Navigation – Plan du site
2008
427

La mesure de l’urbanisation aux Etats-Unis, des premiers comptoirs coloniaux aux Metropolitan Areas (1790-2000)

Measuring urbanization in United States, from the first trading post to the Metropolitan Areas (1790-2000)
Anne Bretagnolle, Timothée Giraud et Hélène Mathian

Résumés

Nous présentons une méthodologie originale pour construire une base de données harmonisée des populations des villes des Etats-Unis de 1790 à 2000 (avec un recensement tous les 10 ans, soit 22 dates). Cette méthode s’appuie en amont sur deux choix théoriques, l’utilisation d’un référentiel spatio-temporel pour construire des agglomérations de municipalités dès 1870 (définies par un rayon maximal d’une heure de temps à chaque époque) et une définition des villes en tant qu’aires fonctionnelles dès que cela est possible, soit à partir de 1940. Deux types d’aires fonctionnelles co-existent dans notre base. Tout d’abord, les aires métropolitaines, dont la définition change à plusieurs reprises (Standard Metropolitain Areas en 1949, Standard Metropolitan Statistical Areas en 1958 et Statistical Metropolitan Areas en 1983). Nous établissons une liste de critères pour corriger certains périmètres d’aires, de manière à ce que la trajectoire des objets (observée du point de vue de leur population et de leur surface) reste cohérente dans le temps malgré ces changements de définition. Ces aires étant définies en très petit nombre, nous rétropolons jusqu’en 1940 la délimitation des aires micropolitaines (Micropolitan Statistical Areas) définies officiellement au recensement de 2000. Nous montrons ensuite les cartes (semis, trame, emprise spatiale) issues de cette base harmonisée, qui donnent une vision globale et unifiée de l’urbanisation des Etats-Unis sur deux siècles. Enfin, nous comparons les résultats obtenus à partir de mesures de croissance et d’indices d’inégalités des tailles de villes avec ceux issus d’autres bases de données, établies à partir des chiffres officiels du Census Bureau ou à partir de constructions différentes des nôtres. Les résultats changent parfois considérablement, ce qui montre l’impact de la méthode de délimitation des villes dans les mesures de croissance urbaine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements : les auteurs remercient tout d’abord les examinateurs de la revue Cybergeo, qui ont grandement contribué à l’amélioration de l’article. En outre, ce travail n’aurait pu être réalisé sans l’aide de plusieurs personnes : José Lobo (Global Institute of Sustainability, Arizona State University), Deborah Strumsky (Harvard Business School, Boston), avec lesquels nous avons travaillé dans le cadre du contrat européen ISCOM (2003-2006), mais aussi Todd Gardner et Kristina Bobé (Census Bureau, Washington).

Texte intégral

Introduction

1Dans l’histoire des villes, les 19ème et 20ème siècles constituent une période de bouleversements profonds, marqués tant par une croissance urbaine exceptionnelle que par une série de mutations sans précédent dans les structures de production. Un enjeu majeur pour la recherche consiste alors à construire des indicateurs du phénomène urbain capables de rendre compte de ces évolutions, ce qui suppose une réflexion sur la définition même de l’entité de base : la ville. Or, selon les époques et surtout selon les utilisateurs, la ville est abordée selon de multiples éclairages, politiques (municipalités, communautés d’agglomérations, …), fonctionnels (aires urbaines définies par un nombre d’emplois et par les trajets des navetteurs), ou morpho-statistiques (agglomérations définies par la continuité du bâti, par un seuil minimal de population, de densité, …). L’objet de cet article n’est pas de remettre en question la pluralité de ces approches (qui correspondent chacune à des questionnements de recherche particuliers) mais de discuter et choisir les plus pertinentes pour l’objectif qui est le nôtre, à savoir caractériser la dynamique des villes dans la très longue durée et être en mesure de comparer des résultats d’une région du monde à une autre : ainsi, on peut se demander si la comparaison des quelque 500 000 habitants comptabilisés en 1800 dans l’agglomération de Paris selon la base Bairoch et des 60 000 habitants localisés la même année à New York selon le recensement américain est porteuse de sens... De même, doit-on mesurer l’évolution de la population de Londres dans les trois derniers siècles à l’intérieur du périmètre initial de la ville, de son périmètre final (celui de l’agglomération ? de l’aire fonctionelle ?) ou des délimitations qui ont marqué successivement son expansion spatiale (de la City à la Greater London Urban Area) ?

  • 1  Bairoch et alii. (1988).
  • 2  Moriconi-Ebrard (1993).
  • 3  Pumain D., Riandey B. (1986) et Bretagnolle (1999).
  • 4  Vacchiani-Marcuzzo (2003).
  • 5  Dobkins L.H., Ioannides Y. M. (2000, 2001), Black D., Henderson V. (1999, 2003).

2Bien qu’il n’y ait pas de réponse simple à ces questions, plusieurs travaux ont convergé récemment pour proposer des méthodes et des outils permettant de construire des bases de données harmonisées dans le temps long : la base de Paul Bairoch pour l’Europe1 (de l’an 800 à 1850), la base Géopolis pour les agglomérations de plus de 10 000 habitants dans le monde2 (de 1950 à 2000), et différentes bases élaborées dans des limites nationales (par exemple la France3 de 1831 à 1954, l’Afrique du sud4 de 1901 à 2001, les Etats-Unis5 de 1900 à 2000).

3Nous présentons ici les premiers résultats d’un travail similaire, effectué sur les villes des Etats-Unis de 1790 (date du premier recensement américain) à 2000. Nous montrons que l’utilisation des définitions officielles de la ville, proposées successivement par le Census Bureau puis par l’Office of Management and Budget (OMB), ne permet pas de suivre convenablement la croissance des villes américaines au travers de ces deux siècles, principalement du fait de l’absence de critères d’agglomération jusqu’en 1940 et du nombre très restreint d’aires fonctionnelles jusqu’en 1990. Nous proposons et discutons ensuite les choix que nous avons opérés pour construire notre propre base de données, à partir d’une théorie urbaine évolutive et d’un modèle conceptuel de données. Cette base couvre la série complète des recensements américains, soit 22 dates (un recensement tous les 10 ans). Nous restituons enfin les principales tendances de l’urbanisation américaine telles qu’elles se dessinent à la lumière de cette base de données. Les résultats diffèrent parfois considérablement de ceux que nous avons pu collecter dans la littérature, ce qui confirme une nouvelle fois l’impact de la méthode de délimitation des villes dans l’évaluation de leur croissance (Bretagnolle et al. 2002).

Définir la ville aux Etats-Unis aux 19ème et 20ème siècles

4La méthodologie que nous proposons pour la construction d’une base de données harmonisée s’appuie sur une théorie évolutive des villes (Pumain 1997). Cette méthodologie interprète la ville tout au long de ces deux derniers siècles comme un objet socio-spatial construit par des interactions répétées dans le cadre de la journée. Elle tient compte, en outre, des spécificités du contexte urbain américain (un étalement intense des villes) et des délimitations officielles données par le Census Bureau et l’OMB tout au long de cette période.

Un référentiel pour la longue durée : l’espace-temps

5Malgré les transformations majeures qu’ont connu les villes au long des 19ème et 20ème siècles, on peut repérer une forte continuité dans l’évolution de leur emprise spatiale, liée à la constance du budget-temps des ménages. L’observation des temps de déplacement entre lieu de résidence et lieu d’emploi à différentes époques et dans différentes régions du monde montre qu’ils sont extrêmement stables, et en moyenne d’une heure (Zahavi 1974, Papon, Madre, 2003, Crozet et al ., 2004, Bretagnolle, 2005, Bretagnolle et Robic, 2005). Dès le début du XXe siècle, lorsque l’apparition massive des transports ferroviaires étend l’urbanisation bien au delà des limites administratives de l’entité éponyme et rend nécessaire l’adoption d’une nouvelle définition de la ville, plusieurs géographes ou urbanistes proposent d’utiliser l’isochrone d’une heure pour délimiter l’agglomération (Bretagnolle, 2005-a). Dans la deuxième moitié du 20ème siècle, le développement massif d’interactions de longue portée, rendues possibles par l’automobile et les trains rapides, engendre des formes de villes plus étalées, plus discontinues. Cependant, l’extension spatiale des aires fonctionnelles suit aussi globalement la limite de l’isochrone d’une heure, et les études de l’INRETS mettent en avant l’invariance forte de ce budget-temps des ménages français tout au long de cette période (Papon, Madre, 2003). Aux Etats-Unis, une enquête du Center for Neighborhood Technology (2006) portant sur 28 aires fonctionnelles métropolitaines montre aussi que le budget-temps moyen accordé aux transports est d’environ une heure, pour les quelque 90% d’actifs se déplaçant en voiture.

6L’exemple de la ville de Boston illustre cette forte co-incidence temporelle entre le rayon de la ville, la technologie des transports urbains et le budget-temps d’une heure (figure 1, échelle en durée de déplacement). En 1835, la traction hippomobile est adoptée mais ne permet de transporter qu’une dizaine de passagers par voiture à une vitesse faible (8 à 9 km/heure) : le rayon de la ville n’est encore que de 2 à 3 kilomètres. En revanche, la traction sur rail qui apparaît dans les années 1850 permet d’accroître le nombre de passagers et surtout la vitesse des chevaux (10 à 12 km/h). La ville étend alors son emprise spatiale vers le sud, pour atteindre un rayon de 6 à 7 km dans les années 1870-1880 (Ward, 1964). Les progrès décisifs datent cependant de l’implantation des tramways électriques en 1887, qui permettent une vitesse moyenne de 20 km/heure et une baisse des tarifs qui les rendent abordables pour les classes moyennes et modestes (Vance 1990). Alors que la municipalité de Boston compte 560 000 habitants, on dénombre plus d’un million d’habitants dans un rayon de 15 km (Ghorra-Gobin, 1998). Avec l’automobile, ce rayon est doublé dans les années 1950, comme le montre alors l’extension spatiale de l’aire fonctionnelle définie par les navetteurs. En 2000, l’aire fonctionnelle s’étend sur une cinquantaine de kilomètres de rayon.

Figure 1- Evolution du concept de ville dans un référentiel espace-temps

7Le premier choix théorique fort dans l’établissement de notre base de données harmonisée consiste donc à utiliser un référentiel spatio-temporel pour délimiter les contours des villes aux Etats-Unis entre 1850 et 2000. Pour cela, nous construisons des agglomérations, en agrégeant des municipalités centrales et par des municipalités voisines localisées à moins d’une heure du centre (nous présentons la méthodologie dans la deuxième partie). Nous utilisons en outre, à partir de 1950, la définition des aires fonctionnelles donnée par le Census Bureau dont les limites coïncident assez bien, comme en France, avec le budget-temps d’une heure.

Spécificités des villes américaines dans leur inscription spatiale

  • 6  Les transports en commun ne représentent aujourd’hui qu’une faible part de la mobilité quotidienne (...)
  • 7  Des cartes de repérage sont présentées en Annexe 1. Elles donnent, entre autres, la localisation d (...)

8Les villes des Etats-Unis se caractérisent par un étalement plus intense qu’en Europe, et cela dès la deuxième moitié du XIXe siècle. Les transports en commun (tramways électriques, chemins de fer suburbains) sont massivement utilisés par les résidents dès les années 1890-1910 (Pinol, 1991, Hugill, 1993). A partir des années 1920, l’automobile se diffuse rapidement au sein de la population, et les vitesses atteintes sont plus élevées qu’outre Atlantique grâce au développement d’un réseau autoroutier suburbain efficace (Gottmann 1962, Ghorra-Gobin 1998, Gutfreund 2006)6 : au début des années 2000, la vitesse moyenne des navetteurs utilisant leur véhicule propre est de l’ordre de 40 km/heure pour les aires fonctionnelles des Etats-Unis (Center for Neighborhood Technology, 2006) contre 25 km/heure pour les aires urbaines françaises (Enquête transport LVMT/INRETS, 2002). La logique pionnière, qui prévaut tout au long du 19ème siècle, contribue aussi à ce caractère extensif de l’urbanisation américaine, notamment dans les vastes espaces disponibles à l’ouest du Mississipi et dans le sud du pays. La forme des villes est ainsi marquée par ces différenciations régionales, avec des villes plus denses dans la moitié est qu’au sud ou à l’ouest du pays7 (Tableau 1).

Rang

MSA

Densité (hab./km2)

Superficie (km2)

Population (millions)

1

New-York

10195

785

8.01

2

Los Angeles

3042

1215

3.69

3

Chicago

4923

588

2.89

4

Philadelphie

4338

350

1.52

5

Dallas

1340

888

1.19

6

Miami

3923

93

0.37

7

Washington

3597

158

0.57

8

Houston

1302

1500

1.95

9

Détroit

2647

360

0.95

10

Boston

4696

124

0.58

Tableau 1 : Densité des municipalités centrales des 10 plus grandes aires fonctionnelles (Metropolitan Statistical Areas) des Etats-Unis en 2000, classées par taille

Source : U. S. Census 2000 (les données sont fournies en miles et ont été converties par nous en km)

9Cette faiblesse des densités au cœur des grandes villes américaines s’accompagne d’une consommation d’espace plus forte en périphérie. Comparons par exemple les couronnes peri-urbaines des aires fonctionnelles aux Etats-Unis (Metropolitan Statistical Areas et Micropolitan Statistical Areas de 2000) et en France (aires urbaines de 1999) : alors que la part de la population résidant dans la couronne est plus faible (15% contre 21% en France), celle-ci occupe 90% de la surface totale de l’aire contre 75% en France (Tableau 2).

   

Population vivant dans une aire fonctionnelle* (%)

Population de la zone périurbaine** en % de la population totale de l’aire

Superficie de la zone périurbaine en % de la surface totale de l’aire

France

77

21

75

Etats-Unis

79

15

90

Tableau 2 : Quelques indicateurs du périurbain, en France et aux Etats-Unis en 1999-2000

* : aire urbaine en France, MSA et Micropolitan Area aux E.U ; ** : couronne périurbaine en France, population de l’aire résidant hors d’une urbanized area aux E.U. Sources : INSEE-RGP 1999 et Julien Ph. (2000), U.S. Census Bureau 2000.

10Le caractère extensif de l’urbanisation américaine nous a conduit à formuler un deuxième choix méthodologique fort : nous privilégions dans notre base, dès 1950, la ville en tant qu’aire fonctionnelle et non en tant qu’agglomération, à la différence de ce qui a été fait pour la France (Bretagnolle 1999, Guérin-Pace 1993), pour l’Inde (Dubuc, 1994) ou pour la base Géopolis (Moriconi-Ebrard, 1993).

Les délimitations de la ville dans les recensements américains

11Un troisième cadrage théorique préalable à l’établissement de la base a consisté à suivre les différentes constructions de l’objet ville données par les instances officielles dans les recensements de population, de 1790 à 2000. Les textes accompagnant l’introduction d’une nouvelle définition ou de nouveaux critères permettent non seulement de suivre les grandes étapes de l’urbanisation américaine, mais aussi de mesurer l’utilité de ces nouvelles constructions de l’objet ville pour notre base de données harmonisées.

12Trois types de définitions peuvent être identifiées : la municipalité urbaine (cities et towns, 19ème-20ème siècles), les agglomérations urbaines (Metropolitan Districts, 1910-1940) et les aires fonctionnelles (Standard Metropolitan Areas, à partir de 1949).

La ville en tant que municipalité politique (city, town)

  • 8  Il existe une très grande diversité de situations, selon les états. Certains regroupent exclusivem (...)

13A partir du 19ème siècle, la ville américaine apparaît dans les recensements comme une municipalité (appelée city ou town8), caractérisée par une charte et par un territoire administratif. Le passage de la simple localité (place) à la municipalité s’effectue par un acte d’incorporation, qui s’établit de manière démocratique dès la deuxième moitié du 19ème siècle (Ghorra-Gobin, 1998) : le vote des deux tiers d’une population en faveur de l’incorporation entraîne la création d’un gouvernement local, qui s’inscrit soit dans un cadre urbain (cities, towns) soit dans un cadre rural (villages) ou dans celui d’un district (boroughs). A la suite de la publication du Statistical Atlas of the United States (1874), un seuil minimal de population est requis pour que la municipalité soit considérée comme ville dans les recensements (8000 habitants puis 2500 habitants à partir de 1910).

  • 9  Par exemple à Philadelphie en 1854, Boston en 1868, Washington en 1871 et New York en 1898. Cette (...)
  • 10  Les extraits de documents en anglais sont traduits par nous.

14La définition de la ville en tant que municipalité urbaine soulève une difficulté majeure. Malgré les mouvements d’annexion de municipalités voisines par les grandes villes9, les limites territoriales des cities et des towns ne permettent pas toujours de donner la mesure de l’essor massif des banlieues à la fin du 19ème siècle : "Il peut y avoir des banlieues très peuplées, qui constituent à part entière des parties de la ville, dont les habitants font des affaires avec la ville, qui peuvent être desservis par le même bureau de poste, mais qui, parce qu’ils vivent au delà des limites de la charte d’incorporation, ne peuvent être inclus dans la population de la ville10 " (Recensement de 1890, Department of the Interior). Les auteurs de ce texte citent l’exemple de New York, qui ne totalise qu’un million et demi d’habitants en 1890 alors que dans un rayon de 15 miles (25 km) la ville atteint plus de 3 millions de personnes.

15Conscient du décalage croissant qui s’instaure entre les périmètres des municipalités et la réalité de l’emprise spatiale des grandes villes, le Census Bureau propose en 1910 une nouvelle approche, fondée sur l’identification morphologique de la ville et de sa banlieue.

Les districts métropolitains (Metropolitan Districts, 1910-1940)

  • 11  Un an auparavant, en 1909, le statisticien français Paul Meuriot publie son rapport intitulé "De l (...)

16La définition des districts métropolitains est originale pour l’époque car elle s’appuie sur la délimitation d’agglomérations urbaines selon des critères de distance11 et de densité. Ces critères sont décrits dans un article intitulé "cities and their suburbs ", dans le recensement de 1910 (Department of the Interior, 1910) : dans un rayon de 10 miles (environ 16 km) autour d’une municipalité, les "villes et territoires adjacents " dont la densité est supérieure à 150 habitants au mile carré (environ 60 hab./km2) sont agrégés pour former un district. Ces territoires correspondent aux Minor Civil Divisions, qui sont des divisions primaires des counties (Annexe 2). Seules les municipalités de plus de 200 000 habitants sont concernées, soit 25 en tout. A titre d’exemple, le district métropolitain de New York totalise 6.5 millions d’habitants (au lieu des 4.8 millions de la municipalité), en intégrant 30 municipalités voisines, dont Newark et Jersey city. Quelques statistiques sont fournies et montrent que les districts concentrent un quart de la population urbaine totale des Etats-Unis, soit 23 millions d’habitants, et qu’un tiers de leurs habitants résident dans des zones suburbaines, c’est à dire hors de la ville centrale. Surtout, le rapport mentionne qu’entre 1900 et 1910 la croissance des zones suburbaines a été plus forte que la croissance des zones centrales, avec un gain de 43% en zone suburbaine contre 33% en zone centrale.

  • 12  Citons néanmoins une recherche menée par Todd K. Gardner, qui a construit une base de données à pa (...)

17Peu de chercheurs ont utilisé la définition des districts métropolitains pour analyser l’évolution de l’urbanisation, car les critères de définition ont changé à plusieurs reprises au cours des recensements suivants12. Notamment, le critère de distance n’est plus mentionné en 1930 et 1940 : seuls sont pris en compte les critères de population minimale de la ville centre (le seuil est abaissé à 50 000 habitants, ce qui porte le nombre total de districts à 140), de densité minimale et de contiguïté. Le choix d’un contour externe pour l’agglomération est alors problématique, en particulier dans le cas des conurbations industrielles : nous montrons dans le Tableau 5 que le district métropolitain de Pittsburgh couvre une superficie extrêmement large, qui nous semble surévaluée pour l’époque. En outre, la délimitation des districts métropolitains est abandonnée par le Census Bureau en 1950 au profit des Standard Metropolitan Areas, pour des raisons de maillage administratif. Ces derniers sont définis à l’échelon des counties et non plus des Minor Civil Divisions. Or, les contours des counties sont plus stables dans le temps, et la plupart des statistiques urbaines, notamment les données sur l’emploi, ne sont disponibles qu’à cet échelon (Department of the Interior, 1950, Gardner 1999). Le choix du maillage administratif des counties est cependant lourd de conséquence, car à la différence de celui des communes, en France, il est très hétérogène d’un bout à l’autre du pays (voir Annexe 1) et certaines mailles à l’ouest ont la taille de plusieurs départements français, ce qui sur-estime naturellement la taille (population, superficie) des villes dans cette partie des Etats-Unis. Nous verrons en troisième partie que des précautions s’imposent lorsqu’on utilise ces données, par exemple pour effectuer des calculs de taux de croissance.

Les aires fonctionnelles (SMA, MSA, Micropolitan Areas, 1949-2000)

18Les Standard Metropolitan Areas sont définies en 1949 par un Comité Fédéral formé à l’échelle nationale par des représentant des agences fédérales du Recensement et dirigé par le Bureau du Budget (Office of Budget, qui deviendra l’OMB, Office of Management and Budget). Comme pour les Districts Métropolitains, les critères de délimitation des SMAs sont originaux pour l’époque. Ils reposent sur une approche fonctionnelle de la ville, caractérisée par la prise en compte des flux de navetteurs, même si, jusqu’au recensement de 1960, ces données restent assez imprécises car fondées sur des enquêtes réalisées localement et de qualité variable (Rosenwaike, 1970).

  • 13  "Le county doit a) contenir 10000 actifs non agricoles, ou b) contenir 10% des actifs non agricole (...)
  • 14  Une troisième possibilité existe en 1950 et se fonde sur les flux téléphoniques, mais elle dispara (...)

19Les critères de délimitation des SMAs en 1950 sont les suivants (Department of the Interior, 1950) : le SMA est composé de deux parties, la "ville centrale " et les counties contigus à celui de la ville centrale. La ville centrale doit compter au minimum 50 000 habitants, et peut être associée à d’autres villes centrales si ces dernières comptent plus de 25 000 habitants et si leur population représente plus d’un tiers de celle de la ville centrale principale. Ce phénomène est assez rare en 1950 (moins de 10% des 168 SMA délimités cette année là sont polynucléaires) mais prendra de l’ampleur dans les décennies suivantes. Les counties contigus intégrés dans le SMA doivent présenter un "caractère métropolitain " et être "économiquement et socialement intégrés à la ville ou aux villes centrale(s) ". Le caractère métropolitain se traduit pas le fait qu’ils doivent contenir moins de 2/3 d’emplois agricoles (le seuil sera relevé à ¾ en 1958) et présenter des critères de densité minimale et/ou d’emploi non agricole13. Le critère d’intégration repose essentiellement sur l’examen des migrations alternantes14, non seulement du centre vers la périphérie, mais aussi de la périphérie vers le centre : 15% des actifs résidant dans le county périphérique doivent travailler dans le county de la ville centrale, ou 25% des actifs travaillant dans le county périphérique doivent habiter le county de la ville centrale.

  • 15  Entité géographique constituée d’une ou plusieurs localités centrales et de territoires adjacents (...)
  • 16  Entité géographique constituée d’une ou plusieurs localités centrales et de territoires adjacents (...)

20Plusieurs changements dans les critères de définition des aires fonctionnelles sont opérés dans les décennies suivante (nous les décrivons en détail dans l’Annexe 3). Notamment, le Census Bureau adopte en 1959 la définition des SMSAs (Standard Metropolitan Statistical Areas) et en 1983 celle des MSAs (Metropolitan Statistical Areas). Ces derniers sont délimités autour de zones urbanisées relativement denses, les urbanized areas15, comptant au moins 50 000 habitants. Une nouvelle catégorie est ajoutée au recensement de 2000, celle des Micropolitan Areas. Ceux-ci sont définis autour de pôles centraux de plus petite taille, appelés urban clusters16, avec un seuil de navetteurs identique à celui des MSAs, soit 25%. Au total, 361 MSAs et 573 Micros sont délimités en décembre 2003.

21Deux difficultés majeures s’interposent lorsque l’on souhaite utiliser les délimitations officielles des aires fonctionnelles pour suivre l’urbanisation entre 1950 et 2000. D’une part, le seuil minimal est très élevé et ne permet pas d’appréhender l’évolution des petites villes. D’autre part, ces objets sont difficiles à suivre dans le temps car les définitions officielles, cohérentes en instantané, n’ont généralement pas été pensées sur des intervalles de temps longs. Par exemple, les identifiants des aires changent souvent d’un recensement à un autre. Reconstruire leur trajectoire nécessite donc de descendre à un échelon inférieur, celui des counties et des sub-counties qui les composent, et d’établir un certain nombre de règles pour rendre comparables ces ensembles d’une définition à une autre.

Une méthodologie pour construire une base de données harmonisée

22Les statistiques sur les villes sont contraintes par le fait qu’elles émanent d’agrégations d’autres individus statistiques (les unités administratives de collecte : communes en France, counties ou sub-counties aux Etats-Unis) et que leur composition évolue dans le temps, voire change de référentiel en termes de sources : par exemple la ville peut être définie aux Etats-Unis comme une municipalité ou un agrégat de municipalités jusqu’en 1940, puis comme un county ou un agrégat de counties à partir de 1940. La méthodologie que nous avons adoptée s’attache à construire, sur la base des recensements, des entités urbaines harmonisées dans le temps, tout en intégrant l’évolution des relations qu’entretiennent entre elles les unités statistiques qui sous tendent la réalité urbaine. Rendre compte de cette dynamique nécessite d’intégrer ces différentes constructions au sein d’un modèle générique de définition de trajectoires d’évolution. Le modèle conceptuel que nous avons développé pour notre base de données intègre ces différentes compositions au cours du temps. Il permet non seulement de construire les différentes agrégations qui nous ont semblé les plus pertinentes pour suivre l’évolution de la ville américaine au cours du temps, mais il peut être aussi utilisé pour d’autres types de constructions, par exemple, pour le suivi de populations urbaines à l’intérieur de délimitations spatiales fixes.

23Les critères que nous avons adoptés pour suivre cet objet "ville " au cours des différentes périodes envisagées découlent de l’approche théorique et contextuelle présentée dans la première partie. Notamment, une spécificité majeure de la ville américaine résidant dans l’ampleur de l’étalement et des navettes quotidiennes, nous avons jugé inopportun de conserver tout au long de la période le seul critère de continuité du bâti. Nous avons donc choisi de délimiter des agglomérations jusqu’en 1950 puis d’utiliser la définition des aires fonctionnelles jusqu’en 2000. Afin de tenir compte des villes de moins de 50 000 habitants, nous avons complété les données sur les aires métropolitaines par la création d’entités fonctionnelles de plus petite taille. Enfin, pour minimiser les biais résultant du passage de l’agglomération à celui de l’aire, nous avons choisi une date charnière permettant de comparer à une même date la population urbaine définie selon les deux types de critères (il s’agit de 1940).

Agrégation de municipalités urbaines selon un critère de distance-temps (1790-2000)

  • 17  L’identification d’agglomérations composées de centres (uniques et multiples) et de banlieues a ét (...)

24La méthodologie que nous avons adoptée vise à élaborer une base de données permettant d’analyser l’évolution urbaine à plusieurs échelons : national, régional et même individuel, s’il s’agit d’analyser des trajectoires de villes par rapport à une dynamique d’ensemble. Elle ne peut cependant être utilisée à l’échelon intra-urbain. Informer la base à ce dernier niveau supposerait non seulement l’élaboration de critères pour distinguer les centres des agglomérations (parfois multipolaires) et les municipalités de banlieue, mais aussi l’identification des contours précis du territoire associé à la ville. Nous ne disposons pas de ces informations17 pour la période antérieure à 1940. Notre approche permet néanmoins de construire des entités urbaines qui se présentent comme un regroupement de municipalités proches (la proximité étant évaluée selon la distance kilométrique associée à chaque date au budget-temps d’une heure) ou comme des municipalités isolées.

  • 18  Entre 1790 et 1840, Gibson 1998. Pour les dates suivantes, Direction of the Secretary of the Inter (...)

25La méthode d’agrégation que nous avons utilisée repose sur l’identification de grappes à l’aide d’un S.I.G. Cette opération nécessite la mobilisation préalable de deux types d’informations. D’une part l’élaboration d’une base de données sur les municipalités urbaines. Pour cela, nous avons répertorié, à partir des recensements de population ou de sources compilées par le Census Bureau18, les populations des municipalités à chaque date de recensement, en utilisant un seuil minimal évolutif : 2500 habitants en 1790 (c’est le seuil utilisé dans le recensement à cette époque), 3000 habitants en 1830, 5000 habitants en 1840, 8000 habitants en 1860 (c’est le seuil utilisé dans les recensements entre 1874 et 1910), 10 000 habitants ensuite (figure 2).

Figure 2 : Evolution de la population minimale et maximale des villes dans la base de données harmonisée (1790-2000)

  • 19  A Boston (Ward, 1964, Vance, 1990), New York et Washington (Vance 1990), Chicago (Chudacoff 1981), (...)

26D’autre part, des distances kilométriques ont été associées à chaque date au budget-temps d’une heure. Ces distances ont été estimées grâce à différentes sources : des ouvrages sur le transport, des monographies portant sur des grandes villes, des plans de réseaux de transport public19 (figure 3). Nous avons établi une fourchette de distance pour chaque date, avec un seuil maximal pour les grandes villes, qui bénéficient des systèmes de transport suburbains les plus performants, et un seuil minimal pour les petites villes (Tableau 3).

   

Distance minimale (petites villes)

Distance maximale (grandes villes)

1870-1890

4

5 (Jersey, Boston)

1900-1910

5-7

10-12 (Chicago, Boston)

1920-1930

10-12

20-23 (Los Angeles, Boston)

1940

15

37-39 (Chicago, Los Angeles, New York, Philadelphie)

1940

30

Les grandes villes sont répertoriées dans la base en tant qu’aires fonctionnelles (voir section 1.1)

Tableau 3 : Evolution des distances (en km) utilisées pour construire les agglomérations dans la base harmonisée

27D’autres critères ont été nécessaires. Nous avons tout d’abord déterminé quelle municipalité, à l’intérieur de la grappe mise en évidence, obtient dans notre base le statut de centre et donne ainsi son nom à l’agglomération. Comme nous l’avons précisé plus haut, nous n’attribuons qu’un centre unique à nos villes, même lorsqu’elles sont multi-polaires (telles San Francisco-Oakland, Springfield-Holyoke, Minneapolis-Saint-Paul etc.). Le plus souvent, le nom que nous avons choisi est celui de la municipalité qui est entrée dans la base de données à la date la plus reculée. Mais aux échelles de temps où nous travaillons, il n’est pas rare qu’une municipalité plus récente se soit progressivement imposée par rapport à la première et soit devenue par la suite la municipalité éponyme d’une aire fonctionnelle. Nous avons alors privilégié cette municipalité comme centre.

28Enfin, nous avons tenu compte des limites des aires fonctionnelles en 1950. Ce critère nous a notamment aidé pour les années 1930 et 1940, caractérisées par un étalement intense : les contours des grappes n’apparaissent plus aussi distinctement qu’auparavant, elles forment une nappe continue dans certaines zones, par exemple au nord-est ou dans des états très industriels. Le découpage des aires fonctionnelles de 1950 permet alors de tracer des limites à l’intérieur de ces nappes urbaines. Par exemple, Jersey City n’a pas été agrégée à New York en 1940 même si elle n’est située qu’à une quinzaine de km, car elle constituera ensuite une SMA à part entière.

Figure 3 : Coïncidence entre l’étendue du réseau de transport sub-urbain et une construction d’agglomérations selon un critère théorique de distance-temps

le rayon du cercle correspond à une heure de trajet

29Le tableau 4 permet de mettre en regard le nombre total de municipalités urbaines de plus de 10 000 habitants et le nombre total d’agglomérations constituées dans notre base, à partir de 1870. On constate ainsi que jusqu’en 1900 le nombre d’agrégations reste faible. En revanche, à partir de cette date, il s’accroît considérablement. En 1920, près de 20% des municipalités urbaines constituent des "banlieues " (selon notre définition), et ce pourcentage monte à 30% en 1940.

    

Municipalités urbaines de plus de 10000 habitants (A)

Dont agglomérations dans la base harmonisée (B)

Dont municipalités agrégées ("banlieues ", c’est à dire A-B)

1870

174

170

4

1880

229

225

4

1890

346

336

10

1900

417

389

28

1910

551

510

41

1920

679

565

114

1930

874

665

209

1940

967

693

274

Tableau 4 : Comparaison entre le nombre total de municipalités urbaines et le nombre total d’agglomérations constituées dans la base harmonisée

30La mise en regard de la population des agglomérations et des municipalités à partir de 1900 est tout aussi frappante : certaines villes doublent leur total du fait de la prise en compte de leur banlieue. Le tableau 5 permet d’observer les regroupements les plus importants en 1940. Chicago détient ainsi le record, avec 19 municipalités agrégées dans un rayon d’une quarantaine de 40 km, suivie par Los Angeles, Boston et New York. La population des agglomérations de Boston ou Newark est deux fois plus importante que celle de leur municipalité centrale, celles de San Francisco et de Los Angeles s’accroissent respectivement de 80 et 50% lors du passage à l’agglomération. Nous avons ajouté dans la dernière colonne la population de l’agglomération définie par le Census Bureau, correspondant au district métropolitain (supra 1.3.2). Les chiffres sont assez semblables aux nôtres, à l’exception de New York et Pittsburgh, pour lesquels le périmètre du district nous semble largement sur-évalué (voir le commentaire en note du tableau).

Tableau 5 : les 10 agglomérations de la base harmonisée regroupant le plus de municipalités de plus de 10 000 habitants en 1940

* : ce chiffre élevé s’explique par le fait que les villes du New Jersey (Jersey City, Newark, Paterson…) sont incluses dans New York, tout comme dans le calcul de la SMA de New York en 1950. C’est seulement en 1960 que le Census Bureau sépare les villes de New York et celles du New Jersey (voir figure 4-a).

** : la population du district métropolitain de Pittsburgh est surprenante. Elle correspond vraisemblablement à la conurbation industrielle formée le long de la Beaver Valley, allant de Beaver Falls à Johnston en passant par Aliquipia et Pittsburgh. Les distances sont cependant considérables (environ 50 km entre Pittsburgh et Beaver Falls, à l’ouest, une centaine de km entre Pittsburgh et Johnston, à l’est). D’ailleurs, l’urbanized area de 1950 a une population totale moindre, de 1.5 millions d’habitants. Sources : US Census, base de données harmonisée 2006.

Harmonisation temporelle des délimitations des SMAs, SMSAs et MSAs (1950-1990)

  • 20  Ce qui correspond aux counties de Passaic, Bergen, Morris, Essex, Somerset, Middlesex, Hudson et U (...)

31L’évolution des critères de définition des aires métropolitaines (Annexe 3) rend difficile la comparaison des entités au cours du temps. Les variations les plus fortes apparaissent notamment entre 1950 et 1960 (remplacement des SMAs par les SMSAs) et autour de l’année 1990 (remplacement des SMSAs par les MSAs en 1983 et changement de certains critères de définition des MSAs entre 1990 et 2000). Les cartes de l’évolution du contour des aires fonctionnelles de New York, Los Angeles et San Francisco (figure 4) révèlent l’ampleur des variations de surface et de population occasionnées par ces changements de définition. L’aire fonctionnelle de New York (figure 4-a), qui contenait en 1950 une partie du New Jersey (Jersey City, New Brunswick, Newark, Paterson20) avec une population totale dépassant 11 millions d’habitants, perd cette extension en 1960 et ne compte plus que 9 millions d’habitants. En 1980, les comtés de Nassau et Suffolk forment une SMSA à part entière, ce qui donne lieu à une brusque variation de surface et de population. Pour Los Angeles (figure 4-b), les changements majeurs ont lieu en 1970 (le comté d’Orange est retiré et forme désormais la SMSA d’Anaheim-Santa Ana-Graden Grove) et en 1990 (San Bernardino et Riverside sont ajoutés à la CMSA de Los Angeles, pour être retirés au recensement suivant). A San Francisco (figure 4-c), si l’on considère la trajectoire du county de Solano, on aboutit à une évolution véritablement chaotique : celui-ci fait partie de San Francisco en 1950 et 1960, en est exclu en 1970 et 1980 (il fait alors partie du SMA de Vallejo-Napa), puis réintégré en 1990 et enfin à nouveau exclu en 2000 (il forme alors le MSA de Vallejo). Les exemples portant sur d’autres aires métropolitaines sont nombreux : Chicago et Gary, Boston et Nashua, Cleveland et Akron, Philadelphie et Trenton/Vineland, Scranton et Wilkes-Barre, Milwaukee et Racine, Salt Lake City et Ogden, pour ne citer que quelques uns.

Figure 4 : Evolution des limites d’aires fonctionnelles selon le Census Bureau et selon la base harmonisée (New-York, Los Angeles, San Francisco)

  • 21  Pour les 18 CMSAs correspondant aux plus grandes aires métropolitaines (voir Annexe 3), les auteur (...)

32Face à cette situation, Duncan Black et Vernon Henderson (1999, 2003) ont choisi de garder tout au long de leur période d’étude des délimitations spatiales fixes. Ils partent de la délimitation de 1990 et recalculent les populations à l’intérieur de ce périmètre21 pour les recensements plus anciens, compris entre 1950 et 1980. Pour les dates antérieures (1900-1940), ils reprennent un travail semblable effectué par D. Bogue (1953), qui rétropole les SMAs dans leur limite de 1950. Cette approche permet d’éviter les variations de superficie liées aux changements de définition des objets. Cependant, nous verrons que l’estimation de la croissance urbaine peut être biaisée par la prise en compte de périmètres très vastes pour les recensements les plus anciens. En outre, elle ne permet pas la réactualisation de la base pour des dates postérieures (à notre connaissance, le recensement de 2000 n’a pas été intégré dans la base de Black et Henderson). Nous avons donc préféré l’approche consistant à utiliser une délimitation évolutive des villes. C’est celle adoptée par exemple par Linda Dobkins et Yannis Ionnides (2000, 2001). Ces derniers utilisent les délimitations officielles en cours à chaque recensement sauf pour l’année 1990 (ils choisissent alors le périmètre de 1980). Cependant, nous avons pu voir que les variations de superficie liées aux changements de définition des aires concernent bien d’autres années que 1990. Nous avons donc entrepris un dépistage systématique de ces variations et nous avons adopté un certain nombre de règles pour identifier, lorsque cela est possible, les corrections à apporter.

  • 22  Les identifiants données par le Census Bureau aux aires fonctionnelles et à certains de leurs comp (...)

33Pour identifier les changements de périmètres liés à l’évolution des critères de définition SMAs/SMSAs/MSAs, nous avons repéré les counties et sub-counties qui appartiennent à deux aires métropolitaines différentes au cours de la période 1950-2000. Cette identification a été réalisée à partir du suivi temporel des identifiants des aires fonctionnelles et de leurs composantes22. Nous avons ensuite procédé à une expertise au cas par cas. Pour cela, nous avons établi trois critères. En premier lieu, nous avons veillé à ne jamais modifier la délimitation des entités données dans le recensement de 2000, notamment pour faciliter la mise à jour de la base au prochain recensement. Ensuite, nous avons privilégié les informations données par les recensements de 1960, 1970 et 1980, qui donnent, notamment pour les grandes villes, des périmètres moins vastes que ceux de 1950 et 1990, et donc plus en cohérence avec ceux de 2000. Les morceaux d’aires détachés en 1950 à la suite de notre expertise n’acquièrent eux-mêmes le statut d’aire fonctionnelle que s’ils l’ont obtenu à des recensements ultérieurs, d’une part, et si la population de la municipalité centrale dépasse 50 000 habitants. Par exemple, le comté d’Orange retiré à Los Angeles en 1950 ne forme pas une aire fonctionnelle à cette date car la municipalité d’Anaheim ne compte alors que 11 000 habitants. Enfin, nous sommes intervenus dans les cas de fluctuations d’appartenance de counties, c’est à dire ceux appartenant à une date à une aire fonctionnelle, puis à une autre et revenant finalement dans l’aire initiale (par exemple les counties de Toele et de Davies, qui basculent à plusieurs reprise entre l’aire de Salt Lake City et celle d’Ogden entre 1970 et 2000). Dans bien des cas, il n’a pas été possible d’effectuer des corrections, faute de diagnostic (rappelons que nous n’avons pas les données de base sur les navettes, ce qui rend très difficile la recherche de facteurs explicatifs). Par exemple dans le Michigan, l’Indiana ou l’Ohio, nous avons repéré beaucoup de counties qui changent d’aire entre 1980 et 2000 (par exemple autour de Détroit, Lima, Muskegon, Grand rapids, Battle Creek, Lansing, Toledo ou Evansville), et nous avons laissé la situation à l’identique.

34Les résultats de notre expertise apparaissent sur la figure 4 pour New York, Los Angeles et San Francisco. Le tableau 6 présente le nombre total d’aires fonctionnelles qui ont été modifiées, entre 1950 et 1990.

   

Nombre d’aires métropolitaines modifiées

1950

10

1960

5

1970

11

1980

28

1990

35

Tableau 6 : Corrections apportées dans la base harmonisée par rapport à la délimitation officielle des SMAs/MSAs de 1950 à 1990

35Les corrections que nous avons apportées modifient parfois considérablement la population totale des aires fonctionnelles, car les composantes concernées peuvent être très peuplées. Dans le tableau 7, nous avons sélectionné les dix MSAs les plus grandes en 2000 et reporté leur population officielle et celle reconstituée après correction, entre 1950 et 1990. Par exemple, New York compte plus de 18 millions d’habitants selon le recensement de 1990 car l’aire fonctionnelle intègre alors un groupe important de villes situées à une soixantaine de kilomètres au nord : Bridgeport, Norwalk, Derby, Danbury etc. Or, ces villes constituent des aires fonctionnelles à part entière, non seulement en 1980 (SMSA de Danbury, SMSA de Bridgeport etc.), mais surtout en 2000 (MSA de Bridgeport). En les retirant de New York en 1990, cette dernière perd plus d’un million d’habitants par rapport à son estimation officielle, et ne compte plus que 16,8 millions d’habitants. Pour Los Angeles, le même cas de figure se produit avec les comtés de Ventura, de Riverside et de San Bernardino, qui forment deux SMSA distincts en 1980 et en 2000 (MSA de San Bernardino-Riverside et MSA d’Oxnard).

Rang

MSA

Census 1950

Base harmonisée 1950

Census 1990

Base harmonisée 1990

1

New-York

12.8

9.6

18.1

16.8

2

Los Angeles

4.3

4.1

14.5

11.3

3

Chicago

5.5

5.1

8.1

idem

4

Philadelphie

3.7

idem

5.9

5.4

5

Dallas

0.6

idem

3.9

idem

6

Miami

0.5

idem

3.2

idem

7

Washington

1.5

idem

3.9

idem

8

Houston

0.8

idem

3.7

idem

9

Détroit

3.0

idem

4.7

4.4

10

Boston

2.4

idem

4.2

4.0

Tableau 7 : Population (en millions) des 10 plus grandes MSAs de 2000 en 1950 et en 1990

Sources : U. S. Census, base de données harmonisée 2006.

  • 23  Par ce terme, nous désignons la reconstitution des données passées sur la base de critères actuels

Rétropolation23 des Micropolitan Areas (1950-1990)

36Les aires fonctionnelles délimitées aux Etats-Unis à partir de 1950 se caractérisent par leur très petit nombre, puisqu’on en compte seulement 168 en 1950 et 361 en 2000, soit à cette dernière date à peu près le même total qu’en France qui est pourtant un pays 15 fois plus petit. Ce faible nombre s’explique par l’ampleur des navettes liées à l’automobile dès les années 1940-1950 et par la grande dimension des mailles qui servent à définir les aires, notamment les counties de la partie occidentale des Etats-Unis (Annexe 2). Or, deux observations montrent que ce nombre est insuffisant pour appréhender l’ensemble du fait urbain aux Etats-Unis de 1950 à 2000. D’une part, la nécessité de créer des aires fonctionnelle de taille plus petite que les MSA s’impose lors du dernier recensement, puisque 573 Micropolitan Areas apparaissent alors (voir supra 1.3.3), portant à 934 le nombre total des aires. D’autre part, parmi les 693 agglomérations qui existent dans notre base de données en 1940, seules 227 (soit moins d’un tiers) sont intégrées dans l’une des 168 aires fonctionnelles définies en 1950 par le recensement. Les 470 autres sont situées en dehors d’une aire fonctionnelle à cette date, alors qu’en 2000 elles font toutes partie d’une MSA ou d’une Micropolitan Area. Nous pensons donc que la délimitation des aires fonctionnelles est trop restrictive jusqu’en 1990, en raison notamment du seuil élevé de population minimale requis pour constituer le centre d’une aire fonctionnelle (50 000 habitants).

37Nous avons donc choisi de donner plus de poids aux aires fonctionnelles en permettant aux agglomérations les plus importantes d’être appréhendées en tant qu’aire dès 1950 ou dans les décennies suivantes. Pour cela, nous sommes partis des informations données par le Census en 2000 sur les Micropolitan Areas, et nous avons élaboré une méthode de "rétropolation ", qui consiste à les constituer rétroactivement jusqu’à une date antérieure, à partir de différents critères.

38Cette rétropolation des Micropolitan Areas ne pouvant s’appuyer sur les observations des navettes dans les décennies antérieures, nous sommes partis du fait que les flux domicile-travail qui fondent la délimitation d’aires micropolitaines en 2000 résultent d’une histoire plus longue, de complémentarités fonctionnelles entre localités qui ont émergé progressivement dans la seconde moitié du 20ème siècle. De même que certaines MSAs de 2000 apparaissent dès 1950 et se maintiennent de manière très durable d’un recensement à un autre, nous avons fait l’hypothèse qu’une telle stabilité existait aussi pour des systèmes de navetteurs construits autour de villes de plus petite taille. Afin de minimiser les risques d’erreurs dans cette rétropolation, nous avons appliqué les mêmes critères d’apparition que pour les SMAs, c’est à dire utilisé un seuil minimal portant sur la taille de la ville centrale. Une Micro est donc rétropolée dans notre base jusqu’à l’année de recensement à partir de laquelle la ville centrale dépasse 10 000 habitants. Dans certains cas (une cinquantaine en tout), les Micros de 2000 sont constituées par plusieurs counties. Nous avons choisi de garder le même critère que précédemment : dès que la ville principale d’un county contigu dépasse 10 000 habitants, ce dernier est ajouté à la Micro rétropolée. Le tableau 8 montre que le nombre total de Micros reconstruites évolue très progressivement tout au long de la deuxième moitié du 20ème siècle, et surtout selon le même rythme que celui des SMAs et MSAs.

   

Nombre total de Micros reconstruits

(A)

Nombre total de SMAs/MSAs

(B)

Nombre total d’aires fonctionnelles dans la base (A+B)

1950

255

177

432

1960

316

215

531

1970

362

246

608

1980

396

318

714

1990

426

360

786

Tableau 8 : Nombre total de Micros reconstruits et de SMAs/MSAs, dans la base harmonisée

39Cette régularité dans la progression des Micros reconstruites caractérise aussi leur emprise spatiale. La figure 5 permet de suivre cette évolution, de 1950 à 2000.

Figure 5 : Reconstruction de Micropolitan Areas, de 1950 à 1990.

40Enfin, à quelques exceptions près, la population des Micros rétropolée reste inférieure à celle des SMAs et MSAs. En 1950 par exemple, 160 SMAs sur 177 ont une population supérieure à 100 000 habitants, alors que 5 Micros rétropolées sur 255 sont dans ce cas. Ces 5 Micros sont situées dans les zones industrielles de la Pennsylvanie et du Lac Erié, elles ne sont constituées que d’un county (ce n’est donc pas l’agrégation de plusieurs counties qui entraîne cette forte population) et comptent chacune plusieurs municipalités urbaines de plus de 10 000 habitants dans un rayon de moins de 30 km. Il n’est donc pas étonnant qu’elles rivalisent de taille avec les SMAs de l’époque.

41Au final, sur les 693 agglomérations existant en 1940, 439 (soit environ deux tiers) sont intégrées dans une aire fonctionnelle en 1950. Notre base de données contient donc 254 agglomérations en 1950, et ce chiffre se réduit ensuite progressivement, à la fois en raison de l’extension spatiale des aires fonctionnelles, qui englobent de plus en plus d’agglomérations restantes, mais aussi en raison de l’augmentation de notre distance d’agglomération au cours du temps (voir tableau 3). En 2000, il ne reste que 20 agglomérations, car toutes les autres municipalités de plus de 10 000 habitants sont contenues dans une MSA ou dans une Micro.

  • 24  Cette année charnière est appelée dans nos tableaux "1940 " pour les municipalités et agglomératio (...)

42Afin de tenir compte des biais résultant du passage massif, en 1940-1950, de la définition des agglomérations ou municipalités isolées à celle des aires fonctionnelles, définies à partir de counties ou subcounties, nous avons choisi une date de référence commune (1940), qui permet d’isoler dans les trajectoires des populations l’effet qui ne serait dû qu’au maillage24. Les aires fonctionnelles ne sont pas encore délimitées dans le recensement à cette date, mais le Census Bureau propose en 1950 un tableau récapitulatif donnant la population des SMAs en 1940, dans la délimitation 1950. Nous avons adopté la même démarche, en évaluant la population des aires fonctionnelles en 1940 à l’intérieur du périmètre qu’elles occupent dans notre base en 1950. Le saut lié au changement de définition est considérable, puisqu’en 1940 la population totale des agglomérations est égale à 61 millions, et celle des aires fonctionnelles ainsi reconstituée à 83 millions.

Le modèle de données résultant des choix sémantiques

43La base de données harmonisée résulte d’une série d’opérations qui n’ont été possibles qu’à l’aide d’une méthodologie basée sur un Système d’Information Géographique. La figure 6 illustre les différents liens entre les sources statistiques mobilisées et les objets "ville " qui sont construits à chaque période, et rend compte de la complexité qu’il peut y avoir à gérer non seulement des données de nature différente mais aussi des relations entre ces données qui évoluent au cours du temps, chaque fois que la définition spatiale de la ville est réévaluée. Le système d’information que nous avons construit intègre non seulement l’ensemble de ces relations et de leurs évolutions, mais permet aussi une certaine souplesse dans l’utilisation qui en est faite. En effet, comme le montre le schéma, l’entité élémentaire n’est pas la ville elle-même mais ses composantes (ciies, towns, counties, sub-counties). On peut donc proposer d’autres constructions de l’entité ville que celles que nous avons présentées ici, par exemple utiliser une délimitation spatiale fixe dans le temps.

Figure 6 : un modèle de données multi-niveaux

44La base de données comporte donc plusieurs types d’entités urbaines (municipalité isolée, agglomération, aire métropolitaine, aire micropolitaine), qui peuvent évoluer d’un état à un autre au cours de leur existence (figure 7). Par exemple, la "ville " de Boston est représentée entre 1790 et 1860 par la municipalité politique, puis jusqu’en 1940 par l’agrégation de plusieurs municipalités, et enfin à partir de 1941 par l’aire fonctionnelle métropolitaine. D’autres villes, de plus petites taille, passent du statut de municipalité ou d’agglomération à celui de Micropolitan Areas, d’autres enfin, plus petites encore, restent tout au long de ces deux siècles de simples municipalités ou de simples agglomérations.

Figure 7 : Les différents états possibles d’une ville dans la base harmonisée

45Nous avons montré dans ces deux premières parties que notre base de données résulte d’une démarche associant étroitement la mobilisation de connaissances théoriques et empiriques sur la ville américaine et la formalisation d’un modèle de données suffisamment souple pour permettre différents types de construction des objets urbains et leur évolution dans le temps. La question de la validation de la base obtenue se pose alors. Nous l’abordons à la fois par l’analyse des logiques territoriales révélées par les cartes et des mesures associées aux processus de croissance urbaine, mais aussi par la comparaison de ces résultats avec ceux obtenus à partir d’autres bases de données constituées dans le temps long. Cette confrontation met en évidence des écarts parfois importants.

L’urbanisation américaine au prisme d’une base de données harmonisée

  • 25  La base de données ne permet pas de saisir l’apparition des toutes premières villes, puisque d’apr (...)

46Deux types de bases de données sont utilisées aujourd’hui par les chercheurs pour suivre la ville américaine sur des périodes longues, soit un demi-siècle ou plus. Un premier type part de la définition des aires fonctionnelles et regroupe les travaux de Dobkins, Ioannides (2000) et Black, Henderson (1999) décrits plus haut. Un deuxième type utilise la définition de la municipalité urbaine. Cette fois, les bases ne diffèrent que par le seuil de population minimale pris en compte et par la longueur de la période couverte : 1790-1930 pour Zipf (1949) et Benguigui et al. (2007), 1790-1950 pour Madden (1955), 1790-2000 pour Batty (2006). Face à l’ensemble de ces travaux, la base de données harmonisée présente deux intérêts majeurs : d’une part elle couvre une période extrêmement longue (1790-2000). Nous pouvons ainsi appréhender la quasi-totalité25 de l’histoire des villes américaines, et illustrer avec une certaine cohérence temporelle des aspects de l’urbanisation qui ont pu être mis en évidence par les chercheurs à partir d’autres sources. D’autre part, elle apporte un regard différent sur les processus de croissance et de concentration de la population dans les grandes villes, en remettant en question certains résultats établis à partir de bases de données construites différemment.

L’expansion des villes dans l’espace

47L’évolution du nombre total des villes dans la base harmonisée doit être interprétée avec prudence, compte tenu des remarques faites précédemment sur l’hétérogénéité des objets constitutifs de cette base. Ainsi, les deux périodes de fléchissement observées (Tableau 9) sont toutes deux liées à l’absorption massive d’agglomérations dans des aires fonctionnelles. Entre 1940 et 1950, l’apparition d’aires fonctionnelles se traduit par l’effacement d’un grand nombre d’agglomérations, absorbées dans ces nouvelles entités. Entre 1970 et 1990 l’étalement intense des aires fonctionnelles fait à nouveau chuter le nombre des agglomérations restantes. L’évolution de la population totale des villes peut être interprétée avec plus d’assurance, car elle ne dépend pas du nombre d’observations (Tableau 9, figure 8).

Années

Nombre de villes

Population urbaine totale

1790

21

181555

1800

30

322371

1810

41

520500

1820

50

655300

1830

68

1075825

1840

76

1659747

1850

112

3094305

1860

126

5044053

1870

170

7565062

1880

225

10892774

1890

336

17361632

1900

389

23732944

1910

510

33424220

1920

565

43791461

1930

665

56595345

1940 (agglo)

693

60859999

1941 (agglo et aires)

629

83449437

1950

721

102998977

1960

794

134301646

1970

835

161854491

1980

836

189574006

1990

835

215062528

2000

931

261739386

Tableau 9 : Evolution du nombre de villes et de la population totale dans la base de données harmonisée (1790-2000)

Le seuil minimal est de 2500 habitants de 1790 à 1820, 3000 hab. en 1830, 4000 hab. en 1840, 5000 hab. en 1850, 8000 hab. en 1860 et 10 000 hab. ensuite. Sources : Census Bureau, base de données harmonisée 2006.

Figure 8 : Evolution de la population totale des villes américaines (1790-2000)

Sources : U.S. Census, base de données harmonisée 2006

48Le taux d’urbanisation (figure 9) s’envole à partir des années 1860 et culmine à 91% en 2000. Le tassement qui marque les années 1810-1820 s’explique par la guerre américano-britannique de 1812-1815, et celui de la décennie 1930-1940 est dû à la crise de 1929 et aux lois de 1921 et 1924 sur les quotas d’immigration (Chudacoff, 1981, Ghorra-Gobin 1998).

Figure 9 : Evolution du taux d’urbanisation aux Etats-Unis (1790-2000)

Sources : U.S. Census, base de données harmonisée 2006

  • 26  Cette expression correspond à la traduction de l’anglais "urban frontier ", communément employé pa (...)
  • 27  Nous menons actuellement des analyses plus approfondies de la dynamique du front pionnier urbain, (...)

49Les cartes illustrant l’évolution du semis des villes, entre 1790 et 1910, permettent de souligner la régularité étonnante du front pionnier urbain26, qui s’étend principalement d’est en ouest, même si un deuxième front s’ouvre à l’ouest à partir de 1850 (figure 10)27. Le premier front atteint ainsi la côte ouest en 1890, s’étirant alors sur près de 5000 km. Le deuxième front est ouvert au XVIIIe siècle sur la façade Pacifique par les Espagnols venus du Mexique, mais il faut attendre le milieu du 19ème siècle et la ruée vers l’or pour que deux localités dépassent le seuil de 5000 habitants et soient considérées comme des villes dans notre base (il s’agit de San Francisco ou Sacramento). En raison des vastes étendues désertiques et montagneuses à l’ouest, ce deuxième front s’étend seulement sur une bande d’environ 200 km. La configuration du semis urbain se stabilise autour de 1910 et ressemble alors fortement à celle qu’on observe en 2000 (voir en Annexe 4 la carte réalisée à partir de la superposition du semis des 25150 localités actuelles, urbaines et rurales, et du découpage en aires fonctionnelles).

Figure 10 : l’évolution du semis des villes américaines de 1790 à 1910

50Les cartes de la trame urbaine (figure 11), dans lesquelles la population des villes est représentée par un cercle proportionnel, illustrent deux caractéristiques bien connues du système urbain américain. Comme dans d’autres régions du monde (Bretagnolle et al. 2007), on observe une étonnante stabilité dans la distribution des tailles de villes, notamment dans le haut de la hiérarchie. La majorité des grandes villes actuelles sont déjà les plus grandes lors de la mise en place du système (New York, Philadelphie, Boston, …). Une spécificité forte réside cependant dans la corrélation très étroite qui existe aux Etats-Unis entre chaque cycle d’innovation, les gisements associés et l’émergence de nouvelles métropoles régionales : dans la région des grands lacs, avec la première révolution industrielle (Pittsburgh, Détroit, Chicago, Cleveland…), en Californie et au Texas, avec le pétrole et la deuxième révolution industrielle, en Floride, Californie, Arizona et Nouveau Mexique, avec les nouvelles technologies de l’information, l’installation de retraités et le tourisme, dans les années 1940-1980 (Bretagnolle et al. 2008).

Figure 11 : l’évolution de la trame des villes américaines de 1870 à 2000

51La croissance exceptionnelle de la population des villes américaines dans ces deux derniers siècles se traduit aussi par une occupation du sol de plus en plus intense, comme le montrent les cartes de la superficie des aires fonctionnelles dans la deuxième moitié du 20ème siècle (figure 12) : alors que celles-ci ne couvrent que 15% de la superficie totale du territoire en 1950 (Alaska, Hawaï et Porto-Rico non compris), ce chiffre s’élève à 35% en 1990 et 55% en 2000.

Figure 12 : l’emprise spatiale des aires fonctionnelles, de 1950 à 2000

Mesures de croissance et de concentration urbaine

52Différentes mesures peuvent être mobilisées pour évaluer la croissance de la population urbaine. Dans un premier temps, nous avons simplement calculé les taux de variation moyen annuels et effectué leur moyenne. Les délimitations des villes sont celles de la base de données harmonisées, elles évoluent donc dans le temps au fur et à mesure des changements de composition (tableau 10, délimitation évolutive). Alors que la moyenne des taux dépasse rarement 2% en Grande-Bretagne ou en France en pleine phase de croissance exponentielle, elle varie entre 3 et 4% pour les villes américaines pendant toute la durée du front pionnier. A partir de 1910, les taux décroissent lentement, passant d’environ 2% dans la première moitié du siècle à près de 1% dans la seconde moitié. Un certain nombre de fluctuations peuvent cependant être observées, et sont liées à l’évolution des flux d’immigrants en provenance de l’Europe (Kim 2007) et aux cycles de croissance économique (Berry 1991, Favaro 2007).

Période

TVMA

Période

TVMA

Période

TVMA délimitation évolutive

TVAM délimitation constante

1790-1800

3.1

1870-1880

2.7

1950-1960

2.3

1.9

1800-1810

2.8

1880-1890

3.7

1960-1970

1.5

1.1

1810-1820

1.4

1890-1900

2.4

1970-1980

2.3

1.3

1820-1830

2.9

1900-1910

2.9

1980-1990

0.9

0.7

1830-1840

3.3

1910-1920

2.4

1990-2000

2.2

1.1

1840-1850

4.3

1920-1930

2.1

    

    

   

1850-1860

3.5

1930-1940

0.9

   

   

   

1860-1870

3.7

1941-1950

1.9

   

   

   

Tableau 10 : Moyenne des taux de variation moyen annuel de la population urbaine aux Etats-Unis, selon la base harmonisée

Le seuil minimal est de 2500 habitants de 1790 à 1820, 3000 hab. en 1830, 4000 hab. en 1840, 5000 hab. en 1850, 8000 hab. en 1860 et 10 000 hab. ensuite. Sources : Census Bureau, base de données harmonisée 2006.

53Afin de tenir compte de la taille, parfois considérable, des counties et sub-counties qui s’agrègent entre deux recensements aux aires fonctionnelles et les font croître considérablement, nous avons calculé les taux selon une délimitation constante et non plus évolutive entre 1950 et 2000 (Favaro, 2007). Par exemple, le taux calculé entre 1950 et 1960 donne la croissance de la population à l’intérieur des mêmes limites spatiales, celle de l’aire en 1960. Les résultats obtenus diffèrent considérablement de ceux calculés à partir d’une délimitation évolutive, qui a tendance à largement surestimer la croissance des aires (notamment en 1970-80 et en 1990-2000).

54A partir de notre travail sur le suivi temporel des aires fonctionnelles délimitées officiellement par l’OMB et le Census Bureau, nous avons aussi été en mesure de calculer les taux de croissance selon cette source entre 1950 et 1990 (SMAs, SMSAs et MSAs). Si l’on compare ces taux avec ceux calculés à partir des délimitations officielles des aires métropolitaines, on obtient des écarts parfois importants (figure 13). Ce résultat montre que les corrections apportées par rapport aux délimitations officielles, même si elles ne concernent que 10 % du nombre total d’aires, ont un effet net à l’échelon macroscopique du système des villes. En effet, elles portent généralement sur les plus grandes aires et mettent en jeu des variations très fortes dans les populations (voir figure 4).

Figure 13 : Taux de variation moyen annuel de la population urbaine*, selon la base harmonisée et selon les délimitations officielles des aires métropolitaines

* : il s’agit de la moyenne des taux annuels de chaque ville

55Les résultats que nous obtenons diffèrent aussi de ceux que l’on peut collecter dans la littérature, lorsque des tableaux de données sont publiés et permettent la comparaison (ici, Black et Henderson 2003). Les évolutions sont parfois totalement opposées, par exemple entre 1900 et 1930 et entre 1970 et 1990 (figure 14). Cette fois, c’est l’accroissement de la population urbaine total qui est calculé, et les variations s’expliquent surtout par le nombre et le types d’objets "villes " utilisés dans chaque base. Dans celle que nous avons constituée, la croissance de la population urbaine est régulière et assez stable depuis 1950 car elle repose non seulement sur les aires métropolitaines mais aussi sur les aires micropolitaines et les agglomérations. Dans les deux autres bases, au contraire, l’accroissement est mesuré seulement dans les plus grandes villes. Il est donc massif dans les années 1940 et 1950 puis a tendance à s’atténuer.

Figure 14 : Comparaison des taux de variation moyen annuel de la population urbaine totale, calculés selon trois bases de données

56La régularité de la distribution des tailles de villes tout au long de la période étudiée permet d’ajuster par une fonction mathématique puissance négative la relation entre le rang et la population urbaine, par exemple en construisant des graphiques rang-taille. La pente de la droite d’ajustement, en valeur absolue, est un indicateur du degré d’inégalités des tailles de villes (Bretagnolle 1999). Comme dans d’autres pays neufs, les valeurs sont difficilement interprétables avant que le système de villes n’ait atteint une certaine maturité, car l’apparition d’un grand nombre de nouvelles villes se traduit par une hausse de l’indice d’inégalité, due uniquement à cet apport massif de petites localités (Bretagnolle et al. 2007). A partir de 1890, le nombre de villes est plus stable aux Etats-Unis et permet d’analyser l’évolution des valeurs de l’indice.

57Les bases de données abordant la ville comme une simple municipalité urbaine au 20ème siècle (Zipf 1949, Benguigui et al. 2007, Madden 1955, Batty 2006) ne tiennent pas compte de l’accroissement périphérique des grandes villes et sous-estiment donc leur croissance. Les résultats sont visibles sur la figure 15 : l’indice de concentration diminue entre 1920 et 1940, alors qu’il augmente lorsqu’on utilise la base de données harmonisée.

Figure 15 : Evolution du degré d’inégalité entre les tailles des villes aux Etats-Unis (1890-1940), selon deux types de délimitations

N-B : le degré d’inégalité est mesuré par la valeur absolue de la pente des droites d’ajustement des graphiques rang-taille

58Les bases de données qui partent de la définition des aires fonctionnelles et couvrent la période 1900-1990 (Dobkins, Ioannides 2000, Black, Henderson 2003) sur-estiment, quant à elles, le périmètre des villes dans la première moitié du 20ème siècle (rappelons que dans les deux cas elles se fondent sur une rétropolation à l’intérieur des limites des aires en 1950, selon la méthode de Bogue 1953). L’intensité de la croissance des grandes villes est alors sous-évaluée, car celles-ci intègrent en début de période de vastes portions du territoire qui sont en réalité rurales. Le résultat apparaît nettement sur la figure 16.

Figure 16 : Evolution du degré d’inégalité entre les tailles des villes aux Etats-Unis au XXe siècle, selon quatre bases de données

N-B : le degré d’inégalité est mesuré par la valeur absolue de la pente des droites d’ajustement des graphiques rang-taille

59Alors que Black et Henderson (2003) concluent que la tendance à la concentration urbaine n’est pas confirmée par les valeurs de l’indice, nous obtenons au contraire une hiérarchisation très régulière et forte jusqu’en 1970 (Tableau 11). La comparaison avec la base obtenue à partir des délimitations officielles du Census Bureau met en avant un saut brutal, entre 1980 et 1990, suivi d’un réajustement entre 1990 et 2000. Ce dernier s’explique par les périmètres extrêmement vastes donnés aux grandes villes en 1990 (voir figure 4 et annexe 3).

Années

Pente (valeur absolue) de la droite d’ajustement

Coefficient de détermination (R2)

1890

0.94

0.99

1900

0.97

0.99

1910

0.99

0.99

1920

1.06

0.99

1930

1.08

0.99

1940

1.09

0.99

1950

1.15

0.98

1960

1.19

0.97

1970

1.23

0.97

1980

1.22

0.96

1990

1.25

0.97

2000

1.21

0.97

Tableau 11 : Accroissement du degré d’inégalité entre les tailles des villes américaines, selon la base harmonisée

Le seuil minimal est de 2500 habitants de 1790 à 1820, 3000 hab. en 1830, 4000 hab. en 1840, 5000 hab. en 1850, 8000 hab. en 1860 et 10 000 hab. ensuite. Sources : Census Bureau, base de données harmonisée 2006.

60Comme en France ou dans d’autres pays d’Europe, le système des villes américaines se caractérise donc par un processus de concentration, qui débute au moins à partir de 1890, s’accélère entre 1910 et 1920 (période d’accroissement massif des grandes villes par extension de banlieues, voir tableau 4) puis à partir de 1940 (étalement des grandes villes par péri-urbanisation). L’originalité des Etats-Unis réside cependant dans l’existence de deux périodes de déconcentration, la première entre 1970 et 1980 et la seconde entre 1990 et 2000. La première période de déclin relatif des grandes villes a été aussi constatée en Europe (Klaassen, 1978, 1979) mais nous avons montré à partir de l’exemple de la France que la "contre-urbanisation " pouvait n’être qu’un effet de délimitations trop restrictives (celles des agglomérations), ne tenant pas compte de l’essor massif des couronnes périurbaines et sous-estimant de ce fait la croissance des grandes villes. En utilisant la délimitation des aires urbaines et des agglomérations françaises, entre 1962 et 1999, nous avons ainsi montré que l’indice d’inégalité s’accroît de manière très stable dans le temps, même au delà de 1975 (Bretagnolle et al., 2002), ce qui nous a conduit à remettre en question les théories de la contre-urbanisation, notamment émises par Brian Berry (1976) à propos des villes américaines. Les mesures présentées ci-dessus nous invitent néanmoins à réviser notre jugement, car, alors que la base de données tient compte des couronnes péri-urbaines, la déconcentration est avérée entre 1970 et 1980. L’analyse détaillée des taux de croissance des villes montre que les plus grandes villes, notamment au nord-est (New York, Philadelphie, Boston, Jersey City, Newark, Springfield…) et dans le cœur industriel (Pittsburgh, Cleveland, Milwaukee, Buffalo…) accusent une perte démographique importante entre les deux dates, alors que dans la sun-belt, des villes plus petites du sud (Floride, Nouveau Mexique, Arizona) et de l’ouest (Californie) sont en forte croissance (4 à 5% par an). Le deuxième mouvement de déconcentration (entre 1990 et 2000) est plus difficile à interpréter : celui-ci ne semble pas dû à un déclin des grandes villes, qui sont généralement en croissance et qui enregistrent les taux de croissance par classe de taille les plus forts. On peut se demander si les changements de critères de définition des aires fonctionnelles en 2000 (voir Annexe 3) sont susceptibles d’expliquer ce décrochement (notamment en Nouvelle Angleterre, où les aires sont désormais composées de counties et non plus de sub-counties, ce qui provoque un certain nombre de réajustements autour des plus grandes villes). Des analyses plus approfondies sont en cours.

Conclusion

61Les Etats-Unis offrent, par le caractère extrêmement récent de leur urbanisation, une occasion exceptionnelle pour appréhender l’histoire du peuplement urbain, depuis son origine jusqu’à nos jours, au moyen de sources statistiques fiables. Cependant, ces sources sont insuffisantes si elles ne sont pas intégrées dans un modèle de données qui s’appuie sur une véritable ontologie de la ville. A partir d’une définition de la ville dans un référentiel spatio-temporel, nous avons proposé plusieurs méthodes pour pallier aux différents obstacles qui empêchaient de suivre l’évolution des villes au moyen des définitions officielles données à chaque époque par le Census : reconstruire des agglomérations à partir de 1870, afin de rendre aux grandes villes leur part de croissance due à l’apparition des banlieues, harmoniser dans le temps les délimitations parfois fluctuantes des aires fonctionnelles, compléter celles-ci par des aires de plus petite taille dès les années 1950.

  • 28  Nous menons dans ce cadre une ANR Corpus et Outils de la recherche en SHS (2007-2009), qui porte n (...)

62L’exploitation de cette base de données a permis de restituer le caractère particulièrement brutal de la croissance des villes aux Etats-Unis, qui s’imposent d’abord à travers une véritable conquête de l’espace (voir les cartes du front pionnier jusqu’en 1910) puis, une fois devenues les nœuds majeurs du territoire, rayonnent sur leur environnement immédiat à des distances extrêmement vastes (voir les cartes de l’emprise spatiale des aires fonctionnelles). En l’espace de 150 ans, les Etats-Unis passent ainsi d’un statut et d’un mode de vie largement ruraux (taux d’urbanisation de 15% en 1850, soit celui de la France à la veille de la Révolution) à un stade de leader dans différents domaines liés à la ville (taux d’urbanisation de 91%, soit plus fort qu’en Europe et sensiblement le même qu’au Japon, population urbaine maximale de 18 millions d’habitants, Londres et Paris étant à 10-12 millions). A partir de ce premier travail, des recherches plus approfondies doivent être menées, pour mieux éclairer le processus d’urbanisation, notamment dans ses liens avec les systèmes de transport et d’information et avec les transformations économiques des villes28.

63Enfin, nous avons montré à différentes reprises l’impact de la délimitation des villes dans la mesure de la croissance urbaine, tant dans le calcul des taux de croissance annuels que dans celui de l’indice de concentration de la population urbaine. Certes, ces mesures sont aussi extrêmement sensibles à d’autres critères, par exemple le seuil minimum utilisé pour la population urbaine, ce qui invite à beaucoup de prudence dans l’interprétation des résultats (Bretagnolle 1999). Il n’en reste pas moins qu’elles contribuent à corroborer les hypothèses de Brian Berry concernant la déconcentration des années 1970-1980, même si plusieurs soubresauts postérieurs, visibles dans la courbe de l’indice de concentration, rendent encore prématurée son interprétation comme le début d’un processus historique de "contre-urbanisation ".

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Benguigui L., Blumenfeld-Lieberthal E. (2007), "A dynamic model for city size distribution beyond Zipf’s law", Physica A 384, 613-627.
DOI : 10.1016/j.physa.2007.05.059

Berry B. (1976), "The Counterurbanization Process : Urban America Since 1970", in : Berry B. (ed.), Urbanization and Couter-Urbanization, Beverly Hills, London, Sage Publications, vol. 11, Urban affairs annual review.

Berry B. (1991), Long-wave rhythms in economic development and political behaviour, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Black Duncan, Henderson Vernon (1999), "Spatial evolution of population and industry in the United States". The American Economic Review 89, n°2, 321-327.
DOI : 10.1257/aer.89.2.321

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Black Duncan, Henderson Vernon (2003), "Urban evolution in the USA". Journal of Economic Geography, n°3, 343-372.
DOI : 10.1093/jeg/lbg017

Bogue D. (1953), Population growth in Standard Metropolitan Areas 1900-1950.Scripps Foundation in Research in Population Problems, Oxford, Ohio.

Bretagnolle A. (1999), Les systèmes de villes dans l’espace-temps : effets de l’accroissement de la vitesse des déplacements sur la taille et l’espacement des villes, Thèse de doctorat de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Bretagnolle A. (2005-a), "De la théorie à la carte: histoire des representations géographiques de l’espace-temps", in : Volvey A. (dir.) (2005), Echelles et temporalités. Paris, Editions Atlande, Collection Clefs Concours, Géographie Thématique.

Bretagnolle A. (2005-b), "Les villes dans l’espace-temps. Vitesse des communications et structuration des territoires", in : Volvey A. (dir.) (2005), Echelles et temporalités. Paris, Editions Atlande, Collection Clefs Concours, Géographie Thématique.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bretagnolle A., Paulus F., Pumain D. (2002), "Time and space scales for measuring urban growth ", Cybergeo, n°219, 12 p. http://www.cybergeo.eu/index3790.html
DOI : 10.4000/cybergeo.3790

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bretagnolle A., Robic M.-C (2005), "Révolution des technologies de communication et représentations du monde ", -3 : "Au risque de l’expérimentation ", L’Information Géographique, Septembre, vol. 69.
DOI : 10.3406/ingeo.2005.2996

Bretagnolle A., Daudé E.., Pumain D. (2006), "From theory to modelling: urban systems as complex systems ", : Cybergeo, n°335, 26 p. http://www.cybergeo.eu/index2420.html

Bretagnolle A., Pumain D., Vacchiani-Marcuzzo C. (2007), "Les formes des systèmes de villes dans le monde ", in : Pumain, Mattéi (dir), Données Urbaines, tome 5, Paris, Economica, 301-315.

Bretagnolle A., Pumain D (2008, à paraître), "Comparer deux types de systèmes de villes par la modélisation multi-agents (Europe, États-Unis)", in : Zwirn H., Weisbuch G ; (eds), Complexité en Sciences Humaines et Sociales. Paris, Vuibert, collection Philosophie des Sciences.

Center for Neighborhood Technology (2006), "Housing and Transportation Cost Trade-offs and Burdens of Working Households in 28 Metros ", rapport en ligne sur le site www.cnt.org, octobre 2006.

Chudacoff H. (1981), The evolution of American Urban Society, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall Inc.

Crozet Y., Joly I. (2004), "Budget-temps de transport: les sociétés tertiaires confrontées à la gestion paradoxale du bien le plus rare", Les Cahiers Scientifiques du Transport, n°45/2004, 27-48.

Dobkins L.H.., Ioannides Yannis M. (2000), "Dynamic evolution of the U.S. city size distribution", in : Huriot, Thisse (Eds), The Economics of Cities. Cambridge University Press, Cambridge, 217-260.

Dobkins L.H.., Ioannides Yannis M. (2001), "Spatial interactions among U.S. cities: 1900-1990". Regional Science and Urban Economics, 31, 701-731.

Dubuc S., 1994, L’urbanisation de l’Inde au XXe siècle, mémoire de maîtrise, Université Paris 1.

Favaro J.-M. (2007), Croissance urbaine et cycles d'innovation dans les systèmes de villes: une modélisation par les interactions spatiales, Thèse de doctorat de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gabaix X., Ioannides Yannis M. (2003), "The evolution of city size distributions". In Henderson and Thisse (eds), Handbook of Regional and Urban Economics, Vol. 4, Amsterdam: North Holland.
DOI : 10.1016/S1574-0080(04)80010-5

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gardner Todd (1999), "Metropolitan Classification for Census Years before World War II". Historical Methods, vol. 32, n°3, 139-150.
DOI : 10.1080/01615449909598935

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gardner Todd (2001), "The slow wave: The changing residential status of cities and suburbs in the United States, 1850-1940". Journal of Urban History, 27, 293-312.
DOI : 10.1177/009614420102700303

Ghorra-Gobin C. (1997), Los Angeles. Le mythe américain inachevé. Paris, CNRS éditions.

Ghorra-Gobin C. (1998), La ville américaine, Espace et société. Paris, Nathan Université, collection Géographie.

Gottmann Jean (1962), "Mégalopolis, région-laboratoire de l’urbanisation moderne ". Les Cahiers de la République, Paris, 7ème année, n°46, juillet 1962. Reproduit dans Roncayolo, Paquot (1992), Villes et civilisation urbaine, XVIIème-XXème siècles. Paris, Larousse.

Guérin-Pace F. (1993), Deux siècles de croissance urbaine. Paris, Economica, collection Anthropos.

Greene E. B., Harrington V. (1932), American Population before the Federal Census of 1790, Gloucester, Massachusetts (reed. 1966).

Gutfreund Owen D. (2006), "L’envahissement des campagnes par les villes : l’expansion métropolitaine aux Etats-Unis ", in : Berque, Bonnin, Ghorra-Gobin (eds), La ville insoutenable, Paris, Belin.

Hugill P. (1993), World Trade since 1431: Geography, Technology and Capitalism, Baltimore and Boston, The John Hopkins University Press.

Ioannides Yannis M., Overman Henry G. (2004), "Spatial evolution of the U.S. urban system", Journal of Economic Geography, n° 4, 131-156.

Kim Sukko (2007), "Immigration, Industrial Revolution and Urban Growth in the United States, 1820-1920. Factors Endowments, Technology and Geography". NBER Working Paper No. W12900 Available at SSRN: http://ssrn.com/abstract=963734.

Klassen L. H. (1978), "Désurbanisation et réurbanisation en Europe Occidentale", in : J. P. H. Paelinck (ed.), La structure urbaine en Europe Occidentale : Faits, théories et modèles, Saxon House, 119-140.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Klassen L. H., Paelinck J. H. P. (1979), "The future of large towns", Environment and Planning A, vol. 11, 1095-1104.
DOI : 10.1068/a111095

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Madden C. H. (1955), "On some indications of stability in the growth of cities in United States", Economic Development and Cultural Change, vol. 4.
DOI : 10.1086/449715

Malacarne L. C., Mendes R. S. (2001), "q-Exponential distribution in urban agglomeration", Phys. Rev. E 65 (2001) 017106, 3 p.

Newman P., Kenworthy J. (1989), Cities and automobile dependence. An international Sourcebook. Sydney, Gower Technical.

Papon F., Madre J.-L. (2003), "Existe-t-il des seuils de saturation de la mobilité des personnes?", Annales des Mines, novembre 2003, 21-26.

Pinol J.-L. (1991), Le monde des villes au XIXème siècle. Paris, Hachette, collection Carré Histoire.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pumain D. (1997), "Pour une théorie évolutive des villes", L’Espace Géographique, n°2, 119-134.
DOI : 10.3406/spgeo.1997.1063

Pumain D. (ed.) 2006, Hierarchy in Natural and Social Sciences. Springer, Methodos Series.

Pumain D., Bretagnolle A., Degorge-Lavagne M. (1999), "La ville et la croissance urbaine dans l’espace-temps, Mappemonde, n°55, 38-42.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pumain D., Paulus F., Vacchiani-Marcuzzo C., Lobo J., (2006), "An evolutionary theory for interpreting urban scaling laws", Cybergeo, n°343, juillet 2006. http://www.cybergeo.eu/index2519.html
DOI : 10.4000/cybergeo.2519

Reschovsky C. (2004), "Journey to Work : 2000", Census 2000 Brief, US Census Bureau, March 2004, 1-13.

Roncayolo M., Paquot T. (dir. 1992), Villes et civilisation urbaine 17e-20e s. Paris, Larousse, 687 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rosenwaike I. (1970), "A critical examination of the designation of Standard Metropolitan Statistical Areas", Social Forces, vol. 48, n°3 (mars 1970).
DOI : 10.2307/2574651

Vance J. E. (1990), Capturing the Horizon. The Historical and Geography of Transportation since the Sixteenth Century. Softshell Books edition.

Wade R. C. (1959), The Urban Frontier, 1790-1830. Cambridge, Mass.: Harvard University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ward D. (1964), "A comparative historical geography of streetcar suburbs in Boston, Massachusetts and Leeds, England: 1850-1920", Annals of the American Geographers, vol. 54, n°4.
DOI : 10.1111/j.1467-8306.1964.tb01779.x

Zahavi Y. (1974), Travel time budgets and mobility in urban areas. Report prepared for the U.S. Department of Transportation and the Ministry of Transport of Federal Republic of Germany, 267 p.

Zipf C. K. (1949), Human behaviour and the principle of least effort, Addison Wesley Press, Cambridge, Mass.

Sources (sites internet)

Department of the Interior, Census Office (1880), Statistics of the Population of the United States at the tenth census : 1880. Introduction. : [en ligne], http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/1880a_v1-01.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1880), Statistics of the Population of the United States at the tenth census : 1880. Population by sex, race and nativity : Table VI, Population by race of cities and towns of 4000 inhabitants and upward, 1880 and 1870 : [en ligne], http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/1880a_v1-13.pdf

Department of the Interior, Census Office (1890), Report on Population of the United States at the eleventh census : 1890. Part one, Progress on the Nation. [en ligne] :http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/1890a_v1-01.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1890), Report on Population of the United States at the eleventh census : 1890. Part one, General Tables. Table 8: Population of cities, towns, villages and boroughs having 1000 inhabitants or more in 1890 with population for 1880 :[en ligne], http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/1890a_v1-12.pdf

Department of the Interior, Census Office (1910), Thirteenth census of the United States taken in the year 1910. Vol. 1 : Population. Chapter one : Number and distribution of inhabitants. [en ligne] : http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/36894832v1ch02.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1940), Sixteenth census of the United States: 1940. Vol. 1 : Number of inhabitants. General Introduction. [en ligne] : http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/33973538v1ch01.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1950), Census of Population, vol. 1: Number of inhabitants. [en ligne] : http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/23761117v1ch01.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1960), Census of Population, vol. 1: Caracteristics of the Population.[en ligne] : http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/10107945v1pAch01.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1970), Census of Population, vol. 1: Caracteristics of the Population.[en ligne] : http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/1970a_v1pAs1-01.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1970), Census of Population, vol. 1: Caracteristics of the Population. Part 2, Table 7: Population of Incorporated Places of 10 000 or more, 1900-1970 [un volume par état] [en ligne] : http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/1970a_al-01.pdf

Department of the Interior, Census Office (1980), Census of Population, vol. 1:General Social and Economic Characteristics, United States Summary. [en ligne], http://www.census.gov/prod/cen1990/cp1/cp-1-1.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1990), Census of Population, vol. 1: General Population Characteristics, United States.[en ligne] : http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/1980a_usC-08.pdf.

Department of the Interior, Census Office (1990), Census of Population and Housing. Population and Housing unit counts, United States. Table 45: Place and county subdivision, 2500 or more persons.[en ligne] : http://www.census.gov/prod/cen1990/cph2/cph-2-1-1.pdf

Direction of the Secretary of the Interior (1850), The Seventh Census of the United States. Population of Places included in the Census Volume of 1850.

[en ligne], http://www2.census.gov/prod2/decennial/documents/1850a-04.pdf

Direction of the Secretary of the Interior (1860), Population of the United States in 1860; Compiled from the original returns of the Eighth Census. Population of cities and towns.[en ligne] : http://www.census.gov/prod/www/abs/decennial/1860.htm

Gibson C. (1998), Population of the 100 largest cities and other urban places in the United States, 1790 to 1990. Population Division Working Paper 27, US Bureau of the Census, Washington DC. [En ligne] :  http://www.census.gov/population/www/documentation/twps0027.html

Office of Management and Budget (2000), Standards for defining Metropolitan and Micropolitan Statistical Areas ; Notice. Federal Register, Vol. 65, n°249, December 27.

Office of Management and Budget (2004), Update of Statistical Area Definitions and Additional Guidance on their use. Bulletin n°04-03, 18 février 2004. [en ligne] : http://www.whitehouse.gov/omb/bulletins/fy04/b04-03.html.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Cartes de repérage

1. Les agglomérations de plus de 50 000 habitants en 1900

1. Les agglomérations de plus de 50 000 habitants en 1900

2. Les MSA de plus de 500 000 habitants en 2000

Annexe 2 : Le maillage administratif des counties

Les aires fonctionnelles sont délimitées à partir du maillage administratif des counties, qui constituent les divisions primaires (primary division) des états29, à l’exception de la Nouvelle Angleterre jusqu’en 1990, dans laquelle les aires fonctionnelles sont définies à partir des divisions primaires des counties, appelées MCD (minor civil division). Quelques changements dans le nombre et le découpage des counties sont intervenus d’un recensement à un autre. En 1920 (premier recensement comptant l’ensemble des états actuels, hormis l’Alaska et Hawaï), on compte 3065 counties, en 1940, 3100 counties, en 2000 on en compte 3143.

Les counties sont de grande superficie : à titre de comparaison, la surface moyenne d’un county est de 1140 km2 en 2000, c’est à dire approximativement un cinquième de département français (5500 km2) ou encore celle d’un arrondissement français (1600 km2). En outre, de par l’histoire du front pionnier au 19ème et en raison de la présence de vastes zones désertiques et montagnardes à l’ouest, la superficie moyenne des counties est 3,5 fois plus vaste dans la moitié ouest que dans la moitié est (2100 km2 contre 600 km2).

En raison de la taille des counties, certaines aires fonctionnelles sont extrêmement vastes, notamment à l’ouest. Ainsi, en 2000, le MSA de San Bernardino (à l’est de Los Angeles) équivaut à 5 fois la superficie du plus grand département français (52000 km2 contre 10 000), et celui de Tucson (Arizona), à 2.5 fois cette superficie (24 000 km2).

Le maillage des counties en 2000 (source : U.S. Census)

Annexe 3 : Evolution des définitions des aires fonctionnelles aux Etats-Unis

Des changements dans la définition des aires fonctionnelles sont opérés par le Bureau du Management et du Budget dans les décennies suivantes et peuvent être classés en trois catégories.

Un premier type de changements porte sur les critères de délimitation. Les modifications sont généralement mineures et tendent vers une meilleure prise en compte des villes polynucléaires30 et vers l’affirmation des critères de densité par rapport aux critères politiques : le pôle central de l’aire fonctionnelle qui était constitué par une municipalité de plus de 50 000 habitants en 1950 tend à devenir une zone de bâti continu dépassant une certaine densité de population (Duncan et al., 2003). En 1958, deux municipalités peuvent constituer le pôle central, à condition que leur population totale dépasse 50 000 habitants et que la plus petite compte plus de 15 000 habitants (Department of the Interior, 1960, p. xxii). En 1990, les deux possibilités existent conjointement puisque le pôle central peut être constitué par une city de plus de 50 000 habitant ou par une urbanized area, à condition que l’aire métropolitaine totalise plus de 100 000 habitants (Department of the Interior, 1990, Appendix A). En 2000, la première possibilité disparaît : les MSA sont associés uniquement à des urbanized areas d’au moins 50 000 habitants. La même année, des Micropolitan Areas sont définis pour des pôles centraux de plus petite taille, appelés urban clusters31, dont la population soit comprise entre 10 000 et 50 000 habitants. Le seuil de navetteurs entre le pôle central et les counties "périphériques " reste le même qu’en 1950, à savoir 25%. Au total, 361 MSAs et 573 Micros sont délimités en décembre 2003.

Un deuxième type de changements porte sur la nomenclature des aires fonctionnelles. Deux dates peuvent être retenues, 1959 avec l’adoption de la nomenclature des SMSAs (Standard Metropolitan Statistical Areas), et 1983 avec celle des MSAs (Metropolitan Statistical Areas). En 2000, l’ensemble des aires fonctionnelles, MSAs et Micros, sont regroupées sous l’appellation générique de CBSAs (Core Based Statistical Areas).

Un troisième type de changement réside dans la constitution d’un niveau d’agrégation supplémentaire, visant les plus grandes villes. Ainsi, en 1980, les SCSA (Standard Consolidated Statistical Area) désignent un conglomérat de plusieurs SMSAs "particulièrement bien reliées socialement et économiquement " (16 SCSA sont alors constituées) (Department of the Interior, 1980, Appendix A). En 1983, l’OMB définit des CMSAs (Consolidated Metropolitan Statistical Areas), et l’application des critères d’identification permet d’en dénombrer 18 au recensement de 1990. Celles-ci constituent un regroupement de PMSAs (Primary Metropolitan Statistical Areas). A la différence des recensements précédents ou de celui de 2000, ces 18 aires métropolitaines n’apparaissent qu’en tant que CMSAs et non en tant que simples MSAs. La comparaison avec les autres aires est donc compliquée. En 2000, la définition du niveau supérieur est donnée par les CSA (Combined Statistical Areas) : deux aires fonctionnelles adjacentes sont combinées en une seule si l’échange lié à l’emploi (employment interchange measure) est supérieur à un certain seuil (ce seuil tient compte à la fois de la part des navetteurs travaillant dans le MSA adjacent et de la part d’emploi occupé par des navetteurs résident dans le MSA adjacent). En tout, 113 Combined Statistical Areas sont dénombrées en 2000.

Toutes les définitions utilisées en 2000 sont précisées, avec plus de détails que nous n’en avons fournis, dans le site Internet du Census (www.census.gov /population/ www/ estimates/ aboutmetro.html) et dans les publications du Bureau du Management et du Budget (2000, 2004).

Annexe 4 : Aires fonctionnelles (Metropolitan et Micropolitan Areas) et localités (places) en 2000

Haut de page

Notes

1  Bairoch et alii. (1988).

2  Moriconi-Ebrard (1993).

3  Pumain D., Riandey B. (1986) et Bretagnolle (1999).

4  Vacchiani-Marcuzzo (2003).

5  Dobkins L.H., Ioannides Y. M. (2000, 2001), Black D., Henderson V. (1999, 2003).

6  Les transports en commun ne représentent aujourd’hui qu’une faible part de la mobilité quotidienne. En 2000, dans l’aire fonctionnelle de New-York/New Jersey/Long Island, moins de 25% des navettes s’effectuent par transports publics en 2000, et l’on descend à environ 10% dans les autres grandes villes (Reschovsky, 2004).

7  Des cartes de repérage sont présentées en Annexe 1. Elles donnent, entre autres, la localisation des agglomérations de plus de 50 000 habitants en 1900 et des Metropolitan Statistical Areas de plus de 500 000 habitants en 2000.

8  Il existe une très grande diversité de situations, selon les états. Certains regroupent exclusivement des towns (les six états de la Nouvelle Angleterre…), d’autres des cities et des towns (la Californie, l’état de New York ou l’Illinois…), d’autres enfin simplement des cities (l’Idaho…).

9  Par exemple à Philadelphie en 1854, Boston en 1868, Washington en 1871 et New York en 1898. Cette dernière municipalité, qui se réduisait encore à Manhattan en 1890 (1.5 millions d’habitants), accroît d’un tiers sa population en 1898, en annexant Brooklyn (800 000 habitants) et trois autres boroughs (Bronx, Queens et Staten Island).

10  Les extraits de documents en anglais sont traduits par nous.

11  Un an auparavant, en 1909, le statisticien français Paul Meuriot publie son rapport intitulé "De la mesure des agglomérations urbaines ", dans lequel il discute des différentes méthodes pour délimiter les villes et leur banlieue. La méthode qu’il préconise est très proche de celle qu’utilisera le Census Bureau, puisqu’elle tient compte d’un "rayon donné à l’avance " et d’un seuil de population minimale (Bulletin de l’Institut International de Statistique, vol. XVIII, n°2, cité dans Roncayolo, Paquot 1992).

12  Citons néanmoins une recherche menée par Todd K. Gardner, qui a construit une base de données à partir des critères de délimitations des districts métropolitains de 1940, rétropolés en 1850, 1880 et 1910 (Gardner, 1999 et 2001).

13  "Le county doit a) contenir 10000 actifs non agricoles, ou b) contenir 10% des actifs non agricoles qui travaillent dans la SMA, ou c) avoir au moins la moitié de la population qui réside dans des divisions civiles mineures (minor civil divisions) dont la densité soit supérieure à 150 habitants au mile carré tout en étant contigus à la ville centrale ".

14  Une troisième possibilité existe en 1950 et se fonde sur les flux téléphoniques, mais elle disparaît à partir de 1958.

15  Entité géographique constituée d’une ou plusieurs localités centrales et de territoires adjacents densément peuplés, totalisant plus de 50 000 habitants et dont la densité est globalement supérieure à 1000 habitants au mile carré.

16  Entité géographique constituée d’une ou plusieurs localités centrales et de territoires adjacents densément peuplés, totalisant plus de 2500 habitants et dont la densité est globalement supérieure à 1000 habitants au mile carré.

17  L’identification d’agglomérations composées de centres (uniques et multiples) et de banlieues a été réalisée par Todd Gardner (voir note 12). Ce dernier a travaillé à partir du maillage des Minor Civil Divisions pour reconstituer les contours des territoires urbains. Les contours des MCDs sont cependant très fluctuants et l’information n’est pas disponible à toutes les dates des recensements (Gardner 1999 et 2000).

18  Entre 1790 et 1840, Gibson 1998. Pour les dates suivantes, Direction of the Secretary of the Interior (1850 et 1860), Department of the Interior (1880, contenant aussi les données pour 1870 et 1890 ; 1970, contenant aussi les données pour 1900-1960 ; 1990, contenant aussi les données pour 1980).

19  A Boston (Ward, 1964, Vance, 1990), New York et Washington (Vance 1990), Chicago (Chudacoff 1981), Los Angeles (Ghorra-Gobin 1997), San Francisco (Chudacoff, 1981). Les plans historiques de transport suburbain sont aussi diffusés sur les sites Internet des villes ou des compagnies de transport.

20  Ce qui correspond aux counties de Passaic, Bergen, Morris, Essex, Somerset, Middlesex, Hudson et Union.

21  Pour les 18 CMSAs correspondant aux plus grandes aires métropolitaines (voir Annexe 3), les auteurs utilisent les délimitations de leurs composantes, appelées PMSAs. Par exemple, l’aire de New York ne compte dans leur base que 8 millions d’habitants et s’étend sur un périmètre restreint, le même qu’en 1980 (voir Figure 4-a). En outre, seule la population urbaine des counties composant l’aire est considérée à chaque date, ce qui minimise les risques de sur-évaluation des populations totales dans les décennies les plus reculées.

22  Les identifiants données par le Census Bureau aux aires fonctionnelles et à certains de leurs composantes variant d’un recensement à un autre, nous les avons recodé et construit un dictionnaire permettent de faire le lien entre les codes officiels et les nôtres.

23  Par ce terme, nous désignons la reconstitution des données passées sur la base de critères actuels.

24  Cette année charnière est appelée dans nos tableaux "1940 " pour les municipalités et agglomérations et "1941 " lorsqu’on prend en compte les aires fonctionnelles.

25  La base de données ne permet pas de saisir l’apparition des toutes premières villes, puisque d’après les estimations des historiens on en compterait déjà 5 en 1690. Il s’agit de Boston (7000 habitants), Philadelphie (4000 habitants), New York (3900 habitants), Newport (2600 habitants) et Charleston (1100 habitants), d’après Greene et Harrington (1932). D’autres estimations sont fournies pour les années 1740 et 1775, dans Chudacoff (1981).

26  Cette expression correspond à la traduction de l’anglais "urban frontier ", communément employé par les chercheurs américains pour décrire l’apparition des villes par vagues (par exemple Wade, 1959).

27  Nous menons actuellement des analyses plus approfondies de la dynamique du front pionnier urbain, à l’aide du modèle multi-agents Simpop2 (Bretagnolle et al. 2008).

28  Nous menons dans ce cadre une ANR Corpus et Outils de la recherche en SHS (2007-2009), qui porte notamment sur l’évolution des populations urbaines, des activités économiques, des réseaux d’échanges inter-urbains aux Etats-Unis dans la longue durée (projet Harmonie-Cités : "bases de données sur la dynamique et les compétences des villes selon les régions du monde ").

29  Selon les états, ces divisions primaires ne s’appellent pas toujours des counties : par exemple en Louisiane, elles portent le nom de parishs.

30  Par exemple, en 1970, les villes centrales des SMSAs peuvent être remplacées par une combinaison de villes contiguës de plus de 15 000 habitants dont le total excède 50 000 habitants.

31  Entité géographique constituée d’une ou plusieurs localités centrales et de territoires adjacents densément peuplés, totalisant plus de 2500 habitants et dont la densité est globalement supérieure à 1000 habitants au mile carré.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-2.png
Fichier image/png, 10k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-3.png
Fichier image/png, 201k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-8.png
Fichier image/png, 41k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-9.png
Fichier image/png, 9,1k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-10.png
Fichier image/png, 9,3k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-14.png
Fichier image/png, 15k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-15.png
Fichier image/png, 16k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-16.png
Fichier image/png, 11k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-17.png
Fichier image/png, 12k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 1. Les agglomérations de plus de 50 000 habitants en 1900
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-20.png
Fichier image/png, 98k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-21.png
Fichier image/png, 55k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/19683/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bretagnolle, Timothée Giraud et Hélène Mathian, « La mesure de l’urbanisation aux Etats-Unis, des premiers comptoirs coloniaux aux Metropolitan Areas (1790-2000) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 427, mis en ligne le 10 juillet 2008, consulté le 29 août 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/19683 ; DOI : 10.4000/cybergeo.19683

Haut de page

Auteurs

Anne Bretagnolle

Université Paris 1, CNRS-UMR Géographie-citésanne.bretagnolle@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Timothée Giraud

CNRS-UMR Géographie-citéstimothee.giraud@gmail.com

Hélène Mathian

CNRS-UMR Géographie-citésmathian@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page