Navigation – Plan du site
2009
448

Les espaces du vote en Europe. La participation aux élections du Parlement européen de 2004

Voting Spaces in Europe. Studying Voter Turnout for the 2004 European Parliament Elections
Emmanuelle Boulineau, Luc Merchez, Hélène Roth et Aurélie Delage

Résumés

Cet article étudie la participation aux élections européennes de 2004. L’analyse se concentre sur le niveau régional, en cartographiant la participation dans plus de 700 unités spatiales. La méthodologie s’appuie sur plusieurs cartes et sur une analyse multiscalaire de la participation afin de répondre à trois hypothèses. L’hypothèse d’un gradient européen d’euroscepticisme postule que plus la distance au bastion historique de l’UE augmente, plus la participation au scrutin diminue. La deuxième hypothèse explore les formes transfrontalières de vote afin de mesurer le rôle des frontières, comme barrières ou comme discontinuités spatiales. Enfin, la dernière hypothèse teste l’idée que les différences nationales de participation expriment les disparités régionales. Après avoir présenté les problèmes méthodologiques relatifs à la construction de la base de données, nous analysons la participation à différentes échelles d’observation puis nous proposons une typologie des profils régionaux de participation. La conclusion cherche à dégager de nouvelles pistes de recherche pour approfondir les analyses appliquées au prochain scrutin européen en 2009.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’Union européenne à 25 (UE-25), élargie de 10 nouveaux États membres au 1er mai 2004, a procédé à l’élection du Parlement européen entre le 11 et le 13 juin 2004. Seul scrutin commun à tous les citoyens européens, il a appelé aux urnes plus de 352 millions d’électeurs pour se prononcer au suffrage direct sur une offre pléthorique de candidats : on dénombre plus de 452 listes soit en moyenne 18 listes par pays. Ce scrutin est de nature historique à plusieurs titres. Il intervient après l’élargissement sans précédent et à haute portée symbolique de l’Union aux anciennes démocraties populaires d’Europe de l’Est, à un moment où l’idée d’Europe fait son chemin avec le renforcement des pouvoirs du Parlement européen et le projet de constitution européenne.

2Au lieu de l’enthousiasme espéré, les électeurs se sont pourtant détournés du scrutin et seulement 45,7 % d’entre eux se sont mobilisés aux urnes (49,4 % aux élections européennes de 1999). "Élections en mal d’Europe" (Revue politique et parlementaire, 2004), "valse hésitation" entre enjeu européen et enjeu national (P. Perrineau, 2005), les commentateurs s’interrogent sur l’euroscepticisme ambiant et remettent en question le processus d’européanisation, entendu dans le sens large de construction de l’Europe institutionnelle, économique voire culturelle.

3Il faut rappeler tout d’abord que se rendre aux urnes constitue une valeur forte de la démocratie représentative prônée dans l’UE. Mais si l’acte de voter paraît naturel à l’Ouest de l’Europe, comme expression d’une liberté individuelle et d’une délégation de pouvoir du citoyen aux élus, il sonne davantage comme un acte réifié par des scrutins à répétition et sans surprise dans les anciennes démocraties populaires. Dans ces dernières, aller voter est un acte à réinvestir : après la portée symbolique du "retour dans l’Europe", par le vote chaque citoyen s’exprime individuellement sur la construction européenne. Pour ces pays, le scrutin parlementaire de juin 2004 vient après un autre vote de portée européenne, celui sur les référendums d’adhésion de 2003 qui donnera lieu à comparaison. A l’Ouest comme à l’Est de l’Europe, l’interrogation sur le déficit démocratique demeure aussi un contexte fort dans lequel s’inscrit cette faible participation aux élections de juin 2004.

4La réflexion sur la participation à ce scrutin est au cœur de notre interrogation géographique sur l’Europe. Nous avons cherché à saisir des espaces de vote en Europe en postulant que la mobilisation aux urnes reflète davantage la diversité des espaces européens que la convergence vers une scène démocratique commune. Pour ce faire, nous nous appuyons sur une démarche multiscalaire et sur le commentaire d’un corpus cartographique construit à cet effet.

5La démarche multiscalaire cherche à explorer les logiques supranationales et infranationales dans les différenciations spatiales de la participation. Sans négliger le poids des contextes nationaux de vote, par ailleurs bien analysés par les politologues, elle vise à interroger les niveaux régionaux et l’échelle européenne. Cette démarche s’appuie sur trois hypothèses géographiques.

  • L’hypothèse d’un gradient européen d’euroscepticisme dans la mobilisation aux urnes postule que plus la distance au bastion historique de l’UE augmente, plus la participation au scrutin diminue. Elle reprend une hypothèse formulée dans nos analyses des référendums d’adhésion en Europe centrale et orientale (Rey, Roth et Mulatier, 2004), afin de l’approfondir. Ce gradient croiserait une composante historique d’ancienneté de l’adhésion et une dimension spatiale d’effet de la distance. Dans cette hypothèse, les nouveaux États membres de 2004 seraient donc caractérisés par une participation plus faible en raison de la jeunesse de leur adhésion et de leur éloignement du cœur européen.

  • L’hypothèse de formes transfrontalières similaires de vote traduirait les logiques d’ouverture des espaces nationaux et donc un degré d’intégration accru par la proximité spatiale. Elle cherche à mesurer l’effet de barrière des frontières nationales dans les comportements de vote ou, au contraire, leur abaissement dans le processus de construction européenne.

  • Enfin, l’hypothèse des différenciations infranationales de participations’appuie sur l’idée que les disparités internes entre centres et périphéries à l’échelle nationale s’expriment dans le vote et que les inégalités socio-économiques favorisent ces différenciations infra-étatiques.

6Pour ce faire, l’analyse sera conduite en quatre temps. La première partie rappelle les outils statistiques et cartographiques à notre disposition et les choix opérés pour construire une base de données inédite collectée pour 700 unités régionales au sein de l’UE-25. La deuxième analyse la participation aux élections européennes de juin 2004 selon plusieurs échelles d’observation. La troisième partie dresse une typologie des attitudes régionales de participation. Les résultats de ces analyses ouvrent davantage d’interrogations qu’ils n’apportent de vérification des hypothèses formulées. Nous assumons cette dimension exploratoire et proposons en quatrième partie des pistes de réflexion pour aller plus loin dans l’interprétation géographique des élections européennes, alors que le scrutin de 2009 est proche.

La cartographie des élections européennes de 2004 : problèmes méthodologiques

7Cette analyse des élections européennes de 2004 s’inscrit dans un vaste chantier de recherche, dont il faut souligner les difficultés méthodologiques pour comprendre les limites et la portée du travail entrepris. Toute géographie électorale des espaces du vote à l’échelle de l’ensemble de l’Union européenne doit faire face à d’importants obstacles, et ce dès la constitution de la base de données.

Le défi de la comparaison

8La première difficulté concerne la comparaison entre 25 pays dont les modalités de scrutin diffèrent, tant par le système de représentation, l’obligation de vote ou encore le découpage ou non en circonscriptions électorales infra-nationales. Chaque configuration nationale rend ainsi complexe la comparaison internationale de la participation à ce scrutin européen (tableau 1). Sans être exhaustif sur les 25 cas de figure, nous tenons à montrer quelques aspects du défi de comparer.

PAYS

Date scrutin

Taux particip.

Nombre de circonscriptions

Mode de scrutin

Conjonction avec

d’autres scrutins

Vote obligatoire

BELGIQUE

13 juin

91,8

4 circonscriptions et 3 collèges électoraux

Représentation proportionnelle sur la base des 4 circonscriptions et des 3 collèges

Elections régionales et communautaires

OUI avec amende

LUXEMBOURG

13 juin

89,0

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle avec panachage et vote préférentiel possibles

Elections législatives

OUI avec amende

MALTE

11 juin

82,4

Représentation proportionnelle par vote transférable simple

élections locales

Non

ITALIE

13 juin

73,1

5 circonscriptions

Représentation proportionnelle selon loi nationale

élections partielles régionales, provinciales et municipales (70 % électeurs concernés)

Non

CHYPRE

13 juin

71,2

Représentation proportionnelle

Non

OUI avec amende

GRECE

13 juin

63,4

Représentation proportionnelle pure

Non

OUI avec mesures administratives

IRLANDE

13 juin

58,8

4 circonscriptions

Représentation par vote unique transférable

Elections locales

Non

LITUANIE

13 juin

48,4

1 circonscription nationale

représentation proportionnelle avec vote préférentiel

1er tour des présidentielles

Non

DANEMARK

13 juin

47,9

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle avec vote préférentiel possible

Non

Non

FRANCE

13 juin

42,8

8 circonscriptions

représentation proportionnelle sans panachage ni vote préférentiel

Non

Non

AUTRICHE

13 juin

42,4

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle avec vote préférentiel possible

Non

OUI dans le Vorarlberg et le Tyrol

ESPAGNE

13 juin

45,1

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle

Non

Non

ROYAUME-UNI

10 juin

38,8

11 circonscriptions

Représentation proportionnelle

Elections locales partielles

Non

SUEDE

13 juin

37,8

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle avec vote préférentiel possible

Non

Non

LETTONIE

12 juin

41,3

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle

Non

Non

PORTUGAL

13 juin

38,6

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle

Non

Non

ALLEMAGNE

13 juin

43,0

1 circonscription nationale

Système de représentation proportionnelle avec des listes bloquées

Élections parlement régional en Thuringe. Elections locales dans 6 Länder

Non

FINLANDE

13 juin

39,4

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle avec vote préférentiel

Non

Non

HONGRIE

13 juin

38,5

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle

Non

Non

PAYS-BAS

10 juin

39,3

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle pure

Non

Non

R. TCHEQUE

11-12 juin

28,3

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle

Non

Non

SLOVENIE

13 juin

28,3

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle avec vote préférentiel

Non

Non

POLOGNE

13 juin

20,9

13 circonscriptions

Représentation proportionnelle

Non

Non

ESTONIE

13 juin

26,2

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle

Non

Non

SLOVAQUIE

13 juin

17,0

1 circonscription nationale

Représentation proportionnelle

Non

Non

Tableau 1 : les effets du contexte électoral en 2004

Source : revues de presse, commissions électorales nationales, Bélot et Cautrès (2004). En italiques, la participation supérieure à la moyenne de l’UE : 45,7 %, parlement européen

9La diversité des modes de scrutin pour mettre en œuvre la représentation proportionnelle n’influe pas directement sur la participation que nous étudions ici mais concerne davantage la ventilation des sièges par parti et la constitution des listes que nous n’aborderons pas. En revanche, l’existence d’une seule circonscription nationale pour la majeure partie des États – seuls 6 pays sur 25 ont un découpage régional – a des incidences sur la participation. On peut en effet penser que ce scrutin européen aurait été l’occasion pour certaines régions de jouer la carte européenne d’une Europe des régions contre le niveau national, en mobilisant davantage aux urnes. La faible participation de la Catalogne et de l’Andalousie apparaît ainsi comme un désintérêt, dans ces deux régions marquées par des velléités centrifuges, pour un scrutin qui se déroule dans une seule circonscription nationale espagnole et qui vide ainsi la possibilité pour ces identités régionales de s’exprimer. De même, la faible participation corse s’inscrit dans la même logique. La Corse était intégrée à la circonscription interrégionale sud-est, pour laquelle 13 sièges de députés européens étaient à pourvoir. Le faible poids relatif de la Corse (4 % des inscrits de la circonscription) et le fait qu’aucun candidat corse ne soit en position éligible sur les diverses listes ont sans aucun doute joué sur l’abstention massive (72,3 %) (Merchez, 2007).

10La participation est davantage tributaire de l’obligation de vote, des modalités d’inscription sur les listes électorales (procédé automatique ou démarche citoyenne par exemple) ou encore de la conjonction de plusieurs scrutins. Sans reprendre le détail des situations nationales, les pays où le vote est obligatoire et sanctionné par une forte amende en cas de manquement connaissent une forte participation. Cette participation au scrutin européen pourrait être replacée dans le contexte de la participation moyenne aux autres scrutins électoraux dans chaque pays, afin de relativiser la force ou la faiblesse de l’adhésion au projet européen. Nous n’avons pas mené cette analyse car nous avons privilégié l’idée que la conjoncture politique au moment du vote prévaut pour expliquer la participation au scrutin européen. La forte participation italienne s’explique ainsi moins par les enjeux européens, absents du débat, que par la simultanéité avec d’autres élections et la capacité des partis politiques à mobiliser les électeurs (Revue politique et parlementaire, 2004). De même, la bonne tenue de la participation en Espagne et en Grèce s’explique par l’état de grâce pour des gouvernements d’alternance politique nouvellement élus (ibidem). Cela dit, le scrutin de 2009 permettra de raisonner sur un pas de temps de 5 ans pour l’UE-25 et d’envisager l’analyse des écarts aux moyennes nationales pour d’autres scrutins, afin de mesurer l’adhésion à la construction européenne par le vote.

La question du maillage

11La production de cartes à un niveau fin d’analyse européen avec un maillage homogène nous a conduits à privilégier la nomenclature des unités territoriales statistiques (NUTS) de l’UE. Ce choix peut apparaître évident du fait que les NUTS constituent les mailles statistiques officielles de l’UE. Cet alignement logique est aussi encouragé par la commodité de collecte des données électorales, souvent fournies pour des échelons qui correspondent aux niveaux NUTS, même si cela n’est pas automatique comme on le verra ci-après.

12Le niveau NUTS3 de l’UE a été retenu, celui-ci représentant le meilleur compromis entre précision et difficultés de construction de la base de données. Si l’on doit parler de compromis, c’est que le choix du niveau NUTS3 est loin d’être idéal. Les limites géographiques des NUTS2 ou NUTS3 sont un patchwork de limites politico-administratives nationales, non définies avec des critères communs.Comme tout découpage administratif, a fortiori à l’échelle de l’UE-25, les mailles NUTS3 présentent donc une forte hétérogénéité tant du point de vue de leurs populations que de leurs superficies. Cette variabilité des tailles de NUTS3 est telle qu’elle peut fausser les traitements statistiques et les cartographies qui s’appuieraient stricto sensu sur le maillage NUTS3 officiel. En conséquence, afin de limiter les effets de taille – ne serait-ce que visuellement –, nous nous appuyons ici en réalité sur un maillage hybride NUTS2/NUTS3 constitué d’environ 700 unités pour l’UE-25 (en optant ainsi pour le niveau NUTS2 en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas).

13Aussi commode et opportun que le choix des NUTS puisse paraître, il faut cependant noter que ce maillage n’est en rien rigide, il évolue dans le temps. L’une des difficultés majeures consiste donc à constituer un fond de carte qui corresponde à la date des scrutins considérés. Disposant initialement d’un découpage NUTS du début de la décennie 2000, plusieurs modifications ou ajustements ont dû être apportés pour élaborer un "fond 2004". A titre d’exemple, on peut mentionner des opérations de changement de codages (Italie, Finlande) ou de réaffectation territoriale (Pologne, Estonie, Lettonie).

14Une fois constitué ce maillage NUTS2-NUTS3, il est important d’en souligner les limites et les biais relatifs à son usage. Le choix d’un seul niveau d’analyse et de représentation ne peut qu’aboutir à des interprétations réductrices des résultats électoraux. En effet, il suffit parfois de faire varier le niveau d’analyse (effets d’échelle) ou de s’appuyer sur un découpage différent de l’espace (effets de zonage) pour donner à voir d’autres vérités sur un même vote. Ces deux effets, conjugués ou pris séparément, sont au cœur du concept de MAUP (Modifiable Areal Unit Problem) proposé par Openshaw et Taylor en 1979 pour désigner l’influence du découpage spatial sur les résultats de traitements statistiques ou de modélisation. L’interprétation des cartes électorales se heurte régulièrement au MAUP. L’un des moyens de pallier ce problème, auquel une importante littérature est consacrée, est justement de proposer des analyses et cartographies à différents niveaux. Seule l’approche multi-niveau permet de lever les limites principales des analyses traditionnelles de votes – et notamment l’erreur écologique qui consiste à inférer à un niveau donné des résultats obtenus au niveau inférieur ou supérieur – et d’évaluer directement l’impact du contexte sur les déterminants individuels du vote.

15Néanmoins, dans le cas présent, il était ardu de varier les niveaux d’analyse et de représenter plus finement les résultats tant il est déjà fastidieux de constituer une base de données exhaustive et cohérente à niveau NUTS2-NUTS3 (cf. ci-dessous). De même, malgré l’effort d’homogénéisation (hybridation NUTS2/NUTS3), la variété des maillages nationaux reste à l’origine d’effets de zonage qui influent évidemment la lecture cartographique et l’interprétation des résultats. Pour illustrer ce point, on peut prendre l’exemple des unités métropolitaines qui peuvent généralement être distinguées en tant que telles dans les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) alors que c’est rarement le cas dans l’Ouest de l’Europe. Cela peut avoir comme conséquence de pointer l’opposition urbain/rural comme facteur explicatif majeur du vote à l’est (cf. cartes) alors que cette tendance est indiscernable à l’Ouest, ce qui ne signifie pas pour autant qu’elle n’existe pas : l’opportunité d’être confronté à des NUTS3 spécifiquement urbains, qui se révèle à juste titre d’un intérêt considérable, représente aussi un biais préjudiciable dans l’analyse.

Construction et utilisation des bases de données

16La base de données électorales a été constituée en compilant les résultats disponibles sur les sites internet des commissions électorales de chaque pays de l’UE, aucune institution n’étant chargée jusqu’alors de collecter, centraliser et redistribuer ces données. Outre le temps de collecte, cet éparpillement contribue à alimenter des sources d’erreur ou de non-comparabilité entre données.

17En premier lieu, les données sont collectées et restituées au niveau de circonscriptions électorales pas toujours concordantes avec le maillage retenu pour l’analyse (NUTS3). Un travail d’agrégation ou de désagrégation des données (cette seconde opération étant plus délicate) est donc parfois nécessaire. Pour en revenir à la comparabilité des données entre pays, elle peut poser problème même pour une variable aussi simple que la participation. La présentation des résultats diffère selon les sites. Elle se base sur le nombre de bulletins déposés, ou sur le nombre de bulletins valides, rapporté au nombre d’inscrits sur les listes électorales. Seuls certains sites nationaux proposent le nombre de bulletins valides. En outre, il n’a pas été possible de prendre en compte les voix comptabilisées à l’étranger, celles-ci n’étant disponibles que pour l’Italie et l’Espagne (d’où des variations globales de taux à l’échelle des Etats, la participation atteignant par exemple 71,7 % en Italie avec les votes à l’étranger, mais 73,1 % sans ces derniers).

18Même si cela ne fait pas l’objet de cette communication, différents développements concernent et concerneront cette base de données. On pense notamment à la prise en compte des clivages partisans : s’ils n’ont pas été étudiés ici, au-delà des tâches de collecte démultipliées que cela aurait impliqué, c’est avant tout en raison d’une connaissance encore imparfaite. Il est admis que la ventilation selon les affiliations des partis au Parlement européen n’est pas satisfaisante, et le débat est encore en cours parmi les politologues, notamment sur l’insertion des partis des PECO dans les grandes familles politiques (Vandermotten et Vandeburie, 2005 ; De Waele, 2004).

19Parallèlement à cette base de données électorales sur l’UE-25, a également été constituée une base de données démographiques et socio-économiques, avec laquelle il paraît pertinent d’effectuer des croisements. On bute en premier lieu sur le faible nombre d’indicateurs fiables et comparables à l’échelle de l’UE-25 (pensons au PIB/habitant par exemple). Des indicateurs essentiels tels que le taux d’urbanisation sont très délicats à mobiliser et à manipuler, leur définition et leur fiabilité variant selon les pays. De surcroît, le choix du NUTS3 comme maille d’analyse n’est pas forcément adapté pour observer des disparités socio-économiques très marquées. Si cette échelle d’analyse est suffisante pour faire apparaître dans la cartographie du vote d’importants contrastes, elle ne permet pas de montrer en quoi ces logiques régionales peuvent être rendues complexes par d’autres effets qui ne s’observent qu’à des échelles plus fines, par exemple les logiques rurales/urbaines/périurbaines, les effets de discontinuité (frontières nationales, littoral/arrière-pays).

La participation à l’épreuve des gradients géographiques et des échelles d’observation

A l’échelle européenne, des gradients contrastés de participation

20La carte 1 de la participation en cercles proportionnels permet de croiser le poids démographique de chaque unité spatiale et le taux de participation au scrutin. Les résultats contrastent fortement avec les hypothèses initiales. A l’échelle de l’Europe, on observe un double gradient à mesure que l’on s’éloigne du cœur historique et géographique de la construction européenne.

Carte 1 : La participation aux élections européennes de juin 2004

Source : université de Lyon, UMR 5600 Environnement ville société, BioGéophile, ENS LSH, 2008. Conception et réalisation : A. Delage et E. Boulineau.

Commission électorales nationales fait avec philcarto – http://perso.club-internet.fr/​philgeo

21D’Ouest en Est, le gradient de participation est décroissant : Estoniens, Lettons, Polonais, Tchèques, Slovènes et dans une moindre mesure Hongrois se sont très peu mobilisés. Sept des dix nouveaux États membres de 2004 ont ainsi boudé le scrutin. Il en va de même pour la Suède et la Finlande, périphéries nordiques entrées en 1995, où moins d’un électeur sur cinq s’est déplacé. Les disparités de participation entre l’Europe occidentale et l’Europe centre-orientale sont très marquées. Les PECO présentent en effet une abstention de 75,3 % contre 50,3 % pour l’UE à 15 membres. Celle-ci a peu évolué si l’on compare au scrutin européen de 1999 de l’UE-15 (50,6 %). Les nouveaux États membres de l’Europe orientale font donc chuter la participation de 49,4 % en 1999 à 45,7 % en 2004. Rentrés récemment dans l’Union, en périphérie de cette Europe, ces pays confirment la première hypothèse formulée. Le clivage entre Ouest et Est de l’Europe semble ici plutôt renforcé par l’indicateur de la participation, alors que l’élargissement avait pour ambition de l’estomper, même progressivement.

22L’Europe méditerranéenne, en revanche s’est davantage rendue aux urnes, avec des taux de participation proches (Espagne) ou supérieurs (Italie, Grèce, Malte et Chypre) à la moyenne européenne. Les pays concernés ici, en périphérie insulaire ou continentale de l’Europe, ont progressivement rejoint l’Union (1986 pour la péninsule ibérique, 1981 pour la Grèce et 2004 pour les deux îles). L’Italie déroge à l’hypothèse initiale d’un gradient d’élargissement, puisqu’elle est pays fondateur. Ce gradient reste toutefois valide pour l’Espagne, Chypre et Malte.

23L’effet de la distance au cœur de l’UE joue à double sens : celui d’une forte participation ou son revers de l’abstention soutenue. Le gradient géographique est donc valide mais il doit être nuancé par le moment de l’adhésion à l’UE. La conjonction en 2004 de l’adhésion et du premier scrutin européen pour les PECO ne laisse guère de recul aux électeurs pour juger du bien-fondé du projet européen, d’autant plus que les référendums de 2003 avaient été l’occasion de marquer un soutien au projet européen. A l’inverse, la dette européenne de pays méditerranéens qui ont pu bénéficier de la démocratisation de leur régime politique (Espagne, Portugal, Grèce) et de la manne financière des aides régionales européennes joue probablement en faveur d’une forte participation. Bien sûr, certains pays dérogent à ce schéma interprétatif, rappelant la nécessité de faire appel aux contextes nationaux pour approfondir l’analyse de la participation en 2004.

A l’échelle des pays, la force des logiques nationales

24La carte de la participation fait ressortir de façon saisissante les frontières des pays et souligne ainsi l’homogénéité nationale de la participation. L’effet frontière individualise chaque État balte comme des pays au poids démographique et territorial plus important, tels la Pologne ou dans une moindre mesure l’Italie. L’homogénéité nationale est renforcée par les forts contrastes de participation entre pays, selon le contexte politique du vote et le déroulement du scrutin (tableau 1). Sans surprise, la forte participation s’observe dans les pays où le vote est obligatoire et/ou dans les États où se déroulaient le même jour d’autres scrutins. Au premier rang, la Belgique et le Luxembourg ont conjugué le 13 juin 2004, vote obligatoire et élections. Dans certains pays, le vote-sanction à l’égard du gouvernement en place a joué – Allemagne, France ou Pologne – ou bien encore l’euroscepticisme affiché dans certains pays – Grande-Bretagne, République tchèque – s’est traduit dans la participation. Ces études par pays ont été menées par les politologues, nous en mentionnons les principales en bibliographie finale.

25La différenciation entre les États relève davantage du contexte politique et des modalités du scrutin que de la situation géographique des États les uns par rapport aux autres. A cet égard, la deuxième hypothèse de formes transfrontalières similaire de participation au vote est invalidée, preuve que l’Union européenne se construit avant tout par les États. Pour poursuivre notre investigation, nous avons cherché à lever le poids du contexte national en mettant en exergue les différenciations infra-étatiques. Le positionnement des unités régionales par rapport à la moyenne nationale et par rapport à la moyenne européenne fait l’objet des cartes suivantes.

A l’échelle des régions, des contrastes infranationaux inattendus

26La carte de la participation masque les contrastes internes tant le poids des contextes nationaux est fort. Afin de distinguer les régions qui s’écartent du profil national, nous avons dressé la carte des écarts à la moyenne nationale de participation (carte 2). Certains de ces écarts renvoient aux contextes régionaux du vote, comme dans les quelques Länder allemands dont les fortes participations s’explique par la simultanéité du scrutin européen et des élections régionales (Thuringe) ou communales (Rhénanie-Palatinat, Sarre, Bade-Wurtemberg). Ailleurs, des différenciations infranationales apparaissent, contredisant quelques idées reçues sur les configurations spatiales de la participation dans les États européens. Trois idées s’imposent à la lecture de la carte.

27

Carte 2 : L'écart de participation à la moyenne nationale aux élections européennes de juin 2004

Source : université de Lyon, UMR 5600 Environnement ville société, BioGéohile, ENS LSH, 2008. Conception et réalisation : A. Delage et E. Boulineau.

Discrétisation : moyenne et écart-type par rapport à la moyenne nationale.

Commission électorales nationales fait avec philcarto – http://perso.club-internet.fr/​philgeo

28En premier lieu, les pays marqués par de forts contrastes internes ne correspondent pas forcément aux grands pays européens, ceux dont la taille et le poids démographique accentuent potentiellement la diversité régionale : la Grande-Bretagne, la France sont dans cette situation. Les contrastes sont davantage notables en Italie et en Espagne, et bien plus frappants encore en Autriche ou en Grèce. Des effets de gradient interne apparaissent : Est-Ouest pour l’Autriche et la Grèce, Nord-Sud pour l’Italie. Plus précisément, on peut penser qu’il s’agit d’un gradient centre-périphérie qui traduit la forte mobilisation des régions centrales par leur dynamique économique. La plaine pannonienne autrichienne, la région de Salonique en Grèce (même si curieusement l’Attique se démarque en négatif), ou encore la troisième Italie montrent des participations soutenues par rapport aux profils nationaux. D’autres régions comme la Catalogne ou l’Andalousie ont marqué, a contrario, leur différence avec les régions castillanes par une réticence que nous avons évoquée précédemment. Pour l’Italie, la distinction entre Italie du Nord, Italie centrale et Mezzogiorno montre toute son actualité dans la mobilisation électorale.

29Ces forts contrastes internes invitent à reconsidérer notre deuxième hypothèse sur les formes transfrontalières similaires de participation. Les gradients internes d’une Autriche orientale plus motivée (Basse-Autriche et Burgenland) et ses vis-à-vis, côté hongrois (Transdanubie de l’Ouest) et côté slovaque (région de Bratislava), expriment les dynamiques transfrontalières dans cette partie de la plaine danubienne. Sans aller jusqu’à conclure à des comportements similaires de vote à partir de l’unique indicateur de la participation, la formation du triangle Vienne-Bratislava-Budapest semble entraîner dans son sillon la dynamique des régions avoisinantes. A l’inverse, certaines discontinuités frontalières de vote tendent à être marquées. Les espaces frontaliers allemands sont le lieu souvent d’une dynamique opposée à celle de leur vis-à-vis, côtés polonais, tchèque et français. Mais ces discontinuités frontalières ne signalent pas forcément la force de la maille étatique, les contrastes régionaux en Allemagne peuvent être tout aussi soutenus sinon plus. Les éléments dont nous disposons sont trop ténus pour tirer des conclusions. Ils doivent être confrontés à une analyse approfondie de ces configurations transfrontalières souvent soutenues par des politiques européennes, telles les eurorégions, ou encore marquées par des identités régionales spécifiques. L’hypothèse de la dynamique transfrontalière similaire de vote est invalidée ; en revanche, elle reste pertinente pour s’interroger sur l’impact des dynamiques transfrontalières sur le vote. Cette étude reste à faire à partir d’analyses empiriques précises, à l’instar de ce qu’Hélène Roth a montré dans sa thèse (2006) à propos du repli frontalier de la Bavière sur elle-même à la frontière avec la République tchèque.

30Enfin, un troisième élément d’interprétation apparaît que nous appellerons effet métropolitain. Les villes et les capitales se distinguent du profil national moyen à la faveur du découpage en NUTS3 centré sur des villes, notamment dans les pays d’Europe centrale et orientale. Les villes polonaises têtes de district (6 unités NUTS3) se démarquent de la frilosité générale par un écart à la moyenne nationale largement positif. Plus généralement, les capitales Est-européennes se distinguent par une meilleure participation : du Sud au Nord, Ljubljana en Slovénie, Budapest en Hongrie, Bratislava en Slovaquie, Prague en République tchèque et Varsovie en Pologne ressortent. Têtes de pont de l’européanisation, ces capitales creusent aussi l’écart avec les autres régions, accentuant les disparités internes.

Typologie des profils régionaux de participation : une lecture par échelles

Principes méthodologiques de la typologie : nuancer l’impact du contexte national

31Afin d’étudier les profils régionaux de participation, nous avons croisé le positionnement de chaque région par rapport à la moyenne européenne et par rapport à la moyenne nationale de participation selon une typologie en arborescence : nous obtenons neuf cas théoriques puisqu’aux trois modalités de l’écart à la moyenne européenne (supérieur à, autour de, inférieur à celle-ci) sont affectées les trois même modalités d’écart à la moyenne nationale. L’écart à la moyenne européenne est considéré ici comme un indicateur de comportement euroenthousiaste (quand l’écart est positif – supérieur à la moyenne européenne et un demi écart-type) et eurosceptique (quand l’écart est négatif – inférieur à la moyenne européenne moins un demi écart-type). L’écart à la moyenne nationale est entendu ici comme un indicateur de civisme : plus l’écart à la moyenne nationale est positif plus les régions présentent une attitude motivée envers le vote, plus il est négatif, plus les régions sont considérées comme frileuses. Cette typologie des régions permet donc de faire ressortir des profils régionaux, en minimisant le poids du contexte national tout en en conservant la portée dans un contexte européen.

32Parmi les 9 types dégagés (carte 3), le type 5 présente le profil régional le plus proche des moyennes européenne et nationale. Présent dans plus du quart des unités, ce type des "ni…ni" est le plus indifférencié (profil moyen). Les types 4 et 6 relèvent du même enthousiasme modéré (écart à la moyenne européenne faible) mais dans des contextes nationaux de participation au vote différents. La typologie oppose aux deux extrêmes une attitude europhile et motivée (type 1, 13 % des unités) caractérisée par des écarts aux deux moyennes largement positifs et une attitude eurosceptique et réfractaire au vote (type 9, 15 % des unités) marquée par des écarts aux deux moyennes largement négatifs. Les types 2 et 3 ont en commun une participation soutenue par rapport à la moyenne européenne mais différenciée par rapport à la moyenne nationale. Enfin, les types 7 et 8 sont marqués par une attitude eurosceptique, avec une motivation plus ou moins grande par rapport à la moyenne nationale.

Carte 3: Typologie des régions selon l'écart de participation à la moyenne européenne et à la moyenne nationale (juin 2004)

Source : université de Lyon, UMR 5600 Environnement ville société, BioGéophile, ENS LSH, 2008. Conception et réalisation : H. Roth et E. Boulineau

33La carte 3 ressemble dans ces grandes lignes à celle de l’écart de participation à la moyenne nationale (carte 2). Cette impression doit cependant être dissipée par la méthodologie employée dans les deux cas. Cette typologie apporte une appréciation qualitative des comportements régionaux de participation, là où la carte des écarts aux moyennes nationales proposait une discrétisation quantitative.

Expliquer l’hétérogénéité interne à chaque État

34Pour chaque État, il est possible de mesurer l’hétérogénéité interne des comportements régionaux de vote en regardant le nombre de types présents, et de revenir de la sorte sur la prégnance du contexte national de vote. Deux éléments explicatifs ressortent pour interpréter la diversité des types régionaux dans chaque pays : l’effet taille du pays et l’émergence du profil particulier de régions capitales.

35Le premier élément explicatif réside dans l’effet de taille du pays, selon l’idée que la grande taille du pays (par la superficie et/ou la population) augmente potentiellement l’hétérogénéité interne attendue. Dix États sur les 25 présentent une hétérogénéité interne regroupant 5 ou 4 types : c’est le cas pour les deux grands pays européens que sont l’Espagne et l’Allemagne (5 cas dénombrés). Dans une moindre mesure, ce schéma interprétatif se vérifie aussi pour la France et le Royaume-Uni, dont on peut nuancer la portée par le manque de données complètes pour le second, par le caractère d’exception des départements du Tarn-et-Garonne et du Cher dans une France globalement marquée par une très forte homogénéité (types 4 et 5 dominants). L’Autriche déroge cependant à cet ensemble de grands pays, sa forte hétérogénéité interne marquée par un gradient d’euroenthousiasme d’Ouest en est mériterait une analyse plus soutenue, elle reste à faire.

36Quatre types d’attitude de vote sont présents en Italie, en Grèce, au Danemark, en Suède, en Finlande et en Hongrie, soulignant là encore la diversité des profils régionaux au sein des grands États. Pour la Grèce et l’Italie, marquées en grande majorité par des écarts à la moyenne européenne largement positifs du fait de la forte participation, les types d’attitude sont déterminés avant tout par le degré de participation nationale. Mais dans ces deux pays, le différentiel de comportement de vote entre une Italie du Nord et une Italie du Sud, entre une Grèce égéenne et une Grèce ionienne, se retrouve. En Suède et en Finlande, vaste pays par la superficie mais au poids démographique européen plus faible, l’euroscepticisme domine (types 8 et 9), seules les régions capitales ou urbaines (notamment Stockholm et Helsinki) c’est-à-dire les plus peuplées dans ces contrées nordiques dérogent à cette tendance pour faire preuve de civisme. Enfin, la Hongrie fait figure là encore d’exception au schéma interprétatif de l’effet taille du pays par une forte diversité interne (4 types sur 9 dans un petit pays). Le pays adopte des attitudes régionales plutôt eurosceptiques voire indifférentes (types 5, 8 et 9) perturbées par une plus grande motivation au vote dans la capitale et les régions frontalières de l’Autriche, soulignant de la sorte la plus forte motivation au vote dans des régions hongroises plus urbanisées.

37La typologie met enfin en évidence le profil spécifique des régions capitales (type 7, 11 unités) qui se distinguent par leur participation davantage soutenue au sein de pays marqués par des profils régionaux massivement eurosceptiques et plutôt peu motivés aux urnes. Ces 11 régions se comptent parmi les régions capitales de Tallinn (Estonie), Prague (R. tchèque), Bratislava (Slovaquie), Ljubljana (Slovénie). En raison de son découpage fin en powiat urbains, la Pologne présente 7 régions sur les 11, à savoir Gdansk, Varsovie, Poznan, Cracovie, Lodz, Wroclaw et le cas de la région de Bielsko-Biala à la frontière slovaque. Il y a assurément là une singularité à analyser plus avant dans cet effet métropolitain des pays post-socialistes, dû rappelons-le à un effet de découpage. Mais la comparaison avec les types d’attitude des autres régions capitales européennes, lorsque le maillage le permet, souligne encore davantage ce profil spécifique Est-européen de villes en cours de métropolisation, davantage tournées vers l’Europe.

Un modèle centre-périphérie en Europe renforcé par les types régionaux d’attitude de vote

38A l’échelle européenne, l’interprétation de la carte fait apparaître trois grands ensembles régionaux d’attitude de vote. Ils renvoient à la structuration forte de l’Europe selon le modèle centre-périphérie d’un bastion européen des pays fondateurs et de périphéries méditerranéenne, centre-orientale et scandinave dont le degré d’intérêt pour les questions européennes diffère. Un croissant périphérique méditerranéen comprenant l’Italie et la Grèce individualise deux pays dont la participation soutenue dépend dans une large mesure de l’écart à la moyenne nationale. La Belgique, marquée par le vote obligatoire tombe dans la même catégorie d’analyse (dominante des types 1, 2 et 3). Sans réellement constituer un biais de l’analyse, il est difficile cependant d’aller plus loin dans l’interprétation en concluant par exemple à un clivage au sein des pays méditerranéens qui isole l’Espagne des profils observés ailleurs. Cette dernière apparaît plus proche des configurations régionales présentes en Europe occidentale, celle du bastion de la construction européenne regroupant France, Allemagne, Pays-Bas, Danemark, Royaume-Uni et Autriche (dominante des types 4 et 5). Enfin, les périphéries nordiques et orientales de l’Europe (dominante des types 8 et 9) se distinguent par un fort euroscepticisme parmi les pays de la Baltique et de l’Europe centrale. Ces périphéries de l’Europe, par leur distance plus grande au cœur européen, par leur position aux frontières externes de l’UE semblent davantage douter de la dynamique européenne, sauf dans les régions urbaines.

39Un zoom sur les comportements électoraux en Europe centre-orientale nous permet de raisonner à partir d’autres données sur ces profils régionaux différenciés. En comparant la participation aux référendums d’adhésion de 2003 et celle des élections au parlement européen de 2004, nous cherchons à dresser des trajectoires régionales de participation au sein des PECO (carte 4). Certes, les deux scrutins sont rapprochés dans le temps, quinze mois au maximum (Slovénie) et neuf mois au minimum (Estonie, Lettonie), mais ils constituent tous deux un test d’adhésion au projet européen. En 2003, la participation a été relativement faible, 56,5 % dans la zone, alors que le scrutin marquait symboliquement un retour dans l’Europe (Rey, Roth et Mulatier, 2004). La participation entre 2003 et 2004 diminue fortement, cette baisse est plus forte dans les régions occidentales (Estonie, Pologne), provoquant un effet d’homogénéisation par le bas des taux de participation. L’analyse comparée des cartes des écarts à la moyenne nationale en 2003 et en 2004 (carte 2 et carte 4b) montrent que les effets de gradient internes se renforcent clairement en Hongrie, en Slovaquie et en République tchèque, consacrant la dynamique particulière des régions urbaines, et reléguant dans les régions à très faible participation des marges orientales (Hongrie) ou encore des régions industrielles en crise (Silésie et vallée de l’Ohre en R. tchèque). La révision des maillages en Estonie, Lettonie et Slovénie entre 2003 et 2004 ne nous permet pas de mener correctement cette comparaison pour ces pays.

Carte 4 : Evolution de la participation entre 2003 et 2004 en Europe centrale et orientale

Source : université de Lyon, UMR 5600 EVS, BioGéophile, ENS LSH, 2008. Conception et réalisation : H. Roth et E. Boulineau.

Commission électorales nationales fait avec philcarto – http://perso.club-internet.fr/​philgeo

En guise de conclusion : éléments pour l’analyse du scrutin européen de 2009

40Les analyses menées permettent de revenir sur les trois hypothèses initiales de travail. La première hypothèse postulait l’existence d’un gradient européen d’euroscepticisme à mesure que l’on s’éloignait en distance du cœur européen et que l’adhésion à l’UE était récente. Cette hypothèse a été dans une large mesure vérifiée, mais dans ce gradient inversé de participation d’Ouest en Est, l’effet distance au centre semble le plus discriminant. La dimension historique est moins probante dans les dynamiques spatiales.

41La deuxième hypothèse permettait de raisonner sur le clivage entre Est et Ouest de l’Europe et de mesurer l’effet de barrière des frontières. L’importance des contextes nationaux du vote a été soulignée pour expliquer la participation. Si les PECO se sont caractérisés par une abstention plus forte qu’ailleurs en Europe, deux remarques peuvent être faites. L’ancienne frontière interallemande a disparu dans les contrastes de participation et la Hongrie adopte des couleurs qui la rapprochent davantage de l’Europe occidentale, le gradient interne y est d’ailleurs soutenu. Cela dit, à partir du simple indicateur de la participation, il est difficile de repérer un clivage fort. Les résultats du vote en 2004 ont davantage suscité des interrogations sur la démocratie en Europe. Observée séparément à l’Est et à l’Ouest de l’Europe, la crise de la représentation démocratique trouve certes des fondements différents mais il convient de les garder à l’esprit quand on raisonne sur la construction européenne et sur l’unique scrutin commun à tous les citoyens européens jusqu’à présent.

42La troisième hypothèse enfin demeure la moins explorée dans ce travail pour sa dimension socio-économique. Nous avons testé cette hypothèse de la relation entre le vote et la situation socio-économique en confrontant la participation à deux indicateurs – disponibles au niveau NUTS3 et harmonisés pour leur calcul national en 2004 – : le chômage et le PIB/habitant. Les premiers résultats ont été peu probants avec des taux de corrélation non significatifs (r = 0,32 pour le chômage, r = 0,29 avec le PIB/hab.). En revanche, nous avons largement travaillé ici les différenciations infranationales du vote. Ces analyses constituent une bonne base pour poursuivre l’analyse des trajectoires régionales en comparant les données de 2004 avec celles du prochain scrutin européen prévu entre le 4 et le 7 juin 2009.

43Dans la continuité de ce travail, nous souhaitons mener d’autres explorations du vote en Europe sur la base de nouvelles interrogations géographiques.

  • L’analyse, pour être interprétée correctement, devra faire l’objet d’études nationales approfondies des contextes de vote et des trajectoires régionales. Dans le contexte de vote devront être prises en compte notamment les modalités concrètes de vote au sein de chaque pays. Au vu des résultats de 2004, certains pays semblent intéressants à observer pour 2009 par leur diversité interne (l’Autriche ou la Hongrie par exemple) ; l’effet taille du pays sur les différenciations interrégionales pourra être testé sur des petits et des grands États (Bulgarie, Allemagne, Pologne).

  • Nous chercherons à tester les effets des découpages électoraux dans deux directions. L’hétérogénéité du découpage en circonscriptions électorales spécifiques au scrutin européen constitue un élément important à prendre en compte pour l’analyse de la participation. La seconde direction de l’analyse s’attachera à identifier les variations dans les résultats dues à la non-concordance dans certains pays entre le découpage en circonscriptions électorales et le maillage NUTS2-3 retenu (effet de zonage).

  • Des clivages géographiques pourront être explorés comme la distinction entre villes et campagnes. Leur analyse dépend des indicateurs d’une part communs à tous les pays européens et, d’autre part, disponibles à un niveau fin de collecte (NUTS3). Sur ce point, les travaux d’Eurostat et les études menées dans le cadre de l’ORATE (observatoire en réseau de l’aménagement du territoire européen) seront précieuses.

  • Enfin, la modélisation de la distance au centre de l’UE par exemple permettra de raisonner plus finement sur les effets de gradients, de discontinuités ou de similitudes en faisant abstraction des frontières. D’autres modèles sont envisageables, en modélisant par exemple l’offre partisane (pro- et anti-européenne) mais sa faisabilité dépend de la disponibilité des données et d’une bonne connaissance des scènes partisanes. On comprend donc que ce travail doit être collectif et qu’il dépend du vote de nos concitoyens en 2009.

Haut de page

Bibliographie

Bussi M., Badariotti D., 2004, Pour une nouvelle géographie du politique, Paris, Anthropos, 301 p.

Bussi M., 2001, "Géographie, démocratie, participation : explication d’une distance, arguments pour un rapprochement", Géocarrefour, Vol.76, No.3, 265-272. [en ligne] (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geoca_1627-4873_2001_num_76_3_2564)

Espace, Populations, Sociétés, 2003, No.3, dossier : "populations, élections, territoires", 167 p.

Bélot C., Cautrès B., 2005, "Vers un espace public européen ? Les élections européennes de juin 2004", Notre Europe : études et recherches, No.40, 99 p.

Bout de L’An C., Greffet F., juillet-septembre 2004, "L’abstention, symptôme des mutations démocratiques européennes", Revue politique et parlementaire, No.1 031, 55-66.

Grunberg G., 2007, "La participation aux élections européennes de 2004", in : Lequesne C., MacDonagh-Pajerova M., La citoyenneté démocratique dans l’Europe des Vingt-sept, Paris, l’harmattan, 33-48.

L’espace politique, 2007, No.3, dossier : démocratie, territoires, élections, 218 p. [en ligne] (http://www.espacepolitique.org)

Lequesne C., MacDonagh-Pajerova M., 2007, La citoyenneté démocratique dans l’Europe des Vingt-sept, Paris, l’harmattan, 295 p.

Merchez L., 2007, "Les logiques spatiales du vote corse lors des scrutins régionaux et européens 2003-2005, héritage et renouvellement des comportements électoraux", l’espace politique, No.3, dossier : démocratie, territoires, élections, 43-59, [en ligne] (http://www.espacepolitique.org )

Openshaw S., Taylor P.J., 1979, "A million or so correlation coefficients: three experiments on the modifiable areal unit problem", in: N. Wrigley, (ed.) Statistical Applications in the Spatial Sciences, London, Pion, 127-144.

Perrineau P. (dir), 2005, Le vote européen 2004-2005 : de l’élargissement au référendum français, Paris, Presses de Sciences po, 318 p.

Perrineau P., Reynie D. (dir), 2001, Dictionnaire du vote, Paris, PUF, 997 p.

Revue politique et parlementaire, juillet-septembre 2004, No.1 031, dossier : "Européennes : des élections en mal d’Europe ?", 228 p.

Rey V., Roth H., Mulatier. S., 2004, "Elargissement de l’Union Européenne : résultats des référendums sur l’adhésion dans les pays d’Europe centrale et orientale", Cybergeo, Enjeux européens, mis en ligne le 09 avril 2004, modifié le 31 juillet 2007. Consulté le 04 novembre 2008. (http://www.cybergeo.eu/index3389.html)

Roth H., 2006, Espaces intermédiaires en recomposition. Les campagnes industrielles allemandes en région de frontières, thèse de l’ENS LSH, dactylographiée

Roth H., Merchez L., 2006, "Les formes d'adhésion à l'Union Européenne en Europe centrale et orientale", actes du colloque Géopoint 2004 : La forme en géographie, Avignon, 215-220.

Vandermotten C., Vandeburie J., 2004, Territorialité et politique, Bruxelles, université de Bruxelles, 317 p.

De Waele J.-M. (ed.), 2004, Les partis politiques en Europe centrale et orientale, Bruxelles, éditions de l’université de Bruxelles, 286 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Boulineau, Luc Merchez, Hélène Roth et Aurélie Delage, « Les espaces du vote en Europe. La participation aux élections du Parlement européen de 2004 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 448, mis en ligne le 07 avril 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22165 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22165

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Boulineau

Université de Lyon, UMR 5600 Environnement ville et société, ENS LSH, Biogéophile
emmanuelle.boulineau@ens-lsh.fr

Luc Merchez

Université de Lyon, UMR 5600 Environnement ville et société, ENS LSH, Biogéophile
luc.merchez@ens-lsh.fr

Hélène Roth

Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, UMR 5600 Environnement ville et société, ENS LSH, Biogéophile
helene.roth@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Aurélie Delage

Université de Lyon, UMR 5600 Environnement ville et société, ENS LSH, Biogéophileaurelie.delage1@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page