Navigation – Plan du site
1996
2

L'île mystérieuse – Jules Verne - 1874
Hydrographie et orographie. L’île est-elle habitée ?
Baptême des baies, caps, golfes, rivières...

Jean-Louis Tissier

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Mis à jour le 19/02/2015
Voir aussi sur L’ile mystérieuse de Jules Verne : http://cybergeo.revues.org/24646

Texte intégral

1Ecrivain français le plus traduit dans le monde. Cette diffusion universelle s'accorde avec une oeuvre, Les voyages extraordinaires, qui couvre et court le globe selon les itinéraires et les moyens de transport les plus variés. Parallèlement à cette oeuvre où la fiction est toujours une aventure géographique. J. Verne a publié, souvent en collaboration, des ouvrages de vulgarisation : la Géographie illustrée de la France (1868 ), la Découverte de la Terre (1878), les Grands Navigateurs (1879), les Explorateurs du XIXè siècle (1880).

"J'ai toujours aimé la géographie comme d'autres se spécialisaient dans les recherches historiques. Il est certain que c'est mon goût pour les cartes et les grandes explorations du globe qui m'a conduit à composer cette longue série de romans géographiques. "

J.. VERNE, propos rapportés par The Strand Magazine, fév. 1885.

" Il me semble en effet que vous n'avez jamais vu en ce genre d'ouvrages le but auquel il tend : l'enseignement de la géographie. Pour chaque pays nouveau il m 'a fallu imaginer une fable nouvelle. Les caractères ne sont que secondaires... Le but que je poursuis est de peindre sous cette forme romanesque tout notre sphéroide et c'est à cela que j'e me suis appliqué surtout. "

Lettre à Mario Turiello, 10 avril 1895.

2J. Verne n'a cessé de souligner les affinités intellectuelles qu 'il avait avec la géographie. Il a été membre de la Société de Géographie pendant plus de 40 ans. Mais sa contribution à la connaissance géographique est réduite. La matière géographique de ses oeuvres est toujours de seconde main et ses voyages ont été très ordinaires. Sa source essentielle a été la géographie traditionnelle descriptive.

3Dans Les Enfants du Capitaine Grant le géographe Jacques Paganel représente par ses curiosités et ses relations scientifiques cette géographie. Les relations de Jules Verne avec son contemporain Elisée Reclus (1830 -1905) ont été irrégulières et indirectes; la première série des Voyages extraordinaires (1863-1878), celle qui présente la veine géographique la plus riche et la plus contenue, est antérieure à la publication de la Nouvelle Géographie Universelle de Reclus. Curieusement, la seconde série, plus politique et sociale, fait assez fidèlement écho aux idées libertaires d'Elisée Reclus.

4Il reste que des générations d'enfants et d'adolescents ont découvert le monde à travers ces voyages, que la lecture de ce véritable Livre des merveilles a éveillé des vocations de géographe et que les illustrations, de Riou notamment, ont nourri .un imaginaire géographique. Par le biais des traductions cette vision très européo-centrique a diffusé à travers le monde.

5Par l'importance de la nomenclature, la prédominance des faits d'ordre naturel, J. Verne a "couronné" la vieille géographie et les nouveaux géographes, ses contemporains (Vidal et ses élèves) paraissent l'ignorer. Absent des programmes scolaires littéraires et de la géographie officielle, Jules Verne prend sa revanche le jour des Prix. Ses volumes récompensent souvent les meilleurs élèves.

6Dans le roman vernien, le niveau narratif (le récit) et le niveau descriptif (le géographique) sont inséparables puisqu'il s'agit de "voyage". L'itinéraire des héros croise sans cesse les chemins des premiers explorateurs. Chaque roman redistribue dans un ordre qui lui est propre (le récit) un état de la connaissance géographique. Ce redoublement est systématique et les héros verniens visitent un monde largement connu, à la nomenclature fixée. Ils ont rendez-vous avec la géographie de leur temps.

7L'Ile mystérieuse inverse ce rapport du récit par rapport au savoir géographique. Le premier mystère de l'île est d'être un angle mort de la connaissance géographique. Ainsi Cyrus Smith et ses compagnons doivent-ils constituer leur propre savoir. Le chapitre II est une parabole de la démarche géographique. Celle-ci par la cartographie et la toponymie marque une prise de possession intellectuelle de l'espace. L'île est parcourue, dessinée, ses divers éléments naturels sont baptisée. Cette maîtrise débouche sur un projet géographique : les naufragés se proposent, sur cet espace vierge maintenant balisé de développer une colonie : bâtir des maisons, construire des routes, établir des champs..., l'écriture géographique. Ainsi, dans l'espace clos de l 'Ile, l'ingénieur Cyrus Smith représente une figure de géographie plus complète que celle de Jacques Paganel.

8Extrait de Jules Verne, L’île mystérieuse, 1874, chap. XI. Parties retenues : L'ÎLE EST-ELLE HABITÉE ? BAPTÊME DES BAIES, CAPS, GOLFES, RIVIÈRES, ETC. L’ÎLE LINCOLN, Cf. p.124-130 de l’édition Gallimard Jeunesse, Folio Junior, 2001 (chapitre XI : p. 118-130)

« Cyrus Smith et les siens demeurèrent une heure ainsi au sommet de la montagne. L'île se développait sous leurs regards comme un plan en relief avec ses teintes diverses, vertes pour les forêts, jaunes pour les sables, bleues pour les eaux. Ils la saisissaient dans tout son ensemble, et ce sol caché sous l'immense verdure, le thalweg des vallées ombreuses, l'intérieur des gorges étroites, creusées au pied du volcan, échappaient seuls à leurs investigations.

Restait une question grave à résoudre, et qui devait singulièrement influer sur l'avenir des naufragés.

L'île était-elle habitée ?

Ce fut le reporter qui posa cette question, à laquelle il semblait que l'on pût déjà répondre négativement, après le minutieux examen qui venait d'être fait des diverses régions de l'île.

Nulle part on n'apercevait l'œuvre de la main humaine. Pas une agglomération de cases, pas une cabane isolée, pas une pêcherie sur le littoral. Aucune fumée ne s'élevait dans l'air et ne trahissait la présence de l'homme. Il est vrai, une distance de trente milles environ séparait les observateurs des points extrêmes, c'est-à-dire de cette queue qui se projetait au sud-ouest, et il eût été difficile, même aux yeux de Pencroff, d'y découvrir une habitation. On ne pouvait, non plus, soulever ce rideau de verdure qui couvrait les trois quarts de l'île, et voir s'il abritait ou non quelque bourgade. Mais, généralement, les insulaires, dans ces étroits espaces émergés des flots du Pacifique, habitent plutôt le littoral, et le littoral paraissait être absolument désert.

Jusqu'à plus complète exploration, on pouvait donc admettre que l'île était inhabitée.

Mais était-elle fréquentée, au moins temporairement, par les indigènes des îles voisines ? A cette question, il était difficile de répondre. Aucune terre n'apparaissait dans un rayon d'environ cinquante milles. Mais cinquante milles peuvent être facilement franchis, soit par des praos malais, soit par de grandes pirogues polynésiennes. Tout dépendait donc de la situation de l'île, de son isolement sur le Pacifique, ou de sa proximité des archipels. Cyrus Smith parviendrait-il sans instruments à relever plus tard sa position en latitude et en longitude ? Ce serait difficile. Dans le doute, il était donc concevable de prendre certaines précautions contre une descente possible des indigènes voisins.

L'exploration de l'île était achevée, sa configuration déterminée, son relief coté, son étendue calculée, son hydrographie et son orographie reconnues. La disposition des forêts et des plaines avait été relevée d'une manière générale sur le plan du reporter. Il n'y avait plus qu'à redescendre les pentes de la montagne, et à explorer le sol au triple point de vue de ses ressources minérales, végétales et animales.

Mais, avant de donner à ses compagnons le signal du départ, Cyrus Smith leur dit de sa voix calme et grave :

— Voici, mes amis, l'étroit coin de terre sur lequel la main du Tout-Puissant nous a jetés. C'est ici que nous allons vivre, longtemps peut-être. Peut-être aussi, un secours inattendu nous arrivera-t-il, si quelque navire passe par hasard… Je dis par hasard, car cette île est peu importante ; elle n'offre même pas un port qui puisse servir de relâche aux bâtiments, et il est à craindre qu'elle ne soit située en dehors des routes ordinairement suivies, c'est-à-dire trop au sud pour les navires qui fréquentent les archipels du Pacifique, trop au nord pour ceux qui se rendent à l'Australie en doublant le Cap Horn. Je ne veux rien vous dissimuler de la situation…

— Et vous avez raison, mon cher Cyrus, répondit vivement le reporter. Vous avez affaire à des hommes. Ils ont confiance en vous, et vous pouvez compter sur eux. — N'est-ce pas, mes amis ?

— Je vous obéirai en tout, monsieur Cyrus, dit Harbert, qui saisit la main de l'ingénieur.

— Mon maître, toujours et partout ! s'écria Nab.

— Quant à moi, dit le marin, que je perde mon nom si je boude à la besogne, et si vous le voulez bien, monsieur Smith, nous ferons de cette île une petite Amérique ! Nous y bâtirons des villes, nous y établirons des chemins de fer, nous y installerons des télégraphes, et un beau jour, quand elle sera bien transformée, bien aménagée, bien civilisée, nous irons l'offrir au gouvernement de l'Union ! Seulement je demande une chose.

— Laquelle ? répondit le reporter.

— C'est de ne plus nous considérer comme des naufragés, mais bien comme des colons qui sont venus ici pour coloniser ! »

Cyrus Smith ne put s'empêcher de sourire, et la motion du marin fut adoptée. Puis, il remercia ses compagnons, et ajouta qu'il comptait sur leur énergie et sur l'aide du Ciel.

— Eh bien, en route pour les Cheminées ! s'écria Pencroff.

­— Un instant, mes amis, répondit l'ingénieur, il me paraît bon de donner un nom à cette île, ainsi qu'aux caps, aux promontoires, aux cours d'eau que nous avons sous les yeux.

­— Très bon, dit le reporter. Cela simplifiera à l'avenir les instructions que nous pourrons avoir à donner ou à suivre.

— En effet, reprit le marin, c'est déjà quelque chose de pouvoir dire où l'on va et d'où l'on vient. Au moins, on a l'air d'être quelque part.

— Les Cheminées, par exemple, dit Herbert.

— Juste, répondit Pencroff. Ce nom-là, c’était déjà plus commode, et cela m’est venu tout seul. Garderons-nous à notre premier campement ce nom de Cheminées, monsieur Cyrus ?

— Oui, Pencroff, puisque vous l’avez baptisé ainsi.

— Bon ! Quant aux autres, ce sera facile, reprit lemarin, qui était en verve. Donnons-leur des noms comme faisaient les Robinsons dont Harbert m’a lu plus d’une fois l’histoire : la « baie Providence », la « pointe des Cachalots », le « cap de l’Espoir trompé » !...

— Ou plutôt les noms de monsieur Smith, répondit Harbert, de monsieur Spilet, de Nab !...

— Mon nom ! s’écria Nab, en montrant ses dents étincelantes de blancheur.

— Pourquoi pas, répliqua Pencroff. Le « port Nab » cela ferait très bien ! Et le « cap Gédéon… »

— Je préfèrerais des noms empruntés à notre pays, répondit le reporter, et qui nous rappelleraient l’Amérique.

— Oui, pour les principaux, dit alors Cyrus Smith, pour ceux des baies ou des mers, je l’admets volontiers. Que nous donnions à cette vaste baie de l'est le nom de baie de l'Union, par exemple, à cette large échancrure du sud, celui de baie Washington, au mont qui nous porte en ce moment, celui de mont Franklin, à ce lac qui s'étend sous nos regards, celui de lac Grant, rien de mieux, mes amis. Ces noms nous rappelleront notre pays et ceux des grands citoyens qui l'ont honoré ; mais pour les rivières, les golfes, les caps, les promontoires, que nous apercevons du haut de cette montagne, choisissons des dénominations qui rappellent plutôt leur configuration particulière. Elles se graveront mieux dans notre esprit, et seront en même temps plus pratiques. La forme de l'île est assez étrange pour que nous ne soyons pas embarrassés d'imaginer des noms qui fassent figure. Quant aux cours d'eau que nous ne connaissons pas, aux diverses parties de la forêt que nous explorerons plus tard, aux criques qui seront découvertes dans la suite, nous les baptiserons à mesure qu'ils se présenteront à nous. Qu'en pensez-vous, mes amis ?

La proposition de l'ingénieur fut unanimement admise par ses compagnons. L'île était là sous leurs yeux comme une carte déployée, et il n'y avait qu'un nom à mettre à tous ses angles rentrants ou sortants, comme à tous ses reliefs. Gédéon Spilett les inscrirait à mesure, et la nomenclature géographique de l'île serait définitivement adoptée.

Tout d’abord, on nomma baie de l’Union, baie Washington et mont Franklin, les deux baies et la montagne, ainsi que l’avait fait l’ingénieur.

— Maintenant, dit le reporter, à cette presqu’île qui se projette au sud-ouest de l’île, je proposerai de donner le nom de presqu’île serpentine, et celui de promontoire du Reptile (Reptile-end) à la queue recourbée qui la termine, car c’est véritablement une queue de reptile.

­— Adopté, dit l’ingénieur.

— A présent, dit Harbert, cette autre extrémité de l’île, ce golfe qui ressemble si singulièrement à une mâchoire ouverte, appelons-le golfe du Requin (Shark-gull).

— Bien trouvé ! s’écria Pencroff, et nous complèterons l’image en nommant cap Mandibule (Mandible-cap) les deux parties de la mâchoire.

— Mais il y a deux caps, fit observer le reporter.

—Eh bien, répondit Pencroff, nous aurons le cap Mandibule-Nord et le cap Mandibule-Sud.

— Ils sont inscrits, répondit Gédéon Spilett.

— Reste à nommer la pointe à l’extrémité sud-est de l’île, dit Pencroff.

— C’est-à-dire l’extrémité de la baie de l’Union ? répondit Harbert.

— Cap de la Griffe (Claw-cape), s’écria aussitôt Nab, qui voulait aussi, lui, être le parrain d’un morceau quelconque de son domaine.

— Et, en vérité, Nab avait trouvé une dénomination excellente, car ce cap représentait bien la puissante griffe de l’animal que figurait cette île si singulièrement dessinée.

[…]

La nomenclature des parties visibles et connues de l'île était ainsi terminée, et, plus tard, on la compléterait au fur et à mesure des nouvelles découvertes.

Quant à l'orientation de l'île, l'ingénieur l'avait déterminée approximativement par la hauteur et la position du soleil, ce qui mettait à l'est la baie de l'Union et tout le plateau de Grande-Vue. Mais le lendemain, en prenant l'heure exacte du lever et du coucher du soleil, et en relevant sa position au demi-temps écoulé entre ce lever et ce coucher, il comptait fixer exactement le nord de l'île, car, par suite de sa situation dans l'hémisphère austral, le soleil, au moment précis de sa culmination, passait au nord, et non pas au midi, comme, en son mouvement apparent, il semble le faire pour les lieux situés dans l'hémisphère boréal.

Tout était donc terminé, et les colons n'avaient plus qu'à redescendre le mont Franklin pour revenir aux Cheminées, lorsque Pencroff de s'écrier :

— Eh bien, nous sommes de fameux étourdis !

— Pourquoi cela ? demanda Gédéon Spilett, qui avait fermé son carnet, et se levait pour partir.

— Et notre île ? Comment ! Nous avons oublié de la baptiser ?

— Harbert allait proposer de lui donner le nom de l'ingénieur, et tous ses compagnons y eussent applaudi, quand Cyrus Smith dit simplement :

— Appelons-la du nom d'un grand citoyen, mes amis, de celui qui lutte maintenant pour défendre l'unité de la république américaine ! Appelons-la l'île Lincoln ! »

Trois hourras furent la réponse faite à la proposition de l'ingénieur.

Et ce soir-là, avant de s’endormir, les nouveaux colons causèrent de leur pays absent ; ils parlèrent de cette terrible guerre qui l’ensanglantait ; ils ne pouvaient douter que le Sud ne fût bientôt réduit, et que la cause du Nord, la cause de la justice, ne triomphât, grâce à Grant, grâce à Lincoln !

Or, ceci se passait le 30 mars 1865, et ils ne savaient guère que, seize jours après, un crime effroyable serait commis à Washington, et que, le vendredi saint, Abraham Lincoln tomberait sous la balle d’un fanatique. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/219/img-1.png
Fichier image/png, 9,8k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Tissier, « L'île mystérieuse – Jules Verne - 1874
Hydrographie et orographie. L’île est-elle habitée ?
Baptême des baies, caps, golfes, rivières... », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 2, mis en ligne le 25 avril 1996, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/219 ; DOI : 10.4000/cybergeo.219

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page