Navigation – Plan du site
2008

Krichewsky L. et al. (dir.), 2007, Guide de l’étudiant ERASMUS européen en sciences sociales, Paris, Belin, 336 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Pour une bonne part de l’opinion publique française ERASMUS évoque « L’auberge espagnole », titre du film à succès de Cédric Klapisch (2002). Pour nombre d’étudiants ces échanges sont envisagés comme une bouffée d’oxygène dans des cursus jugés pesants et surtout comme un « plus » pour le CV. Au total l’image d’ERASMUS en France est pour le moins brouillée.

2Ce livre écrit par un collectif d’une trentaine d’auteurs (parmi lesquels on compte près d’un tiers de Normaliens) remet les idées en place. Erasmus n’est pas seulement l’humaniste voyageur du 15-ème siècle. C’est aussi un acronyme: European Region Action Scheme for the Mobility of University Students. Les auteurs expliquent bien comment ce système est né d’une volonté de construction européenne, s’est développé dans un paysage universitaire en profonde mutation, a été finalement ratifié par les Etats, associé au processus de Bologne (dont est issu le LMD à la française). Aujourd’hui, près de 150 000 étudiants européens partent chaque année en séjour ERASMUS. 10% des étudiants français sont dans ce cas. Les Français (ERASMUS ou non) représentent 20% des étudiants étrangers séjournant dans un pays d’Europe, ce qui est loin d’être négligeable. Pourtant les échanges véritablement préparés restent très peu nombreux. Les autorités européennes paraissent plus soucieuses d’accroître la quantité des échanges que leur qualité.

3Un peu à l’image de l’auberge espagnole, ERASMUS fournit aux étudiants une expérience intéressante s’ils ont bien compris à l’avance dans quel cadre ils vont passer les quelques mois chichement financés par la bourse européenne. Idéalement, il leur faudrait donc choisir leur point de chute en connaissance de cause, savoir ce qu’ils pourront retirer du séjour, du contact avec les professeurs, avec les autres étudiants, avec la bibliothèque, la ville, le pays.

4C’est exactement ce que propose ce guide. Signalons-en clairement les limites. Il ne concerne que trois disciplines: sociologie, géographie, histoire. Seuls six pays sont présentés : Allemagne, Espagne, France, Grande- Bretagne, Italie, République tchèque. Cependant les premiers chapitres du livre vont au-delà de ces limites (origine du système, principes généraux). Les auteurs ont eu raison de restreindre pour la suite leurs analyses aux sciences humaines et sociales car les échanges ERASMUS dans les disciplines scientifiques ne sont ni gérés, ni vécus de la même façon que dans les SHS. Enfin les pays impliqués représentent statistiquement l’essentiel de la mobilité ERASMUS.

5Ces limites reconnues, le « Guide de l’étudiant européen en sciences sociales » s’avère précieux. Là où l’on s’attendrait à une sorte de « Petit futé ERASMUS », on découvre un véritable « Guide bleu » érudit et très complet. Pour chaque discipline, pour chaque pays, les auteurs présentent les écoles de pensée, les principales thématiques, la pédagogie, l’accès aux laboratoires, les conditions de logement, de couverture sociale.

6On constate d’abord combien l’état des disciplines universitaires est tributaire de l’histoire particulière de chaque pays, avec des différences notables dans les approches, les auteurs de référence, les manières d’enseigner et de travailler. L’Espagne a connu le franquisme, l’Italie le fascisme, l’Allemagne l’hitlérisme, la République tchèque le communisme. Tout cela (et l’histoire qui a précédé) compte encore beaucoup pour les sciences de l’homme et de la société dans les Universités européennes d’aujourd’hui. Les auteurs auraient pu insister davantage sur la généralité de l’influence américaine, un peu partout sensible désormais, mais ce propos dépassait sans doute leur sujet.

7A l’enseignant intéressé par les contacts internationaux, bien au-delà des échanges ERASMUS, ce livre apporte beaucoup d’informations. Pour ce qui est de l’étudiant, on se prend à souhaiter qu’il ait bien lu ce guide avant le choix de son séjour ERASMUS. L’ouvrage caractérise (malheureusement de manière hétérogène) pour chaque pays les Universités avec leurs spécialités et même parfois leur niveau. Par exemple, pour l’Espagne, une carte apprend tout crûment au lecteur qu’à l’Université de Valence la qualité des professeurs est « mauvaise ». A bon entendeur..

8Pourtant les clichés sont tenaces. Il sera difficile de faire entendre le message à des étudiants pour qui ERASMUS signifie avant tout liberté, ouverture, voire exotisme. La postface due à Christine Musselin (du Centre de Sociologie des Organisations) conclut : « Ce guide…s’adresse bien sûr en priorité aux étudiants en mobilité, mais [il] passionnera aussi ceux qui s’intéressent aux Universités en Europe ». Pour ce que nous connaissons de la situation française actuelle, ce sont sans doute ces derniers qui liront d’abord le livre. Espérons qu’ils sauront convaincre leurs étudiants de consulter en temps utile cet excellent guide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Krichewsky L. et al. (dir.), 2007, Guide de l’étudiant ERASMUS européen en sciences sociales, Paris, Belin, 336 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 02 septembre 2008, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/19763

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page