Navigation – Plan du site
2007
409

Le rôle de la reconnaissance dans l’élaboration de la connaissance géographique.

Aperçus généraux et application au cas de l’Antarctique
The Role of Reconnaissance in the Shaping of geographical knowledge (Connaissance).Some general Insights and a case Study : Antarctica
Jean-Baptiste Arrault

Résumés

Dans les récits d’exploration, le terme reconnaissance a souvent été pris comme synonyme d’exploration. A une époque charnière, autour de 1900, et à partir d’un corpus limité, le discours géographique tel qu’il trouve à s’exprimer dans les Annales de Géographie, où le récit d’exploration est bien présent sans être toutefois exclusif, cet article voudrait étayer l’idée selon laquelle on ne pourrait réduire le sens de reconnaître à sa dimension d’exploration : il faudrait au contraire prêter attention à la polysémie du terme, notamment à son rapport au connaître, prendre au sérieux le moment de la reconnaissance dans le processus même d’élaboration de la connaissance géographique. Nous discutons ici l’hypothèse que, dans cette élaboration, avant le temps du connaître, se loge un temps du reconnaître, le temps du test des conjectures, le temps de la confrontation entre l’hypothèse et la réalité géographique. Si la première partie se veut de portée théorique générale, la seconde propose une étude de cas sur l’Antarctique, qui se trouve être, autour de 1900, la dernière grande tâche blanche sur le globe.

Haut de page

Texte intégral

« L’homme cherche la terre, il l’attend et l’appelle de tout son être. Avant même de l’avoir rencontrée,
il va au-devant d’elle et la reconnaît. (…) Comment reconnaître ce que l’on ne connaissait pas d’une manière quelconque ? Pressentiment ou aspiration. »
Eric Dardel, 1952

1La capacité à énumérer de manière raisonnée une longue série de faits à propos d’un espace distinguerait a priori le géographe du non géographe, mais elle n’éclaire qu’accessoirement, à notre sens, la construction même de la connaissance géographique ; déterminer la spécificité du connaître-le-monde géographique est encore un horizon d’enquête très ambitieux, ou peut-être trop peu au contraire, parce que le spécialiste de telle région du monde sait de quoi il parle. Mais en vérité comment le sait-il ? Et comment les savoirs qu’il a reçus et ceux qu’il produit entrent-ils en connaissance ? Quand est abordé le problème de la connaissance géographique, on s’en tient souvent à des études de cas, à des enjeux de contenu, et non de forme ou de processus. La question générale de la « construction des savoirs géographiques » est encore très peu appréhendée pour elle-même. Et la géographie ne dispose pas, à ce qu’il semble, d’une vision claire de sa propre façon de connaître. Si le comblement des blancs de la carte y joue un rôle fondamental (et bien connu pour la période 1750-1850 ou 1880 ; cf. par exemple Blais, 2000 ; Surun, 2003), il n’est pas sûr, d’une part, que combler une carte soit suffisant pour connaître un espace et, d’autre part, qu’autour de 1900, quand la carte du monde précisément est en voie d’être entièrement comblée, ce thème soit encore aussi primordial. Une carte comblée c’est un produit, un résultat : connaître suppose bien une trajectoire, du terrain vers la carte, mais suppose aussi de disposer d’un modèle, d’une hypothèse générale qui intègre les éléments du réel qui remontent ensuite vers le cabinet du savant ou de l’universitaire. Ce modèle, cette théorie permettent de donner sens aux informations, de les interpréter (ou de les rejeter), et de guider en outre la recherche des informations sur le terrain (c’est par exemple les recommandations aux explorateurs rédigées par les Sociétés de Géographie). L’expérience de terrain semble bien être en ce sens une expérience de la reconnaissance : croquis, relevés, écrits, collecte de renseignements auprès des habitants, tous ces types de savoir sont investis dès l’origine par des modèles de connaissance. La reconnaissance géographique d’un espace n’est donc pas une étape anodine dans la construction de la connaissance : elle est une mise à l’épreuve tout autant qu’une source d’informations. Mais elle est aussi, paradoxalement, un préalable à la connaissance. C’est à partir de l’articulation d’une triade lexicale récurrente dans le discours de l’exploration (l’inconnu, le reconnu, le connu), mais qui ne semble pas encore avoir été étudiée en propre (et la notion de reconnaissance, dans l’historiographie de la géographie, n’est jamais semble-t-il explicitée comme problème), que nous voudrions éclairer ce paradoxe d’abord, mais aussi contribuer à la détermination d’une morphologie du connaître géographique : dans quelle mesure connaître un espace, est-ce nécessairement l’avoir reconnu ?

  • 1  Polysémie que partagent, à un degré variable, d’autres langues ; l’anglais avec reconnaissance (du (...)
  • 2  Extraits de l’appel à communications d’un colloque tenu en avril 2005 sur le thème : « La reconnai (...)

2En réalité, le problème ne se formule pas aussi simplement. D’abord parce que, si le temps de la reconnaissance peut se définir comme celui de la confrontation entre modèle de connaissance et terrain, reconnaître n’est pas forcément une opération de terrain ; c’est en revanche toujours décider de l’identité des réalités géographiques. Dans son cabinet aussi par conséquent, le géographe reconnaît, car il met en forme, construit, interprète. Au fond, c’est une question d’herméneutique, bien plutôt que d’inventaire du réel. Ensuite, parce qu’il est difficile a priori de distinguer précisément exploration et reconnaissance : les deux termes sont-ils purement et simplement synonymes ou représentent-ils au contraire deux moments distincts dans le processus de construction de la connaissance ? Il semble préférable de supposer ici qu’ils ne sont pas d’emblée équivalents, et que reconnaître, ce n’est pas seulement explorer, mais déjà connaître. Dans cet effort d’éclaircissement sémantique auquel nous allons nous livrer, la philosophie, qui aurait pu être un recours, l’est en réalité assez peu, tant il est vrai « qu’il n’existe pas de théorie de la reconnaissance digne de ce nom à la façon dont il existe une ou plusieurs théories de la connaissance » (Ricoeur, 2004, p. 9). Un certain nombre d’éléments peuvent néanmoins être retenus d’une réflexion sur la notion de reconnaissance qui s’est étoffée, ces derniers temps, en philosophie et dans les sciences sociales. Face à la polysémie du terme (constater une ressemblance, admettre une identité ou une vérité, explorer…)1, on a cherché à donner une cohérence conceptuelle à des modèles théoriques hétérogènes. C’est le cas, par exemple, de Paul Ricoeur, sous l’horizon d’une philosophie morale et politique attentive à la vie des hommes en société, pour qui la signification du terme s’ordonne dans une trajectoire allant d’un sens actif, « je reconnais », à un sens passif, « je suis reconnu » (2004, p. 35-36), le noyau sémantique renvoyant toujours à l’identité ou à l’identification (d’un objet, de soi, de l’autre). Notre propre recherche trouvera davantage à emprunter au concept aristotélicien d’anagnôrisis, ainsi qu’à la sémiotique, dans la mesure même où la question que pose le problème de la reconnaissance est sans doute essentiellement : « à quoi je reconnais ? », et à quoi je reconnais non pas d’ailleurs quelque chose de déjà connu, mais quelque chose d’inconnu (Eco, 1997). Dans sa Poétique, Aristote analyse en effet la reconnaissance dramatique comme « le retournement qui conduit de l’ignorance à la connaissance » (52a 30), situant l’identification sur un double plan : « le dévoilement d’une identité préalablement connue » ou « la révélation d’une identité ignorée »2. L’anagnôrisis pourrait ainsi être considérée comme une métaphore du procès de cognition géographique, si on la rapproche de la découverte géographique, laquelle entretient avec l’inconnu et le connu des liaisons au moins aussi complexes que le drame. Dans cette perspective, l’inconnu à reconnaître n’est pas nécessairement un pur négatif du connu, il ne constitue pas un néant, mais comme une matrice, un matériau pour conduire le drame et/ou fonder le savoir géographique. Dans quelle mesure l’exploration du monde met-elle en jeu une articulation conceptuelle de ce type et la reconnaissance d’un espace inconnu une manière d’anagnôrisis géographique ? En nous appuyant sur l’intégration des résultats d’explorations autour de 1900, dans un discours géographique centré sur les Annales de Géographie (AG), nous tenterons de rendre compte de ce problème, en proposant d’abord une analyse théorique générale des notions et des processus cognitifs en jeu, puis en détaillant le cas de l’Antarctique, qui constitue, autour de 1900, le dernier grand blanc à (re)connaître.

Reconnaître : une étape dans la construction de la connaissance géographique

Le contexte d’un monde bientôt fini

  • 3  Vidal de la Blache (1891), Camena d’Almeida (1891a, b et c), Schirmer (1891a et b), Gallois (1891, (...)
  • 4  Ce texte, qui date de 1931, mériterait d’être longuement cité ; nous ne retiendrons qu’une phrase, (...)

3A leur fondation en 1891, les AG font une grande place à l’« inventaire du monde » tel qu’il se pratique dans les revues géographiques du XIXe siècle (Palsky, 1995, p. 134). L’« Avis au lecteur » du n°1 projette néanmoins non pas de rendre compte scrupuleusement de la « surabondance de nouvelles qui sont envoyées de tous les coins du monde », mais de « de classer ces matériaux de provenance et de nature si diverses, pour mettre vraiment au courant, non par accumulation pure et simple, mais par annexions lentes et rationnelles, notre fonds de connaissance » (Dubois et Vidal de la Blache, 1891, p. II). La nouvelle revue propose un mode nouveau de constitution du savoir géographique, non pas strictement cumulatif, mais réflexif : il ne s’agirait plus de livrer brutalement des faits mais d’élaborer des bilans, des retours sur soi de la connaissance. Pour schématiser, on pourrait opposer un modèle linéaire d’accumulation et un modèle en spirale de vérification ou d’attestation. La géographie, dans ce texte programmatique dont n’est pas absente une certaine rhétorique de la rupture, ne serait plus tant actualisation que mise en perspective et confrontation. Mais il n’est pas certain que les AG se soient effectivement en pratique distinguées des revues plus anciennes, telles le Bulletin de la Société de Géographie de Paris. Il n’est pas certain non plus que les géographes de 1900 fassent tous et/ou totalement autre chose que ceux de 1780, 1800 ou 1850. La distinction entre géographe (de cabinet) et explorateur (ou géographe de terrain), qui s’estomperait, selon le modèle historiographique dominant, au cours du XIXe siècle, semble être encore largement valable autour de 1900, sauf peut-être pour les terrains les plus accessibles. Pour le cas de l’Antarctique, la chose ne fait pas de doute : Maurice Zimmermann, spécialiste des régions polaires dans les AG et dans la Géographie universelle Vidal/Gallois, ne fait que compiler, comparer, interpréter des récits d’exploration. Il est vrai en revanche que la découverte des contours continentaux et océaniques a bien cédé la place à l’exploration intérieure (Palsky, 1995, p. 130), et qu’en 1900, le cas de l’Antarctique (on discute encore de sa forme générale) paraît tout à fait unique, voire scandaleux. En tout état de cause, notre interrogation doit permettre de prolonger des réflexions menées plus en amont dans le siècle et de montrer qu’il n’y a peut-être pas d’opposition tranchée entre la géographie de 1800 et celle de 1900 en matière d’exploration. Les premiers numéros des AG en effet, font une très large place aux bilans continentaux3, puis à des études, toujours sous forme de bilan, à des échelles plus grandes (« pays » français ou européens, régions africaines ou asiatiques…), cet agrandissement exprimant l’ambition d’une connaissance élargie et renouvelée. Ces articles de bilan proposent toujours un état des lieux, opposant ce que l’on connaît et ce que l’on ignore encore, dressant l’état de la cartographie, faisant le lien avec les explorations et les expéditions en cours. Le thème du blanc à combler est omniprésent. Henri Schirmer, évoquant encore en 1880 la nécessité de l’imagination pour se faire une idée de la géographie africaine, emploie même l’image de la « page blanche » (1891, p. 61). Par ailleurs, ces articles nous renseignent sur la façon dont est conçue la connaissance géographique dans son élaboration différenciée. Se distinguent en effet le traitement de l’Europe par Pierre Camena d’Almeida (un continent entré dans « l’âge de la rectification », 1891a, p. 54) et celui de l’Afrique ou encore de l’Antarctique. Mais au-delà des différences, une maxime de Camena emblématise l’esprit de cette géographie du bilan : « savoir davantage afin de connaître mieux » (ibid. p. 57). La logique paraît donc encore très largement cumulative (combler les blancs, rectifier les erreurs, dissiper les légendes). Le cadre dans lequel réfléchir à notre problème est ainsi précisé : une époque où le « progrès géographique » s’accélère et tend à un certain achèvement, avec le passage d’une Terre « relativement infinie » et telle « puisqu’elle n’a pas été parcourue dans son entier et qu’il est même impossible de prévoir quand elle nous sera définitivement connue » (Reclus, 1876, p. 1), au « monde fini » de Paul Valéry (1945, p. 214), constat que nombre de géographes ont d’ailleurs formulé dès les années 1900.

L’inconnu géographique, une notion paradoxale

« Ohé, les gars, nous sommes découverts ! (un Indien, apercevant Christophe Colomb) »

Georges Perec, 1974, p. 149.

  • 5  Sans parler de la découverte oubliée des Vikings, ni du fait que ce Nouveau Monde ne l’est que pou (...)

4Le problème de la connaissance géographique est d’abord celui de l’inconnu et donc celui de la découverte. De ce point de vue, la découverte de l’Amérique constitue un remarquable élément de comparaison. On a pu montrer à cet égard que la nouveauté de l’Amérique était une construction intégrant les savoirs préexistants et les leçons de l’expérience : « c’est parce que la découverte du “nouveau monde” s’insère dans un univers de discours qui désigne préalablement celui-ci comme “autre monde” et par là l’accueille et le situe dans un horizon de référence culturellement saisissable, que cette découverte reçoit finalement sa signification d’expérience véritable » (Besse, 2003, p. 79). L’inconnu ne peut apparaître dans sa nouveauté que par le biais d’une intégration dans le déjà connu : « la nouveauté est moins la rencontre avec un dehors du discours que, pour ainsi dire, une pliure interne de ce discours, qui vient désigner la place de l’altérité dans le système de ses catégories » (ibid. p. 80). Mais, avant même l’exploration et la découverte, nous ne sommes pas forcément face à une lacune de savoir : on peut connaître le monde, notamment de manière conjecturale, sans avoir fait l’expérience concrète de sa diversité. Se poser la question du statut de l’inconnu géographique n’est donc pas accessoire : c’est interroger le socle par nature mouvant de la connaissance. Soit l’Amérique, cas archétypal d’un espace inconnu jusqu’à sa découverte par Christophe Colomb. Parler d’espace inconnu n’est rien moins pourtant qu’ambigu, ne serait-ce que parce que Colomb a pensé trouver la Chine ou le Japon5. Colomb sait, en partant, quelque chose de la terre où il se rend : il croit rallier les Indes. Son « aveuglement géographique » (Dardel, 1952, p. 111) est troublant, car cette croyance est à la fois la manifestation d’un savoir, le signe d’une lacune de ce savoir et la pierre de touche d’une connaissance nouvelle. Tzvetan Todorov a bien caractérisé plus généralement le type d’herméneutique que Colomb pratique de manière systématique : « il sait d’avance ce qu’il va trouver ; l’expérience concrète est là pour illustrer une vérité qu’on possède, non pour être interrogée, selon les règles préétablies, en vue d’une recherche de la vérité » (1982, p. 27). Colomb ne reconnaît pas les terres abordées pour nouvelles, mais les intègre sans discussion dans un modèle préexistant du monde, alors que Amerigo Vespuci instaure au contraire la nouveauté de ces terres en acceptant et provoquant la remise en cause du modèle – ce qui vaudra à son nom de devenir celui du Nouveau Monde. La connaissance que Colomb contribue à renouveler est donc en quelque sorte d’abord méconnaissance, et la méprise dont il fait preuve, emblématique de « cette dialectique du connu et de l’inconnu qui caractérise pendant tout le XVIe siècle la réception des découvertes maritimes » (Besse, 2003, p. 62), suggère qu’en matière d’inconnu géographique il ne s’agit jamais que d’une certaine mesure. De la sorte le blanc de la carte ne dirait pas tant l’inconnu que le connaître à venir, que l’à-connaître du monde. Se lancer à la découverte suppose que l’inconnu soit déjà connu comme inconnu, étayé par un support autre qu’un savoir positif : une conjecture, une croyance, concernant par exemple, pour Colomb (qui est, selon Todorov, éminemment croyant, 1982, p. 25) la sphéricité de la terre et, surtout, la possibilité de franchir la distance séparant, par mer, l’Europe de l’Asie (p. 42). Sans cela, pas de découverte, pas même de voyage : on ne part jamais complètement à l’aveuglette, pour le dire trivialement. La terra incognita constituerait ainsi le substrat de la connaissance géographique, la condition de possibilité même de la géographie comme expérience et connaissance du monde. L’appellation de terra incognita attribue de fait à des terres un statut géographique et politique avant même qu’elles apparaissent sur la carte :

le langage (…) a le pouvoir d’exorciser les blancs de la carte et les trous du savoir. L’expression terra incognita ou terra nondum incognita (terre inconnue ou terre encore inconnue) (…) est une manière d’anticiper sur le savoir futur, d’inscrire cet espace dans une temporalité qui est celle de la perfectibilité des connaissances et du progrès linéaire et continu des découvertes. (…) On signifie par là que ces terres inconnues relèvent du même espace global de connaissance que les régions les plus familières, et le langage vient déjà qualifier, nommer, rendre dicibles ces espaces dont l’existence même est conjecturale. (Jacob, 1992, p. 338-339)

5Dire l’inconnu, lui donner forme et tracé virtuels confère à la carte une vertu performative qui « anticipe » sur la connaissance positive, mais qui est sans doute déjà production de savoir… En découle un trouble persistant, jusqu’à notre période, sur la nature de l’inconnu géographique, dont voici deux exemples : Henri Schirmer décrivant le fleuve Niger comme « encore partiellement inconnu » (1898, p. 233. Nous soulignons), et Henri Delachaux, dans le débat sur la délimitation de la frontière Argentine/Chili, notant que « la discussion (…) a eu pour effet d’appeler l’attention sur des régions peu connues ou même partiellement ignorées jusqu’alors, – les régions de la Patagonie andine » (1898, p. 239. Nous soulignons). La connaissance n’est plus mesurée par ce que l’on sait d’un espace, mais par ce qui reste à découvrir. Le blanc de la carte, aussi complexe soit-il dans ses rapports au contexte politique et social, aussi varié soit-il dans sa portée scientifique (lacune ou bien manifestation d’une exigence scientifique au nom de laquelle ne peut plus être représenté que le certain), apparaît dès lors comme la matrice de toute connaissance géographique (cf. Laboulais-Lesage (dir.), 2004). On ne s’étonnera donc pas de la récurrence d’une métaphore censée rendre compte de ce statut paradoxal, celle du voile que l’on soulève. Le blanc, renfermant « un lieu que l’on nomme pour l’ériger en objet de la quête », « devient un voile sur un mystère, mais la catégorie d’inconnu est relativisée par la référence à un contenu » (Surun, 2004, p. 126). La découverte est bien d’abord une action opérée sur un contenu couvert (ou voilé), et non une pure apparition : on sait déjà au moins un nom, comme ce Tombouctou qui fit rêver René Caillié (ibid.), une légende quelconque… La plupart des explorations qui sont lancées à partir de la fin du XVIIIe siècle, quand les contours généraux sont déjà bien fixés, obéissent à ce schéma. C’est toujours le cas, ponctuellement, un siècle plus tard, comme pour la Patagonie andine, « véritable terra incognita en beaucoup d’endroits » mais que de grandes expéditions viennent de parcourir : « le voile qui jusqu’ici cachait ces régions lointaines commence à se déchirer : le mystère et la légende des terres australes touchent à leur fin » (Delachaux, 1898, p. 240). L’exploration joue ainsi le rôle d’une révélation, quasiment au sens photographique : le blanc est lourd d’une potentialité qu’un révélateur va mettre au jour d’abord, puis fixer – faire entrer en connaissance. Mais le schème d’une révélation photographique n’est pourtant que secondaire dans une nécessaire revalorisation cognitive de l’inconnu géographique : le voile soulevé n’est guère plus qu’une image. Le discours géographique ordonne par contre une très intéressante perspective sur la construction de la connaissance : le jeu entre reconnaître et connaître.

La reconnaissance géographique : thème et variations

  • 6  Celle-ci peut être, pour reprendre la typologie classique de Peirce, de trois types : indiciaire ( (...)
  • 7  « The discovery of distant, unknown islands and continents, like much scientific discovery, was in (...)
  • 8  Le parcours des Tables du Bulletin de la Société de Géographie de Paris depuis l’origine (1822) mo (...)

6Reconnaître, c’est à la fois faire le lien entre un souvenir et un objet ou un être (je te reconnais), établir l’identité d’une chose à partir d’un savoir théorique (je reconnais cet objet comme une table), éprouver de la gratitude (je suis reconnaissant), affirmer l’identité propre d’un individu, admettre une idée, un jugement, une erreur etc. (reconnaître sa défaite), explorer, le terme ayant ici une forte connotation militaire (comme les termes de terrain et d’explorateur). L’explorateur en effet est d’abord l’éclaireur voire l’espion, puis celui qui, au XVe siècle, réalise une reconnaissance, c’est-à-dire une « véritable enquête générale » (Bourguet, 1996, p. 287). Retenons ce terme d’enquête et l’idée d’une recherche d’indices pour (r)établir une vérité ou une réalité. La question, répétons-le, que pose la reconnaissance, c’est « à quoi reconnaît-on ? », c’est la question du signe. Par le biais de la reconnaissance, la réflexion sur la construction de la connaissance géographique rencontre la problématique sémiologique : on interprète ce qu’on ne voit pas à partir de ce qu’on voit. La vigie crie « terre » parce qu’il reconnaît quelque chose. Quoi ? A quoi ? Il y a ici un problème non pas seulement de signe, mais de confiance, confiance dans le lien qui s’établit entre ce qui est vu et ce qu’on en déduit, et qui dépend de la nature de la relation entre le signe et l’objet6. Reconnaître, ce serait donc ainsi d’abord, au plan cognitif, effectuer une opération sémiologique, une enquête basée sur des signes (indices ou icônes voire symboles) en vue d’établir un certain nombre de convictions sur des réalités encore inconnues. La reconnaissance géographique, dans sa révélation d’un encore-inconnu, fonderait dès lors véritablement la connaissance : pour l’historien J. H. Parry la reconnaissance correspond même à un « âge » dans l’histoire des découvertes, celui des commencements7. On peut aussi concevoir l’existence d’un « moment de l’exploration » dont la spécificité dans l’histoire de la géographie « tient au partage qui s’instaure entre des géographes de cabinet qui se donnent pour tâche d’élaborer la carte de régions qu’ils ne sont pas en mesure de visiter eux-mêmes et des explorateurs qui ont une expérience du terrain, mais sont incités à en rapporter d’abord les éléments qui font l’objet d’une demande explicite de la part des géographes » (Surun, 2003, p. 5). On ne se situe déjà plus ici aux commencements des découvertes, mais au tournant du XVIIIe et du XIXe siècles ; pour la même époque, Hélène Blais parle, elle, de reconnaissance, dans le contexte de l’Océan Pacifique (2000, 2e partie). Faut-il voir dans cette opposition lexicale la traduction du changement de contexte ? D’un côté le continent et l’exploration, de l’autre l’océan et la reconnaissance ? Cela paraît insuffisant, même si à l’évidence, et en lien avec l’évolution même des découvertes, d’abord océaniques puis continentales, l’emploi du terme reconnaissance en géographie et dans les récits d’exploration est d’abord hydrographique (repérage des côtes, cartographie marine etc.)8 Qu’en est-il vraiment de la relation entre exploration et reconnaissance ? S’agit-il de deux contextes géographiques, de deux époques distinctes, ou de deux moments de la même élaboration cognitive, de deux opérations se succédant dans la construction de la connaissance, comme le propose en 1994 Yvan Paillard, qui place l’exploration avant la reconnaissance ?

7Les géographes à la fin du XIXe siècle usent en tout état de cause largement du terme reconnaître en contexte d’exploration continentale, et c’est cet usage dont il s’agit ici de rendre compte, malgré la polysémie du terme et le fait qu’elle ne soit pas posée comme problème. Ils ne distinguent même pas les acceptions de reconnaissance, à l’instar de Maurice Zimmermann :

Les deux dernières années révèlent un sérieux effort pour achever l’occupation et la pacification des territoires qui nous sont reconnus dans l’Afrique occidentale française, en même temps que l’on poursuit avec patience l’inventaire des ressources que présentent les territoires déjà reconnus et l’exploration des dernières parties inconnues. (1900, p. 278. Nous soulignons)

8Il renvoie ici d’abord à une réalité juridique et géopolitique, le partage de l’Afrique entre les puissances coloniales, ensuite à l’état de notre savoir sur certaines portions d’espace, non encore inventoriées mais déjà explorées. C’est ici l’exploration qui ferait passer d’inconnu à reconnu, et l’inventaire du reconnu au connu, processus à deux seuils épistémiques qui complique le séquençage chronologique et le partage géographique entre exploration et reconnaissance. Il serait possible, au-delà de cet exemple, de décliner un certain nombre d’usages plus ou moins variants du terme reconnaissance considéré cette fois du seul point de vue de la construction des savoirs (cf. encadré 1 pour un exemple tardif mais très suggestif).

Encadré 1 : La reconnaissance d’une île nouvelle : cas-limite ou paradigme ?

9Mais nous ne pouvons insister ici que sur deux points, ses relations avec l’exploration d’un côté, avec l’analogie de l’autre. Reconnaître un espace de fait, c’est d’abord en relever les caractéristiques, mettre en cohérence les savoirs disponibles, l’explorer au sens de l’éclairer, ce que fit Prjévalsky en Asie centrale :

Que connaissait-on de l’Asie centrale avant 1871, date à laquelle Prjévalsky inaugura la brillante série des « reconnaissances scientifiques » de cette vaste région ? Rien ou presque rien, si on laisse de côté les renseignements, toujours vagues et souvent mal interprétés des ouvrages chinois et les indications trop concises et parfois contradictoires fournies par les voyageurs du moyen âge et les missionnaires jésuites du XVIIIe siècle. (Deniker, 1897, p. 408)

  • 9  Très bel exemple chez G. Saint-Yves : « C’est à Soufi Kourgan que se détache de la route des Pamir (...)
  • 10  Expression significative (et récurrente) d’une reconnaissance au sens fort.

10La connaissance géographique s’élabore à partir de plusieurs types de savoirs, outre le propre travail de l’explorateur et du géographe : les renseignements locaux, souvent dédaignés par les savants à moins qu’ils ne soient convergents9, et les sources anciennes, elles aussi sujettes à caution, sont très souvent rejetés du côté de l’inconnu géographique, de ce « rien ou presque rien » que des « reconnaissances scientifiques »10 vont peu à peu faire entrer en connaissance. Le temps de la reconnaissance fait transition entre celui de la terra incognita et celui de la connaissance scientifique. Reconnaître est un préalable au connaître, un préambule : le parcours d’un espace non encore mis en carte.

11Mais reconnaître, c’est aussi constater une ressemblance, qu’elle soit de type générique (reconnaître une île) ou bien individualisante (cette île est l’île de la Réunion). Reconnaître, c’est en outre affirmer une ressemblance entre deux états d’un même objet ou individu, supposant un déjà-vu, postuler une ressemblance entre deux objets, entre deux lieux. Reconnaître pourrait donc signifier, en géographie, comparer des lieux, quitte à nourrir en même temps des distinctions (Ricoeur associe la reconnaissance au couple identifier/distinguer, 2004, p. 37). Cette comparaison fonde la classification géographique des formes terrestres, à partir de laquelle on peut reconnaître tel lieu comme faisant partie de telle classe de lieux. La géographie superpose les espaces et ainsi les reconnaît. Pour Camena d’Almeida par exemple, il est souhaitable que les explorations de régions montagneuses soient réalisées par des alpinistes, car leur familiarité avec ce type d’espaces leur permet, presque immédiatement, de comparer, et donc d’établir des identités, pour la structure d’ensemble, pour la flore ou le paysage (1902, p. 73-75). Là encore, reconnaître est un préalable à la connaissance et à la mise en carte.

Un problème de cartographie ?

12La question de la carte (pas seulement celle du blanc de la carte) est centrale dans l’entrée en connaissance. La certitude d’un savoir géographique ou son incertitude relèvent en effet largement de l’inscription cartographique, qui fonctionne comme un autre seuil épistémique. Cela va plus loin encore, comme dans cet extrait d’un article de Zimmermann sur l’Antarctique :

Les atlas (…), qui mettent d’ordinaire en regard les deux régions polaires, ont coutume de représenter la zone antarctique à échelle beaucoup plus réduite que la zone arctique. Mais qu’on jette un regard sur une carte à échelle relativement grande, (…), on restera frappé de la presque inanité de nos connaissances. (1902, p. 385)

13La cartographie à petite échelle produit une illusion de connaissance complète alors qu’à grande échelle les lacunes prennent leur véritable dimension. Dans le même esprit, Schirmer, commentant la publication d’une Carte de la boucle du Niger au 1:1500000, observe qu’« il y a quelques années, l’idée ne fût venue à personne de représenter cette partie de l’Afrique à une pareille échelle ; on y eût laissé trop de blancs » (1898, p. 230-231). Dans la représentation des connaissances géographiques, il importe donc d’adapter l’échelle cartographique au degré de connaissance. Pour un espace mal ou peu connu, plus l’échelle est grande, plus le blanc est présent sur la carte, et inversement (même s’il y aura toujours du blanc sur une carte). Une note anonyme des AG théorise ce point, à partir de l’exemple de l’Asie (1900, p. 176-177) :

L’échelle d’une carte doit être en rapport avec l’état d’avancement de nos connaissances géographiques ; or, actuellement, le territoire asiatique peut se diviser, à ce point de vue, en trois catégories : régions levées régulièrement – très restreintes ; régions parcourues par de nombreux explorateurs et sur lesquelles on possède un certain nombre d’itinéraires et de levés partiels ; régions à peu près inexplorées.

14L’évolution de la connaissance d’un espace s’accompagne d’une transformation des modalités de sa représentation. De l’itinéraire à la globalité, du reconnu au connu, de la petite échelle à la grande, le chemin de la connaissance se déroule au moins à un triple niveau : l’expérience du terrain, l’état de certitude, la représentation plus ou moins zoomée. Il serait donc schématique de réduire le problème de la (re)connaissance à sa stricte dimension cartographique, comme le problème cartographique à celui du blanc : la notion de reconnaissance doit s’envisager au regard d’une pratique du terrain et de conventions d’exploration qui déterminent des catégories d’espaces (inconnu, connu et reconnu). S’agissant de l’espace reconnu, c’est l’accessibilité (la possibilité d’un parcours effectif) qui semble primer à cet égard, si l’on en croit un texte extrêmement éclairant de Zimmermann :

On croit assez généralement que, à part les îles arctiques, presque tout le Grand Nord canadien est aujourd’hui bien connu. Il n’en est pas ainsi. Une bonne partie de la carte des bassins du Mackenzie, des lacs de l’Ours, des Esclaves, Athabaska, des territoires glacés bordant la baie d’Hudson, et du Labrador n’a d’autre base que de vieilles cartes tout à fait fautives, quand elle ne repose pas sur des renseignements indigènes plus incertains encore. C’est seulement à mesure que s’élargit la zone agricole, et à la faveur de l’extension concomitante du réseau des chemins de fer, que les territoires absolument inexplorés du Canada deviennent plus accessibles et, par suite, plus mûrs pour la reconnaissance géographique. (Zimmermann, 1916, p. 470)

15Les distances, le relief, le climat, les difficultés de la circulation font qu’on progresse lentement dans l’exploration de cet espace, et qu’à peu près un tiers du Canada reste inexploré en 1916. Et encore, les calculs qui aboutissent à ce chiffre reposent sur une estimation tout à fait conventionnelle : « en 1890, G. M. Dawsonavait tenté une première évaluation des territoires inexplorés, en considérant comme reconnue une double zone de 25 milles (40km) à droite et à gauche de tout itinéraire scientifique régulier » (ibid.). Un autre expert réduit en 1916 cette bande à 15 milles de part et d’autre ; on voit ici très bien comment l’espace reconnu n’est plus certes inconnu, parce qu’accessible, mais pas encore connu, car non parcouru effectivement, et même peut-être seulement vu, attesté par la vue. Il ne sera connu qu’après un parcours effectif et un levé régulier. Sur un exemple spécifique, l’enquête géographique sur l’existence du continent Antarctique, exemple qui se justifie par le fait qu’il représente autour de 1900 la dernière grande énigme géographique, nous voudrions montrer maintenant comment ces différents aspects s’articulent concrètement.

La reconnaissance du continent Antarctique : une anagnôrisis géographique ?

L’Antarctique, un continent de conjecture

  • 11  « L’intérêt universel, par une nouveauté inconnue depuis soixante ans, se concentrera cette année (...)
  • 12  On l’a prise du reste un temps pour les Antipodes (Besse, 2003, p. 62) ; on a considéré ensuite qu (...)

16La reconnaissance n’est pas seulement révélation, elle est aussi authentification et attestation. Il s’agit d’acquérir une certitude, d’admettre l’existence d’une réalité. La géographie est donc ainsi d’abord une enquête visant à l’attribution d’une identité. On peut s’en rendre compte en abordant le cas de l’Antarctique : dans le cadre d’un débat hérité de l’Antiquité sur l’existence d’un continent austral, il pose le problème de la confrontation entre la conjecture et l’exploration. Autour de 1900, on se trouve même à un tournant de l’enquête, car il s’agit moins de se convaincre de l’existence d’un continent que d’atteindre le pôle : « il y a un bassin polaire : c’est l’arctique. Il y a un continent polaire : c’est l’antarctique » (Brunhes, 1909, p. 849). Cette situation résulte d’une histoire où se succèdent périodes de recherche et périodes de désintérêt relatif : après le voyage décisif de James Cook en 1772-1775, une première période de calme, puis une série d’expéditions entre 1815 et 1850 (notamment celle de Dumont d’Urville), une seconde période de calme (marquée toutefois par l’expédition du Challenger en 1874), et enfin « le grand effort » entre 1897 et 1905 (Zimmermann, 1930, p. 288). L’Antarctique est au début des années 1900 le dernier grand blanc sur la carte du monde, ce qui ne va pas sans susciter une émulation internationale11. Entre 1895 et 1918, les expéditions s’enchaînent, et on peut commencer à songer à dresser un bilan, avec par exemple, en 1902, un grand article de Maurice Zimmermann dans les AG. On pourrait risquer une analogie : l’Antarctique se trouverait en 1900 dans la même situation que l’Amérique en 1500, c’est-à-dire découvert mais encore méconnu. Toutefois, cette terra incognita australe bénéficie d’un statut bien différent : depuis l’Antiquité, son existence « hante la conscience géographique » (Jacob, 1992, p. 208), même si l’ancien antichtone, « imaginé comme contrepoids indispensable au monde connu » (Chambard et Lecoq, 1998, p. 9), terre tempérée et habitable mais supposée inaccessible, descend peu à peu en latitude, au fur et à mesure que les navigations reconnaissent l’Amérique comme une nouvelle partie du monde12 et identifient le contour de l’Afrique. La terre australe, devenant ainsi antarctique au prix d’une réduction considérable (Broc, 1980), apparaît sur les mappemondes selon des formes et des latitudes variables, lors même qu’elle est simplement conjecturée. L’Amérique elle, jusqu’aux années 1500, n’est pas même rêvée : le globe de Martin Behaim de 1492, « offre une immense étendue marine, vide et bleue, entre le Japon et les côtes européennes et africaines », qui est utilisée pour inscrire la légende (Jacob, 1992, p. 326). L’Amérique surgit donc d’un vide, quand l’Antarctique existe virtuellement depuis l’Antiquité ; à partir de la Renaissance, les îles rencontrées dans les confins océaniques furent ainsi toutes « considérées comme des amorces ou des promontoires » du continent austral (Zimmermann, 1930, p. 285). La circumnavigation australe de Cook vient néanmoins donner un coup d’arrêt à cette recherche, en démontrant qu’à des latitudes jamais atteintes, aucun continent n’existe : « son œuvre garde donc un caractère négatif ; il avait surtout déblayé la géographie d’un encombrant arsenal d’idées fausses, d’autant plus tenaces que leur ancienneté les rendait plus vénérables » (p. 285-286). Ce travail se poursuit jusqu’au début du XIXe siècle (Chambard et Lecoq, 1998, p. 9), jusqu’à la (re)découverte de l’Antarctique par Dumont d’Urville, et s’inscrit dans un mouvement plus général d’« épuration graphique » (Jacob, 1992, p. 466), mené par d’Anville pour l’Afrique ou Lapérouse pour le Pacifique insulaire (p. 465). D’autres géographes, certes, continuent à la même époque d’élaborer des conjectures, car

pour passer de l’inconnu au connu, deux solutions peuvent être envisagées : l’une consiste à mettre en place une théorie de la terre afin de déduire la configuration des reliefs et le tracé des cours d’eau de manière systématique ; l’autre suppose de se rendre dans ces espaces laissés blancs sur la carte, de les parcourir et de donner ainsi une existence géographique puis cartographique à chacun des lieux en leur assignant une position et un nom, puis en proposant leur description. (Laboulais-Lesage (dir.), 2004, p. 91)

17La première solution est celle adoptée par exemple par Buache lorsqu’il « projette sur sa carte de l’Antarctique le tracé du bassin terrestre de la mer glaciale arctique », ce qui lui permet « de conjecturer sur l’existence d’une mer glaciale antarctique symétrique de la mer arctique » (Laboulais-Lesage, 2004, p. 107)…

Les débuts de la reconnaissance scientifique de l’Antarctique

  • 13  On a distingué longtemps Antarctide de l’Est et Antarctide de l’Ouest (cf. encore Zimmermann, 1930 (...)

18Reconnaître suppose en revanche de recourir à la seconde solution, ce qui n’est vraiment possible, pour l’Antarctique, qu’au XIXe siècle. Les expéditions scientifiques entreprennent de dissiper l’héritage légendaire, de rationaliser les observations, parfois contradictoires, des navigateurs (revoir ce qui a été vu pour le confirmer ou l’infirmer), d’accumuler les indices de l’existence d’un continent, de la continuité des terres, de la liaison des Antarctides13. Avant la fin du siècle toutefois, cette reconnaissance est en quelque sorte préparatoire, et c’est bien ce qui ressort du bilan qu’esquisse Elisée Reclus, ému par le « scandale » que représente l’incertitude régnant sur cet espace : « c’est donc avec un sentiment de honte que les géographes signalent l’énorme lacune laissée par les routes des navigateurs sur la rondeur antarctique et qu’ils demandent des volontaires pour continuer l’œuvre des Cook, des Ross et des Dumont d’Urville » (1889, p. 20). Cette honte affichée ne doit pas dissimuler cependant que la « lacune » s’entend ici plutôt en termes relatifs :

Il est probable qu’un autre continent existe dans l’immensité de l’océan du Sud. La région polaire antarctique, inexplorée sur un espace d’environ 16 millions de kilomètres carrés, renferme certainement de vastes terres émergées, et maint géographe les a déjà dessinées comme formant un massif continu qui recouvrirait la rondeur polaire : à la « mer libre » que l’on imagine sur le pôle boréal correspondrait un continent ceint de glaces sur le pôle austral. Quoi qu’il en soit, les fragments de glaciers que les navigateurs aventurés dans les latitudes antarctiques voient flotter en immenses convois témoignent de l’existence de montagnes dans la direction du sud ; en outre, les instruments de sonde ont rapporté du fond des fragments de granits, de schistes, de grès, de calcaires récemment brisés, et sur quelques points isolés les explorateurs ont réellement vu ou cru distinguer à travers la brume les profils de ces monts glacés du sud. (p. 4-5)

  • 14  Argumentaire déjà présent chez Buffon, qui s’appuie notamment sur l’idée que l’eau de mer ne peut (...)

19Ce passage montre sur quoi la conjecture continentale repose : une série d’indices convergents qui suppléent à « l’inexploration » (pour paraphraser Reclus) de la zone. Les fragments de glaciers, les débris de roches, les vues rapportées convainquent peu à peu de l’existence de montagnes, donc de terres, voire d’un continent14 ; mais ce dernier pas suppose, comme le sous-entend Reclus, une anticipation intellectuelle (et graphique) sans doute prématurée. De fait, il s’en tient pour sa part à la probabilité (en quoi elle se distingue d’une croyance est un autre problème), car il faut rester prudent dans la manipulation des indices, en particulier dans l’interprétation de ce qu’ont vu ou cru voir les navigateurs : « rien n’est plus trompeur que les horizons brumeux de ces régions méridionales » (p. 17-18). Il ne faut pas prendre l’indice pour une icône, tel semble être le message de Reclus, ne pas inférer d’une simple observation un enchaînement de conséquences. La reconnaissance prend dès lors un sens fort : distinguer entre la réalité et le mirage, affirmer, et déjà presque connaître. Pour Reclus, sont ainsi reconnues les terres sur lesquelles on ne peut plus guère avoir de doute, comme celles d’Enderby et de Kemp (p. 20). Graphiquement, ces terres sont figurées, sur une carte des « Voyages circumpolaires » (p. 17), en hachuré serré, qui est indexé dans la légende comme le type continental (utilisé par exemple pour la pointe sud de l’Amérique), alors que le cœur de la zone polaire est en hachuré plus lâche. Ces terres reconnues sont donc sorties de la conjecture, même si on ignore au juste s’il s’agit d’îles ou de portions d’un continent, dès lors seulement « présumé » (carte 1) : à défaut de hachures, le cœur de la région polaire, en blanc sur cette carte des profondeurs marines, n’est pas limité par un trait, quand les littoraux reconnus, eux, le sont.

Carte 1 : « Profondeurs des mers australes » (Reclus, 1889, p. 21).

  • 15  « Deux groupes de terre, seulement ont été vus, parcourus, photographiés, abordés même, de telle s (...)

20Ce problème de la représentation d’un espace conjecturé parcourt toute l’histoire des explorations, il révèle une « tension entre le désir d’un tracé continu, sans béance ni interruption, imposant sa netteté, sa probabilité, sa vraisemblance, son homogénéité à des terrae incognitae dont l’extension et les formes, parfois l’existence même sont encore à découvrir, d’une part, et l’impossibilité de poursuivre le trait là où le savoir s’arrête, d’autre part » (Jacob, 1992, p. 182-183). Et Jacob de souligner l’« importance du tracé conjectural en cartographie » (ibid. p. 192), qui vient, à côté d’un tracé assuré par la reconnaissance, suppléer aux « lacunes du savoir » par l’imagination ou la supposition. Zimmermann explicite très clairement ce problème dans le cas de l’Antarctique : après la description des « parties les mieux reconnues du monde antarctique » (1902, p. 391)15, il entreprend celle d’un groupe de terres, bordant l’Antarctide de l’Est (Terres Adélie, Enderby, de Kemp), qui sont restées des « apparitions fugitives et lointaines, et, qui plus est, incertaines », dont on ne peut guère « parler que par des hypothèses et des inductions indirectes » (p. 391) :

Aussi suivant que les auteurs dressent les cartes conformément à leurs croyances et à leurs inductions, ou qu’ils s’en tiennent aux faits rigoureusement reconnus, on constate d’extraordinaires divergences dans le dessin cartographique de ces terres. Ou bien l’on consigne d’un trait fort les moindres apparitions de terres, les plus contestées même, (…), et l’on donne à la Terre de Wilkes l’apparence d’une côte continue de 2800 km. de long, de beaucoup la plus grande masse de côtes qu’on connaisse dans le monde antarctique. Ou bien, suivant à la lettre les relations des voyageurs, et pesant les distances d’où se fit la découverte et les chances d’erreur, on se borne à de fugitives traces de côtes sur la réalité desquelles un pointillé prudent nous met en garde. (ibid. p. 391)

  • 16  On aura noté que les exemples de terres non reconnues chez Zimmermann sont celles dont l’existence (...)
  • 17  La photographie a une forte valeur d’attestation pour Zimmermann : « Un simple coup d’œil sur les (...)

21Reconnaître prend ici un sens encore plus fort que chez Reclus16 : non pas seulement croire et inférer, non pas seulement voir à distance, mais « parcourir, photographier, aborder » (cf. note 15), toutes opérations qui contribuent à révéler la réalité géographique17. Zimmermann entre ensuite dans une analyse différenciée des terres, selon la nature de leur révélation. Si la Terre Adélie « présente d’incontestables garanties de certitude », la côte Clarie elle, « n’a de réalité topographique que par suite d’un raisonnement », n’étant qu’un mur de glace longé sur vingt lieues : « sans doute il y a une terre derrière, mais ceci est une interprétation subjective et dérive d’un acte de foi dans la certitude du continent lui servant de support » (ibid.). Zimmermann en vient logiquement à critiquer les représentations cartographiques qui ne distinguent pas assez le statut de ces terres. On ne peut délimiter une terre d’un trait continu si elle n’a pas fait l’objet d’une reconnaissance en tant que telle : non seulement reconnaître est un préalable au connaître, mais il en est une condition nécessaire. Sans une reconnaissance rigoureuse, on demeure dans l’interprétation, dans « l’acte de foi ». Par où l’on rejoint la croyance de Colomb et son herméneutique finaliste. Reconnaître, c’est précisément donner fondation aux conjectures et se débarrasser des croyances : l’adhésion à la réalité du monde ne dérive plus de la foi dès lors, mais d’une conviction rationnelle.

Reconnaître l’Antarctique pour ce qu’il est…

22Mais comment s’y prendre pour réussir cette entrée en connaissance ? La prudence s’impose là encore, car « assez d’expériences montrent dans les deux régions polaires qu’on ne saurait s’entourer de trop de précautions pour certifier l’existence d’une terre » (Zimmermann, 1902, p. 392), et en 1930, on le voit sur la carte 2, les choses ne seront d’ailleurs pas encore fixées.

Carte 2 : « L’océan et les terres antarctiques » (Zimmermann, 1930, p. 297).

23Sur cette carte, Zimmermann distingue les zones connues et les « côtes insuffisamment reconnues ou encore inconnues ». Le moment de la reconnaissance se subdiviserait donc en deux temps : le premier, insuffisant, et le second, complet et certifiant. Les contours généraux de l’Antarctique sont, eux, encore largement conjecturés, « étant donné l’incertitude du dessin des côtes sur plus de la moitié du pourtour continental » (1930, p. 313). Et il subsiste de grandes lacunes entre des groupes de terres reconnues, que réduisent pourtant, à partir de 1928, les premières reconnaissances aériennes (p. 292). Tout bilan est donc encore provisoire en 1930 (p. 293), a fortiori en 1902, quand Zimmermann rédige son grand article. Mais cet article, surtout sa première partie (p. 385-394), présente toutefois l’intérêt de mettre en œuvre une méthode de certification. Procédant par groupes de terres, les « mieux reconnues » d’abord puis les autres, Zimmermann rassemble les éléments de certitude (indices ou arguments) et les « points critiques » (p. 392), afin de dresser l’état de la connaissance de chaque terre. Son portrait de l’Antarctique se décline davantage comme une géométrie ou un protocole que comme un véritable bilan. Il ouvre une enquête et rassemble des preuves devant permettre d’étayer la conviction : il discute la validité des témoignages, s’appuie sur les sondages maritimes pour évoquer l’existence d’un socle continental, interroge la circulation des icebergs, les prélèvement rocheux, la morphologie, qui est un « argument », dit-il, en propre (p 394). Reconnaître, c’est rassembler suffisamment d’indices convergents pour, non pas induire (ce qui impliquerait une prévalence de la conjecture sur le fait), mais déduire l’existence d’un être géographique. La démarche de la reconnaissance est essentiellement déductive, bien que localisée encore dans le champ de l’hypothèse (laquelle sera levée seulement au stade de la connaissance), mais une hypothèse d’un statut particulier, dégagée de la croyance et de l’incertitude. On pourrait donc, sans trop forcer, parler d’une anagnôrisis géographique, au sens d’une reconnaissance fondée sur des signes, à la manière dont Ulysse se fait reconnaître de sa servante grâce à une ancienne blessure de chasse (Ricoeur, 2004, p. 115-119). Aristote, il est vrai, estime peu ce type de reconnaissance (Poétique, 54b 20-30), mais reconnaître, c’est pourtant acquérir une certitude sur l’identité d’un objet à partir d’une marque, même si on n’a jamais vu l’objet (Ricoeur, 2004, p. 30), même (et surtout) si on ne le connaît pas : reconnaître par exemple l’Antarctique comme un continent à partir d’indices faisant signe vers une identité de continent. L’enquête aboutit ainsi à dévoiler l’identité géographique d’un espace ; il est significatif que l’article de Zimmermann s’achève sur l’image du voile qui se soulève (1902, p. 406).

24La reconnaissance géographique a partie liée également avec une pratique constante de rapprochements effectués entre l’espace à reconnaître et d’autres espaces. La reconnaissance suppose la constatation de ressemblances, qui permettent par exemple de s’entendre d’abord sur ce qu’est un continent. Ainsi Zimmermann, à propos de deux groupes de terres bien reconnus, autour de la Terre de Graham au sud de l’Amérique et autour de la Terre Victoria au sud de l’Australie, et, notamment, de leur nature montagneuse, commente-t-il un article de H. Arçtowsky, grand animateur de la recherche antarctique, où celui-ci rapporte son exploration des terres proches de l’Amérique :

Il reste frappé de la ressemblance de configuration des terres du détroit de la « Belgica » avec celle des canaux de la Terre de Feu. (…). Le caractère d’émiettement des terres en archipels, de découpage par des fjords, la constatation d’un phénomène d’affaissement analogue à celui du Sud de la région andine, enfin, des vraisemblances tectoniques qui permettent de relier en un seul pli terrestre fortement incurvé vers l’E. la Terre de Graham, les South Shetlands et les South Orkney, les Sandwich, la Géorgie du Sud, l’île des Etats et les montagnes de la Terre de Feu, donnent assez de vraisemblance à la conception des Antarctandes de Mr Arçtowski. (1902, p. 387)

25D’un point de vue morphologique, l’exploration suscite ainsi une comparaison entre le continent américain et l’Antarctide de l’ouest à ce point poussée qu’elle aboutit à la formation d’un mot-valise toponymique, Antarctandes. Quant à l’Antarctide de l’Est :

On n’a pas sur la Terre Victoria de données assez abondantes pour établir des connexions de ce genre avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande, bien que cet effort ait été tenté. Les abîmes océaniques qui séparent l’archipel des Balleny de la Tasmanie et de l’île Sud de la Nouvelle-Zélande ne sont pas suffisamment connus au point de vue de leur relief pour que la tentative de Mr David en vue de relier les alignements montagneux de la Terre Victoria et de ses dépendances aux plissements australiens ne comporte pas une grosse part d’hypothèse. (p. 387-388)

26On remarque que le procédé analogique est redoublé : la comparaison prend pour objet deux groupes de terres antarctiques dans leur rapport à d’autres terres. La recherche d’une ressemblance vise à suppléer au défaut de connaissance (reconnaître serait connaître par rapprochement) et suppose une élaboration hypothétique qui doit elle-même être étayée par un rigoureux travail de terrain qui découvre des « vraisemblances ». Là encore, il ne faut pas aller trop vite, et on ne peut postuler une ressemblance avant d’avoir un minimum reconnu l’espace en question.

Eléments de conclusion

27Qu’il nous suffise, pour achever ce parcours, de constater qu’au cours de l’enquête géographique, face au doute et à l’incertitude, le discours de l’attestation (celui qui donne réalité géographique à une découverte et la fait entrer en connaissance) trouve une partie de ses arguments dans la comparaison, dans la ressemblance, dans l’analogie : par ce biais, c’est au fond la généralité de la connaissance géographique qui est convoquée dans l’appréhension d’un cas nouveau. Reconnaître constitue ce moment où l’on décèle dans l’espace inconnu ce qui est connu par ailleurs et qui permet de déduire au moins une part de son identité géographique générique et spécifique. Certains indices sont ainsi particulièrement importants à recueillir, car ils permettent de se représenter rationnellement l’espace exploré ; c’est le cas pour les terres antarctique de l’existence de roches sédimentaires, fait qui « est de nature à fournir des éclaircissements sur les chances qu’il y a de trouver dans ces régions de vastes complexes de terre » (Zimmermann, 1902, p. 389), alors que, du fait de l’importance du volcanisme, « on a pu croire pendant un temps que les terres antarctiques se réduisaient à des archipels volcaniques, et par conséquent ne pouvaient atteindre que des dimensions fort restreintes » (p. 388). La reconnaissance d’un espace consiste en une réélaboration constante des conjectures initiales au vu de ce que chaque exploration révèle, infirme, confirme. Elle est la conquête, par touches successives, de l’identité géographique d’un espace.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1900, « La carte au millionième du service géographique de l’armée », AG, n°44, p. 176-177.

Aristote, Poétique. Traduction Michel Magnien 1990, Librairie Générale Française, Livre de poche Classique, 216 pages.

Bernard Augustin, 1892, « Océanographie », AG, n°2, p. 199-217.

Bernard Augustin, 1893, « Océanographie (suite) », AG, n°6, p. 151-172.

Besse Jean-Marc, 2003, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance. Lyon, ENS Editions, coll. Sociétés, Espaces, Temps, 424 pages.

Blais Hélène, 2000, Les voyages français dans le pacifique. Pratique de l’espace, savoirs géographiques et expansion coloniale (1815-1845). Thèse pour l’obtention du grade de docteur de l’EHESS, 2 volumes, vol 1, 493 pages.

Bourguet Marie-Noëlle, 1996, « L’explorateur », in Vovelle Michel (dir.), L’homme des Lumières. Paris, Seuil, 483 pages, p. 285-345.

Broc Numa, 1980, « De l’antichtone à l’antarctique », Cartes et figures de la terre. Paris, Centre Georges Pompidou, 479 pages, p. 136-149.

Brunhes Jean, 1909, « Les limites de notre cage », Le Correspondant, 10 décembre, p. 833-862.

Bulletin de la Société de Géographie de Paris, Tables 1822-1899.

Camena d’Almeida Pierre, 1891a, « Géographie de l’Europe ces dernières années », AG, n°1, p. 53-57.

Camena d’Almeida Pierre, 1891b, « Géographie de la Russie en 1891 », AG, n°2, p. 149-160

Camena d’Almeida Pierre, 1891c, « La géographie de la Russie en 1891 (suite) », AG, n°3, p. 300-309.

Camena d’Almeida Pierre, 1902, 76 « Le Caucase d’après les travaux et les explorations de M. Gottfried Merzbacher », AG, n°55, p. 71-76.

Chambard Antoine et Lecoq Danielle (ed.), 1998, Terre à découvrir, terres à parcourir. Exploration et connaissance du monde. XIIe-XXe siècles. Paris, L’Harmattan, 369 pages.

Dardel Eric, 1952, L’homme et la terre. Nature de la réalité géographique. Réédition 1990, Paris, Editions du CTHS, 199 pages.

Delachaux Henri S. 1898, « La question des limites chilo-argentines. Examen d’un article du Dr Steffen », AG, n°33, p. 239-262.

Deniker J., 1897, « Les explorations russes en Asie centrale (1871-1895) », AG, n°30, p. 408-430.

Dubois Marcel et Vidal de la Blache Paul, 1891, « Avis au lecteur », AG, n°1, p. I-IV.

Dubois Marcel, 1891, « Océanographie et Océanie », AG, n°1, p. 81-101.

Eco Umberto, 1997, Kant et l’ornithorynque. Paris, Le Livre de Poche, 636 pages.

GalloisLucien,1891, « Amérique », AG, n°1, p. 67-81.

GalloisLucien, 1892, « Etat de nos connaissances sur l’Amérique du Sud. I », AG, n°5, p. 65-91.

GalloisLucien, 1893, « Etat de nos connaissances sur l’Amérique du Sud. II », AG, n°7, p. 365-390.

GalloisLucien, 1895, « Le congrès de Londres », AG, n°18, p. 90-102.

GalloisLucien, 1923, « Une île nouvelle dans la mer de Chine », AG, n°179, p. 478-479.

Jacob Christian, 1992, L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire. Paris, Bibliothèque Albin Michel Histoire, 537 pages.

Laboulais-Lesage Isabelle (dir.), 2004, Combler les blancs de la carte. Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (XVIIe-XXe siècle). Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, coll. Sciences de l’histoire, 314 pages.

Laboulais-Lesage Isabelle, 2004, « Le système de Buache, une “nouvelle façon de considérer notre globe” et de combler les blancs de la carte », in Laboulais-Lesage Isabelle (dir.), op. cit., p. 93-116.

Paillard Yvan G., 1994, « De l’exploration à la reconnaissance : Madagascar dans la seconde moitié du XIXe siècle », Sources, Travaux Historiques, n°34-35, Actes du colloque International de Bordeaux, « Découvertes et Explorateurs ». Paris, L’Harmattan, 510 pages, p. 289-299.

Palsky Gilles, 1995, « Un monde fini, un monde couvert », in Poutrin Isabelle (dir.), Le XIXe siècle. Science, politique et tradition. Paris, Berger-Levrault, 534 pages, p. 131-145.

Parry J. H., 1963 (2ème édition 1966), The Age of Reconnaissance. Discovery, Exploration and Settlement. 1450 to 1650. London, Weidenfeld and Nicolson, History of Civilisation. 365 pages.

Perec Georges, 1974, Espèces d’espaces. Paris, Galilée, nouvelle édition revue et corrigée (2000), 185 pages.

Raveneau Louis, 1891, « Notre connaissance de l’Asie », AG, n°2, p.160-176.

Reclus Elisée, 1876, Nouvelle Géographie Universelle, vol. 1 L’Europe méridionale. Paris, Hachette, 1007 pages.

Reclus Elisée, 1889, Nouvelle Géographie Universelle, vol. 14 Océan et Terres océaniques Paris, Hachette, 1004 pages.

Ricoeur Paul, 2004, Parcours de la reconnaissance. Trois études. Paris, Stock, coll. Les essais, 386 pages.

Saint-Yves G., 1900, « Dans le Tian Chan russe. Second article : de l’Issyk Koul au Perghana », AG, n°44, p. 119-140.

Schirmer Henri, 1891a, « La géographie de l’Afrique en 1880 et 1890. I », AG, n°1, p. 57-67.

Schirmer Henri, 1891b, « La géographie de l’Afrique en 1880 et 1890. II », AG, n°2, p. 185-196.

Schirmer Henri, 1898, « Principaux résultats géographiques des explorations récentes dans la boucle du Niger », AG, n°33, p. 230-238.

Surun Isabelle, 2003, Géographies de l’exploration. La carte, le terrain et le texte (Afrique occidentale, 1780-1880). Thèse pour l’obtention du grade de docteur de l’EHESS en Histoire, 3 volumes, 686 pages + XXIV.

Surun Isabelle, 2004, « Le blanc de la carte, matrice de nouvelles représentations des espaces africains », in Laboulais-Lesage Isabelle (dir.), op. cit., p. 117-144.

Todorov Tzvetan, 1982, La découverte de l’Amérique. Paris, Seuil, coll. Points Essais, 339 pages.

Valéry Paul, 1945 (édition 1988), Regards sur le monde actuel, et autres essais. Gallimard, coll. Folio essais, 305 pages.

Vidal de la Blache Paul, 1891, « Récents travaux sur la géographie de la France », AG, n°1, p. 32-52.

Zimmermann Maurice, 1900, « Afrique occidentale française. Progrès de l’occupation française », AG, n°45, p. 278-279.

Zimmermann Maurice, 1901a, « La grande campagne antarctique de 1901. lancement des navires », AG, n°52, « Chronique géographique », p. 384.

Zimmermann Maurice, 1901b, « Quelques résultats de l’expédition antarctique belge », AG, n°54, p. 454-461.

Zimmermann Maurice, 1902, « Terres, climat et glaciers antarctiques », AG, n°60, p.385-406.

Zimmermann Maurice, 1916, « Les espaces inexplorés du Canada septentrional », AG, n°138, p. 470-472.

Zimmermann Maurice, 1930, « Régions polaires australes », in Vidal de la Blache Paul et Gallois Lucien (dir.), Géographie Universelle, Tome X, Océanie – Régions polaires australes, 368 pages.

Haut de page

Notes

1  Polysémie que partagent, à un degré variable, d’autres langues ; l’anglais avec reconnaissance (du verbe to reconnoitre, explorer au sens militaire, distinct de to recognize), le portugais avec reconhecimento, l’espagnol avec reconocimiento, l’italien avec ricognizione, etc.

2  Extraits de l’appel à communications d’un colloque tenu en avril 2005 sur le thème : « La reconnaissance dramatique » (http://www.univ-artois.fr/francais/rech/centres/pages/crelid/colloque/reconnaissance.htm).

3  Vidal de la Blache (1891), Camena d’Almeida (1891a, b et c), Schirmer (1891a et b), Gallois (1891, 1892, 1893), Dubois (1891), Raveneau (1891), Bernard (1892, 1893).

4  Ce texte, qui date de 1931, mériterait d’être longuement cité ; nous ne retiendrons qu’une phrase, pour son emploi du verbe reconnaître : « Toute la terre habitable a été de nos jours reconnue, relevée, partagée, entre des nations ».

5  Sans parler de la découverte oubliée des Vikings, ni du fait que ce Nouveau Monde ne l’est que pour les habitants de l’Ancien…

6  Celle-ci peut être, pour reprendre la typologie classique de Peirce, de trois types : indiciaire (l’indice dit « là », simplement, sans description), symbolique (le symbole est un signe général, nécessaire pour parler et raisonner), iconique enfin (l’icône rend possible le raisonnement car elle exprime une analogie possible entre deux propositions).

7  « The discovery of distant, unknown islands and continents, like much scientific discovery, was incidental, often fortuitous. (...) In the fifteenth and sixteenth centuries an immense body of geographical knowledge was accumulated by this somewhat haphazard process ; but this knowledge, despite (or because of) its vast extent, was still rough and sketchy. For the most part it revealed only costlines, roughly explored, and harbours. It lacked precision and unity ; it left many gaps and perpetuated some long-lived myths. In the story of discovery in the broadest sense, then, our period was a time of tentative, though splendid, beginnings. “The Age of Reconnaissance” seems the most appropriate name by which to describe it. » (1963, p. 4-5).

8  Le parcours des Tables du Bulletin de la Société de Géographie de Paris depuis l’origine (1822) montre deux choses à cet égard : le terme reconnaissance tend à devenir plus courant à mesure qu’avance le XIXe siècle, et son sens évolue d’un contexte hydrographique (maritime et fluvial) vers un contexte terrestre.

9  Très bel exemple chez G. Saint-Yves : « C’est à Soufi Kourgan que se détache de la route des Pamirs, le sentier indigène, légèrement amélioré par les Russes, qui conduit à la frontière de la Chine par le col célèbre de Terek. Comme le Terek Davan est, on peut le dire, connu de toute antiquité, nous désirons trouver un autre passage pour franchir la chaîne principale de l’Alaï. A Goulcha, un indigène nous avait signalé entre le Terek Davan et le Char Davan, un col qu’il appelait le Sougat Davan et qui ne figure sur aucune carte ; le renseignement nous est confirmé à Souffi Kourgan ; aussi (…) nous décidons-nous à reconnaître ce passage. » (1900, p. 134).

10  Expression significative (et récurrente) d’une reconnaissance au sens fort.

11  « L’intérêt universel, par une nouveauté inconnue depuis soixante ans, se concentrera cette année sur le monde antarctique. » (Zimmermann, 1901a). Depuis le Challenger en réalité, « la question des expéditions antarctiques est à l’ordre du jour » (Gallois, 1895, p. 92) ; elle fait l’objet d’une séance au Congrès géographique de Londres de 1895, qui se termine par le vœu « que toutes les sociétés de géographie travaillent à préparer la reprise des explorations antarctiques avant le fin du siècle » (p. 93).

12  On l’a prise du reste un temps pour les Antipodes (Besse, 2003, p. 62) ; on a considéré ensuite que la Terre du Feu et la Nouvelle-Guinée en constituaient l’extrémité septentrionale (chez Ortélius par exemple, cf. Broc, 1980, p. 141-143). Enfin, l’antique Terre Australe s’est scindée en Australie, archipels pacifiques et antarctides.

13  On a distingué longtemps Antarctide de l’Est et Antarctide de l’Ouest (cf. encore Zimmermann, 1930, p. 313).

14  Argumentaire déjà présent chez Buffon, qui s’appuie notamment sur l’idée que l’eau de mer ne peut pas geler, que les glaces ne peuvent donc provenir que de fleuves, et ceux-ci ne prendre source que dans des montagnes (Broc, 1980, p. 146).

15  « Deux groupes de terre, seulement ont été vus, parcourus, photographiés, abordés même, de telle sorte qu’on en puisse comparer les représentations cartographiques à ce que nous savons du Spitsberg ou de la Terre François-Joseph, par exemple : c’est le complexe de terres et d’îles de la Terre de Graham et de l’archipel de DirkGherritsz, au S de l’Amérique, et la Terre Victoria au S de l’Australie. » (p. 386).

16  On aura noté que les exemples de terres non reconnues chez Zimmermann sont celles dont l’existence était presque hors de doute chez Reclus…

17  La photographie a une forte valeur d’attestation pour Zimmermann : « Un simple coup d’œil sur les photographies de l’expédition de Gerlache révèle la nature des masses montagneuses reconnues » (p. 390-391).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Arrault, « Le rôle de la reconnaissance dans l’élaboration de la connaissance géographique. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 409, mis en ligne le 28 novembre 2007, consulté le 22 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/13033 ; DOI : 10.4000/cybergeo.13033

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page