Navigation – Plan du site
2009
436

Les musées, un outil efficace de régénération urbaine ? Les exemples de Mons (Belgique), Essen (Allemagne) et Manchester (Royaume-Uni)

Museums, an effective way for urban regeneration? Examples of Mons (Belgium), Essen (Germany) and Manchester (United Kingdom)
Bruno Lusso

Résumés

Depuis les années 1980, l’institution muséale a progressivement été instrumentalisée dans le cadre de vastes programmes de régénération urbaine initiés par la puissance publique. Les élus des villes lourdement marquées par l’industrie pensent que l’implantation d’un musée sur leur territoire peut avoir des retombées notables en termes d’image et de redéploiement économique. Cet article pose donc la question des retombées réelles qu’un musée peut exercer sur son territoire. Pour ce faire, trois exemples précis et distincts localisés dans des territoires anciennement industrialisés d’Europe occidentale ont été retenus : l’Imperial War Museum North (Manchester), le Musée du Design (Essen) et le Musée des Arts Contemporains ou MAC’s (Mons). S’il est clair que les musées peuvent être des pierres angulaires à la transformation physique de la ville et à l’amélioration de son image de marque, les impacts en matière économique et sociale sont néanmoins beaucoup plus mitigés. Les musées, activité culturelle chroniquement déficitaire, ont des retombées économiques plutôt limitées en dehors des secteurs du tourisme et de la culture. Quant aux retombées sociales, le musée semble ne pas totalement atteindre son objectif de démocratisation, que ce soit à l’intérieur des ses murs ou dans son environnement urbain direct.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 2007, l’ICOM (Conseil International des Musées) définit le musée comme « une institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation ». Après une longue période de déclin, les musées connaissent entre la fin des années 1960 et le début des années 1970 de profondes mutations (nouvelle muséographie, développement de la médiation, introduction d’activités commerciales,…) qui entraînent, entre autres, un vaste mouvement de rénovation et de construction muséale (Balle, 2004). Les musées nouvellement créés s’inscrivent le plus souvent dans le cadre de vastes programmes de régénération urbaine.Chronologiquement, la régénération urbaine est passée d’une simple rénovation, réhabilitation d’équipements et de tissus bâtis obsolètes, à une restructuration de la forme urbaine, puis au renouvellement des bases économiques de la ville, de son image, tout en recherchant une plus grande mixité et équité sociale, la participation des habitants et leur intégration socioprofessionnelle dans un contexte multifonctionnel (Chaline, 1999). La régénération urbaine est devenue un outil largement employé pour résoudre les problèmes urbains.

2A partir des années 1980, la problématique du rôle de la culture dans le développement économique a profondément évolué. La culture, originellement considérée comme un luxe subordonné à une croissance urbaine forte, est devenue un outil de développement territorial. La culture sert désormais de levier à nombre de projets de requalification urbaine (Andres, Ambrosino, 2008). Considérée comme motrice dans les processus de transformation physique et sociale des espaces déprimés, la régénération culturelle (Bianchini et Parkinson, 1993) s’est imposée dans l’esprit des pouvoirs publics comme une des stratégies de développement urbain, notamment dans les anciens quartiers industriels et ce, dans une optique de redynamisation territoriale et de city marketing (Ingallina, Park, 2005).

3Ainsi, les musées sont instrumentalisés par les pouvoirs publics, que ce soit à l’échelle nationale (projets du Louvre Lens et du centre Beaubourg à Metz) ou à une échelle plus locale (stratégie de la mairie de Roubaix visant à implanter un Musée d’Art et d’Industrie dans un quartier urbanistiquement dégradé) et ce, dans une optique de redéploiement urbain. En effet, les élus espèrent que l’implantation d’un musée dans un quartier en déshérence aura automatiquement des retombées territoriales positives. Ces stratégies posent donc la question de l’impact territorial de l’institution muséale, c'est-à-dire l’ensemble des retombées réelles que la seule activité d’un musée a sur le territoire. L’impact muséal, s’il n’a pas fait l’objet d’études nombreuses en géographie, est toutefois mentionné par quelques urbanistes (Masboungi, 2001), ainsi que des spécialistes de la muséologie (Bayart, Benghozi, 1993). Ces derniers mettent en évidence les retombées de l’activité muséale en matière d’image, de développement économique et touristique des villes. Il nous semble donc intéressant d’aborder ces questions. Pour ce faire, nous nous appuierons sur trois études de cas :

  • l’Impérial War Museum North, annexe du célèbre musée d’art et histoire londonien des Guerres Impériales installée depuis 2002 sur les anciens quais de Salford, dans la banlieue de ce qui fut le plus grand centre textile d’Europe occidentale, Manchester ;

  • le Musée du Design, musée de sciences et technologies, localisé depuis sa création en 1997, dans la chaufferie désaffectée du complexe minier Zollverein à Essen dans la région minière et sidérurgique de la Ruhr ;

  • le MAC’s (Musée des Arts Contemporains), ouvert en 2001 et situé dans l’enceinte de l’ancien charbonnage du Grand Hornu à proximité de la ville du hennuyère belge : Mons.

Carte 1 : Localisation des villes de Manchester, Mons et Essen au sein des vieilles régions industrielles

Source : B. Lusso à partir de : Michel J., 1999, "La mine, une histoire européenne", La Documentation Photographique, n° 8010 ; Grondeux J., 2006, Manuel d'histoire de Seconde, Bordas

4Ces trois musées, qui appartiennent à des disciplines muséales différentes, ont pour point commun d’être des équipements culturels ouverts très récemment dans le cadre de politiques de régénération urbaine initiées par les pouvoirs publics. Les trois musées sont diversement fréquentés. L’Imperial War Museum North est le musée le plus visité en dehors des musées londoniens. Le musée du Design est l’une des structures phare de la Ruhr. Seul le MAC’s se situe en retrait, dans la mesure où il ne figure pas parmi les 50 équipements les plus visités de Belgique, même s’il est le deuxième équipement culturel de la province du Hainaut. Ainsi, il est intéressant de voir, à partir de l’analyse des stratégies menées par les pouvoirs publics en matière de régénération urbaine, quelle est la part des retombées territoriales issues de l’implantation muséale en elle-même et celles qui résultent en fait de stratégies urbaines menées à une échelle plus large.

Les musées, comme instrument des politiques urbaines

5Dans des régions marquées par des paysages fortement détruits par l’industrie et une image peu attrayante, la culture et plus précisément les musées font désormais partie intégrante des stratégies menées par les acteurs en charge des politiques urbaines. Diverses orientations sont retenues par des derniers, entre patrimonialisation de l’héritage industriel (musée du Design et MAC’s) et volonté de faire table rase du passé (Imperial War Museum North). Nous pouvons néanmoins souligner que ces choix relèvent d’un même objectif : améliorer l’image de marque des territoires et villes concernés.

La logique patrimoniale : les cas du musée du Design et du MAC’s

6Le musée peut être utilisé en tant qu’outil dans le cadre de politiques de patrimonialisation. C’est le choix retenu par le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie qui, en 1989, met en place une « Exposition internationale d’architecture » ou IBA dans la vallée de l’Emscher, au nord de la Ruhr, région dévastée par la violence de l’industrialisation puis par la fermeture des mines et des hauts fourneaux. Selon le directeur de l’IBA, Karl Ganser, l’objectif majeur du programme est d’amorcer un processus de changement structurel dans une région traditionnellement caractérisée par l’image du « Pays Noir » (Ganser, 1996), en suscitant des projets à vocation écologique, patrimoniale, culturelle ou festive. Le projet du musée du Design s’inscrit pleinement dans le volet culturel de la stratégie territoriale développée dans le cadre de l’IBA. En effet, l’institution doit investir les locaux de l’ancienne chaufferie de l’immense complexe minier Zollverein, dont la conversion en pôle culturel centré autour de l’activité de design est projetée. Cette chaufferie a déjà fait l’objet de mesures de protection dès les années 1980. Le 22 septembre 1989, la LEG (Société de développement régional de Rhénanie du Nord-Westphalie) et la ville d’Essen fondent la Bauhütte Zeche Zollverein Schacht XII Gmbh (SARL Chantier de la mine Zollverein, puits XII) chargée de la conception et de l’exécution des plans de réhabilitation à des fins de réutilisation. Cette société opte pour une restauration sobre, adaptée à la fonction originelle du complexe. Confiés à l’architecte Sir Norman Foster, les travaux de réhabilitation sont minimes : les objets sont directement exposés dans la cavité de chaudières dénoyautées, au beau milieu d’anciennes tuyauteries et robinetteries, comme l’illustrent les photographies suivantes :

Photographie 1 : Le musée du Design Red Dot à Essen

Source : B. Lusso (2006)

Photographie 2 : Galerie d’exposition du musée du Design Red Dot à Essen

Source : B. Lusso (2006)

7Grâce à cette politique de recyclage et de reconversion, l’authenticité du site industriel a soigneusement été préservée, facilitant ainsi le classement en décembre 2001 du complexe minier au Patrimoine Mondial de l’Humanité. La réussite de ces politiques de requalification et de protection du patrimoine dans le cadre de l’IBA Emscher Park, dont l’ancien complexe minier Zollverein semble être l’emblème avec le Gazomètre d’Oberhausen ou le parc Paysager de Duisbourg, a permis l’inauguration en 1999 de la Route de la Culture Industrielle (Route Industriekultur). Cette dernière présente de manière thématique et sur une boucle de 400 kilomètres une cinquantaine de témoignages issus de 150 ans d’histoire industrielle.

8L’ouverture du MAC’s sur l’ancien charbonnage du Grand Hornu dénote aussi d’une stratégie alliant culture et protection du patrimoine, puisque sa création provient de deux entités, la Région Wallonne et la Province du Hainaut qui détiennent respectivement la compétence culturelle-urbanistique et patrimoniale. Ainsi, l’annonce du projet du MAC’s en 1989 a entraîné le rachat du site du Grand Hornu par la Province du Hainaut qui a achevé les travaux de restauration du site, favorisant ainsi son inscription sur la liste du patrimoine classé de la Région wallonne. C’est en 1991 que Laurent Busine, directeur des expositions du Palais des Beaux Arts de Charleroi, est chargé par la Communauté française de réfléchir à la conception et à l’implantation du futur Musée des Arts Contemporains. C’est à l’architecte liégeois Pierre Hebbelinck que revient la tâche délicate d’intégrer ce nouveau musée à l’édifice préexistant. Ce dernier choisit de créer un dialogue constructif entre les deux parties. Un musée flambant neuf, totalement réalisé en lumière naturelle dans la continuité de l’ancien Charbonnage, ouvre ses portes en septembre 2002.

Carte 2 : Le plan du Musée des Arts Contemporains (MAC’S) du Grand Hornu

Source : http://www.art-memoires.com/​lettre/​lm2426/​25vmmacmons.htm

9La construction du MAC’s à la fin des années 1990 a permis d’étendre la dynamique patrimoniale à l’ensemble du quartier. En effet, la cité ouvrière du pôle industriel construite en 1831 par l’architecte Bruno Renard, a pu être sauvée des différents projets d’extension de la zone commerciale Cora-Hornu et ce, grâce au projet du MAC’s. En effet, selon la Région wallonne et la Province du Hainaut, il semblait tout à fait inconcevable de faire côtoyer un complexe culturel et patrimonial avec une zone commerciale. La contrainte majeure consistait en l’état de délabrement avancé de la cité ouvrière. Or, un musée tel que le MAC’s doit s’inscrire dans un environnement agréable, si bien qu’il a fallu « redonner une lisibilité au lieu » (Barbier, 2002), afin qu’il puisse être appréhendé comme un lieu culturel à part entière et non comme un élément nouveau mal intégré à un bâti urbain fortement dégradé. Cette dimension devient importante dans la mesure où si la ville souhaite développer une activité touristique, elle se doit d’améliorer son image. Un musée qui s’installe dans un quartier fortement dégradé ne véhiculera pas une bonne image de marque et par conséquent, n’attirera guère de touristes. Ainsi, un vaste programme de requalification de la cité ouvrière a été entrepris à la fin des années 1990 et s’est achevé au moment de l’ouverture du musée, en 2002.

Photographie 3 : Les cités minières d’Hornu réhabilitées

Source : B. Lusso (2006)

10Ces deux exemples illustrent une stratégie visant à créer un musée dans le cadre d’une politique culturelle et de patrimonialisation de vastes friches industrielles, permettant aussi de sauvegarder un patrimoine environnant parfois jugé moins remarquable. Une autre option, développée dans le cas de l’Impérial War Museum North, consiste à insérer le musée dans un ensemble urbain totalement neuf.

Intégrer le musée à une grande opération de rénovation urbaine : l’exemple de l’Imperial War Museum North

11La construction de l’Imperial War Museum North s’inscrit dans le cadre d’une vaste opération urbaine lancée par la ville de Manchester pour célébrer le passage au XXI° siècle. Un  Masterplan, le « Manchester Millenium Ltd », est créé en 1996. Résultat d’un partenariat public/privé, cet organisme a pour mission de superviser l’ensemble des opérations et de regrouper les ressources du City Council (conseil municipal de la ville de Manchester), du gouvernement national et du secteur privé. L’objectif principal du conseil municipal est de reconstruire le centre-ville, en partie détruit par une bombe de l’IRA en 1996, mais aussi de recréer à court terme des centralités économiques dans l’agglomération. Ainsi, sur les quais de Trafford, ancien secteur industriel de la ville appartenant au vaste complexe portuaire de Salford en pleine restructuration, un grand pôle alliant activités économiques, récréatives, ainsi que du logement est programmé. Afin de faciliter le retour des investisseurs, le Masterplan projette la construction de quelques équipements structurants pouvant développer une image très forte pour le secteur. C’est pourquoi les autorités de la ville saisissent l’opportunité offerte par le célèbre musée londonien des guerres impériales qui envisage, au milieu des années 1990, de construire une antenne dans une grande ville anglaise.

12Conçu par l’architecte américain Daniel Libeskind, le nouveau musée occupe un bâtiment moderne, dont la structure en acier est recouverte de panneaux métalliques. L’objectif de la construction est de montrer la fragilité et l’unité de la planète durant les guerres du passé combattues au sol par l’infanterie, dans le ciel par l’aviation et sur la mer par la marine. Pour ce faire, Daniel Libeskind a opté pour un globe fragmenté en trois composantes encastrées les unes dans les autres, représentant respectivement la terre, l’air et l’eau. Cette construction témoigne donc d’une volonté d’instrumentaliser le design urbain pour véhiculer une image très forte, qui renvoie directement à l’identité nationale. Clé de voûte de la composante culturelle des quais de Salford, le musée est relié par le pont de Lowry et des voies piétonnes aux autres équipements culturels et sportifs environnants tels que le Lowry Centre et le stade Manchester.

Photographie 4 : L’Imperial War Museum North, vue générale

Source : B. Lusso (2006)

13La construction du musée et ses 250 000 visiteurs annuels ont insufflé une nouvelle dynamique de régénération urbaine qui s’étend désormais à d’autres secteurs en déshérence du district de Salford. En effet, pour 2015, d’importants projets sont envisagés sur les quais de Salford, vaste espace de friches industrielles situé dans l’environnement direct de l’Imperial War Museum North. Cette stratégie menée en étroite relation entre le conseil municipal de Manchester et le secteur privé est composée de deux axes : le premier visant à améliorer le cadre de vie d’un secteur dont la vocation est désormais culturelle et touristique ; le deuxième cherchant à diversifier les fonctions d’un territoire longtemps resté industriel. C’est en ce sens qu’il faut comprendre les différents projets récréatifs réalisés dans le secteur depuis 2004 : ouverture du Digital World Centre, centre d’exposition consacré au nouvelles technologies numériques ; ou agrandissement du Salford Watersport Centre en 2006 afin d’accueillir de nouvelles activités spécialisées dans les sports nautiques. Des dispositifs d’exonération fiscale ont été mis en place afin de créer d’importantes surfaces commerciales dans la zone des Exchange Quays, mais aussi pour attirer des entreprises dans de nouveaux immeubles construits à cet effet comme le Lighthouse. L’objectif de ce programme est de créer 8 000 emplois d’ici à 2012. L’habitat fait, lui aussi, l’objet d’une attention particulière. Il s’agit donc de répondre aux besoins croissants en matière résidentielle. Mais la construction de plusieurs unités d’habitat témoigne aussi de la volonté d’implanter des populations à proximité de leur lieu de travail, limitant ainsi la mobilité urbaine et empêchant le secteur de devenir une nouvelle centralité cantonnée dans une vocation purement économico-récréative et dénuée de vie en dehors du temps consacré au travail et aux loisirs. C’est en ce sens que de vastes complexes résidentiels sont construits sur l’ancien Dock 9, situé à proximité du bassin d’Huron, et sur le Bassin Erié.

Carte 3 : La régénération des quais des Salford

Source : B. Lusso à partir de la brochure publiée en 2005 “Salford Quays, the story of Salford Quays”

14Les musées deviennent donc des instruments de la revitalisation physique de territoires urbains éteints et le fer de lance de vastes programmes de régénération urbaine. Que ce soit la réutilisation du patrimoine industriel ou le choix du design urbain, l’objectif retenu par les différents acteurs des politiques urbaines est de s’appuyer sur une architecture de prestige, capable de véhiculer une image forte de la ville. En ce sens, les musées deviennent de véritables outils des politiques de marketing pour les villes concernées.

L’amélioration de l’image de marque en perspective

15La culture et les musées contribuent à améliorer l’image de marque de territoires des vieilles régions industrielles. Selon Françoise Rolland, le concept d’image revêt deux dimensions complémentaires (Gueit, 2005) qui sont les suivantes :

  • L’image interne, c'est-à-dire celle qui est vécue de l’intérieur, ressentie par les habitants et les organismes locaux. Elle renvoie à l’histoire, aux symboles et à la perception de l’évolution de la ville ;

  • L’image externe, à savoir celle qui est ressentie de l’extérieur et qui permet de juger l’attractivité de la ville.

16Les actions entreprises en matière de réhabilitation pour le  MAC’s et le musée du Design ont permis aux populations locales de prendre conscience d’un patrimoine longtemps ignoré, le patrimoine industriel (Soyez, 1999). Dans ces deux cas, la création du musée s’est faite avec la volonté de conserver le caractère industriel du site. Par ses choix architecturaux, Norman Foster, qui a orchestré la réhabilitation de la chaufferie en musée du Design, a voulu faire prendre conscience aux populations locales, mais aussi aux visiteurs étrangers de l’histoire du site et de la région fortement marqués par l’industrie. Ainsi, le bâtiment contribue à mettre en exergue l’identité collective du bassin de la Ruhr, permettant aux populations locales et aux visiteurs extérieurs de mieux comprendre les caractéristiques et la dimension symbolique du paysage (Lusso, 2006). Ce mouvement semble être cependant beaucoup plus limité dans le cas de l’Imperial War Museum North, dans la mesure où même si l’architecture déconstruite du musée est très symbolique -celle-ci renvoyant au chaos provoqué par les guerres impériales-, il est peu probable que le message, qui renvoie à l’identité nationale et non à celle du territoire du Grand Manchester, soit perçu par les visiteurs ou les populations locales. Toutefois, l’emploi du design urbain et d’une architecture novatrice permet à la ville de Manchester de véhiculer une image moderne et dynamique, de telle sorte que les autorités locales instrumentalisent le musée dans le cadre de leurs politiques de marketing.

17Dans un contexte de concurrence de plus en plus âpre entre les villes, chacune d’entre elles cherche à véhiculer une image positive, dans la perspective d’attirer investisseurs et nouvelles populations. C’est pourquoi, depuis les années 1980, les fonctions de marketing et de communication ont pris une place considérable dans le paysage et les politiques urbaines. Dans une visée électorale, les élus cherchent à vendre leur ville en lui donnant une image attractive. L’image et le projet de la ville sont donc intimement associés, mais « le projet précède toujours l’image » (Gueit, 2005). C’est en ce sens que les musées deviennent de véritables leviers aux politiques de marketing de ces villes.

18Etant le deuxième équipement le plus visité de Manchester après le stade de football, l’Imperial War Museum North est largement mentionné dans le cadre des politiques de communication de la ville de Manchester. Ainsi, depuis 1996, « Marketing Manchester », structure issue d’un partenariat public-privé, mène une mission stratégique, fortement axée sur le tourisme d’affaires, les loisirs et la culture. Lancé en 2004, le Tourist Board for Greater Manchester complète l’action de Marketing Manchester en valorisant l’image d’une ville jeune et dynamique, riche en activités diversifiées : affaires, congrès, shopping, culture (80 musées et galeries gratuites, de nombreuses salles de concert), sport, tourisme patrimonial, activités récréatives (bars, restaurants, boîtes de nuit) et cinq grandes manifestations annuelles à caractère culturel ou sportif.

19Il en est de même pour les villes de la vallée l’Emscher qui ont valorisé leur reconversion économique dans le cadre de politiques de communication fortement axées sur l’offre culturelle et patrimoniale. En ce sens, le musée du Design a nettement contribué aux politiques de marketing de la ville d’Essen et à sa nomination en 2006, au titre de Capitale européenne de la Culture en 2010. Sous le mot d’ordre « le changement grâce à la culture et la culture grâce au changement » (« Wandel durch Kultur – Kultur durch Wandel »), la candidature de la ville, qui représente les 53 communes de la Ruhr, souligne la réussite de la transformation structurelle de cette région. Sa candidature se concentrait sur les sujets de l’urbanité, de l’identité et de l’intégration. L’attribution récompense le paysage culturel de la Ruhr, avec le complexe culturel Zollverein, le théâtre Aalto, les orchestres philharmoniques régionaux, ainsi que le musée Folkwang.

20La ville de Mons, nommée capitale culturelle de la Wallonie en 1979, mise également sur le succès de ses équipements culturels afin de revaloriser son image de marque. S’appuyant sur ses atouts patrimoniaux et son vivier culturel, la ville est officiellement candidate au titre de Capitale européenne de la Culture en 2015. Cette candidature s’inscrit dans un vaste programme de régénération urbaine par la culture. La ville va donc chercher à renforcer ses points forts : son réseau d’enseignement et de recherche, ses infrastructures culturelles (ouverture d’un nouveau théâtre, le Manège), son patrimoine et son folklore. S’appuyant sur le terme inventé par le maire Elio di Rupo, la « créaffectivité », la ville cherche à consolider le créatif et l’affectif, en renforçant les dimensions culturelle et patrimoniale. La ville considère la culture comme un projet à forte valeur ajoutée et bénéfique aux différentes composantes de la société. Si les musées jouent un rôle indéniable dans la revitalisation physique et l’amélioration de l’image de marque des villes concernées, il nous semble important de poser maintenant la question de la retombée territoriale réelle de l’institution, en tant qu’activité culturelle, économique et sociale.

Les musées, un moteur économique « en panne » ?

21La dynamique territoriale exercée par les musées a largement été évoquée par les aménageurs des villes qui ont fait le choix stratégique de la culture comme outil de développement urbain (Werquin, 2008). Ces derniers affirment que les impacts de l’activité muséale touchent à la fois la sphère économique, sociale et culturelle. Ainsi, dans cette section, nous allons nous attacher à identifier les retombées économiques réelles de l’activité des trois musées étudiés sur leur territoire respectif.

Le coût élevé d’une activité économique limitée

22L’un des premiers indicateurs qui nous permet d’appréhender le musée en tant qu’activité économique est le nombre de visiteurs. En effet, le public constitue l’élément de base assurant la pérennité et le développement d’un musée. Cependant, les chiffres d’entrée des trois institutions étudiées demeurent très variables et dépendent essentiellement de la localisation et de la thématique du musée. Le musée qui semble attirer le plus de visiteurs en 2005 est l’Imperial War Museum North, pour lequel ont été enregistrées 247 065 entrées, chiffre bien supérieur à ceux du Musée du Design et du MAC’s, qui totalisent respectivement 136 180 et 75 433 visiteurs (Lusso, 2006). Le succès du musée anglais par rapport aux deux autres s’explique essentiellement par le fait que l’entrée est gratuite, attirant des visiteurs qui ne viendraient pas au musée si les droits d’entrée étaient payants. De plus, la ville de Manchester, peuplée de 430 000 habitants (et 2.6 millions d’habitants avec la banlieue) est la deuxième ville du pays, concentrant une quantité plus importante de visiteurs potentiels. Enfin, l’Imperial War Museum North est l’annexe d’un des musées les plus prestigieux du Royaume-Uni, l’Imperial War Museum, situé à Londres. Les résultats moins bons du MAC’s s’expliquent essentiellement par la moindre attirance du public vis-à-vis de l’art contemporain, d’autant que ce musée se situe dans un bassin fortement marqué par la crise (le taux de chômage dans l’arrondissement de Mons avoisine les 30%) et un niveau de vie assez bas qui n’encourage pas les populations à visiter un musée, dont les droits d’entrée sont payants. Le caractère plus technique du Musée du Design à Essen explique ses performances déjà meilleures.

Imperial War Museum North

Musée du Design

MAC’s

Années

Nombre total de visiteurs

Evolution (%)

Nombre total de visiteurs

Evolution (%)

Nombre total de visiteurs

Evolution (%)

2002

168 112 *

-

108 946

- 13 %

47 450 **

-

2003

216 254

+ 29 %

98 672

- 9 %

61 329

+ 29 %

2004

276 321

+ 28 %

121 615

+ 23 %

103 420

+ 69 %

2005

247 065

- 10 %

136 180

+ 12 %

75 433

- 27 %

Tableau 1 : Répartition et évolution du nombre de visiteurs à l’Imperial War Museum North, au Musée du Design et au MAC’s entre 2002 et 2005

Source : Lusso B., 2006, Musées et régénération urbaine dans les vieilles régions industrielles d’Europe occidentale

* Ouverture de l’Imperial War Museum North en juillet 2002
** Ouverture du MAC’s en septembre 2002

23Toutefois, le nombre de visiteurs varie fortement selon les années. Les phases de croissance et de décroissance, montrent ainsi le caractère quelque peu conjoncturel de l’institution muséale. En effet, le nombre de visiteurs au MAC’s semble être proportionnel au nombre d’expositions temporaires organisées dans l’enceinte du musée. Si, en 2004, le musée a dépassé les 100 000 entrées, l’explication provient du fait que le nombre d’expositions organisées cette année là (quatre au total) était élevé par rapport à l’année 2003 où les deux expositions organisées n’ont attiré qu’un peu plus de 60 000 visiteurs. Toutefois, les variations du nombre de visiteurs peuvent être aussi liées à la conjoncture économique, sociale ou internationale. Ainsi, l’Imperial War Museum North, tout au long du deuxième semestre 2005 a enregistré une baisse sensible du nombre de visiteurs internationaux. Les responsables du musée expliquent cette érosion par les attentats de Londres en juillet 2005 qui auraient éloigné du Royaume-Uni, durant tout le deuxième semestre de l’année, les touristes internationaux les plus inquiets. Toutefois, il est à souligner que le nombre d’expositions temporaires organisées par le musée était également moindre (trois contre cinq par an habituellement), notamment au deuxième semestre. Ce qui peut aussi expliquer cette baisse relativement forte des entrées du musée par rapport aux années précédentes (Lusso, 2006).

24Un autre indicateur, beaucoup plus révélateur de l’activité économique des musées, est leur bilan financier. Et il est intéressant de voir que l’Imperial War Museum North, musée entièrement gratuit, est marqué depuis 2004 par un déficit chronique et ce, malgré le développement d’activités commerciales (librairie, restaurant, boutique de souvenirs) assez lucratives. L’explication est assez simple : le montage d’expositions temporaires et les efforts publicitaires menés autour de ces évènements représentent un investissement particulièrement élevé. Malgré de gros efforts de rationalisation sur l’entretien du bâtiment et la gestion du personnel, le déficit ne cesse de s’accentuer obligeant le musée à rechercher des mécènes, voire des sponsors pour limiter son déficit chronique. Quant au MAC’s et au Musée du Design, s’ils arrivent à équilibrer globalement leur budget, c’est bien grâce à l’action des mécènes et des sponsors. Les musées se développent donc à crédit, dans la mesure où ils génèrent plus de dépenses de fonctionnement que de recettes liées à la fréquentation, d’autant que l’aide des pouvoirs publics dans les trois pays étudiés tend à s’amenuiser. Ainsi, l’institution muséale génère un impact économique direct quasiment nul et représente un coût financier indéniable. Toutefois, les trois musées participent à une échelle plus large à l’économie touristique et culturelle régionale.

Des points forts du secteur touristique et culturel

25En effet, chacun des trois musées constitue un élément important de l’économie touristique locale. L’Imperial War Museum North est le deuxième équipement touristique le plus visité après le stade de football de Manchester. Les 250 000 visiteurs annuels de l’institution muséale participent activement à la dynamique touristique des quais de Salford qui accueillent chaque année 5 millions de visiteurs. Quant au MAC’s, même s’il ne constitue pas l’attraction touristique la plus importante de la Province du Hainaut, il s’inscrit pleinement parmi les équipements touristiques clés de la province qui enregistre un chiffre d’affaires touristique de plus de 1 milliard d’euros et compte 16 000 postes de travail, soit une hausse de 20 % en cinq ans. Pivot de l’infrastructure culturelle la plus visitée de la Ruhr -le complexe culturel Zollverein-, le musée du Design apparaît désormais comme l’équipement incontournable d’une nouvelle économie, centrée sur le tourisme culturel qui, par ses 2.4 millions de visiteurs, est désormais l’un des axes principaux du développement régional.

26La présence d’un musée qui jouit d’une excellente renommée peut faciliter l’implantation dans un proche périmètre de nouveaux  équipements culturels. Ainsi, la proximité du plus grand centre de design d’Allemagne a largement facilité le transfert en 2007 des locaux du musée de la Ruhr (Ruhrlandmuseum) dans l’ancien lavoir de la mine qui disposait d’une surface plus grande et donc, plus adaptée au développement de l’institution. La municipalité d’Essen et le directeur du Ruhrlandmuseum souhaitaient aussi redynamiser la fréquentation de ce musée qui, depuis plusieurs années, était plutôt à la baisse. Le résultat est immédiat. En effet, pour le premier semestre de l’année 2008, le nombre de visiteurs du musée a augmenté de 20% par rapport à la même période en 2007.

27L’implantation d’un musée peut entraîner une diversification de l’activité culturelle du site. En effet, dans le cadre de l’IBA Emscher Park, la ville d’Essen et la LEG ont envisagé le développement du complexe minier Zollverein autour de l’activité du design. Ainsi, l’ouverture du musée du Design devait constituer une étape clé dans le développement de l’économie du design à l’échelle régionale. La stratégie adoptée par l’IBA Emscher Park est de rassembler les entreprises et les créateurs sur ce même pôle appelé Designstadt Zollverein (la ville de design de l’Union Douanière). Dans cette optique est organisé dans l’enceinte du musée un salon du design avec pour ambition de présenter les dernières innovations en ce domaine et, le cas échant, les créations régionales. Une surface totale de 35 000 m², bénéficiant d’un dispositif de zone franche, a été réservée pour l’implantation d’entreprises spécialisées dans le domaine des médias, du design et de la création, ainsi que des logements et des ateliers destinés aux créateurs. De nombreuses entreprises se sont déjà installées sur le site au niveau du Puits XII, comme la société GRAF-BEYLE spécialisée dans le film et le design d’animation ou la SARL Lichtdesign und Klangkonzept orientée vers le design lumineux et la conception sonore. Ainsi, les activités de design ont généré en 2005 un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros et 1 300 bureaux de design devraient être implantés sur le site d’ici 2010 (Lusso, 2006). Le développement du site se poursuit avec la création de l’Ecole Douanière de Gestion et de Design (Zollverein School of Mangement and Design). Cette école se décrit comme une plate-forme de la recherche scientifique, mais aussi comme un laboratoire pour les arts, l’architecture et surtout, le design. L’école, ouverte en 2006, accueille environ 600 étudiants et a pour objectif de favoriser les passerelles entre le monde de la formation, de la recherche et des entreprises. Ce qui permettrait de lancer sur l’ensemble du site une dynamique de cluster.

28Les musées contribuent donc à transformer d’anciens pôles industriels en centralités culturelles. Dans ce sens, le terme de centralité provient de la théorie de Walter Christaller sur les lieux centraux (Christaller, 1933). C’est le cas du musée du Design d’Essen. En effet, la plupart des villes de la vallée de l’Emscher comme Gelsenkirchen ou Oberhausen se sont développées de manière extrêmement rapide autour de l’activité économique principale qu’était l’extraction charbonnière, sans pour autant créer de fonctions inhérentes aux centres des villes à croissance historique lente. En effet, une mine de charbon ou un complexe sidérurgique rassemblent des milliers de travailleurs et représentent pour les ouvriers le centre de leur vie. Pour les habitants des régions concernées, la destruction de ces bâtiments après leur fermeture a entraîné la disparition de ces centralités, d’autant que les villes de la Ruhr elles-mêmes en sont dénuées. Il a donc fallu, selon Dietrich Soyez, « recréer ces phares, ces neue mitten (nouveaux centres) sur ces friches industrielles, mais en regroupant cette fois-ci des fonctions nouvelles (administratives, commerciales, tertiaires,…) pour rendre à ces villes marquées par la désindustrialisation leur centre perdu » (Soyez, 1999). Dans le cadre de l’ancienne mine Zollverein, c’est autour du complexe culturel et de son Musée du Design que s’est opéré une concentration nouvelle d’activités et d’emplois, participant au développement économique local. C’est pourquoi, nous pouvons dire qu’une nouvelle centralité pour la ville d’Essen et la région de la Ruhr a été créée autour de ce complexe culturel.

29Néanmoins, il convient de nuancer ces propos, dans la mesure où ce redéploiement économique sur une base culturelle est fortement dépendant de politiques urbaines pratiquées à une échelle plus large. Le développement du complexe culturel Zollverein s’est fait dans le cadre d’un programme lancé par l’IBA Emscher Park avec la volonté clairement affichée de développer sur ce site l’économie du design. Les retombées spontanées dans le domaine de l’économie culturelle demeurent limitées si l’ouverture d’un musée ne s’inscrit pas dans le cadre de politiques volontaristes de développement culturel. C’est le cas de l’Imperial War Museum North. Ce musée, qui a un large recours à l’image et à l’animation vidéo dans la présentation de ses expositions, n’a pas entraîné dans son environnement direct l’implantation d’entreprises et de créateurs spécialisés dans le domaine de la vidéo, dans la mesure où le Masterplan envisageait la localisation de ces entreprises dans un autre secteur de l’agglomération de Manchester, Castlefield. Quant au MAC’s, les retombées du musées dans le domaine de l’économie culturelle sont quasiment inexistantes, dans la mesure où l’ouverture du musée s’inscrivait dans le cadre d’une politique patrimoniale reléguant à la marge les questions économiques. Si les musées exercent diversement un impact sur l’économie culturelle, il est désormais intéressant de se poser la question de leur incidence économique sur des secteurs extérieurs à la culture.

Des retombées économiques en dehors des secteurs de la culture restreintes

30Dans ce domaine précis, les réponses apportées par les musées sont également diversifiées. Avec l’annonce de l’ouverture du MAC’s, la commune de Boussu envisage de construire, dans l’environnement direct du Grand Hornu, l’amphithéâtre Hadès destiné à accueillir des studios, des entreprises et des bureaux. Or, le bâtiment, faute d’investisseurs, est longtemps resté désaffecté. Menacé de démolition, l’amphithéâtre est réhabilité grâce à l’intervention conjointe de la ville et de la Région wallonne, et accueille désormais des appartements. La création d’un musée n’entraîne donc pas fatalement le retour spontané des investisseurs. Si, par exemple, ces derniers s’installent dans l’environnement direct de l’Imperial War Museum North, c’est moins par l’attrait exercé par le célèbre musée que par des mesures incitatives mises en place par le conseil municipal de la ville de Manchester dans le cadre d’un dispositif de zone franche à destination des entreprises : l’achat de surfaces de bureaux à prix réduit ou l’exonération des charges fiscales en sont les plus représentatives. A cela s’ajoute une meilleure connexion des quais au centre de la ville de Manchester par la mise en service d’un arrêt de métro à la hauteur du Lowry Centre. La conjonction de ces différents facteurs explique en grande partie l’implantation de grandes banques (Barclay’s Bank) ou des entreprises transnationales (Mc Donald, Orange ou IBM) dans l’environnement direct de l’Imperial War Museum North. La croissance rapide de l’économie locale qui a créée entre 2002 et 2005 plus de 4 500 emplois, notamment dans les secteurs de la culture et du tourisme, résulte surtout de la stratégie payante d’acteurs publics volontaristes. L’institution muséale en elle-même ne suffit pas à entraîner le retour des investisseurs. Pour cela, il faut qu’elle s’inscrive dans le cadre de programmes de régénération économique plus larges. Qu’en est-il de la dimension sociale ?

Un outil de rééquilibrage social ?

31De nombreux sociologues ont évoqué la mission sociale des musées (Balle, 2004 ; Bayart, Benghozi, 1993). En effet, l’un des principaux objectifs recherchés par les musées est l’accès à la culture au plus grand nombre. Ainsi, l’institution doit viser à « un élargissement social des publics, tous conviés à se convertir à la pratique des oeuvres de culture savante » (Passeron, 2005). Qu’en est-il des trois musées étudiés dans cet article ?

Les limites de la démocratisation culturelle

32Pour évaluer les musées en tant qu’outil de démocratisation culturelle, il convient d’étudier l’origine sociale et professionnelle des publics pour chacun des trois cas évoqués. Or, il n’existe pas pour l’institution muséale un seul public, mais des publics aux caractéristiques sociologiques extrêmement diverses, à un tel point qu’il paraît malaisé d’élaborer une typologie de ces publics. Nous allons donc nous contenter de présenter les quatre grandes catégories de publics que nous retrouvons systématiquement dans des études synthétiques réalisées par les institutions muséales (Balle, 2004) :

  • Les publics réguliers : il s’agit d’un public qui vient de son propre gré visiter le musée ou assister à une exposition temporaire. Ce public est constitué le plus souvent de personnes dont la situation sociale est plutôt bonne, voire élevée. Ils participent régulièrement aux activités proposées par le musée (expositions temporaires) et peuvent dépenser des sommes relativement élevées dans les boutiques ou les activités de restauration.

  • Les publics occasionnels : dans ce public qui décide aussi d’aller délibérément au musée, il existe un nombre non négligeable de touristes (nationaux ou étrangers) et d’excursionnistes. Ces visiteurs reviennent rarement au musée et constituent une demande relativement aléatoire, dans la mesure où ils peuvent consommer énormément tout comme ils peuvent ne rien acheter.

  • Le jeune public : il est constitué de scolaires visitant le musée dans le cadre d’un partenariat réalisé entre le musée et les structures d’éducation ; ou d’enfants participant à des ateliers de sensibilisation à l’art dans le cadre d’une structure sociale, en période de vacances scolaires. Ce public représente une part importante, tournant le plus souvent entre 15 et 25 % des visiteurs totaux des musées.

  • Les « non publics » : les musées multiplient depuis peu les études sur les publics venant rarement ou pas au musée, comme le public socialement défavorisé. En effet, ce public, marqué par des difficultés économiques ne se sent pas réellement concerné par la culture, d’autant qu’il peut ressentir un sentiment de rejet vis-à-vis de certaines formes culturelles telles que l’art contemporain. A cela, nous pouvons ajouter le public qui ne s’intéresse pas aux questions culturelles.

33A partir de trois enquêtes de fréquentation menées certes sur des pas de temps différents et sur des échantillons de population, nous pouvons remarquer, comme l’illustre le tableau suivant, que les publics varient fortement d’une institution à l’autre, même si nous pouvons remarquer des points communs :

Imperial War Museum North

Catégories d’individus

Nombre

Pourcentage

Visiteurs appartenant aux catégories socio-professionnelles élevées (C2, D et E)

68 801

27.8 %

Enfants

64 876

26.3 %

Scolaires

36 322

14.7 %

Visiteurs issus des minorités ethniques anglaises

10 847

4.4 %

Touristes étrangers

10 350

4.2 %

Autres

55 868

22.6 %

Total

247 065

100 %

Source : Imperial War Museum Annual Report and Accounts 2004

Musée du Design

Catégories d’individus

Nombre

Pourcentage

Catégories socio-professionnelles les plus élevées (au moins cadre supérieur)

7 356

14.7 %

Groupes scolaires

6 398

12.8 %

Retraités

6 094

12.2 %

Etudiants

4 752

9.5 %

Chômeurs

3 004

6 %

Touristes étrangers

2 646

5.3 %

Autres

19 750

39.5 %

Total

50 000

100

Source : Enquête menée par le Musée du Design entre mai et août 2004

MAC’s

Catégoies d’individus

Nombre

Pourcentage

Cadres moyens ou supérieurs

2 945

14.7 %

Groupes scolaires et jeune public

7 452

37.3 %

Etudiants

2 701

13.5 %

Chômeurs

156

0.8 %

Touristes étrangers

2 125

10.6 %

Autres

4 621

23.1 %

Total

20 000

100

Source : Enquête menée par le MAC’s (printemps 2005)

Tableau n° 2 : Origine des publics à l’Impérial War Museum North, au musée du Design et au MAC’s en 2004-2005

Source : Lusso B., 2006, Musées et régénération urbaine dans les vieilles régions industrielles d’Europe occidentale, Lille, mémoire de Master.

34A la lecture de ce tableau, nous pouvons remarquer que le jeune public constitue la principale source de visiteurs de l’institution muséale, représentant jusqu’à 40% du public dans le cas du MAC’s. En effet, la mission du musée est avant tout éducative. C’est dans cette optique que les trois musées, et plus particulièrement le MAC’s, ont développé une politique en direction du jeune public qui se manifeste par des visites organisées en temps scolaire ou des ateliers de sensibilisation à l’institution en période de vacances scolaires. Ainsi, cette politique vise à :

  • Développer l’éducation par des formes différentes que les méthodes employées dans l’enseignement et, le cas échéant, contribuer à réduire l’échec scolaire ;

  • Encourager de futurs publics potentiels à fréquenter les musées. La jeunesse actuelle constitue le public de demain.

  • Sensibiliser les parents à la question culturelle par le biais de leurs enfants. En effet, une expérience muséale enrichissante peut pousser les parents à revenir au musée.

35Ces politiques de sensibilisation du jeune public à l’institution muséale auxquelles s’ajoutent pour les musées payants les grilles tarifaires en direction d’un public ciblé (jeune public, étudiants, retraités, chômeurs, groupes,…) répondent à l’objectif de rendre l’institution plus accessible à un large public. Cette stratégie s’avère payante notamment pour le public étudiant dont la part, chaque année, tend à se renforcer dans les statistiques du nombre de visiteurs fournies par les musées.

36Néanmoins, les trois musées ne semblent guère être marqués par le mouvement de démocratisation culturelle. En effet, les catégories sociales les plus défavorisées restent dans l’ensemble peu concernées par l’institution. C’est particulièrement le cas du MAC’s dont la proportion du public socialement défavorisé est particulièrement basse, alors que ce dernier se situe dans une région où le taux de chômage avoisine les 30%. Cette situation s’explique d’une part par un rejet généralisé des formes plus abstraites de l’art, qui se manifeste plus particulièrement dans les catégories sociales les plus pauvres. De plus, nous pouvons constater que le musée n’applique aucun tarif préférentiel en direction de ces catégories sociales. Les résultats, nettement meilleurs, de l’Impérial War Museum North et du musée du Design s’expliquent en partie par des disciplines beaucoup plus accessibles à ce type de public. A cela s’ajoute la gratuité complète de l’Imperial War Museum North et la grille tarifaire du musée du Design en direction des personnes socialement défavorisées, pouvant expliquer de meilleurs résultats en matière sociale de la part de ces musées. Les musées restent donc marqués par une forte inertie sociale de leurs publics, dans la mesure où les personnes visitant de leur propre chef l’institution appartiennent majoritairement à des catégories socioprofessionnelles relativement élevées, comme l’illustre les chiffres de l’Imperial War Museum North. La démocratisation des musées semble être un vœu bien pieux.

Un faible pourvoyeur d’emploi participant néanmoins à la réinsertion sociale

37La filière muséale n’est pas tellement créatrice d’emplois, comme en témoignent les trois musées étudiés qui emploient entre 70 et 100 personnes. La stagnation, voire la baisse des budgets attribués aux musées a nécessité une rationalisation du fonctionnement de l’institution qui se manifeste par la polyvalence des tâches et l’instauration d’un travail en équipe. Toutefois, les métiers du musée tendent à se diversifier avec le développement des fonctions évènementielles, commerciales, administratives, de médiation et de marketing. Les niveaux de qualification requis sont extrêmement divers. Ainsi, 60% des employés au MAC’s ne sont pas qualifiés, alors que 40% du personnel du musée ont au moins un diplôme universitaire. Mais, dans ce cas, la plupart des employés sont fonctionnaires ou bénéficient de contrats à durée indéterminée, c'est-à-dire d’emplois relativement stables. Concernant les salaires, les disparités peuvent être très importantes, même si ces derniers dans l’ensemble demeurent supérieurs à la moyenne. Ainsi, à l’Imperial War Museum North, le salaire moyen brut annuel est de 22 057 livres (31 658 euros), moyenne relativement élevée. Toutefois, trois salaires dépassent les 50 000 livres par an (71 765 euros) et sont attribués aux postes de direction. Ainsi, le directeur du musée, nommé pour une durée de trois ans, gagne 98 286 livres, soit 141 069 euros par an (Lusso, 2006).

38Au-delà des emplois, les musées peuvent développer des programmes de réinsertion des personnes en difficulté sociale. Si ces stratégies ont été assez peu développées par le MAC’s et le musée du Design, l’Imperial War Museum North a, quant à lui, mis en place depuis son ouverture en 2002 un programme de volontariat appelé « Learning Through Volunteering » (Apprendre à travers le Volontariat). Ce programme a pour objectif de mettre en place, dans le cadre de l’institution muséale, des stages de formation destinés à des populations qui n’ont aucune qualification et dont la situation sociale est désastreuse. Ces personnes travaillent bénévolement pour le musée pendant un an, mais reçoivent en échange une formation de base, ainsi qu’une sensibilisation aux métiers de la culture. A la fin de ce stage, elles obtiennent une qualification qui peut faciliter leur réinsertion dans le monde du travail. Ce programme compte actuellement 140 volontaires, habitant dans les quartiers défavorisés du Grand Manchester. Depuis sa création, le programme a connu un vif succès, puisqu’il a permis la réinsertion dans le monde du travail de 250 personnes. Si l’impact social du musée est réel, qu’en est-il de son impact sur la revalorisation foncière ?

De la revalorisation foncière au processus de gentrification

39Comme nous l’avions mentionné précédemment, un musée constitue un véritable tremplin à des politiques de régénération urbaine plus larges, dans la mesure où l’institution se doit d’avoir une lisibilité claire dans un environnement urbain qui ne soit pas dégradé. C’est dans cette perspective, mais aussi dans le but de faire des quais de Salford une centralité multifonctionnelle, que les autorités, dans le cadre du Masterplan, ont lancé un vaste programme immobilier. Mais le choix retenu par les autorités est de créer, dans un quartier initialement en déshérence et donc marqué par des prix du foncier extrêmement bas par rapport au reste de l’agglomération, des logements destinés à la future main d’œuvre locale. Les quais de Salford, destinés à devenir une vitrine de la ville de Manchester, doivent accueillir des activités à haute valeur ajoutée (banques, grands équipements commerciaux et culturels, centre d’affaires) et donc des travailleurs dont les revenus sont élevés. Ainsi, les UV Building, achevés en 2005 et marqués par un design urbain très original (il s’agit de tours incurvées), sont des immeubles de standing destinés avant tout à accueillir une population aisée (hommes d’affaires, banquiers ou présentateurs de télévision) qui pourrait devenir aussi cliente ou, le cas échéant, mécène du musée. Ce qui implique alors un prix d’achat en 2005 dans ces fameuses UV Buildings particulièrement élevé (200 000 livres sterling, soit 290 000 euros environ), chiffre qui a très rapidement augmenté (Lusso, 2006).

40Cette flambée des prix de l’immobilier se retrouve sur l’ensemble des quais de Salford. En effet, depuis 1990, les prix de l’immobilier dans le secteur n’ont fait que grimper, atteignant même dès le milieu des années 1990 ceux pratiqués dans le centre ville de Manchester. Ainsi, le prix moyen d’un appartement a doublé entre 1995 et 2005 passant de 90 000 livres (environ 130 000 euros) à 180 000 livres (environ 260 000 euros). En dix ans, les prix de l’immobilier ont doublé (Lusso, 2006).

Caractéristiques du logement

Prix en 1995 en livres sterling

Prix en 1995 en euros

Prix en 2005 en livres sterling

Prix en 2005 en euros

Appartement de 90 m²

90 000

130 000

180 000

260 000

Appartement neuf de 90 m²

-

-

200 000

290 000

Maison individuelle avec un jardinet

90 000

130 000

180 000

260 000

Tableau n° 3 : Evolution des prix de l’immobilier dans le secteur des Quais de Salford à Manchester, entre 1995 et 2005

Source : http://www.manchesteronline.co.uk/​homesearch/​latest/​whereyoulive/​_spotlight_on_salford_quays.html

41Ces prix dissuasifs du foncier et de l’immobilier relèguent les populations moins aisées dans d’autres secteurs de l’agglomération, là où les prix restent abordables. Un processus de gentrification est donc à l’œuvre sur l’ensemble du secteur des quais. Même la périphérie du pôle est marquée par ce phénomène de remplacement des classes sociales défavorisées par des classes plus aisées. Ainsi, les propriétés plus anciennes localisées en arrière des quais, initialement occupés par les populations ouvrières, vont être progressivement rachetées et réhabilitées par des classes moyennes, plutôt jeunes, qui souhaitent un accès à la propriété à des prix plus abordables qu’en centre-ville dans un environnement urbain calme et agréable. Ainsi, les prix compris autour de 90 000 livres en 1995 (130 000 euros environ) n’ont cessé de grimper pour atteindre dix ans plus tard, en fin 2005, la somme de 180 000 livres, soit 260 000 euros environ (Lusso, 2006). Toutefois, le processus de gentryfication n’est pas le seul responsable de cette inflation des prix de l’immobilier. La demande étant importante, la spéculation immobilière est donc largement entretenue, excluant ainsi toute possibilité de mixité sociale.

42La revalorisation foncière et immobilière d’un quartier est un signe de l’amélioration de l’image de marque d’une ville, mais elle n’est pas pour autant suivie d’un processus de gentryfication. L’environnement du MAC’s en constitue une excellente illustration. L’annonce de l’ouverture du MAC’s a entraîné un vaste programme de réhabilitation des anciennes cités minières, provoquant sur l’ensemble du quartier une envolée des prix de l’immobilier. Si une maison non rénovée coûtait en 1995 la somme de 400 000 francs belges, soit environ 10 000 euros, le même bâtiment rénové voit sa valeur multipliée par six (Lusso, 2006), hausse bien supérieure à celle des prix du foncier et de l’immobilier en Belgique, qui s’effectue depuis le début des années 1980. Toutefois, cela n’a pas entraîné une diminution de la proportion d’ouvriers dans la cité qui est demeurée autour de 30%.

Caractéristiques du terrain
ou du logement

Hornu/ Boussu 1998

Hornu/Boussu
2005

Mons 1998

Mons 2005

Terrain à bâtir

(10 ares/ m²)

11

25 (+ 127 %)

37

75 (+ 102 %)

Maison jointive

17 000

55 000 (+ 224 %)

44 000

95 000 (+ 116 %)

Maison quatre façades

42 000

100 000 (+138 %)

81 000

175 000 (+ 116 %)

Tableau n° 4 : Comparaison des prix du foncier et de l’immobilier entre les villes de Hornu/Boussu et de Mons entre 1998 et 2005

Source : http://www.trends.be

43L’inertie de la composition sociale de ce quartier montre que l’implantation seule d’un musée permet certes, une revalorisation foncière et immobilière, mais n’entraîne pas pour autant un processus de gentrification. La conjonction d’un programme immobilier ambitieux et une revalorisation de l’activité économique du secteur concerné, comme l’illustre l’exemple des quais de Salford, semblent être des facteurs bien plus déterminants quant au processus de gentryfication.

Conclusion

44Depuis ces vingt dernières années, les rapports entre culture et territoire se sont profondément transformés et l’institution muséale, marquée par un profond mouvement de modernisation, a clairement contribué à ces mutations. En effet, les musées ont été largement instrumentalisés dans le cadre de programmes de régénération urbaine plus vastes, initiés en grande partie par les pouvoirs publics. En adoptant une telle stratégie de développement, les élus, et plus particulièrement ceux des villes ayant été lourdement marquées par l’industrie, espèrent que l’ouverture d’un nouveau musée provoquera un renversement de l’image de leur ville, jusque là fortement dépréciée, et le retour des investisseurs. Il est évident que les musées, dans la mesure où ils réinvestissent le plus souvent des secteurs de la ville tombés en déshérence, contribuent pleinement à la transformation de pans entiers de la ville et répondent donc au volet urbanistique de la régénération urbaine. La diversité de stratégies employées par les acteurs de ces politiques, -réutilisation des friches industrielles à des fins patrimoniales ou reconstruction d’un équipement totalement neuf en jouant sur le design urbain- témoigne d’un même objectif pour les trois villes étudiées : améliorer leur image de marque. Et le résultat est effectif : les musées ont nettement contribué à donner une image dynamique et donc, plus porteuse, à ces villes. Ainsi, ils sont devenus une pierre angulaire des politiques de marketing urbain.

45Si, sur un plan strictement urbanistique, les musées tiennent leurs promesses, qu’en est-il de leurs retombées territoriales en matière économique et sociale ? En ce sens, l’impact désigne l’effet réel exercé par la seule activité muséale. Si nous restons fidèles à cette définition, nous pouvons remarquer que le bilan pour les musées est plus que mitigé. Si les musées, institutions chroniquement déficitaires et dépendantes des pouvoirs publics, des mécènes ou des sponsors, contribuent clairement à l’économie touristique du territoire concerné, il n’en est pas tout à fait de même pour les autres secteurs économiques où les résultats semblent bien plus aléatoires. La seule implantation d’un musée n’entraîne pas fatalement une diversification de l’activité culturelle, ni l’implantation d’entreprises. L’exemple du MAC’s l’illustre parfaitement. L’intervention des pouvoirs publics est bien plus déterminante. La stratégie culturelle menée par l’IBA Emscher Park et les dispositifs des zone franche mis en place par le conseil municipal de la ville de Manchester ont davantage contribué au retour des investisseurs que la simple implantation muséale. Il en est de même pour les retombées en matière sociale. Le musée, marqué par une forte inertie de ses publics, n’est pas un réel vecteur de démocratisation culturelle. Il n’est pas non plus un gros pourvoyeur d’emplois à l’échelle locale, même s’il peut, grâce à des programmes en partie financés par la puissance publique, favoriser la réinsertion de personnes en difficulté sociale. Quant au processus de gentrification, il est davantage lié aux programmes immobiliers et à la régénération économique initiés par les autorités locales qu’au seul prestige du musée.

46L’automatisme n’existe donc pas entre implantation muséale et redéploiement territorial. Comme le souligne Thomas Werquin lors d’un récent colloque consacré aux liens entre les arts et le territoire, dans une communication intitulée L’impact des équipements et évènements culturels sur le développement économique local : entre fantasme et réalité, il semble que « l’impact de tout équipement culturel est largement surévalué » et c’est le cas des trois musées étudiés. La dynamique territoriale que génère l’ouverture d’un musée doit être replacée dans un contexte plus large de programmes de régénération urbaine, dans lesquels la culture et les musées ont certes leur place, mais une place partagée avec de nombreuses autres interventions touchant aux secteurs des services, des transports ou des espaces publics de qualité. La régénération urbaine par les seuls musées ou équipements culturels tient davantage du fantasme que de la réalité concrète.

Haut de page

Bibliographie

Andres L., Ambrosino C., 2008, «Régénération culturelle et mutabilité urbaine : un regard franco-britannique», L’économie culturelle et ses territoires, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Balle C., 2003, «Musées, changement et organisation», Culture et Musées, n° 2003-2, 11-33.

Balle C., Poulot D., 2004, Musées en Europe, une mutation inachevée, Paris, La Documentation Française.

Barbier K., 2002, L’impact culturel des friches industrielles, Lille, mémoire de DEA.

Bayart D., Benghozi P-J., 1993, Le tournant commercial des musées en France et à l’étranger, Paris, La Documentation Française.

Bianchini F., Parkinson M. (direction), 1993, Cultural Policy and Urban Regeneration. The West European Experience, Manchester and New York, Manchester University Press.

Brindley, T., Rydin, Y. and Stoker, G., 1996, Remaking Planning, The Politics of Urban Change, (deuxième edition), Londres, London Routledge.

Chaline C., 1999, La régénération urbaine, Paris, Presses Universitaires de France.

Christaller W., 1933, Die zentralen Orte in Süddeutschland, Leipzig, Jena-Fischer.

Davallon J. (direction), 1997, «Marketing et musées», Publics et Musées, n° 11-12.

Delarde A., Hilaire P., 1996, «Musée et paysages», Publics et Musées, n° 10.

Donzel C., 1998, Nouveaux musées, Paris, Telleri.

Fol S., Sabot E., 2003, «La revalorisation des espaces industriels», Les Annales de la recherche urbaine, N° 93, 23-32.

Ganser K., 1996, «Die Internationale Bauaustellung Emscher Park : Struckturpolitik für Industrieregionen», Bochumer AG, N° 58, 189-196.

Gravari-Barbas M., Violier P. (direction), 2003, Lieux de culture, culture des lieux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Green H., 2000, «Les enjeux de la régénération urbaine en Grande Bretagne», Lille, Communication  au séminaire FREVille des 16-17 mars.

Gueit J., 2005, La culture, moteur de réparation et d’une nouvelle image des villes industrielles : le Louvre-Lens, Lille, mémoire de master.

Hebbert M., Deas I., 2000, «Greater Manchester : Up and going ? », Policy and Politics, N° 28, 79-92

Hertzog A., 2004, «Quand les géographes visitent les musées, ils y voient des objets… de recherche», L’Espace géographique, Vol 33, N° 2004-4, 363-368.

Holz J-M., 1992, Gérer l’espace : l’action des collectivités locales dans l’aménagement et la dynamique d’une région européenne : la Ruhr, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan.

Holz J-M., 1988, La Ruhr : crise, reconversion et dynamique régionale, Metz, Thèse d’Etat.

Ingallina P., Park J., 2005, «Les nouveaux enjeux de l’attractivité urbaine», Urbanisme, N° 344, 66-68.

Joly N., 2001, Les territoires renouvelés de l’après charbon : loisirs et cadre de vie dans le Nord-Pas-de-Calais et la Ruhr, Lille, Thèse de doctorat.

Krebs A., Maresca B. (direction), 2005, «Le Renouveau des musées», Problèmes économiques et sociaux, N° 910.

Kunzmann Kl. R., 1996, «Schöne weisse Arbeitselefenten in Zukunfsplatz», Topos, Landscape European Magazine, Munich.

Lefebvre A., Augustin J-P. (direction), 2004, Perspectives territoriales pour la culture, Pessac, La Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Lefèvre P., 1999, «L’art du paysage à Emscher Park», Les annales de la recherche urbaine, N° 85, 190-195.

Lusso B., 2006, Musées et régénération urbaine dans les vieilles régions industrielles d’Europe occidentale, Lille, mémoire de Master.

Masboungi A. (direction), 1999, «Renouveler l’urbain»,  Projet urbain, N° 18, 3-35.

Ministère de l’Equipement, 2002, «Régénération urbaine en Europe», Urbanisme, N° 16, 3-50.

Ministère de l’Equipement, 2003, «La ville renouvelée au centre et dans les quartiers», Urbanisme, N° 20, 3-55.

Ministère de l’Equipement, 2004, «Renouvellements urbains», Les annales de la recherche urbaine, N° 97, 58-65.

Paris D., 2000, «Renouveler la ville, un enjeu de développement pour la ville post-industrielle» Communication au séminaire FREVille des  16-17 mars 2000.

Passeron J-C., 2005, «S’entendre sur le concept de démocratisation», Problèmes économiques et sociaux, N° 910.

Perret J. et Saez G., 1996, Institutions et vie culturelle, Paris, La Documentation Française.

Smyth, H., 1994, Marketing the City, The Role of Flagship Developments in Urban Regeneration, Londres, Spon.

Soyez D., 1999, «Le patrimoine industriel des régions d’industrialisation ancienne», Textes Géographiques Virtuels sur le Canada et l’Allemagne, 1999 (http://www.v-g-t.de/francais/brd/module/m2/u9.htm).

Tye R., Williams G., 1994, «Urban regeneration and central-local government relations : the case of east Manchester», Progress in Planning, N°42.

Werquin T., 2008, «L’impact des équipements et évènements culturels sur le développement économique local : entre fantasme et réalité », Actes du colloque du 6 et 7 mai 2008 Arts et Territoires : vers une nouvelle économie culturelle ? (http:// chaire_fernand_ dumont. ucs. inrs.ca/Mai2008/Arts.html)

Zlonicky P., 1994, Bauplatz Zukunft Dispüte über die Entcklüng von Industrie Regionen, Essen, Klartert Verlag.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Lusso, « Les musées, un outil efficace de régénération urbaine ? Les exemples de Mons (Belgique), Essen (Allemagne) et Manchester (Royaume-Uni) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 436, mis en ligne le 05 janvier 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/21253 ; DOI : 10.4000/cybergeo.21253

Haut de page

Auteur

Bruno Lusso

Doctorant en géographieLaboratoire Territoires, Villes, Environnement et Sociétés - Université des Sciences et Technologies de Lille, Avenue Paul Langevin, Cité Scientifique - 59 655 Villeneuve-d'Ascq Cedexblusso@cegetel.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page