Navigation – Plan du site
1996
Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines
172

Emploi de la télédétection spatiale pour le suivi du développement de l'aquaculture semi-intensive : application au littoral de la province de Huelva (Andalousie, Espagne )

Use of remote sensing for the study of semi-intensive aquaculture development : the case of Huelva seaside, Andalusia
Yves-F. Thomas, Hélène Brouchoud et Loïc Menanteau

Résumés

L’imagerie satellitaire SPOT est employée pour suivre le développement de l’aquaculture, sur une décennie, dans les secteurs de marais et d’anciennes salines situés entre les embouchures du Guadiana et du Guadalquivir, en Andalousie atlantique (Espagne). La croissance du parcellaire est observée et mesurée. Les effets, visibles par télédétection, de cette occupation de l’espace sur l’environnement sont étudiés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions vivement Monsieur José Maria GAITEIRO REY, (chef du service de Estructuras Pesqueras y Acuícola de la Dirección de Pesca de la Consejería de Agricultura y Pesca de la Junta de Andalucía) d'avoir bien voulu communiquer ces renseignements à l'un d'entre nous, Loïc MENANTEAU, lors de sa mission en Espagne en mars 1996.

Texte intégral

Introduction

1Les marais littoraux du littoral du golfe de Cadix (Algarve oriental et Andalousie atlantique) font actuellement l’objet d’une mutation quant à leur destinée : aux activités traditionnelles se substituent, souvent, des fermes d’élevages semi-intensifs d’espèces marines appartenant aux espèces "nobles" : clovisse, huître, crevette, daurade, bar, sole, anguille, lisse, etc. Cette nouvelle activité économique a profondément modifié les paysages des marais côtiers dont elle marque parfois de manière violente le paysage par la taille de ses emprises  : bassins (estanques), bâtiments, canaux, chemins, etc. Ce travail présente les résultats préliminaires d’une étude faisant appel à l’imagerie satellitaire pour décrire l’expansion de l’aquaculture entre les embouchures des fleuves Guadiana et Guadalquivir lors de la décennie 1986-1995. Les conséquences sur l’environnement de cette nouvelle monoculture sont recherchées. La figure 1 présente la localisation du linéaire côtier concerné par ce travail.

Figure 1 : Croquis de localisation

Matériel et méthode

Données satellitaires

2On a utilisé 3 images Spot (k.j. 029-275) acquises en modes multispectral et panchromatique le 10 juin 1986, puis, en mode multispectral, le 25 août 1994 (cf figure 2).

Figure 2 : Tableau descriptif des extraits des images

Extraction de l’information

3Ces images obtenues avec des conditions de visée du satellite et d’incidence solaire différentes n’étaient pas directement comparables. Les données ont été traitées de la manière suivante :

Rectification géométrique des données

4Chaque scène est rectifiée géométriquement en coordonnées UTM. Les 21 amers, nécessaires pour une rectification à partir d’un polynôme d’ordre 5, sont sélectionnés sur la carte topographique d’Ayamonte à l’échelle du 1 : 50.000 (L 8-41, n° 998) publiée en 1983 par le Servicio Geográfico del Ejército. La taille retenue pour le pixel rectifié est de 10 mètres, le ré-échantillonnage est conduit par convolution bi-cubique.

Croisement des scènes multispectrale et panchro-matique

5Les images acquises le 10 juin 1986 sont croisées de manière à obtenir une image "pseudo-multispectrale" à 10 m de résolution. Les bandes XS-1, 2 et 3 sont combinées en une composition Rouge-Vert-Bleu, puis transformées en une composition Teinte-Saturation-Intensité. Au néo-canal Intensité on substitue alors la bande panchromatique, avant de

6revenir à une composition RVB puis à de "pseudo" bandes XS-1, 2 et 3 porteuses de l’information de la bande panchromatique.

Mise en évidence de l’évolution du parcellaire aquacole

7Pour chacune des deux images disponibles, on a choisi d’étudier la bande XS3 (0,79 à 0,89µM) qui se comporte "approximativement" comme un corps noir vis à vis de l’eau et fournit donc une réponse spectrale fort contrastée dès lors qu’une surface en eau est présente. Le traitement effectué comporte une expansion linéaire de la dynamique puis un rehaussement des détails au moyen d’un opérateur de convolution intégrant un filtre passe haut.

8Les figures 3 et 4 présentent respectivement l’information contenue sur la bande XS3 des scènes respectivement acquises les 10 juin 1986 et 25 août 1994.

Figure 3 : Extrait de l’image panchromatique de 1986, bande XS - 3

Figure 3 : Extrait de l’image panchromatique de 1986, bande XS - 3

Figure 4 : Extrait de l’image panchromatique de 1986, bande XS - 3

9On réalise ensuite une visualisation bi-chromatique des bandes XS-3 de chaque image (bleu = 1986 et rouge = 1994). L’évolution du parcellaire entre les deux dates est alors parfaitement visible.

10Enfin, un masque du parcellaire aquacole est réalisé pour chacune des images traitées. Outre son emploi pour la présentation des surfaces aquacoles, il est utilisé pour étudier, "dans ses parages", la variabilité spatiale de l’indice normalisé de végétation (inv = xs3-xs2/xs3+xs2). La figure 5 présente l’indice normalisé de végétation de la scène acquise en 1994 auquel a été superposé le masque du parcellaire aquacole.

Figure 5 : INV de l’image 1994et superposition du masque du parcellaire aquacole : en blanc, extension 1994

Discussion et conclusion

11Les fermes marines (granjas marinas) pratiquent une monoculture semi-intensive de clovisses, de grosses crevettes, de daurades et de bars, principalement. Les cultures sont réalisées dans des étangs de terre (estanques de tierra) creusés dans les marais. L’eau y circule, via un réseau de canaux, au moyen de systèmes de pompage. Les poissons occupent environ 90% de la surface exploitée. Les rendements moyens annuels y sont de l’ordre de 3.300 kg/ha pour le bar, 4.300 kg/ha pour la daurade et 4.100 kg/ha pour la clovisse. On notera que les élevages de daurades représentent 50% de la production totale de l’Espagne et que la valeur de la production aquacole andalouse s’élevait en 1993 à 1.700 millions de pesetas, soit environ à 71 millions de francs français.

12L’analyse des statistiques disponibles (1) révèle que 10 des 13 concessions accordées pour l’établissement de fermes marines sur le littoral de la province de Huelva ont reçu leur autorisation entre 1984 et 1987. L’étude diachronique des images de 1986 et 1994 permet d’évaluer de manière précise l’extension de ces fermes marines. En 1986, sur la figure 3, seule la partie la plus occidentale des marais d’Ayamonte, à l’est de l’Isla Pinillo, avait été transformée, ou était sur le point de l’être (entreprises : Guadimar S.A., Garcia del Cid). L’entreprise Cultivos de Langostinos S.A. a commencé la construction d’une ferme marine en réutilisant partiellement ou en modifiant de manière irréversible les structures de la saline traditionnelle de San Antonio et de l’étang du moulin à marée portant le même nom. Au nord d’Ayamonte, on remarque sur la rive gauche du Guadiana, à l’emplacement de la Finca del Dique, les structures de la ferme marine d’Acuinova de Galicia S.A. du groupe Pescanova. L’époque de l’acquisition de l’image, en juin, facilite la différenciation des salines et des bassins aquacoles. Sur la figure 4, on distingue les cristallisoirs de ces salines dans les marais d’Isla Cristina, mais aussi sur l’autre rive de l’embouchure du Guadiana, dans les marais de la Reserva Natural do Sapal de Castro Marim e Vila Real de San António. Plus à l’ouest apparaît, dans la même réserve naturelle, le grand cristallisoir et les bassins d’une saline industrielle du même type que celle établie près de Huelva, dans les marais de l’Odiel, par Industrias Aragonesas.

13Huit ans plus tard, en 1994, la figure 4 permet de constater une forte extension des bassins aquacoles dans les marais d’Ayamonte et d’Isla Cristina. Cette évolution se traduit par la création de nouvelles fermes en particulier sur la bordure septentrionale des marismas comme celles d’Esteros de Canela S.C.A. et d’Ibérica de Moluscos S.A., mais aussi de la vaste ferme marine (de 296 ha) construite par l’entreprise Maresa, à l’est de l’Isla Pinillo. L’image met en évidence ses structures parcellaires composées de digues de terre dont le tracé, parfois rayonnant, est visible malgré leur faible largeur (quelques mètres), très inférieure à la résolution spatiale du satellite (20 m). Les forts contrastes spectrauxentre l’eau et les digues sont à l’origine de la finesse de l’information. Cet aménagement aquacole a eu un impact très fort sur le milieu naturel : il a fait totalement disparaître la végétation et le drainage naturel du marais que l’on aperçoit sur l’image de 1986. On observe également l’agrandissement d’autres fermes (ex. partie nord d’Acuinova de Andalucía S.A. - auparavant de Galicia -, Tecnificados del Mar S.A).

14Cependant, c’est plus à l’est, dans les Marismas du río Piedras, que l’évolution a été la plus spectaculaire. En effet, en 1986, il n’y avait dans cette zone aucun développement de l’aquaculture semi-intensive. En 1994, les entreprises Oceanova et Ancones, de part et d’autre d’un ancien cordon sableux fermant au sud les marais, et Langostinos de Huelva, plus au nord sur la rive gauche du río Piedras, y ont établi plusieurs fermes marines dont on lit parfaitement les structures sur l’image. Cependant, l’analyse critique des plans d’aménagement de l’administration régionale indique que dans plusieurs cas la partie transformée ne correspond pas à la partie autorisée. En effet, pour des raisons financières, seule une partie des travaux est conduite à son terme par les entreprises privées, ce qui peut fausser les statistiques. Dans les marais du río Piedras, quelques digues figurant sur l’image SPOT correspondent à des travaux engagés puis abandonnés. La plus forte réflectance des terrains correspond aux travaux d’aménagement en cours ou de restructuration des fermes marines, ce qui permet d’identifier les nombreuses entreprises qui, en août 1994, réalisent ces travaux (ex. Cultivos de Langostinos S.A., Tecnificados de Mar El Pinillo S.A., Crumaya S.C.A., Aldemar S.A., Culmasur S.A., Salinas Vista Hermosa - El Guano et El Puntal -)

15De même, des fermes marines peuvent être maintenues en état sans production afin de garder la concession donnée par les autorités régionales de la Junta de Andalucía. Il peut en résulter une diminution de la production. Ainsi, la réalisation de travaux de restructuration dans la ferme marine de Langostinos de Andalucía, lesquels sont parfaitement visibles sur l’image de 1994 sont en grande partie à l’origine d’une diminution de 132.000 tonnes entre 1994 et 1995 (production totale de daurades, Sparus aurata = 375.000 kg et celle de grosses crevettes, Paenea Japonicu = 59.000 kg). A l’aide de l’imagerie satellitaire, il est également possible de discriminer facilement les bassins en eau de ceux qui ont été provisoirement vidés comme cela s’est produit en 1996, à la suite des pluies diluviennes qui ont provoqué un adoucissement très fort des eaux marines introduites dans les bassins. L’imagerie satellitaire constitue donc un outil de très grand intérêt pour le suivi et le contrôle administratif de l’aquaculture de ce type.

Haut de page

Bibliographie

BERNAL-RISTORI E., GUILLEMOT E., MENANTEAU L. & THOMAS Y.F., 1986. La contribution du capteur Thematic Mapper à la cartographie du littoral atlantique andalou. Madrid, CONIE, NPOC/EARTHNET, Madrid : 71 p. (bilingue : français et espagnol).

CENTROS DE ESTUDIOS TERRITORIALES Y URBANOS, 1988. Ordenación de la acuicultura en las marismas del río Piedras y Guadiana - Carreras. Establecimientos acuicolas Guadiana-Carreras, Establecimientos acuicolas Piedras. Junta de Andalucía, Consejería de Estudios Territoriales y Transportes. 2 plans au 1/ 15.000.

DIRECCION GENERAL DE INVESTIGACION TECNOLOGIA Y FORMACION AGROALIMENTARIA Y PESQUERA, s.d. Acuicultura marina en Andalucía. Junta de Andalucía, Consejería de Agricultura y Pesca, Dirección General de Pesca y Acuicultura.

GRUPO ENTORNO, 1994. Medio ambiente en Andalucía. Informe 1994. Junta de Andalucía, Consejería de Medio Ambiente : 407 p. (pp.305-306).

GUILLEMOT E., MENANTEAU L., THOMAS Y.F. & ZBINDEN R.M. , 1988. Physiographie et cinématique de la côte occidentale de la province de Huelva (Andalousie, Espagne). In : Spot-1 : Utilisation des images, bilan, résultats. Toulouse, Cepaduès : 1115-1122, 3 tabl., 2 pl. coul.

MENANTEAU L., 1990. Les Marismas de l’Andalousie atlantique. In : Géographie d’une Espagne en mutation. Prospections aériennes II. Publ. Casa de Velázquez. Série en Sciences sociales, IX : 139-154.

PEMARES, 1983. Investigación acuícola y marisquera. Junta de Andalucía, Consejería de Agricultura y Pesca, Dirección General de Pesca : 160 p.

VANNEY J.-R., MENANTEAU L 1985. Mapa fisiográfico del litoral atlántico de Andalucía / Carte physiographique du littoral atlantique de l’Andalousie / Physiographic Map of the atlantic littoral of Andalousia. M.F. 02 (Punta Umbría-Matalascañas) et M.F. 03 (Matalascañas-Chipiona). Junta de Andalucía (Consejería de Política Territorial et Agencia de Medio Ambiente) & Casa de Velázquez. 2 cartes en couleurs au 1 : 50.000 + mémoire trilingue (espagnol, français, anglais) : 34 p.

THOMAS Y.F., BOUSQUET-BRESSOLIER C., LEGROS T., 1993. L’anthropisation actuelle des mangroves du delta du Dique (littoral caraïbe de la Colombie). Photo Interprétation, Paris, 3-5 : 213-220.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 3 : Extrait de l’image panchromatique de 1986, bande XS - 3
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/12556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves-F. Thomas, Hélène Brouchoud et Loïc Menanteau, « Emploi de la télédétection spatiale pour le suivi du développement de l'aquaculture semi-intensive : application au littoral de la province de Huelva (Andalousie, Espagne ) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 172, mis en ligne le 05 mai 2000, consulté le 22 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/12556 ; DOI : 10.4000/cybergeo.12556

Haut de page

Auteurs

Yves-F. Thomas

Laboratoire de géographie physique "Pierre Birot", URA 141 du CNRS, 1 Place Aristide Briand, 92195 Meudon Cedex, Francethomas@cnrs-bellevue.fr

Hélène Brouchoud

Laboratoire de géographie physique "Pierre Birot", URA 141 du CNRS, 1 Place Aristide Briand, 92195 Meudon Cedex, France

Loïc Menanteau

Dynamique et gestion des espaces littoraux , URA 904 du CNRS , Chemin de la Sensive du Tertre, B.P. 1025, 44036 Nantes Cedex 01, France.menanteau.l@humana.univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page