Navigation – Plan du site
2008

Ozouf-Marginier M-V, Robic M-C, 2008, Régions naturelles et noms de pays, CTHS Editions, 381 p.

Xavier Leroux

Texte intégral

1Un siècle après sa parution, les éditions du CTHS nous proposent une réédition de l’œuvre majeure de Lucien Gallois, « Régions naturelles et noms de pays », en confiant la préface à deux spécialistes, Marie-Vic Ozouf Mariginier et Marie-Claire Robic.

2D’emblée, les auteures soulignent le caractère modèle de cette étude de l’Ecole française de géographie, mais qui cependant n’eut pas la reconnaissance méritée. Les quelques cinquante pages préparant à la lecture de la production de Gallois sont riches d’enseignement, à commencer par la mise en perspective de l’épineuse question centrale qu’est la « construction du local ». On rappelle que si les lois Pasqua et Voynet ont homologué à nouveau le « pays », les années 1970 avaient déjà consacré le local dans l’idée de « vivre, travailler et décider au pays » mais que Gallois et ses contemporains avaient eux aussi médité dans un contexte d’effervescence sur ces questions.

3L’on pénètre ensuite avec curiosité dans les détails de la biographie de Gallois, de sa formation à la réception de son œuvre en passant par son combat en faveur du développement de la géographie et de sa reconnaissance comme science de synthèse. Agrémentée d’éléments bibliographiques et de photographies d’époque, la préface nous ouvre donc l’appétit sur cet équilibre instable entre l’identification et la différenciation des territoires locaux et leurs désignations, érudites ou vernaculaires.

4Amorçant son propos par une critiques des découpages historiques, politiques ou de la théorie fantaisiste des bassins hydrographiques de Buache, Gallois expose sa méthode quant à l’importante étude de terrain qu’il mènera sur la région parisienne, mobilisant sources historiques et enquêtes de terrain proprement dites (auprès des populations locales, via l’analyse paysagère et les documents cadastraux).

5Huit chapitres pour parcourir, dans les moindres recoins, les alentours de la capitale, du Vexin français au Gâtinais en passant par le dit Parisis et quelques appendices pour élargir jusqu’au Bassigny, la Woëvre et la Haye. Déterminer des régions naturelles fondées sur la nature du sol reviendrait à leur attribuer des noms de pays correspondant à des régions ou des noms de provinces qui en rappellent l’étendue. Sur ces bases, les noms de pays pourraient être de trois ordres : noms historiques (anciennes provinces ou anciens comtés), noms tirés d’un nom de ville, noms en usage mais n’ayant jamais appartenu à des divisions politiques (pouvant être des divisions ecclésiastiques). Les noms populaires évoquent, quant à eux, un caractère rural.

6Tout en passant en revue le déterminisme physique (la région naturelle se définit selon le climat, l’altitude et la géologie), Gallois concède, en fin d’ouvrage, que, le phénomène industriel ayant changé la donne, la ville est également venue établir des individualités avançant le concept de région économique. Ainsi commence à poindre l’idée de polarisation.

7L’actualité nouvelle sur ces questions se servira avec intérêt de cette réédition clôturée par un élogieux compte-rendu du maître-inspirateur Vidal de la Blache.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Leroux, « Ozouf-Marginier M-V, Robic M-C, 2008, Régions naturelles et noms de pays, CTHS Editions, 381 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 03 octobre 2008, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/20413

Haut de page

Auteur

Xavier Leroux

Université d’Artoisxavleroux@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page