Navigation – Plan du site
2007

Macias Marie-Carmen, 2006, Le commerce au Mexique à l’heure de la libéralisation économique, Paris : L’Harmattan, coll. Recherches Amériques Latines, 193 p.

Jérôme Monnet

Texte intégral

1Cet ouvrage couvre un moment historique précis dans la géographie du Mexique : les années 1990, marquées par le démantèlement systématique de presque toute l’économie étatique (à l’exception notable du secteur énergétique) et par l’apogée du processus d’ouverture des frontières par l’abaissement ou la disparition des droits à l’importation ou des obstacles à l’investissement direct étranger, à partir de la mise en place de l’Accord de Libre-Echange Nord-Américain en 1994.

2C’est donc un moment important qui est documenté ici, celui où les géants mondiaux de la grande distribution prennent pied au Mexique, tandis que se déploie la société de consommation à l’occasion de l’enrichissement des catégories sociales les plus aisées et de la reconstitution d’une classe moyenne qui avait beaucoup souffert dans la fameuse « décennie perdue » des années 1980.

3Le cadre théorique général d’analyse est celui de l’organisation duale de l’économie des Pays en Développement, caractérisée par Milton Santos comme deux circuits interdépendants, inférieur et supérieur, que l’auteur de cet ouvrage applique à l’opposition structurelle du commerce mexicain entre des micro-entreprises formelles et informelles, d’une part, et des grandes entreprises nationales et transnationales, d’autre part. Cette analyse n’est malheureusement pas poussée jusqu’au point de montrer si et comment ces deux circuits commerciaux dépendraient l’un de l’autre. Un chapitre bien documenté décrit en revanche la disparition du commerce piloté par l’Etat, mis en place par le régime post-révolutionnaire.

4Néanmoins, les développements les plus longs concernent l’histoire de la grande distribution, qui se caractérise au Mexique par un déploiement précoce, dès la fin du 19e siècle. En effet, dès son apparition en France et en Grande-Bretagne, le modèle du Grand Magasin est importé au Mexique par des investisseurs locaux issus de l’immigration européenne récente. Or, ces groupes locaux existent toujours aujourd’hui et sont, pour certains, assez puissants pour faire concurrence aux champions internationaux de la grande distribution qui cherchent à s’implanter dans le pays dès les années 1950 (à l’occasion du premier développement des supermarchés) puis au début des années 1980 (avec l’installation des premiers centres commerciaux). Les années 1990 constituent une nouvelle phase d’internationalisation avec l’arrivée de Wal-Mart, Carrefour ou Auchan, l’explosion du nombre des centres commerciaux et le développement de la formule de l’hypermarché.

5C’est pourtant dans les pages qui mobilisent l’information la plus originale, consacrée aux mutations, fusions, acquisitions, dans la grande distribution au cours des années 1990 que l’on commence à ressentir les limites de l’ouvrage. En effet, l’auteur mobilise des informations économiques classiques d’une façon descriptive, sans pousser jusqu’à l’analyse des stratégies des acteurs. Ainsi, il n’est pas indiqué que le Mexique fut à ce moment-là un enjeu stratégique majeur pour Wal-Mart et Carrefour : il représentait pour le premier sa première sortie massive du territoire domestique et donc le test de sa capacité à exporter son modèle d’entreprise, alors que pour le second déjà très fortement internationalisé il s’agissait plutôt d’affronter directement, pour la première fois, son principal concurrent.

6Une autre limite de l’ouvrage tient au décalage entre les données utilisées pour l’analyse (qui ne dépassent que très rarement l’an 2000) et le moment de la publication en 2006. Par exemple, entre-temps la guerre féroce qui a opposé Wal-Mart et Carrefour s’est terminée par la victoire du premier, le second vendant tous ses hypermarchés à un consortium mexicain qui permet à une enseigne régionale de se projeter sur la scène nationale. Or, plusieurs allusions montrent que l’auteur a eu connaissance de cette évolution majeure, mais a choisi de ne pas en tirer d’analyse.

7En règle générale, le parti-pris plus descriptif qu’analytique de l’ouvrage est frustrant pour le lecteur, qui se voit soumis à une avalanche de données macro-économiques sans bénéficier des explications socio-politiques qui donnerait de la chair à cette géographie du commerce. Ainsi on ne peut que constater que certains des états fédérés ne contiennent aucune grande surface, mais l’explication de ce fait ne nous est pas fournie.

8Enfin, le point de vue choisi est celui d’une vision surplombante, nationale, de l’implantation des formes commerciales (et surtout des grandes surfaces), sur la base d’informations secondaires (tirées des statistiques officielles ou de la presse), parfois répétitives. Il ne semble pas y avoir eu de recours à l’analyse des systèmes d’acteurs, à des entretiens ou à des observations systématiques des pratiques socio-spatiales, rien qui s’apparenterait à une enquête personnelle pour compléter l’approche assez abstraite qu’offrent des données statistiques finalement assez pauvres, et souvent assez anciennes.

9Il en résulte que ce « commerce au Mexique » ne nous offre pas d’indication sur la géographie urbaine et sur l’implantation des différents types d’établissements, n’évoque que très allusivement l’offre et sa différenciation selon les formats commerciaux et ne nous donne un aperçu des paysages commerciaux qu’au travers de quelques (bonnes) photos. Pour donner de la substance à cette géographie commerciale mexicaine, il nous manque des indications sur les pratiques des usagers, telles que la promenade du dimanche dans les centres commerciaux, les valeurs culturelles attachés au tianguis (marché de plein air), le rôle important que joue la piraterie dans l’accès aux biens de consommation globalisés, entre autres.

10D’une certaine façon, cet ouvrage apparaît comme « classique », illustration d’une géographie « verticale » (qui regarde l’espace d’en haut et de loin), descriptive et désincarnée mais il n’a pas réussi ou n’a pas voulu profiter des ouvertures créées par la géographie sociale et culturelle ou par la géopolitique pour adopter aussi une perspective « horizontale » (qui regarde l’espace d’en bas, adoptant la perspective que les sujets ont sur leur environnement) qui considère les acteurs sociaux ou les sujets géographiques en tant que producteurs de l’espace et de l’environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Monnet, « Macias Marie-Carmen, 2006, Le commerce au Mexique à l’heure de la libéralisation économique, Paris : L’Harmattan, coll. Recherches Amériques Latines, 193 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 novembre 2007, consulté le 25 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/12643

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page