Navigation – Plan du site
2005-2002
Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004

L’eau urbaine ou le pouvoir de renaturer

Urban water or the power of renaturing

Franck Scherrer

Résumés

L’eau dans la ville (fleuve, lac, mer..) est au centre de nombreuses politiques urbaines (renouvellement urbain, waterfront, protection écologique, loisirs, culture, espaces publics…). Celles-ci s’exercent sur les mêmes espaces au nom de la renaturation. Mais cette référence commune cache des systèmes de valeurs et des coalitions d’acteurs différents qui sont en compétition pour s’arroger ce pouvoir de renaturer la ville.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis l’adoption de la directive cadre européenne sur l’eau, on n’ignore plus que, sur ce continent, le retour à un bon état écologique est devenu l’alpha et l’oméga de l’action collective sur les milieux aquatiques. Cette formule désigne en fait un formidable pouvoir, à peu près inédit dans notre histoire : celui de "renaturer" physiquement le milieu. Mais cette acception très substantialiste de la renaturation ne doit pas masquer la diffusion rapide et profonde du thème d’une renaturation, essentiellement symbolique, dans un nombre grandissant de politiques urbaines : aménagement et renouvellement urbain, espaces publics, environnement urbain, déplacements, politiques des loisirs, politiques culturelles… Dans tous les cas, l’eau urbaine sous toutes ses formes, mais surtout eau de surface (fleuves, lacs, mers…) tient une place majeure.

2Cette rencontre entre la politique de restauration des milieux aquatiques et celle des projets urbains post modernes dans lesquels la valorisation symbolique par la nature tient une place importante se fonde en Allemagne au début des années 80, justement autour de l’emploi du terme « Renaturierung » dans les deux acceptions écologique et urbanistique. Le terrain de cette rencontre est principalement un projet phare de réhabilitation d’une vaste région urbaine dévastée, la vallée de l’Ems, au coeur de la Rhur industrielle et densément urbanisée, projet communément appelé Emscher Park.

  • 1 Stemplewski, J., Steinbach, M. (2000):  Ohne systematische Vorsorge wäre die Emscherregion extrem h (...)

3Le projet de l’Emscher Park et la littérature scientifique et professionnelle qui lui est consacrée mobilise indifféremment la notion de Renaturierung pour évoquer d’une part le retour au bon état écologique d’un réseau hydrographique dont le fonctionnement et la qualité ont été profondément altérés par cent cinquante ans d’exploitation minière et d’industrie sidérurgique triomphante, mais aussi l’aménagement d’espaces de nature paysagés au coeur d’une région urbaine composée de cinq grandes villes, sur le site de friches industrielles, dans une démarche d’architecture voire d’esthétisation globale portée par ce dispositif de conception et de financement de projet urbain typiquement allemand qu’est l’Internationale Bauaustellung (Exposition Internationale d’Architecture)1.

4Ce projet de l’Emscher Park a connu un retentissement international exceptionnel, popularisant du même coup cette synthèse entre paysagisme urbain et écologie portée par la notion de renaturation.. Mais, si on privilégie une approche plus analytique, peut-on vraiment  rapprocher des programmes d’action aussi hétéroclites que les plans décennaux de réhabilitation fluviale –par exemple la remise en bon état écologique des biefs du vieux Rhône des projets de reconquêtes des berges dans le centre des grandes villes, de reconversion de zones industrialo-portuaires, de nouvelles zones de loisirs périurbaines ou des réserves écologiques sous un même chapeau des politiques de renaturation urbaine ? La renaturation au sens de l’Agence de l’eau est-elle du même ordre que la renaturation au sens de Michel Corajoud et de ses nombreux épigones paysagistes urbains, que l’on retrouve dans quelques projets urbains phares du traitement de la relation ville-fleuve, comme le réaménagement des quais à Bordeaux, la Cité Internationale et le projet Berges 2006 à Lyon ? Il est clair que les modes d’action, les acteurs et leurs coalitions, les horizons temporels et spatiaux, la nature de la « nature » invoquée, tout diffère derrière quelque apparence d’un discours commun sur le retour de la nature en ville. Pourtant, on peut faire des hypothèses, largement prospectives il est vrai, à partir desquelles il devient fructueux de chercher à comparer les différentes manières dont on dit renaturer les milieux aménagés, au premier chef la ville.

La concurrence des politiques de valorisation de l’eau urbaine

5Selon la première hypothèse, les politiques urbaines de renaturation sont de plus en plus en compétition sur les mêmes espaces, alors qu’elles fonctionnent davantage sur le registre de l’exclusion réelle que sur celui de la complémentarité qu’elles affichent. Si on prend le linéaire de la traversée fluviale ou du front d’eau d’une grande ville européenne ou nord américaine, le partage était naguère assez clair : à proximité du centre ou du CBD, les waterfronts et les promenades sur berges reconquises, en périphérie les zones de loisirs aquatiques jouxtant les réserves écologiques, entre les deux les stations d’épuration, zones portuaires et autre autoroutes de rive.

6Désormais les superpositions génératrices de conflits d’usages sont monnaie courante. La requalification des espaces publics de bord d’eau qui s’étend à l’échelle des agglomérations, la continuité extensive des réseaux dédiés aux circulations de loisirs –voies vertes, véloroute, etc.- sont difficilement compatibles avec la protection des biotopes. L’exemple des conflits que génère actuellement le projet de véloroute Saône-Rhône, porté par une partie du monde de l’écologie politique, les maires des communes riveraines qui ont leurs propre projet de revalorisation fluviale et les autorités responsables des espaces protégés, est révélateur de ce nouveau type de tension entre appropriations de l’espace aménagé: Renaturation fluviale signifie souvent reconstitution des zones d’expansion des crues justement là où la consommation de nature par les urbains bat son plein. La patrimonialisation des usages vernaculaires de l’eau, les loisirs new look et la réservation au nom de la nature intangible établissent un équilibre fragile que la pression économique ou démographique de la ville sur la trame de ses cours d’eau et de ses rives peut facilement faire éclater.

7Les politiques urbaines traditionnellement sectorielles et cloisonnées sont amenées à s’affronter sur des espaces rares et à forte valeur ajoutée, les rive urbaines, au nom d’une même invocation de la nature qui cache en fait une formidable ambiguïté quant aux systèmes de valeurs mobilisés.

Un changement de référentiel ?

  • 2  Muller. P. et Jobert, B. (1987) L'Etat en action, Politiques publiques et corporatismes, PUF, Pari (...)

8L’omniprésence de la référence à la renaturation dans nombre de politiques urbaines, même et surtout si elle est essentiellement métaphorique, comme son ambiguïté, génératrice de conflits, sont les symptômes d’un changement du référentiel global de l’action urbaine. Rappelons que le référentiel d’une action collective est un construit social qui n’est pas forcément cohérent et rationnel, mais résulte de l’agrégation d’images portées par différents acteurs, organisée autour d’une vision du rapport de la société au monde. Par ailleurs, le référentiel ne relève pas du consensus, mais balise un champ au sein duquel s’organisent les conflits2.

9Les politiques urbaines de renaturation s’inscrivent dans un même récit qui décode et recode le rapport de la ville à son environnement : Par exemple, la relation de la ville au fleuve (lac, mer…) a trop souffert d’une fonctionnalisation et d’un utilitarisme excessifs qu’il faut aujourd’hui soigner ; il sera possible de concilier désormais compétitivité urbaine, satisfaction équitable des besoins de bien être de la population et protection de l’environnement naturel… Mais dans cette transition entre le référentiel de la modernité et celui du développement durable, la renaturation urbaine a pour concurrente la patrimonialisation du « retour à la ville européenne ». Toutes deux ont en commun le recours post-moderne au lien à renouer, soit avec l’identité et la mémoire d’une ville continue, mixte et lisible, soit avec la proximité avec la nature. L’eau dans la ville est tour à tour mobilisée dans les projets urbains pour « faire lien » dans l’un et l’autre sens, dessinant là aussi un champ de contradiction et de conflits potentiels.

Des coalitions d’acteurs en compétition ?

10Il y a encore beaucoup de friches en front d’eau à reconvertir, d’autoroutes sur berges à enterrer, etc..) dans les villes de tous les continents, suffisamment d’héritages de la ville de la modernité industrielle à réactualiser dans la ville du développement durable. On peut donc faire l’hypothèse que le  semblant de front commun qui va de la protection de la faune sauvage à la promotion de pôles de loisirs aquatiques en passant les militants du roller et les adjoints à l’urbanisme ne tienne plus qu’en façade. Si la renaturation devient une chose sérieuse, le pouvoir de renaturer sera l’objet d’une forte convoitise. Quelles coalitions d’acteurs, entre local et national, experts, politiques et lobby,  quelles lignes de fracture vont organiser l’action collective urbaine dans ce champ ? L’équité d’un « droit à la nature urbaine », la légitimité d’une limitation des pressions sur un milieu naturel reconstitué, la qualité « globale » de l’eau comme facteur de compétitivité urbaine, autant de mots d’ordre possibles pour aimanter plus ou moins fortement des lignes de force centrifuges des politiques à venir de l’eau urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

IBA Emscher Park (Hrsg.) (1996):  Werkstatt für die Zukunft von Industrieregionen. Memorandum der Internationalen Bauausstellung Emscher Park 1996-1999. Gelsenkirchen

Mercier, G. et Bethemont, J. (dir.) (1998) La ville en quête de nature. Québec et

Lyon, Septentrion et Centre Jacques Cartier, 1998, 256 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Scherrer, F. (2004) La rive urbaine en Chine, Figures de la relation au fleuve dans l’urbanisme et l’aménagement des villes du bas Yangzi, revue Géocarrefour, vol. 70, n°3.
DOI : 10.4000/geocarrefour.520

Vermeersch, L. (1999) La ville américaine et ses paysages portuaires, entre fonction et symbole, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Stemplewski, J., Steinbach, M. (2000):  Ohne systematische Vorsorge wäre die Emscherregion extrem hochwassergefährdet. Mit der rund 50 Kilometer langen „Abwasserschiene“ wird technisches Neuland betreten. In: Jahrbuch Ruhrgebiet 1999/2000. S. 286 – 291, Essen: Klartext

2  Muller. P. et Jobert, B. (1987) L'Etat en action, Politiques publiques et corporatismes, PUF, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Scherrer, « L’eau urbaine ou le pouvoir de renaturer », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004, mis en ligne le 16 décembre 2004, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/1496 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1496

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page