Navigation – Plan du site
La recherche en France

Comment organiser la recherche en France ?

Jean-Pierre Gaudin

Entrées d’index

Mots-clés :

France, recherche

Keywords :

France, research
Haut de page

Texte intégral

1« Ma grande orientation : mettre progressivement l’Université au centre de notre dispositif de recherche » : voilà l’idée-force du discours programme de Nicolas Sarkozy consacré à la recherche, une idée plusieurs fois reprise et argumentée dans son discours du 28 janvier 2008 en l’honneur du prix Nobel Albert Fert. Il ajoutait : « les systèmes de recherche les plus performants au monde sont construits sur la force des universités ». A la première lecture, les propositions émises dans ce discours peuvent paraître modérées et pleines d’esprit de concertation. Mais le bâton n’est en fait jamais très loin de la carotte. Et si certaines de ces options apparaissent parfois contradictoires entre elles, elles se révèlent surtout trop souvent illusoires.

2Au point de départ des diagnostics présidentiels, est montré du doigt le monde fragmenté des grands organismes de recherche français (IRD, INRA, INSERM, etc) avec leurs multiples structures de coopération. Et sous le feu de ces critiques, le CNRS est au tout premier rang. On déclare que les organismes de recherche sont trop grands en taille et très lourds. Mais beaucoup de responsables universitaires considèrent surtout qu’ils sont devenus bien trop autonomes. Cette autonomie s’est bâti sur la maîtrise progressive de trois compétences clés : un recrutement spécifique des chercheurs ; une évaluation en propre ; et une programmation scientifique indépendante.

3On peut en effet s’interroger. Mais plutôt que de nourrir un esprit de revanche contre le CNRS, mieux vaut évaluer en quoi consistent vraiment les différences entre ce qui existe et ce qui est préconisé. Du coup, plutôt que de rêver d’une Université « au centre », c’est-à-dire qui vassalise en fait les grands organismes de recherche, il vaudrait mieux construire une diversité de centralités, appuyées sur des instituts de recherche forts et structurés à l’échelle de la concurrence internationale.

Faut-il maintenir un recrutement spécifique des chercheurs ?

4Le recrutement spécifique signifie le contrôle possible de l’excellence mais aussi une gestion des carrières et l’affectation des personnels dans les différents centres de recherche en fonction directement des priorités scientifiques de l’organisme.

5C’est avec ces règles que le CNRS a grandi depuis l’après guerre, centré d’abord sur les sciences « dures », puis couvrant peu à peu l’éventail de toutes les sciences contemporaines. Cela n’a pas abouti à constituer une forteresse hermétique et isolée, comme il est parfois avancé par des revanchards, car l’organisme a travaillé en partenariat approfondi avec presque toutes les universités pour constituer un réseau d’équipes de recherche. Une majorité de ces unités de recherche comptent plus d’universitaires que de chercheurs CNRS et sont très souvent dirigées par des professeurs de l’enseignement supérieur ! Cette coopération avec le monde universitaire existe donc déjà et depuis longtemps. Faut-il aller maintenant plus loin et transférer totalement la gestion des équipes de recherche à l’Université ? Cela impliquerait que les universités y mettent beaucoup plus de moyens et de compétences. Et qu’elles se dotent de grands équipements et de moyens d’enquête coûteux. La proposition du discours présidentiel est donc pour l’instant plus prudente. Elle vise précisément à « ouvrir le recrutement dans le cadre de procédures communes avec les universités à une certaine proportion d’enseignants-chercheurs de haut niveau qui consacreraient pendant plusieurs années l’essentiel de leurs activités à la recherche ». Une possibilité de ce type existe en réalité déjà, mais ouverte pour deux ans maximum. L’étendre donc ? Fort bien, en principe. Mais si la possibilité n’en est pas offerte seulement aux jeunes et ne constitue pas une formule d’année sabbatique au rabais. Et surtout, il convient que les formes du recrutement des enseignants universitaires, qui sont déjà très localistes et qui seront demain dépendantes des styles de gestion de chaque président d’université, ne prennent pas véritablement le pas sur les règles plus générales et plus « républicaines » du recrutement au CNRS. Faute de quoi, « mettre l’université au centre » reviendrait à organiser paradoxalement la prééminence des périphéries, des coteries locales et des potentats territoriaux.

Préserver une évaluation scientifique autonome ?

6Le Président : « je ne crois pas à un système où c’est la communauté scientifique qui définit par l’élection ses évaluateurs ». Mais qui doit alors être l’évaluateur et comment évaluer ? Au CNRS, l’évaluation concerne à la fois le recrutement des chercheurs et leurs activités de recherche, avec des effets corrélatifs sur leurs carrières. Le dispositif mis en place depuis l’après-guerre est le même pour toutes les disciplines : à chacune correspond un collectif d’évaluation composé de pairs, qui sont élus aux 2/3 et nommés par les institutions pour le reste.

7Au nom de sa forte endogamie, c’est devenu un poncif de critiquer ce système (qui assure cependant, aux dires de tous, une sélection de haut niveau). En soi, ce caractère endogame existera toujours, à cause du monde étroit de spécialistes qui est celui de la recherche, et ce, que les évaluateurs soient élus ou non. Certes, on pourrait mieux ouvrir le jeu en introduisant une dose plus large d’évaluateurs étrangers ou issus de la société civile. Sans se cacher que l’expérience est souvent décevante : la différence des cultures conduit à des incompréhensions difficiles à gérer. Mais le problème est surtout celui du mode de sélection de ces évaluateurs. On parle aujourd’hui beaucoup d’impartialité : voilà une belle ambition, mais elle dépend moins d’une formule unique que d’une pluralité de modes de recrutement, pouvant garantir une diversité de sensibilités et des contrepoids entre centres de pouvoir.

8La nomination est la solution la plus simple pour les autorités mais pas la moins discutable. Au delà des affinités politiques directes ou des appuis à des courants d’analyse spécifiques, elle sert largement à accompagner des priorités thématiques, à valoriser certains sujets de société ou encore à sensibiliser à des attentes d’entreprises. Elle participe donc toujours un peu du guidage, même si les experts nommés peuvent être de valeur.

9L’élection par les pairs se rattache plus directement à des principes de démocratie professionnelle. Elle est utilisée largement pour le recrutement du Conseil national des universités et pour celui du Comité national de la recherche scientifique. Mais le vote effectué sur des listes de « chers collègues » ou sur des programmes très généraux, s’il permet d’affirmer le poids des personnels ne protège guère des risques corporatistes.

10Il est aussi une troisième modalité de sélection possible des évaluateurs de la recherche et de l’enseignement supérieur, plus utilisée chez nos voisins qu’en France, c’est le tirage au sort. Son côté aléatoire et presque provocant peut être corrigé en pratique par un découpage en plusieurs collèges et la constitution préalable de listes de volontaires.

11Au total, aucune de ces formules n’étant sans reproche, il serait utile pour constituer des contrepoids et éviter au maximum la partialité des jugements de combiner les trois modalités.

12L’évaluation propre au CNRS (le Comité national de la recherche scientifique) est-elle réformable en ce sens ? Ou bien les verrous sont-ils devenus tels qu’il fallait créer un dispositif nouveau d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur ? C’est ce qu’on a fait récemment. Mais pourquoi, alors, le priver des modalités pluralistes de sélection des experts qu’on vient d’évoquer ? Et comment croire que ce dispositif doive nécessairement être national et central, au moment où l’on vient d’adopter la loi Libertés et Responsabilités des Universités destinée à rendre les universités beaucoup plus autonomes ? Il y a un curieux paradoxe à centraliser ainsi l’évaluation alors que, mieux distribuée dans les régions et les établissements, elle serait un outil d’apprentissage et de pilotage essentiel des autonomies à développer.

Conserver une programmation scientifique en propre ?

13Le troisième outil essentiel des grands établissements, et le plus ambitieux, est ce qu’on appelle une politique scientifique. Cela consiste à la fois à pouvoir définir des priorités thématiques, à structurer des équipes de travail et à allouer des moyens de recherche en conséquence. Au CNRS, ce sont de telles modalités qui ont été progressivement élargies au cours des décennies, depuis les Actions thématiques programmées des années 1960 jusqu’aux Programmes interdisciplinaires de recherche des années 1990, en passant par de nombreux instruments de pilotage intermédiaires.

14Cependant, ce pouvoir de pilotage n’a jamais été exercé par les grands organismes seuls, sans concurrences ou coopérations obligées. Dès les années 1960, la jeune Délégation générale à la recherche scientifique et technologique monte des programmes de recherche sur un mode contractuel avec des équipes universitaires ou  de grands organismes de recherche. Avec la structuration nouvelle du ministère de la Recherche, qui lui succède après 1981, les choix programmatiques deviennent systématiquement négociés avec le CNRS et les autres organismes. Et l’initiative des politiques de recherche de ces organismes est devenue plus restreinte encore avec la création récente de l’Agence nationale de la recherche (ANR).

15Le président propose d’aller plus loin encore sur ce point : « A terme, les organismes ne devraient conserver en propre que les activités qui gagnent à être organisées et coordonnées au plan national. Je pense aux grands moyens de calcul, aux bases de données, aux grands équipements mais aussi aux programmes qui requièrent un regroupement de nos forces et une coordination nationale, comme le font déjà certains instituts au sein des organismes de recherche … ».

16On a envie de dire : chiche, mais pas n’importe comment !

17D’une part, il faudrait que le modèle des instituts ne bénéficie pas qu’aux seules sciences « dures », comme les routines le font souvent penser. Les sciences de l’homme et de la société ont autant besoin de se structurer autour de pôles et de grands équipements (bibliothèques, moyens de calcul, bases statistiques) ainsi que de programmes prioritaires d’enquêtes, par exemple. Ce n’est donc pas un seul institut mais plusieurs qui devraient leur être destinés, au sein d’un ensemble étoffé, comme c’est le cas par exemple en Allemagne avec les instituts Max Planck (environ 80 instituts au total, pour l’ensemble des disciplines scientifiques). D’autre part, comme le montre également l’expérience allemande, ces grands centres thématiques de recherche, répartis à travers tout le pays, n’ont pas vocation à être le simple accompagnement des universités. Ils doivent être positionnés au centre des réseaux de recherche les plus avancés, pour pouvoir faire ce travail de coordination et d’organisation scientifique que le gouvernement semble appeler de ses vœux.

18Par ailleurs, il conviendrait de clarifier de surcroît les règles du jeu proposées par le discours présidentiel. En effet, la célébration opérée à plusieurs reprises des « projets blancs » de l’ANR (c’est-à-dire ceux qui ne sont pas directement thématisés et qui constituent des initiatives propres des équipes de recherche) paraît bien ambiguë. Car le CNRS est actuellement invité à se repositionner sur la recherche amont et les percées scientifiques à long terme, pour laisser la recherche incitative de court terme à l’ANR et aux ministères techniques. Dès lors, dans cette division du travail, l’ANR n’aurait pas vocation à développer les projets blancs. Or, si elle y est encouragée, comme dans le récent discours programme du président, c’est qu’elle concurrencera de fait le CNRS sur tous les terrains à la fois. Ce qui tendra à marginaliser celui-ci ou à le prendre en étau entre les universités et l’ANR …

19On le voit, par conséquent, le discours du Président est habile, mais comme toujours le diable est dans les « détails », petits et grands. La méfiance sera donc de rigueur, mais des potentialités existent avec les formules des instituts de recherche à l’Allemande et des ouvertures paraissent encore possibles. Voudra-t-on les saisir ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Gaudin, « Comment organiser la recherche en France ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, La recherche en France, mis en ligne le 05 mars 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/16732

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Gaudin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page