Navigation – Plan du site
2008

Saint-Julien T., Le Goix, R. (dir.), 2007, La métropole parisienne, centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, 333 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Pour beaucoup, la métropole parisienne est paradoxale. On croît tout connaître de cet énorme ensemble urbain familier, ne plus rien avoir à apprendre de la force de son centre, de la puissance du système de transport francilien et de son influence sur l’accessibilité urbaine, des disparités est-ouest et centre-périphérie. Mais on sait aussi que la marmite métropolitaine bouillonne depuis trente ans sur les flammes de la mondialisation et qu’à Paris rien n’est plus comme avant.

2Ce livre remet heureusement les idées en place. Entre permanence et changement, il montre des évolutions de la métropole parisienne. Certes, le tableau n’est pas complet car les nombreux auteurs mobilisés par T. Saint-Julien et R. Le Goix  donnent des éclairages partiels selon leurs thèmes de recherche. D’ailleurs les coordinateurs de l’ouvrage ne prétendent pas à l’exhaustivité. Autant dire que la grande synthèse reste à faire. Mais peu importe, ces éclairages divers mettent en lumière l’essentiel, que nous résumerions comme suit. La métropole parisienne n’est pas figée. Les changements sont multiples, parfois lourds de sens. Cependant ils sont (encore ?) insuffisants pour déstabiliser une structure métropolitaine héritée et sur laquelle un Etat puissant continue de veiller.

3Au chapitre des changements, la patrimonialisation, la gentrification et la muséification parisiennes, la résidentialisation, le développement  commercial et universitaire périphériques sont mis en évidence par les auteurs. Dans l’ordre des permanences, le maintien de la monocentralité apparaît comme une évidence : lorsque l’on cherche des centres secondaires en région Ile-de-France, l’on en trouve…67, beaucoup trop pour parler d’un vrai polycentrisme. De façon générale les forces d’inertie pèsent très lourd. Bien que Paris soit l’une des premières destinations touristiques mondiales, « le tourisme et les touristes ne sont pas pour grand chose »(p. 63) dans la patrimonialisation et la muséification du cœur métropolitain. Les quartiers parisiens ne sont sans doute plus ce qu’ils étaient mais le Quartier latin garde une nette identité, etc.

4Une question importante, celle de la mixité, est également abordée sous plusieurs angles. Si la carte scolaire et le lotissement fermé ne semblent pas jouer les rôles déterminants que leur prêtent certains, il n’en reste pas moins que la richesse de la région capitale ne profite pas également à tous. En effet la place très particulière de la région parisienne en France fait que s’y concentrent à la fois des hauts et des bas revenus. Mais là non plus l’histoire ne s’efface pas en deux ou trois décennies. Le creusement des écarts socio-économiques ne suffit pas à créer des ségrégations radicales. La mixité socio-spatiale perdure, en partie du fait de l’Etat, de ses lois, de ses politiques d’aménagement et de logement.

5Le livre se lit très bien grâce à un bon découpage en chapitres courts mais très construits. Les méthodes sont diverses, parfois sophistiquées, mais la méthodologie sait se faire discrète pour conduire à des conclusions aussi nettes que possible. Les illustrations sont nombreuses et toujours utiles.

6Les Universitaires et leurs étudiants trouveront dans cet ouvrage des éléments de réflexion pour la recherche et l’enseignement.  Quant aux praticiens de l’aménagement, on souhaiterait comme les y incite la conclusion à propos du SDRIF, qu’ils en aient connaissance avant d’engager Paris et sa métropole dans les voies d’un avenir urbain bien incertain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Saint-Julien T., Le Goix, R. (dir.), 2007, La métropole parisienne, centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, 333 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 02 janvier 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/15683

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page