Navigation – Plan du site
Les nouveaux programmes dans le primaire

Le président, les « spécialistes » et la géographie

Micheline Roumégous et Pascal Clerc

Notes de l’auteur

Les deux textes, présentés dans ce débat, ont été écrits au printemps 2008, lorsque les nouveaux programmes pour l’enseignement primaire étaient en discussion. Ils étaient initialement destinés à alimenter le débat sur la pertinence de ces programmes et ont été publiés sur des sites syndicaux et pédagogiques. Ces deux textes sont donc en réalité deux versions différentes d’une même critique des projets du Ministère pour ce qui concerne la géographie à l’école. En septembre 2008, les nouveaux programmes sont entrés en application sans modifications sensibles par rapport au projet initial.

Texte intégral

1Le président n’aime pas les « spécialistes » et autres « experts ».  Trop longtemps à ses yeux, leur fut « abandonnée » la question scolaire (discours sur l’école primaire du 15 février 2008). Mais aujourd’hui, le « bon sens » est de retour. Oublions les réflexions des commissions chargées des programmes (aujourd’hui supprimées), les nombreuses réunions et les auditions ; oublions, aussi, les travaux de recherche des didacticiens et des affreux pédagogues. Revenons aux « fondamentaux » trop longtemps délaissés (les enseignants apprécieront, eux qui se consacrent au quotidien à la construction de ces savoirs fondateurs ; les rédacteurs des précédents programmes aussi). Ces fondamentaux, c’est donc la recette miraculeuse exposée dans les projets de programme de l’enseignement primaire pour la prochaine rentrée. Le président et ses plumes ont inventé pour cela une pédagogie miraculeuse : « De façon générale, dans toutes disciplines, l’accent est mis sur la mémorisation de connaissances et de compétences » (que l’on nous explique comment mémoriser une compétence !). Des décennies de travail de chercheurs ayant réfléchi à la construction des connaissances, balayées en quelques mots : les maîtres transmettent et les élèves mémorisent. Retour rassurant au modèle mythique de l’école des hussards noirs. Il est sans doute vain de rappeler que l’apprentissage est un ensemble de procédures complexes, que la mémorisation devient efficace et intelligente lorsqu’elle est associée à la construction de concepts.

2Le programme de géographie, pas plus que les autres, pas plus que celui d’histoire, n’échappe à cette entreprise de démolition. Dans le souci (louable) de faire acquérir des repères, les auteurs du programme ignorent presque tout le reste et oublient surtout que les repères ne servent qu’à… se repérer, qu’ils ne sont pas une fin en soi mais un moyen de donner une intelligibilité au monde. Identifier, décrire, localiser apparaissent comme les activités dominantes de ce programme. Elles risquent d’être exclusives si l’on songe qu’avec la réorganisation de l’école, une demi-heure, au mieux, pourra être consacrée chaque semaine à la géographie. On attendra donc (au mieux !) le collège pour commencer à réfléchir.

3Mais quels sont les « fondamentaux » recommandés dans le projet de programme pour la géographie ?

4Les évolutions de la science géographique n’ont guère d’écho dans ce texte. Sur ce plan aussi, la négation de la réflexion scientifique l’emporte. Pourtant, la lecture sociale des espaces humanisés et des environnements naturels, est ce qui permet aujourd’hui aux géographes de prendre part aux débats de société. Ce n’est pas ici le lieu de la démonstration, mais, en tant que modestes « spécialistes », nous avons montré qu’il était possible avec des élèves de l’école primaire, d’initier à la compréhension du monde contemporain à l’aide d’outils géographiques. Mais pour cela, il faudrait se donner la peine d’énoncer les quelques grandes idées permettant, à l’école primaire, la lecture du monde. Il faudrait aussi identifier et faire construire des concepts, mais ce mot doit faire partie de ce « sabir incroyable et pour tout dire inintelligible » que le président, plein de bon sens, veut bannir des textes programmatiques. Il est certes plus simple d’en revenir à un exposé des « principaux caractères du relief, de l’hydrographie et du climat » (projet de programme) qui nous renvoie au bon vieux temps de l’inventaire du monde. Pour être tout à fait clair et tenter, sans illusion, d’éviter un classique procès d’intention, il nous faut préciser que ces connaissances nous semblent fondamentales mais que c’est le projet de compréhension du monde qui les intègre et leur donne sens.

5Le plus révélateur de la régression en cours est l’incroyable franco-centrisme de ce programme. Pour « éduquer des enfants ouverts sur le monde » comme le souhaite le président, cela paraît mal parti puisque de monde, il n’y a pas ou alors seulement d’un point de vue national. Rappelons qu’avec le programme actuel, un enseignant peut faire réfléchir ses élèves à quelques logiques de fonctionnement du monde mondialisé. Il peut, aussi, amorcer une approche de l’espace européen tel qu’il se construit, alors que dans le projet qui nous est proposé, il faudra se cantonner à quelques savoirs factuels sur les « caractères géographiques » d’un ou de deux États de l’Union européenne. Il nous semble infiniment grave de ne donner à nos élèves aucun outil d’intelligibilité des processus de construction du territoire européen. Nous pensions devoir en faire des citoyens européens, voire des citoyens du monde ; nous ne leur en donnons guère les moyens.

6La capacité de décentrement comme moyen de compréhension de l’altérité, la découverte d’autres cultures comme vecteur d’ouverture, ce n’est pas cette géographie qui risque de l’assurer. Fin de la récréation et retour à une géographie nationale et à un point de vue national sur le monde. Rien d’étonnant à vrai dire : avec le discours de Dakar, nous avons bien compris ce qu’était l’incapacité à envisager l’Autre dans sa singularité.

7Quelques fragments de ce projet programmatique pourraient être sauvés. D’ailleurs, pris isolément, une bonne partie des contenus de cet assemblage hétéroclite peuvent être intelligemment enseignés ; à la condition que l’on apporte aux enseignants et aux formateurs quelques explications sur les logiques qui inspirent les énoncés. Par exemple, il faudrait leur expliquer pourquoi passer par l’étude de la « France dans le monde » pour étudier les « grands traits du relief de la planète »… D’autres incohérences émaillent ce texte mal ficelé. Mais le plus inquiétant, comme dans l’ensemble des propos sur l’école primaire, est le grand mépris dans lequel sont tenus les élèves, les professeurs et ceux qui réfléchissent sur les savoirs et leur enseignement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Micheline Roumégous et Pascal Clerc, « Le président, les « spécialistes » et la géographie », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les nouveaux programmes dans le primaire, mis en ligne le 03 octobre 2008, consulté le 17 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/20403

Haut de page

Auteurs

Micheline Roumégous

Professeur d’IUFM en histoire-géographie

Articles du même auteur

Pascal Clerc

Maître de conférences en géographieIUFM de Lyon-Université Lyon 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page