Navigation – Plan du site
2008

François Etienne, Schulze Hagen (dir.), 2007, Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, 800 p.

Antoine Laporte

Texte intégral

  • 1  NORA, Pierre (dir.), 1984-1992, Les Lieux de Mémoire, Gallimard, Paris, 3 tomes
  • 2  La version allemande, en 3 tomes, comportant 121 articles et plus de 2200 pages, a été publiée sou (...)

1« La notion de « lieu de mémoire » est-elle exportable ? » se demandait Pierre Nora en 1992. L’ouvrage intitulé Mémoires allemandes, dirigé par l’historien allemand Hagen Schulze et l’historien français (Berlinois d’adoption) Etienne François, tente de répondre positivement à la question, en appliquant la démarche des célèbres Lieux de Mémoire1 à l’Allemagne réunifiée. Que représentent les contes de Grimm en Allemagne ? Pourquoi la destruction du Palais de la République à Berlin fait débat ? D’où vient le sinistre « Heil Hitler » ? La traduction d’une sélection (relativement large tout de même puisque l’ouvrage compte 800 pages) de textes issus des trois tomes des Deutsche Erinnerungsorte vient de paraître en français2.

2L’entreprise est au départ ambitieuse à plus d’un titre tant la réflexion sur la mémoire « nationale » est ardue dans un Etat qui cherche encore aujourd’hui à assumer mémoire du nazisme, mémoire du communisme et reconstitution d’une identité nationale. Ces aspects sont développés dans l’introduction d’Etienne François, particulièrement bienvenue pour le lecteur français.

3Les Mémoires allemandes se composent en cinq parties révélant différentes facettes de la mémoire allemande. « L’Allemagne à la recherche d’elle-même » cherche à saisir des mythes ou des moments historiques tels « la Réformation » ou « la paix de Westphalie ». « La puissance et la gloire » met en lumière la recherche de la grandeur par l’armée (« le casque à pointe ») ou l’industrie (« Made in Germany »). La troisième partie, intitulée « la petite patrie et les royaumes intérieurs » met en présence une logique d’intégration nationale, ainsi que l’importance du local puis du fédéralisme. Les deux dernières parties concentrent la réflexion sur le XXe siècle, période marquée par la destruction de l’Allemagne par le national-socialisme, la séparation entre les Blocs durant la Guerre Froide mais aussi par un processus de réconciliation avec les Etats voisins, précédant la chute du Mur et la réunification.

4Le livre nous renseigne également sur des objets très divers, parfois immatériels (le « Heil » utilisé par les nazis), souvent très concrets et devenus traits de civilisation, du cœur de la mythologie germanique — avec les Nibelungs—, au mark, monnaie qui fut le pilier d’une des plus grandes puissances économiques au monde.

5D’un chapitre à l’autre, on passe des grandes lames de fond à l’anecdotique (« Réformation » et « jeux de la Passion à Oberammergau »), de la honte à la fierté (le chapitre sur « le coup de poignard dans le dos » se trouve quelques pages avant « le 20 juillet »), de la culture classique à la culture populaire (Jean-Sébastien Bach et la Bundesliga).

6Chaque chapitre présente le « lieu de mémoire » et surtout ce qu’il est devenu au cours des différents événements historiques. On y découvre par exemple que les nationaux-socialistes, loin de recréer un monde nouveau, ont beaucoup réinvesti ces « lieux de mémoire » pour leur propagande.

7Sur les trente-trois « lieux », neuf présentent explicitement des « lieux » au sens géographique du terme. Cependant, les autres ne sont pas pour autant des réalités a-spatiales. L’ouvrage interpelle aussi le géographe, puisqu’il s’agit de dessiner dans une aire, d’ailleurs mal définie du point de vue spatial, des « lieux » de mémoire. Pourtant, sur les trente-trois auteurs, historiens, politologues, philosophes, linguistes, écrivains ou encore journalistes qui ont participé à la rédaction de l’ouvrage – un par « lieu » –, aucun n’est géographe.

8Plusieurs échelles sont mêlées. Napoléon et Tacite  évoquent une histoire de l’Allemagne entièrement inscrite dans une histoire européenne. A l’inverse, l’évocation des châteaux du Wartburg ou de Neuschwanstein souligne la concentration d’un symbole national sur une aire très faible. De plus, les limites de la réflexion évitent l’écueil qui aurait consisté à s’arrêter aux frontières actuelles de l’Allemagne. Auschwitz par exemple, bien que situé en Pologne, est un lieu de mémoire allemand, car plus qu’une simple localité (répondant d’ailleurs sur les cartes au nom polonais d’Oswiecim) ce lieu cristallise la culpabilité allemande de l’Holocauste et symbolise la reconstruction difficile de la relation entre Allemands et Juifs. De même le « chancelier à genoux », en l’occurrence Willy Brandt, devant le mémorial du ghetto de Varsovie en 1970 illustre l’inévitable rencontre entre mémoires allemande et polonaise.

9Deux villes, Weimar et Dresde sont considérées comme des lieux de mémoire. La première se présente comme la capitale de l’Allemagne littéraire devenue point de départ d’une République fragile, et la deuxième comme une perle baroque devenue ville martyre. Berlin, quant à lui, ne constitue pas en soi un lieu de mémoire, ce qui paraît incongru au premier abord. Toutefois, la nouvelle capitale allemande en concentre quatre en son sein, ce qui fait d’elle le creuset des enjeux actuels de l’Allemagne face à sa mémoire ou plutôt ses mémoires.

10Cet ouvrage, d’une lecture aisée, permet de naviguer dans la civilisation allemande de manière aisée et intelligente. Sa lecture est utile pour opérer une réflexion sur l’espace (spatial, social ou politique) allemand sur la longue durée, ou tout simplement si on porte un intérêt curieux à l’Allemagne contemporaine.

Haut de page

Notes

1  NORA, Pierre (dir.), 1984-1992, Les Lieux de Mémoire, Gallimard, Paris, 3 tomes

2  La version allemande, en 3 tomes, comportant 121 articles et plus de 2200 pages, a été publiée sous le titre Deutsche Erinnerungsorte [« Lieux de mémoire allemands »] (Beck, Munich, 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Laporte, « François Etienne, Schulze Hagen (dir.), 2007, Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, 800 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 25 février 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/16193

Haut de page

Auteur

Antoine Laporte

antoine.laporte@parisgeo.cnrs.frdoctorantCNRS-UMR 8504 Géographie-cités, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page