Navigation – Plan du site
2000
118

Le bloc-diagramme : une clé de compréhension des représentations du paysage chez les agriculteurs ? Mise au point d’une méthode d’enquête préalable à une gestion concertée du paysage en Artense(Massif central français)

3D mapping : a key to farmer's landscape representation ? Developing an investigation method as an introduction to a cooperative landscape management in Artense (french Massif central).

Yves Michelin

Résumés

Une expérimentation a été conduite en Artense auprès de cinq agriculteurs pour analyser les représentations qu’ils se faisaient de leurs paysages. Elle utilisait comme support d’entretien des blocs diagrammes paysagers résumant les paysages de cette région. L’emploi de ce document a facilité le dialogue avec les agriculteurs qui ont pu facilement localiser sur le dessin leur exploitation et leur parcellaire, décrire leurs pratiques de gestion qui affectent ces paysages et situer précisément là où celles-ci sont appliquées. En outre, ils ont pu beaucoup plus facilement que lors d’un entretien classique, définir dans le paysage dessiné ce qui leur paraissait le plus typique et auquel ils étaient attachés et préciser sur le dessin les éléments picturaux qui leurs paraissaient incongrus ou qui manquaient. Ces premiers résultats très positifs montrent que le bloc-diagramme constitue une représentation du paysage adaptée au mode de raisonnement de l’agriculteur. Son usage facilite le dialogue et aide à distinguer dans le comportement des agriculteurs ce qui découle de contraintes techniques du système d’exploitation de ce qui relève du domaine des motivations non marchandes (esthétique, identitaire...). Il permet d’envisager avec ces acteurs essentiels de la gestion du paysage des moyens d’action qui soient compatibles avec leurs contraintes et leurs motivations. Afin de rendre cette méthode utilisable par des agents de développement non spécialistes, il reste encore à élaborer des outils simples de production de ces blocs-diagrammes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En zone rurale, la création du paysage est d’abord le fait des agriculteurs et des forestiers qui structurent l’espace en réseau de parcelles et orientent les dynamiques végétales par leurs pratiques de gestion. On ne peut donc imaginer intervenir sur le paysage sans prendre en compte les stratégies et les motivations des artisans directs de son édification. Pour l’  «aménageur», que les agriculteurs aient ou non une conscience paysagère importe peu. L’essentiel est qu’ils puissent et qu’ils veuillent orienter leurs pratiques pour contribuer à l’édification d’un paysage plutôt qu’un autre d’où la nécessité de comprendre leurs motivations (Sautter, 1978). On doit pour cela différencier dans leurs actes ayant un effet sur le paysage, ce qui découle de contraintes technico-économiques des systèmes de production de ce qui relève de motivations non économiques liées à des dimensions non marchandes (culturelles, historiques, esthétiques...).

2Notre objectif étant de faciliter la matérialisation sur le terrain des préconisations d’une charte paysagère, nous avons voulu croiser le regard externe du diagnostic paysager à celui d’agriculteurs de la zone et développer dans le cas particulier de l’Artense une méthode de dialogue avec cette catégorie d’acteurs afin de déboucher sur des propositions concrètes d’intervention et de contractualisation adaptées à leurs motivations et à leurs systèmes de production.

La communauté de communes Sancy-Artense et son contexte

Le contexte

3Au coeur du Massif central, à la limite de l’Auvergne et du Limousin et au sud ouest du département du Puy de Dôme, la communauté de communes ancy-Artense est née en 1995 du regroupement de 9 communes représentant 4457 habitants sur une surface de 26358 ha. Cette création est l’aboutissement d’une longue action d’animation et de développement local conduite par les élus locaux depuis 1982. Aussi, le travail sur le terrain avec la population a été grandement facilité. Cette structure intercommunale est dotée de la compétence en aménagement. De ce fait, une de ses premières opérations a consisté en la réalisation d’une charte architecturale et paysagère dont l’objectif était de proposer des orientations permettant de concilier un projet de développement global avec une protection et une valorisation des paysages qui constituent un des atouts touristiques majeurs de ce territoire (CRHP, 1996). L’étude décrite dans ces lignes vient compléter le travail de caractérisation des paysages conduit pour la charte par le conservatoire régional de l’habitat et des paysages auquel nous avons été par ailleurs étroitement associé (élaboration de la méthode d’analyse, encadrement du chargé de mission, participation à la rédaction du rapport, animation des réunions avec les élus).

Description rapide de la méthode d’analyse paysagère retenue

4Dans cette zone de moyenne montagne, on peut considérer le paysage comme une conséquence de la façon dont les sociétés actuelle et passées ont su tirer parti de cet espace. Cette organisation découle d’une double interaction entre un milieu qui impose certaines contraintes et des pratiques qui s’affranchissent plus ou moins de ces difficultés.

5Le relief représente le premier cadre d’organisation du territoire sur lequel s’appuie le paysage. Son analyse nous a permis de dégager les grandes lignes d’organisation du milieu sur lesquelles se sont développées les activités humaines. Les différentes marques de ces activités, réseaux de chemins, de parcelles, de murets et de haies, habitats, constructions et ouvrages à vocation fonctionnelle (ponts, barrages,..) ou cultuelles (calvaires, croix de chemin, chapelles...) forment le deuxième niveau d’analyse du paysage. Elles structurent l’espace durablement et donnent au paysage ce caractère de campagne aménagée qui sera ressenti différemment selon les catégories de spectateurs. Enfin, les paysages différent aussi par les occupations du sol (forêt, cultures, prairies, landes...) qui apportent les couleurs, les textures, les ambiances. Souvent distribuées de façon complexes, elles ne sont jamais là par hasard. Leurs clés de répartition dépendent des caractéristiques écologiques des milieux ainsi que des pratiques humaines actuelles et passées.

6Nous avons donc réalisé un premier découpage morphologique en unités hiérarchisées en utilisant les méthodes de la géologie et de la géomorphologie. Puis sur ces modules physiques, nous avons étudié les structures parcellaires, la distribution de l’habitat et la répartition de la végétation par photo-interprétation et vérifications de terrain. Nous avons ainsi décrit les différents types de paysages que nous avons résumés par des blocs- diagrammes et des schémas fonctionnels.

Description générale des paysages de l’Artense (cf fig. 1 : carte de situation)

7Bien délimitée par des frontières naturelles, la communauté de communes Sancy-Artense occupe un territoire intermédiaire entre la vallée de la Dordogne à l’ouest et le massif du Sancy à l’est qui dessine l’arrière plan du décor. L’essentiel de sa surface est constitué par un plateau granitique, globalement incliné vers l’ouest, décapé par les glaciers qui ont évacué les arènes meubles, poli les rochers, déposé des moraines et des blocs erratiques. Si ce plateau apparaît très homogène vu de loin, il s’avère beaucoup plus nuancé de près et l’on peut définir des sous-unités en fonction de l’altitude.

8La zone orientale, peu boisée, est consacrée aux herbages (Artense verte). Elle est moins tourmentée que la zone plus basse, au relief contrasté avec ses chaos, ses verrous, ses pentes plus fortes couvertes de genêts et de fougères (Artense rousse). Plusieurs vallées parallèles (la Mortagne, la Burande...) le fractionnent en compartiments disjoints. Chacun forme une unité spécifique structurée par le chenal d ’écoulement des eaux. A l’extrême est, la Haute Artense rejoint les contreforts du Sancy. Elle présente déjà bien des caractères de cette montagne (climat plus rude, relief plus marqué, sol volcanique, bâtiments agricoles plus imposants...).

9A une échelle plus fine, on retrouve le schéma classique de l’alvéole en creux et bosses. Celui-ci constitue le module physique de base qui se décline différemment selon sa position par rapport à l’ancien flux glaciaire (décapage et sur creusement plus ou moins marqué , «tartinage» morainique et dépôts de blocs plus ou moins importants).

10Avec ses haies, ses murets, ses bâtiments de pierre, ses fours, ses chapelles et ses calvaires, l'Artense offre aux visiteurs le paysage type de la campagne éternelle (fig. 2) et une activité de tourisme rural s'est implantée depuis plus de vingt ans. Mais cette image si flatteuse au regard ne doit pas occulter les menaces qui pèsent sur son avenir. Faute de s'être modernisées dans les décennies passées, les entreprises qu'elles soient agricoles, artisanales ou commerciales n'ont d'autre choix que de s'adapter ou disparaître. La marge de manoeuvre est étroite. Ou bien la collectivité laisse les individus se moderniser au risque de remettre en cause ce paysage si attractif pour les touristes (élimination des haies et des murets, construction de bâtiments neufs non intégrés, rectification des cours d’eau...), ou bien elle cherche à préserver à tout prix ces paysages en imposant des contraintes telles que les exploitations ne puissent s’y soumettre faute de moyens. Totalement inadaptées au contexte économique actuel, ces entreprises risquent alors de ne pas être reprises et le paysage qu’elles avaient produit et que l’on voulait protéger disparaîtra faute d’acteurs pour l’entretenir.

Méthode

Principes de travail

11L’analyse de la façon dont les habitants d’un lieu envisagent leur paysage se heurte à plusieurs difficultés méthodologiques (Michelin, 1999) :

  • le paysage étant d’abord une notion visuelle, il est toujours difficile de l’aborder avec des mots.

  • ce concept est souvent ressenti comme une notion citadine. Engager le dialogue par le paysage conduit alors à des réactions de blocage ou à l’expression d’un discours convenu ne traduisant que très partiellement les opinions réelles de la personne enquêtée (Lenclud, 1995).

12Aussi, nous avons décidé d’organiser l’entretien avec l’agriculteur autour de la description du fonctionnement de son exploitation agricole, en accordant une attention particulière à son parcellaire. En effet, pour l’agriculteur, les parcelles représentent la base de son système de production (Deffontaines, 1988). Il leur applique des pratiques qui dépendent à la fois des aptitudes et contraintes de chacune et des contraintes de son système de production. Par exemple, un jeune agriculteur installé en système laitier intensif sur une petite exploitation d’Artense pourra être amené à améliorer une parcelle médiocre, mais mécanisable, au moyen de travaux lourds (drainage, dérochage, nivellement) car il lui faut une quantité importante de fourrages alors qu’en système allaitant extensif, il se contenterait d’un simple pâturage (chambre régionale d’agriculture, 1993). Mais dans cette zone de moyenne montagne, les parcelles représentent aussi la maille élémentaire la plus petite des unités paysagères construites autour d’un découpage morphologique. Les parcelles assurent donc la liaison entre d’une part la lecture agronomique de l’agriculteur (les aptitudes et les contraintes physiques des surfaces qu’il exploite) et la lecture fonctionnelle du paysage (les formes du relief, les textures de végétation, les structures humaines). L’enquête parcellaire permet ainsi à l’agriculteur de dialoguer dans un registre qui lui est familier tout en permettant à l’enquêteur de situer géographiquement les pratiques décrites dans un contexte paysager bien défini. A la suite de cette première phase, celui-ci peut alors facilement s’entretenir avec l’agriculteur des paysages et de leurs évolutions en utilisant pour cela les blocs-diagrammes explicatifs qui découlent de l’analyse paysagère. Le dessin devient un outil de médiation puissant puisqu’il s’appuie sur deux lectures assez similaires du même espace, les contraintes pour l’agriculture découlant pour l’essentiel de contraintes physiques liées au cadre géomorphologique, au contexte climatique ou à la position des parcelles par rapport aux bâtiments (chambre régionale d’agriculture, 1993).

Echantillonnage

13L’objectif de ce travail étant de tester une méthode d’enquête paysagère associant des agriculteurs, il nous a paru plus raisonnable de ne travailler que sur un petit échantillon représentant des systèmes de productions variés dans des unités paysagères contrastées où l’activité agricole était encore bien présente. Le choix des cinq exploitations s’est fait en liaison avec la communauté de communes. le travail a été conduit avec l’appui de 11 étudiants de troisième année de l’ENITAC dans le cadre d’un module d’initiation à l’analyse paysagère.

Déroulement de l’étude

14Elle s’est organisée en trois phases :

15la phase préparatoire a consisté à choisir l’échantillon et à collecter quelques données de cadrage. Chaque agriculteur a été contacté officiellement par la communauté de communes qui leur a demandé et nous a transmis les relevés parcellaires. Nous avons alors cartographié le parcellaire actuel sur un fonds topographique agrandi et recherché l’occupation du sol au début du XIX ème siècle dans le secteur exploité par l’agriculteur à partir d’une analyse du cadastre napoléonien.

16La phase d’enquête s’appuie sur un guide d’entretien organisé en trois parties :

  • une introduction destinée à la présentation de l’exploitation, de son historique et de son système de production ;

  • un volet important concernant le foncier permet de caractériser chaque parcelle, puis de définir des îlots aux modes de gestion et aux contextes paysagers similaires et enfin d’envisager les évolutions des pratiques de l’agriculteur, ses stratégies d’acquisition ou de délaissement en fonction de l’évolution de son système et des changements escomptés du contexte local.

  • un volet paysager qui repose sur le bloc diagramme paysager produit par le bureau d’étude ayant conduit l’analyse paysagère de la communauté de communes dans le cadre du projet de charte. L’enquête est conduite dans le même esprit que celles menées par Y. Luginbuhl (1989, 1991) en utilisant un support photographique. Il est demandé à l’agriculteur de valider cette représentation d’abord globalement (se reconnaît-il dans le dessin, qu’est ce qui manque, qu’est ce qui est en trop, peut-il situer son exploitation, ses parcelles ?) puis à l’échelle de l’îlot parcellaire (où fauche-t-il, où sont les bonnes terres, où se localisent les contraintes qu’il a évoquées précédemment ?). L’enquête se termine par une évocation des évolutions tendancielles du paysage dans sa région. Elle dure en moyenne 2 à 3 heures.

17La dernière phase du travail intègre le dépouillement de l’entretien, la rédaction d’un compte rendu pour chaque exploitation puis d’une synthèse qui a été adressée à la communauté de communes. Celle-ci s’est chargée ensuite de transmettre ces éléments à chaque agriculteur. Elle a ensuite organisé une réunion de sa commission aménagement, à laquelle nous avons participé pour étudier quels enseignements en tirer pour une action en direction du paysage.

Résultats

Validation des blocs diagrammes

18Dans l’ensemble, les agriculteurs enquêtés ont bien reconnu parmi les paysages présentés, ceux qui correspondaient le mieux à leur décor quotidien. Ainsi, les agriculteurs situés en limite de l’Artense ont-ils choisi les dessins présentant le Sancy en arrière-plan. Tous ont su localiser leur exploitation et leurs parcelles sur le schéma. Même l’enquêté qui ne se sentait pas concerné par le paysage car «il vit en permanence dedans et ne le voit plus» a apporté des commentaires précis pour améliorer le bloc-diagramme et le rendre plus conforme à ce qu’il considérait comme sa propre réalité (pas assez de rochers, de ruisseaux, de sources, il faut ajouter des zones humides sur les flancs des collines).

19Le dessin les a tous aidé à exprimer plus clairement ce qui caractérisait leurs paysages : «une topographie vallonnée, avec des petits bois, des haies, des petits ruisseaux et des mouillères», «une verdure permanente et des couleurs superbes au printemps et en automne». Tous montrent un attachement aux éléments d’origine humaine «où la vie épouse le relief» et à leur intégration dans le cadre physique «les bâtiments sont intégrés dans le paysage car ils sont adaptés aux caractères physiques de la région».

20De ce fait, ce dialogue organisé autour de l’appréciation des dessins du paysagiste a permis de retoucher les schémas pour les rendre plus conformes à la représentation que se faisaient les agriculteurs de leurs paysages. Il a aussi conduit à une meilleure qualification des appréciations que ceux-ci leur portent.

Regards paysagers des agriculteurs

21Contrairement à leurs affirmations en début d’enquête, ces agriculteurs s’intéressent à l’étendue d’espace qui s’offre tous les jours à leur vue. Même s’ils ne savent pas trop ce qu’est l’Artense en général, l’un insiste sur «l’importance des haies et des mouillères qu’il ne faut pas toutes détruire», d’autres évoquent à plusieurs reprises l’arrière plan du Sancy, élément majeur de leur environnement au même titre que le relief vallonné et les herbages omniprésents. tous sont sensibles à la progression de la forêt, avec «une préférence pour le hêtre et le sapin plutôt que le douglas ou l’épicéa». Mais la forêt est considérée comme un moindre mal par rapport à un abandon des parcelles «qui ne fait pas propre». On note un souci de préservation des bâtiments agricoles car «leur maintien est signe de maintien de la population». La construction de bâtiments neufs est évoquée par plusieurs agriculteurs. Quant à leur intégration elle n’est envisagée si des moyens permettent de compenser les surcoûts. Là encore, le bloc-diagramme permet une discussion plus facile et plus précise (fig. 3).

Pratiques agricoles et impact paysager

22Tous les agriculteurs ont insisté sur le fait que la pression foncière était élevée et que globalement peu de parcelles sont abandonnées. Cependant, les parcelles les plus difficiles à exploiter (mal desservies, humides, enrochées, exiguës) sont moins bien entretenues et se couvrent de genêts et de fougères. En revanche, sur les parcelles mécanisables, les genêts sont broyés, le pâturage est important, les haies et les murets sont entretenus. Parallèlement à ces pratiques de gestion à finalité économique, certains agriculteurs ont évoqué des actions dont la motivation première relevait plus de l’esthétique : entretien de haies, de chemins et de bois «parce que je trouve ça joli».

23D’après eux, la tendance n’est pas à la disparition de l’agriculture. Par contre, si aucune action n’est entreprise, les parcelles libérées par les agriculteurs âgés seront destinées uniquement à l’agrandissement et les moins bonnes seront délaissées.

24Il ressort de cette consultation qu’une gestion intégrant le paysage ne peut se concevoir sans une démarche économique cohérente et volontariste privilégiant l’installation de nouveaux agriculteurs au détriment de l’agrandissement. D’après ces agriculteurs, il faut pour cela conduire une politique de restructuration foncière et de modernisation des bâtiments sans lesquels les jeunes agriculteurs ne pourront débuter leur activité. Enfin, les producteurs de fromage st nectaire n’envisagent l’évolution des paysages qu’en évoquant l’avenir de cette AOC dont le cahier des charges était en renégociation à cette époque.

Discussion

Enseignements pour la communauté de communes

25A partir d’une discussion centrée sur le paysage, le débat avec les agriculteurs a très vite dévié vers des propositions concrètes adaptées à leurs besoins qui s’articulent autour de cinq thèmes essentiels :

  • des améliorations foncières coordonnées (dérochage, maîtrise de l’eau, amélioration des dessertes, mise en valeur des estives et des sectionnaux) dans lesquelles il faut prévoir une adaptation aux caractéristiques paysagères locales

  • la création d’une structure de stockage des terres libérées puis de ré affectation afin d’orienter les restructurations foncières liées au départ des agriculteurs âgés vers de nouvelles installations

  • la mise en oeuvre de mesures incitatives (type OGAF environnement) pour permettre la poursuite de l’exploitation des terres les moins bonnes mais qui peuvent présenter un intérêt environnemental ou paysager. Ces mesures ne seront efficaces que si elles sont associées à une politique forestière permettant d’organiser les reboisements et la gestion des plantations existantes.

  • la création d’un appui technique et un conseil architectural pour l’intégration des bâtiments agricoles neufs (ainsi que la création d’un fonds d’aide pour la prise en charge du surcoût)

  • le soutien à la production de fromage fermier de st nectaire en intégrant la dimension paysagère dans les opérations de mise au normes des bâtiments et de rénovation du cahier des charges.

26Cette enquête a montré aux élus que le thème du paysage facilite le dialogue avec les agriculteurs et peut contribuer à l’élaboration d’une politique de développement local qui ne soit pas seulement économique mais aussi porteuse d’une dimension esthétique. Celle-ci pourrait s’organiser autour des thèmes suivants :

  • la gestion du parcellaire (restructuration, transfert, mise en valeur, contrats de gestion)

  • la gestion globale de l’espace (relations agriculture/forêt, entretien des cours d’eau, ouverture des chemins en tenant compte des haies et des murets...)

  • l’intégration du bâti

  • la prise en compte de l’identité architecturale et paysagère de ce pays en utilisant le paysage comme outil de dialogue, d’animation et de fédération des initiatives individuelles. tous les agriculteurs enquêtés ont d’ailleurs apprécié d’être consultés à ce sujet alors qu’ils connaissaient mal la communauté de communes et ses fonctions.

Enseignements méthodologiques

27Le bloc-diagramme s’est avéré être un bon support pour aborder le thème du paysage avec les agriculteurs (fig. 4). D’abord il permet de vérifier si l’analyse paysagère externe menée par des professionnels est partagée par les habitants du lieu. Les remarques émises lors des entretiens ont d’ailleurs contribué à une amélioration des dessins. Ensuite, il sert de fil conducteur lors de la discussion, en particulier pour définir les éléments essentiels du paysage quotidien, pour évoquer les jugements de valeur à son encontre et aborder l’impact des pratiques agricoles sur son évolution. Le fait que les agriculteurs se repèrent aisément, qu’ils peuvent localiser leurs différents types de parcelles et leurs bâtiments montre que même si ces personnes ne pensent pas en termes de paysage, la façon dont ils voient leur espace relève de la même démarche que celle employée lors de l’analyse paysagère. D’ailleurs, si les enquêtés ont éprouvé quelques difficultés à caractériser l’Artense dans sa globalité, ils se sont reconnus facilement dans les dessins qui décrivent les unités paysagères qui la compose. Ce phénomène est peut-être lié au fait que le cadre paysager de cette région, dépourvu de grands ensembles structuraux, ne s’apprécie que localement, à l’échelle de petites unités paysagères en forme d’alvéole.

Limites de la méthode et améliorations envisagées

28Techniquement, cet outil offre l’avantage de faciliter le dialogue à propos du paysage et d’aborder les moyens d’agir sur son évolution et sa gestion. Cependant, pour être efficace, la méthode nécessite au préalable un travail important d’analyse paysagère, de caractérisation des différentes unités et de représentation de ces différents types sous forme de dessins en relief suffisamment explicites. Cette phase qui avait été conduite dans le cadre du diagnostic préalable à la charte paysagère et architecturale de l’Artense reste longue et coûteuse. Pour élaborer un outil utilisable par de petites collectivités aux moyens limités, il faudra inventer des méthodes plus rapides et n’exigeant pas de faire appel à des spécialistes. Dans un proche avenir, des outils SIG devraient permettre de produire plus facilement ce type e représentation.

29Le résultat séduisant de cette enquête doit aussi être tempéré par le faible nombre de personnes interrogées. Pour tester la méthode, il n’était pas possible de multiplier les rencontres, mais ce premier test étant concluant, il serait souhaitable de consulter d’autres agriculteurs, situés dans d’autres unités paysagères, avec des systèmes de production différents. Cette même approche pourrait être appliquée à d’autres catégories d’habitants, (forestiers, propriétaires non exploitants....)

Conclusion

30A la suite de cette première expérimentation, il s’avère que le bloc-diagramme paysager constitue une représentation du paysage adaptée à la façon dont les agriculteurs voient l’étendue d’espace qui s’offre à leur vue. Son emploi comme support d’entretien permet de mieux cerner leur représentations et d’apprécier dans leurs pratiques de gestion ce qui relève de motivations purement technico-économiques de ce qui s’apparente plus à des motivations non marchandes esthétiques ou identitaires. Sous réserve d’un travail paysager préalable et d’un échantillonnage suffisant, les conclusions de ce type d’enquête peuvent aider les acteurs locaux à bâtir un programme d’actions qui intègre une dimension paysagère tout en répondant aux besoins d’une des principales catégories d’acteurs qui le façonnent quotidiennement. Le paysage, abordé sous cet angle fonctionnel contribue alors à la construction d’un lien social entre acteurs (les agriculteurs et les élus locaux) qui souvent se comprennent mal.

Figure 1 : Carte de situation

Figure 1 : Carte de situation

Figure 2 : le paysage de l’Artense : l’archétype de la campagne autrefois jardinée

Figure 2 : le paysage de l’Artense : l’archétype de la campagne autrefois jardinée

Figure 3 : le bloc-diagramme permet d’explorer les représentations que se fait l’agriculteur de son paysage

Figure 3 : le bloc-diagramme permet d’explorer les représentations que se fait l’agriculteur de son paysage

Figure 4 : Le bloc-diagramme paysage : un outil de dialogue efficace

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chambre d'agriculture d'Auvergne, 1993 : PDD, zone expérimentale de l'Artense, rapport final, 27p + annexes

CRHP, 1996 : Charte architecturale et paysagère de l’Artense, communauté de communes sancy-Artense, tome 1 ; analyse, tome 2 propositions

Deffontaines, J.P., 1988, "Réflexion sur les unités d'analyse. relations entre taxonomies différentes", in De la touffe d'herbe aux paysages, Versailles, INRA : 13-28.

Lenclud G., 1995 : «L’ethnologie et le paysage : questions sans réponses», Paysages au pluriel : pour une approche ethnologique des paysages, cahier 9 : 3-17

Luginbuhl Y., 1989 : «Au delà des clichés...la photographie du paysage au service de l’analyse», Strates 4 : 11-16

Luginbuhl Y.,1991 : «le paysage rural», Etudes rurales 121-124 : 27-44

Michelin Y., 1997 : «Articulations entre différentes échelles d’espaces et de temps dans la gestion patrimoniale d’un paysage. L’exemple de l’Artense», Ingéniérie-EAT-1997 ; prospective et environnement ; 83-96

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Michelin Y., 1999 : Des appareils photo jetables au service d’un projet de développement : représentations paysagères et stratégies des acteurs locaux de la montagne thiernoise, Cybergeo (A paraitre)
DOI : 10.4000/cybergeo.5351

Sautter G., 1979 : «Le paysage comme connivence», Hérodote 16 : 40-67

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1992/img-1.png
Fichier image/png, 278k
Titre Figure 1 : Carte de situation
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1992/img-2.png
Fichier image/png, 245k
Titre Figure 2 : le paysage de l’Artense : l’archétype de la campagne autrefois jardinée
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1992/img-3.png
Fichier image/png, 153k
Titre Figure 3 : le bloc-diagramme permet d’explorer les représentations que se fait l’agriculteur de son paysage
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/1992/img-4.png
Fichier image/png, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Michelin, « Le bloc-diagramme : une clé de compréhension des représentations du paysage chez les agriculteurs ? Mise au point d’une méthode d’enquête préalable à une gestion concertée du paysage en Artense(Massif central français) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 118, mis en ligne le 10 janvier 2000, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/1992 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1992

Haut de page

Auteur

Yves Michelin

Département Agriculture et espace, ENITAC & CNRS UPRES-A 6042

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page