Navigation – Plan du site
1999
113

Les habitations rurales dans l'optique de la décentralisation et de l'aménagement spatial

Rural habitation in the optic of decentralization and spatial organization
Jean M. Prophete

Résumés

En Haïti, un modèle original est offert par le monde rural : le partage des sections communales en «habitations». La notion d’habitation qui constitue un élément fondamental du monde rural haïtien revêt une double signification : elle est avant tout un espace physico-naturel compris dans les limites des sections communales ; elle est aussi le reflet de tout un genre de vie. Les subdivisions Habitations/Lakou qui forment la micro-organisation de l’espace rural confèrent à la réalité haïtienne une dimension socio-culturelle devant servir de base à toute politique d’aménagement spatial.

Haut de page

Texte intégral

1Beaucoup de pays adoptent un schéma classique de développement et ne tiennent pas compte bien souvent, des faits d’ordre historique et socio-culturel qui ont façonné l’aménagement des collectivités locales. En Haïti, un modèle original nous est laissé : le partage des sections communales en habitations. Ce terme s’emploie pour désigner, dans le monde rural, un cadre naturel où se déroule la vie rurale à laquelle le nom d’un propriétaire est resté attaché.

2En effet, les habitations que l’on retrouve à l’intérieur des sections communales sont des agglomérats plus ou moins définis dont le nom du chef de famille devient souvent le patronyme de la portion occupée. Elles sont des survivances de gros hameaux du 18ème siècle, compartimentés en exploitations agricoles (propriété foncière individuelle) et en lakou dérivé selon Moral de la cour (propriété foncière collective). Donc, c’est à l’intérieur de ces deux sous-ensembles que s’organise la vie rurale : soit autour de la petite exploitation agricole familiale, ou autour du "lakou" sorte d’îlots familiaux de 5 à 10 personnes ou de plus d’une centaine. Le "lakou" consiste en un rassemblement de "petites kayes", serrées autour d’un espace en terre battue au milieu d’un enchevètrement de jardin, régies par des liens de parenté et sous l’autorité incontestée d’un patriarche. Il constitue l’agglomération de base de la famille paysanne, nous dit Anglade. Mais le "lakou" sous sa forme traditionnelle a disparu sous l’influence de divers facteurs social, économique et politique. Un nouveau "lakou" étriqué est apparu, et au sein de ce "lakou" les membres vivent dans une promiscuité assez misérable. Malgré tout, il y existe une forte solidarité et une communauté de genre de vie.

3Une étude réalisée en 1988 sur les habitations du Département du Sud’Est révèle, par contre, que plus de 90% des personnes interrogées ignorent ce terme voire l’existence même du "lakou". Cette notion a alors cédé sa place à la notion de "localité", qui parait être plus large n’incluant pas que les membres d’une même famille. En outre, cette même étude dénote que sur une population de 348.195 habitants (projections I.H.S.I. pour le Département du Sud’Est, 1990) 92% de cette population sont répartis à travers 48 sections communales et à l’intérieur de 929 habitations. Dans ces conditions, l’on comprend aisément l’importance et la complexité des habitations dans ce vaste ensemble qu’est la société rurale haïtienne.

4Ainsi la notion d’habitation qui constitue un élément fondamental du monde rural haïtien revêt une double signification : elle est avant tout un espace physico-naturel compris dans les limites des sections communales ayant une dimension beaucoup plus facilement appréhendée par la population rurale ; elle est aussi le reflet de tout un genre de vie qui est l’expression concrète de l’interaction entre les éléments naturels et socio-culturels. Les subdivisions habitation/lakou et ou localité qui forment la micro-organisation de l’espace rural au sein des sections communales confèrent à la réalité haitienne une dimension socio-culturelle devant servir de base à toute politique d’aménagement spatial en vue de la maximisation des efforts de développement. Pour répéter l’agronome VICTOR, le développement national doit prendre racine dans les sections communales et les fondations de ces dernières reposent sur les bourgades rurales et les localités. En dépit de tout, les habitations rurales restent une notion complexe difficile à cerner. Sa complexité résulte du fait qu’elles n’ont jamais été l’objet d’études systématiques. D’une part, les relations Homme/Espace/Habitation n’étant pas définies, elles demeurent ambigues tant pour l’historien que pour le planificateur. D’autre part, les limites des habitations sont encore plus problématiques que celles des sections communales liées à la quasi inexistence de données qualitatives et quantitatives, ainsi qu’à la mémoire collective de la population rurale qui appréhende difficilement en termes de collecte d’informations les concepts d’approche.

5La prise en compte par le Parlement Haïtien, dans le cadre de la loi sur les collectivités territoriales de section communale en date du 4 avril 1996 de la notion "habitation" prouve que finalement l’on a compris la nécessité de faire participer directement la population rurale à l’aménagement et au développement de son milieu. Du même coup, cette loi reconnaît l’habitation comme une entité territoriale se situant à l’intérieur des sections communales. Elle devient donc le premier niveau d’organisation de l’espace haïtien qui est appelé à jouer un rôle important non seulement dans l’armature rurale mais encore dans le développement réel du pays, puisqu’elle doit s’intégrer dans le cadre global de la politique d’aménagement du territoire (Art.35).

6Mais une chose est la loi, la volonté politique de l’appliquer en est une autre. Et cette volonté politique devra nécessairement passer par la mise en oeuvre d’un Plan de Décentralisation, dans lequel s’inscrirait le Programme de rénovation rurale. Car la Décentralisation qui est devenue le leitmotiv de nos jours, considérée à la fois comme un défi et un enjeu, ne peut pas être vue seulement sous ses aspects politique, administratif, voire juridique. Elle est une question d’ordre technique permettant d’assurer l’application des programmes de développement économique et social de l’Etat, notamment dans les zones rurales.

7D’ailleurs, quand la Constitution de 1987 fait référence à la planification décentralisée en vue du développement national (Art 81, 87.2), la dimension la plus importante qu’apporte ce type de planification est celle qui concerne l’espace. Dès lors, la dimension spatiale est devenue un impératif. Car la planification décentralisée n’est nulle autre que la planification régionale. Or, lorsqu’on sait le peu d’importance accordée à la dimension spatiale en Haïti, ou pour mieux dire à la planification spatiale (aménagement du territoire, planification régionale et urbanisme), l’on est en droit de se questionner sur la réussite de cette nouvelle approche. Ce manque d’intérêt s’explique dans une large mesure par l’absence de réelle volonté politique et se traduit dans la réalité par la quasi-inexistence ou l’existence symbolique des structures relatives au niveau national, régional, départemental, voire communal ; la non-utilisation des ressources humaines qualifiées pour des raisons inavouées ; l’inadéquation ou l’inexistence de certains outils de planification et de gestion. Autant d’éléments qui engendrent en grande partie le développement anarchique et le laisser-faire constatés dans l’organisation de l’espace haïtien, laquelle se caractérise par une répartition déséquilibrée de la population, des activités économiques, des équipements, des infrastructures et des services. Ceci a donc entraîné d’une part, la macrocéphalie de Port-au-Prince, le déclin des autres villes et des zones rurales, et d’autre part, la dégradation de l’environnement social et physique : insalubrité, carence de logements, prolifération de bidonvilles, de cités-dortoirs et de villages sans normes d’urbanisme, déficience et insuffisance des équipements et des services, problèmes de drainage, de l’érosion, du ramassage et de l’élimination des ordures ménagères et des eaux usées. Ce qui sous-entend que l’aménagement de l’espace de manière rationnelle est à la fois une nécessité et une urgence.

8Ainsi, la décentralisation et l’aménagement spatial sont de véritables défis qui se posent à nous aujourd’hui, si l’on veut réellement arriver à un développement harmonieux du pays. Ce sont d’ailleurs deux piliers sur lesquels reposent toute politique de développement véritable et durable.

Haut de page

Bibliographie

1.Anglade Georges, L’espace haïtien, P.U.Q., 1974.

2. Agence Départementale du Sud’Est (C.P.N.A.P.), Les Habitations du Sud-Est, 1988.

3. Le Moniteur, 4 avril 1996, Loi sur les Collectivités Territoriales de la Section Communale.

4. La Constitution de 1987.

5. Moral Paul, Le Paysan Haitien, Editions Fardin, 1978.

6. Prophete Jean M., L’Habitat Rural en Haïti, 1981.

7. Victor J. André, Les Racines du Développement dans le Nouvelliste du 28 mai 1991.

8. Dele Olowu, L’échec de la Décentralisation en Afrique dans The Failure of the African Centralized State, 1989.

9. Ernst A. Bernardin : L’espace rural haïtien (Bilan de 40 ans d’exécution des Programmes nationaux et internationaux de développement :1950-1990). Paris, Editions l’Harmattan, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean M. Prophete, « Les habitations rurales dans l'optique de la décentralisation et de l'aménagement spatial », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 113, mis en ligne le 10 novembre 1999, consulté le 18 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1853 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1853

Haut de page

Auteur

Jean M. Prophete

Architecte-Aménagiste

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page