Navigation – Plan du site
2009
453

Processus de décision et Espace d’activités/déplacements. Une approche articulant routine cognitive et adaptation événementielle

Decision process and Activity space. An approach linking cognitive routine and occurrence adaptation
Christophe Enaux

Résumés

Cet article propose de reconsidérer la position de la prise de décision dans le processus d’élaboration de l’espace d’activités/déplacements par les individus. Il propose une approche alternative fondée sur deux aspects distincts mais inter-reliés. Il s’agit d’une part des routines cognitives et d’autre part des événements de la vie quotidienne auxquels les individus donnent suite et qui se traduisent par des activités extérieures nécessitant des déplacements. Cette approche conduit ainsi à une nouvelle heuristique de l’espace activités/déplacements dans laquelle les routines cognitives et leur adaptation par les événements constituent la toile de fond du comportement des individus.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Aujourd’hui, la pratique dominante des déplacements de la vie de tous les jours est fondée sur l’usage préférentiel de la voiture particulière. Cette image d’Épinal masque cependant la diversité des modèles de mobilité ainsi que les nombreux contrastes inter-individuels tant du point de vue des motivations que de celui des contraintes d’accès à la mobilité (Massot, 1996 ; Kaufmann, 2000). Approcher les facteurs qui conduisent aux principales caractéristiques de la mobilité quotidienne des personnes - que l’on peut résumer à qui, fait quoi, à quel moment, dans quel lieu, avec quel mode et avec qui, en somme à l’espace d’activités/déplacements des individus - nécessite que l’on s’attache au niveau comportemental. Ce dernier est défini au sens large comme "l’activité des êtres et leurs rapports sensori-moteurs avec le milieu" (Reuchlin, 1957).

2Les études comportementales de la mobilité quotidienne reposent principalement sur deux approches. La première se rattache au courant behavioriste dont le but est d’analyser les liens entre des stimuli et des réponses comportementales. Des auteurs, tels que Boarnet et Crane (2001), Meurs et Haaijer (2001), Bagley et Mokhtarian (2002), Handy et al. (2005), Pouyanne (2005), testent les relations de descripteurs de morphologie urbaine, d’attributs socio-économiques et/ou de préférences individuelles avec des caractéristiques comportementales comme le nombre de déplacements, le kilométrage parcouru avec un mode, etc. Selon cette perspective, l’ensemble des phénomènes cognitifs sont ignorés et considérés comme relevant d’une boîte noire.

3La seconde approche plus récente constitue le courant cognitiviste. Celui-ci s’attache plus particulièrement à cette boîte noire en étudiant l’activité cognitive qui conduit au comportement. En général, cette dernière réfère à trois grandes dimensions (Richard, 1993) qui sont le traitement des informations issues des sens d’une part, les activités motrices qui gouvernent l’exécution des mouvements et de la parole d’autre part, et enfin, les activités mentales qui se scindent en celles qui ont une traduction observable (aller au théâtre) et celles qui n’ont pas de manifestations extérieures immédiates (la mémorisation). Dans le domaine particulier de la mobilité quotidienne, ce sont principalement la première et la troisième dimension qui ont fait l’objet de travaux, s’attachant ainsi aux représentations (le modèle simplifié du réel à partir duquel les actions sont mises en oeuvre) et aux processus cognitifs (sélection de l’information, prise de décisions, etc.).

4Parmi les processus cognitifs, la prise de décision conduisant à l’espace d’activités/déplacements observable (choix des lieux, des modes, des moments, etc.), a fait l’objet d’une attention particulière de la part des tenants de l’approche par les activités. En effet, plusieurs auteurs pointent la complexité pour les individus de la tâche d’élaboration de l’espace d’activités /déplacements (Burnett et Hanson, 1979 ; Recker et al., 1986). D’où "…l’importance de la compréhension des processus de décisions impliqués dans les espaces activités/déplacements…" (Arentze et Timmermans, 2004). Ces processus de décision qui conduisent au comportement observable de l’individu, réfèrent à des logiques de décision, c’est-à-dire des façons de faire qui sont largement dépendantes de la nature même de la décision et du contexte dans lequel elle est prise.

5Cet article se propose d’une part de revisiter la conceptualisation de la prise de décision dans le cadre du comportement de la mobilité quotidienne et d’autre part de fournir une nouvelle approche comportementale fondée sur une association de logique dans laquelle la routine cognitive constitue en relation avec les événements de la vie quotidienne, la toile de fond du comportement. Dans cette perspective, une première section de l’article porte sur la conceptualisation de la décision aboutissant à l’espace d’activités/déplacements. Elle propose une piste alternative fondée sur le concept de routine cognitive. Sur cette base, nous développerons dans une seconde partie, les éléments constitutifs des routines contribuant à l’élaboration de l’espace d’activités/déplacements d’un individu. Dans une troisième partie, l’aspect dynamique des routines est détaillé, en s’attachant à l’intégration des faits événementiels de la vie quotidienne dans les routines cognitives. Enfin dans la dernière partie, nous discuterons de l’apport de cette approche comportementale selon une double perspective conceptuelle et opérationnelle.

Logique(s) de décision et émergence de l’espace activités/déplacements

6Lorsqu’un individu1 cherche à atteindre un but, au moins trois possibilités s’offrent à lui. Soit il fait appel à une solution toute prête, soit il s’engage dans l’élaboration d’une nouvelle solution, soit encore, il adapte une solution existante à l’objectif visé. A notre connaissance, les travaux sur la prise de décision conduisant à la construction de l’espace d’activités/déplacements, ont largement investi la perspective de l’élaboration d’une nouvelle solution en tentant d’appréhender le processus qui permet à un individu de passer d’un état A à un état B où le but poursuivi est atteint.

L’approche de la décision

7Selon cette perspective, la logique de décision correspond à la résolution d’un problème, en d’autres termes, à la succession d’opérations qui conduit à la décision d’effectuer une action sous telle ou telle forme. Plusieurs théories ont été invoquées afin de fournir une description du processus de décision dont le socle commun repose sur la notion de choix. Cependant, elles se distinguent par le principe sous-jacent.

8Le premier principe, largement répandu dans la littérature, correspond à la rationalité économique. En effet, la théorie micro-économique du comportement indique que les individus choisissent en maximisant leur utilité. Tout se passe comme si les individus effectuent un calcul comparatif des différentes alternatives et retiennent celle qui est la plus avantageuse. Dans leur modèle opérationnel STARCHILD, qui traite de la programmation des activités et de l’élaboration de l’espace d’activités/déplacements, Recker et al. (1986a et b) représentent les individus comme munis de plusieurs options d’espace d’activités/déplacements. Celle qui est en définitive mise en œuvre est celle qui minimise le temps de déplacement pour se rendre d’une activité à l’autre.

9Le second principe de choix est beaucoup moins normatif. Il découle des travaux de Newell et Simon (1972) qui ont introduit un formalisme général de modélisation des activités de résolution de problèmes et de l’apprentissage. Il s’agit des systèmes de production caractérisés par un ensemble de règles dites conditions-actions (ie., si condition, alors action) sur lesquelles les individus s’appuient pour prendre des décisions. Selon ce principe, le processus cognitif de décision repose sur des règles heuristiques qui généralement ne fournissent pas la solution optimale au problème posé, mais une solution satisfaisante. Les modèles SCHEDULER (Gärling et al., 1994, 1998) et ALBATROSS (Arentze et Timmermans, 2003, 2004) sont des exemples de ce type d’approche computationnelle. Le premier repose sur des règles heuristiques ad hoc, comme par exemple la priorité des contraintes temporelles dans la programmation des activités ; une façon d’agir mis à jour par Cullen et Godson (1975). Le second modèle innove par la déduction directe des règles à partir d’une méthode inductive d’arbre de décision appliquée à des données d’enquêtes sur la mobilité quotidienne des individus.

10Quel que soit le principe retenu, la perspective de résolution de problème n’est que partiellement en adéquation avec des décisions relevant de la réalisation des activités de la vie de tous les jours.

La résolution de problèmes et types de décision

11En effet, la résolution de problème doit être envisagée en relation avec le type de décision à prendre (Vlek, 1986). Certaines décisions impliquent des effets à long terme. Décider de vivre en couple, choisir un nouveau logement, sont autant d’étapes dans le parcours de vie d’un individu qui nécessitent une réflexion approfondie. Des décisions de ce type supposent de peser le pour et le contre des différentes options sur la base de stratégies compensatoires ou non (Payne et al., 1993), et correspondent bien à une construction active de solution. Par contre, aller faire ses courses, se rendre au travail, déposer et chercher les enfants à l’école à tel moment de la journée et en utilisant tel ou tel mode de déplacement, réfèrent à des actions qui se produisent fréquemment.

12D’après nous, ces situations récurrentes ne font pas l’objet d’une résolution de problème telle qu’elle est envisagée classiquement. Les individus ne passe pas leur temps « à réinventer la roue à chaque objectif à atteindre ». A chaque fois qu’un même but se présente et que les personnes disposent d’une solution pour atteindre ce but, cette solution est mise en œuvre. Un tel principe d’action permet de réduire au minimum les coûts cognitifs en faisant appel à des lignes de conduite mémorisées. On peut donc logiquement distinguer un mode opératoire de résolution de problème d’un mode de sélection de solution, situé en amont du processus de prise de décision. Si l’opération de sélection fournit un bon candidat, la solution au problème est trouvée.

13S’appuyer sur des lignes de conduites mémorisées, c’est faire appel à des routines cognitives (Betsch et al., 1999). Ces routines se définissent donc comme des manières de faire, des manières de pratiquer la mobilité quotidienne, qui ont été mémorisées et auxquelles est attachée une évaluation positive. Elles sont issues d’un processus de décision antérieur dont le résultat, c’est-à-dire l’action, a été jugée satisfaisante. En définitive, la routine est donc une connaissance qui est employée pour agir, et en cela, cette conception de la routine se distingue de l’acception courante fondée sur l’habitude de faire, synonyme de faire à l’identique.

14Si l’adéquation activités de la vie de tous les jours et faits récurrents nous permet d’avancer que la routine cognitive est un principe fondamental d’élaboration de l’espace activités/déplacements, ce principe est-il suffisant en soi ?

L’espace d’activités/déplacements : routines cognitives et adaptations événementielles

15La vie de tous les jours est constamment l’objet d’événements qui sont des faits perçus et intégrés auxquels l’individu donne suite dans ces activités quotidiennes. Aller chercher un membre de sa famille, prévoir les achats pour les invités d’un soir, effectuer une sortie culturelle avec des amis, sont autant d’événements qui se répercutent sur les pratiques de mobilité. Même si en soi ces événements peuvent être sujet à répétition, l’individu se trouve généralement dans un contexte particulier qui nécessite de sa part un ajustement de ses manières de faire ou encore la création d’une nouvelle routine afin de pouvoir effectuer l’activité correspondant à cet événement. Mais l’événement lui-même, par ses caractéristiques (par exemple les personnes qui vont y participer), possède aussi un contexte spécifique qui impose également la remise en cause de la routine cognitive.

16L’adaptation des individus à des événements affecte au moins deux aspects du processus général de la prise de décision. D’une part, l’individu entre clairement dans un processus de résolution de problème créant ainsi une nouvelle manière de faire. Mais en cohérence avec le principe d’économie cognitive, cette nouvelle manière de faire s’élabore sur l’adaptation de routines cognitives intégrées. D’autre part, le processus de résolution de problème se manifeste concrètement par deux pratiques qui sont de l’ordre de la réponse immédiate (l’immédiateté) et de la réponse décalée (programmation) à l’événement. Ces pratiques de réalisation d’activités ont été décrites sur la base de grilles d’analyse temporelle (Gärling et al., 1995) et spatio-temporelle (Ramadier et al., 2005). Toutes les deux reposent sur la logique du degré de spontanéité d’une activité, c’est-à-dire une échelle hiérarchisée allant de l’habituel au spontané, en passant par la programmation. D’un point de vue cognitif, l’échelle proposée prend une forme bimodale sur la base de la complémentarité entre d’une part des routines cognitives et d’autre part des adaptations de ces routines cognitives (réponse immédiate ou décalée) motivées par des événements et impliquant un processus de résolution de problème. Ainsi les pratiques relevant des actions immédiates et programmées se définissent-elles comme des perturbations de la routine cognitive.

17Cette vision de l’élaboration de l’espace d’activités/déplacements met l’accent sur l’usage des routines cognitives comme principe comportemental de base. Elle est à la fois intégrative et dynamique : intégrative parce qu’elle rassemble manières de faire, réponses à des événements et processus de décision ; dynamique parce que la mise en œuvre des événements affectant la mobilité quotidienne, fournit de nouvelles routines cognitives qui potentiellement - en fonction de leur évaluation - peuvent se substituer ou compléter des routines antérieures. Ainsi, le système comportemental d’un individu se fonde donc sur un équilibre dynamique, système dont les routines cognitives sont les briques élémentaires et les événements, les moteurs de l’évolution de ces briques. La partie suivante développe les composantes des routines cognitives.

Routines cognitives : quelles composantes ?

18L’approche par les activités a comblé une lacune conceptuelle importante des approches antérieures privilégiant le déplacement comme unité d’analyse. Elle substitue l’activité au déplacement, ce dernier n’étant qu’une demande dérivée du besoin de réalisation d’activités en permettant de faire la jonction entre des activités séparées dans l’espace et le temps (Jones, 1979). Cependant, l’approche par les activités s’est focalisée sur la construction de programmes d’activités (i.e., la succession d’activité dans le cadre de la journée) en incorporant les besoins et désirs des individus et de façon complémentaire, les interactions entre les membres du ménage et les contraintes environnementales.

L’activité comme une routine cognitive élémentaire

19En procédant sous une forme analytique, cette approche néglige une vision holistique de l’activité qui se caractérise par une forte association, voire même une congruence, entre ses différentes dimensions constitutives, comme par exemple le lieu de réalisation. Fournir une liste exhaustive des dimensions d’une activité serait une gageure en l’état actuel de nos connaissances sur les attributs des routines cognitives élémentaires. Mais il semble qu’au moins trois dimensions apparaissent comme centrales puisqu’elles sont nécessaires et indispensables pour la réalisation concrète de l’activité.

20La mise en oeuvre d’une manière de faire une activité par un individu, nécessite qu’il connaisse sa localisation spatiale. Derrière cet aspect, il y a au moins deux formes de savoir reliées à l’activité : où elle se trouve (la position) et comment faire pour s’y rendre (le cheminement). Les connaissances de position du lieu d’activité et du chemin pour s’y rendre sont liées à des référentiels relatifs, comme des points de repères qui permettent d’atteindre le lieu à partir d’autres positions connues. Ces deux formes de savoir renvoient à la représentation cognitive de l’espace (Kitchin et Blades, 2002) qui lorsqu’elle est externalisée au moyen de divers techniques comme par exemple le Jeu de Reconstruction Spatiale (Ramadier, Bronner, 2006), fait principalement apparaître des lieux et des chemins reliant ces lieux.

21Exécuter la routine cognitive d’une activité suppose également des connaissances correspondant à la dimension temporelle. S’il s’agit d’activités dont l’accès est régulé par des horaires d’ouverture, les connaissances temporelles portent au minimum sur des heures d’accès potentiel lorsqu’elles sont superficielles ou sur des fenêtres temporelles bien établies dans le cas contraire. Mais même dans le cas d’activités sans régulation horaire institutionnelle, comme par exemple rendre visite à un ami ou à un membre de sa famille, la dimension temporelle intervient sous la forme d’une régulation d’accord plus ou moins tacite quant aux possibilités de rencontre. Certainement que dans ce type de régulation, les formes de la connaissance temporelle sont beaucoup plus variables d’un individu à l’autre. Par ailleurs, la connaissance temporelle ne concerne pas uniquement l’activité, mais également la durée des cheminements qui permettent de se rendre sur le lieu d’activité, même si ces connaissances sont souvent déformées (Cauvin, 1984).

22Enfin, une routine cognitive élémentaire associe également une information de mode de déplacement. Le fait que le mode soit un attribut constitutif fondamental d’une activité est lié à deux aspects. D’une part, la connaissance spatiale du chemin pour se rendre au lieu d’activité et celle de la durée de déplacement sont en relation avec le mode de déplacement. Le chemin est connu parce qu’il a été parcouru, même si c’est pour un motif différent de celui de la routine cognitive considérée. D’autre part, la routine cognitive correspondant à une manière de faire mémorisée, son déclenchement engage l’usage du mode impliqué dans cette manière de faire.

23Localisation spatiale, dimension temporelle et mode constituent ainsi les attributs indispensables à la réalisation d’une activité. Ensemble, ils forment une représentation correspondant à un schème, c’est-à-dire un "ensemble cognitif qui est activé simultanément dans une situation donnée" (Flament, 1981). A ce schème est associée une évaluation globale positive, traduisant ainsi la satisfaction de l’individu à agir de telle manière. Le comportement des individus est alors guidé par ces routines d’activités et principalement par celles qui possèdent l’évaluation la plus positive. Cependant, les déplacements des individus ne se fondent pas uniquement sur des routines d’activités élémentaires.

La séquence d’activités comme une routine cognitive complexe

24Les analyses descriptives de la mobilité quotidienne montrent que les individus organisent leurs activités extérieures en les regroupant dans des chaînes de déplacement. Ces chaînes sont généralement de deux natures. La première correspond à une boucle dont l’origine et la destination se confondent et entre lesquelles une ou plusieurs activités et des déplacements prennent place. La seconde prend la forme d’un enchaînement linéaire d’activités et de déplacements entre un lieu de début et de fin de chaîne différents. Pour les deux types de chaîne, le rôle associé aux lieux début et fin est particulier : ils sont considérés comme des lieux structurant de la mobilité quotidienne. En effet, ces lieux représentent des bases spatiales récurrentes de mise en œuvre de la mobilité, comme par exemple le sont le lieu de domicile ou le lieu de travail.

25La séquence d’activités comme routine cognitive complexe ne se confond pas directement avec les chaînes de déplacement telles qu’elles sont définies. En effet, ces chaînes correspondent à des pratiques qui sont la résultante des nombreuses activités auxquelles les individus ont donné suite au cours de la journée. Généralement, ces pratiques entremêlent des routines cognitives avec des réponses construites à des événements particuliers et traduisent ainsi un processus de résolution de problème. Sur une chaîne régulière comme le retour au domicile à partir du lieu de travail, un individu peut avoir comme activité affectée d’aller chercher son enfant à la crèche. En observant un tel individu sur plusieurs jours, on pourrait se rendre compte d’une très grande variabilité de sa chaîne de déplacement retour. Un soir avant de chercher son enfant, il pourrait faire des courses au supermarché. Un autre soir, il pourrait rendre visite à un ami après avoir cherché son enfant. Et une autre fois encore, il pourrait se rendre directement chez lui tout simplement parce que son conjoint a pu se libérer plus tôt et que ce dernier a cherché exceptionnellement l’enfant.

26Un tel scénario est relativement courant et montre l’importance des événements contextuels dans les pratiques quotidiennes. Il permet de comprendre ce que nous entendons par une séquence d’activités comme une routine cognitive complexe. Il s’agit d’une suite ordonnée d’activités constituant une unité minimale d’action dont les événements du contexte du moment sont exclus. Cette suite forme ainsi un tout décrit par un schème tel qu’il a été défini ci-dessus. Néanmoins, ce type de schème d’activité se distingue du précédent par plusieurs aspects.

27Une séquence d’activités comporte au minimum deux activités et donc deux déplacements. Cette caractéristique introduit non seulement une relation de type associative entre ces activités, mais aussi un ordre de succession des activités orientant la relation associative. Ce lien des activités au sein de la séquence se répercute ainsi sur ses attributs. La connaissance spatiale sur la façon de se rendre d’un lieu à un autre de la séquence est fortement centrée sur la succession des lieux d’activité. La structuration selon un ordre séquentiel des lieux d’activité a également une influence sur la dimension temporelle. Contrairement à la routine cognitive élémentaire fondée sur une activité, la connaissance temporelle inter-relie également les périodes temporelles potentielles des activités. Selon les contraintes qui pèsent sur la routine, comme par exemple des impératifs d’horaire de telle ou telle activité, cette inter-relation oscille entre fixité et élasticité des plages horaires. En ce qui concerne le mode de locomotion, la séquence associant différentes activités, elle reflète un usage de mode lié à chacune des activités. La séquence d’activité traduit ainsi des routines cognitives complexes qui sont soit uni-modales, soit multi-modales.

28L’activité et la séquence d’activités relèvent donc de deux types de routines cognitives. Ces routines élémentaires et complexes ne sont cependant pas au même niveau. Par le fait que les séquences expriment explicitement dans les représentations des individus des associations fortes d’activités, matérialisées par des liens spatiaux, des relations temporelles et de modes, elles constituent une armature activité-espace-temps-mode servant de cadre de référence. En l’absence d’événements perturbant les routines, ce cadre de référence correspond à la pratique effective à l’origine des espaces d’activités/déplacements des individus. Dans le cas contraire, les routines élémentaires sont les pièces permettant au cours du processus de résolution de problème, d’adapter à volonté (en fonction du nombre d’alternatives de routines élémentaires) les séquences afin de répondre aux différents événements de la vie de tous les jours. Cette dynamique qui fait le lien entre les routines cognitives et la pratique effective à l’origine des espaces d’activités/déplacements fait l’objet de la section suivante.

Dynamique des routines cognitives : changements adaptatif et cognitif

29Presque continuellement, les individus interagissent avec l’environnement social, spatial et cognitif. Les deux premiers environnements définissent en quelque sorte le milieu extérieur, alors que le troisième se rapporte au milieu intérieur de l’individu (Figure 1).

Figure 1 : Approche cognitive de la mobilité quotidienne

Des stimuli aux événements

30La connexion avec ces mondes fournit des stimuli à l’individu. Lorsqu’ils proviennent du milieu extérieur, ils passent par le filtre de la perception qui fait intervenir les représentations cognitives. Le stimulus devient alors une information reconnue, un statut que les stimuli internes possèdent d’office et qui sont généralement identifiés sous le terme de désir (Bratmann, 1987). L’ensemble des informations reconnues fait l’objet d’un traitement cognitif, un processus au cours duquel certaines d’entre-elles sont sélectionnées et transformées en intention d’en tenir compte dans la réalisation de la mobilité quotidienne2. C’est en franchissant le stade de l’intention que ces informations reconnues s’identifient à des événements dont l’individu tient compte dans la réalisation de la mobilité quotidienne. Ces événements représentent donc le moteur du changement de la pratique de la mobilité.

31« Voiture indisponible, embouteillage, faire absolument des courses pour les invités de demain soir », sont des exemples d’événements. Malgré leur nature très diverse, nature sur laquelle nous reviendrons, ces événements possèdent néanmoins des caractéristiques communes. D’une part, ils sont porteurs d’informations, comme par exemple la validité temporelle allant de l’instantané à des intervalles de temps plus long. Comme nous l’indiquions précédemment, les actions relèvent alors, du point de vue de leur mise en œuvre, de la conduite immédiate ou de la programmation. D’autre part, ces événements sont affectés d’une signification. Cet élément recouvre le sens donné par les individus à l’événement, sens qui induit des réponses comportementales d’adaptation conduisant à des changements de la pratique fondée sur les routines cognitives. Conceptuellement, ces changements sont de deux ordres. Il s’agit de changements adaptatifs et de changements cognitifs.

Les changements adaptatifs

32Les changements adaptatifs consistent à concevoir sur la base des routines cognitives et des significations des événements, une pratique de mobilité du moment qui tienne compte de cet ou de ces événements. Ils sont fondamentalement liés à la nature des événements.

33Lorsqu’elle renvoie à une activité dans son ensemble, la situation se résume à la réalisation ou à l’abandon d’une activité dans une routine cognitive complexe. L’événement qui induit la réalisation d’une nouvelle activité nécessite que les individus choisissent dans le stock des routines cognitives élémentaires, une solution possible. Ce choix n’est pas indépendant de la routine complexe qui fait l’objet de l’adaptation. En effet, l’introduction d’une activité nécessite de trouver une fenêtre temporelle suffisante pour pouvoir s’y rendre, l’effectuer et continuer sur l’activité suivante de la routine complexe. Certaines de ces routines élémentaires sont donc plus adaptées que d’autres aux possibilités de fenêtre de la routine complexe. Mais si une telle fenêtre n’existe pas, l’individu peut également s’engager dans un processus d’arbitrage pour la créer soit en supprimant une activité d’importance secondaire de la routine complexe, soit en réduisant la durée des activités encadrantes de la fenêtre.

34Lorsque l’événement correspond à l’abandon d’une activité d’une routine complexe, deux situations se présentent : la réorganisation de la routine complexe ou le renoncement de sa mise en œuvre. La réorganisation s’applique lorsqu’il n’y a pas d’événement en attente comme l’introduction d’une nouvelle activité et lorsque les activités suivantes de la routine présentent suffisamment de flexibilité temporelle pour être décalées. Le renoncement à l’exécution de la routine complexe est généralement le cas de figure typique où l’activité abandonnée remet en cause la signification de la réalisation du schème d’action de la routine. Par exemple, si la routine est une succession d’achats alimentaires alors que cette activité n’est plus nécessaire, la routine est abandonnée.

35Le second type d’événement porte directement sur les dimensions attributaires des activités. Il s’agit du temps, de l’espace et du mode. En général, ces événements de type attributaire sont couramment reliés. En effet, un impératif de temps est toujours un impératif d’espace/temps (il faut absolument que j’y sois à telle heure) avec en prime une référence implicite au mode. Ce dernier peut cependant être invoqué seul. Tous ces événements portant sur les attributs modifient en conséquence la routine complexe impliquée. Il peut alors s’agir de la suppression d’activité(s), de l’augmentation et de la diminution de la durée d’activité, ou des trois à la fois. Cependant lorsque le sens de l’événement entre en conflit avec la manière de faire intégrée dans la routine, l’impact de l’événement peut-être tel qu’il conduit à l’abandon définitif ou au report de la routine complexe. C’est généralement le cas des automobilistes exclusifs qui en cas d’indisponibilité de voiture, préfèrent annuler ou différer leurs actions lorsque aucun autre impératif n’entre en ligne de compte.

Les changements cognitifs

36Les changements cognitifs sont liés aux changements adaptatifs. En effet, l’adaptation des routines complexes conduit à de nouvelles pratiques du moment. Par leurs mises en oeuvre, ces pratiques génèrent une évaluation qui les positionne sur une échelle de satisfaction/d’insatisfaction. Nous avons tous à l’esprit une situation où la prise en compte d’un événement conduit à une réflexion du type « jamais plus je m’y prendrais de cette façon pour faire cela ». Ainsi lorsque la satisfaction atteint un certain seuil, la routine cognitive est mémorisée et vient enrichir le stock de routines disponible. Un tel processus correspond à un apprentissage par la pratique.

37Cependant, les changements cognitifs sont également en rapport avec des situations plus marquantes mettant en jeu des événements bouleversants les routines élémentaires et complexes. Deux cas de figure se présentent alors. Le premier correspond à des individus qui sont contraints d'abandonner leurs routines parce qu’ils se trouvent dans l’impossibilité physique (perte d’autonomie), économique (inaccessibilité des lieux d’activité fréquentés) ou pour toute autre raison, de les mettre en œuvre. La reconstruction de nouvelles routines est alors profondément marquée par un processus de résolution de problème, centré sur l’événement en cause. Tout leur espace d’activités/déplacements futur est ainsi imprégné de cet événement.

38Le second cas de figure relève des personnes qui effectuent une migration, les coupant ainsi de leur bassin de vie ou de celles qui changent l’un ou l’autre lieux structurant (résidence, travail, école, etc.) de leur espace actuel d’activités/ déplacements. Dans une telle situation, c’est généralement le contenu des routines élémentaires qui change par la substitution de lieux, d’horaires par exemples. Cependant, les routines complexes conservent leur structure d’ensemble, c’est-à-dire leur suite ordonnée d’activités, en raison de la satisfaction qui leur est associée.

39Les changements adaptatifs et les changements cognitifs des routines constituent ainsi des processus qui permettent d’éclairer, à court et à long termes, la diversité comportementale d’un individu, plus précisément la variabilité de sa pratique de la mobilité quotidienne. De ce point de vue, l’approche proposée offre de nouvelles perspectives, discutées dans la partie suivante.

Apports de l’approche comportementale proposée

40L’approche comportementale développée alliant les routines cognitives construites par l’individu au cours de sa trajectoire de vie avec les réponses aux événements de la vie de tous les jours, constitue une charpente conceptuelle globale et intégrée.

Du point de vue conceptuel

41L’ensemble des composantes structurelles impliquées dans le comportement de mobilité (les activités, les routines et leurs évaluations, et les processus de prise en compte des événements) sont articulées et intégrées. De part leur contenu, les routines qui rappelons-le sont des manières de faire construites sur l’expérience, ancrent l’individu dans un environnement spatial et social précis. Cette charpente traduit ainsi une approche écologique de l’homme, mais fondamentalement orientée vers l’action par l’intermédiaire des routines. Par la prise en compte des relations entre les composantes structurelles, elle propose une nouvelle organisation fonctionnelle à l’origine du comportement des individus. En conséquence, ce dernier ne réside donc pas que dans l’individu, mais dans l’interaction de l’individu et avec les environnements. Cet aspect remet en cause certaines approches behavioristes orientées sur les caractéristiques socio-économiques des individus qui s’attachent par exemple à la causalité entre le niveau de revenu et le nombre de kilomètres parcourus.

42Cette charpente fournit également une heuristique intégrative reliant les dimensions internes de l’individu à ses pratiques observables par l’intermédiaire de l’espace d’activités/déplacements. Elle se démarque des approches de la géographie des représentations (Cauvin C., 1984, 1999 ; Bailly A., 1977) où les représentations cognitives principalement de l’espace (ie. les cartes mentales), induisent les pratiques. Selon la perspective développée, cette induction est fondamentalement modulée par les événements, comme nous avons pu le montrer dans nos travaux sur les logiques cognitives sous-jacentes à la mise en œuvre de la mobilité quotidienne (Enaux C., 2007). En effet, les individus modifient leur pratique initialement prévue en fonction de différentes catégories d’événements comme par exemple leur état physique du moment, le manque de temps, la coordination avec des tierces personnes, etc. Ainsi, la routine cognitive est-elle primordiale dans la compréhension du comportement mais principalement sous la forme d’un guide qui ne permet pas à lui seul, d’expliquer le comportement de l’individu.

Selon une perspective opérationnelle

43La charpente conceptuelle du comportement de mobilité quotidienne regroupe les principaux éléments d’une architecture de modélisation d’un agent cognitif, c’est-à-dire d’un agent capable de délibérer sur la base de ses connaissances et des événements auxquels il donne suite, par opposition à un agent réactif qui ne fait que répondre à des stimuli. A notre connaissance, il n’existe pas à l’heure actuelle d’architecture de ce type qui soit développée dans le cadre de travaux de recherche sur le comportement de la mobilité quotidienne. Il y a bien le modèle Albatross (Arentze, Timmermans, 2004), évoqué précédemment. Mais même ce dernier, issu du courant computationnel en filiation directe avec la psychologie cognitive, ignore les représentations pour l’action des individus. En effet, il se fonde uniquement sur les processus de décisions impliquant des critères de mode de transport disponible, de temps de déplacements, d’offre de lieux d’activités et d’un ordre absolu de leur attractivité (i.e., l’hypermarché plus attractif que le supermarché, ce dernier étant lui-même plus attractif que le commerce de coin de rue).

44Plus proche de nous, il y a également le projet MIRO qui repose sur le développement d’une approche multi-agent de la ville en mouvement (Banos et al., 2005). Dans ce cadre, les individus sont considérés comme des mobiles dotés d’une certaine connaissance de leur environnement par l’intermédiaire d’une "carte cognitive" qui évolue au fil de leurs déplacements dans l’espace urbain. Cependant, la perspective de la "carte cognitive" relève plus d’une approche analogique de la façon dont serait représentée l’information spatiale dans l’esprit des individus que de l’outil mental employé pour l’action d’effectuer un déplacement tel que la routine cognitive. Ainsi la charpente conceptuelle proposée précise le système comportemental en substituant la routine à la composante "carte cognitive" du territoire plus traditionnellement mobilisée en géographie. De sorte, elle améliore notre heuristique du comportement de déplacement.

45Les raisons de l’ignorance des représentations pour l’action dans la modélisation du comportement de la mobilité dans ses dimensions liées aux activités mises en œuvre, aux lieux fréquentés, aux moments de leurs fréquentations, aux modes employés, sont liées à différents aspects. Il y a certainement une part de méconnaissance des travaux réalisés dans d’autres disciplines que celle dont est issu le chercheur. Mais dans de nombreux champs disciplinaires, il y a également un fort ancrage de l’approche matérialiste, qui faisait déjà dire à Bailly en 1977 que "l’explication des perceptions, des attitudes et des comportements des individus a été négligée". Il semble ainsi que plus de trente années après, la subjectivité des individus, pourtant indispensable à la compréhension de l’usage de l’espace géographique, des rapports à l’espace à un niveau micro géographique d’une part et au fonctionnement territorial dans son ensemble au niveau macro géographique d’autre part, n‘a toujours pas été intégrée dans l’approche de la mobilité quotidienne.

Conclusion

46L’articulation des routines cognitives avec les adaptations événementielles opérées par les individus fournit une nouvelle heuristique de l’espace d’activités/déplacements. Ce dernier qui constitue l’indicateur multidimensionnel des caractéristiques de la mobilité quotidienne des individus le plus complet à notre connaissance, peut alors être appréhendé comme la résultante d’une double dimension cognitive comprenant des schèmes de routines et des processus de résolution de problèmes, associée à une dimension événementielle. Ces dimensions apparaissent ainsi comme fondamentales pour la compréhension des comportements des individus. En effet, elles permettent de distinguer des catégories comportementales où dominent la mise en œuvre des routines cognitives de celles où l’intensité croissante d’événements variés produit à la fois une diversité des pratiques de mobilité, un usage plus important de la résolution de problèmes et un potentiel de croissance du stock de routines plus fort.

47L’heuristique liée à ces dimensions met l’accent sur l’ancrage comportemental notamment dans son aspect spatial. En effet si les individus puisent dans des stocks de routines, il est fort probable qu’au niveau du relevé des mobilités quotidiennes, on voit apparaître des territoires de mobilité, ce qui est effectivement confirmé par la littérature (Boulahbal, 2000). Elle permet aussi par la connaissance de l’importance du stock de routines d’un individu d’entrevoir le niveau de contraintes qu’il subit par exemple dans ses possibilités de substitution spatiale des lieux d’activités. Elle montre l’importance des événements, qui représentent une piste de recherche à approfondir et dont la méconnaissance contribue très certainement au problème de qualité de reproduction des comportements de mobilité dans les modèles actuels. De ce dernier point de vue, la compréhension des espaces d’activités/ déplacements proposée constitue une architecture potentielle de modélisation des comportements à l’aide des outils de la micro-simulation comme par exemple les systèmes multi-agents.

Haut de page

Bibliographie

Arentze T.A., Timmermans H., 2003, "Measuring Impacts of Condition Variables in Rule-Based Models of Space-Time Choice Behavior", Geographical Analysis, No.35, 24-45.

Arentze T.A., Timmermans H., 2004, "A learning-based transportation oriented simulation system", Transportation Research Part B, n°38, 613-633.

Bagley M., Mokhtarian P., 2002, “The impact of residential neighborhood type on travel behavior : a structural equations modeling approach”, The Annals of Regional Science, Vol. 36, 279-297.

Bailly A., 1977, La perception de l’espace urbain : les concepts, les méthodes d’étude, leur utilisation dans la recherche urbanistique, Centre de Recherche d’Urbanisme, Paris.

Banos A., Chardonnel S., Lang C., Marilleau N., Thevenin T., 2005, "Approche multi-agents de la ville en mouvement. Réflexions autour du projet MIRO (Modélisation Intra-urbaine des Rythmes quOtidiens)", Proceeding of the joint Conference on Multi-Agent Modeling for Environment Management, CABM-HEMA-SMAGET.

Betsch T, Fiedler K., Brinkmann J.,1998, "Behavioral routines in decision making : the effects of novelty in task presentation and time pressure on routine maintenance and deviation", European Journal of Social Psychology, Vol. 58, 861-878.

Betsch T., Brinkmann J., Fiedler K., Breining K., 1999, "When prior knowledge overrules new evidence : Adaptative use of decision strategies and the role of behavioral routines", Swiss Journal of Psychology, Vol. 58, No.3, 151-160.

Boarnet M., Crane R., 2001, "The influence of land use on travel behavior : specification and estimation strategies", Transportation Research Part A, Vol. 35, 823-845.

Boulahbal M., 2000, Les territoires de mobilité quotidienne. Définition du concept, et caractérisation en fonction du contexte d’urbanisation et de caractéristiques individuelles, Thèse de Doctorat, Ecole nationale des Ponts et Chaussées, Paris.

Bratman M., 1987, Intentions, Plans, and Practical Reason, Cambridge, Harvard University Press.

Cauvin C., 1999, "Pour une approche de la cognition spatiale intra-urbaine", Cybergeo : revue européenne de géographie, No.72, 1-21. http://www.cybergeo.eu

Cauvin C., 1984, La perception des distances en milieu intra-urbain, Paris, Editions CNRS, Collection Synthèse et Documentation.

Cullen I., Godson V., 1975, "Urban Networks : the Structure of Activity Patterns", Progress in Planning, Vol. 4, 1-96.

Enaux C., 2007, "Mise en œuvre de la mobilité quotidienne : quelle logiques cognitives sous-jacentes ? ", in Ramadier et al., Les mobilités quotidiennes : représentations et pratiques. Vers une identité de déplacement. Rapport Final ATIP jeunes chercheurs 2005, No.41799, CNRS.

Flament C., 1981, "L'analyse des similitudes: une technique pour les recherches sur les représentations sociales", Cahiers de psychologie cognitive, No.1, 375-395.

Gärling T., 1992, "The importance of routines for the performance of everyday activities", Scandinavian Journal of Psychology, Vol. 33, No.2, 170-177.

Gärling T., Kwan M.-P., Golledge R.G., 1994, "Computational-Process Modelling of Household Activity Scheduling", Transportation Reseach B, Vol. 28, 355-364.

Gärling T., Gilholm R. & Gärling A., 1995, "Reintroducing attitude in travel behavior research : the validity of an interactive interview procedure to predict car use", in : Bonnel et al., Les enquêtes de déplacements urbains : mesurer le présent, simuler le futur, Lyon, Editions du programme pluriannual en sciences humaines Rhone-Alpes.

Gärling T., Kalen T., Romanus J., Selart M., Vilhelmson B., 1998, "Computer Simulation of Household Activity Scheduling", Environment and Planning A, Vol. 30, No.4, 665-679.

Golledge R. G. et al., 1999, Wayfinding Behavior. Cognitive Mapping and other Spatial Processes, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Handy S., Cao X., Mokhtarian P., 2005, "Correlation or causality between the built environment and travel behaviour ? Evidence from Northern California", Transportation Research Part D, Vol. 10, 427-444.

Hexmoor H., Beavers G., 2001, "In search of simple and responsible agents", Proceedings of the NASA/JPL Workshop on Radical Agent Concepts, WRAC’2001.

Jones P., 1979, "New approaches to understanding travel behavior: The human activity approach", in : Hensher D. & Stopher P. (eds.), Behavioral Travel Modelling, London, Croom-Helm.

Kaufmann V., 2000, Mobilité quotidienne et dynamiques urbaines. La question du report modal, Lausanne, Editions PPUR.

Massot M.-H., 1996, "Comportements de mobilité : modèles dominants et éclatement des modèles", Courrier du CNRS, No.82, Dossiers scientifiques, 122-124.

Meurs H., Haaijer R., 2001, "Spatial structure and Mobility", Transportation Research Part D, Vol.6, 429-446.

Newell A. & Simon H., 1972, Human problem solving, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Payne J.W., Bettmann J.R., Johnson E.J., 1993, The adaptive decision Maker, Cambridge, University Press.

Pouyanne G., 2005, "L’interaction entre usage du sol et comportements de mobilité. Méthodologie et application à l’aire urbaine de Bordeaux.", Revue d’Economie Régionale et Urbaine, No.5, 723-746.

Ramadier, T., Bronner, A-C., 2006, "Knowledge of the environment and spatial cognition: jrs as a technique for improving comparisons between social groups", Environment and Planning B : Planning and Design, Vol.33, 285-299.

Ramadier T., Lee-Gosselin M., Frenette A., 2005, "Conceptual perspectives for explaining spatio-temporel behaviour in urban areas", in Lee-Gosselin M. & Doherty S. (eds.), Integrated Land-Use and Transportation Models : Bevioural Foundations, Netherlands, Elsevier.

Reuchlin M., 1957, Histoire de la psychologie, Paris, PUF, collection « Que sais-je ? ».

Richard, 1993, "Intériorité et comportement", in Ghiglione R. et Richard J.-F., Cours de Psychologie : Origines et bases, Paris, Editions Dunod.

Timmermans H., 2005, Progress in activity-based analysis, Netherlands, Elsevier.

Haut de page

Notes

1  L’individu est pris dans le sens de tout un chacun.

2  Dans nos propos, il est sous-entendu que nous parlons d’informations reconnues qui interfèrent avec la réalisation d’activités nécessitant des déplacements.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Enaux, « Processus de décision et Espace d’activités/déplacements. Une approche articulant routine cognitive et adaptation événementielle », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 453, mis en ligne le 30 avril 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22221 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22221

Haut de page

Auteur

Christophe Enaux

Laboratoire Image et Ville – ERL 7230 - Université de Strasbourg / CNRSchristophe.enaux@lorraine.u-strasbg.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page