Navigation – Plan du site
2005-2002
Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004

Vers une décentralisation de la gestion de l’eau froide en habitat collectif : la question de la généralisation du comptage individuel à Paris

Managing cold water in collective dwellings: what about the generalisation of individual meters in Paris?

Agathe Euzen

Résumés

La gestion de l’eau froide en habitat collectif tend à évoluer en France étant donné la nouvelle réglementation en vigueur. Mieux maîtriser l’eau, responsabiliser les usagers de leurs consommations, assurer une plus grande équité… sont les arguments avancés pour favoriser la généralisation du comptage individuel. Cependant, la décentralisation de la gestion de l’eau froide en habitat collectif génère de nombreuses questions d’ordre technique, économique et social et ouvre de nouvelles réflexions sur la circulation de l’eau dans un immeuble et l’évolution des relations entre les différents acteurs.

Haut de page

Texte intégral

1Confrontés à une prise de conscience globale de l’importance de la ressource en eau et de la nécessité de la préserver pour les générations futures, de nombreux acteurs tels les politiques et les gestionnaires de l’eau notamment, se préoccupent de l’évolution des usages de l’eau dans l’espace domestique. L’observation d’une sensible augmentation des charges en eau dans le budget des ménages et un système de facturation d’eau en habitat collectif considéré comme inéquitable ont contribué à la rédaction d’un amendement ayant donné lieu au vote de l’article 93 de la loi solidarité renouvellement urbain. Ce dernier vise à faciliter la généralisation du comptage individuel de l’eau en habitat collectif grâce à l’installation de compteurs individuels faisant l’objet d’une facturation individuelle pour chaque logement. Cet article, qui a fait l’objet d’un décret d’application en avril 2003, est en cohérence avec les orientations définies dans le projet de loi sur l’eau qui consiste en la mise en place d’une facturation aussi proportionnelle que possible au volume réellement consommé par les usagers. Actuellement, la gestion de l’eau froide dans un immeuble collectif se fait le plus fréquemment, notamment à Paris, grâce à la présence d’un compteur collectif d’eau froide situé au pied de l’immeuble, qui permet de redistribuer la consommation générale de l’eau entre les copropriétaires, le plus généralement selon une répartition aux tantièmes (voir figure 1).

2Figure 1 : Circulation de l’eau dans un immeuble parisien (Sagep)

3Marquant la séparation entre le domaine public et le domaine privé, le compteur collectif, qui centralise les volumes consommés par l’ensemble des habitants de l’immeuble, est relevé par le distributeur d’eau qui facture ensuite au gestionnaire de l’immeuble, le syndic, le total des volumes d’eau consommés. Ainsi, quelles que soient les consommations individuelles des ménages, l’eau est répartie de façon collective dans les charges générales.

4Défendue par de nombreux acteurs politiques mais aussi par l’Union des HLM ou encore par l’association des responsables de copropriétés, la décentralisation du comptage de l’eau, passant d’une gestion collective à une gestion individuelle, a pour intérêt principal de permettre une plus grande maîtrise de l’eau, grâce à la responsabilisation des usagers, une plus grande équité économique et une facilitation de la gestion pour les organismes bailleurs. En effet, ces derniers auront probablement moins de problèmes d’impayés, le montant général des charges étant réduit, la part " eau " étant individualisée. C’est en revanche, aux distributeurs de gérer l’eau consommée par les ménages qui deviennent de nouveaux clients ; à Paris, par exemple, alors que le nombre de contrats correspondait au nombre de branchements, soit 90 000 environ, celui-ci pourrait considérablement augmenter si chacun des lots de chaque immeuble était équipé de compteurs individuels et donc faire l’objet d’une facturation spécifique.

5La question de la décentralisation de la gestion de l’eau allant de l’échelle de l’immeuble à l’échelle de l’appartement, n’est pas si simple qu’il y paraît : de la théorie à la pratique de nouvelles difficultés et de nouvelles questions se présentent.

6D’un point de vue technique, c’est d’abord une longue procédure que les copropriétaires doivent suivre avant de se voir installer des compteurs individuels et de bénéficier ainsi d’une facture individuelle d’eau. De plus, l’installation de compteurs individuels dans des bâtiments anciens risque de générer des travaux importants étant donnée la structure des immeubles : les colonnes montantes sont le plus fréquemment encastrées dans les murs à l’intérieur des logements et il y a souvent une colonne par point d’eau. Les compteurs ne pouvant pas toujours être installés à l’extérieur des appartements dans une gaine palière, des techniques de radio et de télé relevés sont alors nécessaires pour éviter l'obligation d'accès à l’appartement pour réaliser les relevés et établir les factures.

7Du point de vue économique, l’individualisation des consommations d’eau permet, a priori par l’intermédiaire de la facture, de faire davantage prendre conscience aux usagers des volumes qu’ils consomment et de la valeur de l’eau. Pour réduire le montant de la facture et les volumes d’eau utilisés au sein de l’espace domestique, on observe un meilleur entretien de la robinetterie et la réparation de fuites éventuelles. Nous pouvons cependant nous demander si le fait de recevoir une facture individuelle d’eau, au même titre que pour le gaz ou l’électricité, amène réellement les usagers à consommer moins d’eau en changeant leurs pratiques quotidiennes. En effet, l’eau est considérée comme un élément vital à la symbolique forte : chacun utilise les quantités qu’il estime nécessaires pour satisfaire ses besoins et ses plaisirs. C’est tout au long de l’éducation, en fonction des croyances individuelles et collectives ou encore selon les expériences vécues que se construisent les pratiques quotidiennes ; et, changer les habitudes acquises par les consommateurs leur demande un effort important qui n’est d’ailleurs pas toujours durable lorsqu’il est entrepris. Quelles que soient les pratiques individuelles, l’installation de compteurs individuels et leur généralisation dans les immeubles collectifs permet à chacun de ne payer que l’eau qu’il consomme. Ainsi, une nouvelle limite est tracée entre les habitants d’un même immeuble ; cela réduit alors tout risque de " payer le bain du voisin ". La présence d’un compteur individuel permet à chacun de se préserver d’un système extérieur non maîtrisable, dont certains profitent et que d’autres subissent. Et, au profit d’une certaine équité économique, l’équité sociale n’est pas prioritaire. En effet, la présence d’un compteur individuel n’entraîne pas obligatoirement la baisse des charges individuelles liées à l’eau ; les frais complémentaires engendrés par cette nouvelle gestion mettent parfois certains ménages, des familles nombreuses habitant dans un petit appartement par exemple, dans des situations financières difficiles. L’eau ayant ainsi acquis une nouvelle valeur marchande, la généralisation du comptage individuel participe à l’accentuation progressive d’une forme " d’individualisme protecteur " au détriment de toute idée de partage d’un élément vital.

8Du point de vue social, le fait que l’eau qui circulait entre les étages des immeubles soit progressivement canalisée et maîtrisée tend à réduire les relations entre les individus, que ce soit avec le gestionnaire de l’immeuble ou avec le voisinage. Le compteur joue le rôle de tiers-séparateur entre les domaines publics et privés et les espaces collectifs et individuels. Ainsi personnalisés, les volumes d’eau utilisés gardent cependant une part d’anonymat, ils ne révèlent pas le détail des usages ni celui des pratiques individuelles ancrées dans l’histoire de chacun. La généralisation du comptage individuel conduit surtout à différencier chaque consommateur, lui donnant ainsi la possibilité d’exister par et pour lui-même, hors de toute relation d’échange. Il n’est en effet plus question de partager l’eau à l’échelle de l’immeuble mais seulement de la consommer à l’échelle privée sans craindre le regard de l’autre, son voisin. Tout sentiment de lien avec lui, construit sur une relation de dette ou de don, n’a alors plus lieu d’être et libère chacun dans sa relation à l’autre.

9De la même manière, la relation contractuelle qui lie directement l’usager au distributeur implique qu’une nouvelle relation de confiance s’établisse entre ces acteurs. Or, c’est en partie dans cet objet technique, le compteur individuel, que les usagers, le considérant comme infaillible, mettent leur confiance.

10Dans ce processus de décentralisation de la gestion de l’eau, en établissant de nouveaux contrats directement avec le distributeur d’eau, le " consommateur-usager " devient alors un " consommateur-client " donnant à l’eau une plus grande valeur marchande. Et, par la responsabilisation de chaque consommateur dans ses usages domestiques, il deviendrait aussi " consommateur-citoyen ". De collectif à individuel, le compteur d’eau devient alors acteur d’une nouvelle fragmentation des relations sociales et des espaces de vie.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1306/img-1.png
Fichier image/png, 7,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Euzen, « Vers une décentralisation de la gestion de l’eau froide en habitat collectif : la question de la généralisation du comptage individuel à Paris », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 15 octobre 2004, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1306 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1306

Haut de page

Auteur

Agathe Euzen

anthropologue, Chargée de recherche CNRS, PRODIG (UMR 8586) 191 rue Saint-Jacques – 75005 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page