Navigation – Plan du site
2002
227

Systèmes de villes et pouvoir. L’analyse de Giovanni Botero à l’époque de la Renaissance1

Systems of cities and government. An analysis by Giovanni Botero at the time of the Renaissance.

Denise Pumain et Jean-Pierre Gaudin

Résumés

L’ouvrage publié en 1588 par Giovanni Botero : Delle cause della grandezza e magnificenza delle città, devrait être considéré comme un jalon essentiel dans l’histoire des théories urbaines, en ce qu’il expose une conception très riche et nouvelle des processus par lesquels s’exprime la concurrence entre les villes pour le développement. Nous analysons cet ouvrage très méconnu en France, du double point de vue de la dynamique des villes et du contrôle du territoire. Son originalité est grande lorsqu’il énumère et compare les causes de l’attraction urbaine, tandis que ses réflexions sur le pouvoir reflètent davantage les conceptions de son époque. Mais au total, c’est bien une nouvelle représentation de la territorialité qui s’ébauche chez cet auteur de la Renaissance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Une première version de ce texte a été présentée lors du colloque " La territorialité, une théorie (...)

1Dans la réflexion sur le pouvoir et sur les formes spatiales qui l’expriment, l’approche politique a-t-elle précédé l’approche géographique ? Les explications des régimes politiques par la vertu des princes ont souvent laissé peu de place aux composantes de la vie matérielle. Cependant, à l’époque de la Renaissance, le monde change, son élargissement géographique, la montée de la bourgeoisie et la prise de conscience de nouvelles interdépendances suscitent des interrogations sur le devenir des puissances, qui ne résiderait ni dans des caprices de la Fortune ni dans les principes d’une philosophie politique transmise par les "humanistes".

2A cet égard, l’ouvrage de Giovanni Botero (1540-1617), Delle cause della grandezza e magnificenza delle città, publié en 1588, apporte un éclairage puissant à plusieurs titres. L’auteur choisit de s’intéresser d’abord aux villes et cherche prioritairement les causes qui peuvent expliquer leur taille et leur croissance. En affirmant dès cette époque le rôle central de l’activité économique et des multiples facteurs d’attraction urbaine qui peuvent contribuer à son développement, en plaçant les villes dans une représentation stratégique et concurrentielle, il amorce une première description de ce qu’on appellerait aujourd’hui la dynamique des systèmes de villes ; par cette approche de type mercantiliste, il enrichit le débat de son époque sur les stratégies politiques ; il développe enfin une conception relationnelle de la territorialité, qui mérite d’être rediscutée à la lumière des catégories d’analyse proposées par Claude Raffestin.

3Sans doute l’auteur participe-t-il pleinement du renouvellement de la pensée lié à l’émergence d’une société nouvelle qui s’affirme à la Renaissance, sans doute s’est-il appuyé sur son excellente connaissance des informations qui circulaient à l’époque dans le monde des voyageurs et celui des marchands, sans doute l’objet d’étude en quelque sorte "intermédiaire" que constituent les villes, entre commerce et politique, autorisait-il un propos plus libre que ceux tenus dans la plupart des débats de ses contemporains. Il reste que ce petit ouvrage révèle une acuité d’observation, un talent d’interprétation et une hardiesse de formulation qui inciteraient à l’inscrire, pour la science des villes, parmi les auteurs les plus intéressants de son siècle et des suivants (G. Botero, 1588).

Puissance et attraction des villes

  • 2  Nous remercions L. Prieto de nous l’avoir fait découvrir

4Assez souvent cité et analysé par nos collègues italiens, Giovanni Botero est presque ignoré des géographes français2 Ce Piémontais, passé semble-t-il par l’ordre naissant des Jésuites, qui a été secrétaire de l’Archevêque de Milan Charles Borromée, écrit en 1583 pour l’Archevêque et Prince de Salzbourg un ouvrage en dix livres "Della Ragion di Stato", qui fondera sa renommée. Il publie en 1588 un petit opuscule en trois livres intitulé "Delle cause della grandezza e magnificenza delle città". Ces quelque soixante dix pages de réflexions sur les causes de la grandeur et de la gloire des villes, d'abord publiées à part, et rééditées au moins deux fois en 1589 et 1590, seront insérées en 1599 à la fin de l'ouvrage "Della Ragion di Stato", dont c’est alors la septième réédition (à Venise). Alors que le texte de Botero sur le bon gouvernement est bien connu des spécialistes de science politique, le passage relatif aux villes n’est généralement pas évoqué par les grands précis de la science urbaine. Seul, l'économiste René Maunier le cite dans son livre de 1910, (à partir de l’analyse qu’en avait fait Maksim Kovalewskij en 1897) et le présente comme un jalon majeur dans l’histoire de la théorie générale des villes.

5Une lecture guidée par cette curiosité théorique retrouve en effet aisément dans le texte de Botero, sans trop de risque d’exagération anachronique ou d’histoire ex-post, une pensée comparatiste appliquée aux villes, jointe à une analyse fine et nuancée des multiples facettes de ce que nous appellerions aujourd’hui leur dynamique. La question posée par Botero est en effet de comprendre ce qui fait la grandeur des villes. Mesurée par le nombre d’habitants rassemblés et par l’ensemble de leurs pouvoirs, qui révèle une force d’attraction, fondée sur une réputation, la grandezza selon Botero s’acquiert, en poids démographique, en richesse économique et en puissance de représentation symbolique, dans un jeu concurrentiel de lutte pour la captation et l’invention d’avantages urbains comparatifs.

Une méthode : observation et comparaison

6Ce qui séduit d’abord le lecteur contemporain, c’est la méthode dont use Botero pour établir un savoir utile au prince qu’il conseille. Au lieu de raisonner à partir de principes théoriques et de considérations morales, il s’appuie sur une très vaste connaissance du monde qui l’entoure. De la Chine au Nouveau Monde, de l’Europe du Nord au Moyen-Orient, les exemples qu’il cite révèlent une grande culture, géographique et historique. Sa documentation puise sans doute aux riches bibliothèques italiennes, celles surtout des ordres religieux dont il a été proche, ou encore des cours princières qu’il a fréquentées dans plusieurs parties de l’Europe. Depuis le XVe siècle, les ouvrages décrivant les différentes parties du monde, entre autres selon leurs ressources naturelles et leurs organisations politiques, se sont multipliés, telles la Cosmographie Universelle de Sébastien Munster (publiée en latin à Bâle en 1536 et traduite en français dès 1562) ou encore le travail de F. Sansovino publié à Venise en 1562 (Del governo e amministrazione di diversi regni e republiche). Botero tire probablement maints exemples de telles lectures, mais aussi de son expérience personnelle de voyageur, habitué à dialoguer avec les marchands. Il commente ainsi des expériences récentes comme celle de la colonisation du Brésil, qui a commencé vers 1500, ou encore celle de l’aménagement des voies fluviales des Flandres. Surtout, il applique à la comparaison une réflexion critique afin de raisonner "toutes choses égales par ailleurs" ("data la parità dell’altre cose", p. 366 de l’édition réalisée par L. Firpo à Turin). C’est donc sur une connaissance savante, issue autant que possible de l’observation, que Botero fonde la légitimité de son propos, alors que tant de conseillers du prince s’en tiennent à l’époque à un discours normatif pétri de systèmes de valeurs. Homme de son temps, celui de la Renaissance, cultivé et ouvert sur le monde qui lui est contemporain, Botero propose ainsi une des premières interprétations à visée objective de l’ordre social qui produit les villes et les territoires.

7Afin de mieux souligner cette sagacité, nous ne reprenons pas ici l’ordre d’exposition des facteurs de la grandeur des villes tels que les énumère Botero, mais nous réinterprétons dans le vocabulaire de la théorie urbaine actuelle les idées fondamentales qu’il énonce.

De l’utilité

8L’originalité de Botero à son époque tient d’abord en ce qu’il propose une interprétation de l’ordre du monde par les valeurs marchandes, et qu’il présente donc l’un des premiers éclairages de la société par l’économie - un siècle avant les mercantilistes anglais ou les physiocrates français. Pour expliquer le regroupement de la population dans les villes, qui en mesure la "grandeur" (au sens de la masse tout autant que du rayonnement), il met en avant la notion d’utilité (utilità), qu’il présente comme le seul fondement durable, récurrent, de l’existence des villes.

9Sans toutefois définir directement l’utilité, Botero l’identifie comme "la cause principale de la grandeur des villes". Il apparaît à travers son propos d’ensemble qu’il ne réduit pas cette notion à un intérêt économique strict et immédiat, mais la situe d’emblée comme multidimensionnelle et évolutive. Elle inclut selon lui les avantages du site (la commodité), la fertilité du sol, et l’accessibilité (les facilités de circulation). Les avantages de "site" (qui recouvrent aussi chez Botero ceux de la situation géographique) sont essentiels pour la croissance d’une ville. Toutefois, pas de déterminisme chez Botero : les sites avantageux sont nombreux, mais seuls ceux qui non seulement correspondent à une nécessité de passage sur de grands itinéraires mais aussi sont utiles pour des activités locales, peuvent favoriser le développement de grandes villes. La notion de rente de fertilité procurée par la campagne environnante, que définiront des économistes tel Ricardo, est aussi déjà approchée par Botero comme facteur favorisant le développement des villes. Il aperçoit par ailleurs le rôle de la spécialisation (non ogni terreno ogni cosa produce) et de l’avantage initial dans un cycle de développement économique : "avoir en sa possession quelque marchandise du moment" est un facteur qui rend une ville attractive.

10Les autres facteurs d’abord invoqués pour rendre compte du regroupement des habitants : l’autorité, la force, le plaisir, ne sauraient à eux seuls assurer un développement urbain dans la longue durée. Les termes employés par le texte de Botero sont très proches de ceux qui sont aujourd’hui en usage dans la problématique du "développement durable" (par exemple : la violenza non puo produrre effeto durabile, ou plus loin à propos des plantes citées métaphoriquement : non possono pero durare e lungamente conservarsi).

De la dynamique

11Contrairement aux représentations du Moyen-Age, qui la rapportaient à l’étendue de l’espace couvert, à la grandeur de ses murs, ou encore au statut de ses gouvernants, la véritable mesure de l’importance d’une ville est, pour Botero, donnée par le nombre de ses habitants : "grandezza di città si chiama non lo spazio del sito o il giro delle mura, ma la moltitudine degli abitanti e la possanza loro" p.345 (la grandeur des villes ne s'exprime pas par l'étendue du site ou l'ampleur de la muraille, mais par le nombre des habitants et le pouvoir qui est le leur). Ces quantités attestent tout à la fois de la capacité de la ville à attirer une population et à en assurer la survie et la prospérité. On trouverait là une traduction de l’importance prise à l’époque de Botero par les processus d’accumulation, des richesses et des hommes (et peut-être du poids des marchés que représentent les hommes accumulés).

12L’analyse que fait Botero de la croissance des villes, semblable à celle que proposera, en l’assortissant de mesures, Paul Meuriot en 1897, la décompose entre un solde naturel, relativement semblable d’une ville à l’autre et (à son époque) stable dans le temps, et une attraction migratoire qui fait la différence. Il aperçoit surtout que le type d’accroissement exponentiel, proportionnel à la taille des villes, est le régime normal, caractéristique de l’évolution des villes (Gibrat en donnera une interprétation statistique en 1931). Toutefois, cette croissance ne peut pas durer sans fin (onde sia, che le città non vadano crescendo a proporzione, p. 400). Il énumère des limites à la croissance qui sont à peu près celles que l’on reconnaît aujourd’hui. Les ressources qui assurent l’attraction de la ville proviennent de la campagne voisine ou de pays plus éloignés : la ville croît à proportion du territoire qu’elle domine. L’attraction doit être forte pour surmonter les obstacles qui gênent les approvisionnements lointains (rugosités du relief, rapidité des fleuves, dangers de la mer, corsaires, instabilité des vents, mauvais état des routes, agressions, émulation des concurrents, longueur des temps d’accès...). Ces obstacles augmentent avec la croissance de la population et des besoins de la ville.

13Sur cette question des limites à la croissance, qui feraient de la compétition entre les villes une dynamique fermée, Botero n’affirme cependant pas aussi catégoriquement l’idée très répandue chez ses contemporains d’un jeu à somme nulle (joliment résumée par Montaigne : "le profit de l’un est dommage de l’autre", Essais, livre I, chap.XXII). A plusieurs reprises il distingue en effet entre les ressources et la production (parte della natura et parte dell industria umana), entre la commodità naturale del sito e l’augmenti guidiciosamente con l’arte, et (au livre 8 de la Ragion di Stato) il souligne la valeur bien plus considérable des produits issus de l’"industria" (ici l’ensemble des actifs urbains) que des matières premières (même si, à l’instar des mercantilistes, il s’oppose à l’exportation de ces dernières, afin de s’en réserver la transformation productrice de richesses). Il estime aux deux tiers la part de la population travaillant dans l’industrie à Venise, Florence, Gênes ou Milan et c’est selon lui à cause de leur industrie que la France, l’Italie et les Pays-Bas sont riches et ont de grandes villes, bien que n’ayant pas de mines d’or ou d’argent importantes. Entre cette possibilité, locale, d’augmenter les richesses et la diversité des produits par l’ingéniosité humaine, et la limitation globale des ressources alimentaires susceptible d’empêcher le nombre des habitants de la Terre de dépasser une certaine valeur, qui aurait selon lui peu varié depuis 3000 ans, Botero ne tranche pas la contradiction.

14A propos des limites à la taille des villes, il formule cependant une notion intéressante, semblable à celle que nous appelons aujourd’hui portée maximale, ou limite : la croissance des villes obligeant à recourir à des approvisionnements de plus en plus lointains, le coût de franchissement de la distance devient parfois si élevé que le jeu n’en vaut pas la chandelle (come metterà mai conto a'mercanti il far venir i formenti, per esempio, dall'India o dal Cataio a Roma?(p.402): cela vaudrait-il la peine pour les marchands d'aller chercher du blé en Inde ou en Chine pour l'amener à Rome ?) et surtout beaucoup plus sujets aux multiples aléas de la circulation. C’est cette fragilité, liée à la difficulté d’assurer des communications régulières et sûres, mais aussi aux risques accrus de contagion, qui en pratique empêche l’établissement durable de villes très grandes. (Dans une annexe, Botero étudie le cas très exceptionnel de la Rome antique qui atteignit, selon lui, deux millions d’habitants).

15Surtout, Botero a l’intelligence d’une dynamique urbaine systémique par au moins trois aspects : il aperçoit tout d’abord la tendance des villes à persister, à maintenir leur taille quand elles ont grandi, c’est-à-dire à faire en sorte que leurs probabilités de décliner se réduisent. Cette tendance ne se traduit pas par une croissance continue, car les obstacles cités ci-dessus et les perturbations accidentelles causées par les guerres et les famines créent de multiples fluctuations. Cependant, les moyens par lesquels l’attraction d’une ville peut être maintenue sont les mêmes que ceux qui ont déterminé la croissance : "toutes les causes qui suscitent la grandeur tendent aussi à la conserver, car les causes de production des choses et de leur conservation sont les mêmes" (p. 405). Cet aspect récurrent de la croissance est le second caractère de la dynamique urbaine identifié par Botero à partir de son expérience comparative : ce qui peut limiter la croissance des villes n’est pas la fécondité des hommes, qui reste stable, ni la fréquence des guerres et des pestes, qui ont toujours existé, mais l’épuisement des ressources, la diminution de l’attraction de la ville. Botero identifie alors, en filigrane dans tout son texte, un troisième aspect, essentiel, de la dynamique des villes, qui est leur concurrence permanente pour l’attraction de la population. Par la force, en ruinant leurs voisines et en forçant leurs habitants à immigrer ; par la conviction, en attirant des familles influentes ; par le plaisir de la vie urbaine que procurent les charmes du site ou les monuments de l’art (qui "plaisent à l'œil, charment les sens ou divertissent la curiosité ", par " le nouveau, l’insolite, l’extraordinaire et le merveilleux"(p.351)). Mais surtout par les facilités commerciales qu’elle procure aux habitants voisins ou lointains, par la diversité des produits et des services qu’elle offre, la ville peut s’assurer d’une attraction durable, à condition de réussir à faire mieux que ses concurrentes, voisines ou lointaines, qui développent des stratégies comparables.

16Ce que nous tiendrions aujourd’hui pour une preuve du caractère auto-organisé de cette dynamique est présenté par Botero comme l’aspect nécessaire, mais non suffisant, de bien des facteurs d’attraction qu’il a énumérés, reconnaissant l’absence de direction optimisatrice dans un système territorial concurrentiel : les villes qui ont réussi à devenir les plus grandes ne sont pas toujours celles qui disposaient a priori de l’atout le plus fort ou le plus évident. Le cas de Paris est ainsi analysé par lui avec beaucoup de finesse : sans conteste il s’agit de la plus grande ville, et pourtant elle ne se trouve pas au centre de la région la plus productive de ce grand royaume : che pero non è nel più grasso paese di quell’amplissim regno, perché cede nell’amenità alla Turena, nell’abbondanza alla Santongia ed al Pittavi, nella varietà de frutti alla Linguadoca, nella commodità del mare alla Normandia, nelle copia de’ vini alla Borgogna, nelle dovizia de’ formenti alla Campagna, nell’uno e nell’altro al contado di Orliens, nelle carni all Bertagna ed al territorio di Burges(p. 355). Même s’il évoque l’idée répandue chez ses contemporains (que Toynbee reprendra dans sa théorie du "challenge") selon laquelle les habitants des régions les mieux pourvues ne sont pas incités à se rassembler pour produire davantage, il n’en fait pas un absolu déterminisme inversé.

17Enfin, sans épuiser ici le contenu du texte, il faut signaler que Botero repère la diversité de ce que nous appellerions aujourd’hui les "fonctions urbaines", en insistant sur les facteurs d’attraction des villes dont le rôle est d’être des lieux de pèlerinage religieux, d’enseignement, d’exercice de la justice, mais aussi de résidence des nobles et des princes. L’effet multiplicateur de cette dernière fonction sur les activités est très important et conduit Botero à distinguer, en Italie, au moins deux classes de taille de villes, les capitales de principauté formant le premier de ces niveaux hiérarchiques définis par la taille. Au total, Botero nous donne donc une approche du fait urbain dans sa complexité et ses logiques d’organisation où plusieurs de nos catégories actuelles d’analyse peuvent se retrouver.

Et le contrôle du territoire ?

18Botero s’attache donc essentiellement aux dynamiques de la concentration des hommes et des marchandises et, corrélativement, à l’attraction concurrentielle des villes. Dans ces trois livres qu’il intitule Delle Cause della Grandezza delle Città, il consacre ainsi son attention à ce qu’on appellerait aujourd’hui des processus de "polarisation", ou des phénomènes d’(auto)organisation économique des flux.

19Mais est-ce à dire qu’ il s’agit là pour lui d’une forme d’échanges économiques quasiment sans politique ? Les villes sont-elles des nœuds naturels de circulation et de concentration, issues de la simple nécessité des échanges, et dont elles activeraient le jeu par le seul effet de la compétition mimétique qu’elles entretiennent entre elles ?

20Dans l’analyse des villes développée dans la Grandezza, le rôle dévolu par Botero au pouvoir politique apparaît assez marginal, même s’il n’est pas comme on le verra par la suite inexistant. L’intensité et la qualité des échanges peuvent en effet y être favorisées aussi par l’action consciente et volontaire du Prince. Néanmoins, on ne peut véritablement prendre la mesure de sa conception du politique et de son raisonnement sur les échanges urbains qu’en envisageant sa réflexion d’ensemble, telle qu’elle est développée dans l’ouvrage en 10 livres intitulé Della Ragion di Stato (et dont la Grandezza delle Città est devenue en quelque sorte un chapitre particulier).

21Cette conception du rôle du pouvoir politique sur l’accroissement des richesses et la structuration de l’espace est évidemment fonction des raisonnements essentiels de son époque, sans pour autant enlever à Botero la forte originalité d’une pensée née en son temps. Deux systèmes de référence ont en effet pris une importance majeure au moment où il engage sa réflexion : le modèle utopiste et "spatialiste" de la Cité idéale ; ainsi que la réflexion psychologique et morale sur les qualités attendues du "Prince" (c’est à dire des gouvernants).

L’espace idéal de la Cité

22Ce thème se rattache initialement à celui de la "Jérusalem terrestre" et à l’accomplissement d’une certaine perfection religieuse en ce bas monde, perfection représentée en l’occurrence par une ville idéalisée. Il se laïcisera ensuite progressivement à la Renaissance, par une association devenue étroite entre des projets globaux de renouvellement de la société et des utopies proprement urbaines. En cela, s’affirme ce qu’on peut appeler une pensée "spatialiste", dans la mesure où l’objectif d’un ordre social nouveau apparaît pouvoir être dès lors fondé sur un aménagement spatial très précis : l’espace parfaitement composé de la ville exprimerait, voire garantirait, un projet de renouvellement radical et de mise en ordre de la société (L. Coen, 2000).

23Une telle visée se perfectionne peu à peu, entre l’Utopie de T. More (1516) et La cité du soleil de T. Campanella (1602). C’est à dire justement dans le siècle où vit et pense Botero.

24Mais ce n’est pas seulement la ville parfaite, considérée dans sa morphologie, la cité-société prise comme métaphore de l’organisation sociale toute entière qui est l’objet des attentions de l’époque. En parallèle, les réflexions se portent également sur les rapports que peuvent entretenir les villes entre elles. Ce sont alors les militaires ou les stratèges qui sont au premier rang. Il ne s’agit plus de la hiérarchie des carrefours qui structure les échanges, en l’occurrence, mais du système des places-fortes qui doit permettre de mieux contrôler les frontières et de quadriller l’espace national. Cette réflexion est liée, comme on le voit, à la structuration progressive de larges territoires étatiques d’un seul tenant et à l’affrontement croissant entre les Etats-Nations. C’est pourquoi elle ne prendra véritablement de l’ampleur qu’ultérieurement, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Vauban établit ainsi un système de places fortifiées classées en trois ordres de manière hiérarchique. Louis de Cormontaingne (1695-1752) formule en 1741 une représentation théorique d’un système de places militaires organisées et réparties pour protéger l’ensemble du territoire national : "la vitesse de déplacement des troupes, le temps de transport des vivres et des munitions, la durée de résistance au siège, eux-mêmes inducteurs de la taille des places, gouvernent la trame de ce système" (D. Pumain, M.-C. Robic, 1996, d’après les travaux d’A. Guillerme). L’organisation de l’espace militaire, un temps autonome, cherche à se composer en relation avec celle de l’espace civil, en termes de moyens de déplacements mais aussi de contrôle du territoire. Ce sont ces nécessités fonctionnelles, articulant accessibilité et organisation administrative qui fondent ainsi pour A. Le Maître, ingénieur général du Grand Electeur de Brandebourg, l’utopie de la "Métropolitée" (1682). Celle-ci comportera une capitale au centre d’un royaume circulaire, subdivisée en 300 territoires d’une lieue, centrés chacun sur une ville, telle que chacun puisse accéder en moins d’une journée à la capitale...(D. Pumain, M.-C. Robic, 1996).

25Ainsi le militaire rejoint-il ici le politique, tout en entretenant encore, à sa manière, l’idéal spatialiste.

Les vertus politiques du Prince.

26C’est là l’autre versant des réflexions essentielles qui structurent, à partir de la Renaissance, la pensée sur le contrôle du territoire.

27La philosophie politique s’était d’abord attachée à dégager ce que pouvaient être des principes de justice et de gouvernement "sage", qui garantiraient durablement contre la tyrannie (Platon). Une telle conception idéalisée de la chose commune, c’est à dire de la "République", a pu accueillir par la suite des propositions institutionnelles très variées, de type aristocratique, démocratique ou même monarchique (cf. en 1576, La République de Jean Bodin, presque contemporain de Botero, ouvrage traduit en latin en 1586).

28A partir de la Renaissance, les réflexions italiennes sur le "buon governo" sont allées en réalité dans ces deux directions à la fois, institutionnelle et morale.

29Deux grands penseurs politiques florentins marquent en particulier la génération qui précède celle de Botero : Machiavel et le Guichardin, qui tous deux sont profondément frappés par la déstabilisation de la vie politique italienne et en particulier par la décadence menaçante du pouvoir florentin. L’un, Francesco Guicciardini, qui est un peu oublié aujourd’hui mais qui eu un grand retentissement dans la pensée politique européenne des XVIIIe et XIXe siècles au point de prendre en français le nom de "Guichardin", représente l’option plutôt conservatrice dans ces réflexions sur le bon gouvernement. Il souhaite, par exemple, que les choix populaires soient contrebalancés par les positions d’un "sénat", recruté dans l’aristocratie. Mais il insiste plus spécialement encore sur les qualités morales attendues du Prince, sagesse et circonspection, sang-froid et sens de la diplomatie, afin de limiter autant que possible les guerres et de stabiliser le territoire de l’Etat (F. Guicciardini, 1530 ).

30L’autre est donc Niccolo Machiavelli, beaucoup plus connu aujourd’hui et célébré comme "progressiste" à nos yeux, en ce qu’il attend beaucoup du peuple et de son rôle dans les institutions, le peuple devenant pour lui le véritable garant moderne de la liberté politique. Néanmoins, tout comme Guichardin, Machiavel attache aussi particulièrement d’importance aux données psychologiques et morales ainsi qu’aux qualités personnelles des gouvernants. Le "bon gouvernement", l’affirmation stable de l’Etat et la gestion des rapports de puissance dépendraient donc pour l’essentiel des vertus du Prince (un homme ou bien un collectif d’hommes). Soit, chez Machiavel comme on le sait, des capacités personnelles à ruser éventuellement, mais aussi à instrumentaliser la religion, à se comporter en acteur stratégique, etc. (N. Machiavelli, 1513).

31Botero réfléchit et agit dans ce contexte intellectuel d’ensemble. Il s’en imprègne mais sait aussi donner à cet héritage une tournure toute personnelle, d’autant qu’il peut s’appuyer sur des sources particulières d’information et de réflexion liées à son milieu familial et à son expérience de vie.

Entre causalité territoriale et bon gouvernement

32Si l’on sait donc relativiser le point de vue particulier que représentent les développements de la Grandezza delle Città , en les replaçant dans l’ensemble de l’ouvrage de Botero (La Ragion di Stato), on constate alors que l’auteur combine en fait l’héritage de son temps et des vues plus personnelles, et qu’il dose en quelque sorte innovations et sens commun de l’époque. Dans son analyse de la fortune des villes, il mêle en effet ses considérations très nouvelles sur l’attractivité démographique et économique des villes avec des réflexions beaucoup plus classiques à l’époque sur le "bon gouvernement" urbain et les vertus du Prince.

33D’une part, chez Botero, l’attraction des villes, synonyme en réalité de leur puissance, est certes rapportée à des facteurs explicatifs qui peuvent aujourd’hui nous paraître d’allure très contemporaine, en ce qu’ils semblent de nature proprement "socio-économique" et nous font penser à certains raisonnements des historiens de l’école des Annales dans les années 1950 (Fernand Braudel par exemple). A l’examen détaillé de textes parfois sinueux dans leur argumentation, rappelons que trois types de données sont fortement privilégiés par Botero : la concentration croissante des populations dans les villes ; l’ampleur des territoires contrôlés par les villes (territoires des Etats et/ou colonies sous leur tutelle, mais aussi réseaux commerciaux dominés) ; l’intensité et, plus encore, la spécificité voire la rareté des produits et des marchandises qui sont l’objet des échanges urbains. Pour autant, la réflexion de Botero sur la fortune des villes et des Etats va puiser aussi ses références de manière plus traditionnelle dans la psychologie des gouvernants et le rôle incitateur des acteurs politiques. Plus classiquement, il en appelle (même dans la Grandezza) à l’histoire des Anciens, en particulier à celle de la grandeur puis de la décadence de Rome, comme d’ailleurs bien d’autres à la Renaissance et en particulier comme le Guichardin et surtout Machiavel (cf. les Discorsi sulla prima deca di Tito Livo, avec leurs commentaires croisés). Dans l’ensemble des livres de la Ragion di Stato, l’essentiel de l’analyse de Botero souligne ainsi l’importance de la "sagesse" du Prince pour orienter le destin des Etats et des villes. De longs développements sont consacrés aux vertus des gouvernants, à leurs caractères psychologiques et moraux, voire à l’importance de leur habileté personnelle. C’est ici la veine très traditionnelle du psychologisme dans l’analyse du pouvoir politique. Mais on sent aussi combien, dans cette Italie de la fin du XVe et du XVIe siècles, alors secouée de guerres civiles conduites par des chefs de guerre et où les nombreux Etats princiers sont devenus vulnérables aux interventions ou aux influences des puissances étrangères, la pensée politique s’avère particulièrement attentive aux caractéristiques personnelles des leaders militaires ou civils. Dans les vues de Botero, c’est au point qu’une part en définitive non négligeable des avantages comparés des villes sont considérés comme liés aux interventions mêmes du Prince sur les activités collectives : il souligne en effet l’importance des franchises politiques ou fiscales qui sont accordées, du degré de libéralisme politique affiché par les gouvernants urbains, ainsi que de la politique de dépenses publiques et de libéralités (lesquelles créent non seulement des marchés locaux en aval mais aussi ce qu’on appellerait aujourd’hui des "équipements collectifs" urbains).

34On voit que, pour notre homme, la dimension des choix politiques, liés aux "vertus" personnelles ou aux actions politiques, ne sont pas négligeables dans son propos d’ensemble. Cela relativise quelque peu la "modernité" de Botero ou ses prémonitions, sans enlever toutefois de relief à sa démarche intellectuelle.

35Trois processus

36Au total cependant, la maîtrise du territoire par les villes se trouve être pour Botero indexée sur trois processus, qui sont vus comme complémentaires entre eux : l’aimantation démographique des populations, l’innovation ou la rareté dans les échanges interurbains, le contrôle étatique des espaces péri-urbains. Mais on pourrait se demander de quelles "villes" et de quels "Etats" il s’agit là pour un Italien de la Renaissance. Car dans les textes de cet auteur, le terme de Stato ne renvoie pas nécessairement à celui d’Etat, au sens moderne ; il connote plus généralement l’idée de pouvoir politique et de gouvernement. Quant à la notion de Città, elle semble ne pas viser nécessairement la ville en général, au sens physique ou morphologique, en somme la réalité spatiale mais plus précisément la ville capitale d’un espace politique.

37Est-il donc implicitement toujours question de villes-Etats dans ses textes ? Certes, l’Italie de la Renaissance en donne alors plusieurs exemples (Parme, Mantoue), mais il ne faudrait pas pour autant faire trop rapidement cette assimilation. Car Florence, Venise, Milan ou les Etats du Pape autour de Rome, s’ils sont centrés chacun sur une très grande ville de l’époque ont une certaine étendue qui incorpore des espaces complexes et des hiérarchies urbaines internes. De surcroît, Botero ne limite pas ses références à l’Italie, bien au contraire : ses informations sont diversifiées et puisées dans tous les continents.

38Par conséquent, les villes envisagées semblent ici être des "grandes" villes, mais qui pourraient être tantôt des capitales politiques et économiques, tantôt des têtes de pont essentielles dans les échanges. Comme, par ailleurs, Botero n’omet pas d’intégrer parmi ses variables-clés les politiques de franchises et de dépenses publiques des Princes, on peut penser qu’il raisonne cependant essentiellement sur des villes-capitales de multiples pays … qui ne sont pas pour autant tous de grandes puissances du moment. Du moins, on se rend compte que cette approche n’a pas grand chose à voir avec les pronostics du type : "moins d’Etat signifie, à terme, plus de villes", autrement dit la marginalisation contemporaine du pouvoir des Etats laisserait demain plus d’initiative aux pouvoirs urbains. L’opposition entre les deux échelles de réalités n’est en effet pas aussi tranchée à l’époque que maintenant.

39Du moins, pour l’essentiel, l’analyse menée par Botero dans les années 1580 révèle clairement une conception du territoire appuyée sur trois dynamiques qui se complètent dans son esprit : un mouvement qu’on appellerait aujourd’hui de "polarisation" des hommes et des activités ; une dynamique d’investissement différentiel des espaces urbains par les pratiques sociales de consommation et de représentation ; une activité de prescription des usages et des significations collectives par le pouvoir politique. On n’est peut être là pas très éloigné du territoire et surtout de la territorialité, tels qu’ils ont été construits et analysés par Claude Raffestin.

Villes et territorialité

40Une des principales conceptions de la territorialité proposée par Raffestin : "le système de relations qu’entretient une collectivité - et partant un individu qui y appartient - avec l’extériorité et/ou l’altérité à l’aide de médiateurs" (1982, p. 171) permet-elle d’interroger les représentations du territoire développées chez Botero ?

41Ce que Giovanni Botero nous donne à voir n’est pas une représentation du "pré carré" (Vauban, 1707), qui enracinerait l’individu dans un espace continu, bien délimité, même s’il est pensé dans des perspectives d’expansion (J.-P.Gaudin, 1979). Sa conception du territoire est toute en réseaux, faite d’échanges multiples, et les territoires qu’il décrit se construisent à partir de nombreux types d’interactions. Ainsi, son "écogénèse territoriale" (C. Raffestin, 1982) souligne bien le rôle des centralités et des communications, mais ne circonscrit pas les limites. Il reflète bien en cela les modalités de la formation territoriale de son temps, avec d’une part une grande instabilité du tracé des frontières, et d’autre part une diversité des formes contrôlées, puisque en Italie et en Allemagne, une constellation de villes fragmente les espaces politiques, tandis qu’en Espagne, en France et en Grande Bretagne à la même époque se constituent les territoires qui deviendront des Etats modernes.

42L’originalité de Botero réside dans l’importance qu’il accorde à la circulation, aux échanges, et pas seulement au commerce international. Les échanges sont décrits à toutes les échelles, entre la ville et les villages qui l’entourent, entre villes voisines ; et le long des itinéraires plus lointains Botero distingue entre les villes qui ne sont que des étapes, des points de passage, et celles où les marchandises sont échangées et transformées, et qui donc peuvent bénéficier de ces activités pour leur croissance. On trouve chez Botero tous les éléments d’un questionnement sur les conditions des échanges des biens et des "richesses", auquel tentera de répondre ultérieurement la théorie de l’interaction spatiale (cf. E. Ullman en 1954, dans son essai de définition de la géographie comme science de l’interaction spatiale), puisqu’il implique pour lui à la fois la complémentarité entre les productions différentes de lieux plus ou moins éloignés, et leur transférabilité, selon les conditions d’accessibilité et les techniques de transport. Les échanges matériels se doublent, d’une manière plus implicite mais qui court en filigrane dans tout le texte, de la communication des informations. Dans la confrontation permanente entre les lieux, l’accessibilité, les facilités offertes aux échanges et la capacité à polariser les circulations supposent une très grande fluidité de l’information, tout autant que la mobilité des personnes et des biens. La valeur attractive des lieux, qui va déterminer le mouvement des personnes, émerge à partir d’un calcul où se combinent de manière comparative la rareté, la diversité, la quantité et la qualité des biens qu’ils offrent, la facilité qu’ils procurent aux circulations proches ou lointaines, et les aménités qu’ils dispensent pour la vie publique. Comme dans le marché d’Adam Smith, ces avantages sont en permanence réévalués, la valeur comparative estimée est toujours à reconstruire, pour gagner comme pour maintenir la position acquise dans le système des lieux. Botero cependant dans cet ouvrage ne fait aucune allusion à la circulation de la monnaie, alors que la hausse des prix suscitée par l’afflux des métaux précieux américains a beaucoup préoccupé ses contemporains, dont Jean Bodin. En cela, on pourrait dire de Botero qu’il est plus géographe qu’économiste.

43Contrairement au vécu actuel d’une "crise de la territorialité" (C. Raffestin, 1980b, p. 127) lié à la prise de conscience de notre "civilisation prédatrice", "destructrice de l’Autre" du fait de "relations dissymétriques avec l’environnement physique et humain", Botero évolue sans complexe dans l’univers conquérant des marchands et des explorateurs de son époque. Il salue les regroupements de population opérés au Brésil par les gouverneurs portugais et par les pères de la Compagnie de Jésus dans leur mission civilisatrice, tout comme les conquêtes qui ont assuré dans l’Antiquité la domination de Rome sur les villes voisines. Les colonies (celles de Rome sont prises pour exemple, ou encore les toutes récentes installations portugaises aux Açores, aux îles du Cap Vert ou à Madère) contribuent à la croissance de la métropole, pour autant qu’elles en sont proches, permettant l’essaimage et le retour des colons enrichis.

44Cette conception à la fois fluide et concurrentielle du territoire s’accompagne aussi toutefois d’une préférence politique pour la liberté des échanges et les franchises de la vie publique, pour un régime de gouvernement autonome. C’est là qu’il impose la force de l’argument "toutes choses égales par ailleurs" pour affirmer que "les villes libres sont plus célèbres et plus peuplées que les villes sujettes d’un prince et d’une monarchie". A cet égard, Botero dans ses oeuvres se situe bien dans la transition entre une figure archaïque du sujet, avec la conception du Prince-père incarnant la sagesse et la force qui prévaut dans la Ragion di Stato, et une représentation du sujet moderne, situé dans des transactions plus horizontales sinon égalitaires, qu’illustre la Grandezza delle Città . Son argumentation destinée à justifier la nécessité d’une base économique urbaine productive est par ailleurs fortement teintée de considérations morales : l’uomo è nato per operare, e la più parte delle uomini attende a’ negozi e gli oziosi sono pochi e da poco, e l’ozio loro si fonda sull’opera e sull ‘ industria de negoziosi e il piacer non puo stare senza la commodità delle quale egli è quasi frutto(p.352). (l’homme est né pour faire, et la plupart des hommes se consacrent aux échanges. Les oisifs sont peu nombreux et de peu. Leur oisiveté se fonde sur les œuvres et le travail des commerçants, mais le plaisir ne peut durer sans la production qui en est pour ainsi dire le "fruit").

Conclusion

45C’est surtout par ses écrits politiques que Botero a marqué son temps et la postérité. Il serait l’inventeur de la notion de raison d’Etat (il est bien entendu que Stato signifie alors gouvernement), à la source de l’absolutisme pragmatique qui sera revendiqué plus tard par un Richelieu par exemple (l’ouvrage de Botero fut traduit en français dès 1599). Pourtant, les trois livres Della grandezza et della magnificenza delle città, publiés cinq ans après Della Ragion di Stato, mais ajoutés comme un codicille à la fin de ce texte dès la réédition de 1599 publiée à Venise, ne représenteraient-ils pas l’expression de la maturation d’une pensée, la quintessence des convictions d’un auteur qui, ayant sacrifié au genre du traité de morale politique, avec ses développements parfois convenus, se laisse enfin aller à faire partager ses observations personnelles ? Pudeur d’auteur, ou coquetterie, il avoue en introduction écrire le livre III de la grandezza : "non per necessità delle materia, ma per ornamento dell’opera" (p. 400). Au fond, il se "fait plaisir" en nous faisant part de ses réflexions sur les modalités de la croissance des villes. En explicitant les limites régulatrices apportées à la croissance exponentielle des populations par la quantité des ressources alimentaires disponibles, il fonde une réflexion qui sera reprise par Malthus deux siècles plus tard. En décrivant une territorialité relationnelle qui sous-tend la dynamique concurrentielle des villes dans l’ajustement complexe de leurs multiples activités, il ajoute une touche personnelle à l’approche mercantiliste de la croissance économique, mais surtout il pose les bases d’une conception évolutive des systèmes de villes (Pumain, 1997). En ce sens, on peut avoir envie de lui accoler la jolie étiquette de "géographistorien" qu’avait formulée son contemporain Jean Bodin.

Haut de page

Bibliographie

Bodin J., 1576, Les six livres de la République. Lyon
Botero G., 1588, Della cause della grandezza e magnificenza delle città. Tre libri. Réédité en 1598 avec l’ouvrage "La Ragion di Stato" (septième édition) à Venise, et a cura di Luigi Firpo par l’Unione Tipografico Editrice Torinese en 1941.
Campanella G., 1602, La Cité du soleil. Edition de 1972, Genève, Librairie Droz.
Coen L., 2000, A la recherche de la cité idéale. Arc et Senans, Institut Claude-Nicolas Ledoux.
Gaudin J.-P., 1979, L’Aménagement de la société. Paris, Anthropos.
Gibrat R., 1931, Les inégalités économiques, Paris, Sirey.
Guicciardini F., 1530, Ricordi, édition annotée par M. Fubini, Rizzoli, 1984.
Kovalewskij M., 1897, Deux précurseurs, Botero et Campanella. Annales de l’Institut international de Sociologie, III, 139-185.
Le Maître A., 1682, La métropolitée ou de l’établissement des capitales, de leur unité passive et active, de l’union de leurs parties, de leur anatomie, de leur commerce. Amsterdam, B. Boekholt. Réédition en 1973 aux Editions d’histoire sociale et en 1995 chez Gallica.
Maunier R., 1910, L’origine et la fonction économique des villes. Paris, Giard et Brière.
Meuriot P., 1897, Des agglomérations urbaines dans l’Europe contemporaine. Essai sur les causes, les conditions, les conséquences de leur développement. Paris, Belin.
More T., 1516, L’utopie. Edition de 1987, Paris, Flammarion.
Machiavelli N., 1513, Le Prince, édition présentée par R. Aron, LGF, 1962 ; en 1997 chez Doc. Gallica.
Pumain D., 1997, Vers une théorie évolutive des villes. L’Espace Géographique, 2, 119-134.
Pumain D., Robic M.-C., 1996, Théoriser la ville, in P.-H. Derycke, J.-M. Huriot et D. Pumain (ed) Penser la ville. Paris, Anthropos.
Raffestin Cl., 1980a, Pour une géographie du pouvoir. Paris, LITEC.
Raffestin Cl., 1980b, Plaidoyer pour une écologie humaine. Archives Suisses d’Anthropologie Générale, 44, 2, 123-129.
Raffestin Cl., 1982, Remarques sur les notions d’espace, de territoire et de territorialité. Espace et Société, 41, 167-171.
Raffestin Cl., 1996, Territorialité, concept ou paradigme de la géographie sociale ? Geographica Helvetica, 2, 91-96.
Ullman E., 1954, Geography as spatial interaction, in Interregional linkages. The proceedings of the Western Committee on Regional Economic Analysis. Berkeley, California, 63-71, chapitre 1 dans Boyce Ronald R. (ed.) 1980, Edward L. Ullman, Geography as Spatial Interaction, University of Washington Press, Seattle/London.
Vauban, 1707, La Dîme Royale. Paris. (Première édition en 1700, réédité en 1933).

Haut de page

Notes

1  Une première version de ce texte a été présentée lors du colloque " La territorialité, une théorie à construire " en hommage à Claude Raffestin, le 28 septembre 2001 à l’Université de Genève.

2  Nous remercions L. Prieto de nous l’avoir fait découvrir

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain et Jean-Pierre Gaudin, « Systèmes de villes et pouvoir. L’analyse de Giovanni Botero à l’époque de la Renaissance », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 227, mis en ligne le 14 novembre 2002, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1836 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1836

Haut de page

Auteurs

Denise Pumain

pumain@parisgeo.cnrs.frUniversité Paris 1, UMR Géographie-cités

Articles du même auteur

Jean-Pierre Gaudin

jpgaudin@sc.univ-montp1.frInstitut d’Etudes Politiques, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page