Navigation – Plan du site
2000-2010
218

Cybergeo et les périodiques électroniques scientifiques

Cybergeo and the Electronic Scientific Journals
Christine Kosmopoulos

Résumés

L’objectif de la nouvelle rubrique « Science et Toile » est d’apporter des éléments de réflexion sur l’apport des nouvelles technologies au milieu de la recherche, tant du point de vue de la diffusion de l’information scientifique que de la communication inter-scientifique. Dans ce cadre, il s’agit ici de faire le point sur notre expérience de la publication électronique et d’entreprendre une présentation comparative.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cybergeo fête en avril 2002 son sixième anniversaire, une durée de vie non négligeable pour ce type de publication issue de l’électronique, mais dont la résistance, fortement appuyée par l’engagement des enseignants et des chercheurs qui y contribuent, ne doit pas nous abuser. Il semble nécessaire de clarifier la position de la revue dans un environnement en constante évolution, d’estimer son impact, de réfléchir sur le choix de son support éditorial et sur sa fonction pour nous permettre d’anticiper sur l’édition scientifique de demain et de répondre aux nouveaux besoins qui se dessinent. Il s’agit donc de diagnostiquer ses insuffisances, mais également de formuler de nouvelles ambitions. Cette étude ne prétend pas à l’exhaustivité et c’est pourquoi dans un esprit interactif, j’invite tous ceux qui le souhaitent à l’enrichir en envoyant un mel. Leurs commentaires pourront être insérés dans le texte qui suit.

Situer Cybergeo

2Pour amorcer ce travail de réflexion, il s’agit de comprendre ce qu’incarne Cybergeo. Or la réponse n’est pas unique. En effet, la revue présente un aspect pluriel et ne se réduit pas à une description statique. C’est :

  • une revue électronique scientifique diffusée gratuitement

  • une revue de géographie (elle existe par l’initiative de géographes)

  • une revue de sciences sociales (comme c’est exprimé dans le projet éditorial)

  • une revue européenne (elle s’appuie sur un comité de lecture international et édite des articles dans toutes les langues européennes)

  • une revue française (du fait de sa localisation)

3Ces différentes caractéristiques sont l’expression d’un état tout autant que d’une volonté intrinsèque d’évolution. Elles co-existent sur deux plans, liant étroitement le contenu aux potentialités du support, la réalité actuelle à la réalité virtuelle. Du côté de la réalité actuelle, on peut placer les publications majoritairement « géographiques », tandis que du côté de la réalité virtuelle, on trouve un projet de thématisation commune aux sciences sociales représenté par les rubriques et qui s’appuie sur les possibilités de l’électronique. En ce sens, la recherche par mots clés (dans au moins deux langues européennes) dans les sites de référencement vient renforcer l’interdisciplinarité et accroît la visibilité des articles. Simultanément, les moteurs de recherche ouvrent l’accès aux publications scientifiques à un public plus large spécialiste ou non-spécialiste, opérant là une véritable démocratisation de la science si souvent annoncée ou proclamée mais qui reste encore tout à fait exceptionnelle. Le choix de publier dans n’importe quelle langue européenne participe de cette volonté d’ouverture et contribue à un rayonnement encore plus large des publications.

Bref rappel historique de la publication scientifique électronique

4L’intérêt des nouvelles technologies pour la recherche scientifique a été mis en évidence par Paul H. Ginsparg. En 1991, il crée le e-print server de Los Alamos. Son objectif était de gagner du temps et de rendre visibles des résultats de recherche avant que les revues ne se soient prononcées sur la publication de ces articles. Ce projet a rencontré un véritable succès auprès des sciences dures, disciplines pour lesquelles les dates de publication sont d’une importance capitale et dont les découvertes comportent des enjeux financiers. A ce jour, on trouve sur le site 70 000 pré-prints en ligne, 3 000 propositions par mois. Le site recense 150 000 connexions/jour.

5En 1996, Denise Pumain fonde Cybergeo, la première revue électronique de géographie, et amorce l’année suivante dans Environment and Planning A un débat titré “Are cyberjournals a promised land for research communication ?”, où elle expose les avantages que la communauté scientifique peut tirer de cette nouvelle forme d’édition tout en insistant sur les risques que comporte cet immense potentiel d’informations et la difficulté de le réguler. En 1998, Sophie Wilkinson dans un article intitulé “Electronic pusblishing takes journals into a new realm” dans la revue Chemical and Engineering News considère l’édition électronique comme une nouvelle étape de la révolution éditoriale depuis Gutenberg au 15ème siècle. Elle cite un certain nombre d’études qui portent sur cette transition et l’adaptation au nouveau support. On constate que le nombre des publications électroniques augmente très vite à partir de 1995. A cette date, la plupart des grands éditeurs décident de mettre en ligne toutes leurs revues. En 1998, l’Association of Research Library (consortium de 121 bibliothèques d’institutions de recherche nord-américaines) recense 1 465 titres de revues disponibles sur le web dont 1002 revues à comité de lecture. Comme il ressort d’une étude de Steve Hitchcock et al , rien que pour le Royaume-Uni, pas moins de 3200 titres devaient être mis en ligne en 1999. Finalement depuis 1998, le nombre double à peu près chaque année, et comme le soulignent les auteurs, l’intérêt n’est plus de compter les revues, mais plutôt d’étudier les changements qui s’opèrent au sein de celles-ci.

6Une « Etude prospective : Les revues numériques francophones en sciences humaines et sociales »- réalisée par Claire Lepeutrec sous la direction de Ghislaine Chartron de l’URFIST (Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique), fait le point en juin 2000 sur l’état des publications électroniques en France qui note un grand retard par rapport aux pays anglo-saxons. La législation française n’imposant pas d’enregistrement au dépôt légal pour les revues numériques, des chiffres tout à fait précis sont difficiles à donner. Toutefois, on relève qu’entre 1988 et 1998, seulement 86 revues sur support numérique (c’est-à-dire en ligne, sur disquette ou sur CD Rom) ont été enregistrées au centre ISSN France. A partir de 1998 une accélération s’opère puisqu’on recense au dépôt légal 100 nouvelles revues sur support électronique pour 1998 et 200 pour 1999.

Qui édite les revues scientifiques ?

7Pour mieux estimer les intérêts économiques qui sous-tendent l’édition scientifique, il semble utile de rappeler qui édite les revues scientifiques :

  • Les éditeurs commerciaux internationaux : Elsevier, Academic Press, John Wiley, Springer etc.des éditeurs commerciaux français : Sedes, Armand Colin, Editions de l’EHESS, La Découverte etc. L’accès aux textes intégraux y est payant

  • Sociétés savantes, organismes de recherche (American Chemical Society, Société de géographie, CNRS etc.). L’accès aux textes intégraux y est payant.

  • « Modèles alternatifs » ou revues indépendantes qui sont publiées par les chercheurs eux-mêmes, qui cherchent à se réapproprier leurs productions (Psycholoquy au Royaume, Cybergeo en France). L’accès aux textes intégraux y est gratuit. En 1998, on ne recensait que 8 revues de ce type au Royaume-Uni sur les 1500 titres en ligne.

8« Les grands éditeurs internationaux ont investi lourdement pour le numérique. Différents partenariats ont également vu le jour entre les rédactions des revues anglophones et différents acteurs technologiques » (Charton, mai 2000). En France, par contre les éditeurs hésitent à se lancer dans l’édition numérique et cela pour deux raisons principalement, la question juridique : il n’existe pas de loi en vigueur par rapport aux droits d’auteurs, et le coût en formation ou en embauche.

Les revues en sciences humaines et sociales

9La bibliothèque virtuelle des périodiques au Canada est une source d’information précieuse. Elle s’efforce de recenser toutes les revues francophones électroniques et gratuites. 450 périodiques y sont actuellement enregistrés qui comprennent tout type de publication et pas seulement scientifique. De ce dépouillement, ressortent pour la géographie une dizaine de publications présentes sur le web (tableau 1). Par rapport aux 36 revues recensées dans l’« Etude prospective : Les revues numériques francophones en sciences humaines et sociales »de C. Lepeutrec, à partir des collections de périodiques de l’Institut de géographie, ne sont retenues ci-dessous que 8 (signalées par *), les autres ne donnant accès qu’aux sommaires.

Tableau 1 - Les revues francophones électroniques en géographie avec possibilité d’accès aux articles en ligne

 

Strictement électronique

Accès libre

Comité de lecture

Détails

Cahiers de géographie du Québec*

Non

Oui (partiellement)

Oui

Revue universitaire

Cybergeo*

Oui

Oui

Oui

Revue universitaire

Eurêka info*

Oui

Oui

Lettre d’info

Source universitaire

Eurasie

Oui

Oui

magazine

Espace Latinos

Non

Oui (pas tous les articles en ligne)

Non

Implanté à Lyon. Fonctionne par abonnement

Georama*

Non accessible depuis janvier 2001

Oui

magazine

IGN

Géographie physique et quaternaire*

Non

Oui (disponible en version électronique jusqu’en 2000)

Oui

Site universitaire de diffusion de revues : Erudit

La lettre d’Intergéo*

Oui depuis 2001

Oui (depuis 2001)

Lettre d’info

CNRS

Cahiers/Agricultures*

Non

Oui (sauf l’année en cours)

Oui

Editeur commercial : John Libbey

Sécheresse*

Non

Oui (sauf l’année en cours)

Oui

Editeur commercial : John Libbey

10On n’observe dans le tableau ci-dessus que 3 publications strictement électroniques, mais seule Cybergeo répond aux critères de validation scientifique c’est-à-dire comporte un examen par les pairs.

11On recense une vingtaine de revues francophones strictement électroniques dans les diverses disciplines des sciences de l’homme, parmi lesquelles il faut distinguer les quelques revues scientifiques à comité de lecture Cybergeo, Surfaces (de littérature comparée), Solaris (Sciences de l’information et de la communication), des magazines (Géorama) et des Lettres d’information (Eurêka).

Tableau 2 - Les revues électroniques francophones en sciences sociales avec possibilité d’accès aux articles

 

Strictement électronique

Accès libre

Comité de lecture

Détails

Anthropologie et Sociétés

Non

Non

Oui

Revue universitaire

Population

Non

Oui (aux résumés)

Oui

Revue de l’INED

Réseaux

Non

Oui jusqu’en 1998

Oui

Reconnue CNRS -Revue consacrée aux rapports entre technique, communication et société

Revues.org

Non

Oui (aux résumés)

Oui

Fédération de revues en sciences humaines et sociales (françaises)

Cahiers canadiens de sociologie

Non

Oui (aux résumés)

Oui

Revue universitaire

12On constate dans le tableau ci-dessus qu’aucune revue n’est nouvelle, ni d’accès gratuit. Toutes les revues recensées sont des versions électroniques de publications sur papier et ne permettent l’accès aux articles que dans certains cas.

Tableau 3 - Les revues européennes strictement électroniques en géographie et en démographie avec comité de lecture et accès libre aux articles

 

Strictement électronique

Gratuit

Comité de lecture

détails

Demographic Research (Institut Max Planck)

Oui (depuis 1999)

Oui

Oui

Revue universitaire

Geocritica 3W (Scipta Nova, Revista Bibliografica….)

Oui (depuis 1997)

Oui

Oui

Revues universitaires

Populations et Politique (EHESS)

Oui (seulement 1997-1998)

Oui

Oui

Revue universitaire

Revista Electronica de Derecho Ambiantal

Oui (depuis 1997)

Oui

Oui

Revue universitaire

(publication en langues européennes)

Cybergeo

Oui (depuis 1996)

Oui

Oui

Revue universitaire

13A noter aux Etats-Unis :

Tableau 4 - Revues électroniques gratuites en géographie

Strictement électronique

Gratuit

Comité de lecture

Geography on line

Oui (depuis 2000 : 3 numéros -dernière publication : avril 2001)

Oui

Oui (5 membres au comité éditorial)

African Studies Quartely

Oui (depuis 1997)

Oui

Oui

Online Planning Journal

Non (en ligne depuis 1997)

Oui (quelques articles)

Oui

14Au milieu d’une représentation quasi inexistante des revues de géographie sur le web, Cybergeo apparaît donc comme une expérience unique dans l’édition électronique scientifique francophone et comme pionnière à l’échelle européenne où les initiatives demeurent encore peu nombreuses. Cybergeo cumule les particularités suivantes :

  • tous les critères de scientificité (comité de lecture)

  • un mode d’édition et de gestion exclusivement électronique

  • la gratuité

  • la particularité d’être gérée par les chercheurs eux-mêmes

  • son « ancienneté »

De l’intérêt de l’édition électronique

15Jusqu’à présent la plupart des revues électroniques sont des transpositions des revues papier et c’est pourquoi elles restent dans leur présentation comme dans leur composition très similaires. On ne doit donc pas être surpris qu’elles soient également utilisées de façon encore »classique« et que l’interactivité ne fonctionne pas autant qu’on pourrait s’y attendre. Pour Paul Ginsparg , « The essential question for »Electronic Publishing in Science« is how our scientific research communications infrastructure should be reconfigured to take maximal advantage of newly evolving electronic resources ». Un des enjeux pour l’avenir, c’est précisément d’adapter les formats au support électronique et non pas de suivre une présentation banale ; en d’autres termes, d’offrir une publication à « valeur ajoutée » - pour reprendre le mot de Peter Boyce -, irréductible au format papier. Paul Ginsparg suggère même de renommer l’édition électronique afin de bien marquer la rupture d’avec le support papier et de mieux faire apparaître le caractère spécifique de ce mode de communication: « Rather than »electronic publishing« which connotes a rather straightforward cloning of the paper methodology to the electronic network, many researchers would prefer to see the new technology lead to some form of global »knowledge network« and sooner rather than later ».

16A travers l’expérience de Cybergeo, on peut déjà observer un nouveau mode de production éditorial qui se fait jour :

  • On se focalise sur un article et non sur un numéro de revue, thématique ou non, comme c’est traditionnellement le cas ;

  • Par l’intermédiaire du sommaire ou d’un système de renvois entre les articles, on permet l’accès instantané à tous les numéros précédents (articles) ;

  • L’indexation est ajustée aux moteurs de recherche dans une dimension interdisciplinaire ;

17Tout cela contribue à améliorer la visibilité des publications et accroît substantiellement le nombre de citations, de + 286 % comme cela ressort d’une étude menée sur la période de 1989 à 2000 par Steven Lawrence "Free online availability substantially increases a paper’s impact" dans Nature.

18Pour modifier les usages, stimuler l’interactivité, il faudrait s’efforcer d’optimiser les capacités intrinsèques de l’édition électronique. Hervé Le Crosnier , dès 1994 dans un article intitulé « Les journaux scientifiques électroniques ou la communication de la science à l’heure du réseau mondial » développe l’idée des articles « composites », qui permettraient d’accéder à une information plus large et de types variés. On peut ainsi imaginer y intégrer entre autres :

  • les différentes versions qui ont précédé

  • les commentaires des pairs

  • les réactions des lecteurs

  • des illustrations vidéo ou simulations ou bases de données etc.

  • des annexes

  • le sommaire de l’article en hypertexte

  • des liens vers les articles cités

  • des liens vers les sources utilisées

Conclusion

19Cybergeo fait figure d’exception dans le milieu de la publication scientifique électronique et cela pour plusieurs raisons : tout d’abord parce que les sciences humaines et sociales sont les parents pauvres de la recherche et que ce sont en grande majorité les revues des sciences dures qui sont éditées sous format numérique, que d’autre part les éditeurs français sont encore très peu engagés dans l’édition électronique, ensuite que les revues en ligne sont à plus de 99 % des versions numérisées de revues papier et enfin parce que la grande majorité des revues électroniques n’offre qu’un accès restreint, la lecture du texte intégral étant payante dans des proportions peu économiques pour les lecteurs !

20La très forte représentation des revues anglo-saxonnes sur le web montre l’intérêt des éditeurs et le caractère incontournable de cet outil pour la communauté scientifique. Grâce à un contenu fortement enrichi par rapport au format papier, l’article est amené à changer de statut. Il n’est plus à penser comme une entité fixe, close sur elle-même, mais évolutive et relationnelle. Sommes-nous réellement en train de vivre une mutation ? On sait qu’il est toujours très difficile de se prononcer sur quelque chose pour lequel nous n’avons pas de recul temporel, mais en tant qu’initiateurs et producteurs d’une revue électronique scientifique, on ne peut se dispenser d’anticiper et de favoriser le développement de ce nouveau moyen.

21Au-delà des aspects techniques de diffusion de l’information, des questions d’ordre sociologique et épistémologique sont présentes, introduisant davantage de rétroactions dans l’activité scientifique, et qui ont à voir non seulement avec un nouveau mode de lecture-écriture et des pratiques du savoir, mais aussi avec une stratégie de communication (au sens étroit comme large du terme) de la part des acteurs de la recherche scientifique.

Haut de page

Bibliographie

2001, « Webdebates », Nature, http://www.nature.com/nature/debates/e-access/Articles/lawrence.html

2001, « La communication scientifique revue et corrigée par Internet », dossier INRA-Tours,

Atlas du cyberespace, http://www.geog.ucl.ac.uk/casa/martin/atlas/atlas.html

ARL Directory of Electronic Journals, Newsletters and Academic Discussion Lists, 1998: http://www.arl.org/

BAILEY C.W., « Scholarly Electronic Publishing Bibliography », http://info.lib.uh.edu/sepb/sepb.html

BUTLER D, FLEAUX R., 1999, « Les journaux scientifiques sont menacés par la concurrence d’Internet », Le Monde, vendredi 22 janvier 1999. p. 21.

BUTLER D., 2001, « The future of the electronic scientific literature », Nature, 6th September, http://www.nature.com/nature/debates/e-access/Articles/opinion2.html

BUTTERWORTH I. (ed.), 1997, The Impact of Electronic Publishing on the Academic Community, London, Portland Press

CHARTON G. (dir), LEPEUTREC C., 2000, « Etude de cas : les revues numériques en géographie », dossier Urfist-Paris, http://urfist.enc.sorbonne.fr/

CHARTON G. (dir), LEPEUTREC C., 2000, « Les nouvelles revues francophones exclusivement numériques en sciences humaines et sociales », dossier Urfist-Paris,

CHARTON G., SALAUN J.M., 2000, « Expertises de ressources pour l’édition de revues numériques », http://revues.enssib.fr

CHARTRON G. (dir), 1995, « Médiations scientifiques et réseaux électroniques », Solaris, dossier n° 3, http://biblio-fr.info.unicaen.fr/bnum/jelec/Solaris/index.html

CLEMENT C., BONVIN M., 2000, « Les périodiques électroniques en SHS (avec liste détaillée des éditeurs) »

ELISSALDE B., PUMAIN D., 2000, « Pratiques scientifiques et usages d’une revue électronique en géographie », in : Griselin M., Masselot-Girard M., Petey M., Ormaux S. Ritter J., Jouvenot Y. (eds.), Multimedia et construction des savoirs, Besançon, Presses Universitaires francomtoises, 157-172.

FLICHY P., 1997, Une histoire de la communication moderne, Paris, La Découverte FLICHY P., 1999, « Internet ou la communauté scientifique idéale », Réseaux, n° 97

FLICHY P., 2001, L’imaginaire d’internet, Paris, La Découverte

GARCIA D., 1999, « Les sciences humaines tuées Net ? », Livres hebdo, n° 331, 02 avril 1999. p. 6-9.

GINSPARG P., 2001, « Creating a global knowledge network », Second Joint ISCSU Press-UNESCO, Paris, 19-23 Feb. 2001, http://xxx.lanl.gov/blurb/pg01unesco.html

HARNAD S., 2000, « The Invisible Hand of Peer Review », Exploit Interactive, Issue 5, April 2000, http://www.exploit-lib.org/issue5/peer-review/

HARNAD S., HEMUS M., 1997, « All-or-none: no stable hybrid or half-way solutions for launching the learned periodical literature into th epostgutenberg galaxy », In: Butterworth I (ed), The Impact of Electronic Publishing on the Academic Community, London, Portland Press.

HITCHCOCK S, CARR L., HALL W., 1997, « Web journals publishing: a UK perspective », Serials, vol. 10, No. 3, 285-299.

HITCHCOCK S, CARR L., HALL W., 1997, « A Survey of STM online journals 1990-1995: the calm before the storm »: http://journals.ecs.soton.ac.uk/survey/survey.html

KERCKHOVE de D., 2000, L’Intelligence des réseaux, Paris, Odile Jacob LEPEUTREC C., CHARTRON G. (ed), 2000, « Les projets de numérisation de revues en sciences humaines et sociales au niveau international », dossier Urfist Paris :

LEVY P., 2000, World Philosophie, Paris, Odile Jacob LEVY P.,1996, Essai sur la cyberculture : l’universel sans totalité : http://www.uquebec.ca/diverscite

LINK-PEZET J. (dir), « Coopération et auto-organisation : éléments de réflexion pour approche du travail intellectuel », Solaris dossier n° 5 : http://biblio-fr.info.unicaen.fr/bnum/jelec/Solaris/index.html

MAHE A., 1997, Les revues scientifiques en texte intégral sur Internet : étude de l’offre et de la demande. Le cas du Commissariat à l’Energie Atomique,mémoire de DESS « Gestion de l’Information en Entreprise », IEP Paris, novembre 1997, disponible sur le site Eco-doc : http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/dossthem/ecodoc/Revues_electroniques/revueselectro.html OKERSON A., 2000, Are we there yet ?Online e-resources ten years after, Library Trends, Collection development in an electronic environment, Spring 2000, vol. 48, No.4, 671-693.

PERNOO M., 2000, Entretien avec Marin Dacos, éditeur de Revues.org : http://revues.enssib.fr/titre/8etudca/1entretien/entretien.htm

PUMAIN D., 1997, « Are cyberjournals a promised land for research communication », Environment and Planning A , vol. 29, No.6, 951-954.

PUMAIN D., 2001, « Cybergeo, première revue électronique française en Géographie », in : Guichard E. (dir.), Comprendre les usages de l’Internet, Paris, Editions ENS rue d’Ulm, 89-97.

POYNDER E., (ed), 2000, « Caught in a web, intellectual property in cyberspace », IPMatter, vol. 9, No. 4.

TENOPIR C., DONALD W.K., 2000, Towards electronic journals. Realities for scientists, librarians and publishers, Special Library Association, Washington UNESCO-ICSU Press, 2001, Second Joint ICSU Press - UNESCO Expert Conference on Electronic Publishing in Science, Paris, 20-23 February 2001.

VARET G., 2000, Comment savoir ? La Science et son information à l’heure d’Internet, Paris, PUF.

VEGA de la J., BREZIN E., SALAUN J.M., 2000, La communication scientifique à l’épreuve de l’Internet, Paris, Presses de l’ENSSIB.

VEZINA M.-H., SEVIGNY M., 1999, « De l’imprimé vers l’électronique. Réflexions et solutions techniques pour une édition savante en transition », Documentaliste - Sciences de l’information, vol. 36, No.6, décembre 1999, 306-320.

WALKER T.J., 1998, « Free Internet Access to Traditional Journals », American Scientist, vol. 86, No. 5, September-October.

WILKINSON S.L., 1998, « Electronic publishing takes journals into a new realm », Chem. Eng. News, 1998, 76 (20), 10–18 DOI : 10.1021/cen-v076n020.p010

Sites

2001, Workshop on the open archives initiatives (OAI) and peer review journals in Europe, CERN, mars 2001.

Association of Research Library: http://www.arl.org/

Bibliothèque virtuelle des périodiques : http://www.usherbrooke.ca/biblio/trouver/autres/sites-de-periodiques-et-de-livres-gratuits/

Cybergeography Research Bulletin: http://www.cybergeography.org/register.html

Eco-doc, Economie du document, ENSSIB :http://www.enssib.fr/bibliotheque/ecodoc/cadre_ecodoc.html

E print server statistiques : http://arXiv.org/show_monthly_submissions

GRESI (Groupe de recherche sur les services d’information de l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) http://revues.enssib.fr/

HighWirePress (liste des plus grandes archives de documents scientifiques gratuits), http://highwire.stanford.edu/lists/largest.dtl

La communication scientifique électronique, http://www.tours.inra.fr/doc/comscith.htm (site arrêté)

PNER (programme numérisation pour l’éducation et la recherche), Fondation Maison des Sciences de l’Homme : http://www.pner.org/ (site arrêté)

Répertoire des répertoires des revues électroniques en sciences humaines et sociales : (site arrêté) http://www.info.unicaen.fr/bnum/jelec/Solaris/index.html

URFIST : http://urfist.enc.sorbonne.fr/

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kosmopoulos, « Cybergeo et les périodiques électroniques scientifiques », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Science et Toile, document 218, mis en ligne le 30 juin 2002, consulté le 22 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/14253 ; DOI : 10.4000/cybergeo.14253

Haut de page

Auteur

Christine Kosmopoulos

cnrs-umr8504geographie-cites
christine.kosmopoulos@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page