Navigation – Plan du site
2005-2002
Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004

La difficile émergence d’un territoire lagunaire protégé au Portugal : la Ria Formosa

The difficult emergence of a protected lagoonal territory in Portugal: the case of the Ria Formosa

Frédéric Bertrand

Résumés

Les eaux lagunaires sont au cœur de stratégies territoriales plus ou moins compatibles avec une maîtrise d’ensemble de l’hydrosystème sous-tendue par des objectifs de conservation. Le contrôle de la circulation des eaux et des activités à l’intérieur de la lagune est une alternative, au moins provisoire, à une gestion intégrée du littoral.

Haut de page

Texte intégral

1Située à l’extrême sud du Portugal, la lagune estuarienne de la Ria Formosa (111 km²) présente de vastes estrans supportant d’importantes activités salicoles, conchylicoles et aquacoles. La création du parc naturel de la Ria Formosa (PNRF) en 1987 a marqué la volonté politique de mieux contrôler le fonctionnement et l’évolution de ce système complexe à un moment où l’ouverture de la région au tourisme international était en passe de modifier les rapports de force entre les populations participant à la mise en valeur de la lagune. Dix années après la mise en œuvre d’un plan de gestion (P.O.P.N.R.F.) ayant pour objectif d’optimiser l’utilisation des ressources naturelles et d’une série de programmes de recherche concernant le fonctionnement de la lagune, on dispose d’éléments permettant d’apprécier le niveau d’intégration de la gestion du Parc et la reconnaissance par les populations riveraines des structures de protection /conservation projetées sur l’espace lagunaire.

Une gestion environnementale engagée

La défense de l’intégrité physique du plan d’eau

2Dans le prolongement des travaux d’ingénierie effectués depuis la seconde moitié du XXe pour garantir des conditions de libre accès aux ports de pêche riverains (Olhão, Fuzeta), la direction du PNRF a coordonné à partir de 1996 une série d’actions destinées à contrecarrer les risques de débordement océanique et d’ensablement du bassin liée à l’instabilité particulière du système d’îles-barrières à embouchures multiples dans lequel s’insère cette lagune. Si la réhabilitation des dunes bordières rencontre une certaine hostilité lorsqu’elle est conduite à l’encontre des pratiques illégales de construction (Praia de Faro), des actions plus spectaculaires comme l’ouverture d’une passe (Barra Nova) et la recharge des plages externes à partir des rejets de dragage de la lagune rencontrent plutôt la faveur des populations. En effet, malgré le caractère ouvertement artificiel de telles opérations, la majorité des usagers et des scientifiques s’accordent à reconnaître leur nécessité pour le maintien des échanges hydrologiques entre la lagune et l’océan et la sauvegarde de l’ensemble des activités.

La valorisation du potentiel biologique de la zone humide

3L’amélioration de la qualité de l’eau dans l’ouest de la lagune, consécutivement à l’ouverture de la nouvelle passe d’Ancão, a confirmé la possibilité de contrôler par l’intermédiaire d’une gestion " hydro-écologique " les niveaux trophiques de la lagune et, ainsi, de maintenir la productivité du milieu naturel. Le taux de renouvellement très élevé de l’ensemble des eaux lagunaires de la Ria Formosa pourrait inciter dans l’avenir les gestionnaires du Parc à tirer ainsi parti de la proximité hydrologique de l’influence marine pour atténuer la richesse nutritive des eaux lagunaires et limiter les risques d’anoxies estivales. Malgré l’enrichissement notable du milieu en nutriments d’origine urbaine et agricole, l’état d’eutrophisation de la lagune est encore peu marqué et la valorisation du potentiel biologique de la Ria Formosa semble pouvoir s’appuyer sur la forte capacité d’évacuation du site. Forte de nombreuses collaborations avec les instituts régionaux de recherche, la direction du Parc est engagée dans plusieurs programmes scientifiques dont l’un, en particulier, vise à une exploitation plus soutenue des ressources aquacoles. De façon plus générale, la multiplication des projets de développement afférant aux ressources de la lagune impose aux autorités gestionnaires du Parc de définir les conditions d’une cohabitation entre des activités halieutiques plus ou moins fixées et des activités récréatives (balnéarisme, nautisme, " bird-watching ") qui, partageant le même espace aquatique, sont susceptibles de se porter mutuellement préjudice.

Le contrôle des activités à l’intérieur de la lagune.

4Le souci de contrôler l’exploitation des ressources marines conduit les autorités du Parc à s’interposer dans le rapport d’appropriation des usagers à l’espace lagunaire. La délivrance des licences d’exploitation de la lagune par une autre administration que le Parc, la Direction Générale des Pêches et de l’Aquaculture, n’a pas facilité la reconnaissance de son autorité alors que des mesures de surveillance étaient prises pour conduire les pêcheurs à rompre avec des pratiques d’exploitation jugées néfastes pour l’équilibre du milieu. Toutefois, l’établissement d’un cadastre conchylicole tend à définir un cadre d’exploitation concertée sur la base d’une maille commune d’exploitation et de gestion de l’espace lagunaire. Pour autant que cette tentative de conciliation des objectifs écologiques et économiques concerne le secteur d’activité névralgique de la lagune, elle ne porte que sur une portion limitée (moins de 1 000 ha) du territoire administré par le Parc (environ 18 000 ha). Elle laisse en suspens la question du contrôle des activités aux marges du bassin lagunaire, où les volontés d’appropriation de l’espace lagunaire sont nombreuses et beaucoup plus difficilement compatibles avec les objectifs de conservation du site.

Un champ d’action limité

L’encerclement urbano-touristique du bassin lagunaire

5L’étalement urbain qui accompagne le développement économique général de la côte sotavento de l’Algarve depuis les années 1970 a porté de fortes atteintes à la structure des zone humides riveraines ainsi qu’à leur fonctionnement hydrique. De nombreux habitats ont été détruits dont certains, au fond du " cul-de-sac " occidental de la lagune, dans des zones fortement confinées à fort excédent de production primaire. D’autres ont été créés de toute pièces, comme à Quinta do Lago, pour répondre à la demande touristique d’une nature lacustre toute artificielle. Enfin, les marais qui subsistent le long de la rive interne de lagune sont sujets à des phénomènes d’érosion liés aux perturbations hydrauliques du système (photo A) ou à des processus de dépérissement dus aux rejets eutrophisants, particulièrement dans les secteurs de confinement statique ou dynamique des masses d’eau (photo B).

Des compétences réduites

6Face à une occupation des rives que l’on qualifiera volontiers d’" agressive " et après plusieurs décennies de laisser-faire qui ont entraîné la dépréciation des habitats, les objectifs de conservation du Parc semblent ici difficiles à tenir. En premier lieu, les dispositions réglementaires relatives à la gestion de ces espaces relèvent non seulement de la compétence du Parc mais de multiples autres organismes, déplaçant ainsi subrepticement les conflits potentiels du terrain des usages à celui de la gestion. Il est significatif que la version révisée du Plan de gestion consacre une carte à la localisation des situations d’ " incongruité " entre le zonage des différents Plans Directeurs Municipaux (PDM) et son propre zonage. En second lieu, le Parc ne peut aucunement contrôler, dans les limites spatiales de sa juridiction, les apports du bassin-versant (eau douce, flux biogéochimiques) qui conditionnent le fonctionnement hydrique de la lagune au même titre que les échanges hydrologiques avec la mer.

La dégradation des habitats lagunaires de la Ria Formosa

7Si les structures d’encadrement du PNRF ont à l’évidence du mal à s’intégrer dans une politique de gestion intégrée du littoral, leur projection sur l’espace strictement lagunaire ne leur en a pas moins permis d’affirmer leur spécificité par rapport aux autres structures de gestion environnementale. L’accent particulier mis par les autorités du Parc sur les actions de sensibilisation et d’éducation environnementale est en passe, d’après les témoignages recueillis auprès des autorités et des populations riveraines, de créer un sentiment d’appartenance collectif à un même territoire protégé.

8Au total, on conviendra que si les structures d’encadrement du PNRF ont de toute évidence du mal à s’imposer et à s’insérer dans une politique de gestion intégrée du littoral, leur projection sur l’espace lagunaire n’en a pas moins contribué à affirmer leur spécificité et à créer un sentiment d’appartenance collectif à un même territoire protégé

9Dans quelle mesure une gestion recentrée sur la valorisation du patrimoine paysager et culturel de lagune, telle qu’elle semble se profiler derrière la révision du plan de gestion du Parc, permettra-t-elle de consolider les bases d’une exploitation soutenable à long terme du milieu ? La question peut sembler incongrue s’agissant d’un hydrosystème à durée d’existence très courte où tout par nature est transitoire. Elle mérite toutefois d’être posée dans la mesure du capital naturel que représente le " bras de mer magnifique " pour les générations à venir.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud-Fassetta G., Bertrand F., Costa S., Davidson R., (soumis) – "The western lagoon marshes of the Ria Formosa (Southern Portugal): sediment-vegetation dynamics, long-term to short-term changes and perspective", Continental Shelf Research.

Goeldner-Gianella L., Bertrand F., Arnaud-Fassetta G., Baron-Yellès N., Costa S., Beltrando G., Davidson R., 2003 - " Les marais endigués de la Ria Formosa (Algarve) face à un siècle de développement économique – le cas de la réserve naturelle du Ludo ", Annales de Géographie, 1, p.42-56.

Bertrand F., Costa S., Beltrando G., 2002 - " Complexité et vulnérabilité de l’hydrosystème lagunaire de la Ria Formosa (Algarve, Portugal) ", Actes du colloque Hydrosystèmes, Paysages, territoires, 6-8 septembre 2001, Lille, CD-Rom.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Bertrand, « La difficile émergence d’un territoire lagunaire protégé au Portugal : la Ria Formosa », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 16 décembre 2004, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1272 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1272

Haut de page

Auteur

Frédéric Bertrand

Maître de Conférences en Géographie, UMR 8586 PRODIG, 191 rue Saint-Jacques 75005 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page