Navigation – Plan du site
2002
228

Intégration des représentations sociales
dans la gestion du paysage jurassien

Integrating social preferences in the landscape management of the Jura region
Joël Chételat et Elise Ley

Résumés

Une enquête a été menée auprès d’une vingtaine de professionnels suisses ayant une activité liée au territoire, dans le but de mieux comprendre les représentations sociales du paysage jurassien. Le choix de poser des questions relativement larges et de ne pas utiliser de support visuel durant les entretiens a délibérément été fait pour saisir leur conception de la notion de paysage, sans imposer d’approche particulière. Des éléments de définition sont apparus au fil du discours, éclairant ainsi les fondements de l’évaluation paysagère. Les résultats ont montré l’existence de différents niveaux de perception. Le premier s’exprime en des termes visuels qui font ressortir l’importance de la relation entre le relief et l’occupation du sol. Dans un deuxième temps, les préférences paysagères reposent sur le poids accordé par l’observateur aux différents enjeux économiques, culturels et environnementaux. Ces observations nous ont permis d’esquisser des modèles de représentation sociale du paysage, basés sur l’argumentaire des acteurs consultés. Ils expliquent comment le paysage est appréhendé et quels critères sont considérés comme pertinents pour l’évaluer à l’intérieur des groupes sociaux. Une des perspectives de ce travail est de définir plus précisément des indicateurs, à la fois quantitatifs et qualitatifs, et de les intégrer dans une méthode de diagnostic paysager utilisant les Systèmes d’Information Géographique (SIG).

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs expriment toute leur gratitude à Jean Combe, directeur de l’Antenne romande de l’Institut de recherches WSL, Valérie Miéville-Ott, ethnologue, et Jean-Bruno Wettstein, ingénieur agronome, pour leurs conseils et leur soutien au cours de cette étude. Nos remerciements vont également à tous ceux qui ont accepté de participer à l’enquête.

Introduction

1Depuis quelques années, la place du paysage dans la politique territoriale suisse n’a cessé de s’accroître. Sa signification a évolué en même temps, passant d’une définition spécifiquement écologique à une vision plus holistique. En définissant les grands axes stratégiques d’une gestion durable du paysage, la Confédération Suisse a manifesté le besoin de maintenir et d’entretenir des paysages multifonctionnels variés et de renforcer les partenariats entre ceux qui les utilisent et ceux qui les protègent (OFEFP, 1998). La complexité du concept ‘paysage’ ainsi que la diversité des points de vue qui s’y référent, rendent l’entreprise ardue. C’est pourquoi il est essentiel de prendre en compte la multiplicité des acteurs qui ont une influence directe sur le paysage et de saisir les motivations qui guident leurs pratiques. Ainsi, la garantie d’un paysage de qualité passe par la recherche d’un consensus qui nécessite une grande compréhension des enjeux territoriaux avec lesquels les gestionnaires doivent composer.

2L’arc jurassien se caractérise par une mosaïque de territoires ruraux à vocation mixte. Les paysages qu’on y trouve ont largement été façonnés au cours des siècles par les activités traditionnelles agricoles et sylvicoles. Mais face à la logique de rentabilisation actuelle, une partie de ceux-ci sont menacés par la déprise. Par ailleurs, les activités de loisirs en plein air, qui dépendent étroitement du cadre dans lequel elles prennent place, connaissent un essor récent. Si elles peuvent constituer un volet important du développement régional et une alternative intéressante pour la survie économique et le maintien d’exploitations agricoles, leurs effets sur le paysage ne sont pas négligeables.

3Nous postulons ici l’existence d’une approche paysagère commune à tous les acteurs, mais des interprétations sémantiques différentes. Nous partons du principe que le paysage est un processus culturel qui met en résonance le réel et l’imaginaire (Hirsch & O’Hanlon, 1995). A partir du spectacle de la réalité physique, l’observateur opère un tri des éléments en fonction de son vécu, de son attachement au lieu, de ses souvenirs ou encore de ses émotions d’une part, et en fonction de schèmes culturels interprétatifs, de connotations et de symboles collectifs d’autre part. Cette relation particulière de l’individu à son milieu – la médiance selon Berque (1990; 1994) – amène des représentations sociales diversifiées du paysage. Elles renvoient à notre conception du monde en même temps qu’à notre identité (Tiberghien, 2001) et font du paysage un produit culturel (Debray, 1992). Ainsi, nous avons étudié ces représentations chez une vingtaine de gestionnaires du territoire jurassien. Sur la base d’une série d’entretiens, nous avons analyser le discours des acteurs dans le but de définir des modèles de représentation sociale du paysage, correspondant à des idéaux-types. Nous avons donc axé notre réflexion sur :

  • l’analyse de l’étendue spatiale et sociale du territoire considéré ;

  • la définition de clefs de lecture et d’interprétation du paysage ;

  • la perception de sa dynamique et

  • la prise en compte du paysage dans les pratiques de gestion.

4Une des perspectives de ce travail est de pouvoir, à terme, intégrer ces modèles de représentation sociale dans une méthodologie plus globale de diagnostic du paysage qui inclue aussi bien des aspects objectifs que subjectifs.

Méthodes

Contexte géographique général

5L’arc jurassien est marqué par une topographie accidentée et une certaine diversité de milieux (Blant, 2001). En termes sociaux et économiques, il dépend largement de la distribution des voies de communication et des centres urbains qui le bordent (Fallet & Schuler, 1996).

6La chaîne du Jura prend la forme d’un croissant de quelques 14’000 kilomètres carrés dont les deux tiers sont sur territoire français, le reste étant suisse. Il s’étire sur une longueur d’environ 350 kilomètres pour une largeur maximale de 75 kilomètres entre Neuchâtel et Besançon. Ce massif calcaire est délimité à l’Est par un escarpement assez abrupt qui le sépare du Moyen-Pays suisse. A l’Ouest, il a sa frontière avec la vallée de la Saône et, plus au Sud, avec celle du Rhône. Les pelouses maigres, les vignobles et les boisés des piémonts ainsi que les plaines alluviales des avant-monts caractérisent les contreforts du Jura. Bordé au Nord par la vallée du Rhin qui le sépare de la Forêt Noire, ce dernier se rétrécit en direction de Schaffhouse. Cette zone septentrionale de l’arc, principalement située dans un Jura tabulaire structuré en paliers, est dédiée aux prairies, vergers, cultures et forêts. L’intérieur du massif est formé, en particulier dans sa partie française, de deux plateaux successifs dont l’altitude moyenne est respectivement d’environ 500 et 700 mètres. Ces replats sont exploités en pâturages boisés (ou prés-bois) et en prairies marécageuses. Des paysages plus sauvages de gorges et de reculées illustrent par ailleurs l’effet des processus karstiques. Finalement, le Jura central se compose d’une part de hautes vallées glaciaires où le paysage agricole est marqué par la présence de tourbières et d’autre part, d’une Haute Chaîne caractérisée par une utilisation mixte du territoire, sylvicole et pastorale. Les zones de crêtes, culminant entre 1500 et 1700 mètres, présentent différentes configurations de pâturages subalpins (Figure 1).

Figure 1: représentation schématique des grandes unités de l’arc jurassien (simplifié de Blant, 2001).

7Du point de vue fonctionnel, l’arc jurassien a une structure spatiale assez caractéristique des massifs montagneux (Fallet & Schuler, 1996). Il se définit assez clairement comme une entité rurale de moyenne montagne, animée par les secteurs agro-forestiers et industriels. Si la chaîne ne possède aucun grand centre et si son réseau interne de voies de communication est relativement limité, elle est entourée de pôles urbains situés sur des axes importants, dont elle est largement dépendante (Figure 2). Sa proximité d’un bassin de population d’environ 3 millions d’habitants (Blant, 2001) ainsi que ses caractéristiques paysagères en font ainsi une zone de délassement en développement.

Figure 2: réseau routier et pôles urbains de l’arc jurassien (adapté de Fallet & Schuler, 1996).

Echantillonnage

8Le choix s’est porté sur des professionnels, exerçant une activité liée au territoire jurassien, que ce soit comme employé du service public, à titre associatif ou privé, dans la mesure où, dans leurs pratiques de gestion, ils exercent une influence directe sur le paysage. Les interlocuteurs ont été autant que possible sélectionnés dans un souci de diversité de fonctions et d’origines géographiques. Des représentants des milieux agricole, forestier, de la protection de la nature, de l’aménagement du territoire et du paysage, du développement économique régional et du tourisme ainsi que de la communication (Figure 3) ont donc été choisis pour notre enquête.

Figure 3 : description de l’échantillon selon la formation et l’activité des individus.

Le total de chaque catégorie est supérieur au nombre d’enquêtés, dans la mesure où certains individus ont plusieurs formations et/ou exercent plusieurs activités.

9Etant donné les moyens à disposition pour réaliser cette étude, la disponibilité des personnes contactées et la technique d’enquête préconisée, il a fallu restreindre l’échantillonnage à une vingtaine de personnes. Dans ce contexte professionnel très largement masculin, il nous a été difficile d’intégrer des représentantes féminines dans notre étude et de faire ressortir des différences liées au genre: en effet, seulement 2 femmes ont été consultées sur un total de 21 entretiens. Nous avons de plus limité notre enquête à la Suisse pour assurer un maximum d’efficacité. Pour des raisons d’accessibilité, environ une moitié des interlocuteurs a été choisie dans le canton de Vaud, l’autre moitié dans ceux de Neuchâtel, Berne et du Jura. Le nombre relativement restreint et hétérogène de personnes consultées au cours de l’enquête demande donc une certaine prudence dans l’interprétation des résultats. Quand bien même l’appartenance des enquêtés à différents milieux professionnels dont ils sont les relais assure une certaine représentativité à l’échantillon, notre but n’était pas de faire ressortir les points de vue dominants, mais leur variété, car tous ont leur légitimité (Rougerie & Beroutchachvili, 1991). C’est pourquoi nous avons opté pour une démarche qualitative qui nous permette, sans avoir recours à des méthodes statistiques, d’identifier, au-delà d’un discours convenu, les mécanismes de représentation du paysage, sans prétendre à l’exhaustivité.

Déroulement de l’enquête

10Comme le but de notre enquête était de recueillir des informations qualitatives sur les représentations sociales du paysage, nous avons choisi l’entretien de type semi-directif (Blanchet & Gotman, 1992) afin de ne pas structurer trop le discours de l’enquêté. Au début de chaque entrevue, il a été demandé à la personne interviewée de se présenter et de décrire d’une manière générale ses activités professionnelles. Cette entrée en matière avait pour but de mettre à l’aise l’interlocuteur en le faisant parler de son métier et de voir s’il abordait spontanément la notion de paysage. Un guide d’entretien a été établi pour couvrir les thématiques suivantes :

  • Les éléments de définition et de caractérisation du paysage jurassien: l’objectif était de déterminer quelle(s) approche(s) les acteurs avaient de leur paysage, quels étaient les éléments de sa reconnaissance et à quelle(s) échelle(s) ils les identifiaient. Tout au long du discours des enquêtés, l’attention a également été portée, à un niveau plus théorique, sur les différentes significations que la notion de paysage recouvrait chez eux et à quelles dimensions thématiques elles faisaient référence ;

  • La construction du jugement de valeur sur le paysage: en interrogeant les interlocuteurs sur les qualités et les faiblesses de leur paysage (Zube et al, 1989), le but était d’identifier les différentes valeurs associées à l’appréciation du paysage et de comprendre leur légitimité ;

  • L’évaluation de la conscience et de la sensibilité des acteurs face à la dynamique paysagère: en leur demandant de décrire les changements qu’ils observaient dans le paysage et les raisons de cette évolution (Lynch, 1982), on attendait des enquêtés qu’ils fassent état de leur connaissance du milieu en même temps qu’ils renseignent sur leurs préférences et les menaces qui pèsent sur le paysage ;

  • L’engagement et la responsabilité des acteurs envers le paysage: cette thématique cherchait à caractériser l’importance que les enquêtés accordaient à la prise en compte du paysage dans la pratique de leurs activités et à évaluer les moyens de contrôle (Sell & Zube, 1986) et d’intervention dont ils disposaient pour une gestion durable de celui-ci.

11Une série de questions ouvertes a donc été rédigée pour couvrir chacun de ces thèmes. Celles-ci suivaient un ordre logique, cependant assez flexible pour être modifié selon la tournure que prenait l’entretien. Si l’interlocuteur abordait de lui-même une problématique particulière qui fournissait des réponses à nos interrogations, les questions qui s’y référaient dans le guide d’entretien étaient laissées de côté. Le cas échéant, des éclaircissements étaient demandés. Le choix a délibérément été fait de ne pas utiliser de support photographique dans notre enquête, alors que cette technique est couramment employée dans l’analyse paysagère. La raison principale est que nous voulions déterminer sur quels éléments les personnes interrogées se basaient pour construire leur perception du paysage, sans leur imposer d’office une approche visuelle. Une phase de test a été effectuée au début de l’enquête. Les trois ou quatre premiers entretiens nous ont amenés à adapter légèrement le guide, en supprimant par exemple certaines questions redondantes. Le discours des interlocuteurs a été soigneusement reporté sous forme de notes durant l’entrevue, de manière à retranscrire le plus fidèlement possible les expressions employées. La durée moyenne d’une entrevue a été de 115 minutes.

Analyse des résultats

12Le dépouillement des entretiens a nécessité de saisir les notes manuscrites dans un logiciel de traitement de texte courant, en vue de faciliter l’exploitation des données. Le traitement de celles-ci a été fait par analyse de contenu catégorielle. Cette dernière s’est déroulée par étapes successives, en passant au crible chaque retranscription ligne par ligne, afin de répertorier les unités sémantiques significatives (mots, expressions, phrases) du discours de chaque individu. Dans un premier temps, elles ont été classées dans chacune des thématiques de recherche ayant servi à mettre en place le guide d’entretien (voir plus haut). Des regroupements phénotypologiques ont ensuite été effectués à l’intérieur de celles-ci, sans définir préalablement de catégories-types. Ainsi, le premier élément textuel de chaque thématique définissait un classème ; le suivant, s’il n’entrait pas dans cette catégorie, en formait une nouvelle et ainsi de suite. Dans chacun des classèmes ainsi déterminés, chaque item de sens est reporté avec un numéro correspondant à son auteur. Le but ici n’était pas de procéder à un dénombrement fréquentiel des points de vue dans la mesure où nous nous intéressions plus à leur diversité qu’à leur représentativité. Il s’agissait plutôt d’identifier des compatibilités d’acteurs mettant en évidence des schèmes de pensée communs, servant à définir les modèles de représentation sociale du paysage décrits plus loin. En définitive, la méthode utilisée, quoique relativement fastidieuse, s’est avérée tout à fait adaptée au besoin de normaliser le discours des personnes interrogées pour faciliter l’analyse des résultats.

Résultats

Délimitation géographique

13Afin de tester la pertinence de l’arc jurassien en tant qu’entité géographique, nous avons demandé à nos interlocuteurs de déterminer son périmètre et de le caractériser. Globalement, le Jura est reconnu comme une unité assez homogène, avec cependant des nuances aussi bien au niveau de son étendue que de sa composition interne. S’il est communément admis que le pied du Jura délimite le massif à l’Est, les autres limites apparaissent plus floues dans le discours des enquêtés. Il existe un effet de frontière assez marqué dans la description de la région jurassienne. Ainsi, la frontière franco-suisse est apparue spontanément et de manière récurrente comme limite occidentale. Seules quelques réponses la repoussaient a posteriori jusqu’à Besançon. De même, la Vallée de Joux et la ville de Genève, mentionnées parfois comme bordures méridionales, sont des espaces frontaliers. Par ailleurs, la limite linguistique entre pays romand et alémanique a également été citée, dans une moindre mesure, comme extrémité Nord. D’autres personnes ont fixé cette dernière plus loin, à Bâle, voire à Schaffhouse. Dans leur description globale de l’arc jurassien, les personnes interrogées ont fait ressortir des spécificités régionales indiquant un changement net d’échelle dans leur réflexion. L’identification de ces zones repose sur des critères altitudinaux et morphologiques. La limite des 800 ou des 1000 mètres a été mentionnée à quelques reprises comme étant le lieu où "commence véritablement le Jura". D’autres évoquent des particularités ou des " interruptions " du relief, à l’image du Jura français ou de l’Ajoie. Ces remarques font référence, de manière implicite, aux grands ensembles géomorphologiques que sont la Haute-Chaîne, la région des plateaux et le Jura tabulaire.

Identification des éléments du paysage

14Le paysage est avant tout une notion visuelle qui dépend largement de la topographie et de la couverture du sol. Ainsi, la juxtaposition de plateaux et de versants, les ondulations des anticlinaux et des synclinaux ainsi que la présence de combes et de gorges marquent les esprits dans l’évocation du Jura. A cela s’ajoute l’identification des types d’occupation du sol les plus marquants dans le discours des enquêtés. Les forêts, les pâturages et plus généralement l’agriculture habillent le paysage de leurs couleurs et leurs textures. Sans qu’elle soit forcément explicite dans le discours de nos interlocuteurs, une logique spatiale du paysage jurassien transparaît en filigrane dans les entretiens : la forêt où prédominent les épicéas, les sapins et les érables couvre les versants ; l’habitat, structuré en hameaux ou en villages-rues, s’étire le long des vallées ou occupe, conjointement avec les cultures, les replats ; les pâturages boisés sont localisés sur les hauts plateaux et sur certains reliefs modérés. Parallèlement à une description à moyenne échelle du paysage, il est apparu que les acteurs accordent également une grande importance à certains éléments de détail. Si une partie de ces derniers se rapportent à une image classique du milieu rural, d’autres contribuent, de manière lacunaire cependant, à l’évocation de particularités jurassiennes. Certaines marques locales de la géologie (lapiez, dolines) et de la flore (gentianes, jonquilles) apparaissent dans les propos de quelques enquêtés. Mais plus encore, les murs de pierres sèches, les fermes et les chalets d’alpage attirent particulièrement leur attention (Figure 4). Par ailleurs, les fabriques d’horlogerie occupent une place toute particulière dans l’évocation du paysage jurassien. S’il est peu fait mention de l’activité industrielle dans le paysage du fait de sa consommation modérée d’espace, il ne faut toutefois pas oublier qu’elle est très largement prédominante dans l’équilibre économique local.

Figure 4 : un chalet d’alpage jurassien : point focal au milieu du pâturage boisé

(Photo E. Ley).

Interprétation du paysage jurassien

15Au-delà de l’aspect purement descriptif du paysage, un certain nombre d’indices déterminent les représentations de nos interlocuteurs. Les préférences vont aux paysages mixtes, caractérisés par une certaine diversité dans la composition ainsi que par l’image d’une nature domestiquée. Les variations topographiques et la mixité des activités sylvicoles, pastorales et de loisirs confèrent au paysage jurassien une certaine alternance qui ressort assez clairement chez les personnes consultées. Au gré des ondulations du relief et de la mosaïque de l’occupation du sol, tantôt le paysage s’ouvre, tantôt il se ferme. Que ce soit du haut de promontoires et de sommets ou à travers les dégagements et les fenêtres qui se découpent entre les arbres, le regard s’échappe. En d’autres endroits, l’effet de rideau d’une forêt ou des versants d’une vallée encaissée limite la profondeur de champ et crée un cloisonnement de la vue. On trouve également cette idée d’alternance, de manière plus nuancée, dans les pâturages boisés, qui font figure de paysage emblématique de transition. Les variations du couvert végétal et du taux de boisement ainsi que le degré d’interpénétration des herbages et des arbres créent ainsi des successions paysagères variées, même visibles sur des images satellites (Figure 5).

Figure 5 : différents types d’alternance vus par satellite :

(a) forêt clairsemée sur pâturage, (b) bandes boisées suivant les lignes de crête, (c) pâturages très boisés (TERRA-ASTER 15m, bande 3, 01/11/2001)

16Les représentations que se font les individus d’un même paysage prennent plusieurs significations. Nos interlocuteurs ont évoqué à maintes reprise la notion d’espace et le sentiment de douceur et d’harmonie qui s’en dégage. Face aux grandes étendues ouvertes et calmes, un grand nombre d’observateurs se sent apaisé et en sécurité. Par contre, là où la vue est plus limitée et que le relief devient plus abrupt, la sévérité et la tristesse prennent le dessus. Le paysage apparaît moins aimable et accueillant. Si pour certains, sa composition, son uniformité chromatique de verts foncés et d’ocres et sa force de contraste avec le ciel ou la neige créent un sentiment de monotonie, de désolation voire d’ennui, d’autres y voient au contraire une dimension mystérieuse et envoûtante. Les notions de parc et de jardin reviennent ainsi à plusieurs reprises dans le discours des enquêtés, en guise de symbole d’un paysage idyllique, à la fois naturel et aménagé (Chételat, 2000).

Perception de la dynamique

17Il est admis que les moteurs des changements paysagers sont d’origine politique. Ceux-ci se manifestent sur le territoire par une ségrégation des activités agro-forestières et une artificialisation du milieu. Ces pressions se traduisent par un appauvrissement du paysage qui inspire, par réaction, à nos interlocuteurs des améliorations dans la gestion. Si des efforts d’intégration des différents enjeux sont reconnus nécessaires pour une gestion durable, les rôles et les moyens pour atteindre cet objectif semblent toutefois plus imprécis.

18Les réorientations stratégiques des politiques territoriales, aussi bien au niveau international que local, apparaissent aux yeux des enquêtés comme les principaux moteurs de l’évolution. Face à la libéralisation des marchés dans le contexte économique européen, la Suisse a lancé sa réforme agricole dans le but d’améliorer sa compétitivité et de favoriser la durabilité de son environnement rural (OFAG, 2001). Celle-ci se traduit par la baisse des prix des produits, autrefois garantis par la Confédération, et par sa compensation par des paiements directs non liés à la production mais à des prestations d’ordre écologique et paysager. Cette recherche de la rentabilité et en particulier le mode d’attribution des subventions sont contestés par une très grande partie des personnes interrogées. Le milieu forestier suisse est également soumis à cette nouvelle logique économique et peine à être concurrentiel sur le marché international. Nos interlocuteurs déplorent la baisse du prix du bois qui conditionne très négativement l’exploitation sylvicole. L’entretien des peuplements, particulièrement en région de montagne où les conditions d’accès à certains massifs sont difficiles, est dès lors remis en question. Au-delà de cet aspect agro-forestier, plusieurs personnes expliquent la dynamique paysagère en cours par un facteur d’évolution normale de la société d’aujourd’hui, de plus en plus urbaine et mobile. Bien que les activités de loisirs soient généralement considérées comme encore marginales et s’apparentent à un tourisme doux, le développement du secteur touristique est appréhendé.

19Sur la base de ces tendances globales, nos interlocuteurs ont relevé comme pressions sur le territoire les effets des pratiques sur l’équilibre sylvo-pastoral en réponse aux nouveaux cadres de référence ainsi que le phénomène largement répandu d’artificialisation du milieu. L’avancée de la forêt, comme résultante d’une exploitation trop extensive ou plus simplement de l’abandon de terres agricoles peu rentables, est un phénomène marquant pour les enquêtés qui le jugent de manière assez controversée. En même temps qu’ils constatent l’envahissement de certains pâturages par les broussailles et les arbres, ils observent également le manque de rajeunissement local du boisé sur les domaines agricoles plus productifs. Dans les régions d’estivage, les contributions à l’élevage sont calculées en fonction de la charge en bétail fixée pour chaque exploitation par les autorités cantonales (charge usuelle). L’exploitant perçoit un montant forfaitaire à condition que son cheptel se situe entre 75 et 100% de la charge usuelle. Dès lors, cette relative marge de manœuvre apparaît comme une des raisons de la dynamique sylvo-pastorale : une charge trop faible conduit à la fermeture du pâturage par l’envahissement de ronces puis de jeunes arbres, alors que trop forte, elle mène à une surexploitation qui crée une pression sur le boisé et remet en question la succession des arbres isolés ou en groupe. A cela s’ajoute la coupe systématique des jeunes pousses pratiquée illégalement par certains exploitants en zone de SAU, rétribués uniquement pour la surface en herbe. La péri-urbanisation est largement reconnue comme une pression externe au milieu rural. Le développement de nouveaux lotissements et de quartiers-villas, ainsi que l’aménagement d’infrastructures touristiques et d’énergie, témoignent, conjointement avec une baisse de la population locale, d’une consommation croissante de l’espace par individu et d’une plus grande mobilité de la population.

20L’application du critère de rentabilité amène une régression des activités pastorales et par voie de conséquence une fragilisation de l’équilibre agro-forestier. Ceci se traduit par une banalisation du paysage, aussi bien du point de vue de sa forme que de son contenu. Visuellement, la fermeture du paysage par la forêt est qualifiée d’oppressante par certaines personnes interrogées. L’abandon et la réaffectation des anciennes fermes ainsi que l’aménagement d’infrastructures heurtent le regard. D’une manière générale, les perspectives d’évolution du paysage telles que nos interlocuteurs les imaginent ne sont pas très optimistes : la disparition des pâturages boisés apparaît comme une menace potentielle à laquelle ils sont particulièrement sensibles, craignant une perte de l’identité régionale et une baisse de la biodiversité. Pour nuancer ce constat alarmiste, ils jugent globalement les changements actuels comme étant petits, progressifs et assez lents.

21La recherche d’un arbitrage entre les considérations fonctionnelles, environnementales et sociales est préconisée. Du point de vue des pratiques et aux yeux de nos interlocuteurs, il faut favoriser une agriculture peu intensive tout en limitant l’avancée de la forêt. De plus, les activités touristiques, dont le développement paraît inévitable, doivent mieux être intégrées dans les stratégies de gestion. En ce qui concerne les aspects écologiques, l’objectif est de conserver des pâturages boisés en bonne santé, qui garantissent une biodiversité élevée, notamment par la diversification des essences et une meilleure représentation des feuillus. Sur le plan socio-culturel, il a été proposé de ménager des ouvertures et des fenêtres paysagères qui assurent des zones de visibilité. Par ailleurs, la gestion des éléments construits suscite un réel intérêt. La rénovation, la réfection et l’entretien du patrimoine bâti, en particulier les fermes et les murs en pierres sèches, ainsi qu’une meilleure intégration des réseaux électriques et téléphoniques dans le paysage, en les enterrant dans le sol lorsque cela est possible, apparaissent comme des améliorations vivement souhaitées. La question en suspens reste à savoir à qui incombent ces tâches spécifiques en faveur du paysage et quels sont les moyens requis.

Responsabilité envers le paysage

22Bien que, d’une manière générale, une grande utilité soit admise à la notion de paysage, aussi bien du point de vue de ses retombées économiques que de sa légitimation culturelle, la question de la responsabilité de sa gestion reste ouverte. L’entretien du paysage apparaît comme un complément intéressant aux activités traditionnelles et la garantie d’une image plaisante a des répercussions positives sur la promotion des produits du terroir ainsi que sur l’offre touristique. Cependant, les personnes du monde agricole et forestier, qui se voient avant tout comme des producteurs de ressources, acceptent mal l’idée de devoir jardiner le paysage. En ce qui concerne le monde touristique, le paysage a une certaine valeur comme cadre de loisirs. Seul, il n’est pas considéré comme très vendeur par les personnes interrogées, mais doit être associé à des activités sportives ou culturelles. Les brochures et dépliants d’information que nous nous sommes procurés dans les offices de tourisme confirment cette remarque: l’accent est mis sur les activités et les visites proposées, le savoir-faire régional, l’artisanat et les produits du terroir ou encore certaines manifestations particulières. Dans l’imagerie touristique, le paysage n’est pas tant représenté pour ce qu’il est, mais plutôt comme faire-valoir de l’offre disponible, au risque de véhiculer parfois des images stéréotypées de la région. Cette stratégie commerciale cherche à attirer, en plus des visiteurs financièrement passifs, un public de consommateurs représentatifs de la société d’aujourd’hui, à la fois dynamique et avide de sensations fortes.

23La récente prise en compte de la dimension paysagère, que ce soit dans l’élaboration conjointe des plans directeurs forestiers sous la responsabilité des ingénieurs d’arrondissement ou dans la réalisation d’un nombre croissant de projets d’aménagement, témoigne d’une certaine sensibilisation à cette thématique. Que ce soit sous la contrainte ou par réel intérêt, les gestionnaires se retrouvent donc face à un nouveau processus à la fois difficile à mettre en œuvre mais aussi porteur de perspectives intéressantes. La difficulté principale remarquée par la totalité des enquêtés est le manque de lignes directrices et de recommandations dans la prise en compte du paysage dans les documents de planification et d’intervention. Les gestionnaires sont demandeurs d’outils, de formation et de moyens financiers pour mieux intégrer la dimension paysagère dans leurs activités. Dans une telle situation, les gestionnaires improvisent, parfois en coordination, des méthodes fondées principalement sur leur expérience et leur bon sens. Au-delà des obstacles rencontrés, certains retirent des bénéfices de ces réflexions. Le volet paysager s’avère être un outil de communication précieux, favorisant le dialogue entre les acteurs et avec la population locale. Dans le cadre de mises à l’enquête de documents officiels ou lors de l’organisation de forums d’information, il s’inscrit comme une porte d’entrée privilégiée pour sensibiliser la population aux enjeux territoriaux et aux missions des gestionnaires. Néanmoins, certains d’entre eux sont plus réservés quant à l’utilité des remarques formulées par les gens qui leurs expriment leur avis. Pour certains même, l’idée d’un échange avec un réel feed-back du grand public est un vœu pieu, un prétexte pour faire croire à la démocratisation de la gestion territoriale.

Définition de modèles de représentation sociale du paysage

24Sur la base des observations faites jusqu’ici, nous avons voulu définir des modèles de représentation sociale du paysage qui fassent ressortir plus particulièrement l’existence de groupes d’acteurs. Une analyse plus fine des résultats a permis d’identifier des similitudes ainsi que des distinctions notoires dans les discours des enquêtés. Pour procéder à ces regroupements, nous avons repris notre typologie des contenus et avons cherché, de manière itérative, à identifier des ensembles de personnes ayant, de manière assez stable, des schèmes de pensée communs. Ainsi, nous avons regardé si les interlocuteurs qui étaient regroupés dans un même classème se retrouvaient ensemble dans d’autres classèmes, pour chacune des thématiques envisagées. L’identification de compatibilités interpersonnelles à l’intérieur de plusieurs catégories thématiques a débouché sur la définition de groupes d’acteurs cohérents. Les considérations relatives au rôle de l’homme vis-à-vis du paysage, aux activités qu’il exerce dans le territoire ainsi qu’à la gestion de son patrimoine furent les plus discriminantes pour différencier ceux-ci. Nous avons ainsi développer trois modèles de représentation sociale du paysage qui les caractérisent en mettant en lumière différentes préoccupations :

25Une tendance "conservatrice", témoignant à la fois d’un attachement à un héritage ainsi que d’une peur en l’avenir. Cette vision traditionaliste illustre le besoin de conserver les pâturages boisés " comme ils sont ", ou mieux encore, tels qu’ils étaient à l’Âge d’Or de l’élevage. Ils sont considérés en premier lieu ici d’un point de vue patrimonial, d’après leur valeur fonctionnelle héritée des modes d’exploitation passés. Ainsi, les pâturages les plus productifs, situés en fond de combes, doivent rester ouverts. Par contre, les boisements sont admis là où les herbages sont moins rentables. Le modèle de référence est celui d’un paysage d’apparence naturelle bien que créé et entretenu par les activités agro-forestières traditionnelles.

26Les adhérents à cette tendance sont, de par leur engagement professionnel, liés de très près et depuis assez longtemps aux pâturages boisés. L’idée d’imaginer ceux-ci se modifier traduit une crainte de voir leurs activités, sinon disparaître, du moins changer. La gestion du paysage est donc envisagée ici sous l’angle de la sauvegarde. Toutefois, certains partisans de cette approche, conscients de l’inadaptation des pratiques ancestrales aux conditions d’exploitation actuelles, sont ouverts à des solutions alternatives telles que l’introduction de nouvelles formes d’élevage et de nouveaux types de bétail aussi différents que le bison et le daim. Ils prônent également une collaboration plus étroite entre les milieux agricoles et forestiers dans les pratiques de gestion. Par contre, la présence de l’Homme est implicitement considérée comme néfaste (et donc non désirée), comme le laissent penser les remarques négatives concernant l’habitat et le tourisme, dont les débordements sont vivement appréhendés.

27Une tendance "pragmatique", arguant que le paysage est en premier lieu le reflet des activités économiques de la société d’aujourd’hui. La logique actuelle de rentabilisation amène une redistribution des structures territoriales et donc une recomposition du paysage. Le modèle envisagé ici définit le paysage par l’optimisation de l’utilisation du sol et des ressources à disposition. Il doit donc refléter la présence d’activités humaines, témoin d’un mode de vie présent.

28Les partisans de cette approche sont globalement plus jeunes que ceux du premier groupe et sont moins dépendants du legs des générations passées. Ils refusent de conserver artificiellement leur paysage, de le muséifier, et préfèrent le voir évoluer vers d’autres motifs spatiaux. Ils s’écartent dès lors de l’idée de vocation territoriale, souvent considérée comme immuable. Ainsi, ils acceptent le fait que les pâturages boisés puissent disparaître progressivement, dans la mesure où ils sont dépendants de pratiques traditionnelles dont l’exercice n’est plus assuré. Si, au contraire, leur présence repose sur une valorisation réelle du territoire, par exemple via les produits du terroir ou le tourisme, ces types de paysages trouvent justification aux yeux de ce groupe d’acteurs. Leur maintien implique un arbitrage entre les questions d’héritage et de rentabilité. Il est reconnu aux parcs régionaux et aux réserves un rôle important pour maintenir localement certains paysages menacés et dignes d’être conservés afin de permettre au reste de la région de suivre son évolution normale. Loin d’être fataliste, cette approche place toute sa confiance en un avenir qui valorise un patrimoine commun dans un monde résolument moderne.

29Une tendance " romantique ", définissant le paysage comme un produit culturel chargé d’émotion. Les activités humaines définissent dans chaque région une scénographie porteuse d’une symbolique propre. L’expérience de celle-ci fait naître une série de sensations plus ou moins marquées qui varient à chaque fois, selon la saison ou l’état d’esprit de l’observateur. Le modèle de référence reconnu ici est celui d’un paysage à forte composante identitaire, qui reflète, dans ses différentes grammaires, les modes de vie changeants des populations.

30Les acteurs de ce groupe portent un regard extérieur sur le paysage sylvo-pastoral, détaché des pratiques territoriales. Ils sont particulièrement sensibles à la configuration du paysage dans la mesure où elle traduit la qualité d’un cadre de vie et d’expériences. Pour que l’observateur se sente à l’aise et en harmonie avec son environnement, le paysage doit être diversifié tout en restant structuré et lisible. La compartimentation des activités territoriales (le zonage en termes d’aménagement du territoire) est perçue comme un problème car elle amène, sous le couvert d’une optimisation de l’utilisation du sol, une uniformisation du territoire. De même, le paysage étant en constante évolution, la dynamique n’est pas perçue comme négative tant que les changements qui apparaissent ne se traduisent pas par un appauvrissement émotionnel. Pour contrer la banalisation, la dimension culturelle devrait être renforcée dans les tâches de planification et d’aménagement. Par ailleurs, le souci de développer une sensibilité paysagère chez les gestionnaires et le grand public est un objectif identitaire fondamental, même s’il relève pour certains de l’utopie.

31Ces tendances sont des modèles empiriques de la réalité qui schématisent les multiples représentations du paysage à l’intérieur de groupes théoriques. Ainsi, ils ne correspondent jamais exactement aux opinions des individus pris isolément mais à un ensemble de considérations partagées par certains d’entre eux. Les groupes ainsi constitués expriment l’importance que leurs membres accordent aux différents enjeux paysagers. La dimension émotionnelle par exemple, particulièrement marquée dans la tendance romantique, est présente à différents degrés chez l’ensemble de nos gestionnaires, même si certains avaient une certaine retenue à évoquer la dimension esthétique du paysage, dont le caractère subjectif leur semblait peut-être contraire à une pratique raisonnée du territoire. Ces modèles de représentation sociale permettent ainsi de faciliter la compréhension de la problématique du paysage jurassien. De plus, ils offrent une base intéressante pour la définition de critères d’appréciation du paysage (Figure 6). En effet, les aspects liés à l’héritage naturel et culturel, à la mixité de l’occupation du sol, à l’adaptation des pratiques au territoire ou encore à la diversité écologique et visuelle peuvent trouver leur prolongement dans des indicateurs existants ou qui sont encore à créer.

Figure 6 : Schéma simplifié d’évaluation du paysage: les différentes représentations sociales des acteurs ont été regroupées en modèles explicatifs synthétiques, sur la base desquels des critères d’appréciation du paysage peuvent être déterminés.

Discussion

Enseignements théoriques

32L’objectif du présent article était de fixer un cadre de référence pour l’évaluation du paysage et d’identifier un catalogue de préférences paysagères sur la base de regroupements sociaux. Le concept ‘paysage’ ne s’est pas avéré être un mot-valise autant qu’on pouvait s’y attendre. Il exprime le rapport qualitatif des sociétés à leurs territoires (Veuve, 1998) et son appréciation réside dans la complémentarité des approches basées sur la forme et le contenu. Elle repose sur la construction de représentations, issues d’expériences concrètes de l’espace auxquelles sont associées différentes significations, à la fois personnelles et culturelles. Notons ici que, contre toute attente, aucun de nos interlocuteurs n’a confondu biodiversité et paysage, comme c’est souvent le cas. C’est précisément dans la démarche de légitimation du paysage que les critères écologiques et environnementaux s’inscrivent, dans la mesure où ils ne sont pas explicitement des éléments visibles du paysage (Neuray, 1982), mais qu’ils requièrent des connaissances spécifiques demandant un effort de conceptualisation important.

33Notre étude fait ressortir l’importance de l’interface sensorielle comme porte d’entrée privilégiée pour caractériser le paysage. On relèvera cependant la primauté du visuel sur les autres sens: l’image, omniprésente dans la société contemporaine, est déterminante dans les descriptions que nous ont fait nos interlocuteurs, même si quelques signes auditifs ont également été mentionnés, comme par exemple le silence de la campagne. Au même titre que le grand public (Hunziker & Kienast, 1999), les gestionnaires sont donc en premier lieu sensibles à la dimension esthétique du paysage.

34De même, la reconnaissance de frontières est un phénomène crucial dans la délimitation des paysages. Pour abstraite qu’elle puisse être sur le terrain, cette notion révèle toute l’importance du contexte culturel dans le processus de représentation et d’identification. Des nuances dans la politique territoriale peuvent amener des différences visibles dans la configuration du paysage, comme celles mises en évidence par Miéville-Ott (2000) entre les exploitations agricoles suisses et françaises dans le Jura. Ainsi, l’ancrage régional, voire local, constitue un cadre d’expérience privilégié, dans lequel l’observateur peut se raccrocher à des éléments spatiaux de reconnaissance pour construire son interprétation. Les enquêtés s’attachent à décrire le paysage qui les entoure, c’est-à-dire à la fois leur ‘zone d’influence’ et leur cadre de vie. A cet échelon-là, les idées s’affirment et le discours devient plus engagé. Dès lors, il existe plusieurs niveaux de représentation du paysage qui s’emboîtent ; à chacun d’entre eux correspond un cadre politique, économique et social particulier qui oriente le jugement.

35Une lecture plus analytique apparaît sous-jacente à l’appréciation esthétique, qui met en relation la morphologie du terrain et l’utilisation du sol. Le relief forme la matrice du paysage en cela qu’il définit les conditions d’agencement du territoire (Michelin, 2000 ; Miéville-Ott, 2000) et constitue la dimension objective de l’expérience paysagère. Le paysage apparaît comme la conjonction d’une trame territoriale globale et d’éléments caractéristiques de détail (Rougerie & Beroutchachvili, 1991; Michelin, 2000), à laquelle l’observateur associe ses différentes interprétations. L’adaptation des pratiques territoriales au milieu, et parfois l’affranchissement de certaines contraintes, révèle ainsi les traces d’une utilisation passée de l’espace en même temps que l’existence d’enjeux politiques et économiques actuels. Bien que la dynamique paysagère soit difficile à mesurer par les acteurs, du fait de la lenteur des processus d’évolution de la forêt et du milieu rural d’une manière générale, mais aussi des effets indirects de certains facteurs sur le paysage, les gestionnaires sont assez conscients des changements en cours. Ces derniers, en particulier ceux d’origine exogène comme la péri-urbanisation, sont généralement perçus négativement, bien qu’ils ne soient pas forcément synonymes de dégradation (Sell & Zube, 1986).

36L’environnement physique est perçu à travers des filtres de plusieurs types qui déterminent la construction des représentations du paysage. Selon Bourassa (1991), ceux-ci sont d’origine biologique, culturelle et psychologique. Le premier niveau d’appréciation instinctif met en évidence une préférence générale pour des paysages mixtes, semi-ouverts, permettant à l’Homme de remplir ses fonctions de base (survie, défense, déplacement, etc.). Les sentiments de sécurité et de mystère (Kaplan & Kaplan, 1989 ; Lynch & Gimblett, 1992) évoqués par nos interlocuteurs au sujet des pâturages boisés jurassiens témoignent ainsi de l’importance de lieux offrant alternativement des refuges permettant de se protéger des dangers potentiels et des points d’observation offrant une certaine maîtrise de l’environnement (Appleton, 1975 ; Kaplan, 1975). La dualité largement reconnue du paysage sylvo-pastoral, d’apparence naturelle bien que d’origine anthropique (Coeterier, 1996 ; Purcell & Lamb, 1998 ; Nohl, 2001), s’exprime ainsi de manière ambivalente : l’idée d’un milieu sauvage et vierge attise les peurs et réveille les fantasmes archaïques d’une nature hostile, alors que la présence de la main humaine amène une certaine maîtrise des éléments qui agissent comme des objets de reconnaissance familiers et sécurisants. L’appartenance culturelle de l’individu à un groupe social détermine une deuxième dimension de l’appréciation paysagère. Les préférences sont conditionnées par des logiques d’acteurs, sensibles à des préoccupations particulières dont les effets se traduisent dans le paysage. Les acteurs s’organisent autour des rapports de propriété envers le territoire, définis par l’usage qu’ils en font et l’utilité qu’ils y trouvent (Purcell et al., 1994 ; Conan, in : Berque, 1994). Le paysage est perçu à travers des codes culturels forts qui fonctionnent comme des critères de reconnaissance identitaire. L’identification, réelle ou symbolique, avec des éléments signifiants du paysage agit comme une condition indispensable à la valorisation de celui-ci (Zube & Pitt, 1981 ; Lyons, 1983). Associés à une certaine idée du monde et de la société, ils contribuent de ce fait fortement à nourrir l’inconscient collectif (Collot, 1995). Enfin, la dimension psychologique, plus difficile à saisir, amène, par le biais d’expériences vécues et de souvenirs personnels, des nuances dans ce jugement (Beck, in : Lowenthal, 1967). Ces trois degrés d’appréciation, instinctif, culturel et psychologique, définissent ensemble l’origine de l’appréciation du paysage.

37La diversité des représentations sociales qui en découlent témoignent de la multiplicité des approches paysagères. Bien que parfois contradictoires (Hirsch et O’Hanlon, 1995), elles ont toutes leur valeur et leur légitimité propres, qu’il faut intégrer dans les processus de gestion. L’opposition entre les aspects économiques d’exploitation du territoire et ceux, non-monétaires, du paysage, apparaît au cœur du problème (Donnadieu, in : Berque, 1994 ; Michelin, 2000). Il s’avère d’après notre enquête que la rationalité fonctionnelle apparaît chez les acteurs comme une logique privilégiée de production du paysage, en regard des considérations culturelles et environnementales (Conan, in : Berque, 1994). En effet, les partisans des tendances "conservatrices" et "pragmatiques" font ressortir, quoique de manière différente, le rôle primordial des activités territoriales dans la définition du paysage. Les premiers voient la viabilité des pratiques agricoles et forestières comme une condition indispensable au maintien des paysages sylvo-pastoraux, par les mesures d’entretien qu’elles apportent. Ces dernières sont donc considérées comme le corollaire d’une activité de production de biens et non pas comme une fin en soi. Cependant, l’évolution actuelle des pratiques rurales, qui pose la gestion du paysage comme une prestation de service rétribuée en tant que telle, amène une rupture avec les traditions et est comprise comme une trahison ou une négation des efforts des anciens pour rendre la terre productive (Miéville-Ott, 2000). Les représentations sociales du paysage de ce groupe d’acteurs sont par conséquent intimement liées à leur identité professionnelle, menacée de disparaître ou d’être radicalement changée. Pour le second groupe, moins résistant au changement, le paysage est le fait d’activités territoriales adaptées au contexte d’aujourd’hui. La recherche de la rentabilité ne peut se limiter aux pratiques traditionnelles mais doit passer par une plus grande multi-fonctionnalité dans l’utilisation des ressources. L’attribution d’une place plus grande aux activités d’accueil, d’animation et de promotion touristique contribue à valoriser le paysage de manière plus diversifiée. Les représentations sociales des "pragmatiques" sont donc largement influencées par une perspective de développement régional, dans laquelle le paysage reflète un équilibre économique mais aussi social. Bien que la dimension culturelle apparaisse en filigrane dans ces deux premiers modèles, elle devient véritablement un objectif central pour la tendance "romantique". Le paysage est ici le reflet d’un cadre de vie particulier, témoin d’un patrimoine, d’un héritage et d’une culture bien vivante, qui agit comme un révélateur identitaire. C’est cette relation d’identification, reposant sur des bases à la fois sensibles et symboliques, qui importe le plus dans les représentations sociales de ce groupe.

38Il est difficile de définir précisément un profil d’acteur pour chaque modèle de représentation du paysage. L’origine professionnelle des individus par exemple est relativement hétérogène dans chacun des groupes. On peut toutefois dire que les personnes les plus âgées qui entretiennent un rapport très proche avec le terrain entrent plutôt dans la tendance "conservatrice". Les jeunes générations ainsi que les personnes ayant un regard plus extérieur au Jura se retrouveront dans les deux autres modèles. Notons encore qu’il existe potentiellement autant de représentations sociales que de groupes différents et que la liste proposée ici n’interdit pas d’envisager d’autres modèles. Hunziker (1995) par exemple a identifié une quatrième catégorie liée plus directement à la conservation de la nature, mettant en avant le critère de diversité des espèces et des habitats. Même si, comme on l’a vu, certains aspects du discours de nos interlocuteurs avaient trait à la biodiversité, notre enquête n’a pas fait ressortir de manière significative de véritable discours écologique, pourtant reconnu comme caractéristique de notre époque (Sell & Zube, 1986 ; Miéville-Ott, 2000). Une vision plus anthropocentrée s’est profilée dans les préoccupations des acteurs. Le désir de voir se refléter les activités humaines, passées ou présentes, dans le paysage est apparu comme un souci commun, illustrant l’effet de miroir de la médiation homme-espace à la base même du concept.

39La définition de modèles de représentations sociales du paysage exprime de manière empirique comment les différents enjeux de la relation entre la société et son territoire sont pondérés au sein de groupes d’acteurs. La variété des optiques, de la plus simple à la plus fouillée, montre bien les significations multiples et ambiguës associées au paysage ainsi que les différentes manières de les aborder. Comme le mentionne Donnadieu (in : Berque, 1994), les pratiques d’aménagements ruraux hésitent souvent entre conservation et développement. L’attitude réactive de poursuite du statu quo, illustrant par le non-engagement une préférence collective tacite (Willis & Garrod, 1992 ; Hunziker, 1995), est une perspective qui conduit à l’immobilisation du paysage. Cette tendance à la conservation a comme effet pervers un zonage de l’espace, qui distingue des territoires sanctuaires de ceux voués au développement (Veuve, 1998), instaurant ainsi une hiérarchie paysagère. Par ailleurs, l’intégration seule de considérations économiques aurait comme résultat une tendance à la séparation nette du pâturage et de la forêt telle qu’elle était prônée dans la politique productiviste d’après-guerre (Rieben, 1957). L’émergence d’arguments plus philanthropiques au sein même de ce discours rationaliste invalide toute approche strictement monétaire de la gestion paysagère. D’autres optiques de gestion plus durables sont envisageables, mais nécessitent une négociation de sens et de rôles. L’implication responsable et volontaire des partenaires dans la gestion du paysage est nécessaire et passe par une "promotion symbolique" (Debroux, in : Lenclud, 1995), une reconnaissance sociale de la fonction paysagère. Cette démarche implique l’adoption d’une distance critique et d’un point de vue spécifique sur le paysage (Lenclud, 1995). La recherche d’un arbitrage entre les points de vue doit permettre de positionner les groupes sociaux vis-à-vis de stratégies paysagères de gestion acceptables pour tous.

Limites de l’étude

40Ce travail, de nature exploratoire, a apporté des éclairages nouveaux sur les représentations paysagères des professionnels de la gestion et du développement territorial de l’arc jurassien. Il faut tempérer les résultats obtenus par le choix des personnes consultées, limité à des praticiens vivant à l’intérieur ou à proximité de la zone d’étude. Cependant, de par leur double appropriation de l’espace, ils ont une connaissance plus fine du territoire (Ythier, in  Lenclud, 1995). Cette familiarité amène une notion de réalité et d’identification au paysage. Leurs représentations, alliant objectifs professionnels et préférences personnelles, déterminent les éléments d’un paysage caractéristique, et s’avèrent une aide précieuse pour définir les relations socio-spatiales qu’ils entretiennent avec leur région (Hirsch & O’Hanlon, 1995). Ainsi, l’approche adoptée ici s’inscrit dans une démarche de régionalisme critique (Bourassa, 1991), qui vise une meilleure connaissance des processus paysagers en les rattachant à leur contexte géographique et à leurs usagers. Les résultats présentés ici dépendent de la dimension culturelle de l'étude et ne peuvent dès lors, en dehors des éléments théoriques de portée plus large, être généralisés à d’autres régions.

41Les représentations du paysage sont des produits culturels qui évoluent au fil du temps (Veuve, 1998). La construction sociale du regard s’organise différemment et s’enrichit. Ainsi, les modèles envisagés ici sont caractéristiques de l’époque actuelle et ne préfigurent pas les préférences à venir. Cependant, la compréhension de l’espace et l’appréciation du paysage par les locaux restent relativement stables au moins pendant la durée d’une décennie, compte tenu des changements qui surviennent dans l’utilisation du sol (Palmer, 1997). Les objectifs fixés au départ ont globalement été atteints et les analyses obtenues fournissent une base intéressante pour l’évaluation paysagère. Cependant, afin d’affiner un peu les résultats, il serait intéressant d’élargir l’étude à un nombre plus grand de personnes dans les différents corps de métier, de part et d’autre de la frontière jurassienne. Cela permettrait de mieux cerner les différences professionnelles et culturelles existantes, entre la Suisse et la France, mais aussi à plus grande échelle, entre les différentes régions.

Conclusion et perspectives

42Malgré l’accent mis par les acteurs sur les aspects de rationalité et de fonctionnalité, le paysage n’est plus considéré aujourd’hui comme la simple résultante d’activités économiques sur le territoire, mais bien comme l’un des objectifs de développement durable. Ainsi, l’analyse des représentations paysagères des gestionnaires du territoire et leur conceptualisation sous la forme de modèles s’avèrent très utiles pour mieux comprendre l’articulation des différents éléments et enjeux présents dans le paysage. Cette approche constitue dès lors une ouverture intéressante pour mieux intégrer les préférences, aux côtés de composantes plus objectives, dans les processus d’évaluation du paysage, à la base de toute intervention spatiale. La dimension largement qualitative des représentations paysagères ainsi que leur pluralité rendent cependant cette tâche difficile.

43Notre recherche se concentre actuellement sur la formulation d’indices pour caractériser la dimension visuelle du paysage à l’intérieur d’un Système d’Information Géographique (SIG). Sur cette base, l’objectif est d’essayer de traduire spatialement les préférences des différents groupes d’acteurs, d’identifier les points forts et les faiblesses du paysage ainsi que les éventuels conflits dans la gestion et de proposer une base pour la négociation. Dans ce contexte, la puissance des outils SIG en termes de visualisation et d’analyse, aussi bien en 2D qu’en 3D, et des méthodes multi-critères auxquelles ils peuvent être couplés, ouvre des perspectives prometteuses dans la poursuite de ce travail.

Haut de page

Bibliographie

Appleton J., 1975, The experience of landscape. London, John Wiley and Sons, 293 p.

Berque A., 1990, Médiance: de milieux en paysages. Montpellier, GIP Reclus.

Berque A., (dir). 1994, Cinq propositions pour une théorie du paysage. Champ Vallon, Seyssel.

Blanchet, A., Gotman, A. 1992, L’enquête et ses méthodes  l’entretien. Paris, Nathan, 125 p.

Blant M. (ed.)., 2001, Le Jura. Les paysages, la vie sauvage, les terroirs. Paris, Delachaux et Niestlé, 351p.

Bourassa S.C., 1991, The aesthetics of landscape. London, Belhaven Press, 168p.

Chételat, J. 2000, L’image du paysage sylvo-pastoral: quelques clefs de compréhension de l’attrait des pâturages boisés. La Forêt, n°9, p. 19. http://wslar.epfl.ch/rubrique/year2000/Rubr0900.html

Coeterier J.F., 1996, "Dominant attributes in the perception and evaluation of the Dutch landscape". Landscape and Urban Planning 34: 27-44.

Collot M., 1995, "Points de vue sur la perception des paysages". In: A. Roger (ed.), La théorie du paysage en France, 1974-1994. Champ-Vallon, Seyssel, 436p.

Daniel T.C., Schroeder H., 1980, "Scenic Beauty Estimation Model : Predicting perceived beauty of forest landscape". In : G. H. Elsner and R. C. Smardon (eds.), Our national landscape. Incline Vil, Springfield: 514-523.

Debray R., 1992, Vie et mort de l'image: une histoire du regard en Occident. Paris, Gallimard.

Fallet B., Schuler M., 1996, Atlas jurassien. Appui à la coopération transfrontalière. Saint-Martin-d'Hères: Cemagref; Lausanne: Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, 166 p.

Hirsch E., O’Hanlon M. (eds.), 1995, The anthropology of landscape: perspectives on place and space. Oxford,, Clarendon Press, 268 p.

Hunziker M., 1995, "The spontaneous reafforestation in abandoned agricultural lands : perception and aesthetic assessment by locals and tourists". Landscape and Urban Planning 31 : 399-410.

Hunziker M., Kienast F., 1999, "Potential impacts of changing agricultural activities on scenic beauty – prototypical technique for automated rapid assessment". Landscape Ecology 14 : 161-176.

Kaplan R., 1975, "Some methods and strategies in the prediction of preference". In: E.H. Zube, R.O. Brush, J.G. Fabos (eds), Landscape assessments: values, perceptions and resources. Stroudsburg, Pennsylvania, Dowden, Hutschinson & Ross, pp. 118-129.

Kaplan, R., Kaplan S., 1989, The experience of nature. A psychological perspective. Cambridge University Press, 340 p.

Lenclud G. et al.,,1995. Paysage au pluriel : Pour une approche ethnologique des paysages. Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 240 p.

Lowenthal D., 1967, Environmental perception and behavior. Department of Geography, University of Chicago, 91 p.

Lynch K., 1982, Voir et planifier: l’aménagement qualitatif de l’espace. Dunod, Paris, 215 p.

Lynch J.A., Gimblett R.H., 1992, "Perceptual values in the cultural landscape : a spatial model for assessing and mapping perceived mystery in rural environments". Journal of Computers, Environment and Urban Systems, 16 : 453-471.

Lyons E., 1983, "Demographic correlates of landscape preference". Environment and Behavior 15(4) : 487-511.

Michelin Y., 2000, "Le bloc-diagramme : une clé de compréhension des représentations du paysge chez les agriculteurs ?" Cybergeo, n°118, 10 p.: http://cybergeo.revues.org/index1992.html

Miéville-Ott V., 2000, "Les éleveurs du Jura face à l’écologisation de leur métier". Le Courrier de l’environnement de l’INRA, n°40, 10 p.

Neuray G., 1982, Des paysages: Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? Gembloux, Les Presses Agronomiques du Gembloux.

Nohl W., 2001, "Sustainable landscape use and aesthetic perception-preliminary reflections on future landscape aesthetics". Landscape and Urban Planning 54, 223-237.

OFAG., 2001, Politique agricole 2007 ou comment la politique agricole poursuit son évolution. Berne, Office fédéral de l’agriculture, 154 p.

OFEFP et al., 1998, Conception "Paysage suisse". Berne, Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage, 42 p.

Palmer J.F., 1997, "Stability of landscape perceptions in the face of landscape change". Landscape and Urban Planning, 37, 109-113.

Purcell A.T., Lamb R.J., Peron E.M., Falchero S., 1994, "Preference of preferences for landscape ?" Journal of Environmental Psychology 14(3) : 195-209.

Purcell A.T., R.J. Lamb., 1998, "Preference and naturalness: an ecological approach". Landscape and Urban Planning 42 : 57-66.

Rieben E., 1957, La forêt et l’économie pastorale dans le Jura. Vallorbe, Forêts et Pâturages, 249 p.

Rougerie G., Beroutchachvili N., 1991, Géosystèmes et paysages: bilans et méthodes. Paris, Armand Colin, 302 p.

Sell J.L., Zube E.H., 1986, "Perception of and response to environmental change". Journal of Architecture and Planning Research 3 : 33-54.

Tiberghien G.A., 2001, Nature, art, paysage. Acte Sud – Ecole Nationale du paysage – Centre du paysage, Paris, 228 p.

Veuve L., 1998, La gestion du paysage. Lausanne, Rapport établi dans le cadre du plan directeur cantonal vaudois, 15 p.

Willis, K.G., Garrod G.D.,1992, "Assessing the value of future landscapes". Landscape and Urban Planning 23: 17-32.

Zube, E.H., Pitt D.G., 1981, "Cross-cultural perceptions of scenic and heritage landscapes". Landscape Planning 8: 69-87.

Zube, E.H., Friedman S., Simcox D.E., 1989, "Landscape change – Perceptions and physical measures". Environmental Management 13: 639-644.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Chételat et Elise Ley, « Intégration des représentations sociales
dans la gestion du paysage jurassien », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 228, mis en ligne le 18 novembre 2002, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/2048 ; DOI : 10.4000/cybergeo.2048

Haut de page

Auteurs

Joël Chételat

joel.chetelat@epfl.chLaboratoire de Systèmes d’Information Géographique (LASIG), Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), CH-1015 Lausanne.WSL-Antenne romande (Institut fédéral de recherches pour la forêt, la neige et le paysage), CH-1015 Lausanne.

Elise Ley

elise_ley@hotmail.comLaboratoire de Systèmes d’Information Géographique (LASIG), Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), CH-1015 Lausanne.WSL-Antenne romande (Institut fédéral de recherches pour la forêt, la neige et le paysage), CH-1015 Lausanne.

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page