Navigation – Plan du site
2007

Pumain Denise, Paquot Thierry, Kleinschmager Richard, 2006, Dictionnaire La ville et l’urbain, Paris : Economica-Anthropos (collection Villes, dir. D.Pumain), 320 p.

Jérôme Monnet

Texte intégral

1En avant-propos du Dictionnaire La ville et l’urbain, ses auteurs font preuve d’honnêteté et d’humilité en déclarant : « le dictionnaire n’est jamais extérieur à son auteur […], il témoigne de ses maladresses, de ses méconnaissances, de ses préjugés, mais aussi de ses curiosités, ses errances heureuses, ses trouvailles inattendues, ses rapprochements inédits » (p.VI). Cela s’applique aussi à merveille… au lecteur, soumis à la même frustration face à l’impossible exhaustivité (pourquoi « abri » et pas « sans-abri » ?), et qui parcourt les mêmes zigzags dans le lexique urbain, d’autant plus stimulants qu’ils comblent au hasard ses propres ignorances. Celui qui doit faire un compte-rendu de lecture reprend alors à son compte que l’entreprise « dictionnairiste », comme sa critique, ne sont envisageables qu’en acceptant qu’elles reposent « sur la subjectivité de l’auteur, qui sait que la totalité lui échappera toujours ».

2En prenant ce dictionnaire pour guide, amusons nous d’abord à suivre les voies (les termes en italiques font l’objet d’une notice) qui mènent de notice en notice. Cette ville a un plan de rues disciplinaires avec des sens interdits : la géographie urbaine renvoie à la sociologie urbaine, qui semble ignorer la première (ce qui ne surprendra pas grand monde) mais oriente à son tour vers l’anthropologie urbaine, qui apparaît comme une impasse car elle ne renvoie à aucune autre discipline. La géographie, décidément carrefour, mentionne aussi l’écologie, qu’une heureuse situation localise à côté de l’économie urbaine, qui sans cela aurait été un îlot (comme une communauté fermée ou un ghetto ?)… En revanche, la démographie souffre d’une exclusion (ou expropriation ? expulsion ? exurbanisation ? discrimination ? ségrégation ?). Une place est faite à la science-fiction, mais pas à la science politique, bien qu’on trouve la gouvernance urbaine qui mène (à sens unique !) à la politique de la ville. On peut arriver à ces deux dernières en venant tout droit de l’urbanisme. Une pénétrante à double sens connecte ce dernier avec la rocade qui renvoie l’histoire de l’urbanisme à l’histoire urbaine et à l’histoire des villes. Notons que l’urbanisme apparaît comme l’unique débouché de l’architecture urbaine

3Pour se déplacer dans ce labyrinthe, on peut emprunter un Plan de Déplacement Urbain qui ressemble un peu à un Plan d’Occupation des Sols : sur les neuf axes qui partent de l’urbanisme, six (ou sept) mènent vers des notices rédigées par le même auteur, qui fait aussi la promotion de la revue qu’il dirige (ce dont ne bénéficie aucune autre publication…) C’est peut-être une façon de marquer son territoire, voire de donner une centralité à cette agglomération ? Notre espace urbain a une population, dont les acteurs sont le maire, les associations, les ONG, les habitants, les usagers et les touristes (mais pas les citoyens, citadins, voyageurs ou consommateurs), sans autres entrepreneurs que les promoteurs, sans experts mais avec des ingénieurs et des urbanistes... On pourra regretter l’absence (accidentelle ?) des opérateurs, pourtant appelés au sujet des réseaux techniques, tandis qu’on cherche encore ce qu’il y a d’urbain dans le tourisme ou la doxa

4Maladresses, méconnaissances, préjugés, curiosités, errances heureuses, trouvailles inattendues et rapprochements inédits : le programme est donc tenu… Cependant, demeure posée la question : quand on ne lit pas le dictionnaire en zigzag (comme ici, mais comme on a rarement l’occasion de le faire) et plutôt comme un utilitaire, à portée de la main pour vérifier les acceptions ou le contexte d’un terme, cet ouvrage nous rend-il service ? De ce point de vue, j’ai rencontré quelques biais problématiques. L’un tient à la contextualisation des définitions offertes par les notices : souvent, le référent français d’un usage lexical n’est qu’implicite, alors que les références à des usages étrangers sont bien plus explicites (exemples : concertation versus advocacy planning). Cela perpétue le préjugé que ce qui concerne la France a valeur générale, tandis que ce qui caractérise l’étranger ne vaut que pour un espace-temps bien défini… Un autre biais semble déséquilibrer la relation entre les formes matérielles et les acteurs urbains au profit des premières : tandis que la notice habitat s’étend sur 51 lignes, la notice habitant se limite à 8 lignes. Enfin, certains partis-pris, justifiables dans un essai, le sont plus difficilement dans un dictionnaire. Par exemple, la notice espace public affirme que « le ‘sens commun’ attribue à [ce] terme une autre acception que celle de son usage originel ». Or, dans les trois pages de cette longue notice, rien ne sera dit sur cette acception ‘commune’ (on doit deviner qu’il s’agit de l’espace caractérisé par les fonctions de circulation), tandis que le « sens premier » sera réduit au lieu métaphorique du dialogue politique (invoquant Habermas sans rien dire de l’ambiguïté de la traduction française de « Offentlichkeit », terme dont la dimension spatiale ne va pas de soi en allemand).

5Voilà un dictionnaire qui exige de ses lecteurs d’être cultivés au sujet de la ville pour pouvoir en exploiter ses notices et ses définitions. Serait-ce désormais une utopie de vouloir aborder l’urbain ou découvrir la Zwischenstadt sans connaître préalablement sur le bout des doigts les débats savants ? Cependant, ce qui est peut-être le plus original dans cet ouvrage, c’est son caractère hétéroclite, qui apparaît comme une vertu : loin de mettre tous les objets et tous les sujets sur le même plan avec des notices parfaitement calibrées et homogénéisées, ce dictionnaire réussit à éviter la standardisation de ses notices en leur conservant une diversité de styles, de longueurs, de profondeurs et de références qui finit par offrir une image juste de la ville : chaotique et structurée, c’est-à-dire complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Monnet, « Pumain Denise, Paquot Thierry, Kleinschmager Richard, 2006, Dictionnaire La ville et l’urbain, Paris : Economica-Anthropos (collection Villes, dir. D.Pumain), 320 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 23 janvier 2007, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1722

Haut de page

Auteur

Jérôme Monnet

Université de Toulouse-Le Mirail. Institut universitaire de France.
monnet@cict.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page