Navigation – Plan du site
1997
Colloque "3O ans de sémiologie graphique"
155

Une école pour des universitaires placés aux marges de l’expertise : les années trente et la cartographie géographique

A school for academic as unusual experts : the 1930s and mapping in geography

Marie-Claire Robic

Entrées d’index

Mots-clés :

sémiologie graphique
Haut de page

Texte intégral

1L’Ecole de cartographie de l’Université de Paris s’ouvrit en novembre 1934, après quelques années de négociations durant lesquelles Emmanuel de Martonne (Photo 1), grand "patron" du tout nouvel Institut de géographie, réussit à faire adopter son idée : former à l’Université des cartographes-géographes tournés vers l’application de leur savoir-faire. Quels objectifs visait-il ? Pouvait-il faire face concurremment à l’émergence d’une recherche universitaire, à l’ouverture d’une consommation de cartes grand public, aux besoins diffus d’une information sur l’état du territoire français  ? Une brève comparaison avec l’engouement cartographique que les géographes des années trente ont manifesté de par le monde et avec la ferveur carto-graphique des années soixante en France permettra de situer un projet de professionnalisation qui a si bien pris, si l’on en juge du moins par la pérennité de l’Ecole.

Photo 1 : Emmanuel de Martonne au tableau noir

(Source : CNRS - UMR PRODIG - Photothèque d’Intergéo)

"Former des cartographes qui soient des géographes"

De l’adversité...

2On peut suivre la progression de l’"Enseignement supérieur de la cartographie" tel que l’a conçu de Martonne à travers les rapports annuels qu’il a publiés, à l’instar des autres directeurs d’Institut, dans les Annales de l’Université de Paris. Le rapport pour l’année 1933-1934 rappelle, avec le cri de victoire qui accompagne le démarrage d’une initiative discutée au Ministère de l’Education nationale et au Conseil de l’Université depuis deux ans, combien cette création fut finalement délicate :

"Tout semblait contre nous : la situation économique rendant précaire tous les appuis financiers, la nouveauté même de l’entreprise qui a obligé à de longues études sur l’organisation de l’enseignement, l’incertitude des débouchés qui fait hésiter la jeunesse devant une carrière dont l’avenir n’apparaît pas assez clairement à tous. Dirai-je à combien de lettres j’ai dû répondre et combien de visites de parents ou de jeunes gens j’ai reçues, pour aboutir à ne retenir, après examen, que deux candidats sérieux, alors que notre organisation prévoyait la possibilité d’en prendre cinq ?" (Rapport 1933-1934)

3Ces petites promotions d’élèves cartographes issus d’une formation initiale à la géographie étaient destinées à un nouveau marché de compétences ouvert par le développement d’une demande grand public. Aux traditionnels usages issus des Services d’Etat, aux classiques atlas, s’ajoutent selon de Martonne de nouvelles consommations de cartes  : "on en dessine et grave dans la presse, dans les bureaux de tourisme."

4A nouveau marché, nouvelles capacités ? La formation prise en charge par l’Université doit combiner l’"habileté technique et l’éducation géographique", en mariant l’"école de dessin" et l’"enseignement universitaire", afin de pouvoir assumer la conception même de la carte :

"Le but de cet enseignement est de former de véritables cartographes, capables de construire des cartes originales et de guider le travail des dessinateurs n’ayant pour eux que l’adresse manuelle. Elles sont sanctionnées par un examen. Les élèves y ayant satisfait recevront un diplôme et seront en état de jouer un rôle de premier plan dans tous les ateliers de cartographie des Services publics et privés." (Rapport 1933-1934)

... à un Service Géographique civil ?

5Le succès semble au rendez-vous, comme l’attestent l’intérêt suscité par la formation et les résultats des élèves dans l’édition privée, dans des entreprises privées ou dans des services publics :

"Les plus avancés ont déjà été employés à des travaux rétribués par quelques maisons d’édition. L’un des plus distingués sera engagé à la fin de cette annnée par une des plus importantes librairies de Paris, où il peut avoir en vue une situation avantageuse. Deux autres se préparent à concourir, avec de sérieuses chances, pour des postes au Service hydrographique de la marine. Deux des élèves entrés cette année ici sont d’ailleurs de jeunes employés soit de ce service, soit du Service géographique de l’armée, qui suivent, avec l’autorisation de leurs chefs, notre enseignement en vue de se perfectionner." (Rapport 1935-1936)

6Au bout de trois ans de fonctionnement, de Martonne se plaît à ouvrir l’ambition des cartographes-géographes, et à évoquer leur participation au montage d’un éventuel Service géographique civil :

"Il est permis de se demander si nous n’avons pas ici l’embryon d’un Institut Cartographique Universitaire capable de rendre des services à tous les enseignements ayant besoin de cartes, et même si nous n’aurions pas un rôle à jouer le jour où serait repris le projet d’un Service Géographique civil centralisant les travaux de cartographie de Ministères autres que ceux de la Défense nationale." (Rapport 1936-1937)

Nouveaux horizons pour la cartographie

L’engouement des géographes : témoignages internationaux

7L’idée de former des géographes capables de concevoir des cartes destinées à un public diversifié, hors de la seule commande de cartographie topographique notamment, n’était pas originale durant les années trente. De nombreux témoignages issus d’écoles de géographie étrangères révèlent le renouvellement de l’intérêt que les géographes portent alors à la cartographie. Ce que l’on pourrait appeler l’engouement des géographes de l’entre-deux-guerres pour la cartographie est un phénomène massif. Ses traits les plus caractéristiques s’expriment bien, par exemple, dans les travaux de l’Union géographique internationale. On peut les qualifier et les illustrer à travers cinq points.

  • L’engouement pour la carte manifestée par les géographes de l’entre-deux-guerres (des universitaires, des professeurs de géographie qui finissent par constituer l’essentiel des membres des Congrès internationaux de géographie à l’époque après avoir été longtemps mêlés à des explorateurs, des industriels et commerçants, des géodésistes, des militaires, des marins, des naturalistes, etc.) - se révèle globalement dans l’ampleur et la variété de leur recours à la cartographie. Ils l’utilisent tout autant en géographie physique qu’en géographie humaine. Dans cette adoption massive de la carte, ils manifestent une double rupture. Rupture par rapport à la fin du XIXe siècle où, comme l’a montré Gilles Palsky à propos de la France, les géographes se montraient réticents face à la carte thématique et à la statistique, et étaient avant tout friands de la carte d’Etat-major ; rupture par rapport aux ingénieurs-cartographes et aux topographes qui animent les sections spécialisées de cartographie dans les congrès internationaux, qui restent concentrés sur la représentation du relief (notamment à partir des techniques d’observation modernes liées à la photographie aérienne) et sur la représentation du monde à petite échelle, et qui participent peu au bouillonnement des idées sur la carte.

  • Les géographes adoptent alors des méthodes beaucoup plus sophistiquées qu’on ne l’imagine sans doute aujourd’hui (Fig. 1). Toutes les techniques de la cartographie thématique qui ont été inventées au milieu du XIXe siècle par les statisticiens sont utilisées et leur usage est étendu à des domaines inédits de l’information économique ou sociale. De nombreuses cartes jouent sur la statistique différentielle en mettant en valeur les positions centrales et la dispersion statistique : les auteurs sont particulièrement sensibles, dans leur cadre national, aux inégalités territoriales. Outre les indicateurs issus de bases de données officielles, des indices composites sont directement produits par les géographes et cartographiés selon les mêmes règles d’une méthodologie relativement complexe. Enfin l’analyse spatiale n’est pas inconnue.

  • Cette maîtrise des méthodes s’accompagne d’une promotion de la carte à deux titres différents : comme outil de recherche pour la géographie (il s’agit notamment d’en faire une base commune pour des recherches comparatives), et comme moyen privilégié de communication, le public visé étant alors formé de non spécialistes, et en particulier des commanditaires de travaux scientifiques.

  • Les géographes manifestent, collectivement, une vive sensibilité à l’ouverture de marchés d’application hors de l’enseignement. C’est notamment à la fin des années trente qu’ils s’aperçoivent des potentiels d’une discipline appliquée à des secteurs variés de l’activité économique, telle l’organisation des transports. Ce champ d’application s’ajoute aux perspectives ouvertes dès la fin des années vingt par les entreprises de planification qui se multiplient après la Crise de 1929. Les géographes font des offres de services en direction de ces nouveaux champs de compétences. La cartographie paraît alors centrale pour coordonner une planification territoriale sous l’égide de géographes (fig.2)

  • Mais tous ces travaux géo-cartographiques manifestent l’existence d’une forte segmentation de la collectivité scientifique. Des styles nationaux s’imposent, tels l’investissement sur la centrographie dans les travaux soviétiques issus de Léningrad ou la tonalité statistique de la cartographie polonaise patronnée par le professeur Romer, qui est particulièrement attentive aux inégalités du territoire polonais. Dans cette marque nationale affectée par les groupes de géographes qui se rencontrent et s’exposent dans les congrès internationaux, la cartographie française se distinguerait par son style pour le moins classique, peu sophistiqué, en somme "basique"...

La réserve française

8La création d’une nouvelle filière de formation greffée sur la géographie coïncide donc avec le développement, au niveau international, de productions géographiques et surtout d’usages nouveaux de la cartographie par les géographes. Ce développement est engagé d’une part par l’organisation d’une recherche géographique fondamentale, d’autre part par la redéfinition de la profession de géographe en direction de la pratique : action aménagiste ou opérationnelle. Les investissements des géographes français paraissent se conformer à ce mouvement d’ensemble, mais avec des nuances dont la plus marquante est sans doute, avec la simplicité de la technique cartographique, la timidité de son engagement dans l’application.

9Cette réserve se révèle surtout à l’égard des travaux de planification spatiale qui, dès le début des années trente, attirent vivement l’attention des géographes dans tous les pays développés, qu’ils relèvent des systèmes politiques totalitaires ou des démocraties. En France, point de ces Atlas de planification qui ont fleuri dès les années vingt dans quelques Länder allemands, point de ces Surveys d’utilisation du sol que des géographes comme Dudley Stamp ont su dresser en Grande-Bretagne, en mobilisant pour ce faire des armées d’écoliers et leurs collègues des Instituts de géographie, point de ces "risk-maps" que Isaiah Bowman appelle de ses voeux pour juguler les conséquences de la Grande dépression...

10Comme le montrent les cartes illustrant l’Atlas de France (dont les premières planches sortent en 1931), ou la Géographie Universelle (Fig. 3), les sujets peuvent être traditionnels, telle la densité de population, ou centrés sur des enjeux modernes, telle la qualité de l’équipement des campagnes françaises, - mais la facture reste, sauf exception, très classique : une implantation aréale de valeurs simplement ordonnées, alors que la production étrangère fourmille de cartes de flux, de zones d’écarts à la moyenne, d’isolignes ou de centrogrammes...

Quelle application ? Années trente, années soixante…

11C’est donc une cartographie "savante", car proche de la recherche scientifique, de l’enseignement universitaire et de la grande édition qui a produit les chefs d’oeuvre que les élèves de l’Ecole de cartographie ont appris à concevoir au cours des deux années que durait leur formation. Il manque encore une recherche approfondie qui révèlerait ce que sont les modèles adoptés lors de l’établissement du cursus de l’Ecole de cartographie de l’Université de Paris, aussi bien que les modèles transmis par les générations de cartographes-géographes qui en sont issus. La grande édition privée, la production universitaire de l’après-guerre, la fabrication d’Atlas régionaux en ont été durablement marqués.

12C’est par la comparaison que l’on pourrait évoquer les partis pris des choix thématiques, techniques et expressifs qui ont été adoptés alors, et dans lesquels les jeunes générations ne se reconnaissent sans doute plus.

13Comparaisons immédiates d’abord (Fig. 4). La réflexion sur les enjeux de la communication visuelle émerge alors en géographie (du moins sort-elle du monde de la réflexion pédagogique). Elle s’inscrit de manière agressive dans les travaux de propagande qu’à la même époque les spécialistes de la Geopolitik produisent en Allemagne : un style graphique violent, aux traits outrés, reposant sur une information minimale, volontiers tronquée, l’objectif étant moins de convaincre que d’asséner un message. Des graphismes innovants commencent à apparaître aussi dans la littérature géographique commune, soit qu’ils procèdent à des simplifications de formes ou de contenu à la manière de documents publicitaires, soit qu’ils recourent à des formalismes connus mais peu usités jusque là hors de milieux savants ou de thèmes canoniques, tels les blocs-diagrammes ou les "valley-sections" qu’un Arthur Geddes mettait en valeur à la fin du XIXe siècle dans ses démonstrations de "Social surveys", soit enfin qu’ils jouent sur l’inversion du noir et du blanc.

14Les géographes français ne paraissent pas conscients de l’urgence d’une réflexion sur ces nouveaux modes de communication visuelle. La formation mixte qui est inventée en vue d’une qualification de cartographe-géographe semble motivée par un souci de lisibilité de la carte - qui passe par la qualité du trait et de la lettre et où l’on retrouve les compétences requises du dessinateur - et par sa signification d’un point de vue disciplinaire. Celle-ci reposerait fondamentalement sur la valeur de la "synthèse régionale" réalisée par le géographe, sur sa capacité à concevoir l’unicité du cas qu’il représente. Mais pense-t-on à l’efficacité du message, d’une part, et à poursuivre des objectifs non strictement scientifiques telle que la prospective par exemple ?

15Une deuxième comparaison pourrait cadrer les principes de la nouvelle formation requise par les géographes français des années trente (Fig. 5). On doit alors rappeler le moment et le site à partir desquels se diffuse un style cartographique neuf. Il s’agit du milieu des années soixante et de la cartographie "automatique" illustrée notamment par la publication de l’INSEE Statistiques et indicateurs des régions françaises (SIRF) qui a longtemps accompagné, voire mis en scène, l’action politique spatiale : une cartographie statistique standardisée s’applique alors en premier lieu à la France dans ses "régions-programmes". La pratique de l’aménagement du territoire, celui-ci vu du moins depuis ses lieux d’élaboration centraux (DATAR ou Plan) ou par ses théoriciens semi-officiels, tel O. Guichard, adopte sans ambage une représentation carto-statistique codifiée, robuste et apparemment transparente dans ses jeux systématiques de blanc et de noir.

16J. Bertin a été l’initiateur, à partir des années cinquante, de ce nouveau style iconographique (Fig. 6). Son innovation formelle s’est épanouie dans le même temps par une réflexion sémiologique sur la carte et sur la graphique qui se situe en rupture avec le système cartographique hérité : discontinuité non seulement par l’éviction de la couleur et par l’élection des cartes analytiques ou monocritères, mais surtout peut-être par la valorisation d’une standardisation qui est antinomique des valeurs idiographiques de la géographie classique.

17Au coeur de ce mouvement des Trente glorieuses, donc en un carrefour de la création carto-graphique et de la planification territoriale d’Etat, figure l’un des deux élèves de la première promotion de l’Ecole de cartographie de l’Université de Paris...

18Sensibles à l’apparition de terrains propices au développement d’une pratique conjointe de la géographie et de la cartographie, avertis de l’extension des besoins publics en information cartographique civile, les géographes français des années trente n’étaient pourtant, comparés à leurs voisins, que sur les marges d’un champ d’application de leur savoir-faire. Sans doute sont-ils restés trop proches d’une façon classique de penser les développements potentiels de leur discipline, à l’abri de leur réussite scolaire et universitaire. Mais l’impulsion pour penser autrement le métier de géographe-cartographe, pour proposer leur expertise, manquait probablement dans un pays moins secoué par les crises que ses homologues. Au temps de l’info-géo-cartographie et des Systèmes d’information géographique, comment penser les relations entre cartographie et géographie, comment valoriser les avancées de la réflexion sémiologique ? L’enjeu se réduit-il à la recherche d’"applications" optimales, de logiciels performants, ou bien reste-t-il un espace pour l’invention d’autres pratiques icono-géo-graphiques ?

Figures

Figures 1 : Exemples de productions cartographiques sophistiquées des années trente

Fig. 1a : Double gamme

Extrait d’une carte de l’évolution de la population en Tchécoslovaquie, d’après J. Pohl, 1937, "La dépopulation des campagnes en Tchécoslovaquie après la guerre mondiale", Comptes rendus du Congrès International de Géographie, Varsovie, 1934, Section IIIa, t. III, Varsovie.

Fig 1b : Isolignes et inégalités

Disparités de l’urbanisation polonaise, d’après W. Rewienska, 1937, "La densité urbaine en Pologne", Comptes rendus du Congrès International de Géographie, Varsovie, 1934, t. III, Varsovie.

Fig. 1c : Indices

Indice de la productivité agricole dans le monde (1926-1934), d’après E. Huntington, 1939, "The productivity of the soil", Comptes rendus du Congrès International de Géographie, Amsterdam (1938), Actes, Leiden, E.J.Brill.

Fig. 1d : Centrographie

19Centrogramme de la République socialiste soviétique d’Ukraine, d’après Sviatlovsky E.E., Eells W.C., 1937, "The centrographical method and regional analysis", The Geographical Review, p. 240-253.

Fig 1e : Dispersion spatiale

Principe de mesure du degré de dispersion de l’habitat et lignes d’égale dispersion dans des communes polonaises, d’après A. Zierhoffer, 1937, "Sur une formule servant à exprimer la dispersion et la concentration absolu de l’habitat rural", Comptes rendus du Congrès International de Géographie, Varsovie, 1934, t. III, Varsovie.

Figures. 2 : Représenter la planification territoriale

Fig. 2a : Diagramme d’un programme de développement

D’après MacLean W.H., 1926, "Note on a proposed scheme of national and regional development planning in Egypt", Congrès International de Géographie, Le Caire, 1925. Compte rendu publié par le secrétaire général du Congrès, t. II, Le Caire, p. 108-116.

Fig 2b : L’état des zones de planification territoriale aux Pays-Bas au milieu des années trente

d’après The Dutch Institute for Housing and Town Planning, 1938, "The Netherlands", Comptes rendus du Congrès International de Géographie, Amsterdam, 1938, t. II, section V, Leiden, E.J.Brill, p. 109-127.

Figures 3 : Cartographie française standard et non standard des années trente-quarante

Fig. 3a : La répartition des adductions d’eau potable en 1935

D’après A. Demangeon, 1946, France économique et humaine (Géographie Universelle Vidal de la Blache-Gallois, t. VI-2-1), Paris, A. Colin.

Fig. 3b : Circulation automobile sur les routes de France

D’après une planche de l’Atlas de France, carte publiée dans A. Demangeon, 1946, France économique et humaine (Géographie Universelle Vidal de la Blache-Gallois, t. VI-2-1), Paris, A. Colin.

Fig. 3c. Comparaison de la vitesse des transports au XVIIIe et au XXe siècles, Echelle, 1 : 2 850 000

D’après A. Demangeon, 1946, France économique et humaine (Géographie Universelle Vidal de la Blache-Gallois, t. VI-2-1), Paris, A. Colin (l’original a été réalisé par J. Letaconnoux, 1908, "Note comparative sur la distance en temps entre l’intérieur de la Bretagne et la mer aux XVIIIe, XIXe et XXe siècles", Annales de Bretagne, 19 p.

Figures 4 : Communiquer autrement

Fig. 4a : Le "système français" vu par la propagande de géopoliticiens

D’après Zeitschrift für Geopolitik, 1927, cité dans C. Raffestin, 1995, Géopolitique et histoire, Lausanne, Payot.

Fig 4b : Bloc-diagramme du delta d’Orissa et Coupe idéale de vallée

D’après A. Geddes, 1938, "India : I. The Chota Nagpur plateau and its bordering plains II. The delta of Orissa, Comptes rendus du Congrès International de Géographie, Amsterdam, 1938, t. II, section IIIc, Leiden, E.J.Brill, p. 365-380 et 381-396.

Figures 5 : Aménagement du territoire et cartographie

Fig. 5a : L’avertissement cartographique

page de garde de la revue Statistiques et indicateurs des régions françaises (DATAR, INSEE), Projet de loi de finances 1969.

Fig. 5b L’équipement du territoire

Page de la revue Statistiques et indicateurs des régions françaises (DATAR, INSEE), Projet de loi de finances 1969.
Légende du tableau  : La statistique porte sur l’ensemble des communes subventionnées par le Ministère de l’Agriculture.

20La statistique porte sur l’ensemble des communes subventionnées par le Ministère de l’Agriculture.

21Le taux de desserte des communes rurales est obtenu en rapportant la population desservie en eau potable à la population susceptible de l’être  : cette dernière comprend la population de toutes les communes susceptibles de recevoir une subvention en ce domaine, c’est-à-dire celles dont la valeur du centième additionnel est inférieur à 10 F pour les quatre derniers exercices budgétaires (25 F pour les communes des départements du Haut-Rhin, Bas-Rhin et Moselle). Il n’y a donc aucun rapport entre cette population et celle définie comme rurale par l’I.N.S.E.E.

22En ce qui concerne les dépenses d’investissements engagées avec l’aide de l’Etat : il s’agit de l’investissement total, aide budgétaire comprise. Les statistiques d’investissements  sont extraites de comptes rendus établis à l’échelon départemental dans le cadre de la procédure comptable de recensement annuel des investissements.

Fig. 5c :Vers la cartographie automatique ?

Page du livre de O. Guichard, 1965, Aménager la France. Inventaire de l’avenir, Paris, Laffont-Gonthier.
Légende de l’illustration  : L'opinion des Français sur les retards économiques régionaux

Source  : institut Français d’Opinion publique.

23Des sondages d’opinion permettent de mesurer comment les problèmes économiques régionaux sont ressentis par l’opinion publique. La population française est consciente des problèmes posés aux régions de la façade atlantique et du Massif central. Mais un décalage existe entre la réalité économique et sociale et la conscience qu’en a la communauté nationale  : la carte fait apparaître une inquiétude sur les régions méridionales  ; par contre, les régions où se posent des problèmes de reconversion (Lorraine et Nord) ne sont pas mentionnées parmi les régions sensibles.

24La représentation graphique utilisée est nouvelle en France  :  les procédés de cartographie automatique permettront de la généraliser.

Fig. 5d  : De la conception à l’action

Une illustration du premier chapitre de O. Guichard, 1965, Aménager la France. Inventaire de l’avenir, Paris, Laffont-Gonthier.

25Figures 6 : Carte et graphique du premier chapitre de J. Bertin, 1967, Sémiologie graphique. Les diagrammes. Les réseaux. Les cartes, Paris/La Haye, Mouton, Paris, Gauthier-Villars, EPHE Paris.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-1.png
Fichier image/png, 79k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-2.png
Fichier image/png, 11k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-3.png
Fichier image/png, 9,8k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-4.png
Fichier image/png, 22k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-5.png
Fichier image/png, 8,1k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-6.png
Fichier image/png, 15k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-7.png
Fichier image/png, 3,8k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-8.png
Fichier image/png, 7,4k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-9.png
Fichier image/png, 11k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-10.png
Fichier image/png, 14k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-11.png
Fichier image/png, 24k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-12.png
Fichier image/png, 5,5k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-13.png
Fichier image/png, 19k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-14.png
Fichier image/png, 28k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-15.png
Fichier image/png, 35k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-16.png
Fichier image/png, 31k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-17.png
Fichier image/png, 22k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1643/img-18.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « Une école pour des universitaires placés aux marges de l’expertise : les années trente et la cartographie géographique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 155, mis en ligne le 17 novembre 2000, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1643 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1643

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Equipe E.H.GO, UMR 8504, Géographie-cités (CNRS, Université de Paris I, Université de Paris VII, ENS Lettres &Sciences humaines)
robicmc@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page