Navigation – Plan du site
2005-2002
Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004

Le difficile retour du " collectif " dans la gestion de l’eau : Regards sur 15 années d’efforts en Camargue gardoise

The uneasy comeback of the collective water managment: feed back on the fifteen last years works in "Camargue gardoise" (France)

Daniel Petit et Anne Rivière-Honegger

Résumés

Suite aux grandes mutations des années 60-70 en Camargue gardoise et à l’obsolescence du Traité des Marais qui réglait la gestion collective des niveaux d’eau, les acteurs économiques liés à l’eau se sont positionnés sur des logiques individualistes. L’eau est devenue l’objet de maints conflits avec de graves conséquences sur les ressources et les milieux. La mise en œuvre d’une Charte de l’environnement et d’un SAGE au début des années 90 a constitué les prémices du retour du " collectif " dans la gestion de l’eau. Mais on est encore loin de l’eau comme vecteur d’une construction territoriale à travers une communauté de projet liée à l’eau.

Haut de page

Texte intégral

1La Camargue gardoise, ou Petite Camargue, est une zone humide à forte valeur patrimoniale attestée par de nombreuses reconnaissances, labels et inventaires. Ce patrimoine exceptionnel est original en ce qu’il ne se maintient et n’est dû qu’à l’action anthropique qui s’exerce par la maîtrise de l’eau. En effet, à la spécificité des milieux naturels et des espèces, s’ajoute un fonds culturel et de savoir-faire important, basé sur des activités productives ou de loisirs utilisant l’eau : l'exploitation du roseau (la sagne), la riziculture, le pâturage des sansouires, la chasse à l’eau, etc.

2Alors qu'en Grande Camargue (Bouches-du-Rhône), la création de la réserve nationale en 1927, consolidée par celle du Parc naturel régional en 1970, donnait une indéniable orientation de conservation, les assèchements s'intensifiaient en Petite Camargue (du côté Gard) dans les années 60 dans un but agricole (installation des rapatriés d'Algérie) et sur le littoral pour la création de stations touristiques nouvelles.

3Ces nouveaux espaces conquis sur les zones humides accentuèrent les antagonismes entre les usages traditionnels et les nouvelles activités. Ils ont été stigmatisés par les grandes mutations sociales, économiques, techniques et foncières des années 60 aux années 80 : vente des marais communaux, extension de la riziculture, mécanisation de la récolte du roseau, multiplication des manades (élevage de taureaux et de chevaux camarguais), privatisation de la chasse, demandes en espaces naturels de loisirs, etc.

4Dans ce contexte, les acteurs économiques liés à l’eau se sont positionnés sur des logiques individualistes pour cause d’obsolescence du Traité des Marais qui réglait collectivement, depuis 1823, la gestion des niveaux d’eau. En l'absence d'accords possibles entre les différents groupes et les Associations Syndicales Autorisées, chacun a développé des stratégies cherchant à s'affranchir des contraintes naturelles et sociales pour assurer le devenir et la rentabilité de son activité. L'eau, le principal facteur (entre le climat de type méditerranéen et le sel) sur lequel les agents peuvent intervenir, est devenue objet de maints conflits. La méconnaissance de la complexité et de la fragilité des milieux humides méditerranéens, l'absence de vision globale et de concertation ont conduit chacun à agir isolément sans une véritable conscience des conséquences de ses stratégies sur la durabilité de la ressource.

5A partir des années 80, des associations locales s'inquiètent de la situation et réclament une protection de la Camargue gardoise. Au début des années 90, le Conseil général du Gard entreprend de mettre en œuvre une politique de développement local basé sur la protection de la zone, la maîtrise de la gestion de l’eau et l’amorce d’une ouverture au tourisme sous la forme dite éco-tourisme.

6C'est dans ce contexte qu'est créé, en 1993, le Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise. La mise en œuvre d’une Charte de l’environnement (1995) associée à un SAGE (approuvé en 2001) constitue le pivot de l’action.

7Le Conseil général acteur clef et moteur principal du processus mène ses actions soit directement, soit via le syndicat mixte ou la Commission Locale de l’Eau (mise en place en 1995) qui jouent le rôle de relais sur le terrain. Les communes s'impliquent peu mais restent présentes.

8La réussite de cette politique est liée à la recherche de solutions quant à la gestion de l'eau et à l'évolution des mentalités. L'élément fédérateur entre les divers acteurs de terrain est le fort attachement au territoire qui passe par la sauvegarde de la zone humide et des activités liées à l’eau. Il fait référence aux longues luttes historiques de la population pour garder ses étangs et ses marais, et surtout au ressentiment général que chacun voue aux derniers assèchements des années 60 qui privèrent les habitants de plus de 1 800 ha de marais.

9Un des principes qui ont guidé l’action du Conseil général a été d'instaurer un lieu de débat où les élus aussi bien que les usagers des marais puissent s'exprimer en dehors de toute polémique idéologique ou politique. Le Syndicat Mixte (SM) et la Chartre de l'Environnement (CLE) jouent ainsi, dans une certaine mesure, ce rôle de tribune libre où chacun apporte ses connaissances, ses savoir-faire, exprime ses interrogations, ses souhaits, soumet ses interprétations sur l'état des étangs et des marais et sur la situation de son activité par rapport à la gestion de l’eau.

10La stratégie a été d’orienter les pratiques, au bon niveau, en n'ayant que peu recours aux contraintes, et à les soutenir par l'octroi de moyens appropriés dans l’esprit d’une valorisation environnementale des produits et des pratiques adéquates, pour que cela soit profitable au milieu. Les inondations de 2003 ont cependant montré les limites du dialogue.

11L’eau est l’élément structurant de l’espace et de la société en Camargue gardoise. Les utilisations de l’eau constituent le contre-champ du cycle naturel de l’eau auquel s’intègre toute une série de cycles liés aux usages. Tous ces cycles doivent faire l’objet d’une multi-évaluation : celle de leur rentabilité économique, celle en terme de risques (inondation, sécheresse) et celle en terme d’impacts des aménagements hydrauliques. Il serait hasardeux de penser des discontinuités entre la ressource naturelle et ses champs d’application.

12La mise en perspective, à travers l’espace et le temps, des différentes modalités de rapports entre l’environnement naturel et le développement des sociétés humaines permet de repérer des périodes de permanence relative et des moments de rupture. Ces ruptures provoquent des mutations qui mettent en évidence les préoccupations successives par rapport à l’environnement, l’évolution des représentations sociales et justifient les différentes pratiques de la nature. L’exemple de la Camargue gardoise illustre bien cette combinaison évolutive. Le paradigme espace-temps se présente bien comme une clé de lecture et d’analyse à côté de celui de nature-société.

13Enfin, en terme de gestion, comme bien d’autres zones humides ou complexes hydrographiques, les marais de la Camargue gardoise illustrent l’un des changements marquants de la fin du XXème siècle. C’est le retour du collectif comme " agent " de nouvelles formes de gestion de l’eau. Ce retour pose la question de la légitimité de négociation et d’action parmi une diversité croissante d’usages et d’activités autour de l’eau. Comment dépasser la prégnance des jeux locaux et les configurations particulières d’acteurs territoriaux ? Une logique horizontale plurifonctionnelle tente de se substituer à une organisation verticale par filière de la gestion de l’eau. On est cependant encore loin de l’eau comme vecteur d’une construction territoriale à travers une intercommunalité de projet liée à l’eau. L’articulation avec les projets d’aménagement du territoire est balbutiante et les tentations sectorielles et monofonctionnelles sont encore puissantes.

Figure 2 : Les élus de Camargue gardoise sur le terrain, au lancement du SAGE (1995)

Figure 3 : Débardage des roseaux en bordure de marais

Haut de page

Bibliographie

ASPE Chantal, 1998 - Le retour de l'Etat et l'argumentaire scientifique dans les conflits pour l'eau - in Territoires en mutation n°3, Montpellier, Université Paul Valéry.

DZIEDZICKI Jean-Marc et LARRUE Corinne, 1997 – Le principe de subsidiarité et la politique de protection des zones humides : Le cas d'une zone humide en France, la Petite Camargue Gardoise – Etude réalisée pour le compte de la DGXII – Direction Recherche, UE Bruxelles/Observatoire de l'Economie et des Institutions Locales IUP/Université Paris XII (Créteil), 132 p.

PETIT Daniel et ARNASSANT Stéphan, 1998 - Site de la Camargue gardoise fluvio-lacustre : Document d'objectifs Natura 2000 - Nîmes, Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise/Préfecture du Gard, 3 vol.

PETIT Daniel, 1997 - Les domaines départementaux de la basse vallée du Vistre : Plan de gestion initial - Nîmes, Conseil général du Gard, 142 p. + annexes.

PICON Bernard, L'espace et le temps en Camargue : essai d'écologie sociale, Le Paradou, : Actes Sud, 1978, 264 p.

RIVIERE-HONEGGER A. (sous la direction de), "Eau et environnement en Petite-Camargue gardoise, bilan et propositions pour la protection et la gestion du patrimoine naturel", Espace rural, n° 28, Montpellier, juillet 1992, 181 p.

THOMAS Patrice, 1995 - Influence des pratiques rizicoles sur la qualité des eaux du bassin du Scamandre : Perspectives d'avenir, campagne 1995 - Nîmes, Syndicat mixte pour la protection et la gestion de la Camargue gardoise/Centre du Scamandre, Mémoire de fin d'études ESA Angers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Petit et Anne Rivière-Honegger, « Le difficile retour du " collectif " dans la gestion de l’eau : Regards sur 15 années d’efforts en Camargue gardoise », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 07 décembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/1448 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1448

Haut de page

Auteurs

Daniel Petit

Géographe, doctorant UMR 5045-CNRS et Chargé de mission à l’Agence Méditerranéenne, de l’Environnement (AME) du Languedoc-Roussillon.

Anne Rivière-Honegger

Géographe, Chargée de recherche, UMR 5045-CNRS " Mutations des territoires en Europe ", Montpellier III. UMR 5045 " Mutation des Territoires en Europe ", Université Paul Valéry, Route de Mende – 34199 MONTPELLIER CEDEX 5. Tél : 04-67-14-24-43.  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page