Navigation – Plan du site
2008

Cattan N. (dir.), 2007, Cities and networks in Europe, A critical approach of polycentrism, Montrouge, John Libbey, 207 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1L’ouvrage, sous la direction de N. Cattan, ne rassemble pas moins de 26 contributions en provenance d’une dizaine de pays d’Europe. Citons les noms  des auteurs français : Baudelle, Carrière, Cattan, Cosaert, Davie, Ghorra-Gobin, Hamez, Lesecq, Marrou.

2Sur un tel sujet et avec autant d’articles, il était difficile de construire un plan. N. Cattan a trouvé une structure satisfaisante en quatre parties.

3Une première partie pose les problèmes méthodologiques, considérables sur un tel sujet : quelle définition adopter pour les villes, comment mesurer leur importance, à quelle échelle repérer leurs relations, selon quel critères évaluer l’intérêt du polycentrisme entre efficacité économique et cohésion sociale. Des réponses claires sont apportées à ces questions complexes. Les promoteurs zélés du polycentrisme (ils sont nombreux dans les sphères bruxelloises !) devraient lire attentivement cette partie et mettre de l’eau dans leur vin.

4La deuxième partie s’efforce de reconnaître le(s) polycentrisme(s) dans plusieurs pays européens : Pays-Bas, Belgique, Italie. Il en ressort que le développement territorial en Europe est loin  d’être réductible à un modèle polycentrique unique. Les contextes locaux, les structures urbaines héritées, les formes de gouvernance introduisent des différences substantielles et conduisent à une typologie très variée.

5Dans la partie 3, l’accent est mis sur les réseaux. Le polycentrisme prend du sens. Il ne s’agit pas des réseaux classiques (transport, énergie, télécommunications,..) caractérisés par des infrastructures physiques mais des réseaux qui mettent en jeu des flux immatériels d’échanges et de coopération dans les domaines culturels, scientifiques, informationnels et dans un contexte mondialisé. Il apparaît assez clairement que ces réseaux produisent et organisent des territoires. Les flux d’étudiants, la recherche, les relations de coopération dans les archipels dessinent des figures polycentriques. Ces figures sont, elles aussi, diverses. De plus il semble qu’elles évoluent plus vite que d’autres éléments de la construction territoriale, ce qui interroge indirectement la durabilité de ce polycentrisme.

6Enfin, la dernière partie compare la vision européenne, très favorable au polycentrisme supposé vecteur d’organisation et de cohésion, à d’autres points de vue. Aux États-Unis, dans le monde arabe, en Asie l’on observe d’autres polycentrismes qui donnent bien lieu comme en Europe à des échanges en réseau. Pour autant ces polycentrismes sont loin d’impliquer organisation et cohésion. Il y a, là encore, matière à réflexion pour les Européens.

7Au total, Cities and networks in Europe est un livre bien fait dans la forme (bonne mise en page, illustrations nombreuses) et sur le fond, qui vient en temps utile pour combler un vide. Il faut savoir gré aux contributeurs de leur liberté de ton et à l’éditrice d’avoir su les rassembler pour une telle œuvre collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Cattan N. (dir.), 2007, Cities and networks in Europe, A critical approach of polycentrism, Montrouge, John Libbey, 207 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 09 septembre 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/19843

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page