Navigation – Plan du site
1996
4

Discontinuités dans la ville l'espace des collèges de l'agglomération parisienne, 1982-1992

Discontinuities in the city. The space of junior secondary schools in the Paris urban area, 1982-1992
Jean-Christophe François

Texte intégral

Thèse de doctorat de Géographie soutenue à l'Université Paris I

1Pourquoi s'intéresser aux discontinuités dans l'espace des collèges de l'agglomération parisienne?

2Pour observer les interactions entre l'espace et la société à un échelon local. Les discontinuités ont été étudiées à l'échelon des frontières d'état mais rarement à une échelle plus proche de l'espace de vie du quotidien. A cet échelon géographique la discontinuité est par excellence un objet spatial à implication sociale: c'est l'objet d'étude idéal pour qui s'intéresse aux rapports entre les organisations spatiales et la dimension sociale des problèmes.

3J'ai voulu aborder les processus participant des discontinuités dans la ville à propos d'un domaine sensible , à forte réactivité sociale et spatiale, qui permette à la fois d'embrasser la structure de l'ensemble d'une agglomération et de conserver une forte signification locale pour les habitants. L'espace scolaire, et plus particulièrement l'espace des collèges, m'a semblé parfaitement correspondre à ces exigences.

4Il s'agit de savoir si les évolutions de l'intensité et de l'organisation des discontinuités entraînent plutôt la ville vers une plus grande cohésion ou plutôt vers une fragmentation.

5Si on peut dire que l'intuition des discontinuités est constitutive de toute analyse géographique, la mesure de ces discontinuités n'est pas simple. Pour mesurer les discontinuités il a fallu mettre en oeuvre des méthodes particulières focalisées sur les limites elles-mêmes.

6Pour observer les discontinuités j'ai pu reconstituer le tracé de la carte scolaire. De nombreuses variables décrivant la population des élèves des collèges par sexe, avance et retard scolaire, origine nationale ont du être mobilisées pour observer les dynamiques des discontinuités à plusieurs échelles géographiques sur une période de dix ans.

7Les discontinuités qui traversent l'espace scolaire parisien sont sensibles à au moins deux échelons géographiques. A l'échelon du voisinage immédiat, des proximités locales, du contact de deux aires de recrutement, la structuration des discontinuités locales aurait pu se faire de telle manière que l'on puisse observer la formation de sortes d'isolats. Ces situations existent mais sont somme toute relativement rares. Les cas où les discontinuités tendent plutôt à une organisation linéaire sont aussi relativement peu nombreux. La situation la plus fréquente demeure une absence de régularité dans la disposition de ces discontinuités locales. A l'échelon de l'ensemble de la région, quelques grandes discontinuités apparaissent qui montrent que l'espace scolaire se plie, mais en partie seulement, aux structures fortes de l'espace du bâti et de l'espace social.

8Entre 1982 et 1992, on assiste à la fois à l'atténuation des discontinuités locales et au renforcement des discontinuités régionales. Ces deux mouvements apparemment contradictoires sont liés. Les discontinuités locales se révèlent plus fragiles là où elles sont peu organisées. Tout se passe comme si une homogénéisation s'était propagée de proche en proche, atténuant le plus souvent les discontinuités locales, tant qu'elle ne buttait pas sur des discontinuités de portée régionale ou sur des discontinuités locales suffisamment intenses et suffisamment organisées géographiquement pour résister à cette forme du changement. Sur ces grandes lignes de fracture, au contraire, les positions relatives initiales n'ont fait que se renforcer et continuer de s'organiser, l'intensité et la netteté de la discontinuité augmentant d'autant plus que chacun des deux espaces séparés par cette discontinuité devenait plus homogène.

9La discontinuité ne préjuge pas partout d'un effet systématique de barrière. Ainsi dans le secteur sud de l'agglomération, la discontinuité est au contraire un lieu privilégié d'interaction. L'au-delà existe, on en a une représentation, bonne ou mauvaise, et on veut jouer de la différence. Ici, représentations, pratiques et actions vont de pair: ni les usagers, ni les responsables de la carte scolaire ne tiennent ces discontinuités pour infranchissables. Les dérogations accordées témoignent de ces possibilités de passage. Au nord de l'agglomération, au contraire, la plus grande partie des projets de migration a tendance à se développer "à l'abri" des discontinuités locales. L'espace de migration perçu est donc "interne", bordé par une forte discontinuité qui joue le rôle d'une barrière dissuasive.

10Dans ce contexte de la carte scolaire, on peut donc obtenir quelques indices de l'intensité réelle de la ségrégation dans l'espace scolaire de l'agglomération parisienne. Il existe des coupures, des situations d'enfermement qui sont perceptibles à deux échelons géographiques. A l'échelon local, l'enfermement des élèves est sensible dans certaines aires de recrutement isolées du reste de la ville par des obstacles physiques, des barrières dissuasives et des zones-tampons. L'absence de demandes pour sortir de ces isolats conduit à penser que leurs habitants ne manifestent pas le désir de franchir la discontinuité. Ces situations, qui demeurent somme toute assez exceptionnelles dans l'agglomération parisienne, peuvent être qualifiées de "ghettos scolaires" . J'ai pu repérer, à l'échelon régional, la formation d'un vaste espace d'échec scolaire délimité par des discontinuités de plus en plus intenses et de mieux en mieux structurées. Cet espace d'échec présente certaines similitudes avec ce que serait un ghetto régional en formation: sa densité, sa massivité, son homogénéité interne croissante, le non-franchissement de ses limites dans le contexte des dérogations forment des indices convergents. Il convient néanmoins de rester prudent. On observe en effet de nombreuses nuances et plus de passerelles qu'on aurait pu le penser.

11D'une façon générale, le sort des discontinuités locales dépend du jeu de forces contradictoires exercées à l'intérieur du système scolaire par les usagers et les responsables de l'école et à l'extérieur par les dynamiques à l'oeuvre dans l'espace résidentiel. En ce sens, ces discontinuités cristallisent les principaux enjeux de l'espace urbain: Leur intensité et leur organisation révèlent et produisent l'intégration ou la désintégration spatiale.

Carte 1 : Retard des garçons de treize ans en 1992

Carte 1 : Retard des garçons de treize ans en 1992

Carte 2 : Discontinuités élémentaires liées au retard des garçons de 13 ans en 1992

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1851/img-1.png
Fichier image/png, 31k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1851/img-2.png
Fichier image/png, 3,5k
Titre Carte 1 : Retard des garçons de treize ans en 1992
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1851/img-3.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe François, « Discontinuités dans la ville l'espace des collèges de l'agglomération parisienne, 1982-1992 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 4, mis en ligne le 29 avril 1996, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1851 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1851

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe François

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page