Navigation – Plan du site
Elections en France

Typologie socio-électorale des principales villes françaises : de la veille au lendemain des élections municipales 2008

Céline Colange

Entrées d’index

Mots-clés :

France, élection
Haut de page

Texte intégral

1Dans un précédent article, nous avons élaboré une typologie socio-électorale des principales villes françaises à la veille des élections municipales du mois de mars 2008. Dans un contexte de progression électorale de la gauche gouvernementale (notamment du parti socialiste) dans les villes centre, et plus précisément dans celles de la France de l’ouest, cette étude reposait sur l’analyse conjointe de multiples indicateurs de différenciation socio-économique et de diverses variables caractéristiques du comportement électoral entre 1995 et 2007. Cette analyse nous avait permis de classifier les métropoles selon six grands groupes, correspondant chacun à un type de composition sociale et à un vote défini. Les dimanches 9 et 16 mars se sont déroulés les élections municipales et cantonales. Aussi, il nous a semblé intéressant de renouveler cette étude en y intégrant les tendances de vote à l’issue du premier tour des municipales afin de vérifier si les tendances observées dans notre étude précédant le scrutin se confirment, ou si au contraire, elles s’inversent dans certaines communes. Nous avons jugé plus judicieux de tenir compte principalement des résultats du premier tour, car plusieurs villes parmi celles étudiées ont désigné leur maire dès le 9 mars. Nous avons donc pris en compte quatre nouveaux indicateurs politiques pour cette nouvelle analyse : le vote pour les listes de la gauche de gouvernement (socialistes, communistes, verts, divers gauche), de la droite de gouvernement (UMP, Nouveau Centre, divers droite et souverainistes), le vote pour les listes du MODEM et du Front National (dans les communes où ils présentaient des candidats).

2Les quatre premiers axes de l’ACP expliquent près de 73% de l’inertie totale du nuage de points. Le premier axe rassemble 35,84% de l’inertie du nuage. C’est un axe politique opposant la gauche et le centre à la droite et l’extrême droite. Le second axe qui conserve 18,96% de l’inertie se fonde sur des critères de différenciation sociales et économiques. (graphiques 1 et 2). Les axes 3 et 4 contiennent moins de 10% de l’inertie du nuage. Ils ne seront pas étudiés car peu significatifs.

3L’analyse en composantes principales permet de classer les villes selon six groupes. La typologie est, à quelques exceptions près, identique à celle observée précédemment avant le premier tour des élections municipales(graphique 3 et carte 1).

4Le premier groupe réunit les villes du littoral méditerranéen et son arrière-pays (Cannes, Nice, Toulon, Béziers, Ajaccio, Perpignan, Nîmes, Marseille, Avignon, Arles). Ces communes se distinguent par un vote traditionnellement de droite et une sur-représentation de la protestation (abstention, vote extrémiste). A l’exception de la commune d’Arles, où le maire sortant communiste a été reconduit dans ses fonctions, et celle d’Ajaccio, toutes ces villes ont élu ou réélu un maire de droite lors de scrutin. Les progrès de la gauche y sont nettement plus faible, même si à Marseille le sortant UMP Jean-Claude Gaudin est parvenu à conserver sa mairie de justesse, avec seulement deux sièges de plus que son adversaire socialiste. Ce groupe comprend également les villes de Colmar, Troyes, Mulhouse et Beauvais qui possèdent des caractéristiques sociales et politiques proches. Il convient cependant de noter que la ville de Mulhouse, anciennement dirigée par le parti socialiste n’a pas réellement « basculé » à droite, mais ce changement d’étiquette s’explique par le ralliement de Jean-marie Bockel, maire sortant réélu, au gouvernement de François Fillon et à la politique d’ouverture de Nicolas Sarkozy.

5Le deuxième groupe rassemble une majorité de villes industrielles et ouvrières du nord et de l’est de la France, dont plusieurs sont touchées par les problèmes du chômage, des délocalisations et des reconversions. Ces communes se caractérisent par une sur-représentation du vote Front National (plus de 10% des exprimés à la présidentielle) et une faible progression de la gauche. Parmi celles-ci, Le Havre, Montauban et Bourges ont réélu un maire de droite, Charleville-Mézières, Dunkerque et Belfort un maire de gauche. Les villes de Reims, Metz, Valence et Saint-Etienne ont « basculé » de la droite vers la gauche, souvent en raison de la division des candidatures à droite dans le cadre de triangulaires. Calais fait figure d’exception dans ce contexte favorable à la gauche puisque ce fief du parti communiste depuis de nombreuses années a été remporté par une jeune élue de l’UMP.

6Le troisième groupe comprend des villes qui ont majoritairement voté pour François Bayrou et Ségolène Royal lors des dernières élections présidentielles. Certaines communes comme Lille, Le Mans, Brest, La Rochelle, Limoges ou Clermont-Ferrand sont restées à gauche au soir des élections municipales de ce printemps 2008. Les villes de Cholet et de Châteauroux sont toujours gérées par la droite municipale. En revanche, les urnes ont accordé la victoire à la gauche dans trois villes anciennement de droite : Laval, Lorient et Amiens où l’ancien ministre de l’éducation nationale Gilles de Robien a été sévèrement battu par le candidat socialiste encore inconnu en Picardie quelques semaines auparavant.

7Le quatrième groupe se compose de villes tertiaires et universitaires où la gauche est en net progrès tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle locale. Il réunit des communes ancrées à gauche depuis plusieurs années telles Nantes, Grenoble, Montpellier, Angers, Chambéry  ou Lyon mais aussi des villes qui ont été reconquises après une défaite en 2001 comme Rouen où la députée socialiste Valérie Fourneyron a éliminé le maire sortant Pierre Albertini dès le premier tour, ou Strasbourg, où Fabienne Keller n’a pas résisté face à Roland Ries. Le cas de Toulouse, passée à gauche après 37 ans de domination centriste, illustre ses progrès dans la région Midi-Pyrénées au cours de ces dernières années. Quant à la ville Pau, elle a finalement été remportée par la candidate socialiste Martine Lignières-Cassous dans le cadre d’un duel très serré avec François Bayrou. Dans ce groupe, seule la ville d’Orléans est restée à droite à l’issue de ces élections.

8Le cinquième groupe rassemble les villes de Rennes, Quimper, Poitiers et Niort. Celles-ci se distinguent par une sur-représentation de la gauche, en particulier lors des élections présidentielles. Dans notre précédente analyse, nous avons expliqué ce vote par un probable « effet d’amitié locale » pour Ségolène Royal puisque la candidate socialiste était originaire de la région du Poitou. Néanmoins, il semble que ce sur-vote pour la gauche ne se résume pas un simple effet de candidature puisque à l’occasion de ce scrutin municipal, ces quatre villes ont toutes élu un maire de gauche.

9Le dernier groupe réunit les villes de Paris, Nancy, Bordeaux et Aix-en-Provence. Hormis Aix, ces villes sont celles où la gauche a le plus progressé au cours de ces dernières années. Elle se caractérisent par une sur-représentation du vote de gauche au niveau national. Néanmoins, si le candidat socialiste Bertrand Delanöé a été réélu à la tête de la capitale en confortant son assise en terme de nombre de suffrages et si Nancy a « basculé » à gauche, les communes de Bordeaux et Aix-en-Provence sont restées à droite.

10Les élections municipales des 9 et 16 mars 2008 constituaient le premier test électoral national pour Nicolas Sarkozy depuis son installation à l’Elysée il y a à peine dix mois. Souvent caractérisées d’élections « intermédiaires », ce scrutin représentait un enjeu important pour les principales forces politiques en présence. Les résultats traduisent une nouvelle vague rose puisque le parti socialiste gèrent désormais la grande majorité des villes de plus de 30 000 habitants (carte 2). Les conclusions de notre analyses réalisée peu avant ce scrutin semblent donc se confirmer. Cependant, cette défaite de la droite ne doit pas être interprétée uniquement comme un vote « sanction » à l’égard du gouvernement. Plusieurs facteurs nécessitent d’être pris en considération pour comprendre cette nouvelle géographie : la faible participation au premier comme au second tour, et le caractère local de ces élections où les électeurs votent davantage pour une personnalité et pour un projet municipal que pour un parti. Aussi, si on retient l’exemple de la ville de Bordeaux, ceci explique pourquoi, malgré un contexte favorable, les électeurs ont très majoritairement réélu Alain Juppé à la mairie dès le premier tour.

Carte 1 : Tendance politique des maires des principales villes françaises élus en 2008

Carte 1 : Tendance politique des maires des principales villes françaises élus en 2008

Carte 2 : Typologie socio-électorale des principales villes françaises au lendemain des élections municipales 2008

Carte 2 : Typologie socio-électorale des principales villes françaises au lendemain des élections municipales 2008

Graphique 1 : Premier plan factoriel d’une Analyse en Composantes principales des villes selon leurs caractéristiques sociales et électorales : position des villes

Graphique 1 : Premier plan factoriel d’une Analyse en Composantes principales des villes selon leurs caractéristiques sociales et électorales : position des villes

Graphique 2 : Premier plan factoriel d’une Analyse en Composantes principales des villes selon leurs caractéristiques sociales et électorales : position des variables

Graphique 2 : Premier plan factoriel d’une Analyse en Composantes principales des villes selon leurs caractéristiques sociales et électorales : position des variables

Graphique 3 : Typologie socio-électorale des principales villes françaises au lendemain des élections municipales 2008

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/17033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Carte 1 : Tendance politique des maires des principales villes françaises élus en 2008
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/17033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Carte 2 : Typologie socio-électorale des principales villes françaises au lendemain des élections municipales 2008
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/17033/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Graphique 1 : Premier plan factoriel d’une Analyse en Composantes principales des villes selon leurs caractéristiques sociales et électorales : position des villes
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/17033/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Titre Graphique 2 : Premier plan factoriel d’une Analyse en Composantes principales des villes selon leurs caractéristiques sociales et électorales : position des variables
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/17033/img-5.png
Fichier image/png, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Colange, « Typologie socio-électorale des principales villes françaises : de la veille au lendemain des élections municipales 2008 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Elections en France, mis en ligne le 20 mars 2008, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/17033

Haut de page

Auteur

Céline Colange

Laboratoire MTG – UMR 6266 IDEES, Université de Rouencolange_celine@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page