Navigation – Plan du site
2008
426

La gestion contractualisée des forêts en pays betsileo et tanala (Madagascar)

Les effets biaisés d’un modèle universel
Contractual Forest Management in the Betsileo and Tanala Regions of Madagascar: The biased effects of a universal model
Chantal Blanc-Pamard et Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Résumés

Les politiques malgaches de conservation de la biodiversité se sont renouvelées depuis les années 1990 par une intégration localisée des modes de gouvernance de l’accès aux ressources. La contractualisation locale se traduit par la requalification de territoires de conservation, sur des espaces réglementés voués à la protection de la biodiversité, et pour ce faire, de savoirs et de pratiques. Les dispositifs collectifs de gouvernance de l’accès aux ressources, mis en place par les Transferts de Gestion des Ressources Naturelles Renouvelables (TGRNR), qualifient de nouveaux territoires pour lesquels les différents groupes en présence, pourtant réunis en une communauté de base (COBA), n’ont pas les mêmes possibilités pour l’accès aux ressources, leur contrôle et leur usage.

Notre étude concerne quatre cas de gestion contractualisée des forêts (GCF) situés dans le nord du massif forestier appelé « corridor » : deux sur son versant ouest, en pays betsileo, et deux sur son versant est en pays tanala. Récents, car le transfert de gestion date de 2003, ils représentent un exemple de gouvernance environnementale locale visant à permettre aux communautés riveraines de contribuer, de façon légitime et représentative, à la réduction des principaux facteurs de dégradation. Ces dispositifs territoriaux de conservation de la biodiversité interfèrent avec les formes d’organisation territoriale et sociale en place, ce qui pose la question de leur appropriation dans un contexte local. De plus, l’absence d’apprentissage et de partage des nouvelles règles techniques, territoriales et sociales est la cause de dysfonctionnements inopérants dans le sens de la conservation de la biodiversité, ce qui ne permet pas aux communautés de se mettre aux commandes de la gestion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Izaho mahalala, ianao tsy atoro

Moi je sais et vous êtes au courant1

Proverbe malgache

Introduction

  • 2 Madagascar Action Plan, ou « Plan d’Action Madagascar 2007-2012. Un plan audacieux pour le Développ (...)
  • 3  Un communiqué de presse de la Banque mondiale (http://www.pnae.mg/revue_presse/rp.asp) présentait (...)
  • 4  Les huit engagements sont : Gouvernance Responsable, Infrastructure Reliée, Transformation de l'Ed (...)

1Que Madagascar devienne « de nouveau une île verte » : cette expression traduit l’objectif du MAP2 pour cette île continent dont les scientifiques soulignent la richesse biologique exceptionnelle. Dans la continuité de la mise en place au cours des années 1990 du Programme National d’Action Environnemental (PNAE)3 pour protéger la mégabiodiversité malgache fortement menacée, le MAP fait de l’environnement, un des huit engagements4 de l’Etat sur la période 2007-2012. Il place l’intensification du transfert de gestion des ressources naturelles dans les projets prioritaires pour « réduire le processus de dégradation des ressources naturelles ». La gestion contractualisée des écosystèmes forestiers, principal habitat de la biodiversité, se trouve ainsi promue parmi les outils de base du succès de la protection de l’environnement. Elle accompagne la résolution annoncée en septembre 2003 par le Président de Madagascar de tripler la surface des aires protégées.

  • 5  Sur la mise en œuvre des nouvelles politiques de gestion des forêts, voir les travaux de Collas de (...)

2Comme à Madagascar, de nombreux pays ont également pris au cours des dernières années des mesures de dévolution de la gestion forestière. En transférant le pouvoir à des entités locales, l’objectif est de permettre une meilleure conservation des ressources naturelles sur la base d’une gouvernance locale. Les différentes expériences de transfert de gestion dans plusieurs pays en Afrique, en Amérique et en Asie du Sud-est montrent une divergence des résultats qui tient au processus de participation, à la difficulté de mettre en place une gestion communautaire, et aux différents enjeux sociaux comme territoriaux5.

  • 6  Cet aspect de notre recherche a fait l’objet d’un article : Blanc-Pamard C., Rakoto Ramiarantsoa H (...)

3Notre propos interroge l’engagement des populations riveraines de ressources naturelles, qui s’impliquent dans de telles formes de contrat. Comment des communautés peuvent-elles être motivées à s’engager d’une manière contractuelle pour conserver la forêt de leur terroir ? Quelles sont les conséquences d’une mise en normes qui spatialise les usages de la forêt ? Car les arrangements et agencements de territoires, de pouvoirs et de savoirs produits par un nouveau mode local de gestion font apparaître des décalages entre les objectifs et ce qui se passe réellement6. Telle qu’elle est proposée et conduite, la gestion contractualisée des forêts répond-elleà l’enjeude la déforestation ?

4Dans le cadre de cet article, l’accent est mis sur une analyse fine du processus de formulation et de mise en oeuvre de transferts de gestion, afin de pouvoir expliciter les impasses auxquelles aboutissent de tels projets. C’est dans ce sens que trois points sont présentés et discutés : les dispositifs environnementaux, l’engagement des acteurs dans le processus et le rôle des cartes dans la mise en place de ce changement. L’article dénonce les conflits que de tels projets reposant sur une démarche standardisée génèrent mais souligne aussi comment chacun des acteurs s’accorde quant à des malentendus sur la « gestion des ressources ». Il pointe des dysfonctionnements inopérants dans le sens de la conservation de la biodiversité, liés à l’absence d’apprentissage et de partage des nouvelles règles techniques et sociales, ce qui ne permet pas aux communautés de se mettre aux commandes de la gestion (Boisvert et al., 2007).

Contexte et présentation des dispositifs territoriaux de gestion environnementale

  • 7  Rubrique "corridor" in : Dictionnaire de biogéographie végétale : "Unité paysagique qui tranche da (...)
  • 8  Madagascar a procédé à la ratification de la Convention sur la Diversité Biologique CDB en 1995 et (...)

5La décennie 1990 a vu le développement de l'approche « corridor forestier » (corridor biologique ou écologique) lors de réunions internationales sur les questions d'environnement, en raison du constat du morcellement ou de la fragmentation qui menace les écosystèmes forestiers7. Le "corridor", un nouveau concept de gestion a été créé et mis en place à différentes échelles dans les pays du nord et les pays du sud. Le concept de corridor dans le contexte de Madagascar a été proposé en avril 1995 pendant l’Atelier Scientifique sur la Définition des Priorités de Conservation de la Diversité Biologique à Madagascar8 (Rakotosamimanana et Ganzhorn, 1995). Ainsi le vestige du massif forestier en bordure orientale des Hautes Terres est désormais appelé "corridor".Il intègre le corridor forestier de Fianarantsoa ou corridor RAI (Ranomafana-Andringitra-Ivohibe, de 5 à 15 kilomètres de largeur) entre le Parc National de Ranomafana au nord et la Réserve Spéciale du Pic d'Ivohibe en passant par le Parc National d'Andringitra (fig. n°1), identifié comme ayant un intérêt biologique exceptionnel et reconnu comme prioritaire en termes de préservation (Carrière-Buchenschutz, 2006).

Figure 1 : Le corridor forestier Ranomefana-Andingibra-Ivohibe

  • 9  La COmmunauté de BAse ou COBA est un groupe volontaire d’individus unis par les mêmes intérêts et (...)
  • 10  Environ 500 transferts de gestion des ressources naturelles aux communautés locales ont été effect (...)
  • 11  Le programme LDI (Landscape Development Interventions) a fonctionné de juin 1998 à décembre 2003. (...)
  • 12  Il s’agit d’un programme forestier de WWF Madagascar. Il vise à « la gestion améliorée de la forêt (...)

6Avec la Nouvelle Politique Forestière de 1997, dont découlent tous les programmes touchant à la préservation des ressources forestières du pays, la loi 96-025 GELOSE (Gestion Locale Sécurisée) et l’adoption du décret de 2001 relatif à la mise en œuvre de la Gestion Contractualisée des Forêts (GCF) constituent les fondements de la participation des Communautés de Base ou COBA9 à la gestion des ressources forestières : ce sont des arrangements institutionnels de régulation et de délégation de droits d’usage au niveau local. Ce cadre juridique et institutionnel veut pallier les lacunes des politiques environnementales antérieures (Bertrand et al., 2006). Il s’agit de transférer aux communautés de base la gestion de certaines ressources naturelles comprises dans leur terroir. Il ne suffit plus d’associer la population locale à la gestion, il faut désormais l’impliquer dans un objectif de gestion durable des ressources naturelles. Les contrats de TGRNR (Transfert de Gestion des Ressources Naturelles Renouvelables)10 qui initient ce mode local de gestion sont mis en place par différents partenaires (internationaux, nationaux) ou opérateurs environnementaux : ERI ex-LDI11, WWF, programme Dette Nature12, SAGE (Service d’appui à la gestion de l’environnement).

7Notre recherche a été conduite sur quatre territoires ruraux (Ambendrana, Amindrabe, Andrambovato, Tatamaly) inscrits dans ces processus de requalification liés à la Gestion Contractualisée des Forêts (fig. n° 2).

Figure 2 : Carte de localisation

8L’analyse a porté sur les réactions paysannes aux interdictions et restrictions d’usage qui découlent de la contractualisation de la forêt. Il s’agit de comprendre comment et sous quelle forme des acteurs (une communauté rurale) reçoivent un dispositif de gestion de leur territoire et comment ils se l’approprient (ou non), quelles en sont les conséquences sociales et les bénéfices annoncés (économiques, fonciers…).

9La zone d’étude est un élément du territoire réticulaire du corridor. Située dans sa partie nord, elle couvre un rectangle de 30 kmde large (O-E) sur40 km de long (N-S) et prend en compte les versants ouest et est du corridor ; le Parc National de Ranomafana PNR, créé en 1991, y occupe une partie importante (fig. n° 3).

Figure 3 : Le Nord du corridor forestier

  • 13  Unité administrative qui correspond au village et groupe de hameaux.

10En pays betsileo, dans la commune rurale d’Androy, ce sont deux villages, Ambendrana et Amindrabe, localisés dans la zone périphérique du Parc National de Ranomafana et qui sont chacun le lieu de GCF mitoyennes (fig. n° 4), l’une à l’échelle du terroir d’Ambendrana, en lisière de forêt et l’autre à celle du fokontany13 d’Amindrabe en forêt (Blanc-Pamard et Ralaivita, 2004 ; Blanc-Pamard, Rakoto Ramiarantsoa, Andriantseheno, 2005). Ces deux GCF ont pour partenaire ERI ex-LDI.La première gère une portion de forêt et la seconde, des morceaux de forêts à l’échelle du fokontany.

Figure 4 : Les 2 zonages des forêts mitoyennes (GCF) gérées par le COBA d’Ambendrana et celle D’Amnidrabe

11En pays tanala, les deux villages étudiés (Andrambovato et Tatamaly) sont le lieu de GCF dans la commune rurale de Tolongoina (fig. n° 5) où un programme Dette Nature a démarré en 1997 dans la réserve forestière de Tolongoina, l’un des quatre premiers sites retenus dans le corridor de la forêt de l’est (Blanc-Pamard et Rakoto Ramiarantsoa, 2006). Le transfert de gestion se définit ici dans le cadre d’un plan d’aménagement circonscrit dans un terroir villageois. « Un plan d’aménagement est établi, sur des bases scientifiques, afin de respecter la capacité productive des ressources naturelles ; il correspond à un ensemble de choix techniques avec un objectif de gestion des ressources. Le plan d’aménagement fixe le volume annuel de prélèvement en fonction de la superficie totale exploitable (en plusieurs phases) et du volume de ressources exploitables ; il détermine également le zonage des unités d’aménagement et leur mode de traitement ».

Figure 5 : Le site de Tolongoina : les 13 terroirs villageois

  • 14  Ce programme vise à « la gestion améliorée de la forêt humide malgache par une approche participat (...)
  • 15  Définition relevée dans le « Guide d’un plan d’aménagement et de gestion simplifié » établi en 199 (...)

12Le programme Dette Nature14 est un programme forestier de WWF Madagascar. Il intègre deux projets, le projet CAF (Cadre d’Appui Forestier) et le projet APN (Agent de Protection de la Nature). Les deux projets opèrent ensemble au niveau du terrain. On peut lire que « Le choix des sites a été fondé sur l’état de la forêt et son niveau de dégradation, l’accès, et l’intérêt des communautés locales pour la conservation ainsi que la gestion des ressources forestières ». Le programme Dette Nature – Projet CAF-APN – utilise l’approche terroir villageois comme unité du plan d’aménagement et par conséquent de la gestion de la forêt. Le terroir est défini « comme l’espace à l’intérieur duquel vit une communauté obéissant à des règles sociales communes et ayant les mêmes intérêts. La communauté y tire l’essentiel de ses ressources. Il peut contenir un hameau, un village ou un groupe de villages15 ». Le terme « terroir traditionnel » est présent dans les textes de présentation de l’approche CAF pour souligner combien la communauté « aura » à la fois une « fierté » et un « intérêt » à conserver la forêt de son terroir, en s’en sentant « redevenue maître ». C’est cependant le terme de « terroir villageois » qui est utilisé pour mieux traduire le transfert de droits de gestion aux communautés, chaque village devant conserver une portion de forêt dans son terroir. Le terroir est ici un outil de gestion de la nature ; il est instrumentalisé car reconnu comme un espace d’intervention qui a une légitimité et est fonctionnel (Agrawal et Gibson, 1999).

13Les GCF d’Andrambovato et de Tatamaly font partie des treize terroirs villageois concernés par le transfert de gestion et disposés pour la plupart de part et d’autre de la ligne de chemin de fer FCE (Fianarantsoa Côte Est). Ces terroirs intéressent sept des quinze fokontany de la commune rurale de Tolongoina (fig. n°5). L’ensemble forme un rectangle de direction N-O/S-E d’environ 17 km de long sur 11 km à 4 km de large et s’inscrit dans le maillage de vingt-sept transferts de gestion réalisés depuis 2001 sur le versant est du corridor.

14Les territoires définis doivent concourir au maintien ou à la restauration des qualités biologiques de la forêt à laquelle ils appartiennent. Ils sont le théâtre de mesures de restriction  avec des portions de forêt affectées ici à une conservation, là à une production, ailleurs à des usages précis. Ces portions sont matérialisées par des limites physiques inscrites sur une carte dite carte du zonage GCF. La réalisation des processus GCF est conclue par la signature d'un contrat qui engage les COBA.

15Dans notre approche, le territoire représente une entrée pour comprendre comment se met en place le transfert de gestion, pour analyser comment s’inscrit dans le temps et dans l’espace la redéfinition de l’usage de la forêt (réglementations, obligations, droits et restrictions…) et pour appréhender comment cohabitent des espaces productifs et des espaces protégés.

L’engagement des acteurs : un malentendu

16L’engagement des acteurs peut se résumer par le terme de malentendu, au sens où les parties prenantes s’arrangent avec le fait de ne pas se comprendre pour cohabiter entre normes prescrites et pratiques locales dans des espaces bornés et qualifiés. Lesmutations des rapports aux ressources sont imposées aux acteurs par des normes, des types de dispositifs, des territoires. Les normes sont formulées dans un langage environnementaliste qui précise le zonage, le calendrier, les règles techniques et les acteurs locaux doivent apprendre à fonctionner dans ce moule. La réalité découvre une diversité de situations, en réponse aux sollicitations du dispositif environnemental : contournement à Ambendrana, rejet à Amindrabe, adhésion entière à Andrambovato et adhésion critique à Tatamaly.

17L’analyse du contrat, c’est-à-dire du document (rédigé en malgache) remis à chaque COBA qui enregistre le transfert de gestion des forêts, permet de mesurer l’étendue du malentendu. Prenons l’exemple de Tatamaly.

Le document

  • 16  Toutes les traductions ont été faites par nos soins.

18La première page énonce la « demande de gestion de la forêt et de toutes les richesses qui s’y trouvent » et les deux objectifs qui ont poussé l’association à se constituer : « pouvoir protéger et entretenir les richesses naturelles à l’intérieur de la forêt » et « tirer des ressources financières pour le développement de cette région »16.

19Le document, d’une trentaine de pages, est constitué de trois parties :

  • le contrat de transfert de gestion qui présente le règlement général et précise les droits et rôles des membres de la COBA

  • le livre des responsabilités (ou charte). Les conditions techniques d'exploitation de la forêt concédée sont fixées par un cahier des charges établi selon un modèle du service des Eaux et Forêts

    • 17  Dina : convention collective adoptée par l’assemblée de tous les hommes adultes d’un espace géogra (...)

    la convention (dina17) collective de l’association.

20La rédaction du document est établie « en concertation » par l’opérateur environnemental et le bureau de l’association. Plusieurs phases de discussions précèdent la formalisation du document : l’approbation des statuts de l’association, le zonage, le règlement intérieur, l’établissement des règles coutumières (dina). C’est au terme de ce travail, après six à huit mois, qu’est établie la demande de gestion. L’article 8 résume les engagements des membres de la COBA : « Tout membre de la COBA est responsable de la gestion, de l’utilisation, de la protection et de la surveillance des forêts et de leurs produits sur le terroir villageois ».

Les termes du contrat

21Le contrat, rédigé en malgache dans la mesure où le français est étranger aux contractants, reste peu accessible, d’autant plus que les lettrés sont rares. Un travail sur les contrats a été mené afin de repérer les termes du langage environnementaliste. Ils sont de trois types : termes de politique environnementale, termes de participation, termes de réglementation. Le transfert de notions étrangères dans le langage local est net dans la mesure où les termes malgaches retenus sont « convenus » pour être officiellement ceux qui désignent les concepts qu’on veut formaliser. En fait, ces mots ont une autre signification. Par exemple dans l’expression Ressources Naturelles Renouvelables, Ressources est traduit par harena, mot malgache dont le sens premier est richesse. Fikajiana est le mot choisi pour « conservation » ; or, fikajiana signifie « le fait de prendre soin . Par ailleurs, plusieursmots «techniques » n’ont pas d’équivalents en malgache. Ainsi, l’idée contenue dans la séquence « plan d’aménagement » ne peut être clairement exprimée avec sa traduction, rafi-panajariana qui signifie « structure pour aménager » et qui renvoie plus au sens d’une organisation permettant d’encadrer et de réaliser un projet d’aménagement. Les exemples suivants montrent nettement des décalages dans la signification de messages ainsi transmis.

  • 18  A l’époque coloniale, la langue française était désignée par l’expression teny baiko, litt. « la-p (...)

22Il est frappant d'observer que ce problème se pose surtout pour les termes de politique environnementale. Au-delà de l’intraduisible, de nombreux termes englobent la volonté de mettre aux normes18 par des mots peu usuels et donc peu compréhensibles, dans le sens du parler local. Le problème touche beaucoup moins les expressions en relation avec les thèmes de réglementation et de participation, probablement parce que ces deux derniers domaines participent pleinement, et de longue date, du fonctionnement des sociétés malgaches. Un tel constat du décalage entre message du gestionnaire et sens des termes retenus se retrouve chez Irène Rabenoro qui qualifie d’ « illusion » la tentative de traduire en malgache des énoncés français qui relèvent d’un domaine particulier (Rabenoro, 2005). Aussi, est-il permis de se demander si le malgache est appropriée à la « fonction de véhicule (…), de medium » (Rabenoro, 2006) de cette requalification territoriale. En effet, une étude sémantique sur les termes des contrats de GCF, ainsi que les réactions des communautés concernées par ces textes soulignent le risque de faire de la langue nationale, « une langue étrangère à ses propres usagers » pour reprendre l'expression de Rabenoro (2005), dans la mesure où elle est mobilisée comme outil de transmission d’un système de relation au territoire qui n’a pas été conçu de manière endogène.

Les réglementations

23Les réglementations sont présentées par type de forêt (conservation, production, droits d’usage et réhabilitation) dans « le livre des responsabilités » qui définit le contrôle et la protection selon l’article 32 : « Tous les produits exploités dans la forêt doivent être mentionnés dans le cahier de contrôle détenu par le secrétaire de la COBA pour en faciliter le suivi ». Elles sont strictes et scandent le document comme autant de menaces : « il est interdit de brûler la forêt et les vieux kapòka (recrûs forestiers) » ; « plus d’abattis de forêt « neuve » (ala vaovao) » ; « il est interdit de chasser les animaux protégés dont les lémuriens, de prélever des écrevisses, de cueillir des plantes médicinales, de couper des arbres (liste jointe au document) » ; « il est strictement interdit de prélever des produits dans la zone de conservation et d’y pénétrer sans raison valable » et « La circulation des hommes y est très limitée ».

24Les pratiques culturales (mise à feu) et l’exploitation du bois sont elles aussi contrôlées. Si des autorisations permettent une utilisation des arbres et des produits de la forêt, les conditions sont très strictes, voire inapplicables. Prenons l’exemple de l’article 20 relatif à la zone de Cantonnement de Droits d’Usage (CDU) : « On limite comme suit le nombre de bois autorisés pour la construction d’une case : trois pieds de gros arbres, 60 unités de bois rond, 200 gaulettes. Pour la construction d’un grenier : un pied de gros arbre, 25 unités de bois rond, 100 gaulettes ». L’autorisation n’est pas renouvelable avant huit ans, période correspondant à celle de la conservation du bois de construction. Tout bois à prélever doit faire l’objet d’une demande d’autorisation au comité de gestion (COGE) qui adresse une copie au chef de Triage à Tolongoina. Chaque ménage bénéficiaire d’une autorisation doit planter 20 arbres en compensation, s’acquitter de 5 000 FMG par maison et 2 000 FMG par grenier construit. Pour les non membres, les sommes sont plus élevées, respectivement 20 000 FMG et 5000 FMG.

25Un plan d’aménagement s’applique à la zone de production. Mais un tiers seulement en est délimité et inventorié. Un inventaire identifie les espèces d’arbres exploitables, à partir d’un diamètre supérieur à 20 cm. Ce sont les « gros » arbres auxquels on attribue des couleurs et des numéros. 95 espèces ont été identifiées. Un cahier de chantier suivant le modèle technique des Eaux et Forêts est tenu, et contrôlé par le chef des Eaux et Forêts de la commune (chef de triage). Tout produit exploité doit porter la marque du marteau forestier et celui de la COBA. La COBA doit aussi avoir un cahier d’exploitation (autorisation, exploitation, vente) et faire un rapport trimestriel au chef de triage des Eaux et Forêts. Ce mode d’exploitation ne fonctionne toujours pas, alors qu’il doit être une source de revenus avec le versement, par le COGE, de ristournes au service des Eaux et Forêts, et de redevances à la commune, calculées à partir de la vente des arbres au niveau de la commune. Ce système reproduit celui des recettes liées à l’attribution des permis de coupe et d’exploitation par le service des Eaux et Forêts.

  • 19  Pourtant, le feu comme outil écologique est une pratique des paysans malgaches.

26Enfin, dans la zone de réhabilitation de « la forêt détruite », chaque membre doit planter 5 pieds/an, le programme annuel élaboré par la COBA déterminant le moment du reboisement. Cette zone est aussi la zone des cultures, mais il y est « formellement interdit d’utiliser du feu19 dans les terrains déjà cultivés ».

 La convention collective concertée : dina

27Elle consigne la gestion, l’utilisation et la protection de la forêt et des ressources naturelles du terroir villageois concerné. Les différentes amendes sont répertoriées selon le type d’activité répréhensible, avec une longue liste détaillée. La réglementation - et les amendes y afférant - est très stricte dans la zone de droits d’usage « où les membres de la COBA peuvent tirer des produits pour leur usage quotidien ». Les amendes par arbre coupé ne figurant pas dans l’inventaire des arbres « autorisés » sont de 25 000 FMG/grand arbre, de 2 000 FMG/arbuste, de 25 FMG/taillis. De plus, si les arbres coupés « autorisés » ne sont pas exploités, l’amende est de 50 000 FMG. Enfin une amende de 10 000 FMG pour l’écorcerécoltée sur un arbre qui n’est pas, par ailleurs, utilisé.

Les normes dans les quatre situations étudiées concernent le calendrier et les bases techniques

28Concernant le calendrier (Projet CAF-APN), le cahier des charges impose une périodisation rigoureuse :

  • Une autorisation dans la zone de droits d’usage est valable trois mois. Les autorisations ne sont délivrées que de janvier à mars et l’exploitation des bois « autorisés » se fait d’avril à septembre.

  • Toujours dans la zone de droits d’usage, l’autorisation de prélever une quantité précise de matière végétale pour des constructions au village (cf supra) par un ménage court sur une période de cinq ans ou huit ans, suivant le cahier des charges. C Au-delà de cette période, qui correspond à la durée de conservation du bois, une nouvelle demande peut être introduite.

  • L’utilisation des feux pour éclaircir les terrains de culture doit être effectuée pendant la journée, et non la nuit.

  • 20  L’unité d’exploitation correspond à la superficie de la zone divisée en 60 années ; elle est génér (...)

29Le cahier pointe aussi les échéances du contrat dont le renouvellement « peut être effectué s’il est respecté (…) Si on a des preuves du non-respect des réglementations définies dans le cahier des charges, le service des Eaux et Forêts peut donner des avertissements ou même suspendre ou annuler en totalité le contrat ». Le contrat est renouvelable tous les dix ans. Au démarrage, la période test est de trois ans. Les contrats arrivant à terme actuellement sont en attente d’une évaluation qui doit fixer la poursuite ou non du processus de transfert de gestion. Une autre échelle temporelle, la durée de soixante ans, soit plus de deux générations, est retenue pour la zone de CDU. La même durée s'applique à la zone de production à raison d’une division de la zone en 60 unités d’exploitation20. Au terme des 60 ans, le contrat sera renouvelé pour la même durée. Ce choix d’une longue durée correspond à l’élaboration d'objectifs communs de très long terme. Il s'agit « d'aider les acteurs enfermés dans le court terme à élargir leurs horizons en formulant des objectifs communs de très long terme ».

30Les règles techniques, quant à elles, représentent des innovations qui ne tiennent pas compte des pratiques existantes. Les plus contraignantes pour les exploitants concernent le diamètre d’exploitabilité des arbres, la pêche des écrevisses et le pare-feu.

  • 21  « Le dhp (diamètre à hauteur de poitrine) est la diamètre d’un arbre mesuré à une distance de réfé (...)

31Les bases techniques pour une gestion durable ont été étudiées en déterminant le diamètre minimal d’exploitabilité21. A Tatamaly, dans la zone de production, un diamètre supérieur à 20 cm est le critère retenu pour distinguer les arbres exploitables. La fixation de ce diamètre, prescrite dans le plan d’aménagement et dans le cahier des charges, vient des règles pour l’exploitation forestière de forêts naturelles non aménagées. La conduite du peuplement est faite dans l’esprit d’une telle exploitation. On commence par l’abattage des beaux sujets, d’un diamètre de 20 cm et plus, pour ne laisser sur la parcelle que des sujets de moindre valeur, au sens de l’exploitation. Cette pratique du diamètre minimum peut entraîner soit un écrémage des peuplements, dans le cas d’une exploitation, ce qui va à l’encontre des principes de sylviculture, soit un non-usage s’il n’y a pas d’individus dont le diamètre atteigne 20 cm, ce qui ne contribue pas à une gestion telle que les paysans la conçoivent. Du point de vue des exploitants, un diamètre de 35 cm serait préférable pour du bois de construction de qualité. Ceci souligne un souci très présent de disposer de ressources exploitables, souci qui s’accompagne de modes de gestion appropriés. La logique économique rejoint la logique écologique.

  • 22  Outil principal de l’agriculture malgache, celle-ci étant essentiellement manuelle.
  • 23 De même Catherine Dumora note dans une aire d’environnement protégée au Brésil une « normalisation (...)

32Dans la GCF d’Ambendrana, la réglementation qui fixe le diamètre d’exploitabilité à 40 cm concerne surtout l’exploitation des arbres utilisés pour fabriquer des manches d’angady22.(bêche à percussion lancée). Afin de réguler l’exploitation forestière, chaque exploitant n’a été autorisé, lors de la signature du contrat, à ne produire que six manches pendant trois ans dans la zone de droits d'usage. Or c’est une activité rémunératrice très développée pendant la soudure, notamment d'octobre à mi-décembre à raison de 20 à 30 manches/artisan/semaine, la vente d'un manche permettant d'acheter du riz. Le seul moyen de pouvoir continuer à exploiter les manches de bêche a été d'acculer le président de la COBA, un instituteur nouveau venu, à démissionner en décembre 2004 et d'élire à sa place le président de l'association des artisans de manches d'angady. Les notables tiennent désormais le bureau de la COBA. L'exploitation continue en forêt où l'on voit des trouées signalant l'abattage des arbres. Mais les manches ne sont plus fabriqués sur place. Les troncs des arbres sont transportés au village où des ateliers de production ont été installés dans les maisons. Celles-ci auparavant ne voyaient que la finition c'est-à-dire le polissage. Pour la commercialisation, les vendeurs se sont organisés : les jours de marché, ils quittent ensemble le village vers 2 heures - 3 heures du matin et s'éclairent avec des torches en bambou. Il en est de même pour d’autres produits dont la commercialisation est interdite (paniers en bambou, écrevisses…). La clandestinité et la dissimulation sont des stratégies adoptées par les paysans pour pouvoir poursuivre des activités rémunératrices23. A leur arrivée au marché, leur production est achetée en gros par des collecteurs de Fianarantsoa. La vente d'un manche d'angady permet d'acheter, en octobre 2004, plus de riz qu'en octobre 2003. En revanche, en octobre 2005, l'offre importante a entraîné une baisse du prix du manche d'angady et il faut parfois deux manches pour acheter un kapoaka de riz (environ 300 g. de riz blanc).

  • 24  Par contre, l’arrêt de l’exploitation sur les ressources forestières a des effets positifs sur la (...)

33Le respect de cette norme sylvicole et technique qui stoppe l’utilisation des espèces aptes aux exigences de fabrication des manches, ne participe pas, du point de vue des différents acteurs, à la gestion de la forêt dans le sens d’une conservation de la biodiversité. Pour les paysans, la gestion de la biodiversité passe par le prélèvement des végétaux et des animaux. Il n’y a pas à notre connaissance d’études sur les conséquences d’un arrêt de l’exploitation sur la croissance des espèces forestières24.

34En revanche, dans le domaine des écrevisses (Astacoides granulimanus), dont l’exploitation est aussi réglementée, des travaux de biologistes discutent la validité de l’interdiction de leur pêche à des fins commerciales (Jones et al., 2005). Sur la base d’une évaluation de la durabilité de cette pêche telle qu’elle est pratiquée par des villageois dans le Parc National de Ranomafana et aux alentours (Jones et al., 2005 ), les auteurs vont à l’encontre de l’idée reçue que la pêche n’est pas durable en raison d’une vulnérabilité de l’espèce à une surexploitation. Ils montrent que, dans les conditions sociales et économiques actuelles, le niveau d’exploitation est durable et concluent que l’interdiction n’est pas une solution pour conserver la biodiversité.Cette étude invite fortement les « conservationnistes » à regarder de plus près les pratiques des pêcheurs qui ont eux aussi la volonté de préserver la biodiversité. Il semble important d’insister sur cette recherche, ces méthodes et ces résultats.C’est un bon exemple d’une approche interdisciplinaire (écologues et socioéconomistes) sur la question de « la durabilité de la pêche à l’écrevisse », finalisée dans une perspective d’action.

  • 25  Ce système de culture fait comme le feu l’objet d’une réglementation depuis le XIXè siècle.
  • 26  Les exploitants reconnaissent être particulièrement prudents pour les brûlis à proximité d’une for (...)

35Quant au pare-feu en culture sur abattis-brûlis (tavy25), le cahier des charges précise les exigences. Il doit présenter indique une largeur de 10 m, ceinturant la parcelle sur laquelle est effectué un abattis-brûlis. À cela s’ajoutent quatre autres obligations : prévenir le COGE d’une mise à feu ; pratiquer le feu de jour ; ne pas laisser une seule personne mettre le feu ; mettre le feu de haut en bas, afin de ne pas risquer de laisser le feu pénétrer dans la forêt qui occupe les hauts de pente26. Ces normes sont vivement discutées par les paysans qui ont leurs pratiques de brûlis et s’étonnent de « règlements pour le débordement du feu ».

Réflexions sur le contrat et les territoires de conservation

36La longue liste d’interdictions et de restrictions répertoriée dans le contrat invite à se demander sur quelles bases et quels types de connaissances scientifiques et d’enjeux elles ont été formulées (Leach et Fairhead, 2002). Selon l'Article 7- Décret GCF 2000 : « Dans l'exercice de leurs droits d'usage, les membres de l'association peuvent dans la forêt procéder à la collecte de produits forestiers secondaires et satisfaire leurs besoins domestiques. Il leur est interdit de vendre les produits collectés ». Comme cette réglementation est inapplicable, elle est ignorée, contournée, réinterprétée… Une autre question est de savoir si le contrat peut modifier les relations des acteurs à l’environnement. Dans ce contexte, les énoncés scientifiques apparaissent doués d’autorité et il ya bien un monopole des savoirs scientifiques s’exerçant au détriment des savoirs locaux ou profanes.

  • 27  Voir à ce sujet l’étude de Véronique André sur la Guinée (2005).
  • 28  Le terme de franchise désigne un mode de fonctionnement d’une activité commerciale en réseau qui r (...)

37Face à ces nouveaux découpages de l’espace qui définissent des périmètres d’action de gestion de la biodiversité, se pose la question de l’acceptabilité sociale d’une telle politique décentralisée27. La mise en normes environnementales crée avec les TGRNR des dispositifs franchisés28. Cette politique s’accompagne d’une déstabilisation des pratiques et des usages habituels, les communautés étant plus confrontées à une disqualification de leurs pratiques qu’à leur valorisation ou même leur validation. Et pourtant, il faut le rappeler, l’article 8j de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) préconise la prise en compte des « savoirs, innovations et pratiques des communautés autochtones et locales ».

38Les réglementations corsètent les paysans pour leurs activités agricoles, sylvicoles et de chasse-pêche-cueillette par un ensemble de contraintes nouvelles. Beaucoup de contraintes mais quels avantages, à la lecture du contrat ? Rappelons l’objectif du transfert de gestion qui est d’ « améliorer le niveau de vie des villageois à travers une gestion améliorée et durable des forêts et des zones qui les entourent ».La mise en oeuvre de la politique environnementale est paradoxale. D’une part, elle transfère la responsabilité des ressources aux communautés locales et d’autre part, celles-ci perdent le contrôle de la gestion des ressources. Il en résulte une situation difficile tant que des compensations économiques avec des retombées directes et immédiates, comme l’exploitation du bois ou l’écotourisme, ne sont pas effectives. L’idée que les forêts doivent avant tout être soumises au contrôle des populations locales, leur appartenir et être gérées par elles a cependant fait son chemin et certains proposent le concept de forêt paysanne (domestic forest) qui réconcilie, en les intégrant dans la gestion forestière, la production et la conservation (Michon et al., 2007).

Le «dessous des cartes » : de nouveaux territoires

39La mise en cartes de cette politique environnementale correspond à une fabrique politique du territoire. Elle est menée à trois échelles : l’échelle nationale, celle du corridor de Fianarantsoa et celle des transferts de gestion. Toute production cartographique est une fiction contrôlée sur le papier, encore faut-il savoir sur quel type de savoirs elle repose : savoirs d’experts (écologie), de responsables administratifs, oscillant dans ce cas entre écopolitique et géopolitique (Wilshusen, 2003). Et le savoir autochtone ? En ce sens, il est intéressant de porter attention à l’itinéraire de fabrication du document pour en connaître les objectifs. D’autant plus que, même si une carte apparaît comme un belle composition de couleurs, de traits, de territoires imbriqués existants ou nouveaux, c’est souvent un document difficile à lire.

La carte du zonage GCF

  • 29  FTM Foiben-Taosarintanin' i Madagasikara, Institut Géographique et Hydrographique National.

40L’ « élaboration du plan d’aménagement simplifié de la (ou des) forêt, objet du transfert » est l’un des instruments du contrat de gestion. En règle générale, le périmètre forestier global est délimité avec l’ensemble des membres de la COBA alors que le zonage interne est effectué par des techniciens de la structure d’appui et des agents des Eaux et Forêts. Le document est élaboré à partir de la carte géoréférencée produite par l’Institut géographique national (FTM29 ) et du relevé des points GPS sur le terrain. Un travail préalable sur les images satellites permet de repérer les zones de déforestation par tavy. Le plan d’aménagement vise à faire concorder ces données, la zone de conservation devant correspondre à la zone la plus menacée.

41La carte qui pérennise un résultat est ici mobilisée comme une médiation garante de l’évidence de ce qui y est inscrit, c’est-à-dire de zonages, et comme une traduction de savoirs experts et de savoirs locaux. La délimitation, le zonage, le plan d’aménagement sont des mots-clefs qui se traduisent en hectares et sont reportés sur une carte par des couleurs. Au sol, des marques de peinture rouge sur les arbres indiquent les limites. La carte de la GCF Ambendrana est un bon exemple de ce type de document (fig. n° 6).

Figure 6 : Zonage GCF Amendraba

42Pour l’approche CAF, le dossier cartographique est une pièce importante du dispositif environnemental. Il comporte, outre les documents présentant globalement les treize terroirs villageois dans la commune de Tolongoina, une carte qui note, pour chacun des transferts de gestion et à l’échelle du terroir villageois, le zonage des unités d’aménagement. La carte du terroir villageois de Tatamaly (fig. n° 7) à l’échelle du 1/25 000 présente quatre zones forestières qui sont délimitées par un trait de couleur noir et dont il faut respecter les attributions.

Figure 7 : Terroir Tatamaly zonage GCF

43La carte exprime ainsi la dimension territoriale de la gestion contractualisée des forêts. Elle enregistre des projets portant sur des zones définies par un usage ou un non-usage. L’outil, mobilisé pour produire un savoir territorial de gestion, est aussi pour l’ensemble des acteurs un document de référence et une clef pour la gestion de la biodiversité. La carte constitue ainsi une médiation entre les différents acteurs.

La carte comme expression des réglementations et du zonage.

44On mesure bien que le zonage est contraignant pour des populations habituées à une grande fluidité de leurs rapports à l’espace et de l’exploitation des ressources. Les zones figurées sur la carte se présentent en blocs dont on ne sait pas comment s’est faite la hiérarchisation entre zone de production et zone de conservation. Il semble que l’éloignement de la forêt depuis le village soit une règle le plus souvent utilisée pour définir la zone de conservation (exemples : Ambendrana fig. n° 8 et Tatamaly fig. n ° 9).

Figure 8 : Le zonage GCF Ambendradan

Figure 8 : Le zonage GCF Ambendradan

Figure 9 : Le terroir villageois de Tatemaly : le zonage de la GCF

45Les recompositions s’inscrivent dans une organisation sociale du territoire, ce qui modifie les pratiques paysannes d’usage des lieux. Elles créent un territoire illisible, voire inintelligible, en quadrillant l’espace de limites par le biais d’une mise en normes techniques spatialisées et de zonages. La combinaison sur un même territoire de ces différentes affectations engendre des effets différents de ceux attendus. En effet, quelle que soit la géographie, on retrouve le même zonage et les mêmes normes qui traduisent une « déterrioralisation ».

46Pour la GCF Ambendrana (fig. n° 8), la zone de droits d’usage est éloignée de 3 km à vol d’oiseau des villages où résident les membres COBA, ce qui rend difficile le contrôle de toute forme d’exploitation et l’application des réglementations inscrites au cahier des charges. D’autre part, à Amindrabe, la dispersion sur le périmètre de gestion des blocs de CDU, qui prennent appui sur des bassins versants, favorise une mise en rizières du bas-fond et un défrichement de la bande de 20 m (norme environnementale) de part et d’autre du bas-fond sur des secteurs appropriés par des groupes de descendance.

Du bon usage d’une nouvelle territorialité

47Il faut cependant faire remarquer que la recomposition territoriale ne crée pas qu’un espace de contraintes. Elle offre aussi des possibilités pour certains groupes de requalifier leurs territoires. La mise en relations de l’agencement retenu avec d’autres formes d’organisations sociales et territoriales en place souligne des distorsions dans les délimitations qui sont éclairantes sur les jeux et enjeux des acteurs. On peut ainsi parler de reterritorialisation, ce qu’illustrent des exemples sur le versant est où la GCF a redessiné les frontières du territoire de Tatamaly (fig. n° 10).

Figure 10 : a gauche, Le terroir villageois de Tatamaly : zonage de la GCF. A droite, les trois territoires lignagers de Tatamaly

  • 30  Un tranobe est un groupe social d’origine familiale, mais intégrant des alliances autres que matri (...)

48Ainsi au N-O, on note un décalage entre la limite du territoire traditionnel et celle du nouveau terroir villageois. Les deux autres limites n’ont pas une telle flexibilité avec au nord la rivière Tolongoina et, au sud, la limite avec Ambalavero. Le gain du haut versant de la rivière Tatamaly jusqu’à la ligne de crête qui limite aussi le fokontany, est particulièrement profitable pour les habitants proches du nouveau territoire, en l’occurrence les deux tranobe30 A et B. Cependant alors que le tranobe B situé en amont de la rivière Tatamaly était « propriétaire » de la source, la nouvelle configuration favorise le tranobe A pour l’accès à la ressource que constitue le haut bassin de la rivière Tatamaly. Quant au lignage C en aval, son territoire est périphérique par rapport aux enjeux de maîtrise du territoire.

49Andrambovato est un village de migrants dont l’histoire est liée à la construction du chemin de fer FCE en 1926. Grâce à la mise en place du projet CAF-APN fondé sur la notion de terroir villageois comme unité d’aménagement, Andrambovato a pu faire enregistrer ses terres localisées le long de la voie ferrée, en accord avec le village voisin d’Ambalavero qui lui a cédé une portion de forêt. Ici la carte du zonage GCF légitime le territoire d’Andrambovato. Le document signe une reconnaissance sociale, ce qui explique l’adhésion entière d’Andrambovato au transfert de gestion.Alors que nos études sur le versant ouest concluent à un détournement pour la GCF d’Ambendrana et à une négation calculée pour celle d’Amindrabe, l’adhésion semble ici l’emporter mais pas pour les mêmes raisons dans les deux situations. Le discours des responsables COBA est unanime sur l’excellent contrôle des feux depuis la présence de la COBA, sur le retour des lémuriens et la qualité de vie (sic?). Cette adhésion, critique à Tatamaly et entière à Andrambovato, répond pourtant à des positionnements différents.

50Pour le village de Tatamaly, l’intérêt est avant tout foncier, la GCF ayant permis une extension du territoire sous couvert du terroir villageois. En même temps, l’adhésion entretient une cohérence interne pour le contrôle du domaine forestier récemment acquis. On constate d’ailleurs une progression des abattis-brûlis, en sauts de puce, à partir des écarts situés en dessous de la forêt, à l’intérieur de la zone de production. Les défricheurs qui sont montrés du doigt sont les habitants d’Andrambovato : « des immigrants qui ne respectent pas les règles ». Les villageois du tranobe C que l’ancestralité exclut de toute légitimité forestière, il ne s’agit que d’une adhésion de façade.

51À Andrambovato, le bon élève du tranfert de gestion, la stratégie est offensive. L’enjeu a consisté en une reconnaissance officielle au-delà des structures traditionnelles de l’installation sur le territoire. C’est chose faite avec la GCF et l’attribution d’un terroir villageois. Cette légitimation ouvre d’autres perspectives économiques qui lui permettront d’accroître son ancrage territorial.

52En instaurant une nouvelle territorialité, le transfert de gestion reconfigure et réévalue l’usage des ressources. Cela s’accompagne de postures inégales des acteurs. Les jeux du pouvoir passent par la légitimité qu’accorde le transfert. Les groupes gagnants sont ceux auxquels l’engagement dans le transfert de gestion accorde une plus grande autonomie de la gestion de leur territoire. Par contre, le transfert déstabilise ceux qui contrôlaient le territoire et qui se trouvent désormais concurrencés par des groupes extérieurs ou qui doivent faire face en leur sein même à des stratégies constatées d’appropriation foncière. On est bien dans une situation où un projet confronté à une situation sociale et territoriale génère une dynamique de légitimation-délégitimation.

53Face à la requalification des territoires, qui peut signifier leur fermeture, la ressource des acteurs locaux est de construire du lien social sur du territoire en distribuant un réseau d’alliés pour en assurer sa maîtrise. Autant d’arrangements, de compositions, de reconfigurations que traduit une analyse des différentes cartes.

Conclusion

  • 31  « Madagascar est en train de développer son système d’aires protégées selon l’article 8a de la Con (...)
  • 32  Pour un bilan des transferts de gestion, dix ans après leur mise en place, voir Hockley et Andriam (...)

54Les politiques malgaches de conservation de la biodiversité se sont renouvelées depuis les années 1990 par une intégration localisée des modes de gouvernance de l’accès aux ressources (Aubert, 2002 ; Ramamonjisoa, 2004). Elles se caractérisent par deux types d’injonctions. La première, une injonction à délimiter, se traduit à l’échelle du pays, par une politique territoriale qui entraîne des réglementations portant à la fois sur des espaces physiques mais aussi sur les droits d’usage, d’accès, de commercialisation. Les enjeux et conflits en résultant se situent dans un mouvement global d’enclosure de la biodiversité qui provoque un changement d’un accès dit libre des ressources communes par les acteurs locaux à une confiscation ou à une gestion contractualisée locale (Gezon, 2005, MCConnell and Sweeney, 2005). À l’échelle régionale, l’exemple de la province de Fianarantsoa montre à quel point la réalité biologique du « corridor forestier » intéresse les acteurs de la conservation : les actions de transfert de gestion présentées ne sont qu’un des éléments de l’archipel de territoires de conservation qui caractérise le corridor et qui s’inscrit dans le projet actuel de construction d’« un Système d’Aires Protégées à Madagascar à partir de la base31 » (Borrini-Feyrabend et Dudley, 2005). La seconde injonction porte sur la participation (Blanc-Pamard et Fauroux, 2004). Sollicitée depuis les années 1980, puis imposée depuis, la participation est surtout celle des acteurs locaux au sein de dispositifs qui sont favorables à ce mode de fonctionnement comme celui de la Gestion Contractualisée des Forêts notamment les contrats de TGRNR32(Transferts de Gestion des Ressources Naturelles Renouvelables).

55Avec la recomposition et la reconfiguration des territoires dans un objectif de conservation, est-on en présence de structures d’organisation durables ou des formes spatiales d’incertitude ? Notre étude montre que ce modèle est inachevé : il permet réajustement et réinvention. Mais qui en maîtrise l’évolution ? Apparemment ni l’action publique dont les résultats traduisent des postures très différentes de celles des communautés de base concernées, ni les acteurs locaux qui réagissent pour s’adapter à ce qui leur est proposé. En tout cas, les acteurs locaux, pourtant au centre de tout le processus, n’en sont pas aux commandes. Les quatre situations étudiées n’ont pas permis d’établir les interférences entre pouvoir, engagements institutionnels et postures individuelles sensibles à la question environnementale qui, pour Agrawal (2005), font émerger des acteurs environnementaux à la place de simples citoyens. Tout comme le fut le développement, cette environnementalité (Agrawal, op. cit.) continue d’être pensée de l’extérieur.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal A. and Gibson C., 1999, Enchantment and disenchantment : the role of community in natural resource management, World Development, 27, pp. 629-649

Agrawal A., 2005, Environmentality: Technologies of Government and the Making of Subjects, Duke University Press, Durham, 325 p.

André V., 2005, « Statut de la nature et nature de l’action publique environnemtale ». Les politiques forestières engagées au Sud par le Nord (République de Guinée), in La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ?, Arnould P. et Glon E., (eds.),Paris, Publications de la Sorbonne, 267 p.

Aubert S., 2002, La gestion patrimoniale des ressources forestières à Madagascar : limites et perspectives d'une "révolution par le haut", in Patrimonialiser la nature tropicale, M. C. Cormier-Salem et al. (éds.), Editions de l'IRD, Collection Colloques et séminaires, 467 p.

Berlan J.-P., 2002, "Les enclosures du vivant", in Biodiversité et appropriation : les droits de propriété en question, F.D. Vivien (ed), Paris, NSS et Elsevier

Bertrand A., Karsenty A., Montagne P., 2006, L’Etat et la gestion locale durable des forêts en Afrique francophone et à Madagascar, Editions L’Harmattan, 470 p.

Blanc-Pamard C. et Rakoto Ramiarantsoa H, 2003, "Madagascar : les enjeux environnementaux", in L'Afrique, Michel Lesourd (coord.), Éditions du Temps, Nantes, 447 p.

Blanc-Pamard C. et Fauroux E., 2004, L'illusion participative. Exemples ouest-malgaches, Autrepart, 31, pp. 3-19

Blanc-Pamard C. et Rakoto Ramiarantsoa H, 2006, « Géosystème et forêt, exemples malgaches », in La forêt. Ressource et patrimoine, Marc Galochet (ed.), Paris, Editions Ellipses, pp. 37-56

Blanc-Pamard C. et Ralaivita M., 2004, Ambendrana : un territoire d'entre-deux. Conversion et conservation de la forêt (corridor betsileo, Madagascar), GEREM IRD-CNRE, CNRS-EHESS CEAf, UR 100, 86 p. et annexes

Blanc-Pamard C. et Rakoto Ramiarantsoa H., Andriantseheno D., 2005, Foncier et territoires entre pouvoirs locauxet politiques publiques environnementales. Pratiques, acteurs, enjeux (corridor betsileo, Madagascar). GEREM IRD-CNRE, CNRS-EHESS CEAf, ICOTEM Université de Poitiers, UR 168, 166 p. et annexes

Blanc-Pamard C., Rakoto Ramiarantsoa H., 2006, La légitimité en questions. Recompositions territoriales et politiques environnementales. Pratiques, acteurs, enjeux (corridor betsileo-tanala, Madagascar), GEREM IRD-CNRE, CNRS-EHESS CEAf, ICOTEM Université de Poitiers, UR 168, 161 p. et annexes

Blanc-Pamard C., Rakoto Ramiarantsoa H., 2007, Normes environnementales, transferts de gestion et recompositions territoriales en pays Betsileo (Madagascar). La gestion contractualisée des forêts, Natures Sciences Sociétés, 15, pp. 253-268

Boisvert V., Caron A., Petit O., Rodary E., 2007, La nouvelle économie des ressources naturelles : le dogme aux prises avec le réel, in Les ressources foncières. Droit de propriété, économie et environnement, sous la direction de M. Falque, H. Lamotte, J.-F. Saglio, Editions Bruylant, Bruxelles, pp. 313-324

Borrini-Feyerabend G., Dudley N., 2005, Les Aires Protégées à Madagascar : bâtir le système à partir de la base. WCPA, CEESP, UICN, 51 p.

Collas de Chatelperron P., 2005, Gestion participative des forêts de production au Cameroun, Bois et Forêts des tropiques, 1, pp. 51-63

Carrière-Buchsenchutz S. 2006. L’urgence d’une confirmation par la science du rôle écologique du corridor forestier de Fianarantsoa, Etudes Rurales, 178, 181-196

Dumora C., 2006, "Vivre et survivre dans une Aire d’Environnement Protégé : Le cas d’une petite paysannerie de l’APA (Área de Proteção Ambiental) de Guaraqueçaba, Paraná, Brésil", Thèse de doctorat en anthropologie, Université de Bordeaux 2

Durst P.B., Waggener T.R., Enters T., Cheng T.L. (eds.), 2001, Forests out of bounds, impact and effectiveness of logging bans in natural forests in Asia-Pacific, FAO, Bangkok, Thaïlande.

Fifanekena famindram-pitantanana ny harena voajanahary azo havaozina (Fokontany Iambara), janvier 2003, MINEV, USAID, LDI, 70 p.

Fifanekena famindram-pitantanana ny harena voajanahary azo havaozina : Fitantanana ny alan'Amindrabe, décembre 2003, Eaux et Forêts, Coalition H20, Conservation International Madagascar

Fifanekena famindram-pitantanana ny ala sy harena voajanahary azo havaozina ao Andrambovato COBA FI.A.MI., Kaomina Tolongoina, juin2003, MINEVEF, Eaux et Forêts, Projet CAF-APN

Fifanekena famindram-pitantanana ny ala sy harena voajanahary azo havaozina ao Tatamaly COBA TA.FI.TA., Kaomina Tolongoina, juin2003, MINEVEF, Eaux et Forêts, Projet CAF-APN

Freudenberger M. and K., 2002, "Contradictions in agricultural intensification and improved natural resource management : Issues in the Fianarantsoa forest corridor of Madagascar", in Natural Resources Management in African Agriculture. Understanding and Improving Current Practices, C.B. Barrett, F. Place , Aboud A.A., CABI Publishing, ICRAF, 335 p.Gezon L.L., 2005, Global visions, local landscapes : a political ecology of conservation, conflict and control in northern Madagascar. Lanham, Md : AltaMira Press, 225 p.

Guide de transfert de gestion des ressources forestières. 2002, Direction générale des Eaux et Forêts, Service de la gestion des ressources forestières et Équipe MIRAY, 57 p.

Hockley N.J. and Andriamarovolona M.M., 2007, The economics of community forest management in Madagascar : is there a free lunch ? An analysis of Transfert de Gestion. USAID, Tananarive, 81 p.

Jones J.P., Andriahajaina F. B.,Hockley N.L., Balmford A., andRavoahangimala O. R., 2005, Approach to Assessing the Sustainability of Freshwater Crayfish Harvesting in Madagascar, Conservation Biology, Volume 19, pp. 1863- 1878

Lavigne Delville P., Lavigne Delville Ph., 2006, « Conditions pour une gestion décentralisée des ressources naturelles. Entre ‘community failures’, ‘market failures’ et ‘state failures’, construire de nouveaux ‘communs’ », in Bertrand A., Karsenty A. et Montagne R. eds. L'Etat et la gestion locale durable des forêts en Afrique francophone et à Madagascar, Cirad/L’Harmattan, pp.143-162.

Leach M. et Fairhead J., 2002, Modes de contestation : le « savoir indigène » et la « science des citoyens en Afrique de l’Ouest et dans les Caraïbes, Revue internationale des sciences sociales, n° 173, 337-351

Levang P. , Buyse N., Sitorus S. et Dounias E., 2005, Impact de la décentralisation sur la gestion des ressources forestières en Indonésie. Études de cas à Kalimantan-Est. Anthropologie et sociétés, vol. 29, no 1, 2005, 81-102

Michon G., Foresta de H., Levang P., Verdeaux F., 2007, Domestic forests : a new paradigm for integrating local communities’forestry into tropical science, Ecology and Society, 2

MCConnell W.J. and Sweeney S.P., 2005, Challenges of Forest Gouvernance in Madagascar, The Geographical Journal, vol. 171, n° 2, 223-238

PE 3, Rapport, 2005, Evaluation et perspectives des Transferts de Gestion des Ressources Naturelles Renouvelables TGRNR.

Poissonnet M., Parmantier A., Wyngaarde B., Bifane E., Demenois J.,Lescuyer G., 2006, Espoirs et difficultés du transfert de la gestion forestière à deux communautés de Guyane et du Cameroun, Bois et Forêts des Tropiques, 289, 5-16

Rabenoro I., 2005, Les langues des pays du Sud pour l’apprentissage des savoirs du Nord : une illusion ? Cahiers du RIFAL, n° 25, 17-28

Rabenoro I., 2006, La mise en place d’une politique bilingue malgache-français , communication au colloque "le bilinguisme et l'interculturalité", 20-23 mars 2006, Mayotte, site : http://www.haisoratra.org/article.php3?id_article=723

Rakoto Ramiarantsoa H., Samyn J.-M., 2004, Arrimer le local et le global, ou le développement durable pour qui ? L'exemple de la gestion contractualisée de la forêt de Merikanjaka, Mondes en développement, 32, n° 127, 91-99

Ramamonjisoa B., 2004, "Origines et impacts des politiques de gestion des ressources naturelles à Madagascar", in Schweiz Z Fortswes, 155, 11, 467-475

Serpantié G., Rasolofoharinoro, Carrière S. (eds.), 2007, Transitions agraires, dynamiques écologiques et conservation. Le « corridor » Ranomafana-Andringitra, Madagascar. CITE et IRD, 274 p.

Wilshusen P.R., 2003, « Exploring the political contours of conservation : a conceptual view of power in practice » in Contested Naure : promoting international biodiversity with social justice in the XXIst century, S. Brechin et al. (eds.), Albany, State University of New York Press.

Haut de page

Notes

1  Izaho mahalala, ianao tsy atoro

2 Madagascar Action Plan, ou « Plan d’Action Madagascar 2007-2012. Un plan audacieux pour le Développement Rapide » (www.madagascar.gov.mg/MAP)

3  Un communiqué de presse de la Banque mondiale (http://www.pnae.mg/revue_presse/rp.asp) présentait ce projet comme « le plus grand financement concessionnel jamais alloué d’un seul coup sous forme de don par la Banque pour l’environnement au cours des 60 ans d’existence de l’institution »

4  Les huit engagements sont : Gouvernance Responsable, Infrastructure Reliée, Transformation de l'Education, Développement Rural, Santé, Planning Familial et Lutte contre le VIH/SIDA, Economie à forte croissance, Environnement, Solidarité Nationale.

5  Sur la mise en œuvre des nouvelles politiques de gestion des forêts, voir les travaux de Collas de Chatelperron (2005) sur le Cameroun, de Poissonet et al, (2006) sur le Cameroun et la Guinée, de Lavigne Delville (2006) et de Bertrand et al. (2006) sur l’Afrique, de Dumora (2006) sur le Brésil, de Levang et al. (2005) sur l’Indonésie.

6  Cet aspect de notre recherche a fait l’objet d’un article : Blanc-Pamard C., Rakoto Ramiarantsoa H., 2007, Normes environnementales, transferts de gestion et recompositions territoriales en pays Betsileo (Madagascar). La gestion contractualisée des forêts. Natures Sciences Sociétés, 15.

Chercheurs associés à l’UR 168 (Dynamiques environnementales entre forêt, agriculture et biodiversité) de l’IRD, nous avons mené nos recherches dans le cadre du programme GEREM. Le programme GEREM (Gestion des Espaces Ruraux et Environnement à Madagascar) concerne la partie nord du corridor forestier de Fianarantsoa, en pays betsileo, dans la commune rurale d’Androy, sur le versant ouest, et en pays tanala, sur le versant est, dans la commune rurale de Tolongoina. Ce programme a été conduit en partenariat entre l’IRD et le CNRE (Centre National de Recherches sur l’Environnement) de juin 2003 à juin 2007 (Serpantié, Rasolofoharinoro, Carrière, 2007).

7  Rubrique "corridor" in : Dictionnaire de biogéographie végétale : "Unité paysagique qui tranche dans l'espace environnant en raison de sa configuration linéaire relativement étroite, de caractère végétal (haie, ripisylve, trouée…) ou topographique (vallon, cours d'eau…) et qui relie d'autres unités plus massives mais de nature analogue, en créant une continuité qui permet aux espèces animales de circuler ou aux végétaux de se propager de l'une à l'autre sans devoir s'exposer à un milieu plus hostile" (Da Lage et Métailié, 2000). Voir aussi Forman et Godron, 1981, Burel et Baudry, 1999.

8  Madagascar a procédé à la ratification de la Convention sur la Diversité Biologique CDB en 1995 et est devenue partie contractante en 1996.

9  La COmmunauté de BAse ou COBA est un groupe volontaire d’individus unis par les mêmes intérêts et obéissant à des règles de vie commune. Elle regroupe selon le cas les habitants d’un hameau, d’un village ou d’un groupe de villages.

10  Environ 500 transferts de gestion des ressources naturelles aux communautés locales ont été effectués, soit 178 000 ha de forêts (Troisième Rapport national de la CDB, mai 2005).

11  Le programme LDI (Landscape Development Interventions) a fonctionné de juin 1998 à décembre 2003. Il est devenu PTE (Programme de Transition Ecorégionale) de janvier 2004 à septembre 2004 puis ERI (Eco-Regional Initiatives) à partir de septembre 2004 pour une durée de 5 ans. Le programme LDI est l'un des grands programmes financés pour soutenir le PE 2. Le programme ERI est un soutien au PE 3.

12  Il s’agit d’un programme forestier de WWF Madagascar. Il vise à « la gestion améliorée de la forêt humide malgache par une approche participative et un transfert progressif des responsabilités de gestion aux associations de Communautés de Base ».

13  Unité administrative qui correspond au village et groupe de hameaux.

14  Ce programme vise à « la gestion améliorée de la forêt humide malgache par une approche participative et un transfert progressif des responsabilités de gestion aux associations de Communautés de Base ».

15  Définition relevée dans le « Guide d’un plan d’aménagement et de gestion simplifié » établi en 1993 par le Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts.

16  Toutes les traductions ont été faites par nos soins.

17  Dina : convention collective adoptée par l’assemblée de tous les hommes adultes d’un espace géographique bien délimité concernés par un problème commun.

18  A l’époque coloniale, la langue française était désignée par l’expression teny baiko, litt. « la-parole-ordre ».

19  Pourtant, le feu comme outil écologique est une pratique des paysans malgaches.

20  L’unité d’exploitation correspond à la superficie de la zone divisée en 60 années ; elle est généralement limitée à 5 hectares.

21  « Le dhp (diamètre à hauteur de poitrine) est la diamètre d’un arbre mesuré à une distance de référence standard (1,3 m) au-dessus du sol ». in Code modèle FAO des pratiques d’exploitation forestière, 1996.

22  Outil principal de l’agriculture malgache, celle-ci étant essentiellement manuelle.

23 De même Catherine Dumora note dans une aire d’environnement protégée au Brésil une « normalisation de la clandestinité», mise en œuvre par les petits agriculteurs familiaux pour « vivre et survivre » (Dumora, 2006).

24  Par contre, l’arrêt de l’exploitation sur les ressources forestières a des effets positifs sur la régénération comme le montrent des études menées dans des pays où l’intervention étatique a été efficace avec la mise en œuvre d’interdictions de coupe (Durst et al., 2001)

25  Ce système de culture fait comme le feu l’objet d’une réglementation depuis le XIXè siècle.

26  Les exploitants reconnaissent être particulièrement prudents pour les brûlis à proximité d’une forêt qui renferme des tombeaux. Ils mettent alors le feu de haut en bas car ils craignent en cas de débordement les sanctions des ancêtres (razana).

27  Voir à ce sujet l’étude de Véronique André sur la Guinée (2005).

28  Le terme de franchise désigne un mode de fonctionnement d’une activité commerciale en réseau qui repose sur un savoir-faire, une marque et un contrat.

29  FTM Foiben-Taosarintanin' i Madagasikara, Institut Géographique et Hydrographique National.

30  Un tranobe est un groupe social d’origine familiale, mais intégrant des alliances autres que matrimoniales; l’appartenance à un tranobe est un indicateur de l’identité sociale de tout individu.

31  « Madagascar est en train de développer son système d’aires protégées selon l’article 8a de la Convention sur la diversité biologique et selon la définition d’aire protégée de l’UICN. L’objectif est maintenant de mettre en place un système d’aires protégées plutôt que de créer des sites protégés particuliers ou de mettre en défens une superficie spécifique. Pour cela, le groupe Vision Durban et les opérateurs régionaux/provinciaux réfléchissent sur un éventail de catégories (objectifs de gestion) et de types de gouvernance possibles selon la classification de l’UICN afin de développer un système d’AP flexible, faisable et efficace ».

32  Pour un bilan des transferts de gestion, dix ans après leur mise en place, voir Hockley et Andriamarovololona, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Blanc-Pamard et Hervé Rakoto Ramiarantsoa, « La gestion contractualisée des forêts en pays betsileo et tanala (Madagascar) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 426, mis en ligne le 04 juillet 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/19323 ; DOI : 10.4000/cybergeo.19323

Haut de page

Auteurs

Chantal Blanc-Pamard

Directeur de RechercheCNRS, EHESS CEAf 96 Bd Raspail 75006 Pariscbp@ehess.fr

Articles du même auteur

Hervé Rakoto Ramiarantsoa

Professeur en accueil à l’UR 199IRD Orléans, 5 rue du Carbone 45 072 Orléans cedexHerve.Rakoto@orleans.ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page