Navigation – Plan du site
1996
6

Information sur la Géographie Théorique et Quantitative en France

Progresses in Theoretical and Quantitative Geography in France
Denise Pumain, Céline Rozenblat et Hélène Mathian

Texte intégral

1Bien que l'expression de "Géographie Théorique et Quantitative" soit malencontreuse et prête à maints malentendus, c'est un raccourci consacré par l'usage pour désigner des travaux qui partagent un certain cadre de référence conceptuel et méthodologique. Quoique tout aussi flou et englobant, c'est aussi un cadre institutionnel défini par une Commission du Comité National de Géographie, correspondante de la Commission des "Modèles mathématiques" de l'Union Géographique Internationale. A ce titre, un rapport d'activités a été rédigé à l'occasion du congrès international qui se tiendra à La Haye en Août prochain, qui dresse un court inventaire des travaux pouvant être regroupés sous cette étiquette. Nous en présentons ici un résumé, que nous invitons les lecteurs à compléter et commenter.

2Plusieurs thèmes d'importance et de niveau international sont traités par des équipes française dans ce domaine. Citons, en ne mentionnant que quelques points forts et des lieux où ils sont pratiqués:

  • la réflexion critique sur l'épistémologie, les théories et les méthodes de la géographie, dont témoigne le grand nombre des participations à des encyclopédies ou dictionnaires de la Géographie; toutes les équipes y participent à des titres divers;

  • les nouvelles représentations cartographiques, en particulier les anamorphoses (à Rouen, Strasbourg, Tours);

  • les applications des fractales en géographie (à Besançon, Nice, Paris);

  • la modélisation des données environnementales (à Besançon, Grenoble, Rennes, Toulouse);

  • les modèles spatiaux dynamiques et les systèmes multi-agents (à Grenoble, Nice, Paris);

  • la diffusion et la publication d'ouvrages à partir des méthodes d'analyse spatiale (à Avignon, Montpellier);

  • la géostatistique et l'analyse d'images (à Nice);

  • le traitement des données de télédétection (à Brest, Nice, Paris, Rennes, Strasbourg, Toulouse);

  • l'analyse des flux et des réseaux (à Aix-en-Provence, Caen, Lyon);

  • l'étude des interactions spatiales, des discontinuités et des barrières (Montpellier, Paris).

3Dans chacun de ces domaines, on peut considérer que les géographes français apportent des contributions significatives à la géographie, de niveau international, par comparaison avec les autres groupes nationaux suivant les mêmes orientations de recherche.

4Dans le domaine des recherches sur la formalisation, mathématique ou non, de la géographie, et de l'utilisation pour la recherche et pour l'enseignement de méthodes nouvelles, mathématiques et statistiques, graphiques et cartographiques, la géographie française peut s'enorgueillir du bilan des travaux qu'elle a réalisés depuis 25 ans. D'abord simple relais dans la diffusion de cette "nouvelle géographie", qui avait été développée d'abord par les pays scandinaves, les Etats-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne, les géographes français ont fait le choix d'une assimilation raisonnée de ce corpus et ont travaillé à son intégration dans le riche terreau de la géographie classique, sans céder au vertige d'un brutal virage qui aurait renié le passé. Ce faisant, ils ont peut-être mis plus longtemps que les écoles voisines à devenir vraiment novateurs dans le domaine des formalisations et des méthodes. Ce tournant s'est cependant amorcé vers le milieu des années 1980, lorsque plusieurs équipes ont réalisé des percées importantes dans des domaines où elles font désormais partie du petit groupe des leaders européens, voire mondiaux. On peut citer entre autres, sans prétendre à l'exhaustivité, certaines méthodes de traitement des images satellite (en particulier en milieu urbain), les applications des fractales à la géographie, la modélisation des systèmes géographiques au moyen d'équations différentielles ou de systèmes multi-agents, l'analyse formalisée des paysages, l'introduction de nouvelles méthodes de représentations spatiales ou d'outils de modélisation dynamique dans les systèmes d'information géographique...

5C'est sans doute aussi du fait du choix de la continuité et de l'accumulation théorique et conceptuelle, par-delà le renouvellement méthodologique, que la géographie française a pu largement innover et est la seule aujourd'hui à pouvoir se prévaloir d'une école produisant une géographie régionale vivante, ouverte sur le monde, qui a dépassé les schémas énumératifs et explicatifs anciens, alors que dans la plupart des autres pays ce champ de la géographie ne s'est absolument pas renouvelé ou a été à peu près abandonné. Une collection de Géographie universelle, et de nombreux Atlas, réalisés pour la plupart dans le cadre du GIP RECLUS, avec l'animation et la participation de nombreux membres de la Commission, attestent de cette vigueur épistémologique et témoignent de la validité d'une approche, qui a voulu sciemment enrichir les acquis antérieurs et non pas les oublier ou les éliminer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, Céline Rozenblat et Hélène Mathian, « Information sur la Géographie Théorique et Quantitative en France  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 6, mis en ligne le 03 mai 1996, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/221 ; DOI : 10.4000/cybergeo.221

Haut de page

Auteurs

Denise Pumain

Université Paris 1, FranceProfesseur

Articles du même auteur

Céline Rozenblat

France

Articles du même auteur

Hélène Mathian

France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page