Navigation – Plan du site
1997
38

Le lieu , territoire de demain ?

The territory of the future will be just a simple place ?
Philippe Eysseric et Serge Leverbe

Texte intégral

Introduction

1Sur une carte, un lieu n'est jamais que l'intersection d'une latitude et d'une longitude. L'être humain transforme le lieu en territoire dès lors qu'il lui attribue une valeur inscrite dans l'espace du lieu par ses attributs matériels et sentimentaux, au sens de Fischer (1992) pour qui le territoire n'existe pas en soi [et] n'a de réalité qu'à travers celui qui s'y trouve et qui lui donne d'être objet de connaissance. (...) on a pu définir un territoire comme un champ topologique, c'est-à-dire le découpage d'un espace physique en zones subjectives délimitées par la qualité des relations établies avec lui (p. 27). Le territoire, certes toujours précédé du lieu, résulte d'un processus historique. Il est le témoin de passés multiples, la mémoire visible et invisible de la conquête du lieu par l’être humain. De par son essence même, le territoire, l'ordre que les hommes établissent en permanence sur le lieu, est instable. Demain, il sera différent, les valeurs et les objets qui en témoignent ne seront plus les mêmes.

2Historiquement, la banlieue ouvrière de Paris est un territoire, ou plutôt une multitude de petits territoires originaux partageant un certain nombre de valeurs communes, de combats communs, d'objets urbains communs. Quelles dynamiques les hommes ont-ils mis en oeuvre pour conférer de la valeur à ces lieux, pour les transformer en territoire, pour se les approprier ? Aujourd'hui, ces valeurs, ces significations psychologiques et culturelles conférées par des cadres sociaux (Fischer, 1992), sont-elles toujours présentes ? Les objets urbains symboles de ces valeurs sont-ils dépassés ? Qu'en est-il lorsque l'on étudie la situation à l'échelle d'une commune ouvrière, historiquement rouge et communiste ? Ce territoire est-il encore porteur d'enjeux, de valeurs, de perspectives ? N'est-il pas en train de devenir, ou redevenir, un simple lieu déterritorialisé ? Ce questionnement nous a conduit à travailler sur Bobigny, bastion communiste s’il en est, situé à quelques kilomètres de Paris.

Du rôle du "communisme local" dans les communes de la banlieue parisienne

3Dès le début du XXe siècle, la banlieue parisienne est confrontée à l'arrivée massive de ruraux et d'exclus de la capitale venus grossir les rangs des salariés de l'industrie. Le "mouvement ouvrier" se développe au rythme de cette croissance. Dans ce contexte, le "communisme local" affirme sa spécificité en bâtissant de "vraies" villes dans des conditions socio-économiques peu propices. Pour les communistes, la priorité est d'aménager et d'humaniser ces terres partiellement en friche. Il leur faut accueillir ces mal-lotis rejetés de la capitale, à la recherche d'une terre d'asile, ces familles populaires et rurales qui espèrent de meilleures conditions d'existence. Le Parti communiste, ses élus, ses militants, ses associations, ses réseaux locaux vont s'atteler à cette tâche en urbanisant leur territoire communal, en structurant de nouvelles formes de sociabilité. Cette territorialisation est originale au sens où elle s'inscrit dans un répertoire idéologique de lutte systématique contre le pouvoir central de l'Etat.

4Avec le temps, les communistes ont apparemment réussi à bâtir un (des) territoire(s) stable(s), très structuré(s) par des pratiques sociales, un discours politique, voire une sotériologie (doctrine du salut), une appropriation de l'espace respectant cette symbolique du local contre le global. Les individus semblent s'y être intégrés en développant des formes de sentiments identitaires. Certains historiens (Prost, 1986) affirment à ce propos que "le communisme des banlieues n'était pas une opinion politique, ni un appareil, mais une manière d'être une identité. Cette identité ne se retrouve pas forcément dans certains quartiers de Paris qui concentrent pourtant à l'époque le même type d'habitants. Mais tandis que Paris se vide peu à peu de sa population ouvrière, la banlieue est investie par cette même population qui s'y organise. Dans ces villes ouvrières, "le politique n'est pas une dépendance mécanique du social, il en est aussi la forme et la matrice" (Prost, 1986). Les communistes, en se présentant comme les porte-parole des aspirations ouvrières, incarnent l'espoir de vivre mieux, de pouvoir construire des micro-sociétés locales où se concrétise cet espoir. Cette notion de qualité de la vie est le plus souvent comprise et défendue en terme d'aménagement local des territoires (logements, voirie, assainissement, éclairage public, équipements scolaires, sociaux, culturels et sportifs) dans des espaces soumis, par des contraintes extérieures, à des évolutions démographique et économique très rapides.

5Ainsi, les cellules de quartiers et d'entreprises du PCF, le mouvement syndical, les associations sportives (clubs omnisports) et culturelles (conservatoires municipaux, arts décoratifs, MJC), les associations de locataires (en particulier dans les ensembles collectifs de type HLM), les associations de parents d'élèves, les organismes sociaux de vacances et de loisirs sont autant d'organisations qui fédèrent autour de leurs revendications la population de la commune. Elles constituent également, d'une part, un formidable relais du discours politique municipal puisqu'au contact direct des administrés, d'autre part, un outil de connaissance des revendications exprimées par les habitants pour les édiles locaux. A ce titre, elles sont certainement à l'origine de la stabilité temporelle du "communisme local" considéré comme mode d'organisation et de fonctionnement de la société à l'échelle de la commune.

6Par ailleurs, ce type de fonctionnement, mettant en relation un contexte socio-économique global et des aspirations locales, peut constituer une piste de recherches intéressante dans un domaine où " les recherches manquent encore pour articuler la forme prise par les réseaux sociaux locaux (dans une ville) à celle de l'ensemble des villes, en particulier [pour mesurer] l'efficacité d'une "synergie" locale, d'une forme particulière des relations dans la ville qui, selon certains, faciliterait son adaptation au changement" (Pumain, Robic, 1996).

Une stabilité ébranlée au cours des années 1980-1990

7Dans le contexte précédemment décrit, la décennie 1980-90 marque une rupture très nette. Pour le Parti communiste, cela se traduit dès 1981 par une perte d'influence électorale au niveau national. En 1958, 36% des ouvriers votent communiste. Ils ne sont plus que 20% en 1981 et seulement 12% en 1989 (Verret, 1995). La disparition progressive des pays socialistes d'Europe de l'est et leur passage à l'économie de marché, l'évolution du PCF pour s'adapter à l'évolution de la société française et pour se positionner politiquement (la "gauche" est alors au pouvoir) concourent à l'émergence d'une crise des valeurs culturelles du monde ouvrier, "de la nébuleuse ouvrière encore forte en 1990] de près de 20 millions de personnes" (Verret, 1995, p. 168).

8Cette crise est même localement repérable dès le milieu des années 70 (ce sera le cas pour la commune que nous étudions), où les profondes mutations économiques et sociales du système global commencent à produire leurs effets. Le système de valeurs et le marquage territorial imposés par la population ouvrière s'estompent. Le statut socio-économique d'ouvrier devient lui-même flou et ambigu. Sur l'ensemble des catégories socioprofessionnelles, le sentiment d'appartenance à la "classe ouvrière" baisse de 5 points entre 1976 et 1983 (de 27% à 22%). Pour la catégorie des ouvriers, la chute atteint même 9 points (d’après Noiriel, 1986).

9Par ailleurs, la conquête des équipements collectifs locaux est quasiment achevée. En tous cas, elle n'est plus mobilisatrice. Les villes ouvrières sont globalement parvenues à satisfaire les besoins de la population. Les taux d'équipements sont équivalents, voire supérieurs, à ceux de l'ensemble des communes de taille comparable. Dans les communes populaires où les ouvriers ne trouvent plus d'embauche localement, seules les luttes pour une meilleure desserte en transports en commun sont encore susceptibles de cristalliser l'expression de mécontentements.

10La question du logement, pour sa part, ne se pose plus dans les mêmes termes. En effet, les communes de banlieue connaissent sur la période une stagnation démographique, voire un léger déclin. La pression locale exercée par le flot de nouveaux arrivants n'est plus aussi forte. Certes, la demande quantitative (donc collective, de la part de tous ceux qui en sont exclus) existe toujours mais tend à être supplantée par une demande plus qualitative et environnementale (donc plus individuelle : réhabiliter mon logement, mon immeuble, ma cité) suite aux excès de la politique des grands ensembles.

11Enfin, on peut parler de rupture dans le processus de participation à la vie locale, dans le sens d'une réduction drastique de l'implication des habitants. "Ce déficit relationnel est une caractéristique du monde urbain (...) amplifié dans les quartiers en difficulté [où les relations à autrui(...) sont moins intenses" (Choffel, 1996). Ce phénomène n'affecte pas plus les villes communistes que les autres, mais pas moins non plus. On pourrait parler de désengagement des individus vis-à-vis du contrôle démocratique de la délégation de pouvoir aux élus. La progression du taux d'abstention chez les familles populaires lors des élections, locales en particulier, semble constituer un solide indice de cette évolution.

Bobigny, une ville communiste comme les autres ?

12La ville de Bobigny (Seine-Saint-Denis) s'inscrit parfaitement dans le processus historique du "communisme local". Communiste depuis les années 1920 et sans interruption depuis (sauf pendant la période d'occupation, entre 1940 et 1944), la ville s'est développée au coeur de la banlieue ouvrière du nord-est de Paris, à la nuance près qu'elle a toujours concentré une forte proportion d'ouvriers en regard du nombre d'établissements industriels installés sur le territoire de la commune. Cette nuance n'est pas sans importance sur la sensibilité particulière des habitants à la question des transports, collectifs principalement.

13Pendant les années de conquête de l'espace balbynien, les habitants se sont en apparence intégrés, en trouvant leur identité comme membre d'un groupe fusionnel dynamisé par les communistes. Un système d'identité homogénéisant prend forme localement, combinatoire de particularités locales, historiques et géographiques, et du partage d'une conception du monde produite par un courant politique existant à grande échelle. Cette identité est à la fois locale ET communiste. Elle est porteuse d'un ensemble de croyances, de valeurs et de mythes liés à l'existence politique du mouvement communiste international.

14Bobigny va maintenir cette harmonie locale et idéologique jusqu'au début des années 1970, conservant même sur son territoire les formes premières d'occupation de l'espace (baraques de bois, pavillons insalubres, terrains vagues, jardins potagers...). Mais les enjeux d'urbanisme avec la décision du 10 juillet 1964 de faire de cette ville le chef-lieu du nouveau département de la Seine-Saint-Denis vont considérablement modifier la morphologie du territoire local (habitat collectif). Un immense chantier va alors s'ouvrir, pour se terminer aujourd'hui. Un centre-ville d'un type nouveau répondant à une forte demande en logements et respectant la logique architecturale de "l'urbanisme sur dalle" prend forme. Les infrastructures liées à l'obtention du statut de préfecture se répartissent sur le territoire balbynien (Conseil général, préfecture, chambres consulaires, tribunal, directions départementales de diverses administrations). Le pouvoir local épouse aussi les formes de ce changement en réalisant ou en favorisant la création d'équipements collectifs résolument modernes (Hôtel de ville, Bourse départementale du travail, Maison de la culture 93…). Les nouveaux habitants, qui résidaient auparavant à Paris ou arrivaient de province pour trouver un emploi dans l'agglomération parisienne, se sont donc progressivement approprié un nouveau territoire, marqué par une instabilité morphologique.

15A partir des années 1980, le processus de participation s'est focalisé sur la question des transports urbains en termes d'accessibilité et d'environnement. La revendication pour des moyens de transports facilitant davantage la mobilité spatiale, en particulier celle des ouvriers, tient certainement à l'originalité socio-professionnelle des Balbyniens (cf. supra). Il est par ailleurs possible que la dimension environnementale se soit manifestée en réaction à une densification soutenue du bâti (logements en tours et barres sur la dalle, bâtiments administratifs) exacerbant la sensibilité des habitants aux nuisances sonores. Ces revendications locales respectent la logique traditionnelle, pour ce type de communes, de lutte du local contre le global (la RATP, l'Etat, la SNCF), pour le prolongement de la ligne 5 du métro jusqu'à Bobigny, la mise en chantier puis en service de la ligne 1 du tramway Bobigny / Saint-Denis, la réduction des nuisances (enfouissement et recouvrement) du tronçon autoroutier A86 entre Bobigny et La Courneuve, et la construction d'un mur antibruit le long de la voie de chemin de fer "de grande couronne" (256 convois quotidiens passent "sous les fenêtres" de 10 000 Balbyniens).

16Plus longtemps qu'ailleurs, Bobigny est resté un territoire inachevé porteur d'enjeux sociaux grâce, finalement, aux caractéristiques du développement local antérieur. Mais la décennie 1990 met en évidence un territoire qui arrive à maturité. En atteignant ses objectifs, Bobigny, comme d’autres villes du "communisme local", a vu s'estomper le concept de la "ville communiste pour obtenir". Dans ce contexte, il est probable que différents groupes sociaux composant pour partie la population locale aient cessé d'adhérer aux valeurs défendues jusque là. Par ailleurs, ce phénomène pourrait être renforcé par le désengagement général des individus évoqué précédemment et par le taux élevé de renouvellement de la population (36,1% à Bobigny entre 1982 et 1990). Les nouveaux habitants, n'ayant pas participé aux luttes passées, n'en n'auraient ni la mémoire, ni la fierté. Ils adhéreraient donc difficilement aux valeurs morales, politiques ou groupales que supposaient ces conflits. Tout se passerait pour eux comme si ces équipements collectifs avaient toujours existé, comme s'ils relevaient d'une simple normalité du territoire. Bobigny, comme ville communiste, se trouverait donc confrontée à la détermination de nouveaux enjeux ne pouvant plus s'appuyer sur la conquête et l'appropriation d’un territoire.

Objectifs et démarche retenue

17Dans cette logique, la volonté de la municipalité balbynienne a consisté à mettre en oeuvre des outils de connaissance de l'opinion des administrés sur leur territoire, dans la perspective de déterminer de nouveaux objectifs politiques. Pour cela, faire appel à un sociologue et un géographe sensibles aux questions urbaines mais sans a priori sur la ville, en particulier politiques, peut être interprété comme une volonté municipale de ne pas s'en tenir seulement aux évidences et aux discours convenus.

18Pour étudier l'opinion des Balbyniens sur leur territoire, nous avons d'abord considéré que "parler sur les habitants et parfois pour eux ne remplacera jamais la parole des habitants et l’analyse concrète de leurs pratiques", dans le souci d’éviter l'écueil de "l'approche technocratique des urbanistes, des ingénieurs et des économistes [qui] prévoit encore trop et masque l'évidence: la ville, ce sont d'abord des gens, nouant tant bien que mal entre eux des relations" (Préel, 1996).

19Pour cela, nous avons décidé de réaliser une enquête directe par questionnaire auprès de la population et d'analyser les résultats fournis sans a priori de départ, sinon ceux induits par notre questionnaire qui sollicitait comme formes de réponses des opinions, des images, des valeurs sur l’objet ville et son support discursif. Pour obtenir une plus grande efficacité dans l'interprétation des résultats, nous avons aussi convenu de considérer toutes les réponses d’opinions et d’images, au delà des analyses statistiques immédiates, comme des "contenus de pensée" (Kaës, 1968) reflétant des populations identifiables sur un territoire. On postule que ce territoire puisse agir comme une matrice culturelle sur des individus, suivant leur niveau d’adhésion et de croyance aux groupes sociaux localement dominants. Tenant compte de la polysémie de cette notion, nous avons choisi de la traduire par "représentations sociales" définies comme formes de connaissance spécifique de l’ordre du sens commun. Elles constituent une forme de pensée sociale et permettent aux individus, aux groupes, de comprendre leur environnement, de le maîtriser et de communiquer entre eux (voir aussi : Jodelet, 1989).

20Pour l'analyse de la représentation sociale, nous nous sommes volontairement limités à l’organisation de son contenu, à sa dimension, selon les distinctions établies par Moscovici. Nous excluons ainsi les processus de son élaboration et le système cognitif qui lui est propre. Cette approche privilégie le sens de la représentation. Seule l’étude des représentations modernes, opinions, images, valeurs (Gauthier, 1992), qui ont contribué en tant que processus et produits à édifier un territoire nous permet de rendre compte du changement de ce même territoire, et de son rapport actuel au "communisme local". On s'apercevra rapidement, confrontés à notre objet (l’évolution d’un territoire marqué par le "communisme local"), que la plupart des réponses renvoient à des mécanismes identitaires, ceux des habitants (individus), de leurs groupes d’appartenance supposés ou réels et enfin ceux du territoire.

Mise au point et déroulement de l'enquête

21Nous avons construit un questionnaire destiné à un échantillon représentatif de la population selon six critères (âge, sexe, nationalité française ou étrangère, ancienneté de résidence dans la commune, quartier de résidence, statut et activité professionnelle). Les proportions retenues pour chaque critère sont celles fournies par le recensement de 1990. Une dizaine d'autres variables permettent de mieux décrire la population (statut matrimonial, présence et nombre d'enfants, niveau de formation, lieu de travail, natif de Bobigny et, sinon, motif(s) de l'immigration). L'échantillon est composé de 400 individus dont l'âge atteint ou dépasse 15 ans, car nous postulons qu'en deçà de cet âge, l'opinion des individus est trop influencée par celle des parents. L'enquête est ainsi réalisée sur un échantillon au centième (1,17% exactement) de la population parente (en 1990, Bobigny compte 44 681 habitants, dont 34 072 âgés d'au moins 15 ans).

22Ensuite, trente questions, le plus souvent à modalités variables, quelquefois ouvertes, interrogent les individus sur l'image qu'ils entretiennent à propos de leur territoire (ville de banlieue, administrative, ouvrière, moderne, industrielle, dortoir, sans identité, à la recherche d'une identité, une zone à la périphérie de Paris) et des groupes qu'ils estiment responsables de son développement (élus de gauche, de droite, les ouvriers, tous les habitants...) ou de son éventuel "déclin" (les élus locaux, les étrangers, les patrons, le gouvernement, le contexte international...). Parmi cet ensemble, une douzaine de questions porte sur le mensuel d'information municipal Bonjour Bobigny. Cela permet aux individus de se positionner par rapport au discours municipal sur la ville. Ces questions sur le magazine alternent avec celles permettant une prise de position sur le territoire dans le souci d'éviter des réponses trop mécaniquement enchaînées.

23L'enquête a été réalisée au début de l'année 1996 par des étudiants parisiens qui ne connaissaient pas la ville auparavant. Cette précaution a été prise dans le souci de préserver une relative objectivité de la part des enquêteurs sur le choix des individus à questionner et sur les réponses délivrées par ces derniers.

Organisation et méthode de traitement statistique

24Une première phase consacrée à la mise au point de tableaux de contingence a permis de repérer quelques grandes tendances. Elle a aussi permis d'orienter la suite des recherches vers les véritables enjeux. Par exemple, on demande aux enquêtés s'ils reçoivent, ou non, le mensuel municipal. Cette question semble sans enjeux autres que les aspects techniques et pratiques puisqu'il est distribué systématiquement et gratuitement à domicile. Or, les individus interrogés en ont fait une question d'opinion : Ceux qui sont opposés à la politique municipale reçoivent moins le magazine que ceux qui y sont favorables. La deuxième phase est consacrée à l'utilisation de méthodes d’analyse multivariée, telles que l'analyse factorielle des correspondances (AFC). "(…)ces techniques permettent de déceler une logique, en tout cas un ordre sous-jacent aux images plus ou moins brouillées que l’on obtient lorsque l’on se refuse à sacrifier le détail des observations" (Brun, 1995, p. 35). De plus, l’AFC s’adapte parfaitement à l’étude des représentations sociales (Doise et alii, 1992). En révélant toutes les attractions et les répulsions, elle permet de mieux comprendre le fonctionnement des stratégies identitaires des habitants, leur rapport aux territoires et aux lieux (figure 1).

Les résultats

25On peut affirmer en premier que près de 70% des habitants ne se positionnent pas, ou plus, par rapport aux enjeux de territoires. Ils constituent une sorte de marais statistique indéterminé. Cette absence de prise de position est très nettement associée à la catégorie socioprofessionnelle des employés (CSP la plus représentée au sein de la population active balbynienne). Elle l'est aussi avec la catégorie des jeunes adultes (18-25 ans) mais moins nettement dans la mesure où ceux-ci sont confrontés au problème de la décohabitation, donc à celui du logement. Mais, globalement pour ces individus, Bobigny est une ville "comme les autres", ni pire, ni meilleure. Le mensuel municipal n'est ni bon, ni mauvais, ni à modifier. Ces individus ne contestent pas le territoire, ne le revendiquent pas non plus, ils en sont de simples consommateurs.

26Les habitants qui sont ou restent sensibles à la question du territoire, soit à peu près 30% de la population, se répartissent en deux groupes d'importance égale.

27D'une part, on retrouve un groupe fusionnel, celui qui partage (encore) tout ou partie des valeurs du "communisme local" et sont favorables à leur reproduction. Les ouvriers font quasiment tous partie de cette catégorie. La position des ouvriers au chômage, sans être opposée, est beaucoup plus nuancée et tend à se rapprocher du groupe des indéterminés. Deux autres catégories appartiennent à ce groupe fusionnel. Les adolescents (15-17ans) semblent assez nettement favorables aux valeurs fusionnelles même si par ailleurs ils savent exprimer l'absence de prise en compte de leur mode de vie, particulièrement à propos du mensuel municipal. Ce résultat semble remettre en question le discours classique sur les jeunes de banlieue, désabusés, sans opinions et sans espoirs. Par ailleurs, près de la moitié (mais seulement la moitié) des personnes âgées (au delà de 60 ans) se réclament également de ce groupe. Ils constituent en quelque sorte la mémoire vivante du passé ouvrier de Bobigny (ils y résident d'ailleurs pour la plupart depuis plus de trente ans) et du système de valeurs associé. On constate aisément, au fil des réponses qu'ils ont formulé, leur volonté de transmettre aux jeunes générations l'ensemble des valeurs auxquelles ils restent attachés.

28D'autre part, un groupe oppositionnel se structure autour de la contestation du territoire sous sa forme actuelle. Il revendique clairement et fortement une main mise sur celui-ci. Il n'est pas surprenant de retrouver dans cette catégorie les cadres supérieurs et professions libérales, les artisans, les commerçants, les chefs d'entreprise et, à un moindre degré puisque plus souvent indéterminés, les cadres moyens. Une partie des jeunes adultes (18-25 ans) se réclame également de ce groupe, non seulement en raison de leur préoccupation relative au logement mais aussi, et surtout, en raison des problèmes qu'ils rencontrent pour obtenir un premier emploi. On retrouve enfin dans ce groupe la seconde moitié des personnes ‚gées, qui résident à Bobigny depuis aussi longtemps que ceux qui appartiennent au groupe fusionnel. Leur opposition se fonde sur deux aspects principaux. En premier, ils ne reconnaissent plus et ne comprennent plus un territoire qui s'est modifié trop vite pour eux. En second, ils sont confrontés à un très fort sentiment d'insécurité, en particulier lorsqu'ils résident en pavillon.

29Par ailleurs, la prise de position sur le territoire, tant fusionnelle qu'oppositionnelle, est nettement plus sensible au centre ville que dans les quartiers périphériques de la commune. Plus le quartier de résidence est éloigné du centre, plus les individus sont indéterminés, insensibles aux enjeux du territoire, même si l'on remarque que le centre ville concentre les principaux équipements (mairie, préfecture, administrations, métro, tramway, centre commercial, cinéma, bibliothèque, Maison de la culture, conservatoire de musique, bourse du travail...). Ce résultat corrobore les observations réalisées par Jacques Brun (1995, p.47) selon lesquelles "dans certaines communes de la région parisienne, des processus d'accentuation des contrastes entre les quartiers périphériques et "centre" local (…) se surimposent aux schémas classiques de la division sociale de l'espace à petite échelle, et donnent le sentiment d'une nouvelle fragmentation".

Conclusion

30L'analyse de la situation balbynienne montre que 65 à 75 % des habitants (selon les types de question) ne se sentent pas, ou plus, concernés par les enjeux de territoire. La relation singulière héritée d’une histoire locale entre un territoire et ses habitants s'estompe. Autant la phase de différenciation s'était avérée mobilisatrice, autant la phase d'actualisation, peut-être même la phase d'actualité, l'est peu. "Bobigny, une ville comme les autres" est la définition la plus récurrente que nous ayons rencontrée. Dans ce cas, le territoire (re)devient un simple lieu, que l'individu distingue des autres par le fait, tout simplement, qu'il y réside. Ce lieu pourrait être un autre lieu, une autre "ville comme les autres".

31La relation symbolique des habitants à leur espace devient ainsi le privilège de ceux qui accèdent à la signification : 25 à 35% de la population prend parti sur le territoire, de façon fusionnelle ou oppositionnelle. Le groupe fusionnel s'inscrit globalement dans une logique de préservation-transmission d'un territoire abouti, avec ses valeurs et ses objets. Au contraire, le groupe oppositionnel combat l'organisation actuelle du territoire et souhaite se l'approprier, d'ailleurs plus pour y imposer ses valeurs que ses objets. Dans les deux cas, il est très difficile de distinguer un réel projet territorial. Le positionnement aurait plutôt tendance à se réaliser en référence à une situation spatiale localement figée et par rapport à des valeurs extérieures qui seraient alors importées dans la ville. Finalement, cette conception du territoire, certes plus riche, tendrait malgré tout à se rapprocher de la notion de lieu évoquée précédemment puisqu'il s'agirait d'appliquer à un espace un système de valeurs non spécifique et a-spatial.

32On peut alors s'interroger sur le maintien actuel du "communisme local" dans une ville telle que Bobigny. Existe-t-il une sorte d'inertie territoriale ? Est-il possible que les objets propres à un territoire et permettant de le distinguer des autres prolongent au delà de la période d'appropriation la pertinence des valeurs qui l'ont permise ? Peut-on imaginer que "Tout se passe comme si, alors que les réseaux sociaux se renouvellent par migration de personnes et d'une génération à l'autre, certains savoir-faire urbains se perpétuaient dans les mêmes lieux, ce qui ne peut se comprendre que par un ensemble d'effets en retour et de contraintes exercées par le lieu sur les acteurs." (Pumain, Robic, 1996. Plus précisément, ces contraintes exercées par le lieu ne sont-elles pas la mémoire territoriale de valeurs telles que la solidarité et la sociabilité et, plus généralement, de la propension humaine à "l'être ensemble" ?

33Répondre positivement à ces questions permet de comprendre la temporalité du "communisme local", prolongée au delà de son combat historique entre le local et le global par les valeurs humaines mises en oeuvre alors. Cela peut également expliquer le fait que les adolescents balbyniens soient porteurs de valeurs de même nature sans avoir pour autant participé aux luttes qui ont abouti à leur expression territoriale. Cela signifie enfin qu'une immense partie de la population est à la recherche de nouveaux modes d'expression et de formalisation de la vie en société.

34Pour ces derniers, l'affaiblissement local de l'expression politique de l'identité territoriale peut-il être mis en rapport avec la détérioration d'une perception globale de la société ? Ainsi, la résistance parfois inexplicable du "communisme local" serait liée à l'affaiblissement proportionnel du global, de la nation, de ses systèmes de représentations et de ses valeurs.

35Pour notre part, l’identité territoriale comme système homogène du "communisme local" a cessé d’être une référence et de rassembler, à Bobigny, mais aussi dans le Val-d’Oise à Bezons (Eysseric, 1997), ou encore à Nanterre (Ségalen, 1990) dans les Hauts-de-Seine. Aujourd’hui, ces villes du "communisme local" semblent être le réceptacle de multiples identifications individuelles et groupales qui n’entretiennent plus de relations matricielles avec leur territoire, suscitant incertitude et instabilité politique pour le devenir de ce dernier.

Figure 1 : Plan d’analyse factorielle représentant les 2 premiers axes de l’AFC entre :

a) VOTRE STATUT SOCIO-PROFESSIONNEL ?

(modalités de réponse : jeune scolarisé ; femme au foyer ; chômeur ; ouvrier ; employé ; cadre intermédiaire ; cadre supérieur ; commerçant-artisan-profession libérale ; retraité)

b) PARLER DE BOBIGNY, C’EST PARLER... (plusieurs réponses possibles)

(modalités de réponse : d’une ville de banlieue ; d’une ville ouvrière ; d’une ville administrative ; d’une ville moderne)

Haut de page

Bibliographie

BRUN J., 1995, Essai critique sur la notion de ségrégation et sur son usage en géographie urbaine, 21-57, in J.Brun et C.Rhein (Eds), La ségrégation dans la ville, coll. Habitat et Sociétés, Paris, L’Harmattan, 261p.

CHOFFEL P., 1996, Les conditions de vie dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, 123-133, in D.Pumain F.Godard (coord. par), Données urbaines, coll. Villes, Anthropos, Paris, 377p.

DOISE W., CLEMENCE A., LORENZI-CIOLDI F., 1992, Représentations sociales et analyses de données, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble, 261p.

DOLLE J.M., 1986, Approche épistémologique des structurations de l'identité, in P.Tap (sous la direction de), Identité et personnalisation, Privat, Toulouse, 440p.

EYSSERIC Ph., Bobigny, Bezons, du communisme municipal au chaos des identités - le sens des identifications territoriales -, thèse de doctorat en cours, Université Paris V.

FISCHER G.N., 1992, Psychologie sociale de l'environnement, Privat & Bo-Pré, Toulouse, 240p.

GAUTHIER A., 1992, La trajectoire de la modernité, représentations et images, PUF, Paris, 255p.

JODELET D., 1989, Les représentations sociales, PUF, Paris, 424p.

KAES R., 1968, Images de la culture chez les ouvriers français, Cujas, Paris, 347p.

MOSCOVICI S., 1961, La psychanalyse, son image et son public, PUF, Paris, 506p.

NOIRIEL G., 1986, Les ouvriers dans la société française, XIXe - XXe siècles, Seuil, Paris, 321p.

PINÇON-CHARLOT M., PRETECEILLE E., RENDU P., 1986, Ségrégation urbaine, classes sociales et équipements collectifs en région parisienne, Paris, Anthropos, 292p.

PUMAIN D., ROBIC M.C., 1996, Théoriser la ville, 107-161, in P.H.Derycke, J.M.Huriot, D.Pumain, Penser la ville, théories et modèles, coll. Villes, Anthropos, Paris, 336p.

PREEL B., 1996, Mode de vie dans sept métropoles européennes, 91-99, in D.Pumain F.Godard (coord. par), Données urbaines, coll. Villes, Anthropos, Paris, 377p.

PROST A., 1986, préface de Bobigny, Banlieue rouge (d'Annie Fourcault), Éditions ouvrières, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris, 215p.

SEGALEN M., 1990, Nanterriens, les familles dans la ville, une ethnologie de l’identité, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 200p.

SIMMEL G., 1981, Sociologie et épistémologie, PUF, Paris, 238p.

VERRET M., 1995, Chevilles ouvrières, Les éditions de l'Atelier / Éditions ouvrières, Paris, 254p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1931/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Eysseric et Serge Leverbe, « Le lieu , territoire de demain ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 38, mis en ligne le 23 décembre 1997, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/1931 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1931

Haut de page

Auteurs

Philippe Eysseric

Sociologue, doctorant
CEAQ-Université Paris 5 René Descartes, 12, rue de l'Ecole de médecine, 75 006 Paris.

Serge Leverbe

Géographe, doctorant
Equipe PARIS, CNRS-Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 13, rue du Four, 75 006 Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page