Navigation – Plan du site
2008
433

Statistique, géographie et savoirs sur l’espace en Allemagne (1780-1820)

Statistics, geography and space knowledge in Germany (1780-1820)
Guillaume Garner

Résumés

La statistique et la géographie politique sont encore très proches l’une de l’autre à la fin du XVIIIe siècle, et se caractérisent notamment par une approche de l’espace centrée sur le territoire étatique. Les guerres de la période révolutionnaire et impériale, par les incessantes redéfinitions du tracé des frontières qu’elles impliquent en Europe et dans l’Empire, fragilisent par conséquent les pratiques établies dans ces deux disciplines. La crise est cependant moins grave pour les géographes qui, au début du XIXe siècle, abandonnent les frontières politiques au profit des frontières naturelles, tandis que la statistique peine à renouveler ses fondements méthodologiques. Le retour de la paix après 1815 favorise cependant un retour de l’État comme objet d’étude et du territoire comme catégorie d’appréhension de l’espace. Ce retour se traduit par une renaissance de la « géographie politique » qui repose en partie sur une captation de l’héritage scientifique légué par la statistique universitaire, dont la légitimité sociale et scientifique est fortement fragilisée dans la première moitié du XIXe siècle. Parallèlement la statistique quantitative s’implante dans les administrations, comme en Prusse, et élabore son propre savoir sur l’espace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Foucault Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, (...)
  • 2  Bog Ingomar, « Ist die Kameralistik eine untergangene Wissenschaft ? », Berichte zur Wissenschafts (...)

1Les années 1780-1820 sont marquées dans le domaine de l’histoire des sciences par des processus de différenciation, de redécoupage et de redistribution des savoirs entre différentes disciplines, en même temps qu’émergent de nouveaux savoirs, de nouveaux discours1. C’est ce double jeu de formation disciplinaire et de redistribution des savoirs entre géographie et statistique qui sera ici étudié, ce qui implique également une interrogation sur l’éventuelle disparition de disciplines : formulée à propos des sciences camérales à partir du milieu du XIXe siècle2, la question mérite en effet d’être posée pour le courant de la « statistique universitaire », dont le foyer principal est, depuis le milieu du XVIIIe siècle, l’université de Göttingen.

  • 3  Sur l’activité de Conring comme statisticien, voir Lazarsfeld Paul, « Notes sur l’histoire de la q (...)

2Cette discipline (également appelée « Staatskunde ») se constitue à partir des années 1660 sous l’impulsion de Hermann Conring, professeur à l’université de Helmstedt : celui-ci propose une description empirique des États organisée en reprenant le schéma aristotélicien des quatre causes : cause matérielle (territoire et population), cause finale (buts de la communauté, de l’État), cause formelle (droit, coutume) et cause efficiente (administration)3. Cette connaissance doit être utile aux administrateurs (« Beamte ») dont la formation se fait au sein des universités, qui sont étroitement liées au pouvoir des princes.

  • 4  Achenwall Gottfried, Vorbereitung zur Staatswissenschaft der heutigen fürnehmsten Europäischen Rei (...)
  • 5  Id., Staatsverfassung der heutigen vornehmsten Reiche und Völker im Grundrisse, Göttingen, 1752, p (...)
  • 6  Hoock Jochen, 1977, « D’Aristote à Adam Smith : quelques étapes de la statistique allemande entre (...)

3Nommé professeur à l’université de Göttingen en 1748, Gottfried Achenwall (1719-1772) définit également la statistique comme une science descriptive qui étudie l’État tel qu’il est. Mais il s’écarte sur deux points du modèle de Conring. D’une part, il assoit la statistique sur les principes du droit naturel, selon lesquels les hommes s’unissent dans une société civile ou un État en vue d’un but commun : la félicité, ou le bien-être : la statistique doit donc étudier les « singularités » d’un État4, c'est-à-dire « ce qui concerne à un large degré le bien-être d’une république, que cela le gêne ou le favorise »5. D’autre part, il substitue au schéma des quatre causes une formule, « le pays et les gens » (Land und Leute), le « pays » renvoyant à la situation géographique, aux frontières, à la superficie, au climat, aux fleuves et au relief, ainsi qu’aux produits naturels des trois règnes, tandis que la catégorie de « gens » englobe la population, les institutions et l’organisation générale de l’État. Cette approche de la statistique repose donc en grande partie sur les conceptions économiques formulées par les sciences camérales. Cette statistique descriptive s’implante dans les universités allemandes durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, comme le montre la publication de nombreux manuels et de traités de statistique reprenant largement les conceptions d’Achenwall6.

  • 7  Anton Friedrich Büsching (1724-1793) : après des études de théologie à Halle, il accomplit des séj (...)
  • 8  Johann Christoph Gatterer (1727-1799), professeur d’histoire à l’université de Göttingen, auteur d (...)
  • 9  Sur les nombreux points communs à la statistique descriptive, à la géographie politique de Büschin (...)

4De nombreux points communs unissent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle la statistique universitaire et la géographie – ou « description de la Terre » (Erdbeschreibung) – telle qu’elle se constitue autour de la figure majeure de Büsching7 : les deux disciplines sont principalement centrées sur une étude descriptive de l’État, et se caractérisent par une perception politisée de l’espace, dans la mesure où ce sont les frontières politiques qui découpent les objets d’étude pertinents, à savoir les territoires des différents États. Gatterer8 a certes préconisé dans les années 1770 l’abandon des territoires au profit d’entités naturelles (à savoir les bassins hydrographiques), puisant une bonne partie de ses conceptions dans la géographie française du XVIIIe siècle, notamment dans les travaux de Philippe Buache, mais son projet n’a, dans la pratique, pas connu de véritable réalisation. Statistique et géographie reposent par ailleurs sur un socle de conceptions politiques et économiques qui empruntent très largement aux sciences camérales, c'est-à-dire à une discipline dans laquelle le concept de territoire occupe également une place centrale9.

5C’est précisément cette approche politisée de l’espace qui est profondément remise en cause par les bouleversements à la fois politiques, territoriaux et intellectuels intervenus pendant la période révolutionnaire et impériale : il en résulte une crise identitaire pour ces deux disciplines, une incertitude sur la nature de leur objet d’étude, face auxquelles les géographes cherchent une réponse en renouvelant l’objet et l’approche de l’espace de leur discipline, tandis que la statistique universitaire éprouve des difficultés beaucoup plus importantes à opérer un tel renouvellement méthodologique. Il conviendra donc de montrer comment, dans la recherche de réponses à cette crise, s’est opéré un double processus de différenciation de la statistique et de la géographie et de diversification des savoirs sur l’espace au sein de ces deux disciplines. Ce processus n’a cependant rien de linéaire : il  s’opère ainsi au lendemain du Congrès de Vienne un rapprochement entre géographie politique et statistique, dont la signification pour ces deux disciplines sera à interroger.

La crise de la statistique et de la géographie pendant la Révolution et Empire

Un objet devenu insaisissable

  • 10  Adam Christian Gaspari (1752-1830), professeur de philosophie à l’université de Iéna à partir de 1 (...)
  • 11  Gaspari Adam Christian, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung, vol. 1, Weimar, 1797, (...)

6Les transformations de la carte politique de l’Europe constituent le principal problème auxquels sont confrontées la statistique et la géographie, dans la mesure où les guerres des années 1792-1814 provoquent une refonte quasi-permanente des frontières politiques, marquée par l’apparition et la disparition, sous le Consulat et le Premier Empire, de plusieurs États et entités politiques, en particulier dans l’espace de l’ancien Saint-Empire, dont  la carte politique est soumise à un véritable remembrement. L’objet d’étude même de la statistique et de la géographie, l’État et son territoire, devient par conséquent insaisissable, et ce thème revient comme une litanie dans les traités de statistique et de « description de la Terre » publiés durant ces deux décennies. Gaspari10, qui dirige la publication, à partir de 1797, d’un ambitieux Manuel complet de description de la Terre conçu sur le modèle de celui de Büsching, formule ainsi dans la préface du premier volume l’espoir que les traités de paix de 1797 stabiliseront la situation géopolitique de l’Europe11. Cet espoir est vain, puisque l’entreprise est interrompue en 1802 après la publication des quatre premiers volumes. 

  • 12  La préface de la seconde édition, en 1819, du Manuel de Gaspari, rédigée par les éditeurs, est ain (...)
  • 13  Koselleck Reinhart, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, (1ère édit (...)
  • 14  Johann Ernst Fabri (1755-1825), professeur de géographie et de statistique à l’université d’Erlang (...)
  • 15  Fabri Johann Ernst, Geographie für alle Stände, vol. 5, Leipzig, 1808, p. VII-VIII.

7La récurrence des plaintes sur les difficultés de la pratique de la statistique et de la géographie est frappante, et elle s’explique par deux raisons supplémentaires, outre la difficulté à cerner l’objet d’étude. Intervient d’abord un facteur économique : ces encyclopédies de géographie en plusieurs volumes impliquent des coûts de fabrication importants qui risquent de se transformer en pertes en cas d’inachèvement de la publication12. La période révolutionnaire et impériale est ensuite marquée par un profond bouleversement du rapport qu’entretiennent la statistique et la géographie avec le temps. Celles-ci se conçoivent en effet principalement comme des sciences (« Wissenschaften ») décrivant un état présent ; or les frontières entre passé, présent et futur sont singulièrement brouillées par la succession accélérée de batailles, de traités de paix et de redécoupages des frontières13. C’est ce malaise qu’exprime Fabri14 en 1808 en ouverture au cinquième volume de sa Géographie en regrettant qu’« une grande partie du contenu, qui valait encore comme vérité constituée au moment de la livraison du manuscrit à l’officine, est depuis passé dans le royaume des erreurs, ou, plus exactement, est passé de la sphère de la durée présente dans le territoire illimité de la véritable sphère de l’histoire »15.

  • 16  Wilhelm Butte (1772-1833), professeur d’économie politique et de statistique à Landshut en Bavière (...)
  • 17  Butte Wilhelm, Statistik als Wissenschaft, Landshut, 1808, p. 266-267

8Wilhelm Butte16 exprime un malaise similaire quand il s’efforce de redéfinir les fondements épistémologiques de la statistique. À ceux qui affirment que la statistique ne doit pas traiter du passé en tant que tel pour n’étudier que le présent, il répond qu’on peut définir tout moment comme un « maintenant » : cette définition est « à vrai dire une abstraction de tout temps. Car le temps est un écoulement (…) et le présent ne porte le caractère de la temporalité que par la comparaison par laquelle elle est mesurée au passé et au futur ». Si l’on applique cette définition du présent, « la statistique reste ce qui est ainsi ordonné sans que la dent du temps puisse y changer le moindre élément. »17

Une crise plus aiguë pour la statistique

9Cette remise en cause affecte également les fondements théoriques de la statistique universitaire, car les postulats qu’elle partage avec les sciences camérales sont durement critiqués dans les années 1790 du fait de l’émergence d’une économie politique (la Nationalökonomie) se réclamant d’Adam Smith – et dont l’un des bastions est précisément le principal foyer de cette statistique : l’université de Göttingen. Ce nouveau discours économique affirme l’autonomie de la société civile et des phénomènes économiques au sein de la sphère du marché, et opère ainsi une double distinction, entre État et société civile, entre territoire et espace de marché, qui est lourde de menaces pour la statistique universitaire.

  • 18  August Ludwig von Schlözer (1735-1809), historien, juriste, professeur à l’université de Göttingen (...)

10La volonté de conjurer cette menace donne tout son sens à la synthèse théorique publiée en 1804 par l’héritier de l’école fondée par Achenwall, August Ludwig Schlözer18, synthèse qui vise à intégrer dans la statistique cette redéfinition des rapports État – société civile. Schlözer résume l’objet d’étude de la statistique dans la célèbre formule selon laquelle « les forces unies agissent » («Vires unitae agunt »), dans laquelle :

  • Les forces représentent les hommes, le pays (« Land »), les produits, la monnaie en circulation,

  • L’union désigne la constitution, l’organisation de l’Etat, son régime politique,

    • 19  Schlözer August Ludwig, Theorie der Statistik. Nebst Ideen über das Studium der Politik überhaupt, (...)

    L’action renvoie au gouvernement, à l’administration19.

  • 20  Ibid., p. 38.
  • 21  Ibid., p. 25.

11Ce faisant, il souligne la nécessité d’articuler entre elles, et non de juxtaposer, les données géographiques et politiques : « Le fait géographique que l’Angleterre soit une île ne devient statistique que par le fait qu’il soit présenté comme une raison principale de la toute-puissance des Britanniques » ; c’est cette démarche problématique, et non pas simplement descriptive, qui distingue la « géographie aride » de la géographie politique20. Schlözer rappelle que la géographie est une science auxiliaire de la statistique, avec une pointe polémique contre la géographie politique büschingienne, puisque la confusion entre les deux disciplines serait le fait des géographes qui ont intégré dans leurs écrits des données statistiques pour rendre ceux-ci plus attractifs aux yeux du public21. Cette synthèse ne débouche donc pas sur un renouvellement du savoir de l’espace, dans la mesure où le « pays » à étudier désigne, comme dans les sciences camérales, le territoire étatique.

  • 22  Lueder August Ferdinand, Kritik der Statistik und Politik nebst einer Begründung der politischen P (...)
  • 23  Lueder August Ferdinand, Einleitung in die Staatskunde nebst einer Statistik der vornehmsten europ (...)

12De manière générale, la réponse apportée par Schlözer se révèle peu opératoire dans la mesure où le choc de la Révolution française et des guerres napoléoniennes a disqualifié l’absolutisme éclairé et ses piliers théoriques supposés, à savoir les sciences camérales et la statistique, qui aurait vécu avec la défaite de la Prusse à la bataille de Iéna-Auerstedt son « chemin de Damas »22. La formule est signée d’August Ferdinand Lueder, dont l’itinéraire intellectuel mérite quelques précisions. Ce pur produit de l’université de Göttingen rédige en effet en 1792 un traité de statistique qui s’inscrit dans la lignée de la « statistique universitaire » telle que la pratique alors Schlözer, avant de publier entre 1800 et 1804 un traité de Nationalökonomie qui se réclame de la Richesse des Nations d’Adam Smith. Et il déclenche en 1812, puis en 1817, deux séries d’attaques extrêmement violentes contre la statistique universitaire, dans lesquelles il stigmatise, entre autres, l’importance dévolue au territoire étatique23.

  • 24  Behre Otto, Geschichte der Statistik in Brandenburg-Preussen bis zur Gründung des Königlichen Stat (...)

13Les réformes politiques et administratives menées pendant cette période ont également affaibli la position de la statistique universitaire, en consacrant la statistique quantitative, reposant sur la présentation des données collectées dans des tableaux, comme la pratique d’enquête la plus efficiente pour œuvrer au redressement des États concernés. La fondation en 1805 du premier Bureau de Statistique prussien est l’exemple le plus net de cette volonté de mettre la statistique tabellaire au service d’un programme de politique économique d’inspiration « libérale », son fondateur, Leopold Krug, étant un partisan déclaré des physiocrates et d’Adam Smith24.

La refonte de la géographie

  • 25  Voir l’étude classique de Wisotzki Emil, « Die reine Geographie », in : Wisotzki Emil, Zeitströmun (...)

14Beaucoup plus nettement que la statistique, la géographie met en œuvre une stratégie de redéfinition de son rapport à l’espace : celle-ci consiste à étudier des entités immuables, non soumises au changement historique, c'est-à-dire des entités définies par des frontières naturelles. Il s’agit en d’autres termes de reprendre et d’appliquer le projet de Gatterer, en jetant ainsi les bases d’une « géographie pure »25.

  • 26  August Zeune (1778-1853), suit des études de théologie et de géographie à Wittenberg. Pédagogue sp (...)
  • 27  Zeune August, Gea : Versuch einer wissenschafltichen Erdbeschreibung, Berlin, 1808, p. V.
  • 28  Ibid., p. V-VI.

15La publication de l’ouvrage : Gea (sous-titré : Essai d’une description scientifique de la Terre) en 1808 par August Zeune26 représente une étape majeure de cette redéfinition de la géographie. Dans sa préface, Zeune part de la situation politique de l’Allemagne, qu’il juge désastreuse, pour souligner la nécessité d’un strict cloisonnement entre géographie et statistique, prétendant faire œuvre de « séparation chimique ». La différenciation des deux disciplines est en effet loin d’être achevée, pour le plus grand dommage de la géographie : « Il se trouvait toujours, mélangés aux descriptions de la Terre, des fragments de statistique, nommés géographie politique, et c’est ainsi qu’après chaque traité de paix, et même de nos jours souvent tous les quinze jours, une nouvelle géographie était nécessaire. »27 Zeune propose donc une « géographie apolitique qui a l’avantage d’être perpétuelle », et emploie une métaphore qui illustre bien le besoin de clarifier le rapport troublé des deux disciplines à la temporalité : la géographie est perpétuelle comme le calendrier, alors que la géographie politique traditionnelle et la statistique, comme les calendriers généalogiques annuels, doivent être remis à jour28.

  • 29  L’idée de frontières naturelles allemandes a par ailleurs une connotation surtout « défensive » : (...)

16Les frontières naturelles préconisées par Zeune sont soit des montagnes, soit des fleuves, et permettent de redécouper de nouveaux objets d’étude, qui sont rebaptisés. L’Allemagne est ainsi nommée « Hercinialand », et ses frontières sont dessinées par l’arc alpin, l’Oder, les mers de la Baltique et du Nord, et le Rhin ; l’« Hercinialand » englobe donc le Danemark, le sud des Pays-Bas et le nord de la Suisse. L’ouvrage de Zeune appelle deux remarques : d’une part, il refuse explicitement le critère linguistique dans la définition de la frontière ; sa tonalité est d’autre part très peu « anti-française » : Napoléon est même cité en exemple car il a compris que l’étude de la géographie physique est un facteur important de victoires militaires – il est présenté comme l’exécuteur de la géographie pure, c'est-à-dire celui qui contribue au rapprochement entre frontières politiques et naturelles29.

  • 30  Un débat similaire se produit en France au XVIIIe siècle : voir Nordman Daniel, Frontières de Fran (...)
  • 31  Sur cette « nationalisation de la géographie », voir Jeismann Michael, Das Vaterland der Feinde. S (...)
  • 32  Luden Heinrich, « Das Vaterland, oder Staat und Volk » (1814), rééd. in : Brandt Hardtwig (éd.), R (...)

17L’ouvrage de Zeune déclenche cependant un débat sur le meilleur critère de définition des frontières naturelles, l’alternative opposant les fleuves aux montagnes, débat qui permet de redonner au bassin hydrographique l’importance qu’elle avait chez Gatterer. Ces discussions sont nourries par le recul des armées françaises : le poète Arndt publie ainsi après la bataille de Leipzig (1813) un poème intitulé « le Rhin, fleuve allemand, et non frontière allemande », et le climat d’exaltation de la nation allemande consécutive à cette bataille conduit Zeune à réviser ses premières prises de position : en 1814, dans l’ouvrage significativement intitulé Der Rheinstrom, Deutschlands Weinstrom, nicht Deutschlands Rainstrom (Le Rhin, fleuve vinicole, et non fleuve frontalier de l’Allemagne), il repousse les frontière naturelles occidentales de l’Allemagne jusqu’au pied des Vosges et du Jura, rejoignant ainsi les partisans de la frontière linguistique, qui considèrent les Alsaciens comme des Allemands. Les géographes défendent pour la plupart les chaînes de montagne et les lignes de partage des eaux comme frontière naturelle30, ce qui est une façon de s’opposer au cours d’eau mis en valeur par l’idéologie géopolitique des frontières naturelles de la Révolution française, et surtout de faire de l’idée de frontière naturelle le support de l’affirmation d’une identité nationale allemande31. Il faut cependant se garder de considérer le nationalisme ici à l’œuvre comme uniquement belliqueux, dans la mesure où la diffusion de l’idée de frontières naturelles s’explique aussi par la volonté d’établir sur des bases géographiques non arbitraires le rêve d’une paix perpétuelle32.

Repenser les rapports homme-nature : le paradigme de la « Länderkunde »

  • 33  Schultz Hans-Dietrich, « Land – Volk – Staat. Der geografische Anteil an der « Erfindung » der Nat (...)
  • 34  Ritter Carl, « Einige Bemerkungen über den methodischen Unterricht in der Geographie », Zeitschrif (...)

18C’est dans le contexte d’élaboration de ce discours des frontières naturelles et de la réception des Idées de Herder (1785) que se constitue une nouvelle approche : celle de la « Länderkunde »33. Ce discours se démarque consciemment de celui de la statistique et de la géographie politique traditionnelle, comme en témoigne un article de jeunesse, publié par Carl Ritter en 1806 dans une revue de pédagogie éditée par son mentor en matière de géographie, Johann Christoph Friedrich GutsMuths. Ritter y établit une bipartition : la géographie naturelle a pour finalité de dégager des « divisions naturelles de la surface terrestre », sur la base non pas des méridiens et des parallèles (qui représentent un principe de division « arbitraire »), mais des lignes de partage des eaux qui délimitent des bassins hydrographiques, tandis que la géographie politique (« Völker- und Länderkunde ») doit présenter « l’influence des éléments qui relèvent de la géographie naturelle, sur l’industrie, le commerce, la civilisation et les rapports civils des pays (« Länder ») et des peuples dans le moment présent »34.

  • 35  Ibid., p. 210
  • 36  Ibid., p. 213.

19Ritter établit ainsi un primat de l’entité naturelle, du « pays » (« Land ») sur l’entité politique, puisque ces divisions naturelles constituent « la base de toute la géographie politique »35. Il opère ainsi par rapport aux discours de la statistique et de la géographie politique, un double déplacement. D’une part, il découple la notion de « pays » de celle de territoire politique et juridique : la synonymie des deux termes, dans la statistique et les sciences camérales, est ici abandonnée. D’autre part, il inverse la relation traditionnellement établie entre État et espace : alors que dans la statistique et les sciences camérales, le territoire était le produit de la formation initiale de l’État, et qu’il pouvait ensuite être largement modelé ou remodelé par l’action du gouvernement en vue de l’exploitation optimale de ses ressources, il est désormais soumis au primat du pays (« Land »). Ritter formule explicitement ce nouveau paradigme : « L’élève s’habituera au point de vue philosophique, selon lequel ce n’est pas le pays qui est lié à l’État, mais l’État au pays »36.

Affirmation de la géographie, déclin de la statistique ?

L’après-1815 : le retour de la statistique et de la géographie politique

  • 37  Johann Georg Meusel (1743-1820), professeur d’histoire et de statistique à l’université d’Erlangen (...)

20Le rétablissement, lors du Congrès de Vienne, de frontières étatiques promises à la stabilité se traduit très vite par la reprise de la publication de manuels de statistique. Johann Georg Meusel37 publie ainsi en 1817 la quatrième édition de son Manuel de Statistique. La liste des rubriques retenues témoigne de la permanence d’une démarche classificatoire d’inventaire, sur des thèmes de nature essentiellement politique et juridique.

  • 38  Johann Georg Friedrich (1748-1824), receveur des douanes et lieutenant au service de la Prusse et (...)
  • 39  Jacobi Johann Georg Friedrich, Neue systematische und allgemeine Erdbeschreibung für alle Stände : (...)
  • 40  Ibid., p. III-IV

21Cette reprise de l’activité éditoriale se vérifie également pour les manuels et les encyclopédies de géographie politique ou de description de la Terre. L’espoir de voir régner en Europe une paix durable est formulé par de nombreux auteurs, comme Jacobi38 qui publie en 1815 le premier volume d’une « nouvelle description de la Terre systématique et générale pour tous les ordres ; d’après les dispositions du Congrès de Vienne »39. Il y rappelle que les grands changements des vingt dernières années (en Europe et surtout en Allemagne) « ont presque totalement troublé la géographie politique », rendant inutilisables tous les livres de géographie, alors que le besoin de connaissance en géographie ne fait que croître40. Le Congrès de Vienne, en instaurant un ordre de paix durable, apporte un nouvel appui à la pratique de la géographie et de la statistique, marquant ainsi également pour ces deux disciplines le début d’une nouvelle époque.

  • 41  Cette seconde édition a été codirigée par Gaspari, Georg Hassel et Johann Günther Friedrich Cannab (...)

22L’exemple de la réédition de la Géographie de Gaspari41 en 1819 révèle un certain nombre d’indices montrant que cette géographie reprend très largement les catégories de la géographie politique telle qu’elle était pratiquée à la fin du XVIIIe siècle. En premier lieu, les références bibliographiques intègrent certes des nouveautés (la géographie de l’Europe de Carl Ritter), mais la plupart des références tutélaires renvoient à Büsching et à des géographies bâties suivant le même modèle, comme celles de Norrmann ou Fabri. En outre, la tripartition géographie mathématique – géographie physique – géographie politique (sous des appellations diverses) est conservée, avec un net primat des questions politiques, institutionnelles et administratives. Enfin, les chapitres consacrés aux différents pays traités sont marqués par une prépondérance écrasante de la « topographie », c'est-à-dire à une étude monographique des circonscriptions administratives des États traités.

  • 42  Gaspari Adam Christian, Hassel Georg, Cannabich Johann Günther Friedrich, Vollständiges Handbuch d (...)
  • 43  Johann Christoph Friedrich GutsMuths (1759-1839) : après des études de théologie et de pédagogie à (...)
  • 44  GutsMuths Johann Christoph Friedrich, Kurzer Abriss der Erdbeschreibung : als Leitfaden und Memori (...)

23Quelle représentation et quel découpage de l’espace cette géographie politique propose-t-elle ? Ce point est abordé à la fin de la partie du premier volume consacrée à la géographie politique. La division des continents peut d’abord se faire selon les peuples et les pays (« Länder »), dont les frontières sont définies par la nature ou par la langue, et sont qualifiées de « fermes et précises », même dans le cas des frontières linguistiques, malgré l’existence de dialectes mixtes. Mais le concept de « Land » peut également être lié à celui d’Etat : sont alors en jeu des frontières politiques, donc incertaines car arbitraires et soumises au changement. De manière caractéristique, cette division des continents est qualifiée de « géographique » dans le premier cas, de « statistique » dans le second. Quant à la division des États, elle peut se faire selon des critères géographiques – elle isole alors des provinces ou des régions dont l’unité repose souvent sur la présence de montagnes, de forêts ou de fleuves – ou politiques, c'est-à-dire par circonscriptions administratives, judiciaires, financières ou ecclésiastiques42. La suite de l’ouvrage montre que, comme chez Büsching, les critères politiques et administratifs sont nettement privilégiés. Ce canevas connaît des variantes dont on se gardera de surestimer la portée : GutsMuths43 étudie ainsi en 1821 la France département par département, en regroupant ceux-ci dans quatorze bassins hydrographiques, au prix de contorsions parfois acrobatiques44.

24À première vue se produit donc une double renaissance, de la statistique et de la géographie politique, comme si les deux décennies de remise en cause et de rénovations méthodologiques étaient mises ente parenthèses. Une telle impression est cependant à nuancer à bien des égards.

  • 45  Théré Christine, Étude sociale des auteurs économiques 1566-1789, thèse ANRT Lille, 1990 ; Perrot (...)

25Cette renaissance semble d’abord affecter la géographie plus que la statistique : on touche là un problème d’historiographie, dans la mesure où le déclin de la statistique universitaire après 1815 est plus souvent affirmé que prouvé, en l’absence d’enquêtes quantitatives sur la publication d’ouvrages de statistique sur le modèle de celles menées par J-C. Perrot et C. Théré sur l’économie politique française45.

  • 46  Gaspari Adam Christian, Hassel Georg, Cannabich Johann Günther Friedrich, Vollständiges Handbuch d (...)

26La géographie politique, quant à elle, entretient incontestablement des rapports distants avec la « géographie pure » préconisée par Zeune ou Ritter. Le premier volume du Manuel de Description de la Terre de Gaspari (1819), quand il évoque l’histoire de la discipline, précise ainsi que pendant la « dictature mondiale napoléonienne », on a voulu bâtir une « géographie pure » à partir des conceptions de Gatterer : cette « idée que Zeune a conçue avec bonheur » a cependant fait long feu, car « à présent les géographies de remplacement disparaissent peu à peu, comme tous les produits de remplacement de cette époque »46. On ne saurait mieux ruiner la prétention de la géographie pure à se doter de fondements perpétuels.

  • 47  Ibid., p. 8.

27La géographie politique entend prendre ses distances également dans sa lecture des rapports nature-homme et société en relativisant le poids accordé dans la « Länderkunde » au milieu naturel : la géographie « peut être dans l’ensemble résumée à deux rubriques principales, pays (Land) et le peuple (Volk). Car l’homme a une influence tellement décisive sur le pays et sur la Terre en général, que là où il est, il ne peut absolument pas être séparé d’elle. Il est le premier  produit de la Terre, le seul être moral vivant sur celle-ci, qui la considère comme sa propriété entière, et constitue donc un élément majeur de la description de celle-ci »47. Ces différences entre géographie politique et géographie « pure » ne doivent cependant pas être surestimées : il existe des points de rencontre et d’intersection entre ces deux courants de la géographie, comme l’illustre l’itinéraire de GutsMuths, à la fois proche de Carl Ritter et acteur de cette « renaissance » de la géographie traditionnelle des États.

  • 48  Hassel Georg, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung und Statistik, 2 vol., Berlin, 1 (...)

28Symétriquement semble s’opérer un nouveau rapprochement avec la statistique : cette dernière ne peut pas, parce qu’elle est traitée comme science particulière, être exclue d’un manuel de géographie. Les frontières entre ces deux disciplines ne sont d’ailleurs pas encore clairement définies, la statistique et l’histoire étant à considérer comme des sciences auxiliaires de la géographie. Un autre manuel publié dans ces années de l’après-Congrès de Vienne, et dont le titre accole précisément statistique et géographie, illustre ce propos en ajoutant aux rubriques habituelles de la géographie quelques-uns des thèmes spécifiques à la statistique (ayant trait en particulier à l’organisation générale et à l’administration des États)48.

  • 49  Sperling Walter, « Von der väterländischen Erziehung zur staatsbürgerlichen Bildung im Geographieu (...)

29Par ailleurs, l’idée d’une entité allemande n’est, après la fondation de la Confédération germanique, non seulement plus d’actualité, mais porteuse, aux yeux des autorités politiques des États allemands, d’une charge subversive qui favorise un repli sur des grilles de découpage de l’espace plus familières et surtout moins conflictuelles. Comme on l’a vu, le pédagogue GutsMuths qui entendait dans les années 1813-1815 favoriser auprès des écoliers la connaissance de la patrie allemande, rédige par la suite des manuels de facture beaucoup plus traditionnelle et fidèles aux frontières politiques redessinées en 181549.

  • 50  Engelmann Gerhard, Die Hochschulgeographie in Preussen 1810-1914, Wiesbaden, Steiner, 1983, p. 6 s (...)
  • 51  Lindenfeld David, The Practical Imagination. The German Sciences of State in the Nineteenth Centur (...)

30Les rapports entre les deux disciplines semblent donc osciller entre fusion et captation d’héritage, absorption de la statistique universitaire par la géographie. Un élément plaide en faveur de la seconde hypothèse : la géographie bénéficie d’une légitimité sociale et institutionnelle plus forte que celle de la statistique, notamment parce qu’elle occupe une place importante et peu contestée dans l’enseignement. Ce constat vaut pour l’enseignement scolaire, comme l’illustre l’action de GutsMuths, qui entend faire de la géographie un outil d’éducation patriotique des futurs citoyens. Il se vérifie également pour l’enseignement universitaire : ainsi, lors de la fondation de l’université de Berlin en 1810, à l’inverse de la statistique, la géographie bénéficie de la création d’une chaire spécifique, et celle-ci est confiée en 1811 à Zeune, avec rang de « professeur extraordinaire » (où s’ouvrent ces guillemets ?), Ritter étant nommé professeur ordinaire en 182050. Hors de Berlin, il convient cependant de préciser que le déclin de la statistique au sein du paysage universitaire allemand est progressif, et ne devient significatif qu’à partir des années 183051.

Mutations de la statistique : l’essor des Bureaux de Statistique

  • 52  Hoock J., « D’Aristote… », art. cit., p. 485-487.
  • 53  Leopold Krug (1770-1843), après des études de théologie, d’économie, de statistique et de géograph (...)
  • 54  Johann Georg Hoffmann (1765-1847) : d’abord assesseur à la Chambre des Domaines de Königsberg, il (...)

31La crise de légitimité de la statistique universitaire ne s’est pas seulement nouée par rapport à la géographie, mais également par rapport aux autres branches de la statistique. L’institutionnalisation de la statistique tabellaire, visant la réalisation d’une mesure quantifiée des forces et de la richesse de l’État, est en effet consacrée au début du XIXe siècle par la création des Bureaux de Statistique dans les différents États de la Confédération Germanique après 1815 : cette évolution s’est d’abord dessinée en Prusse où est fondé un premier Bureau de Statistique, à l’existence éphémère (1805-1806), qui est refondé entre 1808 et 181052. Les écrits des directeurs respectifs de ces deux Bureaux permettent de mieux approcher le savoir de l’espace qui s’élabore dans cette statistique administrative : il s’agit d’abord de Leopold Krug53 (et notamment de ses Betrachtungen über den Nationalreichthum des preußischen Staates und über den Wohlstand seiner Bewohner, publiées en 1805), et de Johann Gottfried Hoffmann54, directeur du second Bureau et auteur d’une Uebersicht der Bodenfläche und Bevölkerung des preußischen Staats, publiée en 1817 et rééditée en 1819.

  • 55  Christian Jakob Kraus (1753-1807) : professeur de philologie à l’université de Königsberg (1781), (...)
  • 56  Voir l’étude de Vogel Barbara, Allgemeine Gewerbefreiheit. Die Reformpolitik des preußischen Staat (...)

32L’itinéraire de Hoffmann est des plus révélateurs : adepte des théories d’Adam Smith, il se fait connaître par un écrit hostile aux corporations, qui lui vaut quelques années plus tard, d’occuper la chaire d’économie politique à l’université de Königsberg après le décès de Christian Jacob Kraus55, qui avait fortement contribué à la diffusion de la nouvelle Nationalökonomie par son enseignement et ses publications. Directeur du second Bureau de Statistique en 1808, Hoffmann cumule cette charge à partir de 1810 avec celle de professeur à la chaire d’économie politique à la nouvelle université de Berlin, et il joue par ailleurs un rôle de premier plan dans la politique de réformes économiques mises en place par le chancelier Hardenberg56.

  • 57  Krug Leopold, Betrachtungen über den Nationalreichthum des preußischen Staates und über den Wohlst (...)
  • 58  Vogel B., Allgemeine Gewerbefreiheit…, op. cit., p. 151-152.

33Cette pratique de la statistique  administrative tire ses catégories essentielles de l’économie politique smithienne, qu’il s’agisse de la richesse nationale, du revenu national,  voire de la physiocratie chez Krug qui tente une estimation du « produit net » des terres en Prusse. Ces catégories sont donc des grandeurs qu’il s’agit de calculer à la fois par la pratique du recensement et celle de l’estimation arithmétique. Krug précise ainsi en 1805 que le vrai travail de l’« arithmétique statistique » est de « constituer avec vraisemblance un tout, à partir des informations disponibles sûres, qui ne peuvent être complétées ou réfutées que par des données véritables  tirées de d’objets calculés »57. Cette démarche est guidée par le souci de rechercher un équilibre entre ces différentes « classes » composant la société, dans la mesure où de trop grands écarts de richesse pénaliseraient, aux yeux de Krug comme de nombre de réformateurs proches de Hardenberg, l’enclenchement du cercle vertueux de la croissance décrit par les tenants de la Nationalökonomie, qui attribue aux besoins et à la propension à l’échange un rôle fondamental dans la mise en place de la division du travail et la création de richesses58.

  • 59  Hoffmann Johann Gottfried, Uebersicht der Bodenfläche und Bevölkerung des preußischen Staats, (181 (...)
  • 60  Margairaz Dominique, « La géographie des administrateurs », in : Blais H. et Laboulais I. (dir.), (...)

34Quel rapport cette statistique administrative entretient-elle avec l’espace ? Ces enquêtes se réfèrent d’abord à un espace homogénéisé, c'est-à-dire délesté de ses disparités administratives. « La Prusse » est présentée comme une entité homogène, ce qui n’avait rien d’évident : certes soumis à une autorité politique unique, les « États prussiens » (comme on les appelle à l’époque du Saint-Empire) se partagent entre ceux qui relèvent du Brandebourg et se situent dans l’Empire et le royaume de Prusse, hors de l’Empire. Cette configuration perdure après le Congrès de Vienne, puisque le royaume de Prusse n’appartient pas à la Confédération Germanique. Cette distinction apparaît dans les manuels de « statistique universitaire » et de géographie politique : le troisième volume de la réédition de la Géographie de Gaspari (en 1819) présente ainsi la Monarchie prussienne  en distinguant les « États allemands prussiens » et les « États de la monarchie situés hors d’Allemagne ». Une telle distinction disparaît en revanche totalement chez Krug comme chez Hoffmann qui abandonnent la présentation des données suivant les subdivisions administratives quand celle-ci est inutile à leur propos. Ainsi l’État prussien comprend-il selon Hoffmann trois parties : la principauté de Neufchâtel, la « partie occidentale » (les provinces situées autour de la vallée du Rhin) et la « masse principale », de Halle à Königsberg, par-delà les limites de la Confédération Germanique59. Une telle présentation révèle une volonté de centralisation politique, dont le Bureau de Statistique nouvellement créé doit précisément être l’un des outils majeurs. Les subdivisions administratives n’ont donc pas d’importance par elles-mêmes, mais bien pour la grille de saisie des données quantifiées et homogènes qu’elles fournissent. Est ainsi rendu possible un « travail d’émancipation à l’égard du cadre administratif du recueil des données »60 qui permet au statisticien-administrateur d’agréger et de totaliser ces données à plus petite échelle, et suivant des rubriques thématiques (démographiques, fiscales, productives…).

  • 61  Ces termes sont employés par les économistes se réclamant de Smith : voir par exemple Jakob Ludwig (...)

35L’adhésion à un programme de politique économique « libéral » peut donc tout à fait être compatible avec une certaine forme de centralisation étatiqueet avec la conservation de la catégorie de territoire. Mais cette dernière renvoie moins au « territoire » politique et juridique – auquel se réfèrent les sciences camérales, la « statistique universitaire » ou la géographie de Büsching – qu’au territoire (« Land », « Territorium ») défini comme la « portion de la surface terrestre »61 propre à la société civile, territoire à l’intérieur duquel les individus peuvent, par la production et l’échange, œuvrer à la satisfaction de leurs besoins et participer ainsi à la création de richesses.

  • 62  Garner G., État, économie…, op. cit., p. 303 suiv.
  • 63  Krug L., Betrachtungen…, op. cit., vol. 2, Berlin, 1805, p. 611 suiv. ; Hoffmann J. G., Uebersicht (...)

36Ce découplage du territoire par rapport à l’État, qui est également à l’œuvre dans la Nationalökonomie,62 repose sur un préalable incontournable : la mise en application des lois et des principes de l’économie de marché. On retrouve ici une volonté d’homogénéisation de l’espace qui implique, aux yeux de Krug et plus encore de Hoffmann, l’abolition de l’ancienne différence de statut juridique entre villes et campagnes. Celle-ci se traduisait, dans le domaine économique, par de fortes contraintes sur la localisation des activités : l’agriculture étant réservée aux campagnes, l’artisanat, les manufactures et le commerce relevant de l’économie urbaine (« Stadtwirthschaft »). L’un des objectifs majeurs des réformateurs prussiens était d’abolir cette distinction en instaurant la « liberté d’activité économique » (« Gewerbefreiheit »), notion qui englobait en particulier la liberté dans le choix du lieu de son activité économique. Ce projet – abolir les différences de statut juridique des villes et des campagnes pour les insérer dans un espace de marché homogène – apparaît à travers les critiques formulées contre l’accise, ou dans l’affirmation selon laquelle la différence entre villes et campagnes est graduelle, Hoffmann privilégiant de manière générale une approche fonctionnelle du fait urbain par rapport à une définition s’appuyant sur des critères juridiques ou morphologiques63.

Conclusion

37Les années 1780-1820 représentent, dans l’histoire des relations entre géographie et statistique, une période de bifurcations multiples. La très grande proximité entre les deux disciplines se défait en effet pendant la période révolutionnaire et impériale, puisque les géographes, confrontés à des bouleversements dont les approches traditionnelles ne permettent plus de rendre compte, redéfinissent l’objet et l’approche spatiale de leur discipline en privilégiant l’étude d’entités définies par des frontières « naturelles » et non plus politiques. Ils en redéfinissent également les fondements philosophiques dans la mesure où la géographie « pure », la « Länderkunde » élaborée par Ritter au début du XIXe siècle, proposent également une relecture des rapports homme-nature en rupture avec celle qui avait prévalu dans la géographie de Büsching comme dans la statistique ou les sciences camérales.

38À l’inverse, la statistique universitaire et la géographie politique restent fidèles à une grille politisée de perception de l’espace qui, étant provisoirement inapplicable, explique les difficultés croissantes de ces deux disciplines à affirmer leur légitimité scientifique.

39Toutes deux ne sont cependant pas, au lendemain du Congrès de Vienne, dans une situation similaire, et la double renaissance qui semble les affecter après 1815 ne doit pas faire illusion. D’une part, la statistique universitaire est également confrontée à l’affirmation d’un discours économique nouveau – celui de la Nationalökonomie – qui rompt avec les conceptions héritées dans sciences camérales sur lesquelles elle s’était appuyée jusqu’à Schlözer : l’élaboration théorique d’un espace de marché distinct du territoire, le projet de faire du territoire l’espace d’activité économique de la nation, d’une société civile conçue comme de plus en plus autonomes, sont autant d’innovations intellectuelles qui sont incompatibles avec le paradigme de cette discipline. Le discrédit dont elle souffre et l’appropriation progressivement exclusive du terme « statistique » par la pratique administrative des Bureaux de Statistique en sont la conséquence la plus nette, illustrée par le cas de la Prusse où cette nouvelle pratique scientifique est mise au service d’un programme de politique économique visant à instaurer précisément cet espace de marché « libéral ».

40D’autre part, la géographie réussit au lendemain des années 1813-1815 à la fois à s’approprier une partie de l’héritage de la statistique provenant de la fin du XVIIIe siècle et à procéder à un renouvellement de ses fondements méthodologiques et épistémologiques. Elle en obtient une forte légitimité scientifique et sociale, qu’illustrent notamment le mouvement de création de chaires de géographie et sa place privilégiée dans l’enseignement primaire et secondaire, légitimité qui s’affirme principalement aux dépens de la statistique descriptive universitaire.

Haut de page

Bibliographie

Achenwall Gottfried, Vorbereitung zur Staatswissenschaft der heutigen fürnehmsten Europäischen Reiche und Staaten worinnen derselben eigentlichen Begriff und Umfang in einer bequemen Ordnung entwirft und seiner Vorlesungen darüber ankündiget, Göttingen, 1748.

Achenwall Gottfried, Staatsverfassung der heutigen vornehmsten Reiche und Völker im Grundrisse, Göttingen, 1752.

Butte Wilhelm, Statistik als Wissenschaft, Landshut, 1808.

Fabri Johann Ernst, Geographie für alle Stände, Leipzig, 1786-1808, 5 vol.

Gaspari Adam Christian, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung, Weimar, 1797-1805, 4 vol.

Gaspari Adam Christian, Hassel Georg, Cannabich Johann Günther Friedrich, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung, Weimar, 1819-1832, 23 vol.

GutsMuths Johann Christoph Friedrich, Kurzer Abriss der Erdbeschreibung : als Leitfaden und Memorienbuch für Schule, (1819), 2ème éd., Leipzig, 1821.

Hassel Georg, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung und Statistik, Berlin, 1816-1817, 2 vol.

Hoffmann Johann Gottfried, Uebersicht der Bodenfläche und Bevölkerung des preußischen Staats, (1817), 2e éd., Berlin, 1819.

Jacobi Johann Georg Friedrich, Neue systematische und allgemeine Erdbeschreibung für alle Stände :  nach den Bestimmungen des Wiener Congresses, Augsbourg, 1815.

Jakob Ludwig Heinrich, Grundsätze der Nationalökonomie oder National-Wirthschaftslehre, Halle, 1805.

Krug Leopold, Betrachtungen über den Nationalreichthum des preußischen Staates und über den Wohlstand seiner Bewohner, Berlin, 1805, 2 vol.

Luden Heinrich, « Das Vaterland, oder Staat und Volk » (1814), rééd. in : Brandt Hardtwig (éd.), Restauration und Frühliberalismus 1814-1860, Darmstadt, wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1979, p. 96-103.

Lueder August Ferdinand, Einleitung in die Staatskunde nebst einer Statistik der vornehmsten europäischen Reiche. Ein Handbuch, Leipzig, 1792.

Lueder August Ferdinand,  Ueber Nationalindustrie und Staatswirthschaft. Nach Adam Smith bearbeitet, Berlin, 1800-1804, 3 vol.

Lueder August Ferdinand, Kritik der Statistik und Politik nebst einer Begründung der politischen Philosophie, Göttingen, 1812.

Lueder August Ferdinand, Kritische Geschichte der Statistik, Göttingen, 1817.

Ritter Carl, « Einige Bemerkungen über den methodischen Unterricht in der Geographie », Zeitschrift für Pädagogik, Erziehungs- und Schulwesen, vol. 7, 1806 / 2, p. 198-219.

Schlözer August Ludwig, Theorie der Statistik. Nebst Ideen über das Studium der Politik überhaupt, Göttingen, 1804.

Zeune August, Gea : Versuch einer wissenschafltichen Erdbeschreibung, Berlin, 1808.

Zeune August, Der Rheinstrom, Deutschlands Weinstrom, nicht Deutschlands Rainstrom, Berlin, 1815.

Haut de page

Annexe

Travaux récents

Behre Otto, Geschichte der Statistik in Brandenburg-Preussen bis zur Gründung des Königlichen Statistischen Bureaus, Berlin, Heymann, 1905.

Blais Hélène et Laboulais Isabelle (dir.), Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006.

Blais Hélène, Laboulais Isabelle, « Les figures de la géographie moderne : fragments et régularités », in : Blais Hélène et Laboulais Isabelle (dir.), Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 9-60.

Bog Ingomar, « Ist die Kameralistik eine untergangene Wissenschaft ? », Berichte zur Wissenschaftsgeschichte, vol. 4, 1981, p. 61-72.

Bourguet Marie-Noëlle, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, éditions des Archives Contemporaines, 1988.

Desrosières Alain, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993.

Engelmann Gerhard, Die Hochschulgeographie in Preussen 1810-1914, Wiesbaden, Steiner, 1983.

Foucault Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966.

Garner Guillaume, État, économie, territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique 1740-1820, Paris, éd. EHESS, 2006.

Garner Guillaume, « La représentation de l’espace dans les discours économique et géographique en Allemagne au XVIIIe siècle », in : Blais Hélène et Laboulais Isabelle (dir.), Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 217-233.

Hoock Jochen, 1977, « D’Aristote à Adam Smith : quelques étapes de la statistique allemande entre le XVIIe et le XIXe siècle », in : Pour une Histoire de la Statistique, Paris, INSEE, vol. 1, p. 477-483.

Jeismann Michael, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992.

Koselleck Reinhart, « Le concept d’histoire » (1ère édit., 1975), trad. in : Koselleck Reinhart, L’expérience de l’histoire, trad., Paris, Gallimard / Le Seuil, 1997, p. 15-99.

Koselleck Reinhart, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, (1ère édit., 1979), trad., Paris, éditions de l’E.H.E.S.S., 1990.

Lazarsfeld Paul, « Notes sur l’histoire de la quantification en sociologie : les sources, les tendances, les grands problèmes », in : Lazarsfeld Paul, Philosophie des sciences sociales, Paris, Gallimard, 1963, p. 75-162.

Lindenfeld David, The Practical Imagination. The German Sciences of State in the Nineteenth Century, Chicago Londres, University of Chicago Press, 1997.

Margairaz Dominique, « La géographie des administrateurs », in : Blais Hélène et Laboulais Isabelle (dir.), Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006,  p. 185-215.

Nordman Daniel et Ozouf-Marignier Marie-Vic, Atlas de la Révolution française, vol. 4 : Le territoire (1). Réalités et représentations, Paris, éditions EHESS, 1989.

Nordman Daniel, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1998.

Perrot Jean-Claude, « Économie politique » (1988), rééd. in Perrot Jean-Claude, Une histoire intellectuelle de l’économie politique (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, éditions EHESS, 1992, p. 63-95.

Sandl Marcus, Ökonomie des Raumes. Der kameralwissenschaftliche Entwurf der Staatswirtschaft im 18. Jahrhundert, Cologne, Vienne, Weimar, Böhlau, 1999.

Schultz Hans-Dietrich, « Deutschlands « natürliche » Grenzen », in : Demandt Alexander (dir.), Deutschlands Grenzen in der Geschichte, (1990), 3e édition, Munich, Beck, 1993, p. 32-93.

Schultz Hans-Dietrich, « Land – Volk – Staat. Der geografische Anteil an der « Erfindung » der Nation », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 51, 2000, p. 4-16.

Sperling Walter, « Von der väterländischen Erziehung zur staatsbürgerlichen Bildung im Geographieunterricht. J. C. F. GutsMuths als Beispiel » in : Haberland Detlef (dir.), Geographia spiritualis : Festschrift für Hanno Beck, Francfort/Main, Peter Lang, 1993, p. 251-269.

Théré Christine, Étude sociale des auteurs économiques 1566-1789, thèse ANRT Lille, 1990.

Vogel Barbara, Allgemeine Gewerbefreiheit. Die Reformpolitik des preußischen Staatskanzlers Hardenberg (1810-1822), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1983.

Wisotzki Emil, « Die reine Geographie » in : Wisotzki Emil, Zeitströmungen in der Geographie, Leipzig, Duncker & Humblot, 1897, p. 193-266.

Haut de page

Notes

1  Foucault Michel, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966 ; sur la position de la géographie dans ce processus, voir Blais Hélène, Laboulais Isabelle, « Les figures de la géographie moderne : fragments et régularités », in : Blais Hélène et Laboulais Isabelle (dir.), Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 9-60.

2  Bog Ingomar, « Ist die Kameralistik eine untergangene Wissenschaft ? », Berichte zur Wissenschaftsgeschichte, vol. 4, 1981, p. 61-72 ; Sandl Marcus, Ökonomie des Raumes. Der kameralwissenschaftliche Entwurf der Staatswirtschaft im 18. Jahrhundert, Cologne, Vienne, Weimar, Böhlau, 1999, p. 375 suiv.

3  Sur l’activité de Conring comme statisticien, voir Lazarsfeld Paul, « Notes sur l’histoire de la quantification en sociologie : les sources, les tendances, les grands problèmes », in : id., Philosophie des sciences sociales, Paris, Gallimard, 1963, p. 88-97.

4  Achenwall Gottfried, Vorbereitung zur Staatswissenschaft der heutigen fürnehmsten Europäischen Reiche und Staaten worinnen derselben eigentlichen Begriff und Umfang in einer bequemen Ordnung entwirft und seiner Vorlesungen darüber ankündiget, Göttingen, 1748, p. 7.

5  Id., Staatsverfassung der heutigen vornehmsten Reiche und Völker im Grundrisse, Göttingen, 1752, p. 2.

6  Hoock Jochen, 1977, « D’Aristote à Adam Smith : quelques étapes de la statistique allemande entre le XVIIe et le XIXe siècle », in : Pour une Histoire de la Statistique, Paris, INSEE, vol. 1, p. 477-483 ; Desrosières Alain, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993, p. 29-34.

7  Anton Friedrich Büsching (1724-1793) : après des études de théologie à Halle, il accomplit des séjours prolongés en Russie avant d’être directeur de lycée à Berlin. Il publie à partir de 1754 une volumineuse « Description de la Terre » (Erdbeschreibung) souvent rééditée et traduite en plusieurs langues.

8  Johann Christoph Gatterer (1727-1799), professeur d’histoire à l’université de Göttingen, auteur de nombreux ouvrages d’histoire, d’un traité de statistique (1773) et un traité de géographie (1775).

9  Sur les nombreux points communs à la statistique descriptive, à la géographie politique de Büsching et aux sciences camérales, voir Garner Guillaume, « La représentation de l’espace dans les discours économique et géographique en Allemagne au XVIIIe siècle », in : Blais H. et Laboulais I. (dir.), Géographies plurielles, op. cit., p. 217-233.

10  Adam Christian Gaspari (1752-1830), professeur de philosophie à l’université de Iéna à partir de 1795, de géographie et de statistique à l’université de Königsberg en 1810, auteur de nombreux manuels de géographie et de statistique.

11  Gaspari Adam Christian, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung, vol. 1, Weimar, 1797, préface.

12  La préface de la seconde édition, en 1819, du Manuel de Gaspari, rédigée par les éditeurs, est ainsi traversée par le souci de rassurer le public et les souscripteurs sur l’achèvement de l’entreprise.

13  Koselleck Reinhart, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, (1ère édit., 1979), trad., Paris, éditions de l’E.H.E.S.S., 1990 ; id., « Le concept d’histoire » (1ère édit., 1975), trad. in : Koselleck Reinhart, L’expérience de l’histoire, trad., Paris, Gallimard / Le Seuil, 1997, p. 15-99.

14  Johann Ernst Fabri (1755-1825), professeur de géographie et de statistique à l’université d’Erlangen à partir de 1794, auteur de plusieurs manuels de géographie.

15  Fabri Johann Ernst, Geographie für alle Stände, vol. 5, Leipzig, 1808, p. VII-VIII.

16  Wilhelm Butte (1772-1833), professeur d’économie politique et de statistique à Landshut en Bavière, auteur de plusieurs traités de statistique et de science de la police.

17  Butte Wilhelm, Statistik als Wissenschaft, Landshut, 1808, p. 266-267

18  August Ludwig von Schlözer (1735-1809), historien, juriste, professeur à l’université de Göttingen à partir de 1770 où il enseigne l’histoire, la statistique, la politique et le droit public. Auteur de nombreux ouvrages et traités d’histoire, de droit et de science politique, il a également édité des périodiques d’information statistique qui ont eu un écho important.

19  Schlözer August Ludwig, Theorie der Statistik. Nebst Ideen über das Studium der Politik überhaupt, Göttingen, 1804, p. 59-60

20  Ibid., p. 38.

21  Ibid., p. 25.

22  Lueder August Ferdinand, Kritik der Statistik und Politik nebst einer Begründung der politischen Philosophie, Göttingen, 1812, p. 49.

23  Lueder August Ferdinand, Einleitung in die Staatskunde nebst einer Statistik der vornehmsten europäischen Reiche. Ein Handbuch, Leipzig, 1792 ; Ueber Nationalindustrie und Staatswirthschaft. Nach Adam Smith bearbeitet, Berlin, 1800-1804, 3 vol. ; Kritische Geschichte der Statistik, Göttingen, 1817. Sur cet itinéraire, voir Garner Guillaume, État, économie, territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique 1740-1820, Paris, éd. EHESS, 2006, p. 269 suiv.

24  Behre Otto, Geschichte der Statistik in Brandenburg-Preussen bis zur Gründung des Königlichen Statistischen Bureaus, Berlin, Heymann, 1905, p. 378-379.

25  Voir l’étude classique de Wisotzki Emil, « Die reine Geographie », in : Wisotzki Emil, Zeitströmungen in der Geographie, Leipzig, Duncker & Humblot, 1897, p. 193-266.

26  August Zeune (1778-1853), suit des études de théologie et de géographie à Wittenberg. Pédagogue spécialisé dans l’enseignement aux aveugles, il est nommé professeur de géographie à l’université de Berlin en 1810.

27  Zeune August, Gea : Versuch einer wissenschafltichen Erdbeschreibung, Berlin, 1808, p. V.

28  Ibid., p. V-VI.

29  L’idée de frontières naturelles allemandes a par ailleurs une connotation surtout « défensive » : Schultz Hans-Dietrich, « Deutschlands « natürliche » Grenzen », in : Demandt Alexander (dir.), Deutschlands Grenzen in der Geschichte, (1990), 3e édition, Munich, Beck, 1993, p. 32-93, ici p. 38.

30  Un débat similaire se produit en France au XVIIIe siècle : voir Nordman Daniel, Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 106-114. Sur le caractère frontalier des fleuves pendant la Révolution, voir Nordman Daniel et Ozouf-Marignier Marie-Vic, Atlas de la Révolution française, vol. 4 : Le territoire (1). Réalités et représentations, Paris, éditions EHESS, 1989, p. 31.

31  Sur cette « nationalisation de la géographie », voir Jeismann Michael, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992, p. 51 suiv.

32  Luden Heinrich, « Das Vaterland, oder Staat und Volk » (1814), rééd. in : Brandt Hardtwig (éd.), Restauration und Frühliberalismus 1814-1860, Darmstadt, wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1979, p. 96-103.

33  Schultz Hans-Dietrich, « Land – Volk – Staat. Der geografische Anteil an der « Erfindung » der Nation », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 51, 2000, p. 4-16.

34  Ritter Carl, « Einige Bemerkungen über den methodischen Unterricht in der Geographie », Zeitschrift für Pädagogik, Erziehungs- und Schulwesen, vol. 7, 1806 / 2, p. 198-219, ici p. 205.

35  Ibid., p. 210

36  Ibid., p. 213.

37  Johann Georg Meusel (1743-1820), professeur d’histoire et de statistique à l’université d’Erlangen à partir de 1779, connu pour son encyclopédique dictionnaire des savants allemands (Das gelehrte Deutschland oder Lexikon der jetztlebenden teutschen Schriftsteller).

38  Johann Georg Friedrich (1748-1824), receveur des douanes et lieutenant au service de la Prusse et de la Bavière.

39  Jacobi Johann Georg Friedrich, Neue systematische und allgemeine Erdbeschreibung für alle Stände :  nach den Bestimmungen des Wiener Congresses, Augsbourg, 1815.

40  Ibid., p. III-IV

41  Cette seconde édition a été codirigée par Gaspari, Georg Hassel et Johann Günther Friedrich Cannabich.

42  Gaspari Adam Christian, Hassel Georg, Cannabich Johann Günther Friedrich, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung, vol. 1, Weimar, 1819, p. 457 suiv.

43  Johann Christoph Friedrich GutsMuths (1759-1839) : après des études de théologie et de pédagogie à Halle, il enseigne diverses matières, dont la géographie, au « Philanthropinium » de Schnepfenthal à partir de 1785. Il rédige des traités de géographie, mais aussi et surtout des ouvrages et des revues de pédagogie.

44  GutsMuths Johann Christoph Friedrich, Kurzer Abriss der Erdbeschreibung : als Leitfaden und Memorienbuch für Schule, (1819), 2ème éd., Leipzig, 1821. Le département du Var est ainsi rattaché au bassin hydrographique du Rhône, les Pyrénées-Orientales à celui de l’Aude, etc.

45  Théré Christine, Étude sociale des auteurs économiques 1566-1789, thèse ANRT Lille, 1990 ; Perrot Jean-Claude, « Economie politique » (1988), rééd. in  Perrot Jean-Claude, Une histoire intellectuelle de l’économie politique (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, éditions EHESS, 1992, p. 63-95.

46  Gaspari Adam Christian, Hassel Georg, Cannabich Johann Günther Friedrich, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung, vol. 1, Weimar, 1819, p. 90.

47  Ibid., p. 8.

48  Hassel Georg, Vollständiges Handbuch der neuesten Erdbeschreibung und Statistik, 2 vol., Berlin, 1816-1817.

49  Sperling Walter, « Von der väterländischen Erziehung zur staatsbürgerlichen Bildung im Geographieunterricht. J. C. F. GutsMuths als Beispiel », in : Haberland Detlef (dir.), Geographia spiritualis : Festschrift für Hanno Beck, Francfort/Main, Peter Lang, 1993, p. 251-269, ici p. 259.

50  Engelmann Gerhard, Die Hochschulgeographie in Preussen 1810-1914, Wiesbaden, Steiner, 1983, p. 6 suiv.

51  Lindenfeld David, The Practical Imagination. The German Sciences of State in the Nineteenth Century, Chicago, Londres, University of Chicago Press, 1997, p.  131-133.

52  Hoock J., « D’Aristote… », art. cit., p. 485-487.

53  Leopold Krug (1770-1843), après des études de théologie, d’économie, de statistique et de géographie à Halle, il a accompli l’essentiel de sa carrière au Bureau de Statistique de Berlin et a publié plusieurs ouvrages de statistique et d’économie politique.

54  Johann Georg Hoffmann (1765-1847) : d’abord assesseur à la Chambre des Domaines de Königsberg, il devient professeur d’économie politique à l’université de Königsberg (en 1807), et obtient la chaire d’économie politique à l’université de Berlin (fondée en 1810), après être entré en 1808 comme conseiller du chancelier Hardenberg au gouvernement.

55  Christian Jakob Kraus (1753-1807) : professeur de philologie à l’université de Königsberg (1781), il y enseigne l’économie politique à partir des années 1790 à partir de la Richesse des Nations d’Adam Smith ; auteur d’un traité en cinq volumes (Staatswirtschaft, 1808) qui synthétise ses conceptions économiques.

56  Voir l’étude de Vogel Barbara, Allgemeine Gewerbefreiheit. Die Reformpolitik des preußischen Staatskanzlers Hardenberg (1810-1822), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1983.

57  Krug Leopold, Betrachtungen über den Nationalreichthum des preußischen Staates und über den Wohlstand seiner Bewohner, vol. 1, Berlin, 1805, p. XX.

58  Vogel B., Allgemeine Gewerbefreiheit…, op. cit., p. 151-152.

59  Hoffmann Johann Gottfried, Uebersicht der Bodenfläche und Bevölkerung des preußischen Staats, (1817), 2e éd., Berlin, 1819, p. 6.

60  Margairaz Dominique, « La géographie des administrateurs », in : Blais H. et Laboulais I. (dir.), Géographies plurielles, op. cit., p. 185-215, citation p. 201. Un constat similaire est dressé à propos des départements français après 1806 : voir Bourguet Marie-Noëlle, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, éditions des Archives Contemporaines, 1988, p. 304.

61  Ces termes sont employés par les économistes se réclamant de Smith : voir par exemple Jakob Ludwig Heinrich, Grundsätze der Nationalökonomie oder National-Wirthschaftslehre, Halle, 1805, p. 24, 28.

62  Garner G., État, économie…, op. cit., p. 303 suiv.

63  Krug L., Betrachtungen…, op. cit., vol. 2, Berlin, 1805, p. 611 suiv. ; Hoffmann J. G., Uebersicht der Bodenfläche …, op. cit., p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garner, « Statistique, géographie et savoirs sur l’espace en Allemagne (1780-1820) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 433, mis en ligne le 28 novembre 2008, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/20883 ; DOI : 10.4000/cybergeo.20883

Haut de page

Auteur

Guillaume Garner

chercheurMission historique française en Allemagne (Göttingen)Garner@mhfa.mpg.de

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page