Navigation – Plan du site
2006
339

La réhabilitation fonctionnelle des villes pré-coloniales d’Ouzbékistan : un outil de domination politique ?

Functional rehabilitation of the pre-colonial urban areas in Uzbekistan : a tool for political domination ?
Guillemette Pincent

Résumés

La réhabilitation fonctionnelle correspond à une évolution volontaire des fonctions d’un édifice choisi par les acteurs publics pour être revalorisé et considéré comme un héritage bâti. Tout au long du XX ème siècle, les usages des monuments et des maisons traditionnelles présents au cœur des quartiers pré-coloniaux ouzbékistanais sont modifiés, sélectionnés et inventés par des Etats conquérants afin de répondre à des impératifs idéologiques, économiques ou sociaux. Depuis 1991, l’Ouzbékistan est indépendant et la réhabilitation fonctionnelle s’affirme comme un véritable outil d’aménagement étatique, oeuvrant au nom de la sauvegarde patrimoniale et surtout du développement touristique, façonnant peu à peu l’espace urbain centrasiatique. Mais les réticences de la population, sensible à la sacralité des lieux, nous rappellent qu’ils sont porteurs de valeurs en contradiction avec celles que l’Etat propose. Les quartiers pré-coloniaux, considérés comme des lieux de pouvoir et non comme des espaces sociaux, sont le reflet d’une domination politique qui se perpétue.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  MERLIN P., CHOAY F., et alii. Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement. PUF, Paris, 2000, 9 (...)
  • 2  MERLIN P., CHOAY F., et alii. Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement. PUF, Paris, 2000, 9 (...)
  • 3  CHALAS Y. L’invention de la ville. Collection Villes, Anthropos Economica, Paris, 2000, p°47 ;
  • 4  MONNET J. La ville et son double. La parabole de Mexico. Coll. Essais et recherches, Nathan, Paris (...)

1Selon F. Choay et P. Merlin, réhabiliter signifie «rétablir quelqu’un dans ses droits1». Le reconnaître et lui redonner une légitimité. D’un point de vue urbain, ce terme désigne « l’ensemble des procédures visant la remise en état d’un patrimoine architectural et urbain longtemps déconsidéré et ayant récemment fait l’objet d’une revalorisation économique, pratique et/ou esthétique2», ce qui consiste, selon Y. Chalas, à « donner à nouveau droit de cité3». Un droit de cité accordé à un patrimoine dévalorisé mais qui réhabilité, retrouve une place, un rôle, un usage au cœur de la ville. Mais qui réhabilite ? Qui met en œuvre ces « procédures » ? La réhabilitation est une action volontaire, encadrée, contrôlée. Elle est initiée par des acteurs publics : l’Etat choisit les constructions qu’il faut revaloriser ou pas. La réhabilitation est donc un acte sélectif et politique qui permet à l’Etat de marquer le territoire de son empreinte. J. Monnet explique ainsi que « la protection du patrimoine est une opération ségrégatrice qui tend à privilégier, à soumettre à une règle spécifique des espaces déterminés en fonction des intérêts de l’Etat4. » Allons plus loin encore : la réhabilitation ne serait-elle pas le moyen pour l’Etat d’imposer selon ses propres logiques sa définition du patrimoine, de l’héritage qu’il faut conserver ou pas ? L’Etat réhabilite-t-il parce qu’il veut protéger le patrimoine existant ou bien pour définir ce qu’est le patrimoine, selon ses propres logiques ? Car en choisissant de préserver certaines constructions jusqu’alors déconsidérées, l’Etat leur reconnaît à la fois un « droit de cité », mais aussi un « droit à l’historicité », un droit à exister et à perdurer en tant qu’héritage. L’Etat marque l’espace. Il peut transformer les usages d’un édifice, lui donnant ainsi une nouvelle valeur. Cette réhabilitation fonctionnelle est donc envisagée comme un moyen étatique de définir un espace patrimonial en influant sur ses usages, et par-là même, d’affirmer son emprise territoriale.  

  • 5  Médressée : école coranique.
  • 6  Registan : en persan tadjik, « place de sable », « nom commun désignant la vaste place publique de (...)

2À Samarcande, en Ouzbékistan, la médressée5 d’Ouloug Beg, faisant partie de l’ensemble du Registan6, est construite au XV ème siècle. Au XVII ème siècle, elle n’est plus utilisée. Elle sert d’entrepôts à céréales jusqu’au renouveau religieux du XIX ème siècle. Les Bolchéviques y organisent par la suite des manifestations politiques et entreprennent des travaux de restauration, stabilisant les minarets, reconstruisant les dômes et évacuant le sable accumulé sur la place. Aujourd’hui, cette médressée ouverte au public abrite des artisans et des commerçants vendant leurs produits aux touristes. Cette évolution en plusieurs étapes est à l’image des transformations fonctionnelles des quartiers pré-coloniaux d’Ouzbékistan. Ces cités, autrefois centres urbains ponctuant les routes de la soie, sont réduites aujourd’hui à des quartiers aux maisons en brique crue d’un à deux étages, repliées autour de leur cour intérieure, tournant le dos à la rue, étroite et labyrinthique. Ce tissu urbain ponctué de monuments souvent sacrés est un vestige fragile des siècles passés, refaçonné par les pouvoirs politiques qui se sont succédés tout au long du XX ème siècle.

  • 7  1865 : conquête de Tachkent par les Russes.

3En 18657, l’Asie centrale est colonisée par les Russes. À la cité pré-coloniale s’ajoute une ville coloniale, puis soviétique. Depuis 1991, l’Ouzbékistan est une république indépendante. L’Etat s’affirme et créée un territoire à son image. Les cités pré-coloniales, qui constituaient avant l’arrivée des Russes des entités urbaines homogènes, sont aujourd’hui insérées dans le reste de la ville coloniale, soviétique et post-soviétique. Juxtaposition politique et juxtaposition spatiale. Pouvoir colonial et soviétique, émanant de puissances politiques conquérantes, puis pouvoir ouzbékistanais, souverain. La ville centrasiatique grandit, se transforme. Mais dans ce contexte, qu’advient-il de son centre pré-colonial ? Comment a-t-il été défini par les pouvoirs politiques qui se sont succédés tout au long du XX ème siècle ? L’indépendance de l’Ouzbékistan en 1991 a-t-elle été le vecteur d’une nouvelle définition de cet espace urbain ? Le « droit de cité » et le « droit à l’historicité » lui sont-ils accordés par l’Etat ?

4C’est en étudiant les transformations des usages présents dans les quartiers pré-coloniaux d’Ouzbékistan depuis la fin du XIX ème siècle que nous pourrons répondre à ces questions. La réhabilitation fonctionnelle est donc ici envisagée comme un outil d’analyse permettant de comprendre les mécanismes de définition de ces espaces urbains, résultats de choix politiques. Étudier les fonctions des quartiers pré-coloniaux centrasiatiques est un exercice particulièrement périlleux dans la mesure où il n’existe pas de statistiques fiables les concernant. Les informations traitant de ce sujet sont à la fois vagues et inadaptées au périmètre d’étude, traitant de l’ensemble d’une agglomération plutôt que d’un seul de ses quartiers. Les données fournies ici reposent donc principalement sur un travail d’observation sur le terrain effectué en avril 2003 et de juillet à septembre 2004, et n’ont donc aucun fondement statistique. C’est pour cette raison que les faits avancés sont principalement présentés de manière typologique : l’objectif est plus de mettre en évidence différents types d’activité que de les quantifier, ce qui est actuellement difficile en l’absence d’informations fiables.

La réhabilitation fonctionnelle, un outil d’aménagement historique

5La réhabilitation fonctionnelle permet de conserver une construction tout en en transformant ses usages. Ce mécanisme souligne la volonté des acteurs publics de préserver une part de l’héritage urbain, de lui donner un « droit de cité » et un « droit à l’historicité », tout en l’adaptant aux évolutions spatiales, économiques, politiques ou sociales qui agitent la ville. À partir de la fin du XIX ème siècle, la cité pré-coloniale plurifonctionnelle laisse ainsi la place à des quartiers dont les usages sont choisis, sélectionnés puis inventés par un Etat conquérant, qui définit de cette manière un patrimoine urbain centrasiatique.

Les villes pré-coloniales d’Asie centrale : des espaces urbains plurifonctionnels

6Les cités pré-coloniales d’Asie centrale constituent de véritables centres urbains, aux fonctions diversifiées et réparties dans la ville suivant des logiques politiques, économiques et religieuses. On peut ainsi y distinguer trois catégories fonctionnelles générales, qui s’entremêlent les unes aux autres :

  • la fonction résidentielle ;

  • les fonctions marchandes, principalement commerciales ;

  • les fonctions non marchandes : elles s’adressent à la communauté des habitants. Une distinction doit être faite entre celles liées aux activités politiques et celles liées aux activités religieuses. L’importance des usages liés à l’eau doit aussi être soulignée dans ces villes-oasis qui vivent grâce à la présence et à la maîtrise de ce précieux liquide.

7À chaque type de bâti correspond un usage spécifique, qui n’est pas fixe ni unique (cf. tableau 1).

Tableau 1 : typologie fonctionnelle traditionnelle des centres pré-coloniaux en Asie centrale

  • 8  BARTOL'D V. Raboty po istoricheskoi geografii (Travaux de géographie historique). Vol. 2/1, Moscou (...)

8La cité pré-coloniale se décompose en quatre parties distinctes, rassemblant chacune plusieurs types de fonctions8 (cf. schéma 1).

  • L’ark (citadelle) : siège du pouvoir politique et militaire, demeure de l’émir, elle constitue le noyau urbain, associant fonction non marchande (politique et religieuse) et résidentielle ;

  • Le charistan : ces quartiers résidentiels existaient avant l’arrivée des Arabes au VIII ème siècle. Le pôle urbain de l’ark est alors doublé de celui de la Grande mosquée, à partir de laquelle s’organisent les rues abritant chacune une corporation spécifique. Plusieurs fonctions sont donc associées dans le charistan : résidentielle, marchande (rues commerçantes) et non marchande religieuse ;

  • Les rabad : les faubourgs créés à partir du VIII ème siècle accueillent les populations moins aisées ainsi que les commerçants et voyageurs parcourant les routes de la soie. C’est ici que se concentrent les caravansérails et bazars, répondant à des fonctions marchandes ;

  • Les portes et remparts : ces éléments sont particulièrement importants car ils constituent à la fois une délimitation spatiale et politique de la ville, tout en jouant un rôle défensif face aux ennemis. On peut y ajouter une fonction symbolique, la splendeur et le faste des portes étant perçus comme les indices de la présence d’une ville prestigieuse.

Schéma 1 : la structure urbaine des centres anciens d'Asie centrale

Source : GP, 2005

  • 9  1865 : conquête de Tachkent par les Russes.

9La cité pré-coloniale, plurifonctionnelle, est ainsi constituée de deux centres juxtaposés : celui de l’ark, noyau  politique, et le charistan, qui s’organise à partir du VIII ème siècle autour d’un pôle religieux, la Grande mosquée. Ces entités spatiales sont complémentaires, la première jouant principalement un rôle politique, la seconde façonnée par des usages religieux et commerciaux. De plus, elles forment toutes deux un ensemble urbain dont les limites sont matérialisées par les portes et les remparts qui l’entourent. Ce schéma pré-colonial est reproduit à partir de la colonisation russe, en 18659, avec l’ajout d’une troisième entité spatiale issue d’un pouvoir conquérant, qui provoque alors un bouleversement progressif de l’organisation urbaine centrasiatique.

1865-1917, le regard colonial : une juxtaposition fonctionnelle 

  • 10  GIOVANNONI G. L'urbanisme face aux villes anciennes. Coll. Points Seuil, Seuil, Paris, 1998 (premi (...)

10Lorsque les Russes atteignent Tachkent, ils pratiquent une juxtaposition urbaine, ce qui permet d’épargner en partie la cité pré-coloniale. Le schéma de la « greffe »10 proposé par G. Giovannoni est ainsi très visible : à la cité pré-coloniale sont ajoutés les quartiers russes. Cette « greffe » spatiale est institutionnalisée à travers différents projets urbains. En 1867 est élaboré le premier plan d’urbanisme de Tachkent, réalisé par l’ingénieur militaire M. Kolesnikov, qui propose une stricte séparation entre l’ancienne et la nouvelle ville. Il respecte ainsi la structure urbaine de la cité traditionnelle. Un second plan est élaboré en 1870 par l’ingénieur Makarov suivant le même principe. Ces différents projets institutionnalisent donc une juxtaposition spatiale de deux entités urbaines, chacune ayant des fonctions spécifiques. On assiste ainsi au dédoublement spatial et fonctionnel de Tachkent.

  • 11  NOURANIAN R. Morphologie urbaine de la ville de Tachkent. Mémoire de diplôme à l'école d'architect (...)
  • 12  Plan cadastral de Tachkent consulté à l’IFEAC (institut français d’études sur l’Asie centrale) - 1 (...)
  • 13  H. MOSER. À travers l'Asie centrale : la steppe kirghize, le Turkestan russe, Boukhara, Khiva, le (...)

11La nouvelle Tachkent a été construite afin de répondre à des objectifs utilitaires, militaires et économiques. En 1899, la ligne de chemin de fer Orenbourg-Tachkent est achevée. La capitale du Turkestan, ville de garnison, devient un véritable nœud ferroviaire, « le plus important centre commercial et de transit de l’Asie centrale russe11 ». Mais la ville pré-coloniale conserve ses fonctions résidentielles, commerçantes et religieuses. Au cœur du dédale de ruelles et de maisons se cachent les monuments religieux, notamment l’ensemble Khast-Imam12. La cité traditionnelle s’affirme aussi comme un centre marchand, symbolisé par l’emprise spatiale du bazar Chorsou, cette « ville dans la ville13 ». Enfin, même si la cité pré-coloniale est gouvernée par l’administration russe, elle conserve néanmoins ses quatre chefs de police, chacun s’assurant le contrôle d’un dakha (arrondissement). Les usages de la cité traditionnelle ne sont donc pas fondamentalement transformés par la colonisation russe. Même si des destructions ont été réalisées dans le quartier pré-colonial de Tachkent, la séparation et la juxtaposition spatiales, l’indifférence d’une entité urbaine à l’autre, n’ont pas fondamentalement remis en question ses activités. Il s’agit cependant d’une première étape, d’une première mise à distance à partir de laquelle se développe la volonté d’agir plus fermement sur les usages de la cité pré-coloniale et de façonner un nouveau paysage urbain.

À partir de 1917, le regard soviétique : le rejet des usages pré-coloniaux

  • 14  WEISS W., WESTERMAN K. Souks et bazars d'orient, de Fès à Samarkand. Arthaud, Paris, 1995, 255 p.
  • 15  M. BOGOUSLAVSKI M. L'Union soviétique et la protection internationale des biens culturels. ED. du (...)
  • 16  C.Trentesaux et C. de Selva expliquent ainsi que « caravansérail et madrasa sont transformés en éc (...)

12Pendant la période soviétique, le traitement du patrimoine bâti est particulièrement ambigu, oscillant entre destruction et protection. Alors que le Registan de Samarcande est déblayé dans les années 1920, de nombreux édifices et quartiers anciens sont détruits dans cette même ville et dans toute l’Asie centrale. Selon W. Weiss et K. Westerman, « Staline et ses bureaucrates ont fait de leur mieux pour anéantir 2300 ans d’histoire. »14. Dans ce contexte, la réhabilitation fonctionnelle occupe une place particulière. Changer les usages d’un bâtiment peut alors avoir plusieurs significations. Tout d’abord, cette mesure traduit la disparition de certaines activités pré-coloniales : cela fait déjà bien longtemps que les caravansérails n’accueillent plus de caravanes, constituant par là même autant d’espaces à occuper. De plus, les Soviétiques mettent en place une politique d’équipements publics au cœur des villes dès les années 1920-1930, notamment dans ces bâtiments laissés vides. La réhabilitation fonctionnelle permet enfin de conserver des bâtiments dont l’historicité est reconnue, tout en les adaptant à des impératifs culturels soviétiques. Les constructions, qui avaient autrefois un usage religieux, voient leur rôle modifié au profit d’une utilisation fonctionnelle politique ou économique plus en adéquation avec la pensée socialiste. M. Bogouslavski affirme ainsi que « les lois soviétiques assurent la sauvegarde des monuments, leur mise en valeur efficace, leur étude scientifique et leur vulgarisation dans l’intérêt de l’éducation communiste des travailleurs15 ».  Un monument n’est pas détruit s’il contribue à « l’éducation communiste des travailleurs ». La réhabilitation fonctionnelle est donc un moyen de préserver un patrimoine bâti tout en éduquant le peuple par l’implantation dans le cœur des cités pré-coloniales de nouvelles fonctions, idéologiquement conformes. À Boukhara, la médressée Koukeldach abrite les bureaux du recensement. Quelques mosquées sont transformées en cinémas, et des caravansérails en habitations collectivisées16. À partir de 1917, et surtout à partir des années 1930, certaines constructions des cités pré-coloniales sont donc reconnues et protégées par l’Etat. Leur historicité est validée, mais leurs usages sont remis en cause et adaptés à des impératifs à la fois idéologiques et urbains.

1953-1991, le regard international : l’invention de nouveaux usages 

131964, Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites. 1972, convention du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’article premier de la Charte stipule que « la notion de monument historique comprend la création architecturale isolée aussi bien que le site urbain ou rural qui porte témoignage d’une civilisation particulière, d’une évolution significative ou d’un événement historique. Elle s’étend non seulement aux grandes créations mais aussi aux œuvres modestes qui ont acquis avec le temps une signification culturelle. » La ville peut devenir monument historique. De plus, l’héritage bâti acquiert une portée mondiale : l’historicité des constructions est validée non plus à une échelle locale et nationale, mais aussi à une échelle internationale. Conformément à ces principes, les politiques urbaines entreprises en Asie centrale évoluent vers une protection plus systématique des quartiers pré-coloniaux. Les usages de leurs constructions ne sont pas transformés uniquement en réponse à une idéologie propre à l’URSS mais aussi à des normes patrimoniales mondiales.

  • 17  In : GOSSELIN A. La politique des musées russes, 1917-1991. Coll. Jeunes talents, Découvrir, Larou (...)
  • 18  Le 21/12/1977, la RSS d’Ouzbékistan adopte une loi similaire à celle de 1976.

14On assiste alors à un « reclassement fonctionnel » : les cités pré-coloniales perdent peu à peu leur fonction résidentielle, mais elles sont de plus en plus considérées comme étant porteuses de nouvelles valeurs historiques, culturelles et économiques, conformément aux principes internationaux de l'époque. C’est dans ce contexte que Khiva acquiert son statut de « ville-musée » en 1967. E.L. Galkina le définit comme « un complexe d’édifices de valeur historique, architecturale et ethnographique qui sont apportés de leur lieu d’origine sur un territoire conçu spécialement. Le complexe peut se combiner avec des ensembles architecturaux historiques déjà sur place. L’intérieur des édifices est conservé et restauré17. » En 1969, Khiva se transforme en « réserve », fonctionnant comme une institution de recherche scientifique et éducative. Itchan Kala, le cœur urbain, fait l’objet de nombreuses restaurations et les usages des bâtiments sont transformés afin de répondre à des objectifs principalement touristiques : la médressée M. Amin Khan devient un hôtel de près de 230 chambres, la médressée Divan Bégui un restaurant. Itchan Kala est un musée, protégé, analysé, étudié, visité par les touristes et peu à peu vidé de ses habitants. Il est important ici de souligner le rôle du régime juridique accordé en 197618 aux monuments, puisqu’il permet l’implantation d’activités économiques en leur sein. Ainsi, l’article 13 de cette loi fédérale stipule, comme l’indique M. Bogouslavski, que les « monuments peuvent être affectés à des fins économiques, sauf préjudice à leur préservation et atteinte à leur valeur historique et artistique. ». Ce régime juridique favorise les transformations fonctionnelles de ces bâtiments. Les monuments sont donnés à bail pour l’installation de musées, d’expositions, d’hôtels, de maisons de tourisme, de restaurants ou de bureaux administratifs.

15Tout au long du XX ème siècle, la réhabilitation fonctionnelle a donc été perçue par les pouvoirs politiques comme un outil d’aménagement urbain redéfinissant peu à peu les usages des cités pré-coloniales. Ils ne sont pas remis en cause pendant la colonisation russe alors qu’est instaurée la juxtaposition fonctionnelle. Mais ce n’est plus le cas à partir de 1917 : les activités pré-coloniales sont alors en partie rejetées. D’abord considérées comme inadéquates avec l'idéologie soviétique, elles sont ensuite ré-inventées à partir des années 1960, conformément aux principes internationaux de protection du patrimoine. Indifférence, rejet et invention : la réhabilitation fonctionnelle souligne ce mouvement de distanciation puis de redécouverte, voire de reconquête des quartiers pré-coloniaux aujourd’hui mis en valeur au nom d’une sauvegarde patrimoniale et d’impératifs touristiques.

La réhabilitation fonctionnelle post-soviétique : la recette urbaine des acteurs privés et publics 

16De 1865 à 1991, les quartiers pré-coloniaux ont été définis par des pouvoirs conquérants. Mais depuis 1991, l’Ouzbékistan est une république indépendante. Dans ce contexte politique particulier, comment le nouvel Etat définit-il les usages de ces espaces urbains ? En fait, l’Etat ouzbékistanais adopte les mêmes mécanismes que les conquérants du XX ème siècle et répond aux mêmes impératifs patrimoniaux et touristiques qu’autrefois. Mais la réhabilitation fonctionnelle post-soviétique se caractérise par un rôle accru des acteurs privés, véritables relais de l’Etat. La sélection des fonctions se poursuit, mais les acteurs se diversifient.

Des mesures étatiques favorisant une réhabilitation économique des monuments historiques

  • 19  Site de la fondation Agha Khan : http://www.akdn.org/
  • 20  Information recueillie par U. Badalov, étudiant à Tachkent.
  • 21  Rencontré le 10/07/04 à Tachkent, dans la médressée Abdulakasim.
  • 22  Salaire mensuel d’un fonctionnaire ouzbek : 26000 soums (environ 26 euros)
  • 23  Dépliant  à destination des touristes, présenté par K Mirsagatov.

17Selon des architectes ouzbékistanais ayant travaillé avec la fondation Agha Khan19, “for last 25 years, Bukhara has been engaged in an active policy to restore and revitalise the old town with its many monuments, and they are succeeding.” Il semble donc que des avancées aient été faites dans la politique de protection et de réhabilitation des quartiers pré-coloniaux ouzbékistanais. Une des solutions utilisées pour sauvegarder ce patrimoine urbain est la transformation de ses fonctions initiales. L’objectif recherché par les mesures entreprises est de trouver des usages marchands à partir desquels des sources de revenus peuvent être dégagées pour l’entretien des édifices. Le président de la République d’Ouzbékistan, Monsieur I. Karimov, a ainsi promulgué une loi le 22 juillet 1997 concernant la création de l’entreprise publique « Uzbektourism ». Il y est stipulé que seuls les artisans ont le droit d’exercer leurs activités dans n’importe quel monument historique20. Ces marchands payent une taxe, qui est ensuite reversée à un organisme d’Etat censé redistribuer l’argent pour la protection et la sauvegarde de ce patrimoine bâti. Ainsi, K. Mirsagatov21, artisan implanté dans la médressée Abdulkasim à Tachkent, verse 20 000 soums par an (environ 20 euros22) pour louer cet emplacement. Son autorisation est donnée par « Khunarmand », une association d’artisans, pilotée par « Masavvir », le « centre de production scientifique pour les arts appliqués et l’artisanat 23 ». Cela lui donne le droit d’utiliser la médressée Abdulkasim comme lieu de travail et de vente, mais il n’est pas autorisé à faire de travaux dans la cellule qu’il occupe. En favorisant l’installation d’activités économiques, cette mesure juridique, qui s’inscrit dans la continuité de la loi de 1976 précédemment citée, encourage la réhabilitation fonctionnelle des bâtiments, sans que cela s’accompagne d’une profonde transformation morphologique des monuments. À ces mesures étatiques qui favorisent la modification des activités du patrimoine urbain centrasiatique, s’ajoutent depuis 1991 les initiatives privées des habitants.

Le relais des acteurs privés : le goût de la propriété privée

  • 24  Entretien réalisé en français avec M. Azimova, professeur de français et guide touristique, le 16 (...)

18La réhabilitation fonctionnelle n’est plus l’apanage de l’Etat puisque depuis l’indépendance de l’Ouzbékistan, les propriétaires peuvent œuvrer à une évolution fonctionnelle de leur maison. Pendant la période soviétique, la propriété privée n’existait pas et de nombreuses maisons furent collectivisées, partagées entre plusieurs familles. Depuis l’indépendance de l’Ouzbékistan en 1991, la notion de « propriété privée » a pris un sens nouveau. Certes, le sol appartient à l’Etat. Mais les murs des habitations sont détenus par la population. Leurs propriétaires considèrent qu’ils peuvent en faire ce qu’ils veulent. On assiste donc depuis 1991 à une explosion des chantiers dans les villes centrasiatiques, radicalement transformées par les multiples travaux effectués souvent sans respect de la réglementation. Il existe pourtant un système de contrôle des constructions, reposant sur le permis de construire. Mais beaucoup contournent ces lois. L’accès à la propriété privée, même limité par un labyrinthe administratif, a ainsi encouragé les transformations totales ou partielles opérées dans les maisons traditionnelles. Il faut les réparer, les agrandir, améliorer leur confort ou montrer la richesse familiale. Certains habitants souhaitent préserver ce patrimoine bâti. Mais la plupart espèrent avant tout y implanter des activités économiques. Car les maisons sont actuellement transformées afin de répondre aux besoins du tourisme. Le tourisme fascine et chacun espère récupérer les quelques euros ou dollars que distribuent les voyageurs. On raconte là-bas que si une famille parvient à accueillir un groupe d’étrangers, elle gagne de quoi vivre une année durant. Alors, pour attirer le touriste et son portefeuille, les habitants effectuent de nombreux travaux dans leurs habitations. M. Azimova, habitante de Boukhara, explique que la valeur des maisons traditionnelles commence à être prise en compte grâce à l’intérêt porté par les touristes au centre pré-colonial. Et elle ajoute que « certains habitants achètent des maisons pour les transformer en hôtel.24 » L’habitation devient alors un objet patrimonial.

19Les habitants tentent de faire de leurs maisons des hôtels. L’Etat favorise l’implantation de fonctions marchandes dans les monuments historiques. Tous transforment les usages du patrimoine urbain pour une seule raison : l’argent. Et même si les acteurs privés se trouvent parfois en contradiction avec les acteurs publics, ne respectant que rarement les lois, tous sont  liés par une seule activité : le tourisme.

Des réhabilitations fonctionnelles au service du tourisme 

20Le tourisme est depuis les années 1960 une fonction marchande omniprésente dans les quartiers pré-coloniaux d’Asie centrale. Ce secteur était contrôlé par l’Etat, par le biais de l’agence « Intourist ». Depuis l’indépendance de l’Ouzbékistan, « Intourist » s’est transformée en « Uzbektourism » et les initiatives privées sont tolérées. Le pays s’est quelque peu ouvert au tourisme international et du début des années 1990 jusqu’aux années 2000, l’activité touristique y est en constante progression, bien que ralentie depuis (cf. tableau 2). Des structures d’accueil ont dû être créées. Acteurs publics et privés l’ont bien compris, adaptant de manière différente les maisons traditionnelles à de nouveaux usages.

Source : T. Saïdov, Uzbektourism, 07/2004.

Tableau 2 : évolution du nombre de touristes en Ouzbékistan de 1993 à 2003

21À Boukhara, la maison du père d’un homme politique controversé, M. Khodjaev, premier président de l’Ouzbékistan, a ainsi été transformée en musée en 1996, à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de cet illustre boukhariote. La salle de réception accueille maintenant les collections de photographies et divers documents retraçant sa vie. Des agences de voyage y organisent parfois des thés et des dîners. L’architecture initiale a cependant été conservée : la résidence comporte une cour pour les hommes et une autre pour les femmes, des quartiers d’hiver et d’été. Les abords de la maison ont aussi bénéficié d’aménagements spécifiques, notamment la création d’une placette ombragée à proximité. L’implantation de ce musée n’a pas nécessité de modifications spatiales majeures dans la maison de M. Khodjaev.

  • 25  Observation sur le terrain, avril 2003.
  • 26  Elle regroupe trois générations, soit sept personnes.

22Autre exemple, d’initiative privée cette fois : le « Bed and Breakfast » « Muhandis » géré par Mmes Aziza et Koutbiya à Samarcande. L’hôtel de ces deux soeurs est situé dans le quartier pré-colonial, à proximité du Gour Emir, le tombeau de Tamerlan. Les transformations spatiales des constructions sont particulièrement visibles25. De nouveaux bâtiments abritant trois chambres ont été rajoutés à la demeure traditionnelle (cf. photo 1). La maison voisine a été rachetée par la famille et le mur qui les séparait a été détruit, de manière à former une vaste cour centrale. Des travaux ont été réalisés dans une autre demeure appartenant aux deux sœurs afin d’accroître l’activité touristique. Ce « Bed and Breakfast » est constitué de cinq chambres pour les touristes, mais la maison héberge aussi tous les membres de la famille26. On assiste ici à une juxtaposition fonctionnelle, avec la réunion dans un même espace d’un usage initial résidentiel doublé d’une nouvelle fonction marchande touristique.

Source : GP., 04/2005

Photo 1 : la transformation d’une maison traditionnelle à Samarcande

  • 27  « Contrôle des lieux et un contrôle des consciences », tout cela finit par ressembler à une tentat (...)

23L’impact économique réel du tourisme est difficilement quantifiable, faute de statistiques fiables et accessibles. Cependant, les activités qui lui sont liées transforment peu à peu le paysage urbain pré-colonial, par le développement de fonctions culturelles nouvelles et par la juxtaposition d’usages locaux et touristiques au sein d’un même territoire. Les quartiers pré-coloniaux d’Ouzbékistan, les médinas du Maghreb ou les villes historiques d’Amérique du Sud sont tous façonnés par ces activités touristiques. Les Etats voient en elles un moyen de réhabiliter ces espaces urbains en leur offrant une reconnaissance patrimoniale nationale et internationale. L’Ouzbékistan a ainsi proposé d’inscrire sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO les cités pré-coloniales de Khiva (1990), Boukhara (1993) et Samarcande (2001), étapes mythiques des routes de la soie. Tourisme et patrimoine sont au cœur de ces enjeux. Pour certains auteurs, il s’agit plutôt d’un « modèle de ville ségrégatif » qui consiste à  « fonctionnaliser les monuments pour leur assigner exclusivement l’usage que l’Etat leur destine, à savoir les intégrer à l’économie mondiale du tourisme. » D’autres se font plus virulents, allant jusqu’à dénoncer un « contrôle des lieux » et un  « contrôle des consciences », organisé par les organisations internationales dans une « logique d’ordonnancement du monde27 ». Les cités pré-coloniales, devenues à la fois des objets patrimoniaux et touristiques seraient ainsi dominées, contrôlées et gérées par des forces étatiques et internationales.

La réhabilitation fonctionnelle : définitions spatiales, domination sociale ?

  • 28  En Ouzbékistan, la notion de concertation entre l’Etat et la population est absente du vocabulaire (...)

24Mais quelles sont les conséquences spatiales et sociales de cette emprise politique ? Comment s’organise alors le territoire pré-colonial ? Comment est-il perçu par ceux qui vivent au quotidien dans un espace dont les usages leur échappent en partie, car choisis par une autorité politique n’incluant pas la population dans ces démarches urbaines28 ?

De nouvelles organisations spatiales ?

25Les différentes réhabilitations fonctionnelles opérées par l’Etat dans les quartiers pré-coloniaux ont créé de nouvelles organisations spatiales, symbolisant la manière dont le pouvoir politique prend en considération ces espaces urbains.

À l’échelle du bâtiment : une diversification des fonctions et une protection patrimoniale ?

  • 29  Article 4 de la Charte de Venise : « La conservation des monuments impose d’abord la permanence de (...)
  • 30  BELFQUIH M., FADLOULLAH A. L’agglomération de Rabat-Salé. Processus, mécanismes et formes de crois (...)
  • 31  Entretien réalisé en russe avec T. Babaev, inspecteur en chef des Monuments historiques de la régi (...)

26Conformément aux principes internationaux29, un bâtiment qui n’a plus d’usage spécifique doit donc être entretenu, transformé et non mourir peu à peu. M. Belfquih  et A. Fadloullah, ayant étudié les médinas de Rabat et de Salé, expliquent ainsi qu’« une médina n’est pas un musée, mais un espace particulièrement vivant. Et vouloir la conserver, c’est-à-dire la momifier, c’est la condamner à la dégradation et au dépérissement certains30». Ces principes sont officiellement appliqués en Ouzbékistan. T. Babaev, inspecteur en chef des Monuments historiques de la ville de Boukhara, affirme ainsi  que « pour que les bâtiments ne se détruisent pas, ils doivent être utilisés31 ». Le patrimoine urbain est alors préservé car adapté à un nouvel usage.

  • 32  Hurja : cellules dans lesquelles les étudiants vivent lorsqu’ils étudient dans une médressée (écol (...)

27La médressée Koukeldach à Boukhara est ainsi un exemple particulièrement flagrant d’évolution fonctionnelle radicale puisque cette ancienne école coranique abrite maintenant des marchands de souvenirs et un coiffeur (photo 2). Ces commerçants ont installé leurs échoppes dans les « hurja32 », les salles d’études autrefois destinées aux étudiants. Après avoir été utilisé à des fins non-marchandes religieuses, ce monument est donc aujourd’hui mis au service d’usages marchands.

Source : GP., 04/2005

Photo 2 :  l’évolution fonctionnelle de la médressée Koukeldach (XVI ème siècle) à Boukhara

  • 33  Observation sur le terrain, avril 2003.

28L’exemple de la médressée Eshoni-Pir à Boukhara est lui aussi particulièrement intéressant. Ce bâtiment datant du XIX ème siècle a été réhabilité avec l’aide de l’UNESCO en école et en atelier de confection de tapis. Les élèves travaillent eux aussi dans les « hurja » de la médressée33. La fonction initiale de la médressée liée à l’enseignement est conservée, mais elle est adaptée aux évolutions économiques. On est ainsi passé d’une utilisation non marchande religieuse à une fonction marchande liée à l’artisanat et au tourisme.

29La transformation des fonctions et, parfois, de la structure du bâti, est donc perçue comme une solution d’aménagement urbain dans un contexte où de vastes emprises spatiales situées au cœur de la ville restent vides et inutilisées. Ces espaces, ayant une valeur patrimoniale, sont ainsi transformés suivant les besoins actuels de la population. De plus, la structure de certains monuments, notamment les médressées et les caravansérails, se prête à une adaptation de leur fonction initiale. Les « hurja », les anciennes cellules des étudiants ou les chambres des marchands permettent d’accueillir des échoppes individuellement distinctes. La cour centrale devient ainsi un nouvel espace public autour duquel s’articulent des lieux commerçants privés. L’architecture spécifique de ces monuments encourage donc la création d’un territoire urbain original, où le monument sert de décor à des activités s’adaptant à cette construction hors du commun.

30Enfin, une des conséquences de cette réhabilitation est une juxtaposition de fonctions différentes au sein d’un même bâtiment. En Asie centrale, les maisons traditionnelles sont habitées par une famille, qui héberge parfois les touristes de passage. Usage résidentiel et marchand sont donc associés. Les principaux monuments n’échappent pas non plus à la règle. La mosquée Po-I Kalon de Boukhara est un lieu de culte. Les croyants s’y regroupent le vendredi et les étudiants de la médressée Mir-I Arab, située juste en face, viennent parfois s’y recueillir. Ce monument conserve donc sa vocation religieuse pré-coloniale. Cependant, d’autres fonctions s’y juxtaposent. Près de la porte, se trouve une table sur laquelle sont placés des ouvrages proposés à la vente, traitant de l’art centrasiatique. C’est là que les touristes payent le prix d’entrée, variant selon les heures, les jours (et la tête du touriste). L’usage marchand de ce monument est donc lui aussi visible. La réhabilitation fonctionnelle a donc pour effet, à l’échelle d’un bâtiment, de lui assurer un entretien, une nouvelle utilité, et de rassembler parfois dans un même lieu différents types d’activités qui se côtoient sans heurt apparent.

À une échelle urbaine : un paysage urbain remodelé ?

31À une échelle urbaine, les réhabilitations fonctionnelles façonnent un nouveau paysage, reflet des politiques mises en œuvre. Le quartier pré-colonial de Boukhara, dont les usages sont profondément modifiés, est présenté comme un véritable pôle touristique tandis que la cité traditionnelle tachkentoise apparaît à l’écart des préoccupations urbanistiques de la capitale. L’historicité et le rôle économique du quartier pré-colonial sont valorisés à Boukhara, mais pas à Tachkent.

À Boukhara, une concentration centralisée des réhabilitations fonctionnelles

  • 34  Tok Zargaron, Telpak Furushon et Sarrafan.

32À Boukhara, les monuments qui se sont vus attribuer une nouvelle fonction se trouvent à proximité de l’axe central parcourant le centre ancien d’est en ouest, par la rue B. Naqchbandi, puis la rue Samarcande et la rue K. Nurobod, du Liabi-Khauz à l’est (cf. photo 3) en passant par les trois coupoles marchandes34 et l’ensemble Po-I Kalon (cf. carte 1). Cette artère, ponctuée des vestiges des bazars du XVI ème siècle, était autrefois une immense rue couverte dédiée aux activités commerciales. Elle a fait l’objet d’une politique urbaine progressive, ré-aménagée en plusieurs étapes. Son niveau a ainsi été abaissé de 1976 à 1983 et de 1988 à 1993. Les parcours touristiques, souvent identiques, empruntent cette épine dorsale de la ville, d’où cette concentration de bâtiments réhabilités accueillant des activités artisanales afin de répondre à la demande des voyageurs. À l’inverse, les monuments situés à l’écart du quartier pré-colonial de Boukhara, voire à l’extérieur de la ville, conservent leur rôle initial et sont peu fréquentés par les gens de passage visitant Boukhara.

Source : GP., 08/2004

Photo 3 :  Le Liabi-Khauz, à Boukhara

33De la même manière, les habitations qui ont été transformées pour un usage non résidentiel se concentrent principalement au sud du Liabi-kauz, dans le quartier juif de Boukhara, au cœur de la cité. La plupart sont maintenant des « Bed and Breakfast ». La proximité du bassin du Liabi-khauz (photo 3), pôle commercial et touristique de la cité pré-coloniale, entouré de monuments prestigieux tels que la médressée Divanbégui ou Koukeldach, permet de comprendre cette localisation concentrée, à proximité d’un pôle urbain majeur. De plus, dans ce quartier se trouvent d’anciennes demeures des populations juives, qui ont en partie quitté Boukhara. Ces maisons, richement décorées, sont un atout pour leurs nouveaux propriétaires qui n’hésitent pas à les transformer en hôtels afin de plaire aux touristes, à la recherche d’authenticité architecturale.

34On observe ainsi à Boukhara une concentration des réhabilitations fonctionnelles des monuments et des maisons traditionnelles au cœur de la vieille ville, reflet d’une volonté politique et d’initiatives privées mises au service des activités touristiques.

Source : GP., 08/2005

Carte 1:  La réhabilitation fonctionnelle des monuments à Boukhara

À Tachkent, des réhabilitations fonctionnelles périphériques

  • 35  Eski Chahar : « vieille ville »  en ouzbek, dénomination utilisée en ouzbek pour désigner les quar (...)
  • 36  Observation sur le terrain, 09/2004.

35Le schéma d’organisation spatiale des bâtiments réhabilités est tout à fait différent à Tachkent puisqu’on y observe surtout une stabilité des usages au cœur de la cité pré-coloniale. Ainsi, la place Khast-Imam, au nord du bazar Chorsou, regroupe la mosquée Tellia Cheikh et le mausolée A. Chachi, dont les fonctions initiales sont préservées. À proximité, se trouvent la médressée Bara Khan, actuellement centre administratif du mufti d’Ouzbékistan, et la mosquée Nomozgokh, devenue l’institut islamique de l’imam Al Boukhara. Certes, la fonction initiale de ces derniers bâtiments a évolué. Il n’en demeure pas moins qu’elle reste liée à un usage religieux. À quelques pas du bazar de Chorsou, la médressée Koukeldach et la mosquée Juma ont là aussi conservé leurs activités initiales. En fait, le seul monument dont l’usage a été profondément transformé se trouve en périphérie de ce qu’il reste de la cité pré-coloniale tachkentoise, au sud, à proximité du palais de l’amitié entre les peuples. Il s’agit de la médressée Abdulkasim, abritant des artisans vendant leurs produits aux quelques touristes de passage. La réhabilitation fonctionnelle des monuments à Tachkent est donc limitée quantitativement, surtout visible en périphérie d’ « Eski Chahar35 » (cf. carte 2). De plus, contrairement à Boukhara, les transformations des fonctions des maisons traditionnelles sont rares et diluées dans l’espace. Il n’existe qu’un seul « Bed and Breakfast » dans le centre ancien de Tachkent, celui que Gulnora, la propriétaire36, a établi dans sa maison, à proximité du bazar de Chorsou.

Source : GP., 08/2005

Carte 2:  La réhabilitation fonctionnelle des monuments à Tachkent

  • 37  Enquêtes réalisées lors de l’été 2004.

36La réhabilitation fonctionnelle dessine ainsi une organisation spatiale spécifique à Tachkent et à Boukhara. Les bâtiments réhabilités conservant leur fonction initiale sont localisés à Boukhara en périphérie de l’axe central et touristique de la vieille ville, tandis qu’à Tachkent, ils se trouvent en position centrale, à proximité du bazar Chorsou. Les monuments dont les fonctions ont été transformées se situent quant à eux au cœur de la cité boukhariote mais en périphérie de celle de Tachkent. Deux paysages urbains s’esquissent donc à travers la répartition des monuments réhabilités. La cité pré-coloniale de Tachkent apparaît comme un quartier secondaire d’une capitale qui doit être le pôle économique et politique de l’Ouzbékistan. « Eski Chahar » est mise à l’écart, non valorisée, à l’exception peut-être de ses marges. À l’inverse, la cité boukhariote est érigée comme le symbole d’une ville qui fait la fierté de ses habitants37, véritable pôle touristique du pays. Ces deux organisations spatiales visibles à Tachkent et Boukhara sont représentatives de choix politiques visant à mettre en valeur l’une ou l’autre de ces cités pré-coloniales.

Le choc des répresentations 

  • 38  CHALAS Y. L’invention de la ville. Collection Villes, Anthropos Economica, Paris, 2000, p°48.

37Mais comment ce nouvel espace urbain est perçu par les habitants ? Y. Chalas s’interroge : « qu’en est-il de l’après-réhabilitation ? De ces populations qui sont restées les mêmes sur place, mais dont le décor a changé, passant du lugubre au raffinement esthétique et coloré, de l’insalubrité surannée aux techniques de confort les plus modernes ? Quel accueil ces habitants réservent-ils à cette régénération de leur environnement construit38 ?» Comment réagissent-ils face à la réhabilitation fonctionnelle inspirée de choix politiques qui leur échappent partiellement ?

  • 39  DRIS N. La ville mouvementée. Espace public, centralité, mémoire urbaine à Alger. CEFRESS, L’Harma (...)

38S. Ostrowesky distingue ainsi la « ville offerte » de la « ville pratiquée ». La ville est offerte par les pouvoirs publics qui définissent son fonctionnement, et la ville est pratiquée par ceux qui y vivent.  Lorsque « ville offerte » et « ville pratiquée » concordent, elles constituent un véritable espace urbain. N. Dris explique que «cette relation entre « ville pratiquée » et « ville offerte » prend toute sa signification dans le cas de la ville d’Alger où, d’une part les formes spatiales héritées résultent d’un processus d’urbanisation dont les préoccupations n’étaient pas celles de la population qui en fait usage aujourd’hui et, d’autre part, l’urbanisme volontariste actuel prône de nouvelles formes d’usage qui, le plus souvent, ne correspondent pas aux attentes des habitants39. » En Ouzbékistan, cette disjonction entre « ville offerte » et « ville pratiquée » est là aussi particulièrement visible.

39En Asie centrale, les bâtiments, surtout ceux qui sont liés au culte, ne se réduisent pas à un assemblage plus ou moins harmonieux de briques. Ils ont une âme, une signification, une valeur sacrée qu’il faut respecter, au-delà de la dégradation physique de la construction. En avril 2003, à Boukhara, dans une mosquée transformée en atelier d’urbanisme pendant la période soviétique et aujourd’hui en ruine, brillait une bougie, au milieu de la poussière et des gravats. C’était mercredi, jour sacré, et dans un syncrétisme liant croyances zoroastriennes et musulmanes, quelqu’un avait pensé à allumer cette lumière. Dans la cour, des graines avaient été jetées aux oiseaux, là aussi geste pieux pour nourrir les esprits des défunts. Cet exemple montre bien la persistance de l’usage d’un bâtiment, et dans ce contexte, on comprend mieux les réticences de quelques habitants face aux réhabilitations fonctionnelles de certains monuments, ne correspondant pas toujours aux aspirations spirituelles des populations.

  • 40  Mahalla : en ouzbek, « communauté aussi bien sociale (famille élargie) qu’administrative (la plus (...)
  • 41  Entretien réalisé avec Z. Klitchev le 08/09/04 à Boukhara.
  • 42  Entretien réalisé avec Goulnora le 03/09/04 à Boukhara.
  • 43  Entretien réalisé avec Z. Klitchev le 08/09/04 à Boukhara.

40Z. Klitchev, architecte boukhariote, affirme ainsi que pendant la période soviétique, il aurait été possible de transformer les mosquées en centre de gestion des mahallas40 ou de conserver les fonctions d’enseignement des médressées. Mais « les gens avaient peur de rentrer dedans41». Ils n’auraient pas osé entrer dans ces bâtiments réhabilités encore chargés de valeurs sacrées. Aujourd’hui, certains types de réhabilitation fonctionnelle sont mal perçus par les habitants : le lien qui unit « ville offerte » et « ville pratiquée » est rompu. Ainsi, Goulnora, jeune dentiste de Boukhara, réagit vivement à l’évocation de l’hôtel récemment installé dans la médressée Attor. Selon elle, ce monument est un endroit « destiné pour étudier et c’est un bâtiment historique. Il ne faut pas que les touristes s’y amusent, s’y baignent. C’est un endroit saint42 ». Mais la jeune fille ajoute aussi que si une médressée ne doit pas être transformée en hôtel, elle peut tout de même devenir un centre de formation : la fonction du bâtiment évolue, certes, mais elle reste liée à sa vocation initiale d’enseignement. Le monument est ainsi respecté. En fait, la transformation fonctionnelle d’un bâtiment, même sacré, est acceptée par les habitants lorsqu’elle n’est pas trop brutale, qu’elle est en continuité, et non en contradiction avec ses usages pré-coloniaux. La difficulté est donc de définir la limite à ne pas franchir. Une médressée peut être transformée en centre de formation, car elle comporte initialement une fonction d’enseignement. Mais en faire un hôtel, pour une question de « business », revient selon Z. Klitchev, à « cracher dans son histoire43 ».

  • 44  Entretien réalisé avec Nassimjon, le 18/08/04 à Boukhara.

41De plus, l’implantation d’activités économiques dans les monuments est parfois remise en cause. Quelques habitants soulignent qu’il n’est même plus possible de regarder, d’admirer les monuments pour ce qu’ils sont, porteurs de valeurs historiques, spirituelles et esthétiques, tant ils sont accaparés par les activités économiques qu’ils abritent. Nassimjon, habitant de Samarcande rencontré à Boukhara, affirme ainsi qu’il faut « faire disparaître les boutiques » car « on ne peut pas voir les murs44 ».La médressée Divan Bégui (Photo 4), construite au XVIIème siècle, située à proximité du Liabi-Khauz, à Boukhara, était un lieu d’enseignement des préceptes de l’islam. Elle apparaît aujourd’hui comme un vaste magasin rempli d’échoppes d’artisanat, d’un restaurant, et animé tous les soirs par des concerts payants de musique folklorique.

Photo 4 : boutiques d’artisanat dans la médressée Divan Bégui à Boukhara

42La réhabilitation fonctionnelle est créatrice de dynamiques urbaines permettant de définir et de préserver un patrimoine historique, de diversifier les activités économiques et de créer une nouvelle organisation spatiale sous l’impulsion des acteurs publics. Les usages pré-coloniaux sont ainsi remis en cause, renouvelés, inventés. La ville plurifonctionnelle d’autrefois se compose maintenant d’espaces urbains façonnés par des activités choisies et sélectionnées par les pouvoirs publics. Cependant, les remarques des habitants glanées au fil des rues témoignent de la difficulté de transformer les fonctions d’un bâtiment conformément aux aspirations des populations vivant dans ces quartiers pré-coloniaux. « Ville offerte » et « ville pratiquée » s’opposent.

Conclusion 

43Tout au long du XX ème siècle, les monuments et les maisons traditionnelles présents dans les quartiers pré-coloniaux centrasiatiques ont été régis par des règles répondant à des impératifs idéologiques, économiques ou sociaux. Les pouvoirs conquérants ont attribué, sélectionné et inventé différents usages à cet héritage urbain, créant peu à peu un nouveau paysage au cœur de la ville. Aujourd’hui, l’Etat est indépendant, mais la même méthode est appliquée, permettant à la fois de sauvegarder ce qui peut l’être encore tout en essayant de satisfaire les besoins touristiques des acteurs publics et privés. Mais la réhabilitation fonctionnelle n’est pas toujours acceptée par les habitants. L’espace est sacré, il porte d’autres valeurs, plus spirituelles : l’implantation de certains usages dans les monuments religieux est alors perçue comme une provocation. La ville créée pour satisfaire des exigences politiques rejette l’espace social qu’elle constitue.

44La réhabilitation fonctionnelle visible depuis la fin du XIX ème siècle dans les quartiers pré-coloniaux d’Ouzbékistan est le signe d’une domination politique exercée dans ces espaces urbains. Les regards conquérants, coloniaux et soviétiques, ont marqué de leur empreinte les cités pré-coloniales par le rejet puis l’invention de nouveaux usages, remettant en cause la plurifonctionnalité urbaine qui existait auparavant. Les normes internationales ont ensuite figé le patrimoine urbain centrasiatique en objet touristique, devant être respecté et préservé aux yeux de tous. Depuis l’indépendance de l’Ouzbékistan en 1991, l’Etat est souverain. Plus d’esprit conquérant, mais une domination sociale qui persiste et une définition spatiale des centres pré-coloniaux au cœur d’enjeux nationaux et internationaux, économiques et politiques. Ces quartiers sont le miroir des relations entre le pouvoir, la société et l’espace urbain. Un pouvoir qui façonne l’espace mais qui en même temps rejette ceux qui y vivent. La « ville offerte » s’impose à la « ville pratiquée ». Est-ce bien là son rôle ? La fonction majeure de la ville n’est-elle après tout que d’assurer « le contrôle de l’espace national », comme l’affirme P. Signoles ?

Haut de page

Bibliographie

ASHRAFI F., BABAEV T., SHARIPOV N., USMANOV B., FILIMONOV V., 1995, Restoration of Bukhara Old City. Fondation Agha Khan, 711. UZB, Technical Review, 2-10.

BARTOL’D V. Raboty po istoricheskoi geografii (Travaux de géographie historique). Vol. 2/1, Moscou, 1965.

BELFQUIH M., FADLOULLAH A., 1982, Réorganisation spatiale et reclassement fonctionnel des médinas de Rabat-Salé. In : Equipe de recherche associée au CNRS n°706 « urbanisation du Maghreb ». Présent et avenir des médinas. De Marrakech à Alep. Fascicule de recherches n°10-11, Tours, 148-198.

BELFQUIH M., FADLOULLAH A., 1984, L’agglomération de Rabat-Salé. Processus, mécanismes et formes de croissance. Doctorat d’Etat en géographie, sous la direction de J-F Troin, université François Rabelais, Tours, 4 tomes.

BOGOUSLAVSKI M., 1983, L’Union soviétique et la protection internationale des biens culturels. ED. du progrès, Paris, 223 p.

CHALAS Y., 2000, L’invention de la ville. Collection Villes, Anthropos Economica, Paris, 195 p.

Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites, Venise, mai 1964.

DRIS N., 2002, La ville mouvementée. Espace public, centralité, mémoire urbaine à Alger. CEFRESS, L’Harmattan, Paris, 435 p.

GIOVANNONI G., 1998, L’urbanisme face aux villes anciennes. Coll. Points Seuil, Seuil, Paris, (première édition : 1931), 347 p.

GOSSELIN A., 1993, La politique des musées russes, 1917-1991. Coll. Jeunes talents, Découvrir, Larousse, Paris, 283 p.

KHANYKOV N., 1943, Opisanie Bukharskago khantsva (Description du khanat de Boukhara). St Petersbourg.

LAZZAROTTI O., 2000, Patrimoine et tourisme : un couple de la mondialisation. Mappemonde, n°57, Paris, 12-16.

MERLIN P., CHOAY F., 2000, et alii. Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement. PUF, Paris, 903 p.

MONNET J., 1993, La ville et son double. La parabole de Mexico. Coll. Essais et recherches, Nathan, Paris, 221 p.

MOSER H., 1885, À travers l’Asie centrale : la steppe kirghize, le Turkestan russe, Boukhara, Khiva, le pays des Turcomans et la Perse. Plon, Paris, 443 p.

NOURANIAN R., 1997, Morphologie urbaine de la ville de Tachkent. Mémoire de diplôme à l’école d’architecture de Paris-Belleville, 173 p.

OSTROWESKY S., 1996,  Sociologues en ville. Paris, L’Harmattan.

Plan cadastral de Tachkent consulté à l’IFEAC (institut français d’études sur l’Asie centrale) - 1/10000 – Topographie - Tachkent – 1890.

POUJOL C., 2001, Dictionnaire de l’Asie centrale. Ellipses, Paris, 352 p.

SIGNOLES P., 1999, L’urbain dans le monde arabe. Politiques, instruments et acteurs. CNRS Editions, Paris, 373 p.

SUKHAREVA O., 1958, K istorii gorodov Bukharskogo khantsva (Une histoire des villes dans le khanat de Boukhara). Tachkent.

TRENTESAUX C., SELVA (de) C., 2002, Persistances et changements dans l’habitat boukhariote. Mémoire de TPFE sous la direction de B. Garmirian, école d’architecture de Paris-Belleville, Paris, 226 p.

WEISS W., WESTERMAN K., 1995, Souks et bazars d’orient, de Fès à Samarkand. Arthaud, Paris, 255 p.

Haut de page

Notes

1  MERLIN P., CHOAY F., et alii. Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement. PUF, Paris, 2000, 903 p.

2  MERLIN P., CHOAY F., et alii. Dictionnaire de l'urbanisme et de l'aménagement. PUF, Paris, 2000, 903 p.

3  CHALAS Y. L’invention de la ville. Collection Villes, Anthropos Economica, Paris, 2000, p°47 ;

4  MONNET J. La ville et son double. La parabole de Mexico. Coll. Essais et recherches, Nathan, Paris, 1993, p°109 ;

5  Médressée : école coranique.

6  Registan : en persan tadjik, « place de sable », « nom commun désignant la vaste place publique devant le palais des souverains ouzbeks (ark) ». In : POUJOL C. Dictionnaire de l’Asie centrale. Ellipses, 2001, p°255.

7  1865 : conquête de Tachkent par les Russes.

8  BARTOL'D V. Raboty po istoricheskoi geografii (Travaux de géographie historique). Vol. 2/1, Moscou, 1965.

KHANYKOV N. Opisanie Bukharskago khantsva (Description du khanat de Boukhara). St Petersbourg, 1843.

SUKHAREVA O. K istorii gorodov Bukharskogo khantsva (Une histoire des villes dans le khanat de Boukhara). Tachkent, 1958.

9  1865 : conquête de Tachkent par les Russes.

10  GIOVANNONI G. L'urbanisme face aux villes anciennes. Coll. Points Seuil, Seuil, Paris, 1998 (première édition : 1931), p°45.

11  NOURANIAN R. Morphologie urbaine de la ville de Tachkent. Mémoire de diplôme à l'école d'architecture de Paris-Belleville, 1997, p°67.

12  Plan cadastral de Tachkent consulté à l’IFEAC (institut français d’études sur l’Asie centrale) - 1/10000 – Topographie - Tachkent – 1890 ;

13  H. MOSER. À travers l'Asie centrale : la steppe kirghize, le Turkestan russe, Boukhara, Khiva, le pays des Turcomans et la Perse. Paris, Plon, 1885, p°98.

14  WEISS W., WESTERMAN K. Souks et bazars d'orient, de Fès à Samarkand. Arthaud, Paris, 1995, 255 p.

15  M. BOGOUSLAVSKI M. L'Union soviétique et la protection internationale des biens culturels. ED. du progrès, Paris, 1983, p°18.

16  C.Trentesaux et C. de Selva expliquent ainsi que « caravansérail et madrasa sont transformés en école, en entrepôts, en habitat voire en prison. Leurs cellules minimales et leur point d’eau central conviennent parfaitement au logement. » In : TRENTESAUX C., SELVA (de) C. Persistances et changements dans l'habitat boukhariote. Mémoire de TPFE sous la direction de B. Garmirian, école d'architecture de Paris-Belleville, Paris, déc. 2002, p°37.

17  In : GOSSELIN A. La politique des musées russes, 1917-1991. Coll. Jeunes talents, Découvrir, Larousse, Paris, 1993, p°158.

18  Le 21/12/1977, la RSS d’Ouzbékistan adopte une loi similaire à celle de 1976.

19  Site de la fondation Agha Khan : http://www.akdn.org/

20  Information recueillie par U. Badalov, étudiant à Tachkent.

21  Rencontré le 10/07/04 à Tachkent, dans la médressée Abdulakasim.

22  Salaire mensuel d’un fonctionnaire ouzbek : 26000 soums (environ 26 euros)

23  Dépliant  à destination des touristes, présenté par K Mirsagatov.

24  Entretien réalisé en français avec M. Azimova, professeur de français et guide touristique, le 16 avril 2003, à Boukhara (Ouzbékistan).

25  Observation sur le terrain, avril 2003.

26  Elle regroupe trois générations, soit sept personnes.

27  « Contrôle des lieux et un contrôle des consciences », tout cela finit par ressembler à une tentative de mise en ordre à l’échelle de la planète. Tourisme et patrimoine apparaissent comme deux termes fondateurs d’une logique d’ordonnancement d’un monde. Signer la convention revient à intégrer cette communauté internationale et adhérer à ses grands principes. On assiste donc bien à la construction d’un monde tel que ceux qui l’ont inventé – à commencer par les Etats-Unis – le pensent et, donc, dans une certaine mesure, le dirigent. » In : LAZZAROTTI O. Patrimoine et tourisme : un couple de la mondialisation. Mappemonde, n°57, 2000, Paris, p°16.

28  En Ouzbékistan, la notion de concertation entre l’Etat et la population est absente du vocabulaire urbanistique du régime politique actuel ;

29  Article 4 de la Charte de Venise : « La conservation des monuments impose d’abord la permanence de leur entretien ». Article 5 : « La conservation des monuments est toujours favorisée par l’affectation de ceux-ci à une fonction utile à la société ».

30  BELFQUIH M., FADLOULLAH A. L’agglomération de Rabat-Salé. Processus, mécanismes et formes de croissance. Doctorat d’Etat en géographie, sous la direction de J-F Troin, université François Rabelais, Tours, 1984, p°245.

31  Entretien réalisé en russe avec T. Babaev, inspecteur en chef des Monuments historiques de la région de Boukhara, le 03 septembre 2004, à Boukhara (Ouzbékistan), avec l'aide de N. Assadova, interprète.

32  Hurja : cellules dans lesquelles les étudiants vivent lorsqu’ils étudient dans une médressée (école coranique).

33  Observation sur le terrain, avril 2003.

34  Tok Zargaron, Telpak Furushon et Sarrafan.

35  Eski Chahar : « vieille ville »  en ouzbek, dénomination utilisée en ouzbek pour désigner les quartiers pré-coloniaux.

36  Observation sur le terrain, 09/2004.

37  Enquêtes réalisées lors de l’été 2004.

38  CHALAS Y. L’invention de la ville. Collection Villes, Anthropos Economica, Paris, 2000, p°48.

39  DRIS N. La ville mouvementée. Espace public, centralité, mémoire urbaine à Alger. CEFRESS, L’Harmattan, Paris, 2002, p°32.

40  Mahalla : en ouzbek, « communauté aussi bien sociale (famille élargie) qu’administrative (la plus petite unité administrative reconnue par le gouvernement), spatiale et architecturale (communauté de voisinage) ». Définition de C. Poujol. Dictionnaire de l’Asie centrale. Ellipses, 2001, 352 p.

41  Entretien réalisé avec Z. Klitchev le 08/09/04 à Boukhara.

42  Entretien réalisé avec Goulnora le 03/09/04 à Boukhara.

43  Entretien réalisé avec Z. Klitchev le 08/09/04 à Boukhara.

44  Entretien réalisé avec Nassimjon, le 18/08/04 à Boukhara.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Crédits Source : T. Saïdov, Uzbektourism, 07/2004.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits Source : GP., 04/2005
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Crédits Source : GP., 04/2005
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Crédits Source : GP., 08/2004
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Crédits Source : GP., 08/2005
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Crédits Source : GP., 08/2005
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1750/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillemette Pincent, « La réhabilitation fonctionnelle des villes pré-coloniales d’Ouzbékistan : un outil de domination politique ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 339, mis en ligne le 19 juin 2006, consulté le 27 août 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/1750 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1750

Haut de page

Auteur

Guillemette Pincent

Université Paris IV, France

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page