Navigation – Plan du site
2007
362

Caractéristiques spatiales de la formation des surcotes marines dans le Golfe du Lion. Spatial charcateristics of sea-surges formation in the Gulf of Lions

Spatial characteristics of sea-surges formation in the Gulf of Lions
Albin Ullmann et Paolo Antonio Pirazzoli

Résumés

Cette étude est basée sur l’analyse de quatre séries marégraphiques localisées autour du Golfe du Lion. Pour chaque valeur de niveau marin, la marée astronomique a été retranchée afin de ne garder que la valeur de la surcote marine, c'est-à-dire le niveau de la mer uniquement forcé par les conditions météorologiques. Le but est de réaliser une analyse spatiale du comportement des niveaux marins extrêmes dans le Golfe du Lion sous l’influence de ces conditions météorologiques. Les variations des surcotes sont spatialement fortement corrélées entre elles autour du Golfe du Lion. A cette échelle, leur formation est associée à un fort vent régional de secteur sud qui va pousser et accumuler la masse d’eau vers la côte et ainsi élever le plan d’eau. Mais localement, en raison de l’exposition particulière de la côte et de son ouverture sur la mer, les pics de surcotes sont associés à des directions de vents de sud bien particulières. Par ailleurs, à Marseille et Port-Vendres, les caractéristiques géographiques locales des côtes permettent la formation d’une forte surcote dans des conditions de vents de Nord. La prise en compte de différentes échelles spatiales et temporelles est cruciale pour améliorer notre connaissance des risques littoraux associés aux surcotes marines dans le Golfe du Lion.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements au SMNLR (Service Maritime et de la Navigation du Languedoc Roussillon) pour les séries marégraphiques. A. Ullmann est financé par IMPLIT (Impact des événements extrêmes sur les hydrosystèmes du littoral méditerranéen français) sous le contrat du GICC-2 (Gestion de l’impact du changement climatique), Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable. Cette étude est également une contribution au projet DISCOBOLE, Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable.

Introduction

1Les impacts d’une élévation du niveau marin (comme les submersions ou les phénomènes d’érosion du littoral) dépendent de l’amplitude, de l’échelle de temps et aussi de la réponse humaine apportée face à ces aléas (Paskoff, 1993). Dans le contexte du changement climatique, les récents modèles de prédiction prévoient une élévation du niveau marin pour le 21ème siècle (IPPC, 2001). Cette estimation est favorable à l’augmentation des risques de submersion et d’érosion des zones littorales basses. Cependant, la plupart de ces événements se produisent lors des tempêtes liées au passage d’une forte dépression (Bouligand et Pirazzoli, 1999). Ces épisodes tempétueux entraînent une élévation anormale du niveau marin le long du littoral, lié à la baisse de la pression atmosphérique (effet barométrique inverse) et aux forts vents qui poussent et accumulent la masse d’eau vers la côte (Pirazzoli et al, 2006). Le niveau de la mer observé est alors supérieur à celui normalement atteint par la marée astronomique. C’est ce que l’on appelle la surcote marine ou la marée météorologique.

2Le Golfe du Lion est situé au Nord-Ouest du bassin méditerranéen occidental (figure 1). Les côtes françaises s’étendent sur environ 200 kilomètres de Port-Vendres à Marseille (figure 1). Elles présentent deux orientations principales. Une composante Est-Ouest pour la partie orientale du golfe et une composante Nord-Sud pour la partie occidentale. Les fortes surcotes y sont liées à la présence d’une dépression au niveau du Golfe de Gascogne (Moron et Ullmann, 2005). Le principal forçage est le vent qui lui est associé et qui tourne autour de la dépression dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (dans l’hémisphère Nord). Les côtes du Golfe du Lion sont alors grandes ouvertes aux vents de mer soufflant du sud, capables de pousser la masse d’eau vers les côtes et entraîner une élévation importante du niveau de la mer sur le littoral. Elles sont densément peuplées, principalement basses et sableuses mais parfois localement rocheuses comme à Port-Vendres et à Marseille (Sabatier et al., 2004). Le littoral du Golfe du Lion est ainsi potentiellement soumis aux risques de submersion et d’érosion. Il est donc important d’apporter une analyse spatiale sur la formation de ces surcotes marines afin de mieux comprendre le comportement de ces événements marins extrêmes.

3L’objectif de cette étude est d’abord d’analyser, à l’échelle du Golfe du Lion, les variations des surcotes à différents pas de temps et d’en dégager ensuite des particularités locales. L’analyse des paramètres météorologiques associés aux événements de fortes surcotes tentera ensuite d’apporter des explications sur ces caractéristiques régionales et locales afin d’améliorer la connaissance de l’aléa que représente la surcote par rapport à la vulnérabilité du littoral.

Données et méthodes

4Cette étude est basée sur l’analyse de quatre séries marégraphiques enregistrées au pas de temps horaire presque uniformément réparties autour du Golfe du Lion : Grau-de-la-Dent en Camargue (43°3N - 5°E), Sète (43°1N - 3°4E) et Port-Vendres (43°01N - 3°02E) de 1986 à 1995 et Marseille (43.1°N - 5.22°E) en 1986 et de 1998 à 2003. Les données de l’année 1986 à Marseille sont les seules communes avec les trois autres stations. Les séries marégraphiques horaires du Grau-de-la-Dent, Sète et Port-Vendres ont été validées et proviennent du Service Maritime et de la Navigation du Languedoc Roussillon (SMNLR). Les données de Marseille ont été obtenues sur le site internet du Système d’Observation du Niveau des Eaux Littorales (http://www.sonel.org). Toutes les données sont exprimées (ou ont été transformées) en heures universelles (UT+0). Le système altimétrique de référence est le Niveau Général Français (NGF).

5Pour chaque valeur horaire de hauteur d’eau enregistrée, la marée astronomique correspondante a été calculée grâce au logiciel POLIFEMO (Tomasin, 2005). Le but est de soustraire la valeur de la marée astronomique de nos données afin d’extraire la surcote marine qui correspond à la hauteur du plan d’eau uniquement forcée par les conditions climatiques et météorologiques. Le logiciel réalise une analyse harmonique sur les données disponibles afin d’extraire les différentes constantes de la marée astronomique. Dans le cas présent, POLIFEMO en utilise 7: M2, S2, N2, K2, K1, O1, P1(respectivement « période lunaire moyenne », « période solaire moyenne », « période elliptique lunaire majeure», « déclinaison luni-solaire semi diurne », « déclinaison luni-solaire diurne », « période lunaire majeure », « période solaire majeure »). Compte tenu de la faible amplitude de la marée astronomique en Méditerranée (oscillation entre -15 et +15 cm), un nombre limité de composantes est ici suffisant pour calculer cette marée. L’utilisation des séries de hauteurs de surcotes par rapport à celle des données marégraphiques brutes permet d’analyser aussi indépendamment que possible les épisodes climatiques et météorologiques associés aux élévations extrêmes du niveau marin.

6Par ailleurs, les surcotes dépassant le seuil de 40 deviennent géomorphologiquement actives dans les processus d’érosion du littoral autour du Golfe du Lion (Bruzzi, 1996). Nous appellerons donc « fortes surcotes » celles dépassant ce seuil car ayant un impact réel sur le littoral. De plus, la grande majorité des ces événements se produisent durant l’hiver, principalement d’octobre à mars (Bruzzi, 1996). Toutes les analyses de cette étude se concentrent ainsi sur cette période.

7Les séries de surcotes obtenues ont été comparées avec les mesures tri-horaires (heures universelles) de directions et vitesses du vent enregistrées dans des stations proches et obtenues par Météo-France à Port-Vendres, Sète et Cap Couronne (43°2N – 5°05E). Les directions de vents sont généralement enregistrées par classes de 20°, calculées dans le sens des aiguilles d’une montre par rapport au Nord géographique (figure 1) et correspondent à la direction moyenne du vent durant les 10 minutes précédant la mesure. La vitesse du vent correspond à la moyenne (en m/s) et est mesurée avec le même intervalle de temps que les directions.

Figure 1: Localisation

La formation des surcotes marines dans le Golfe du Lion

Les variations à différentes échelles de temps

8Les séries horaires de surcotes autour du Golfe du Lion sont fortement corrélées entre elles avec des coefficients toujours supérieurs à 0.7 (table 1). Les corrélations entre les maximums journaliers sont également très fortes (table 1). Bien que le Grau-de-la-Dent et Marseille soient les stations les plus proches, les corrélations sont les plus faibles (table 1). De plus, il est intéressant de souligner que les variations horaires et celles des maximums journaliers des surcotes à Marseille sont les plus fortement corrélées avec celles de Port-Vendres bien que ces deux stations soient les plus éloignées l’une de l’autre (table 1 et figure 1). A partir des moyennes mensuelles, les corrélations spatiales entre les différentes stations sont encore plus fortes mais les différences entre les stations sont atténuées (table 1).

Table 1: Corrélation entre les valeurs des surcotes horaires (haut du tableau) et entre les valeurs des surcotes maximums journalières (bas du tableau) de 1986 à 1995 entre Grau-de-la-Dent, Sète et Port-Vendres et en 1986 seulement avec Marseille.

9Autour du Golfe du Lion, les variations des hauteurs des surcotes marines sont spatialement très ressemblantes à différentes échelles de temps. Malgré la forte cohérence régionale de ces variations, il est intéressant de noter qu’à une échelle de temps assez fines (horaire ou journalière), elles semblent être les plus ressemblantes entre les deux stations pourtant les plus éloignées. Par contre, pour les deux stations les plus proches, Marseille et le Grau-de-la-Dent (éloignées seulement de 40 Km), elles sont le plus faiblement corrélées. Cependant, avec les moyennes mensuelles, ces différences n’existent plus. Les stations de Marseille et Port-Vendres montrent d’une part des expositions bien particulières par rapport à la l’exposition générale du Golfe du Lion et celles du Grau-de-la-Dent et de Sète (figure. 1). D’autre part,  elles présentent des côtes rocheuses alors que les stations de Sète et du Grau-de-la-Dent (ainsi que la majorité du littoral du Golfe du Lion) présentent des côtes basses et sableuses. Ces particularités semblent influencer les variations de la hauteur des surcotes à l’échelle locale et pour des pas de temps fins.

La cohérence spatiale des événements extrêmes

10Le calcul des probabilités d’occurrences simultanées des surcotes entre les différentes stations nous permet d’analyser la cohérence spatiale de leur formation et notamment de celle des événements extrêmes. Les scores probabilistes ont été calculés entre le Grau-de-la-Dent, Sète et Port-Vendres, sur la période 1986-1995, à partir des maximums journaliers pris à différents seuils. Les données de surcotes de l’année 1986 à Marseille sont les seules communes avec celles de Sète, de Port-Vendres et du Grau-de-la-Dent. Les probabilités entre Marseille et ces trois autres stations ont ainsi été calculées seulement pour cette année. Pour les surcotes de faible intensité (<30 cm), la probabilité que ces événements se produisent le même jour dans les 4 stations autour du Golfe du Lion est très forte (>80%) (figure 2). Mais plus le niveau de surcote devient important, plus la probabilité que l’événement se produise le même jour partout autour du Golfe du Lion diminue (figure 2). Cependant, elle reste forte entre le Grau-de-la-Dent et Sète (>70% pour les fortes surcotes >40 cm), mais diminue fortement entre le Grau-de-la-Dent et Port-Vendres ou entre Sète et Port-Vendres (figure 2). De plus, la probabilité qu’une forte surcote à Marseille se produise le même jour à Sète et au Grau-de-la-Dent ne dépasse pas 45%, mais reste élevée (>60%) avec Port-Vendres. Une fois de plus, la cohérence spatiale dans la formation des surcotes marines est importante à l’échelle régionale et les surcotes de faible intensité se produisent généralement les mêmes jours partout autour du Golfe du Lion. En revanche, pour les fortes surcotes, la probabilité qu’un événement se produise le même jour à deux stations proches n’est forte qu’entre le Grau-de-la-Dent et Sète. Par contre, cette probabilités est forte entre Port-Vendres et Marseille, pourtant les deux stations les plus éloignées l’une de l’autre (figure 1). Là encore des caractéristiques locales semblent déterminer des différences de comportement dans la formation de ces événements marins.

Figure 2: Probabilités des occurrences  simultanées des maximums journaliers des surcotes pris à différents seuils (a) entre Grau-de-la-Dent (GD), Sète (SE) et Port-Vendres (PV) sur la période 1986-1995 et (b) entre Marseille (MA) et Grau-de-la-Dent, Sète et Port-Vendres en 1986 seulement.

Les conditions météorologiques associées aux fortes surcotes dans le Golfe du Lion

11Dans des bassins semi fermés comme la mer Méditerranée, les facteurs météorologiques les plus importants dans la formation des surcotes marines sont les vents qui tendent à pousser la masse d’eau qui va s’accumuler vers les côtes et entraîner ainsi une élévation du plan d’eau. Pour chaque valeur de surcote, prise à différents seuils, les directions et les vitesses du vent ont été déterminées aux stations météorologiques les plus proches au moment de la surcote et durant les 5 heures précédentes (pour avoir au moins 2 mesures tri-horaires de vent pour chaque valeur horaire de surcote). Au Grau-de-la-Dent et à Sète (sur la période 1986-1995), plus de 50 % des surcotes > 20 cm sont associées à des vents soufflant de 80° à 120° mais principalement de 100° à 120° (figure 1). Pour plus de 60 % des fortes surcotes au Grau-de-la-Dent, les vents associés soufflent de 100° à 120° (figure 1) et majoritairement de 120° pour celles à Sète (figure 1). Ces vents locaux de Sud-est (figure 1) sont donc responsables de la formation d’un pic local de surcote sur ces côtes.

12A Marseille, seulement 40 Km à l’Est du Grau-de-la-Dent (fig.1), plus de 60 % des surcotes > 40 cm sont associées à des vents de sud soufflant de 120° à 200°. Mais 30% d’entre elles sont également associées à des vents de secteur nord de 280° à 340° (figures 1 et 4). En effet, malgré l’orientation générale Est-Ouest des côtes de cette partie du Golfe, le marégraphe de Marseille est localisée à Endoume sur une côte localement orientée Nord-Sud et ouverte sur la mer vers l’Ouest (figure 1). Par conséquent, elle est également exposée à des vents de Nord-ouest de 280° à 340° capables d’accumuler une masse d’eau au niveau du littoral pour former un pic de surcote enregistré par le marégraphe de Marseille (figures 1).

13On observe un phénomène similaire à Port-Vendres. Les côtes de cette partie du Golfe sont généralement orientées Nord-Sud et ouvertes sur la mer Méditerranée vers l’Est. Mais la station de mesure du niveau marin à Port-Vendres est implantée sur une côte localement orientée Nord-Ouest / Sud-Est, ouverte sur la mer vers le Nord. Plus de 60 % des fortes surcotes sont associées à des vents de secteur sud soufflant principalement de 140° à 200° (figures 1 et 4), mais environ 30 % d’entre elles se produisent également durant des épisodes de vents de secteur nord (320° à 340°) qui peuvent ici localement entraîner un pic de surcote (figures 1 et 4).

Figure 3: Direction des vents associés aux surcotes aux différentes stations météorologiques proches des quatre stations d’enregistrement du niveau marin.

14En ce qui concerne les vitesses des vents, la plupart des fortes surcotes sont associées à des vents de plus de 10 m/s (figure 4).Plus de 75% des surcotes ≥40 cm au Grau-de-la-Dent se produisent durant des épisodes de vents >10 m/s (60% à Sète et Port-Vendres et 70% à Marseille). Pour la relation entre les événements marins extrêmes et la vitesse du vent, les conditions de site ont un rôle moins important. La formation d’un pic de surcote sur une côte dépend surtout de la combinaison favorable entre la direction du vent et l’exposition locale de cette côte. Quant à la vitesse, plus celle-ci est importante, plus le vent semble capable d’entraîner une forte surcote.

Figure 4: Vitesse des vents mesurés aux différentes stations météorologiques proches des quatre stations de mesure du niveau marin en fonction de différents seuils de surcotes.

15Dans le Golfe du Lion, les conditions de vents associées aux fortes surcotes sont régionalement cohérentes. Pour ce Golfe ouvert, exposé sur la mer Méditerranée, les forts vents de mer dépassant les 10 m/s soufflant de secteur Sud sont favorables à la formation d’une forte surcote. Malgré cette homogénéité spatiale régionale, les caractéristiques géographiques locales et surtout l’exposition des côtes et leur ouverture sur la mer entraînent pour chaque station de mesure des associations préférentielles entre direction du vent et forts pics locaux de surcotes. Bien que les fortes surcotes marines sont régionalement associées à une configuration barométrique favorable (dépression sur le Golfe de Gascogne) et aux vents de sud soufflant sur une large fenêtre spatiale, il n’en reste pas moins que les forts pics locaux de ces surcotes sont atteint quand le vent local favorise l’accumulation d’eau sur une zone littorale particulière.

Conclusion et discussion

16Les fortes surcotes marines, importantes et brutales élévations du niveau de la mer liées aux passages des dépressions et aux forts vents associés, constituent le principal risque de submersion et d’érosion du littoral. Leurs formations présentent un signal régional cohérent dans le Golfe du Lion. En effet, à différentes échelles de temps, les variations du niveau des surcotes sont très bien corrélées entre Port-Vendres, Sète, Grau-de-la-Dent et Marseille. Une configuration barométrique sur une grande échelle spatiale (forte dépression sur le Golfe de Gascogne) associé à un vent soufflant de secteur sud expliquent cette cohérence régionale. Cependant, l’analyse des conditions locales de vent permet de montrer des caractéristiques bien particulières dans la formation d’un pic de surcote aux différentes stations de mesures. En effet, pour chaque station, les fortes surcotes sont forcées par des directions de vents de sud localement préférentielles. De plus, malgré ce signal régional similaire, Marseille et Port-Vendres montrent qu’un vent soufflant du Nord peut également être responsable de la formation d’une forte surcote marine. L’exposition locale bien particulière de la côte et son ouverture sur la mer définissent les directions locales des vents favorables à l’accumulation d’eau à cet endroit particulier du littoral et commande la formation d’un pic de surcote. En terme d’impact, de part l’orientation générale des ses côtes, le Golfe du Lion est principalement exposé aux surcotes associées aux tempêtes de sud. Mais c’est localement et à des pas de temps relativement fins que les pics de surcotes vont concrètement submerger et éroder le littoral. Prendre en compte les différentes échelles de temps et d’espace est ici crucial pour améliorer la connaissance de la formation et des variations des ces événements marins particulier mais aussi des risques qu’ils entraînent. De plus, une forte surcote à Marseille associée à un épisode de fort vent de nord ne sera pas accompagnée d’une surcote en Camargue (Grau-de-la-Dent), pourtant situé seulement à 40 kilomètres à l’Ouest, mais plutôt d’une décote. Le vent de nord aura en effet tendance à pousser la masse d’eau vers le large et le niveau marin observé sera alors inférieur à celui normalement atteint par la marée astronomique. Malgré ces différences, la série marégraphique de Marseille reste fréquemment utilisée pour des études géomorphologiques liées à l’érosion et aux risques le long du littoral camarguais. Pour la précision des études scientifiques sur des phénomènes mettant en jeu différentes échelles spatiales, une analyse géographique est une étape primordiale.

Haut de page

Bibliographie

Bouligand R, Pirazzoli P.A, 1999, « Les surcotes et décotes marines à Brest, étude statistiques et évolution ». Oceanologica Acta 22 : 153-166

Bruzzi, C., 1996, « Impact morphosédimentaire des tempêtes sur les côtes de Provence ». Thèse de Doctorat, Université de Provence, Aix en Provence.

IPCC, 2001, Climate change 2001 : the scientific basis. Cambridge Univesity Press, Cambridge, 881 p.

Moron V., Ullmann A., 2005, « Relationship between sea-level pressure and sea level height in the Camargue (French Mediterranean coast) ».  Int. J. Climatol., 25, 1531-1540.

Paskoff R., 1993. Cotes en danger. Pratiques de la géographie. Ed. Masson, Paris, 250 p.

Pirazzoli P.A, Costa S., Dornbusch U., Tomasin A., 2006, « Recent Evolution of surge-related events and assessment of coastal flooding risk on the eastern coasts of the English Channel ». Ocean Dynamics, DOI 10.1007.

Sabatier F., Stive M., Pons F., 2004, « Longshore variation of depth of closure on a micro-tidal wave-dominated coast ». International Conference on Coastal Enginerring 2004, American Society of Civil Engineering, Lisboa, 2329-2339.

Tomasin A., 2005, « The Software “Polifemo” for tidal Analysis ». Tech. Note, 202, ISMAR-CNR, Venice, Italy

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albin Ullmann et Paolo Antonio Pirazzoli, « Caractéristiques spatiales de la formation des surcotes marines dans le Golfe du Lion. Spatial charcateristics of sea-surges formation in the Gulf of Lions », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 362, mis en ligne le 18 janvier 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1708 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1708

Haut de page

Auteurs

Albin Ullmann

ullmann@cerege.frUFR des Sciences Géographiques et de l’Aménagement. Université d’Aix-Marseille I, Aix- en -Provence, France et CEREGE – UMR 6635, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Paolo Antonio Pirazzoli

CNRS-Laboratoire de Géographie Physique, 1 place Aristide Briand, 92 195-Meudon, France

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page