Navigation – Plan du site
2006
341

Six géographes en quête d’engagement : du communisme à l’aménagement du territoire. Essai sur une génération

Six geographers seeking political "engagement": from Communism to regional planning. Essay on a generation

Claude Bataillon

Résumés

A partir de souvenirs personnels et d’entrevues ou conversations avec Raymond Guglielmo, Bernard Kayser, Yves Lacoste, André Prenant, Michel Rochefort, un panorama concernant les cinq géographes français ci-dessus nommés, ainsi que Raymond Dugrand, tous nés entre 1923 et 1927. Tous ont appartenu au Parti communiste Français, tous ont participé aux mutations de la géographie française issues de la Seconde Guerre mondiale : naissance de l’aménagement du territoire, des études urbaines, de la géographie du Tiers-Monde à travers la décolonisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Une première version de ce texte, sous le titre « Autour de Bernard Kayser : Une génération
  • 2  "Table ronde imaginaire sur la géographie universitaire française, 1930-1940", textes recueillis, (...)

1Mon propos est de réunir1 divers souvenirs, divers documents, pour mettre en situation la vie de quelques géographes en partant de ce qu’ils ont eu en commun. Une génération? Oui, mes six collègues sont nés entre 1923 et 1929. Mais, pour être intéressante, une génération n’est pas une tranche démographique "scientifiquement" établie. C’est un réseau de relations. J’avais, en un temps2, fait dialoguer dans la revue Hérodote une "génération de 1907" : c’est en tant qu’organisateurs privilégiés de la profession de géographe juste à la charnière de la Seconde Guerre mondiale que je les avais choisis. Il faudra un jour regarder la cohorte de ceux, nés dans les années 1915-1923, qui ont donné corps à la géomorphologie en France (sous la houlette d’André Cholley, Jacqueline Beaujeu-Garnier, Jean Tricart, André Journaux, Philippe Pinchemel, François Taillefer et quelques plus jeunes…), et voir comment certains d’entre eux se sont reconvertis aux études d’aménagement, en milieu urbain principalement.

2Mes amis ici rassemblés sont-ils avant tout des novateurs ? Ont-ils été choisis pour leur pouvoir mandarinal affirmé ? La chose est moins simple. Disons pour faire court que ces élèves de Pierre George et/ou de Jean Dresch ont ouvert la géographie en France vers la société et vers la politique. Tous appartiennent à un milieu parisien fortement marqué par la résistance à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce qui pour tous a débouché sur une adhésion au Parti communiste Français, en un mouvement qui rappelle le sous-titre du journal Combat d’alors: " de la résistance à la révolution". Et, plus que tout, ils ont gardé entre eux des liens personnels à travers des parcours professionnels bien différents.

  • 3   J’ai donc récolté une information sur ces six compagnons : trois d’entre eux ont déjà "confessé" (...)

3Essayons de montrer "ce qu’ils ont ensemble", professionnellement (hors des liens personnels, bien sûr3). Sur six, trois passent en début d’études supérieures par la khâgne du Lycée Henri IV à Paris. Ils apprennent la géographie à l’Institut de géographie de Paris entre 1945 et 1950.

4Ils y préparent avec succès l’agrégation de géographie entre 1948 et 1951. Trois sur six y sont reçus premiers, quatre sur six passent à leur première tentative. Deux participent, à l’incitation de Jean Dresch, à un livre militant sur l’Algérie (Lacoste, Prenant). Trois participent sous la houlette de Pierre George à un livre novateur de géographie humaine (La géographie active, George, Guglielmo, Kayser, Lacoste, 1964, PUF).

Tableau 1

5Trois écrivent sous la direction de George des thèses sur le thème des relations ville-campagne dans des régions françaises, soutenues autour de 1960 (Kayser 1958, Rochefort 1958, Dugrand 1963).

6A travers eux nous allons revivre surtout l’immédiat après-guerre de la géographie parisienne, mais nous suivrons un peu plus loin nos personnages dans leurs trajectoires individuelles au cours des décennies suivantes.

Eventails familiaux

7A des degrés très divers, ils ont des ascendances familiales chez les intellectuels qui se rattachent à "la gauche". Leurs familles les conduisent en vacances, ou pour des raisons professionnelles, sur des lieux variés, plus ou moins exotiques : avant l’âge adulte, ils connaissent la variété du monde. Guglielmo est fils d’instituteur parisien : une famille où les vacances s’organisent en visites qui marquent les enfants : Nice, Argeles-Gazost, Arbois… Le désir de voir le monde lui vient de loin. Fils de professeur de philosophie en lycée, Rochefort est surtout fortement ancré dans le milieu local bourguignon (région d’Autun). Les horizons sont vastes pour Lacoste, de par son enfance auprès d’un père géologue dans le Maroc d’avant-guerre, pays pionnier plus que tout autre dans l’Afrique du Nord coloniale. Avec la guerre, il découvre la banlieue parisienne (Bourg-la-Reine), et s’y attache.

8Milieu plus bourgeois pour Bernard Kayser, dont la mère est d’origine américaine et dont le père n’est autre qu’un neveu du capitaine Dreyfus (donc bourgeoisie juive alsacienne). Parisien, Jacques Kayser est de formation juridique, journaliste à l’Agence Havas: un jeune-turc du Parti Radical, lié à Mendes-France. Dans ce milieu, on fréquente des intellectuels (par exemple le romancier André Chamson, ou un cousin éloigné, le musicien Darius Milhau). Jacques Kayser, à la libération, crée et dirige l’Institut de Presse. Un milieu où l’intellectuel est homme d’action, pour une politique vue "d’en haut", dans un cadre moral contraignant.

9Milieu de bourgeoisie intellectuelle aussi pour André Prenant, fils d’une philosophe (qui après guerre dirigera l’Ecole Normale Supérieure de Jeunes Filles, dite de Sèvres), et d’un universitaire lui-même fils d’un professeur d’histologie en Faculté de médecine (à Nancy puis à Paris). Le père d’André, Marcel, est professeur d’anatomie comparée à Paris, militant au Parti communiste dont sa femme est proche, fort impliqué entre 1934 et 1938 dans le Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes créé autour de Paul Rivet. Ici aussi, comme chez Guglielmo, les vacances sont une ouverture au monde : vallée du Giffre en Haute-Savoie, Bretagne (Trinité-sur-Mer, Douarnenez), Catalogne (Rosas, Salardú), Provence (Saint Cyr sur Mer), vacances souvent liées au travail de biologie marine de Marcel Prenant.

10Tout ceci, certes, ne nous donne pas un profil commun, mais peut-être une vision commune de la science qui serait intimement liée à un mélange d’action morale et d’action politique. Ce qui était une sensibilité de gauche dans ces familles si différentes par ailleurs allait se transformer en adhésion au Parti communiste français avec la Seconde Guerre mondiale. En outre, ces familles ont une ouverture sur le monde faite d’intérêt pour la différence, mais aussi pour la nature. Kayser développera le goût de celle-ci à Villeneuve-sur-Lot, nous verrons ci-dessous dans quelles circonstances.

Etudes supérieures, résistance, politique

11Ces jeunes gens arrivent à l’adolescence dans un monde où parallèlement aux "études" qu’il faut pousser rapidement vers un métier, s’imposent les urgences de la guerre et de la politique. Ces urgences font que l’investissement dans le métier d’étudiant, qui va de soi, passe parfois au second plan. Certes les plus jeunes (Rochefort, Lacoste) sont d’âge à rester encore spectateurs du monde chaotique qui les entoure et qui les marque de sa rudesse. N’ayant pas eu l’occasion de participer activement à la Résistance vu leur âge, ils ont acquis d’emblée les préoccupations issues de celle-ci. Les plus vieux sont pris directement dans la tourmente. Guglielmo (le doyen d’âge) entre dès 1940 à la fois en résistance et en politique au parti Communiste. Il nous dit que, dans les milieux "de base" qu’il fréquente, le pacte germano-soviétique importait peu et que la lutte contre l’occupant primait déjà. Arrêté puis vite relâché en 1941 pour un "incident" de distribution de tracts, il est sauvé en 1942 d’une seconde arrestation qui eût été bien plus dangereuse : ceci grâce à l’aide du proviseur du Lycée Henri IV, Jolibois ("on vous attend à la porte principale, passez par le garage à vélos dont voici la clé…"). Guglielmo est alors élève à la khâgne de ce lycée.

12Dugrand, alors élève-maître à l’école normale d’instituteurs de Châteauroux, passe (sans doute en 1943?) au maquis de la Haute-Vienne jusqu’à la fin de la guerre. Prenant succède en 1942-1943 à Guglielmo comme élève d’hypokhâgne à Henri IV, où il adhère aux Lycéens communistes. Au printemps 1943, lors d’une mission liée à la résistance en Franche-Comté, il est arrêté, battu et menacé, mais relâché au bout d’une semaine. De juillet à octobre, il est au maquis FTP (mouvement de résistance lié au Parti communiste) de Haute-Saône, d’où il est muté à l’Etat-Major parisien. C’est surtout en raison des activités de résistance de ses parents qu’il doit se planquer, par prudence, à l’automne, dans la chambre de bonne chez un camarade de classe, Pierre Bataillon. Il y dessine des cartes destinées à préparer des opérations alliées futures. Début 1944, peu après l’arrestation de son père, il évite, par audace et coup de chance, d’être pris chez lui. Dès lors il habite directement dans la chambre de son ami. Il passe néanmoins un certificat de licence sous protection des appariteurs, mais dès mai 1944, il est au maquis d’Achère-la-Forêt, près de Fontainebleau. Il participe à la libération de Paris, puis à la campagne d’Allemagne, incorporé dans l’armée, jusqu’en juin 1945.

13La famille Kayser, dès l’été 1940, se réfugie à Villeneuve-sur-Lot, lieu où le père, Jacques, est démobilisé. Celui-ci part très vite de là pour Londres dont il reviendra comme correspondant de guerre dans les troupes alliées du débarquement de Normandie en juin 1944. Pendant ce temps, les enfants dont Bernard vont au collège de Villeneuve. Dans cette petite ville ils fréquentent une famille "du même bord" : les Denis sont de petits maraîchers, le père est communiste et lié au maquis du Lot et Garonne. En 1944 Bernard rejoint ce maquis et y retrouve la fille des Denis, Renée, sa future femme. Été 1944, Bernard est incorporé dans l’armée et part vers la campagne d’Allemagne à l’automne. Une pneumonie grave fin 1944 le prend en Alsace. Il retourne à Paris et y est démobilisé fin 1945.

L’Institut de géographie de l’Université de Paris, un creuset

14Rappelons qu’une "licence d’enseignement" de géographie, partiellement séparée de l’histoire, est née en 1941 et c’est le même gouvernement de Vichy qui a créé l’agrégation de géographie. Que l’autonomie de la géographie date de ces années n’est pas un hasard : tous ceux qui ont vécu la catastrophe de 1940 pensent que la méconnaissance, de la part des élites, de la nation profonde, rurale ou urbaine, est une des causes de la défaite. Les pratiques "de terrain" nées dans le scoutisme sont prônées par des géographes aussi différents que Louis François, professeur au Lycée Henri IV, résistant, futur inspecteur général, et Pierre Deffontaines, son aîné, dont les méthodes "de terrain" sont adoptées par exemple à l’école de cadres d’Uriage. Le premier concours d’agrégation de géographie, retardé par les "événements", a lieu réellement hiver 1944-45. Dans les universités de province, l’enseignement universitaire de géographie est vers 1945 assuré par deux ou trois professeurs au maximum, flanqués tout récemment d’un unique assistant. En comparaison, l’Institut parisien est bien plus gros et connaît des renouvellements importants. De Martonne est mis à la retraite et André Cholley lui succède en géographie physique : l’enseignement phare (et "naturellement" en même temps la direction de l’Institut) est donc aux mains d’un homme qui laisse le souvenir d’un sens pédagogique très fin, pour une parole familière, d’allure plébéienne, peu habituelle alors en Sorbonne. Les avis divergent sur la rigueur scientifique de cet enseignement. Si Cholley, qui assure alors le décannat de la faculté des lettres de Paris pendant quelques années, est un homme mûr, beaucoup de ses collègues géographes sont près de la retraite. Mais plus généralement, le professorat à la Sorbonne représente une fin de carrière universitaire : mélange de vieux savants géniaux et atypiques et d’une majorité de personnages "à bout de souffle" s’ils en ont eu avant. De toute manière, nul n’entre à la Sorbonne sur le foi de ses dons pédagogiques. Après de Martonne, Max Sorre part en retraite à son tour en 1948. Cet homme profondément original laisse le souvenir d’une parole brouillée (méridionalement rocailleuse) et peu cohérente dans ses cours. Roger Dion quitte au même moment l’Institut de géographie, où il laisse le souvenir d’une parole monotone ; il part pour le Collège de France où il poursuit ses recherches historiques novatrices et profondes. Georges Chabot succède à Cholley pour enseigner la géographie de la France ; cet homme profondément scrupuleux et timide est peu propre à galvaniser les étudiants. Le ton de Aimé Perpillou, en géographie économique, n’est guère stimulant non plus. Charles Robequain met une réserve toute protestante à conter le monde exotique (qui de colonial se transforme alors en tropical dans la terminologie universitaire), dont il connaît si profondément l’Asie. Larnaude, prend en 1948 une retraite qui met fin à un enseignement répétitif sur l’Afrique du Nord. Dans cette équipe, A. Cholley dépasse évidemment ses collègues par ses dons d’enseignant, mais aussi par une vision de la géographie qui se veut globale. Certes, pour lui, l’état des connaissances ne permet un travail scientifique véritable que s’il est fondé sur l’étude du relief terrestre, la géomorphologie. Mais c’est un point de départ qui débouchera un jour vers des combinaisons (c’est le terme de Cholley), c’est à dire des systèmes, plus complexes, incluant l’ensemble des activités humaines.

  • 4 Dresch et George viennent juste d’atteindre la quarantaine. Quant à Tricart, il a vingt cinq ans…

15Un vent nouveau arrive à ce moment. D’abord avec Jacqueline Beaujeu-Garnier, assistante jusqu'en 1946 auprès de Max Sorre, qui enseigne la géographie humaine assez tôt, avant de partir maître de conférences à Poitiers (1947-48) puis professeure à Lille (1948-1960) et à Paris (1960-1986). Dès 1945 arrive comme assistant aussi Jean Tricart, dynamique, attentif, exigeant, voire terroriste aux dires de certains, qui forme les étudiants à la géographie physique et enseigne surtout l’art de l’explication de carte, cœur prestigieux de la discipline et pour certains, objet de crainte sacrée. Arrive surtout Pierre George (1948) dont la parole ferme, claire, soutient en géographie humaine une mise en ordre de l’espace fondée sur une mise en ordre des sociétés. Celle-ci prend en compte les apports de l’économie, de la sociologie, de la démographie. Il en impose, mais surtout il donne à son auditoire une sécurité : le monde est intelligible et il en possède les clés. Arrive aussi son ami et contemporain Jean Dresch, qui ouvre d’emblée le dossier chaud de la colonisation dans son enseignement sur l’Afrique du Nord. Voix vibrante et geste large pour des exposés clairs où sociétés et paysages se répondent avec vigueur4. Tricart, George et Dresch appartiennent au Parti communiste.

Entrer en géographie

16Voici donc le moment où nos amis entrent en géographie à Paris. Pour Guglielmo, Prenant, ou Rochefort, c’est un choix dérivé par rapport à des études antérieures, littéraires ou philosophiques, telles qu’on les pratique en "prépa": ils ont hâte de se libérer du côté scolaire de cet enseignement où l’élève doit avant tout entrer dans un moule qui reste celui du lycée. Kayser aurait souhaité devenir agronome, mais c’est précisément s’enfermer dans une "prépa" pour risquer le concours "agro". Il se lance en géographie par défaut, sans doute sur les conseils de Prenant. Dugrand, dès 1945, s’y lance aussi, quittant l’Ecole normale de Chateauroux. Plus jeune, Lacoste va directement vers une géographie déjà organisée depuis quelques années, peu désireux, lui aussi, de mener des études de "sciences dures" qui l’auraient conduit vers une géologie qui l’attire par ailleurs. Ainsi devenir géographe, c’est pour les uns éviter la stricte spécialisation des "sciences dures", pour les autres quitter la rhétorique des humanités pour la connaissance des sociétés qui nous entourent.

17Que fait-on à l’"Institut" ? On suit des cours, bien sûr, dans une ambiance moins guindée qu’en Sorbonne, où se tiennent les cours d’histoire indispensables pour cette licence "mixte" . On participe à des excursions menées par les maîtres, dont la plus ritualisée, facilement organisable en train vers l’ouest de Paris, est celle du Rû de Gally où officie Cholley. Mais aussi peu à peu, en autocar pour des destinations plus lointaines. Il est notable que certaines de ces excursions soient organisées par le "syndicat" étudiant (Union géographiques de la Faculté de lettres [de Paris] = UGFL) : d’emblée l’initiative revient aux étudiants et les maîtres n’y participent pas (sauf ponctuellement Tricart en Pays de Bray). Il faut replacer cette activité dans son époque : celle qui précède le tourisme automobile de masse. Et après cinq ans de mobilité très limitée, nulle pour aller hors de France et faible au sein de celle-ci, sauf sous la contrainte, pour fuir ou pour aller combattre, retrouver l’ailleurs en renouant avec les vacances d’avant-guerre est un bonheur précieux, liberté que l’on paie volontiers de transports incertains et d’hébergements difficiles. Sans doute, par rapport à l’avant-guerre jouit-on vers 1945 de plus de liberté : il est plus admis de loger n’importe où et les rapports entre filles et garçons sont plus libres, en apparence au moins. On apprend certes de la géographie dans ces excursions, où les anciens initient les plus jeunes à l’interprétation géomorphologique du "terrain". On y pratique plus encore une convivialité qui, hors des salles de cours, fait surgir des leaders (improviser des chansons rituelles est un vrai pouvoir, autant que d’expliquer aux plus jeunes les paysages traversés), noue des alliances stratégiques, ou crée des couples. Puisque la géographie s’apprend avec les pieds, la tradition s’établit d’une excursion pédestre d’une semaine, aux étapes souvent longues, pendant les vacances "de Pâques", organisée par l’UGFL. Elle peut grouper une bonne vingtaine de participants. La première, en 1946, se déroule en Alsace "reconquise".

18Cette UGFL est un lieu fondamental d’apprentissage, renforcé par rapport aux autres disciplines sorbonnardes par l’importance du "terrain", mais aussi par la convivialité du bâtiment même de l’Institut de géographie, assez petit et d’autant mieux pris en main par ses usagers. Certes ce "syndicat" est vaguement affilié à l’UNEF, alors plus préoccupée de services sociaux et de polycopiés que de tâches militantes. Mais surtout, c’est le lieu de passage obligé pour ceux que tente une action sociale et politique au sein de la discipline, en particulier parmi les étudiants disposant de temps libre, c’est-à-dire non-salariés. En 1945 Xavier de Planhol (classé "à droite") préside l’UGFL. Il y coopte au bureau de l’association Jean Malaurie (de même nuance) qui lui-même y fait entrer Prenant (ils se sont connus en khâgne), qui lui-même y coopte Kayser… Puis Maurice Agard et Malaurie sont co-présidents, des deux bords opposés, car ils ont eu le même nombre de voix. Très vite on y trouve Dugrand qui a laissé un souvenir unanime de "grand frère" chaleureux et d’organisateur entreprenant : c’est à son initiative (1949 ?) qu’une enquête systématique (habitat, conditions de vie) est menée par les étudiants de géographie dans le quartier Saint-Victor du 5e arrondissement de Paris (c’est son quartier, "la Maub", célèbre alors pour ses taudis et pour la population marginale qui peuple certains de ses bistrots).

PC et Institut

19Il faut rappeler que, dans les années 1945-53 au moins, le PCF attire massivement les militants potentiels. "Parti des 100 000 fusillés" en 1944, "1er parti de France" par le nombre de ses électeurs en 1945, il propose un modèle de société, celui de l’Union Soviétique. C’est le pays du progrès social grâce à la libération des forces productives que permet le progrès technique. Comme celui des sciences exactes, le milieu des géographes est particulièrement sensible à ce discours. Du coup, la critique libérale comme la critique anarchiste contre le totalitarisme du "socialisme réel" ont en géographie moins de prise que chez les historiens, philosophes, ou sociologues. En corollaire, les prises de position extrêmes sont bien plus marquées dans ces disciplines que chez les géographes : ces derniers se détachent pour la plupart du Parti communiste autour de 1956, c’est à dire au moment de la diffusion du rapport Krouchtchev, mais aussi du mouvement polonais et de la révolte hongroise, ainsi qu'au moment de déception en France pour ceux qui ont cru que les élections du Front républicain pouvaient mettre fin à la guerre d’Algérie. Le plus souvent les géographes se détachent du Parti sans grand bruit, ou ils y restent sur des positions critiques qu’ils considèrent comme compatibles avec une fidélité de principe.

  • 5  Cependant, entre étudiants communistes de géographie, est créé un journal ronéoté, Géographie nouv (...)
  • 6  Une critique de ce marxisme simplifié centré sur la planification est bien résumée par Claude Lefo (...)

20Le noyau du PC est fort à l’UGFL d’après 1945, mais on l’a vu il cohabite avec "la droite" (c’est-à-dire en général les Catholiques) en une convivialité de fait. Les instances étudiantes du Parti (où pèsent une historienne comme Annie Becker [future Annie Kriegel], ou un historien comme François Furet) tancent ce laxisme des géographes. Il semble que la militance des géographes au PC se manifeste surtout par des actions pratiques de propagande, vente de l’Humanité le dimanche matin sur les marchés ou distribution de tracts. Lectures théoriques ou discussions sur celles-ci ont un rôle réduit5. Les voies du mal et du bien sont tracées simplement en 1945-1950, les militants ont des certitudes et forment une élite qui dispose d’une formation très généraliste pour expliquer les sociétés du monde contemporain et plus encore pour y appliquer une volonté de praticiens. Cette volonté d’agir dans la société va de soi pour ces géographes dans cette ambiance de la Libération. Elle est partagée par toutes les nouvelles élites née de la Résistance, mais aussi parfois par une fraction des élites qui ont participé à la "Révolution nationale" de Vichy. Le maître mot de cette volonté est la planification. A beaucoup d’égards le marxisme simplifié diffusé en ces années par le Parti communiste français se résume dans cette planification, dont l’expérience la plus accomplie est réalisée dans cette Union Soviétique dont les réussites techniques sont glorifiées6

  • 7  Paris, Colin, 4 vol. échelonnés entre 1943 et 1952 : les étudiants de 1945 ne peuvent lire que le (...)

21L’enseignement de Pierre George, dont le prestige est grand, comme on l’a vu, donne une grande sécurité à ces étudiants géographes pour coupler leur désir d’action et leur désir de connaissance. Il sait classer les faits dans une typologie évolutive assez simpliste, où les sociétés "primitives" sont prises dans des structures coloniales en voie de décolonisation, débouchant sans doute sur des sociétés capitalistes, qui assurément vont se transformer en sociétés socialistes, c’est-à-dire en particulier des sociétés rationnelles où l’organisation perçue surtout comme technique va assurer le progrès social. Certes, on se moquera vite de ce schématisme qui pouvait déboucher sur des caricatures. Il faut se souvenir qu’il remplaçait la tentative de Max Sorre (Fondements de la géographie humaine7) qui dans sa profusion ne débouchait sur aucune synthèse assimilable par des jeunes gens avides d’action. Tout comme Max Sorre avait essayé d’incorporer à la géographie les résultats des sciences humaines des années 1930-40, George incorpore à la géographie l’économie, la démographie, la sociologie du début des années 1950, mais dans un ordonnancement rationnel, et non selon le pointillisme de son prédécesseur.

22Tricart, George, ou Dresch, font-ils du prosélytisme pour le PC à l’Institut ? Non, sauf peut-être épisodiquement le premier. Leurs convictions vont dans le sens d’un consensus "de gauche", auquel Cholley participe. Ambiance assez consensuelle plus que militantisme dur.

Passer l’agreg

23La grande affaire dans cet Institut est de passer le concours d’agrégation de géographie. Quatre ou cinq postes sont pourvus chaque année vers 1945 et le chiffre dépasse déjà la dizaine par an en 1950. Avant cela, chacun a expédié, vite et légèrement en général, une licence qui peut ne prendre que deux ans d’études, puis en un an un Diplôme d'études supérieures (DES = maîtrise) dont nous reparlerons.

  • 8  Roger Brunet en 1953, Roger Lambert, Michel Grosse, François Durand-Dastès en 1954, etc. Dès le dé (...)

24Certes, pour préparer l’agrégation, il y a des cours et autres apprentissages organisés par les maîtres : peu d’apprentissage de la "dissertation", que chacun est censé savoir déjà rédiger, mais un apprentissage plus substantiel de l’exposé oral et de son accompagnement de présentation de cartes, photos et croquis. Mais compte surtout un travail collectif en petits groupes. Très vite, l’"équipe du PC" apparaît comme l’écurie de course la plus performante. Son existence est attestée au moins depuis l’année scolaire 1947-48. Nicole et Billerey y sont alors candidats malheureux. Gras et Pernet sont reçus. Prenant, coopté par les précédents, est reçu aussi – premier. Tous nos amis passeront par cette écurie, puis d’autres après 1952, dont votre serviteur8. Le noyau constitué (puisque tout le monde n’est pas reçu du premier coup…) coopte des nouveaux, entre solidarité militante et cooptation de chevaux prometteurs, qui au moins acceptent la règle idéologique minimale du groupe. Certains ne sont pas parisiens, mais reçoivent un appui, bien sûr plus limité (Rochefort, Bastié, Rieucau).

  • 9  J’ai eu l’occasion, décrivant ce concours un quart de siècle plus tard, alors qu’il s’était largem (...)

25En quoi consiste l’entraînement dans l’écurie ? En des réunions au minimum hebdomadaires, où on se partage la prise de notes aux cours qui en valent la peine, mais aussi la lecture et le résumé écrit d’ouvrages ou articles pour balayer un vaste programme9. On pourchasse d’éventuels cours professés ailleurs, s’ils ont la vertu d’une clarté synthétique (Ecole Normale de Saint Cloud, voire universités de province). Tout ce matériel, accumulé sur plusieurs années, tourne entre les membres ou est reproduit (l’époque est à la pâte à polycopier). Mais surtout il faut faire rentrer tous ces matériaux dans des cadres stricts pour les restituer au cours des épreuves du concours, dissertations d’écrit ou "leçons" d’oral. C’est-à-dire qu’il faut répertorier les sujets possibles au sein du programme du concours et pour chacun d’eux produire un plan simple et rigoureux, chaque fois discuté par l’équipe. Cet apprentissage n’apparaît pas comme purement scolaire et rhétorique. Il donne l’impression de comprendre un monde sur lequel l’information de l’époque est fragmentaire et d’accès difficile. Parallèlement, on apprend à donner son maximum dans l’épreuve d’explication orale d’une carte. Exercice d’observation et d’interprétation formateur, "travail de terrain sans terrain", mais surtout exercice de style soumis à des règles canoniques sur lesquelles butent ceux qui n’ont pas été initiés dans le sérail. Dugrand et Prenant ont été des maîtres du genre et ce dernier a longtemps été assesseur en la matière auprès de l’UGFL.

Entrer dans la vie : le couple et le lycée

26En ces temps d’études supérieures vite menées, nos amis débouchent immédiatement sur un métier… et sur la formation d’un couple. Pas pour Guglielmo, certes, qui déjà travaille et est père de famille. Mais Kayser, dès qu’agrégé, se marie avec Renée Denis. Prenant, deux ans après le concours, épouse Marie-Anne Thumelin. Quant au couple Lacoste, il était potentiellement constitué précédemment entre Yves et Camille Dujardin. Mariages constitués le plus souvent par des rencontres en milieu étudiant. Dugrand et Tricart épousent deux sœurs. Prenant épouse une philosophe, Lacoste une géographe et Guglielmo une économiste. Rochefort, une géographe brésilienne boursière à Strasbourg. Atypique, Kayser épouse donc une fille de Villeneuve-sur-Lot, qui a dû quitter l’école primaire à treize ans pour travailler la terre.

27Dès la proclamation des résultats du concours d’agrégation, chaque lauréat est reçu par l’inspecteur général membre du jury, qui oriente parfois autoritairement le choix d’un poste par chacun. Aucun poste à Paris même, bien sûr, pour ces débutants. Certains ont le désir de  ne pas s’éloigner de la capitale : pour la vie d’un couple, pour militer, pour rester proche du cocon de l’Institut en vue de travaux de recherche… Pour Guglielmo, dont la femme enseigne à Paris, un poste assez proche, à Fontainebleau, puis, mieux, à Saint Germain. Pour Prenant, Laon, pas si près. Pour Rochefort, les attaches de ses années étudiantes en Alsace se poursuivent, à Strasbourg. Lacoste ira directement en 1952 là où sa stratégie "recherche" le pousse, Alger (où Prenant l’a précédé dès 1949). Atypique dans son choix professionnel comme dans la formation de son couple, Kayser se fait nommer à Cannes : loin de Paris et hors ville universitaire. Désir de profiter d’un Midi alors si lointain ? Ou désir du couple de trouver ses marques loin des deux milieux parentaux ?

28La vie quotidienne d’un professeur de lycée d’alors est de rendre digeste, peu ou prou, ce qu’il sait, pour des élèves généralement ouverts si l’on arrive à ne pas les ennuyer. Ils sont possesseurs d’un bagage intellectuel familial à la fois assez solide et assez homogène. Rappelons ce qu’était cette science géographique diffusée vers 1945-50 en évoquant la collection de manuels secondaires publiée par Baillère sous la direction de A. Cholley, avec la participation de Dresch, George, Birot, Clozier. Tout souci "pédagogique" de séduction des élèves était exclu dans cette austère collection, où le "fait régional", ancré sur les milieux naturels, garantissait le sérieux scientifique des manuels. Nos jeunes professeurs militent là où ils habitent, reprenant leurs habitudes étudiantes. Pour Rochefort à Strasbourg, le milieu proche du PC est localement très étroit. L’Alsace à la fois conservatrice et particulariste est alors dure pour qui n’y a pas d’attaches. L’ancrage militant est précoce pour Kayser, qui est conseiller municipal à Cannes (dès 1950 ?) jusqu’à son départ en 1956. L’entrée au conseil municipal du Plessis-Robinson est plus tardive pour Prenant : c’est en tant que militant de "porte à porte" en faveur de la paix en Algérie à partir de 1955 qu’il se fait connaître localement. Grâce à ce travail mené avec acharnement, il bénéficie de votes préférentiels par rapport à sa place sur la liste des candidats. Il est conseiller municipal dans sa commune de 1956 à 1959.

Quels débuts dans "la recherche"?

  • 10  "Lors des quatre jours de voyage de train entre Alger et Colomb Bechar (l’état de la locomotive…), (...)

29Le DES (ancêtre de la maîtrise) était un passage préalable au concours d’agrégation, mais pour certains ce fut plus qu’une simple formalité. Kayser (pour cause de service armé) put en être dispensé : son désir évident de quitter la vie étudiante au plus tôt a dû pour lui primer sur l’attirance pour cette première expérience de recherche. Guglielmo, peu libre de son temps familial et professionnel, en fit une formalité, pas un investissement lourd. Dugrand, Prenant et Lacoste se tournèrent vers cette géomorphologie qui était alors le fer de lance de la discipline géographique. Le premier produisit un travail remarqué, en région parisienne (Vallée de Chevreuse). Les deux autres orientaient alors leur vocation maghrébine. Par chance, Prenant, qui lorgnait au loin vers le Groenland, mais sans moyen financier pour y aller, fut embauché pour traiter la géologie du quaternaire dans le sud oranais (Oued Zousfana). Pour ce parisien, c’est la découverte du monde colonial, dès la traversée en 4eme classe du bateau Marseille-Alger (ce que nous raconte parallèlement Jean Malaurie), puis dans le train Alger-Bechar en un voyage de quatre jours10.

30Pour Lacoste, le DES est un retour aux sources de l’enfance. Il y accompagne Camille Dujardin, sa future femme. Elle connaissait déjà le pays. Elle fait une étude de géographie urbaine sur le Centre d’affaires de Casablanca. Avec l’appui de la Société Chérifienne des Pétroles, où son père avait eu un rôle important, Lacoste étudie la géomorphologie du Gharb. Rochefort retourne à son milieu familial de la région d’Autun et y approfondit les questions de structures agraires. Cette étude est poussée plus loin que la norme de l’époque pour un DES, parce que les séquelles de maladie pulmonaire lui interdisent de s’inscrire au concours d’agrégation et le conduisent à affiner son travail durant une seconde année.

31Au-delà de ces expériences de recherche très ponctuelles, où chacun a dû improviser sans formation préalable ni appui scientifique sur le terrain, ces jeunes professeurs du secondaire sont tirés vers un enseignement supérieur en plein développement. A l’époque (et jusqu’au début des années 1970…), le cursus répond à un modèle presque unique. Un jeune professeur de lycée s’adresse à un maître et lui propose (à moins qu’il ne se laisse imposer…) un sujet de thèse de doctorat d’état. Pendant nombre d’années, il accumule informations et travaux de terrain pendant ses vacances. S’il est brillant, il est pris temporairement comme assistant dans l’université de son maître (2, 3, 4 ans…). Il dispose alors de plus de temps que comme enseignant de lycée pour pousser "sa recherche". S’il est rapide, on lui donne alors une "bourse" de deux ou trois ans au CNRS pour boucler cette thèse, rédaction et soutenance. Vus les besoins, et presque sans concurrence, il est alors recruté comme professeur par une université de province. Dans ce système en forte expansion, le turn-over des assistants et chercheurs du CNRS est très rapide. La nouveauté est qu’on peut déboucher rapidement sur un poste "magistral" (en opposition avec la lenteur du système avant 1940, sans assistants ni CNRS). Une fois professeur d’université, peu de mutations vers le haut à espérer, sauf un recrutement à Paris "normalement"  8 ou 10 ans plus tard.

Ville/campagne ; insertion universitaire provinciale?

32Parmi nos jeunes amis, trois ont produit, sous la direction de Pierre George, des thèses concernant des régions françaises sur le thème des relations ville/campagne. En comparaison avec les nombreuses monographies produites en France pendant un demi-siècle sur les "régions" de ce pays, c’est une révolution. On traitait traditionnellement un milieu physique "support" d’un milieu rural dont la ville n’était qu’un appendice mineur. L’étude exhaustive de ce milieu naturel et de ce monde rural laissait souvent peu de place aux liaisons entre l’un et l’autre, et moins encore à l’emprise sur ce dernier des activités urbaines, de service ou de commerce. La nouveauté est de donner par hypothèse aux villes un rôle de recteur dans l’organisation d’un espace régional, même s’il reste largement rural. Selon leur tempérament, selon les circonstances, chacun a mené son affaire tambour battant. Kayser y met neuf ans, dont sept depuis Cannes et deux au CNRS, sur le thème de l’arrière-pays (rural) de la Côte d’Azur (urbaine), en un travail où il incorpore des apports venus surtout de l’économie et de la démographie (1958). Rochefort, très vite assistant à l’Université de Strasbourg, produit en un temps record (sept ans) un travail centré sur l’analyse du réseau des villes d’Alsace dans leur rapport avec les milieux ruraux, en utilisant de façon novatrice en France les théories de Christaller (1958). Dugrand, dont le perfectionnisme est connu de ses camarades, réalise en treize ans un travail sur les rapports ville-campagne en Bas Languedoc, selon des vues où les théories de Christaller sont incorporées, mais surtout en approfondissant le problème fondamental, d’accès difficile, de la propriété rurale (viticole) de la bourgeoisie urbaine, ce qui le conduit vers l’histoire sociale régionale (1963). Nous ne prétendons pas que le modèle commun à ces trois ouvrages ait changé la géographie régionale française d’un coup. Au moins deux ouvrages novateurs sur l’organisation sociale de l’espace sont antérieurs, celui de Renée Rochefort sur la Sicile (1953) et celui de Jean Labasse (1955) sur les capitaux et la région (lyonnaise). Mais l’un et l’autre étaient trop éloignés du moule habituel et sont en conséquence restés marginaux dans les changements de mentalité de la discipline, alors que Kayser, M. Rochefort et Dugrand deviennent des leaders au sein de celle-ci.

33Jusqu’ici nous avons pu conter une histoire où six collègues fortement liés, à la fois par leurs relations communes et par le tracé de leurs carrières, vivent professionnellement dans un même cadre. Les liens d’amitié qui les unissent se distendent parfois, mais sans se rompre. C’est par Bernard Kayser, que je fréquentais au jour le jour entre 1973 et 2001 (date de sa mort), que j’ai perçu peu à peu en quoi ce groupe de six collègues était fondateur d’un modèle professionnel dans la géographie de l’immédiat après guerre. A bien des égards, le parallélisme professionnel que nous venons de décrire se maintient pour les trois "thésards" de George que nous venons d’évoquer. Mais au-delà, les pistes divergent, même si nous retrouvons ci-dessous des ouvrages menés en commun par deux ou trois d’entre eux.

34Dugrand, élu en 1963 professeur à Montpellier, s’enracine dans cette ville universitaire à l’époque fort petite. Pas de personnalités fortes de géographes vraiment ancrées dans le milieu local avant lui, à l’exception de Paul Marres, biogéographe des garrigues. Dugrand, dès le milieu des années 1960, tente sans succès une "montée à Paris", puis s’investit, parallèlement à la direction de l’Institut de géographie de Montpellier, dans les problèmes régionaux d’aménagement, et, de plus en plus, dans ceux de l’urbanisme montpelliérain, sur lequel il exerce pendant plus de trente ans un rôle de conseil, poursuivant cette tâche après sa retraite en 1990. Il s’en voit déchargé dix ans plus tard, sans nul doute avec brusquerie vue la personnalité du maire Georges Frêche dont il dépend. Cette coupure assurément le marque durement.

  • 11  Voir Guy Jalabert, Les papiers du CIEU, n°1, [2001?], Petite histoire d’une équipe de recherche : (...)

35Kayser en 1958 est élu professeur à Toulouse et c’est un des "gros" instituts de géographie de province qui l’accueille, où agissent des personnalités locales fortes. Daniel Faucher, grand découvreur de la géographie rurale et doyen de la Faculté de lettres ; François Taillefer, jeune-turc de la géomorphologie, ce qui est aussi la spécialité de Georges Viers. Ils sont flanqués d’un jeune assistant dynamique, Roger Brunet. L’ancrage à gauche du milieu universitaire toulousain est indéniable. Entre 1964 et 1967, Kayser a un oeil sur une éventuelle "montée" à Paris, qui échoue comme pour Dugrand. Il investit beaucoup de son dynamisme dans le milieu toulousain, dans les problèmes d’aménagement et d’urbanisme11. De 1970 à 1977, Kayser est à la tête de l’Institut de géographie toulousain. Point commun aux deux trajectoires de Dugrand et Kayser : eux-mêmes sans attaches personnelles dans les villes de province où ils s’installent, ils y développent des réseaux d’influence importants qui permettent de "caser" dans des métiers de l’aménagement local et régional de nombreux étudiants géographes.

36En comparaison de ces deux histoires parallèles, Rochefort ne s’enracine pas à Strasbourg, où il est élu professeur en 1958. Son passé local d’étudiant ne contrebalance pas le fait qu’il est non alsacien, sans attaches religieuses, marié à une brésilienne ; Paris l’attire. Il y réside dès 1962 et y dirige au Ministère de la construction un centre d’étude pour l’aménagement du territoire. Il est élu à la Sorbonne en 1964 à une chaire de géographie humaine appliquée (à 37 ans…). Ce titre ne porte pas ombrage à la géographie régionale, domaine de Jacqueline Beaujeu Garnier, comme aurait pu l’être une chaire de géographie et aménagement du territoire… Parmi les poulains de George, c’est sans doute Rochefort qui apparaît comme le plus convivial (ce qui lui permet de "monter" à Paris, alors que Kayser et peut-être Dugrand font encore figures de marxisants doctrinaires au début des années 1960).

Trajectoires algériennes

37Les trajectoires de Guglielmo, de Lacoste ou de Prenant sont très différentes de celles de ces trois collègues précédents et ils ont en commun d’inscrire très tôt leurs carrières à Paris. Comme assistants d’université (et bientôt maîtres-assistants quand cette fonction durable est créée : on dit de nos jours maîtres de conférence) : 1952 pour Prenant, 1955 pour Lacoste. Mais aussi le CNRS : 1956 pour Guglielmo, intégré à un centre de recherches logé à l’Institut de géographie, où l’on est en fait boursier de thèse sans autre obligation que quelques services de nature principalement bibliographique. Peut-on dire que le désir de boucler rapidement une thèse, pour obtenir une chaire, mais à l’époque obligatoirement en province, pouvait s’estomper progressivement pour ces Parisiens ?

38En tout cas la trajectoire universitaire est fortement perturbée par la guerre d’Algérie (1954-1962) pour Prenant comme pour Lacoste. Mener des travaux de géographie impliquant des enquêtes socio-économiques en situation coloniale ne peut être qu’explosif. Un géographe travaillant dans son propre pays peut s’impliquer, avec quelques précautions, dans les tissus associatifs locaux, quitte à trouver le point de séparation, délicat, entre recherche et militantisme. Presque toujours un travail de ce type à l’étranger implique un "devoir de réserve" vis-à-vis des autorités locales, quitte à choisir à un moment le devoir de dénonciation qui vous coupera des sources d’information, ou vous liera à un des camps en présence dans une société conflictuelle. En situation coloniale, la distance du chercheur originaire de la puissance coloniale par rapport à son objet de travail est bien plus difficile à maintenir. Et par rapport aux autres parties du domaine colonial français, cette difficulté était maximale en Algérie, à fortiori après 1945. Or c’est dans ce pays, parce qu’il est incorporé beaucoup plus étroitement que la plupart des territoires de l’empire au système français, que la France a le plus d’enseignants du secondaire, ainsi que la seule université constituée hors de la "métropole". Soulignons que la géographie "coloniale" est bien plus difficile à construire en Algérie que dans les deux protectorats voisins, dans le Sahara ou dans l’Afrique au sud de celui-ci. Pour s’en tenir à l’Afrique du Nord, des travaux de qualité, impliquant du travail de terrain ont été menés dans ce cadre colonial en Tunisie (en particulier par Jean Despois), au Maroc (en particulier par Jean Dresch), au Sahara, par Robert Capot-Rey. Vers 1950, rien de comparable n’existe sur l’Algérie, où les quelques monographies "géographiques" datent d’avant 1914. Postérieurement les travaux de Lespès sur Alger ou Oran concernent presque exclusivement le milieu français, pour des villes  où la population algérienne n'était guère visible."Il est clair que la géographie humaine de l’Algérie se heurte à une situation coloniale particulièrement inextricable, où l’imbrication des populations locales et immigrées rend toute enquête de terrain suspecte aux autorités administratives.

39Voilà dans quel cadre Prenant, puis Lacoste se trouvent enseignants algérois, l’un puis l’autre. Le premier est professeur de lycée à Alger en 1949, et renoue ainsi avec un pays qui l’a passionné en 1946, mais aussi avec le combat anticolonialiste. Lui et sa femme Marie-Anne fréquentent, outre les gens du Parti communiste Algérien, ceux du journal Alger républicain, et des militants du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) et de l’UDMA (Union démocratique pour le Manifeste algérien). Un voyage de terrain en décembre 1949 avec Jean Dresch en Constantinois le décide pour un sujet de thèse sur les villes de l’Intérieur algérien et il se lance dans des enquêtes : Sétif, Sidi-bel-Abbes, Tlemcen ; Nedroma est traité en DES par Marie-Anne Prenant convertie à la géographie. C’est bien sûr le moyen de fréquenter des milieux où se concentrent les tensions et les frustrations que connaissent les couches sociales algériennes nouvelles, en contact direct avec les populations "pied-noires" de tous niveaux sociaux.

40Tant par son enseignement de lycée que par ses recherches, Prenant est en situation fragile à Alger. Grâce à Dresch, il est nommé assistant à l’Institut de Paris (1952-56). Puis accueilli par le CNRS (1956-62), alors que la recherche en Algérie lui devient impossible. Nommé maître-assistant, c’est pour exercer à Alger dans l’Algérie nouvellement indépendante (1962-66), puis retour à Paris dans cet emploi. Les tâches militantes, celles de l’enseignement ont pris le pas sur un projet de carrière qui serait la rédaction malgré tout d’une thèse sur une vie urbaine algérienne totalement bouleversée par la guerre, puis par le départ des pieds-noirs. Prenant sera durablement invité par des organismes algériens comme expert en démographie.

  • 12 Y. Lacoste, A. Nouschi, A. Prenant, L’Algérie passé présent, 1960. Préface de Jean Dresch. Un tome (...)

41En 1952, Lacoste relaie Prenant comme professeur de lycée à Alger. Il y fréquente les mêmes cercles que Prenant, mais dans des conditions bien plus tendues encore, en particulier à partir de 1955, quand s’installe la guerre qui a éclaté fin 1954. Il ne peut qu’à peine esquisser des recherches sur la Kabylie, où très vite le travail de terrain est rendu impossible par l’insécurité et par la répression militaire. Prévenu dès l’été qu’à l’automne 1955 il ne sera plus enseignant dans son lycée algérois, il est accueilli à son tour à ce moment comme assistant à l’Institut de Paris. Nos deux Algérois ont ensemble participé à la rédaction d’un ouvrage à la fois scientifique et militant sur l’Algérie, publié par les Editions Sociales12. La préparation de ce gros livre a été longue et le Parti semble avoir hésité à le publier, puis plus encore à le diffuser : porter en pleine guerre des jugements sur la nature du nationalisme algérien, comme sur le bilan de la colonisation française était plus que difficile. En comparaison, écrire en critique de la colonisation sur une Tunisie ou sur un Maroc dont nul ne mettait en doute l’identité nationale était infiniment plus simple.

Nouvelles pistes

  • 13  PUF, Que-sais-je.
  • 14  Publiée en 1980 : Unité et diversité du Tiers-Monde, 3 vol. Maspero, col FM/Hérodote.

42Bloqué pour toute recherche de terrain sur l’Algérie, Lacoste s’oriente vers une nouvelle piste suggérée par Pierre George : l’industrie française de la construction vue à travers celle du ciment. Même si les contacts que Lacoste établit alors dans ce domaine l’ont intéressé, là n’est pas son ancrage principal. Goût de la synthèse sur les sociétés du monde et bonheur de plume font qu’il publie son premier ouvrage sur le sous-développement en 195913, presque comme un pari répondant à une demande de George. Il serait hors de propos de développer ici le détail des rebondissements d’une carrière atypique. La création en 1969 de l’Université "expérimentale" de Vincennes (future Université de Saint-Denis) donne à Lacoste de nouveaux contacts et de nouvelles perspectives. Notons deux pistes : ses avancées sur l’épistémologie de la géographie sont stimulées par ses liens avec un collègue vincennois, le philosophe François Châtelet : ce sera un élément important (avec les thèmes du sous-développement) pour la thèse qu’il soutient en 197914. L’autre piste est un goût pour une mise en forme ouverte et claire de la géographie pour un public large (pédagogie ? vulgarisation ?) qui se manifeste sous plusieurs formes. Une collection de manuels scolaires pour le secondaire dans les années 1975, faisant suite à d’autres nés dès les années 1956… Mais surtout la revue Hérodote naît dans un contexte militant en 1976, glissant de la politique comme action (et donc vision d’un aménagement critique, plus proche des contestataires que des décideurs)  à la politique comme fondement de réflexion (1983, nouveau sous-titre : revue de géopolitique). Le corollaire : la direction d’un Dictionnaire de géopolitique (1993, édition abrégée 1994), En prolongement, il rédige de sa propre plume le Dictionnaire de la géographie (de la géopolitique aux paysages), qu’il publie en 2003.

43Guglielmo avait été orienté par Pierre George dès le début des années 1950 vers la géographie de l’industrie française. Et logiquement vers le secteur de pointe du capitalisme d’alors, l’industrie chimique. Lui aussi chercheur au CNRS (1956-60) puis assistant à l’Institut parisien, il y devient maître-assistant, pour migrer ensuite à Vincennes comme Lacoste lors de la création de cette université. Une géographie industrielle principalement financière et technologique ne le satisfaisait sans doute guère. L’ouverture vers le social a attiré Guglielmo, soit lors de l’expérience du Larzac dans les années 1970, soit à partir de 1973 dans les conflits liés aux reconversions industrielles, en Lorraine comme à Fos : on retrouve ici la vision d’une critique de l’aménagement telle que la revue Hérodote la pratique dans les mêmes années. Guglielmo n’a pas cessé d’être le militant qui s’était engagé dès 1940, entre un marxisme de protestation et une protestation écologiste.

44Cette chronique de six compagnons n’a, on l’a bien compris, de cohérence qu’en ses débuts qui se situent dès 1945. On peut simplement rappeler qu’une dynamique commune s’est poursuivie longtemps et en prendre comme exemple le livre La géographie active. Selon les témoignages des auteurs, ce ne fut pas un travail fondé sur des échanges et des discussions entre ceux-ci. Le schéma provenait de George qui avait distribué les tâches, et chacun remit sa copie. Mais la communauté de pensée entre ces auteurs, leur vision du monde et de la société ont fait de ce précis un ouvrage marquant, une ouverture novatrice. Au moment où il est publié, ni Kayser, ni Lacoste, ni George ne sont plus au Parti communiste. Mais à ce moment, tous les six membres de notre groupe, qu’ils aient au sein de ce parti des positions critiques ou qu’ils s’en soient détachés, participent tous à une géographie humaine "active", héritée d’une vision où l’aménagement territorial joue un rôle central. L'aménagement est pensé à partir d’une planification rationnelle héritée de ce marxisme très positiviste que nous évoquions au début de cet article. Des positions personnelles de protestation critique chez les uns ou les autres sont partiellement sous-jacentes à ce désir d’une science de l’aménagement, et elles se manifestent différemment selon les tempéraments de chacun, et selon les objets d’étude qui les occupent, du Larzac de Guglielmo à la géopolitique de Lacoste.

Haut de page

Notes

1  Une première version de ce texte, sous le titre « Autour de Bernard Kayser : Une génération

de géographes nés de la Seconde Guerre mondiale » a été écrite à l’occasion d’un hommage à Bernard Kayser organisé à l’automne 2002 à l’Université de Toulouse le Mirail. Mon texte a été diffusé en CDROM aux participants et à quelques autres (Journée d’hommage à Bernard Kayser, 6 décembre 2002). Le contenu de ce CDROM a un temps été diffusé sur le site de l’Université du Mirail. En corrigeant ce texte initial, j’ai cherché à clarifier les engagements de ces géographes, vis-à-vis du parti communiste français, vis-à-vis de la guerre d’Algérie. J’ai essayé de montrer que c’est dans ce contexte que naît dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale une géographie tournée vers l’aménagement territorial.

2  "Table ronde imaginaire sur la géographie universitaire française, 1930-1940", textes recueillis, commentés et édités dans Hérodote, N° 20, Janv 1981, p.116-153. [trad. anglaise ch. 9, Anne Buttimer edit., The practice of Geography, Longman, 1983, p. 114- 140].

3   J’ai donc récolté une information sur ces six compagnons : trois d’entre eux ont déjà "confessé" des souvenirs sur eux mêmes ou sur leurs collègues (Rochefort, Strates, matériaux pour la recherche en sciences sociales, numéro hors série 2002, "Parcours dans la recherche urbaine, Michel Rochefort, un géographe engagé", Catherine Paix éditeur, 336 p. Guglielmo : Géographie et contestations, autour de Raymond Guglielmo, Paris, 1991, Centre de recherche sur les espaces de vie, colloque du 10 mars 1990 à l’Université de Paris VIII ). Des conversations m’ont instruit aussi. Systématiquement et au magnétophone avec Guglielmo, Lacoste, Prenant, Rochefort (hiver 2001-2002), mais seulement à bâtons rompus au fil des années avec Kayser entre 1977 et 2001. De R. Dugrand, je n’ai qu’une connaissance superficielle, pour l’avoir fréquenté dans les années 1970 surtout, mais plus encore grâce à ce que m’en ont dit ses amis. J’ai cru nécessaire de le conserver dans ce groupe où il a joué un rôle essentiel. Certains des collègues ici présents m’ont suggéré d’étendre à d’autres mon enquête, ce à quoi j’ai finalement renoncé. Pour Jean Suret-Canale (né en 1921) parce qu’il a connu le milieu "Institut de géographie" plus tôt (Espace-Temps N° 18-20, 1981). A plus forte raison Jean Bastié (né en 1919), toulousain et lié seulement ocasionnellement au groupe que nous étudions. Le premier a certes été lié très longuement au Parti communiste, le second moins durablement (1945-58). Bien entendu, le présent texte n’engage en rien les personnes avec qui j’ai conversé et le récit comme les interprétations relèvent de ma seule responsabilité.

4 Dresch et George viennent juste d’atteindre la quarantaine. Quant à Tricart, il a vingt cinq ans…

5  Cependant, entre étudiants communistes de géographie, est créé un journal ronéoté, Géographie nouvelle, dont le principal journaliste est B. Kayser.

6  Une critique de ce marxisme simplifié centré sur la planification est bien résumée par Claude Lefort dans Eléments d’une critique de la bureaucratie, Droz, 1971, p. 312 sq.

7  Paris, Colin, 4 vol. échelonnés entre 1943 et 1952 : les étudiants de 1945 ne peuvent lire que le début, mais connaissent les cours qui en sont la matrice…

8  Roger Brunet en 1953, Roger Lambert, Michel Grosse, François Durand-Dastès en 1954, etc. Dès le début cette équipe comporte des membres extérieurs au PC, mais idéologiquement plus ou moins proches.

9  J’ai eu l’occasion, décrivant ce concours un quart de siècle plus tard, alors qu’il s’était largement sclérosé et ritualisé, de porter un jugement ironique dans : "Exercice de style : agrégation et géographie", Hérodote, N°4 1976, p. 115- 131.

10  "Lors des quatre jours de voyage de train entre Alger et Colomb Bechar (l’état de la locomotive…), je réfléchis à haute voix à la lecture dans l’Echo d’Oran des données d’état civil sur la mortalité de moins d’un an. Ma sympathique voisine répond "il n’en meurt pas assez, on devrait les piquer à la naissance… et croyez-moi, je ne suis pas raciste, je suis femme d’ouvrier, mon mari est cheminot et voici ma carte du Parti communiste algérien". Un choc" (entretien du 04/12/2001).

11  Voir Guy Jalabert, Les papiers du CIEU, n°1, [2001?], Petite histoire d’une équipe de recherche : le Centre Interdisciplinaire d’Etudes Urbaines.

12 Y. Lacoste, A. Nouschi, A. Prenant, L’Algérie passé présent, 1960. Préface de Jean Dresch. Un tome 2, pour lequel Prenant avait rédigé des chapitres, n’est jamais paru. Il aurait traité des problèmes algériens depuis la fin de la première Guerre Mondiale… Dans la même collection, Paul Sebag, La Tunisie, 1951 et Albert Ayache, Le Maroc, préface de Jean Dresch, 1956.

13  PUF, Que-sais-je.

14  Publiée en 1980 : Unité et diversité du Tiers-Monde, 3 vol. Maspero, col FM/Hérodote.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Bataillon, « Six géographes en quête d’engagement : du communisme à l’aménagement du territoire. Essai sur une génération », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 341, mis en ligne le 27 juin 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1739 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1739

Haut de page

Auteur

Claude Bataillon

Ancien Directeur de recherches au CNRS, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page