Navigation – Plan du site
2005-2002
Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004

Crises hydrauliques et perceptions du risque environnemental en Méditerranée occidentale

Yves Luginbuhl

Texte intégral

1Financé par le programme « Eau, environnement et sociétés » du département SHS du CNRS, ce programme a pour objectif, grâce à une meilleure articulation entre sciences sociales et sciences du milieu, d'apporter des connaissances nouvelles sur la perception du risque par les acteurs concernés, tel qu’il est déjà vécu dans certaines zones, ainsi que dans l'hypothèse d’une crise hydraulique plus générale. Il concerne 4 pays, dont 2 pays européens de la rive nord de la Méditerranée (Espagne, France) et 2 pays méditerranéens de la rive sud (Maroc, Tunisie). Il se propose d’approfondir l’analyse des risques liés à l’irrigation agricole et des différentes manières dont ces risques sont perçus et gérés par les acteurs concernés, en particulier au niveau local. Il a également pour objectif d’entreprendre une évaluation critique des expériences menées dans les 4 pays en matière de gestion participative des ressources en eau et de leur rôle dans la minimisation ou de l’aggravation des risques liés à l’irrigation.

2S’appuyant sur une diversité de méthodes et de moyens (analyse comparative de travaux déjà réalisés, cartographie, entretiens, ateliers de travail associant chercheurs et acteurs de l’eau), cette recherche s’attache ainsi à :

  • mieux comprendre la manière dont les acteurs de l'eau et en particulier les agriculteurs irrigants identifient et hiérarchisent les problèmes que font surgir la crise hydraulique et l’expérience croissante et concomitante d’un risque environnemental,

  • mieux cerner en quoi de nouvelles approches de la question hydraulique génèrent des dispositifs de gestion plus complexes (au sein desquels se mêlent des aspects juridiques, techniques et politiques) et analyser les formes sociales, institutionnelles ou non, sur lesquelles s’appuient ces dispositifs.

3De nombreux travaux ont déjà été effectués sur la question de la gestion hydraulique dans les pays de la Méditerranée (A. BENCHEIKH et M. MARIE au Maroc, M. DRAIN en Espagne et au Portugal, L. DEL MORAL ITUARTE en Espagne également, T. RUF en Egypte). Ces travaux portent le plus souvent sur la dimension politique et sociale des crises hydrauliques, mettent en lumière les problèmes posés par la diversité des stratégies des acteurs et en particulier des grandes institutions gestionnaires de l'eau d'irrigation agricole. Les tensions, les conflits et les tentatives de régulation de la gestion de l'eau ont fait également l'objet de recherches très abouties sur les relations entre ces conflits pour l'eau et les structures sociales, sur la place des ingénieurs et de la technique de la "grande" hydraulique. La question de la régulation politique de l'eau a fait l'objet de travaux nombreux, y compris en Europe (ALLAIN, NARCY, BARRAQUÉ). L'entrée économique est également explorée à travers la question de la valeur de l'eau et des coûts de sa gestion par divers modes de régulation.

4L'approche anthropologique est moins présente dans les recherches, bien qu'elle le soit dans des travaux de géographes ou de sociologues. Mais si, dans cet ensemble de recherches, de nombreux point de vue ont pu être avancés et modélisés autour du déroulement de la crise hydraulique et de la gestion du risque, peu de travaux ont jusqu'alors porté sur la perception du risque dans sa dimension sociale locale. C'est précisément l'objet de ce programme de recherche qui, en cherchant à articuler les sciences sociales et les sciences du milieu, se propose d'apporter des connaissances nouvelles sur la perception du risque par les acteurs concernés, tel qu’il est déjà vécu dans certaines zones, ainsi que dans l'hypothèse d’une crise hydraulique plus générale. Cet angle d'analyse est en effet une manière d'entrer dans la question de la gestion de ressources régionales limitées en eau, et en particulier dans les approches intégrées dans le domaine de la planification et de la gestion des ressources en eau qui soient respectueuses de l'environnement et mises en oeuvre de manière participative.

5Lorsque l'on évoque le terme de crise, on est amené à constater son caractère divers et ses multiples implications : la crise, ou plutôt les crises, sont à la fois écologiques, institutionnelles, économiques, sociales. Elles conduisent ainsi à s'interroger sur les aspects institutionnels et politiques, sur la valeur de l'eau, sur la légitimité et la validité des usages de l'eau, tels qu'ils ont été évoqués précédemment. C'est de toutes les manières la durabilité des ressources en eau de régions entières qui est en jeu : une géographie des usages de l'eau par rapport aux évolutions démographiques serait ainsi très révélatrice des conflits régionaux (usages urbains, touristiques, agricoles). En outre, dans la mesure où les modèles actuels (les modèles des Etats ou les modèles privés), sont de moins en moins opérants, il est d'autant plus nécessaire de contribuer à l'apport de nouvelles connaissances portant sur l'identification de dispositifs, de systèmes ou de nouvelles modalités de gestion de l'hydraulique, qui permettent de comprendre les multiples facettes des problèmes qui se posent ainsi que les interactions qui s'établissent entre eux.

6Deux tendances dans l’évolution contemporaine des problématiques hydrauliques semblent devoir être retenues :

7a) En premier lieu, dans le contexte d'une nouvelle approche par la demande, il apparaît que le développement de nouvelles sources d’approvisionnement (réutilisation des eaux usées après traitement ou importation d’eau, etc.) ne suffira pas à faire face à l'augmentation des demandes. Les solutions préconisées en Méditerranée (amélioration de l’efficacité des systèmes d’irrigation, choix de cultures moins consommatrices, etc.) supposent non seulement une meilleure intégration de l’environnement dans les processus d’intensification agricole mais aussi des changements de comportement, en particulier de la part des agriculteurs irrigants, changements qui ne seront possibles et durables qu’au prix de l’émergence d’une nouvelle « conscience commune de l’eau ».

8Il s'agit donc de s'interroger sur les capacités des sociétés locales à se saisir des problèmes posés par la gestion hydraulique à leur échelle (ce qui implique que la société globale, elle aussi, à travers ses institutions, en soit également capable), et à développer une conscience collective du risque qu'elle encourt à travers des modes de gestion de l'eau qui n'assurent plus la reproduction en quantité et en qualité de la ressource. C'est en tout cas le constat que les différents chercheurs ont effectué en analysant rapidement quelques cas qu'ils se proposent d'approfondir dans le présent programme de recherche.

9L'un des problèmes qui se pose pour évaluer la perception du risque et l'ampleur de la crise réside ainsi dans le différentiel des représentations que les acteurs se font à la fois de l'eau en termes quantitatifs et qualitatifs et dans le rapport qu'ils établissent entre leurs ressources et modes de vie et l'usage de l'eau (Gardner et Stern, 1996). Pour comprendre les modalités de la construction d’une conscience commune de l’eau, il faut donc identifier et analyser les différents types d’expérience du risque et les représentations sociales que la crise de l’hydraulique contribue à façonner dans chaque groupe d’usagers.

10b) L’autre tendance dont ce programme souhaite tenir compte et qui d’ailleurs peut conforter les nouvelles orientations de la gestion hydraulique évoquées précédemment, est le recul de l’opposition entre « privé » et « public » qui fut le principe majeur d’organisation des politiques de l’eau, en particulier dans les pays méditerranéens. A côté des modèles promus par la Banque Mondiale qui prônent la privatisation des ressources et leur intégration dans un marché de droits d’usage, on assiste aujourd’hui à l’émergence d’une autre voie, ni tout à fait publique ni tout à fait privée, dont pourrait rendre compte la notion de gestion intégrée (Barraqué, 1999). On observe aujourd'hui le passage d'une gestion intégrée à une gestion concertée et participative en Europe (Directive-cadre sur l'eau) qui pose les problèmes de subsidiarité et de nouveaux modes de gouvernement. Les modalités de la décentralisation de la décision en sont un enjeu majeur. On assiste ainsi à l’expérimentation d’outils (assemblées locales, syndicats de communes ou de propriétaires riverains, etc.) qui entraînent la production d’un nouveau territoire d’action (amont/aval, bassin etc.) et se construisent au sein de processus de consultation, de négociation entre différents types d’usages. On peut donc dire que l’émergence d’une gestion hydraulique intégrée, comme alternative à la grande hydraulique et à la systématisation des options techniques et aménagistes qu’elle suppose, essentielle également si l’on veut s’assurer d’une régulation de la demande, sera source de complexité dans les mécanismes qui organisent les rapports entre des territoires et les pouvoirs de gestion de l’eau.

11Il s’agit donc de comprendre en quoi de nouvelles approches de la question hydraulique peuvent modifier des dispositifs de gestion au sein desquels se mêlent des aspects juridiques, techniques et politiques. Une meilleure compréhension de la recomposition actuelle entre secteurs « privé » et « public » de la gestion de l’eau nécessite aussi une analyse des formes sociales, qu’elles soient institutionnelles ou non, que génèrent les nouveaux dispositifs de production, d’organisation, de distribution et de régulation de la ressource eau.

12Les hypothèses sur lesquelles repose ce programme sont multiples : elles supposent qu’il existe non pas une crise mais une diversité de crises qui ont en commun d’être des problèmes d’environnement mettant en jeu les capacités des sociétés à gérer la matérialité d'une ressource naturelle, l’eau. Elles supposent également que les dimensions de la gestion de l'hydraulique et les dimensions de l'identité sociale ne correspondent pas et que la société a son propre temps de reproduction et d'organisation, l'eau elle-même possédant sa propre temporalité liée au fonctionnement de l'hydrosystème. L'agriculture (secteur le plus consommateur d'eau) est de plus en plus dépendante des autres secteurs avec lesquels elle entre en concurrence. Elle ne pourra revendiquer longtemps la primauté de l'usage de l'eau face aux autres secteurs qui lui renverront l'image de ses propres errements en matière de gestion quantitative et qualitative de l'eau. Entre la grande hydraulique d’Etat et la privatisation des moyens de gestion de l'eau, il y a un espace relevant de la communauté au sens large de mise en oeuvre de démarches participatives en vue de prises de décision. La mise en oeuvre de la gouvernance suppose que chaque groupe social se construise de la crise hydraulique une représentation qui lui permette de partager le risque avec les autres groupes. Par "gouvernance", nous entendons "l'idée que les gouvernements n’ont pas le monopole de la puissance légitime et qu’il existe d’autres instances contribuant au maintien de l’ordre et qui participent à la régulation économique et sociale" (De Senarclens, 1998).

13Les résultats auxquels devrait aboutir cette recherche sont de trois ordres :

  • contribution à l’identification de nouveaux critères pour la gestion de l'hydraulique agricole, basés sur le principe de subsidiarité, de gouvernance et de participation et permettant d’inscrire cette gestion dans une perspective plus durable,

  • apport de connaissances pour une meilleure compréhension de la gestion sociale des systèmes hydro-agricoles, en particulier à travers une approche au niveau local, à partir de thèmes peu explorés tels que la perception du risque, et grâce à une approche interdisciplinaire et comparatiste,

  • structuration d’un réseau euro-méditerranéen de recherche sur les questions de la gestion sociale de l’hydraulique agricole, appelé à se renforcer dans le cadre d’un programme de recherche plus large.

Haut de page

Bibliographie

Barraqué (B.) - « Entre public et privé, l’eau et ses agences », 371-395. in : Marié (M.), Larcena (D.) et Derioz (P.), eds. - Cultures, Usages et Stratégies de l’eau en Méditerranée Occidentale; L’Harmattan, 1999.

De Senarclens (P.) (dir.), 1998, Mondialisation, souveraineté et théories des Relations internationales, Armand Colin, 182-205

Faure (A.) (ed.) - Territoires et Subsidiarité, L’Harmattan, 1997.

Gardner (T.G.), Stern (P.C) - Environmental Problems and Human Behavior, Allyn and Bacon, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Luginbuhl, « Crises hydrauliques et perceptions du risque environnemental en Méditerranée occidentale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 16 décembre 2004, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1427 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1427

Haut de page

Auteur

Yves Luginbuhl

UMR LADYSS (Paris), UMR MTE (Montpellier), Departamanto de Geografia de la Universidad de Sevilla, Département d’économie et de sociologie rurale de l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknes, Laboratoire Systèmes de Production et Développement Agricole de l’Ecole d’Agriculture de Mograne, Laboratoire d’Agronomie de l’Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie (INRAT)

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page