superficiel d’une société pervertie par les mirages du bien-être domestique.

4Il ne s’agit pas ici de discuter la pertinence empirique de telles considérations mais plutôt de nuancer les conclusions alarmistes auxquelles conduit souvent le rappel de ces dysfonctionnements. Beaucoup n’hésitent pas à les invoquer pour condamner la suburbanité et promouvoir un retour à des villes plus compactes alors même que la demande sociale en maisons individuelles ne cesse de s’affirmer. Cette contradiction invite à essayer de mieux comprendre les opportunités personnelles et politiques que la résidence en maison individuelle peut représenter pour les habitants. La théorie usonienne proposée par Frank Lloyd Wright apparaît alors comme une vision suffisamment riche et originale pour nous aider à renouveler la critique actuelle de la périurbanisation.

5Tout au long de son œuvre, l’architecte américain insiste sur l’importance que revêt la beauté pour la mise en valeur des lieux que nous habitons et le rôle que joue l’imagination spatiale dans les émotions esthétiques que nous éprouvons à l’égard des objets qui nous environnent. Contrairement à la plupart des utopistes séduits par les formules totalisantes, Wright a toujours envisagé son programme urbanistique conformément aux principes de la démocratie libérale. La puissance problématique d’un tel héritage enrichit de manière substantielle le débat contemporain sur nos propres conditions d’habitation. Elle nous amène à nous interroger sur les jugements qui, au nom de la « mixité sociale » et du « développement durable », considèrent comme un luxe dérisoire les aspirations à la maison individuelle qu’expriment les classes moyennes à travers leurs comportements résidentiels. Elle nous enjoint à dépasser le stade du simple réquisitoire et à considérer avec respect les motivations profondes qui poussent nombre d’habitants à adopter ce mode de vie. Enfin, elle nous encourage à envisager la suburbanité comme une forme possible de coexistence, où chacun disposerait de suffisamment d’espace privé pour pratiquer ses activités d’épanouissement intime sans avoir à renoncer à ses engagements sociaux et sans menacer les grands équilibres écologiques.

L’espace comme vecteur d’émotion

  • 2  WRIGHT F. L., 2003, Testament, collection Eupalinos, Éditions Parenthèses, Paris, p. 198.

6Pour Frank Lloyd Wright, la spatialisation est avant tout une manière d’actualiser l’expérience sensible de la beauté. Si, dans certaines circonstances, il reconnaît que l’espace peut être utilisé à des fins iconographiques comme pour les plans-masses des ingénieurs, les dessins en perspective cavalière ou les maquettes pédagogiques destinées au grand public, cette utilisation documentaire de la spatialité reste à jamais secondaire. La construction authentique ne vise jamais la représentation : on ne peut pas réduire le bâtiment à un écran de projection ou à un décor de théâtre. « Les représentations des bâtiments par l’ancienne école bidimensionnelle (du XIXe siècle) sont significatives parce que ces constructions ont été conçues comme des images. Par contre, la construction du XXe siècle qui vit devant nous comme un organisme ne peut s’appréhender que par l’expériencedu dedans »2. Envisager l’espace de l’architecture comme une scène ou comme une façade reviendrait à privilégier l’aspect extérieur des édifices au détriment des sensations vécues par ceux qui les habitent. Wright renverse la perspective classique : l’expérience esthétique en architecture consiste moins à proposer un spectacle édifiant au promeneur qu’à impressionner l’esprit des habitants. Il développe ainsi une conception pragmatique de l’espace, conçu comme une ressource intellectuelle mise à profit par l’architecte pour insuffler des émotions telles que la sérénité, la plénitude ou l’exubérance.

  • 3  MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon.

7Dans l’œuvre de Wright, l’abstraction spatiale joue un rôle fondamental. Les formes élémentaires qu’il imagine permettent à l’être humain d’ordonner ses propres perceptions, d’identifier des objets, de leur attribuer une signification pratique mais aussi d’éprouver des sentiments à leur égard. La sensation de beauté résulte ainsi d’un jeu permanent entre les idées d’espaces que nous avons appris à maîtriser et la manipulation des objets matériels que nous rencontrons dans la vie quotidienne : ceux-ci tirent leur valeur esthétique des formes rassurantes que nous sommes capables de deviner à travers eux. Le surgissement d’émotions peut ainsi être facilité par la perception de dispositions attrayantes. Wright reconnaît avoir bénéficié, sous l’impulsion de sa mère, des méthodes d’enseignement préconisées par le pédagogue Froebel au XIXe siècle. Cette éducation ludique et progressive devait permettre à l’enfant de développer des capacités intellectuelles à partir d’expériences concrètes. Elle encourageait, par exemple, à considérer l’environnement comme un ensemble de formes élémentaires organisées et de motifs géométriques que l’enfant pouvait manipuler pour essayer d’y trouver une cohérence interne3.

8On comprend, dès lors, l’intérêt que Wright accorde aux correspondances plastiques, notamment entre les formes que le milieu naturel environnant laisse percevoir et celles des volumes construits. Il s’efforce toujours d’adapter l’allure des édifices qu’il conçoit à l’ambiance écologique régionale qu’il discerne. Les matériaux utilisés, la forme des bâtiments et celle des éléments décoratifs sont choisis en fonction de la topographie et du climat local. La dominante horizontale des « maisons de la prairie » (1900-1910) vise à faciliter leur intégration esthétique dans la plaine du Midwest. Lorsqu’il s’agit de construire dans des sites plus accidentés, les maisons deviennent des volumes emboîtés en trois dimensions comme les résidences Millard, Storer et Ennis construites en 1923 au cœur les collines suburbaines de Los Angeles. À Taliesin West (1937), l’inclinaison des toitures et les charpentes apparentes multiplient les formes saillantes et rappellent le profil dentelé des montagnes de l’Arizona alors que, dans le même État, les formes de blocs tabulaires de la maison Pauson (1938) font penser à une mesa. Les motifs décoratifs peuvent s’inspirer du milieu environnant. C’est ainsi que dans la maison Hollyhock dessinée pour Aline Barnsdall à Los Angeles (1919), la sculpture des piliers, des frises et des pilastres renvoie à l’élégante verticalité de roses trémières stylisées. Les pavillons provisoires construits en 1929 dans les environs de Chandler dans le cadre du projet pour l’Arizona Biltmore and Cottagessont peints dans la même teinte écarlate que les fleurs de l’ocatillo, cactus qui donne son nom au campement. A Taliesin West comme à Fallingwater, le soubassement minéral sur lequel reposent les fondations apparaît à certains endroits, le long des murs ou à travers le dallage, afin de souligner le caractère naturel de l’enracinement architectural. L’utilisation fréquente de pierres grossièrement taillées, laissant apparaître saillants et rentrants, suggère une impression d’irrégularité naturelle qui accentue l’ancrage minéral des constructions.

9En outre, il arrive souvent que des éléments structurels ou décoratifs indépendants (corniches, linteaux, bandeaux de bois, étagères, rangements, rebords de fenêtre et de portes, jardinières, galeries, pergolas) soient alignés d’une façon si minutieuse et discrète que s’en dégage une impression de continuité. Ces correspondances visuelles permettent de matérialiser un espace structuré par des plans horizontaux superposés qui confèrent une stabilité rassurante à la construction. On retrouve ce principe avec les toitures des « maisons de la prairie » dont les formes allongées renvoient à l’horizontalité du sol. Chaque élément est conçu pour être imbriqué et tissé à l’intérieur d’un canevas ajusté de proportions harmonieuses. Cet équilibre évite la monotonie ou la sévérité grâce à une composition asymétrique qui introduit dynamisme et fluidité. Tous ces dispositifs doivent permettre à l’habitant d’entrevoir, au sein même de la composition architecturale, une organisation interne agréable et apaisante.

  • 4  DI MÉO G., 1991, Géographie sociale et territoire, collection fac, Nathan, Paris.

10Cette mobilisation de l’espace est très proche de conceptions phénoménologiques développées depuis par certains philosophes (Merleau-Ponty, Sloterdijk) ou géographes (Dardel, Moles, Tuan, Berque). C’est d’ailleurs dans cette perspective que l’on peut interpréter l’épithète « organique » que Wright utilise pour caractériser son programme architectural : l’être humain doit pouvoir former un tout avec son environnement et entretenir une relation dynamique et fusionnelle avec lui. La spatialisation n’intervient que comme une modalité intellectuelle de réinvention continue des liens écologiques qui unissent l’être humain à son environnement. L’espace ne dessine pas un univers qui s’imposerait de façon extérieure et uniforme. Il ne correspond à aucun ordre cosmique préalable à la vie. Au contraire, la nature de l’habitation organique fait de l’homme le créateur permanent des significations spatiales qu’il imagine pour occuper son environnement et s’approprier celui-ci de manière intime, ce que Guy Di Méo appelle la « territorialisation»4. Pour Wright, l’espace n’est pas une qualité indépendante des objets. Sa valeur tient aux expériences concrètes que vivent les habitants et au plaisir à chaque fois différent qu’ils en retirent. Ce principe constitue le fondement à partir duquel l’architecture organique doit se déployer.

Esthétique de l’habitation organique

  • 5  MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon.

11L’influence du romantisme sur le travail de Wright est déterminante5. Lui-même fait souvent référence à des artistes comme Hugo, Emerson, Thoreau ou Whitman pour justifier ses choix. Il est ainsi convaincu que la nature se prête avant tout à la contemplation esthétique. La variété des formes qu’elle recèle est une source inépuisable d’émerveillement. Les formes de l’architecte ne doivent pas s’imposer au détriment de l’environnement mais, au contraire, se présenter comme son prolongement naturel afin de contribuer à enrichir le plaisir d’habiter. Une telle conception n’aboutit pourtant pas à une négation des enjeux historiques qui concernent le métier d’architecte.

  • 6  WRIGHT F. L., 1953, L’Avenir de l’architecture, Paris, Éditions du Linteau.

12Wright débute sa carrière à un moment qu’il considère comme crucial. Selon lui, les années 1890 correspondent à un contexte particulier dans lequel de nouvelles techniques de construction fournissent à la jeune démocratie américaine les moyens dont elle a besoin pour incarner un projet de civilisation résolument contemporain. Ce pressentiment s’accompagne d’un refus de toutes les formes d’ornementation classique qui encombrent la culture européenne depuis la Renaissance. D’après Wright, aucun style issu du passé n’est adapté à la vie actuelle. Le néoclassicisme est tout juste bon à renforcer le conformisme des élites académiques. Sa prépondérance traduit une dérive néfaste à laquelle lui-même refuse de se soumettre. Pour être un authentique créateur, l’architecte doit découvrir des formes qui s’inspirent de la nature tout en exploitant le potentiel plastique des techniques et des matériaux de son temps. La réinvention de la modernité est à ce prix. S’il commence par saluer les architectes européens qui s’engagent peu après lui dans la recherche d’une nouvelle architecture, délaissant eux aussi l’ornementation classique, il s’élève rapidement contre le nouveau style international auquel il reproche un caractère trop impersonnel. Les « boîtes » insignifiantes dans lesquelles ce courant enferme la vie des habitants ne peuvent aboutir qu’à une démoralisation générale de la société6. Wright est donc un architecte atypique et contestataire, aussi impitoyable à l’égard du néoclassicisme que réservé vis-à-vis de l’avant-garde fonctionnaliste. Dans cette perspective, il développe une architecture originale et ambitieuse qui fait de la spatialité une modalité du bien-être territorial. Aussi, plus que n’importe quel autre constructeur, Wright voit dans la maison individuelle l’édifice emblématique de la nouvelle architecture.

13Chaque maison qu’il dessine est conçue comme un ensemble original et cohérent. Elle constitue un projet total qui comprend la composition générale du bâtiment mais aussi le design du moindre élément de mobilier. La structure spatiale de l’habitation doit toujours être à l’échelle de l’homme et de son mode de vie : l’architecture commence donc au plus près du corps, à l’intérieur du logement. Le cadre traditionnel de la maison individuelle fait alors l’objet d’une ample entreprise de déconstruction, aussi bien en extension qu’en élévation. L’organisation spatiale des pièces devient asymétrique. Ce procédé permet d’impulser un mouvement et une souplesse à l’édifice, d’offrir des prises spatiales susceptibles de déboucher sur une appropriation concrète. La cheminée du salon constitue souvent un pôle qui irradie l’espace intérieur et autour duquel rayonne l’ensemble du bâtiment. Les portes disparaissent et les murs deviennent amovibles. La liaison entre les différents lieux de la maison est assuré par des éléments fixes – un pilier en briques plates, un muret ou une corniche en bois – qui structurent la transition visuelle d’un espace à l’autre comme dans un labyrinthe. Le plan en forme de quadrilatères imbriqués matérialisés par des parois hermétiques – ce que Wright nomme la « boîte » – séparant les pièces les unes des autres mais aussi l’intérieur de l’extérieur est peu à peu transformé, transgressé puis abandonné. Une telle émancipation débouche sur la création de formes domestiques inédites et s’accompagne d’une recherche de profondeur dynamique sans précédent. Les ailes et les décrochements démultiplient les perspectives sur l’environnement extérieur. Les murs extérieurs ne remplissent plus aucune fonction mécanique de support et, par conséquent, ne sont plus des obstacles qui enferment l’espace de l’habitation. Wright les envisage comme des interfaces esthétiques en leur affectant une triple vocation écologique. Tout d’abord, les alignements réguliers de fenêtres attenantes, généralement placées directement sous les linteaux, agissent comme des ouvertures qui prolongent l’espace intérieur et qui offrent les parages immédiats à la contemplation visuelle. Elles sont par ailleurs un moyen de faire entrer la lumière au cœur de l’habitation pour la baigner d’une lueur naturelle et tranquillisante. Enfin, les cloisons, par leurs formes, leurs textures et leurs couleurs sont censées conférer une impression de protection vis-à-vis du milieu extérieur tout en suggérant l’appartenance fusionnelle de l’habitat à la nature environnante. Cette assimilation symbolique de la maison à un abri est renforcée par le rôle esthétique conféré à la toiture. Avec les « maisons de la prairie », les toits en porte à faux prennent les formes allongées de doubles croupes aplaties débordant des murs et surplombant des terrasses ombragées.

14Cette structure d’ensemble du bâtiment est complétée par un assortiment décoratif soigné. Wright reproche aux architectes traditionnels de recouvrir les éléments structurels de parements néoclassiques en plâtre ou en stuc. Avec certains architectes de l’École de Chicago rejoints ensuite par ceux du Bauhaus, il considère que la mise en lumière de la structure architectonique participe à la beauté des édifices. Pour lui, tous les matériaux possèdent des qualités plastiques qu’il convient d’exploiter et non d’étouffer derrière des enjolivures archaïques. Leur texture et leur couleur permettent de susciter des impressions réconfortantes. Le béton armé, par exemple, par sa souplesse et sa solidité, permet d’imaginer des formes nouvelles, de concevoir des ouvertures audacieuses, des emboîtements inédits, des surfaces suspendues ou des courbures aériennes. Wright a ainsi mis au point le principe du bloc en béton dans le cadre d’une expérience architecturale – le textile block system – consistant à imaginer une habitation tissée comme un système de lieux en trois dimensions dont les mailles seraient justement constituées par des blocs en béton aux motifs récurrents. Il ne s’agit jamais de glorifier les matériaux pour eux-mêmes mais de les employer, souvent en complémentarité les uns avec les autres, afin de créer des ambiances agréables. Le béton ne saurait révéler sa pleine richesse sans un travail de combinaison harmonieuse avec les vitraux. Leur association souligne les qualités mutuelles de la matière et de la lumière. De la même façon, dans les « maisons de la prairie », le bois et la brique sont conçus comme des matériaux complémentaires qui intègrent l’habitation de façon naturelle entre la terre et le ciel. La réunion des éléments est achevée avec l’âtre de Fallingwater autour duquel se mêlent le feu, la pierre, l’eau et la lumière comme un symbole de la fusion organique entre l’habitation et la nature. La structure en hémicycle solaire inaugurée pour la seconde maison Jacobs (1944) puis développée dans les années 1950 est quant à elle supposée offrir une ouverture de l’espace telle que l’intérieur de la maison profite en permanence des variations de la lumière diurne tout en s’adaptant au rythme des saisons. Elle témoigne des efforts que Wright entreprend pour exploiter les possibilités d’intégration environnementale qu’offrent les formes circulaires.

15Parmi l’ensemble des édifices dont il a dirigé la construction, Frank Lloyd Wright fait donc de la maison un terrain privilégié d’expérimentation plastique. Les efforts qu’il accomplit pour imaginer des formes architecturales et des procédés spatiaux inédits sont motivés par l’intuition que la sphère domestique se prête de façon remarquable à l’exercice d’un plaisir esthétique authentique, non perverti par la tradition. Son engagement en faveur d’une poétique de la maison individuelle ne s’accompagne pourtant pas d’un désintérêt pour la question sociale. Son travail ne peut donc pas être interprété comme le signe d’un attachement rémunérateur au confort exclusif de l’upper middle class américaine. Sa réflexion s’inscrit, au contraire, dans un projet urbanistique global censé répondre aux exigences de la démocratie moderne. À ce titre, elle interpelle tous ceux qui s’intéressent aux problèmes de gestion politique de la territorialité.

L’Usonie ou l’éloge de la maison individuelle

  • 7  WRIGHT F. L., 2003, Testament, collection Eupalinos, Paris, Éditions Parenthèses.
  • 8  PRÉVOST J., 1939, L’Usonie, Esquisse de la civilisation américaine, Paris, collection blanche, Gal (...)

16Frank Lloyd Wright ne s’est pas contenté de construire des édifices remarquables. Il a aussi tenté d’imaginer un modèle de développement territorial compatible avec les idéaux de la nation américaine, ce que lui-même nomme l’« Usonia ». Ce terme qu’il aurait emprunté à Samuel Butler est l’acronyme de United States Of North America7. Il est utilisé par Wright pour désigner le peuple américain. Selon lui, l’absence de nom qui caractérise la population des États-Unis illustre l’inaptitude des Américains à s’envisager comme une communauté culturelle capable d’incarner le projet démocratique tel qu’il a été formulé par Jefferson au moment de la Déclaration d’Indépendance. Pour Wright, l’architecte responsable ne peut rester indifférent aux préoccupations qui agitent ses contemporains. Il se voit comme un poète visionnaire engagé dans l’expression esthétique de projets culturels dont il reconnaît la légitimité historique. Comme le signalait Jean Prévost dès 1939, un des principaux apports de Wright fut, en partant des formes qu’il imaginait pour l’architecture organique, de proposer une interprétation poétique et actualisée de l’idéal démocratique américain8. Son œuvre réunit ainsi l’art et le politique dans un projet territorial original et cohérent. Il a, pour cela, développé une réflexion approfondie sur la place que devait occuper la maison individuelle au sein de la société américaine. Ce travail s’est effectué à partir de trois niveaux d’organisation spatiale : l’échelle locale de la sphère domestique, l’échelon intermédiaire du voisinage et le rayon plus vaste de la communauté urbaine.

  • 9  WRIGHT E. L., 2006, « Les Usonian Automatics » p. 458 dans HESS Alan, WEINTRAUB Alan, 2006, Frank (...)

17Sa conception politique de l’habitation est indissociable du projet architectural qu’il poursuit. Les maisons individuelles qu’il a fabriquées ne sont pas réductibles à de simples performances poétiques isolées. Wright les conçoit plutôt comme les prémices esthétiques d’un renouvellement territorial de grande ampleur destiné à rompre avec la ville verticale héritée de la révolution industrielle pour adopter des traits conformes au nouvel American Way of Life qui point dans la première moitié du vingtième siècle. Tout au long de sa carrière, il ne cesse d’imaginer des prototypes de maisons capables de fournir un cadre de vie privée agréable au plus grand nombre. Sans être des produits standardisés, ces édifices devaient être suffisamment simples pour être reproductibles et utilisables dans des contextes variés. Il a ainsi répondu à de nombreuses commandes émanant de publications diverses ou d’investisseurs privés (maisons en blocs de Charles Roberts, quadruples Maisons en blocs pour le Ladies Home Journal, maisons pour les ouvriers de la firme Larkin en 1905, les « maisons anti-feu pour 5000 $ » de 1906, les American System-Built Houses pour la société Richards de Milwaukee de 1911 à 1917, les Zoned houses de 1935, les Steel Houses en 1938, les maisons familiales pour le magazine Life la même année, les quatre maisons attenantes des systèmes Pinwheel, Suntop et Cloverleaf). À partir des années 1930, cette recherche trouve un aboutissement avec la « maison usonienne ». Celle-ci est envisagée comme la cellule de base supposée convenir à la trame territoriale de la démocratie américaine. Il s’agit de concevoir une habitation construite selon les principes de l’architecture organique pour le grand public, un produit original au budget réduit. Cette ambition anticipe les opérations immobilières de masse des années 1940 telles les Levittowns. À cette époque, Wright propose avec les Usonian Automatics une synthèse des principes usoniens et des techniques des maisons à blocs tissés. Des maisons préfabriquées utilisant des plaques de Cemesto posées sur une armature en bois devaient garantir un faible coût tout en permettant l’expression d’une personnalité authentique. Wright « souhaitait qu’à terme les futurs propriétaires puissent acheter leurs blocs de béton chez n’importe quel marchand de matériaux et les monter eux-mêmes. L’architecte savait que seuls des blocs industriels permettraient de monter un mur sans aucun recalage mais ne réussit jamais à intéresser un entrepreneur à son projet. Avec les Usonian Automatics, Wright s’efforça d’inventer un matériau durable terrien, qui par sa forme simple et répétitive, permettrait de réaliser un motif d’ensemble esthétique. Les blocs évoquent les formes fractales qu’on retrouve dans la nature. Les résidences se développent à partir des principaux concepts du plan ouvert, les blocs de béton créant à la fois l’espace intérieur et la coquille extérieure, d’une beauté simple mais articulée »9.Si aucune opération d’envergure ne fut réalisée complètement, un certain nombre de projets collectifs furent néanmoins amorcés comme le lotissement coopératif de Galesburg dans le Michigan destiné à des chimistes de la firme Upjohn (1947), celui de Pleasantville dans l’État de New-York composé de 47 Usonia Homes (1948) ou les deux modèles de maisons préfabriquées conçues pour le promoteur Marshall Erdman (1957).

18Dans tous les cas, il s’agit de répondre à une exigence fondamentale : influencé par le transcendantalisme, Wright considère que chaque habitant doit pouvoir développer un rapport esthétique intime à la nature. Pour lui, seule la sphère domestique est susceptible de permettre l’avènement d’une telle relation. Le rôle du jardin est primordial car il constitue une possibilité de contact avec les éléments naturels. L’ouverture qu’il offre sur le ciel et sur la terre en fait l’un des lieux les plus importants du domicile avec la cheminée du salon. Wright rompt avec la disposition traditionnelle qui voulait que la maison soit installée au centre du terrain. En la situant le long d’un angle, les ailes et les murs encadrent la propriété rendue invisible au niveau de la rue. Cette disposition a le mérite d’augmenter la profondeur des vues offertes sur le jardin depuis l’intérieur de la maison (Figures 2).

Figure 2a : Plan axonométrique de la Maison Rosenbaum (1939, Florence, Alabama)

Figure 2a : Plan axonométrique de la Maison Rosenbaum (1939, Florence, Alabama)

Figure 2b : Représentation axonométrique de la Maison Rosenbaum (1939, Florence, Alabama)

19Construite en 1939 par Frank Lloyd Wright pour Stanley et Mildred Rosenbaum à Florence dans l’Alabama, cette résidence décline les principes de la maison usonienne. Construit à coût réduit (12 000 $), cet édifice de plain pied est composé de deux ailes perpendiculaires qui dessinent un angle séparant l’espace domestique de la rue tout en ouvrant l’espace intérieur sur le jardin. La maison n’est pas située au centre de la parcelle mais sur une bordure ce qui a pour effet d’allonger la perspective que les habitants ont sur le parc paysager. À l’intérieur, la distinction des fonctions et des pièces est soulignée par la disposition des ailes, par la hauteur des plafonds et par la superposition des différents toits plats. En raison de l’élargissement de la famille Rosenbaum, la maison a été agrandie en 1948 par Wright lui-même, démontrant ainsi la souplesse et la modularité de l’habitation usonienne.  

20Si Wright concède un penchant personnel pour la vie paysanne, il aborde la question du logement sans dogmatisme. La place qu’il réserve à la maison individuelle ne l’empêche pas de considérer avec égard l’habitat collectif, lequel devait occuper une place non négligeable dans la ville usonienne comme l’attestent les projets d’immeubles d’habitation et de travail dont la tour Price (1953-1956) constitue un prototype. Il est pour lui fondamental que la ville offre à chaque habitant, dans la mesure du possible et du raisonnable, les conditions qui correspondent à ses préférences. L’intérêt accordé à la sphère privée comme cadre de plaisir esthétique n’aboutit par ailleurs pas à la promotion d’un repli sur soi. Le respect de l’intimité domestique n’a de valeur que si, par ailleurs, il autorise le développement d’une vie sociale épanouie. Le foyer n’est pas isolé au milieu d’un terrain neutre et étranger. Sa disposition et sa situation géographiques doivent ménager des possibilités de rencontres avec l’entourage immédiat. C’est pourquoi Wright a cherché à mettre au point un dispositif spatial capable de préserver la vie privée de chacun tout en favorisant les échanges entre voisins. Pour cela, il est parti d’un module composé de quatre maisons individuelles réparties dans une surface rectangulaire capable de modéliser l’imbrication la plus opportune entre le privé et le public. Dans l’habitation organique, la délimitation entre ces deux dernières catégories n’est pas nette. Wright envisage plutôt les lieux en fonction de leur niveau d’intégration collective, depuis les endroits les plus intimes comme la chambre à coucher jusqu’aux lieux publics fréquentés par l’ensemble de la communauté. Chaque maison est ainsi partagée entre une aile principale ou un étage consacré aux parties communes (salon, salle à manger, entrée) et un groupe de pièces en retrait, réservées à chacun des habitants. À l’intérieur des modèles à quadruples maisons, les espaces extérieurs sont composés de jardins d’agrément et d'une arrière-cour destinée aux garages, jardins potagers, buanderies et pavillons d’entrée. La proximité de ces quatre maisons interconnectées et la densité d’occupation qui en résulte sont compensées par le fait que chacune d’entre elle est orientée dans une direction différente (Figure 3). Les structures en « moulin à vent », en « tartans » ou en « trèfles à quatre feuilles » positionnent chacune des habitations de façon à supprimer les vis-à-vis (Figures 4 et 5). Chacun peut vivre sans avoir l’impression d’être sous la surveillance d’autrui. Il s’agit là d’un des nombreux dispositifs de cohabitation locale imaginés par Wright. Ce module à quadruples maisons a par ailleurs servi de structure élémentaire pour imaginer une trame urbaine plus large.

21Wright a donc une nette conscience des enjeux sociaux que représente la cohabitation interindividuelle pour le développement de la culture américaine. La complémentarité du privé et du public et l’intégration des différentes fonctions (habitation, circulation, travail et loisirs) sont pour lui nécessaires à l’entretien de relations sociales fortes et enrichissantes.

Figure 3 : Quadruples maisons en blocs. Plan de type en « moulin à vent »

22Dans ce projet non réalisé et publié dans le Ladies Home Journal en 1901, Wright exprime sa vision de la cohabitation entre voisins, combinant respect de l’intimité et densité d’occupation. Quatre maisons en moulins à vent sont juxtaposées autour d’un carré central servant de jardin collectif avec des accès séparés. Les façades sont orientées dans des directions différentes de manière à supprimer les vis-à-vis. Chaque habitation est au centre d’un terrain d’environ 900 m². Ce modèle de maisons quadruples était prévu pour une banlieue résidentielle desservie par le train. D’autres variantes – en tartans ou en « moulin-à-vent » de type Charles Roberts – sont imaginées à la même période. Ce système a servi de trame élémentaire au premier plan d’urbanisme proposé par Wright pour le City Club de Chicago en 1913.

D’après des dessins de Frank Lloyd Wright réalisés avant l’abandon de la construction de trois des quatre blocs

Figure 4a: Représentation des quadruples maisons Suntop

Figure 4a: Représentation des quadruples maisons Suntop

Figure 4b: Plan des quadruples maisons Suntop

23En 1938, Wright reprend sa réflexion sur les maisons quadruples pour le compte de la société Otto Malley et Todd. Il propose alors une forme nouvelle d’ajustement qu’il nomme maisons Suntop. Celles-ci sont juxtaposées dans un bloc unique même si elles restent séparées par un mur mitoyen cruciforme qui les oriente dans des directions différentes. Tournant le dos aux autres maisons du bloc, chacune d’entre elle bénéficie d’une exposition sur le jardin privatif, permettant à chaque unité d’habitation de bénéficier d’un accès individuel aux espaces verts. Ces résidences construites en briques et en bardeaux de bois horizontaux pour un coût 4 000 $, sont relativement spacieuses (213 m² de surfaces habitables). Elles sont construites sur trois étages et offrent un salon sur deux niveaux et des terrasses sur le balcon et sur le toit. Prévues initialement pour un ensemble de quatre blocs, un seul fut finalement construit en 1938 en Pennsylvanie dans le secteur résidentiel d’Ardmore à la périphérie de Philadelphie. Un tel dispositif permet d’atteindre une densité de trente personnes par acre, c’est-à-dire plus que ce que Wright recommande dans son projet de Broadacre City. Cet écart par rapport au modèle montre que l’architecte fait preuve de pragmatisme et que l’habitation usonienne n’est pas incompatible avec une densité relativement élevée.

D’après un dessin de Frank Lloyd Wright

Figure 5 : Projet de logement Cloverleaf.

24En 1941, Wright travaille à nouveau sur un projet de maisons quadruples en réponse à une commande passée par l’Administration américaine du Logement. Il s’agit de dessiner une centaine d’habitations à Pittsfield dans le Massachusetts pour des ouvriers de l’industrie de la défense. Wright reprend le modèle des maisons Suntop et l’adapte à la production de masse et à la préfabrication. Le projet fut abandonné lorsque le gouvernement préféra construire des logements démontables.

L’Usonie et la critique de la suburbanité

25Dans son œuvre, la première formulation d’une vision urbanistique d’envergure remonte à 1913 lorsqu’il répond au concours organisé par le City Club de Chicago. À cette occasion, il propose une « Section de quartier modèle pour le développement résidentiel de Chicago » située à huit miles du centre-ville (Figure 6). Le quartier prolonge la grille orthogonale de l’agglomération existante. Il est lui-même subdivisé en soixante-quatre îlots aux fonctions diverses dont la caractéristique est d’offrir une complémentarité telle que l’ensemble est autosuffisant, avec des équipements publics, des locaux pour les commerces et les entreprises, des services techniques mais aussi des jardins publics disposés de façon à faciliter les déplacements et à favoriser les contacts. Les blocs les plus nombreux, destinés à accueillir cinq à sept mille personnes, sont occupés par des résidences individuelles disposées en groupes de modules quadruples comme dans le modèle en « moulin à vent » évoqué précédemment.

Figure 6 : Section d’un quartier modèle pour le développement résidentiel de Chicago proposé par Frank Lloyd Wright en 1913

26En 1913, Frank Lloyd Wright participe à un concours pour le City Club de Chicago visant à proposer le plan d’un nouveau quartier situé en périphérie afin de répondre à la croissance urbaine. Pour la première fois, l’architecte formule un programme urbanistique d’envergure conforme à sa vision de la démocratie américaine. Il propose, à cette occasion, un plan quadrillage régulier dans lequel était censée s’intégrer une nouvelle forme de communauté suburbaine. Ce modèle est composé de 64 îlots de 120 mètres de long eux-mêmes composés de quatre groupes de maisons quadruples disposées en moulins à vent comme dans le modèle des maisons Charles Roberts. Plusieurs blocs interstitiels sont réservés aux infrastructures collectives (usines, bâtiments publics). Deux jardins publics reliés par des passages de verdure dessinent une diagonale structurante. L’ensemble est conçu comme une petite ville autonome capable d’accueillir 5 000 à 6 000 habitants ce qui correspond à une densité comprise entre 5 500 à 6 500 hab/km².

  • 10  Environ 10 km².
  • 11  MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon.

27À partir des années 1930, l’engagement de Wright dans la réflexion urbanistique s’intensifie. Appuyé par un groupe d’élèves qui travaillent avec lui à Taliesin, il entreprend la mise au point d’un ambitieux projet baptisé The Broadacre City présenté en 1935 à l’exposition des arts industriels du Rockfeller Center. À côté de nombreux dessins et modèles réduits, l’élément principal est une maquette de quatre mètres carrés représentant un type de territoire nouveau qui brise le clivage classique entre la ville et la campagne. Cette « ville de l’avenir » censée accueillir 1 400 familles est prévue pour s’étendre sur quatre miles carrés10 – ce qui correspond à une subdivision possible de la grille proposée par Jefferson en 1787 – et pour se dupliquer à l’intérieur du territoire américain. « L’idée était de créer une nouvelle forme de système de cantons des petites communautés démocratiques et d’enrichir la vie privée et publique du citoyen américain en favorisant son contact avec le paysage naturel et la culture commune »11. L’exposition de 1935 est complétée par une série de publications programmatiques destinées à fournir une assise théorique au nouvel urbanisme. C’est ainsi que paraît en 1932 The Disappearing City, ouvrageoù Wright annonce la disparition prochaine de la ville classique au cœur de laquelle s’entassent jusqu’alors et à leur détriment quantités d’habitants résignés. Il fait ensuite la promotion d’un modèle territorial alternatif d’une ville étendue, dispersée au milieu d’un cadre verdoyant qui reprend les principaux traits de Broadacre City. When Democracy builds et The Living City sont édités respectivement en 1945 et 1958 pour apporter des améliorations au projet initial. Comme pour le projet du City Club de Chicago, ce sont les groupements de maisons individuelles, disposant chacune d’un acre de terrain c’est-à-dire 4 000 m², qui fournissent la trame de base à Broadacre City. Sur celle-ci viennent se greffer les équipements publics nécessaires à l’intégration sociale. Le tout fonctionne comme une petite ville autonome.

  • 12  FISHMAN Robert, 1980, L'Utopie urbaine au XXe siècle : Ebenezer Howard, Franck Lloyd Wright, Le Co (...)
  • 13  FRAMTON K., 2006, L’Architecture moderne, Une histoire critique, Paris, Thames & Hudson, p.187 (...)
  • 14  WHITE M. WHITE L., 1977, The Intellectual versus The City, From Thomas Jefferson to Frank Lloyd Wr (...)
  • 15  WRIGHT F. L., 2003, Testament, collection Eupalinos, Éditions Parenthèses, Paris, p. 157.
  • 16  WRIGHT F. L., 1940, The New Frontier : Broadacre City in WRIGHT F. L., 1995, Collected Writings, N (...)
  • 17  FISHMAN R., 1980, L'Utopie urbaine au XXe siècle : Ebenezer Howard, Franck Lloyd Wright, Le Corbus (...)
  • 18  WRIGHT F. L., 1940, The New Frontier : Broadacre City in WRIGHT F. L., 1995, Collected Writings, N (...)
  • 19  MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon, p. 239
  • 20  WRIGHT F. L., 1955, The Future of the City, in WRIGHT F. L., 1995, Collected Writings, New York, R (...)

28Broadacre City est souvent présentée comme une ville construite autour de l’automobile. Comme le souligne Robert Fishman à propos du projet de Wright, « l’automobile ne permet pas seulement un changement spectaculaire de l’échelle urbaine, mais elle introduit une liberté nouvelle de conception »12. Selon certains critiques, elle conduirait Wright à justifier l’abandon de la ville. Kenneth Frampton considère que l’architecte voit en elle « un mode de locomotion démocratique par excellence » et même « le deus ex machina du modèle anti-urbain »13. Pour Morton et Lucia White, « maintenant que l’automobile, l’avion et les moyens de télécommunication sont disponibles, Wright semble dire que la ville n’est plus nécessaire comme moyen de réunir les hommes, simplement parce qu’ils n’ont plus besoin d’être ensemble »14.Fishman rappelle pourtant que « Broadacre City est plus qu’une ville idéale pour l’automobile » car le projet d’habitation que Wright défend reste de « permettre à chaque citoyen et à sa famille de vivre leurs propres vies sur leurs terres ». L’ancrage dans les lieux reste primordial et jamais il n’envisage l’automobile comme une fin en soi. Il exprime même de sérieuses réticences lorsque celle-ci fait l’objet d’un usage désordonné et inapproprié comme c’est le cas dans la ville héritée de la période préindustrielle. Wright s’insurge avec emphase et véhémence contre les mobilités contraintes auxquelles conduit l’utilisation de l’automobile dans les villes centralisées. Selon lui, « le piétinement sinistre du troupeau produit les embouteillages sur les artères de nos grandes villes. L’analogie avec une porcherie vient à l’esprit, lorsqu’on observe les énormes masses humaines toujours croissantes qui circulent dans un perpétuel va-et-vient entre les villes-dortoirs et le centre, pare-chocs contre pare-chocs, le matin et le soir. Les foules qui font ces navettes sont entassées dans des cellules pour travailler (…) et toujours plus d’investissements dans la foule, toujours plus et jamais moins de concentration, plus de routes construites pour entrer dans la ville et en sortir, toujours plus de parkings nécessaires »15. La mobilité que l’automobile accorde doit donc rester limitée et raisonnable afin de prémunir les habitants contre les déplacements excessifs auxquels les assujettit l’organisation centralisée des activités. C’est là une différence notable qui distingue le modèle que Wright imagine et la ville-campagne que nous connaissons aujourd’hui où les résidences se sont étalées sans cohérence avec le déploiement du travail et des loisirs, obligeant les habitants à accomplir de coûteux déplacements. À Broadacre City, les trajets en automobile ont vocation à rester courts, surtout s’ils concernent des activités ordinaires. La spéculation immobilière est réduite par un contrôle du marché foncier et « chacun peut vivre où il travaille s’il le souhaite »16. Fishman remarque d’ailleurs que les usines devaient être « petites et situées à une distance pratique pour les habitants motorisés qui y travaillent », le problème de la congestion étant résolu par la mixité des activités et des fonctions notamment car « les maisons, les usines, les magasins, les bâtiments administratifs et les centres culturels sont tous situés au milieu de terres agricoles et de bois » et le « réseau routier unit les habitants aux nombreux points d’échange communautaires qui caractérisent la ville »17.L’habitant peut accéder dans un rayon d’environ cinq miles à l’ensemble des équipements élémentaires (emploi, services commerciaux et administratifs, santé, éducation, culture, loisirs de plein air). Wright insiste aussi sur le fait que la ville doit être adaptée aux capacités de déplacement de tous, y compris des enfants qui, dans la cité qu’il imagine, « entrent dans les espaces intérieurs, à l’écart des grandes routes, et vont de maisons calmes vers des écoles calmes le long de chemins calmes »18. On retrouve ici une préoccupation déjà présente dans le projet de quartier de Chicago (1913) dans lequel, comme le souligne Robert MacCarter, « les édifices publics (poste et bibliothèque), les commerces (magasins et marché), les espaces culturels (galeries, cinémas et théâtres), les bureaux, les édifices religieux, les services (usine de chauffage, collecte des ordures et garage) et les installations sportives sont reliés les uns aux autres et aux habitations par une série de parcs publics (…) qui fédèrent l’ensemble du site et permettent de le traverser de part en part par un itinéraire vert »19. Les communautés autosuffisantes qui tapissent la ville horizontale supposent alors un glissement de la centralité au niveau le plus proche de la vie quotidienne. Pour Wright, « une vision juste de demain (la modernité) laisse entrevoir la décentralisation comme le principe de base de la vie bonne »20. Il va même, non sans un certain bucolisme, jusqu’à encourager les habitants à cultiver une partie de la terre qu’ils occupent pour profiter des bienfaits que procurent les activités de plein air tout en augmentant leur niveau d’autosubsistance. Cette internalisation de l’activité productive au sein de l’espace domestique traduit une prédilection pour la proximité qui n’est pas sans rappeler certains préceptes des théories de la décroissance et du développement durable. Sous cet angle, Broadacre City offre une base de réflexion à partir de laquelle il est possible d’imaginer les contours d’une suburb qui répondrait aux exigences de respect des équilibres écologiques. En 1958, Wright prétendait d’ailleurs que la généralisation de son dispositif permettrait de contenir la population des États-Unis dans un territoire vaste comme le Texas.

29Le modèle qu’il promeut valorise donc le voisinage et la mixité des fonctions urbaines tout en réservant à chacun la possibilité de développer un rapport poétique et libérateur à l’environnement. L’habitation ne se limite pas à la résidence mais s’étend à l’ensemble de la vie collective, laquelle doit permettre de nouer des relations enrichissantes au travail comme dans les loisirs.  

Conclusion

  • 21  Cité par MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon, p.240.

30L’usonie occupe une place particulière parmi les théories contemporaines de l’urbanisme. Parce qu’elle appelle à une modernisation de l’habitation et qu’elle exprime une espérance positive vis-à-vis des nouvelles techniques de construction, elle ne peut être assimilée aux formes traditionnelles de l’anti-urbanisme : il ne s’agit pas de restaurer un mode de vie corrompu par la révolution industrielle mais bien d’atteindre un niveau supérieur et inédit d’harmonie avec la nature. En même temps, l’usonie est le premier modèle à faire de la suburb un idéal territorial à part entière, notamment car elle permet « de placer le maximum de bâtiments sur un espace de terrain donné, mais en préservant la dignité et l’intimité de chacun »21. En combinant faible densité et diversité fonctionnelle, elle doit permettre la conjonction de l’épanouissement domestique et de l’intégration sociale.

  • 22  Cité par SERGEANT J., 1976, Frank Lloyd Wright’s Usonian Houses, designs for Moderate Cost One-Fam (...)
  • 23  Ibid. Sergeant évoque ici le philosophe John Dewey dont le pragmatisme trouve des échos dans la pe (...)

31La volonté d’assurer la coexistence respectueuse de l’oikos et de la polis témoigne chez Wright d’un attachement réel à la vie démocratique telle que l’envisage Hannah Arendt. Son urbanisme se distingue de la plupart des autres grandes utopies dans la mesure où il ne prétend pas fournir le plan intégral et précis de la ville idéale. Le principe de l’usonie consiste plutôt à proposer une trame de fonctionnement assez souple pour laisser des interstices aux habitants afin qu’ils puissent y exprimer la relation personnelle et organique qui les unit au monde. Il déclarait ainsi, dans une émission de radio en 1935, « je ne dis pas que Broadacre City est la forme, mais je la vois comme une de celles qui pourrait être la nôtre si nous allons de l’avant »22. Il y a donc dans le travail de Wright deux aspects qui coexistent sans se confondre. L’un consiste à inventer des formes esthétiques originales et adaptées aux attentes particulières de ses clients et amis. C’est l’œuvre de l’architecte. Au contraire, lorsqu’il traite de questions d’urbanisme, Wright reste beaucoup plus vague, soucieux de ne pas enfermer sa conception de la justice territoriale dans un cadre trop contraignant. Il évite ainsi la tentation du démiurge sûr de son génie et sourd aux attentes des habitants. L’architecte doit favoriser l’éclosion de styles indigènes adaptés au lien que chaque communauté de l’Usonie souhaite développer avec la nature. Si le rôle prépondérant que Wright réserve à l’architecte dans son projet de Broadacre City apparaît en contradiction avec le reste de sa pensée, notamment son attachement à la démocratie, les reproches récurrents qu’il adresse à la technostructure et aux experts spécialisés autorisent à voir dans son œuvre les fondements d’un urbanisme authentiquement libéral. Le poète n’est pas un être isolé et c’est justement parce qu’il vit parmi les citoyens auxquels il doit rendre des comptes que les réflexions de Wright méritent d’être retenues. Comme le souligne John Sargeant, « la planification démocratique était pour Wright aussi bien un processus expérimental et tolérant que continu et coopératif, ce que Dewey avait appelé " une méthode opérationnelle de travail, pas un ensemble prédéterminé de vérités finales" »23.

32En s’appuyant sur une vision personnelle du rôle de l’espace dans le développement esthétique du cadre de vie, Wright est parvenu, mieux qu’aucun autre, à percevoir comment l’aspiration de la majorité des Américains au bien-être domestique pouvait conduire à une massification de l’habitation en maison individuelle. S’il serait inapproprié de voir dans The Broadacre City une prophétie enthousiaste de la suburbanité contemporaine, les réflexions de Wright permettent de tempérer le constat catastrophique souvent exprimé à propos de la périurbanité. Ce n’est pas parce que les périphéries urbaines qui se sont développées depuis les années 1950 connaissent aujourd’hui certaines difficultés qu’il faudrait de façon irrévocable condamner la ville décentralisée. Les débats actuels sur les enjeux politiques de la périurbanisation ne peuvent ignorer, au nom de principes holistiques de gestion sociale et environnementale, que le plaisir d’habiter passe pour beaucoup par la résidence en maison individuelle. Dans bien des cas, celle-ci est devenue le siège précieux d’un rapport intime à la nature qu’il paraît, pour peu que l’on reste attaché au respect de la démocratie libérale et sensible aux aspirations individuelles des citoyens, délicat et même illégitime de sous-estimer. L’usonie nous livre ainsi des pistes pour inventer une nouvelle suburbanité, plus diversifiée et plus cohérente, une ville qui fournit à l’habitant le soin et la responsabilité politique de prendre en main la création de son cadre de vie. Les édifices que Frank Lloyd Wright nous laisse restent quant à eux autant d’invitations à poursuivre les efforts personnels que nous consacrons pour imaginer les conditions de notre propre bien-être.  

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

ARENDT H., 1994, La Condition de l’homme moderne, Paris, collection Agora, Pocket.

BERQUE A., 1990, Médiance, de milieux en paysages, Paris, RECLUS-Belin, coll. Géographiques.

BERQUE Augustin, 2002, « L’Habitat insoutenable, Recherche sur l’histoire de la désurbanité », L’Espace géographique, n° 3, 241-251.

BERQUE A., BONNIN P., GHORRA-GOBIN C., 2006, La Ville insoutenable, Paris, Collection Mappemonde.

DARDEL É., 1990, L’Homme et la terre, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

DETHIER K., 1993, “The Spirit of Progressive Reform: The "Ladies' Home Journal" House Plans, 1900-1902”, Journal of Design History, Vol. 6, No. 4., 247-261.
DOI : 10.1093/jdh/6.4.247

DI MÉO G., 1991, Géographie sociale et territoire, Paris, collection fac, Nathan.

FISHMAN R., 1980, L'Utopie urbaine au XXe siècle : Ebenezer Howard, Franck Lloyd Wright, Le Corbusier, Paris, Mardaga.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

FISHMAN R., 1994, “Urbanity and Suburbanity: Rethinking the 'Burbs”,American Quarterly, Vol. 46, No. 1, 35-39.
DOI : 10.2307/2713351

FRAMPTON K., 2006, L’Architecture moderne, Une histoire critique, Paris, Thames & Hudson.

FRAMPTON K., 2006, « L’urbanité suburbaine de Frank Lloyd Wright, 1900-1916 » in HESS A., WEINTRAUB A. (eds.) Frank Lloyd Wright, Les Maisons, Paris, Éditions du Chêne.

HESS A., WEINTRAUB A., 2006, Frank Lloyd Wright, Les Maisons, Paris, Éditions du Chêne.

MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon.

MERLEAU-PONTY M., 1976, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

MOLES A., ROHMER E., 1998, Psychosociologie de l’espace, Paris, collection Villes et entreprises, L’Harmattan.

PRÉVOST J., 1939, L’Usonie, Esquisse de la civilisation américaine, Paris, collection blanche, Gallimard.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

PYRON B., 1963, “Wright's Small Rectangular Houses: His Structures of the Forties and Fifties”, Art Journal, Vol. 23, No. 1. Autumn, 20-24.
DOI : 10.2307/774632

SERGEANT John (1976) Frank Lloyd Wright’s Usonian Houses, designs for Moderate Cost One-Family Homes, New York, Whitney Library of Design.

SLOTERDIJK P., 2002, Bulles, Sphères I, Paris, collection Pluriel, Hachette.

SLOTERDIJK P., 2005, Écumes, Sphères III, Paris, collection Pluriel, Hachette.

TUAN Y.-F., 1979, Space and Place, The Perspective of Experience, Minneapolis, Press of Minnesota.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

TWOMBLY R. C., 1972, “Undoing the City: Frank Lloyd Wright's Planned Communities”, American Quarterly, Vol. 24, No. 4., 538-549.
DOI : 10.2307/2711688

WHITE M. WHITE L., 1977, The Intellectual versus The City, From Thomas Jefferson to Frank Lloyd Wright, Oxford, Oxford University Press.

WRIGHT E. L., 2006, « Les Usonian Automatics » in HESS A., WEINTRAUB A. (eds.) Frank Lloyd Wright, Les Maisons, Paris, Éditions du Chêne.

WRIGHT F. L., 1946, When Democracy builds, Chicago, The University of Chicago Press.

WRIGHT F. L., 1953, L’Avenir de l’architecture, Paris, Éditions du Linteau.

WRIGHT F. L., 1995, Collected Writings, New York, Rizzoli, vol. 4 (1939-1949) et 5 (1949-1959).

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs. If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to:contact@openedition.org

WRIGHT F. L., 2003, Testament, collection Eupalinos, Paris, Éditions Parenthèses.
DOI : 10.1111/j.1758-6631.1951.tb01719.x

Top of page

Notes

1  BERQUE Augustin, 2002, « L’habitat insoutenable, Recherche sur l’histoire de la désurbanité », L’Espace géographique, n° 3, 241-251.

BERQUE Augustin, BONNIN Philippe, GHORRA-GOBIN Cynthia, 2006, La Ville insoutenable, Collection Mappemonde, Belin, Paris, 366 p.

2  WRIGHT F. L., 2003, Testament, collection Eupalinos, Éditions Parenthèses, Paris, p. 198.

3  MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon.

4  DI MÉO G., 1991, Géographie sociale et territoire, collection fac, Nathan, Paris.

5  MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon.

6  WRIGHT F. L., 1953, L’Avenir de l’architecture, Paris, Éditions du Linteau.

7  WRIGHT F. L., 2003, Testament, collection Eupalinos, Paris, Éditions Parenthèses.

8  PRÉVOST J., 1939, L’Usonie, Esquisse de la civilisation américaine, Paris, collection blanche, Gallimard.

9  WRIGHT E. L., 2006, « Les Usonian Automatics » p. 458 dans HESS Alan, WEINTRAUB Alan, 2006, Frank Lloyd Wright, Les Maisons, Éditions du Chêne, Paris, 542 p.

10  Environ 10 km².

11  MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon.

12  FISHMAN Robert, 1980, L'Utopie urbaine au XXe siècle : Ebenezer Howard, Franck Lloyd Wright, Le Corbusier, Paris, Mardaga., p. 76.

13  FRAMTON K., 2006, L’Architecture moderne, Une histoire critique, Paris, Thames & Hudson, p.187

14  WHITE M. WHITE L., 1977, The Intellectual versus The City, From Thomas Jefferson to Frank Lloyd Wright, Oxford, Oxford University Press.

15  WRIGHT F. L., 2003, Testament, collection Eupalinos, Éditions Parenthèses, Paris, p. 157.

16  WRIGHT F. L., 1940, The New Frontier : Broadacre City in WRIGHT F. L., 1995, Collected Writings, New York, Rizzoli, vol. 4 (1939-1949), p. 52.

17  FISHMAN R., 1980, L'Utopie urbaine au XXe siècle : Ebenezer Howard, Franck Lloyd Wright, Le Corbusier, Paris, Mardaga.

18  WRIGHT F. L., 1940, The New Frontier : Broadacre City in WRIGHT F. L., 1995, Collected Writings, New York, Rizzoli, vol. 4 (1939-1949), p.55.

19  MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon, p. 239

20  WRIGHT F. L., 1955, The Future of the City, in WRIGHT F. L., 1995, Collected Writings, New York, Rizzoli, vol. 5 (1949-1959), p.136.

21  Cité par MAC CARTER S., 2002, Frank Lloyd Wright, Paris, Phaidon, p.240.

22  Cité par SERGEANT J., 1976, Frank Lloyd Wright’s Usonian Houses, designs for Moderate Cost One-Family Homes, Whitney Library of Design, New York, p. 126.

23  Ibid. Sergeant évoque ici le philosophe John Dewey dont le pragmatisme trouve des échos dans la pensée de Wright.

Top of page

List of illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-1.jpg
File image/jpeg, 456k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-2.jpg
File image/jpeg, 364k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-3.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Figure 2a : Plan axonométrique de la Maison Rosenbaum (1939, Florence, Alabama)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-4.jpg
File image/jpeg, 120k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-5.jpg
File image/jpeg, 96k
Credits D’après des dessins de Frank Lloyd Wright réalisés avant l’abandon de la construction de trois des quatre blocs
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-6.jpg
File image/jpeg, 356k
Title Figure 4a: Représentation des quadruples maisons Suntop
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-7.jpg
File image/jpeg, 372k
Credits D’après un dessin de Frank Lloyd Wright
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-8.jpg
File image/jpeg, 456k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12283/img-9.jpg
File image/jpeg, 950k
Top of page

References

Electronic reference

Arnaud Brennetot, « Faut-il oublier Frank Lloyd Wright ?  », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], E-topics, Online since 05 November 2007, connection on 18 April 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/12283 ; DOI : 10.4000/cybergeo.12283

Top of page

About the author

Arnaud Brennetot

Laboratoire MTG, UFR de Lettres, Université de Rouena.brennetot@wanadoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page