Navigation – Plan du site
2009
Vulnérabilités urbaines au sud
456

Espaces à risque et marges : méthodes d’approche des vulnérabilités urbaines à Lima et Quito

Alexis Sierra

Résumés

Pour aborder le risque par l’espace à Quito et à Lima, l’auteur a privilégié une lecture géopolitique qui confronte les différentes représentations sociales du risque notamment de ses causes, entre enjeux et facteurs de vulnérabilités. L’article montre comment les espaces à risques sont assimilés à des marges urbaines porteuses de stigmates. L’analyse de ces stigmates en collaboration avec les géosciences est une entrée pour comprendre la dimension sociale et politique du risque qui apparaît ainsi comme un mode de territorialisation des marges urbaines.

Haut de page

Texte intégral

Cet article s’appuie notamment sur les recherches effectuées dans le cadre du programme PACIVUR en collaboration avec la direction de la planification de la municipalité de Quito, avec l’entreprise d’assainissement des eaux de Quito (EMAAP-Q), avec la municipalité du disctrict de El Agustino à Lima, avec l’ONG COOPI. Que ces partenaires en soient remerciés ainsi que Jérémy Robert, doctorant, et Pauline Gluski, ingénieure, pour leurs conseils.

Introduction

  • 1  Cet article s’appuie notamment sur les recherches effectuées dans le cadre du programme PACIVUR en (...)

1Cet article présente l’approche politique et sociale d’une géographie des risques menées depuis dix ans en Equateur et au Pérou dans le cadre de l’UR029 de l’IRD1. La recherche sur le risque en géographie soulève des questions épistémologiques majeures dans la mesure où le risque est un objet abstrait qui correspond à une virtualité. De ce fait, le risque ne s’observe pas en tant que tel, ce qui peut apparaître problématique à une discipline qui met l’observation de terrain au cœur de ses approches. La difficulté d’étude des espaces à risque est que hors de tout accident, le risque n’est pas une réalité sensible. C’est la possibilité, voire la probabilité, qu’il y ait un accident ou une catastrophe. Le risque est donc, quand il est avéré, un état d’attente (Ledoux, 1995) et, plus généralement, l’anticipation diffuse ou scénarisée d’une crise qui bouleverserait la société urbaine telle qu’elle se donne à voir. Il implique ainsi "la perception d’un danger potentiel plus ou moins prévisible par un groupe social ou un individu isolé" (Meshinet de Richemont, 2007) ; il est la traduction d’une peur qui s’éveille au souvenir d’une catastrophe passée, d’éléments intrinsèquement liés à une crise potentielle comme l’est un volcan ou du sentiment diffus de fragilité face aux aléas de l’existence. Le risque est donc fondamentalement une représentation sociale (Veyret, 2003).

2Face à cette nature du risque, la géographie définit des espaces à risques qui en seraient une dimension concrète et que nous analyserons ici dans le cas de deux villes du Sud. A la définition récurrente du risque comme le produit d’un aléa et de vulnérabilités, cet article préfère poser comme principe que le risque se définit par l’existence d’enjeux de développement qui peuvent être perdus en fonction de leur vulnérabilité et de leur exposition à des phénomènes de rupture, naturels ou technologiques. Ainsi, nous avons démontré que le risque hydromorphoclimatique à Quito est en partie défini par la perte de mobilité, par le dysfonctionnement du réseau d’évacuation des eaux et par la remise en cause des limites de la ville (Sierra, 2000, 2003).

3Cette approche spatiale du risque met ainsi en évidence des espaces de concentration des enjeux de développement et des espaces de concentration des vulnérabilités. Nous allons la développer dans cet article, en utilisant deux notions à la double dimension physique et sociale : celle de marge et celle de stigmate.

4Par marge, il est question de la situation de mise à l’écart qui caractérise un territoire, situation issue d’une représentation officielle et majoritaire (Sierra, Tadié, 2008). Le terme de stigmate renverra à son sens historique et littéral de marque infligée à un corps et à sa dimension conceptuelle développée dans la sociologie de Erving Goffman (1975).

5Nous appliquerons ces deux termes à la compréhension des espaces à risque de deux capitales latino-américaines, Quito et Lima qui concentrent à la fois les enjeux de deux métropoles nationales, les difficultés de développement et les menaces naturelles : la première est installée au pied du massif volcanique du Pichincha dans une zone sismique soumise à des crues torrentielles et boueuses ainsi qu’à différents mouvements de masse. La seconde a connu à la fois des séismes violents, des raz de marée, des crues torrentielles et boueuses, les huaycos, des mouvements de masse sur ses versants et l’ensablement de certaines de ses périphéries. Les différences de taille des deux agglomérations (1,5 millions d’habitants contre 8 millions) et dans les politiques publiques de lutte contre les risques d’origine naturelle (plus développées à Quito qu’à Lima) sont un objet d’étude en soi qui n’entrera pas en compte dans l’étude qui suit. Au demeurant, ces différences ne modifient pas les hypothèses présentées.

Une démarche géopolitique face à un espace d’enjeux et de tensions

  • 2  On peut penser aux débâcles estivales dans des contrées inoccupées des hautes latitudes.

6La vulnérabilité recherchée ici est la propension à perdre des éléments considérés comme essentiels au développement urbain (D’Ercole, Metzger, 2002), des biens communs de l’environnement urbain (Metzger, 1994) que le risque transforme en enjeu. Ce dernier terme mérite une attention particulière dans la mesure où il est au cœur de la définition du risque. Etymologiquement, il fait référence aux jeux de hasard dont l’histoire est commune avec celle du risque. Le risque est en effet une notion mathématique qui, à travers les probabilités, a été appliquée au jeu de hasard comme en économie (Bernstein, 1998) avant d’être utilisée en géographie. Bernouilli démontra par exemple la complexité de la prise de risque intégrant non seulement la fréquence de l’événement et la valeur de ce qui pouvait être perdu mais aussi la dimension psychologique. Si le calcul de probabilité se retrouve dans les sciences de la terre par l’idée de crue décennale ou centennale par exemple, la probabilité d’un accident ou d’une crise à la suite d’un événement de type crue est beaucoup plus complexe à cerner. Rappelons en effet que la probabilité qu’il y ait un accident n’est pas la probabilité qu’il y ait une crue par exemple : aussi spectaculaire soit-elle2, une crue peut ne pas donner lieu à un accident grave s’il n’y a pas mise en exposition de personnes et de biens ou si cette mise en exposition peut affronter et surmonter la crue. C’est pourquoi le terme d’enjeu, de ce qui est mis en jeu, est particulièrement utile à la géographie du risque. Comme le joueur qui avance ces jetons en espérant accroître son butin, les membres de la société urbaine construisent, aménagent, développent de nouvelles activités en sachant de manière abstraite qu’ils peuvent tout perdre mais en espérant rentabiliser leur investissement et en voyant concrètement leur développement et celui de la ville. Les populations qui aujourd’hui s’installent sur les rives du fleuve Rimac à Lima (photo 1) n’ignorent pas les dangers d’effondrement mais sans vision d’un accident, cette perte reste une abstraction supérieure à la nécessité immédiate de se loger.

Photo 1 : Quartier "2 de Mayo" en bordure du fleuve Rimac

Source : A. Sierra, Lima, février 2008

  • 3  L’utilisation de ce verbe peut surprendre : il s’agit d’un risque avéré, reconnu socialement et po (...)

7Ce qui est intéressant dans l’analogie avec la notion mathématique et économique, c’est de prendre la mise comme centrale dans la géographie du risque et non le phénomène naturel de rupture comme les sciences de la terre nous y ont habitués : dans le jeu, il y a risque parce qu’il y a des jetons à perdre, pas parce que la roulette est actionnée même si celle-ci marque le moment du risque. La mise essentielle, ce qui est au cœur de la représentation du risque en ville, c’est ce qui permettra de développer la société urbaine. L’enjeu est donc de préserver l’investissement considéré essentiel pour le devenir de la ville. Si cet investissement, ce pari sur l’avenir, peut être remis en cause par l’existence d’une dynamique bien identifiée alors la notion de risque apparaît : le risque d’inondation apparaît3 à Quito non pas tant parce qu’il pleut, ce qui est nécessaire et qu’il faut l'étudier, mais parce que l’eau qui déborde du réseau d’assainissement perturbe, par exemple, la mobilité.

8Dès lors, l’espace à risque se définit en fonction de la présence d’enjeux. Cependant, la notion d’enjeu est elle-même relative. Elle renvoie pour le moins à une échelle de valeur et diffère en fonction des acteurs. L’enjeu de la population installée le long du Rimac à Lima est à la fois de se loger, de pouvoir développer librement leur activité commerciale et d’occuper une position centrale dans l’agglomération. Alors que, sur ce même espace, l’enjeu pour la municipalité est d’asseoir son autorité sur un territoire considéré comme étant de non-droit, de développer des axes de transport à l’échelle métropolitaine et d’embellir la partie centrale de la ville (D’Ercole, Sierra, 2007). C’est ainsi que le risque prend sa dimension politique voire géopolitique car il est bien question d’une tension entre au moins deux acteurs porteurs de représentations sociales antagonistes sur et d’un territoire. Par une authentique dialectique des échelles, il faut alors distinguer les représentations sociales dominantes du risque, notamment celles qui imprègnent l’ensemble de la société urbaine, de celles développées localement sur le territoire étudié. Les enjeux exprimés par la municipalité font en effet écho aux préoccupations des habitants du reste de la ville sur ce secteur qui voient les quartiers situés le long du Rimac, en aval du centre historique, comme des territoires de non-droit. Le risque, en faisant l’objet de représentations multiples et parfois contradictoires, entre dans la définition des politiques publiques.

9Cette approche du risque implique donc la confrontation de spatialisations élaborées à partir de différentes sources. L’approche par l’enquête et l’interview est double : soit elle part du risque, soit elle part de l’enjeu. Ainsi, des questions du type "Selon vous, où existe-t-il du risque d’origine hydrique ?" aussi larges soient-elle, ont permis de construire des cartes de perception du risque. Leur analyse indique l’existence d’enjeux (cartes 1 et 2) : le risque de l’assureur renvoie à la carte des assurés, celui de l’ingénieur à celle des perturbations du réseau d’égouts.

Carte 1 : Espaces à risque d’origine hydrique perçus par le gérant de la première compagnie d’assurance

Source : A. Sierra, 2000

Carte 2 : Espaces à risque d’origine hydrique perçus par l’ingénieur responsable de la maintenance des égouts au sein de l’EMAAP-Q

Source : A. Sierra, 2000

  • 4  En termes méthodologique cette dernière carte est la transcription par l’auteur des réponses faite (...)

10La perception de l’assureur est d’autant plus réductrice que le nombre d’assurés à Quito est faible mais d’autant plus essentielle à retenir que ces assurés appartiennent à une catégorie de la population proche des autorités publiques. Celle de l’ingénieur est d’autant plus éclairante que son entreprise est le maître d’œuvre de la politique de lutte contre le risque morphoclimatique à Quito. Dans le cas de ces entretiens, le choix de la personne interviewé est ainsi lié à son rôle comme acteur urbain et à sa capacité à faire que sa perception soit largement diffusée auprès des autres acteurs. Ce rôle n’est pas unilatéral : l’acteur interviewé peut restituer une perception dont il a été imprégné. Interroger un élu, c’est aussi bien repérer la production d’une perception en fonction d’une idéologie et d’un intérêt particulier qu’identifier une représentation construite à partir de celle des électeurs et des administrés. Ainsi, les espaces à risque perçus par le maire-adjoint du district de El Agustino chargé de la sécurité et de l’environnement témoignent des préoccupations du moment (risque industriel lié à deux entreprises en particulier) et des représentations plus largement et durablement diffusées (les rives et les collines comme espace à risque d’origine naturelle) (carte 3)4.

Carte 3 : Espaces à risque perçus par le maire-adjoint chargé de la sécurité du district de El Agustino, Lima

Source : A. Sierra, 2008

  • 5  La difficulté de cette technique tient à l’hétérogénéité de l’information fournie : le journaliste (...)

11Une autre démarche particulièrement riche en enseignement est le recensement des lieux signalés dans la presse locale comme étant à risque, en situation de risque avéré. Par risque avéré, nous entendons un risque dont l’incertitude faiblit pour devenir fortement probable (Godard et al., 2002) et qui est largement diffusé dans la société urbaine. L’alerte volcanique sur Quito en donne un bon exemple. La carte 4 traduit ainsi une spatialisation du risque diffusée par la presse en fonction de la récurrence des lieux cités5. Elle fait émerger des enjeux territoriaux majeurs pour le développement urbain : les versants nord-occidentaux, l’aéroport, le centre historique (carte 4).

Carte 4 : Zones à risque vues à travers la presse (oct.-nov. 1998)

Source : A. Sierra d’après le journal El Comercio

12Si certains enjeux de développement apparaissent rapidement à l’entendement (patrimoine architectural, mobilité et sécurité des flux internationaux), la carte oblige à s’interroger sur l’enjeu que peuvent représenter les versants nord-occidentaux. Il faut alors renverser le protocole heuristique et partir non du risque mais du territoire sensé le porter : "Quel est l’intérêt de ces versants ? Que représentent-ils pour la ville, pour tel ou tel acteur ?".

13Les espaces à risque se caractérisent alors par une tension entre au moins deux visions du développement. Plus qu’un simple espace d’enjeux, englobant les lieux de présence de biens essentiels, l’espace à risque est un espace d’intérêts contradictoires, un lieu de tension. C’est pourquoi l’analyse du risque doit intégrer l’étude des discours à la fois sur le risque, sur les espaces qui l’incarnent et sur les causes supposées : quels sont les lieux qui cristallisent l’attention des autorités ? Quels sont les choix de traitement de l’espace opérés en réaction à l’existence de risque ? Comment se traduisent-ils sur le territoire ? L’existence d’une représentation sociale dominante du risque en certaines parties de la ville implique en effet une territorialisation du risque en ce sens qu’elle détermine l’existence de politiques publiques (Beucher, 200 ?). A Quito, un chantier majeur de traitement des versants nord-occidentaux a été justifié par la lutte contre les crues. A Lima, il n’existe pas une telle politique intégrée mais des actions ponctuelles de protection et des objectifs de planification qui dans les deux cas portent spécifiquement sur certains secteurs de la ville (réglementation spéciale des rives du centre et des versants de El Agustino par exemple). La déconstruction de ces politiques publiques, notamment l’analyse des représentations sociales qui ont conduit à traiter certains lieux plutôt que d’autres, s’apparente à une démarche géopolitique où "pour comprendre un conflit ou une rivalité géopolitique, il ne suffit pas de préciser et de cartographier les enjeux, il faut essayer de comprendre les raisons, les idées de ses acteurs principaux (…) chacun traduisant et influençant à la fois l’état d’esprit de la partie de l’opinion publique qu’il représente. Le rôle des idées, même fausses est capital en géopolitique car ce sont elles qui expliquent les projets et qui, autant que les données matérielles, déterminent les choix stratégiques" (Lacoste, 1993).

14Insistons sur le fait que par sa nature, le risque se prête à de nombreuses interprétations. Les critères qui composent le risque (enjeux, vulnérabilité) sont relatifs, hiérarchisables sur une échelle de valeur. Certains choix opérés résultent d’idées qui peuvent paraître fausses pour les scientifiques mais qui renseignent sur la nature sociale et politique du risque. Ainsi, "la détermination d’une politique de prévention ne consiste pas simplement en la mise en œuvre de moyens aptes à garantir la sécurité, mais elle consiste aussi à arbitrer entre plusieurs définitions de la sécurité" (Dourlens, Vidal-Naquet, 1992). De fait, l’analyse des espaces à risque montre que la lutte contre le risque d’origine naturelle est une affaire de choix politiques, le résultat d’un arbitrage entre plusieurs risques qui dépendent des enjeux portés par les différents acteurs de la société urbaine.

Les alternatives du risque à Quito

Objet de la représentation

Représentation des autorités et de leurs experts

Représentation de certains scientifiques

Représentation de la population

Causes du risque = aléa et facteurs de vulnérabilité 

Excès d’eau

Installation illégale de la population 

Crues boueuses

Remblaiement des quebradas en aval

Faiblesse de l’équipement et des constructions

Ce qui est à protéger = enjeu 

Réseau d’évacuation des eaux

Mobilité de la ville en aval des versants Paysage urbain

Populations installées sur les versants

Secteurs à traiter = espace à risque 

Partie amont = les versants

Partie aval = la ville planifiée

Partie amont = les versants

Intervention souhaitée

Aménagement concret des versants par des ouvrages d’ingénierie

Expulsions

Réouverture des quebradas Construction d’ouvrages contre les crues boueuses

Légalisation des occupations permettant l’obtention de tous les services

Les points de vue sur les espaces à risque des districts du Cercado et de El Agustino à Lima

Objet représentation

Autorités

Population locale

Secteur à traiter

Rive gauche du Rimac

Versants Sud et Est

Rive gauche du Rimac

Versants Sud et Est

Enjeu sur le secteur à traiter

Mobilité

Rénovation urbaine

Légalisation

Equipement

Intervention souhaitée

Expulsion

Equipement

Sécurisation

15La divergence des représentations ne concerne pas seulement les actions projetées ou revendiquées mais le risque lui-même. Les facteurs de risque énoncés diffèrent y compris pour une même menace naturelle. Le degré de responsabilité humaine dans le déclenchement et l’aggravation du phénomène perturbateur ainsi que les biens mis en exposition ne sont pas les mêmes selon les acteurs. Les enjeux et les vulnérabilités sont ainsi les variables qui déterminent le risque comme représentation sociale. En revanche, le consensus sur l’espace à risque rend pertinente l’entrée d’analyse par l’espace et souligne que la logique territoriale est le vecteur des tensions qui expriment le risque. Autrement dit, les représentations du risque permettent d’identifier les espaces urbains porteurs de tensions, tensions liées à l’existence d’enjeux contradictoires et de facteurs de vulnérabilité qui font débat dans la société urbaine comme la délinquance et la pauvreté.

16Aussi bien à Quito qu’à Lima, les choix exprimés et opérés montrent une opposition entre la logique des autorités municipales qui cherchent à intégrer des espaces à la planification territoriale et celle des habitants qui cherchent à défendre leur présence sur des espaces jugés inconstructibles. Les deux logiques semblent viser l’acceptation d’une citadinité à part entière : les autorités veulent éliminer une marge pour en faire un espace urbain comme un autre ; les habitants veulent être reconnus comme des citoyens de la ville avec un quartier équipé comme un autre. La divergence tient à la ville de référence. L’idéal est bien une ville sans risque mais le risque pour les habitants c’est d’être expulsés et de ne pas poursuivre leurs activités. Dans cette recherche sur les espaces à risque, nous sommes ainsi confrontés à un processus de territorialisation qui plus que la définition d’un territoire du risque (November, 2002) montre que le risque est un des modes de territorialisation développé dans les villes étudiées. La gestion du risque entre alors dans une logique d’appropriation qui renvoie à un idéal territorial (Gervais-Lambony, 2003). A Quito, les autorités cherchent à affirmer cet idéal territorial par la planification alors que la population cherche à le défendre et à l’imposer par la pratique (Sierra, 2002). L’enjeu majeur est le territoire lui-même ou plutôt son contrôle. Le risque majeur est de ne pas maîtriser une partie de l’espace urbain considéré comme marginal : pour les autorités, c’est perdre son autorité sur ces espaces de relégation ; pour les habitants, c’est de ne pas maîtriser son destin. Le risque, tel qu’il est affiché, représenté, géré sert ainsi une territorialisation de la marge.

Marges urbaines et vulnérabilité

17L’espace à risque n’est pas seulement un espace de tensions entre porteurs d’enjeux. Il n’y a risque que si ces enjeux sont représentés comme vulnérables, c’est-à-dire susceptibles d’être perdus. L’espace à risque se définit alors par les modalités de mise en cause de l’existence des personnes et des biens ; il s’agit d’un espace vulnérable. Nous sommes face à une autre notion relative. Les populations qui s’installent sur les versants nord-occidentaux de Quito, sur les versants de El Agustino ou sur les rives du Rimac s’estiment-elles vulnérables ? La réponse est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Beaucoup de personnes interrogées répondent à l’instar de ce dirigeant du quartier 9 de Octubre de El Agustino qui à la suite du séisme du 15 août 2007 affirme "pas une seul pierre n’est tombée (…) Notre colline ne s’est pas effondrée, elle est bien droite, bien mâle ! Ils disaient que [s’installer] ici ce serait une bombe à retardement ; avec le séisme nous devrions déjà être enterrés. Quand c’est arrivé, j’ai pensé que tout était détruit mais il n’y a eu aucun dégâts, il n’y a même pas eu de coupure d’électricité". En même temps, les personnes interrogées réclament une aide pour faire face à d’éventuels événements : formation de secouriste, murs de soutènement, meilleure accessibilité, présence de services d’urgence. Elles donnent à voir à l’enquêteur un quartier sous-équipé et pauvre. Elles se sentent souvent oubliées des autorités. En ce sens elles se sentent marginalisées.

18La réponse des autorités est elle-même ambiguë. Représentés comme des foyers de pauvreté et d’insécurité, ces espaces sont finalement considérés en soi comme une vulnérabilité pour la ville. C’est pourquoi, la notion de marge apparaît comme un outil conceptuel utile pour approcher le risque.

  • 6  Les marges à risque étudiées à Quito ou à Lima peuvent appartenir au tissu urbain comme la MIRR à (...)

19Que ce soit à Quito ou à Lima, l’espace à risque étudié correspond à des marges (Sierra, 2003; D’Ercole, Sierra, 2008) en tant qu’espace géographique de relégation au statut mal défini dont la dimension de bordure et de confins dépend de l’échelle adoptée6. Avec d’autres termes, cette réalité se constate dans d’autres études urbaines (Hardy, 2003, Lopez, 2008 ; Pierdet, 2008 ; Rebotier, 2008 ; Rôde, 2008) y compris dans l’histoire des villes latino-américaines (Musset, 2002). Travailler sur le risque, c’est travailler sur des marges. Aborder l’espace à risque comme on analyse une marge implique alors de traiter de concert des dimensions sociales et spatiales.

  • 7  Ainsi, un accident industriel dans une zone limitrophe entre les districts de El Agustino et Ate à (...)

20L’idée de marge sert l’étude de la vulnérabilité urbaine car elle renvoie à une situation de bordure ou d’interface comme peuvent l’être une rive et un versant. Elle est donc dans une relation de proximité avec ce qui produit l’aléa. Par essence, elle est en interaction avec les dynamiques exogènes qui peuvent perturber le fonctionnement de la ville ; c’est le cas dans les deux villes avec les crues et mouvements de masses générés en amont de la ville. La marge est ainsi par nature un espace mis en exposition, ce qui est considéré comme le premier facteur de vulnérabilité. La marge est également un espace de transition entre l’urbain et le rural que ce soit en périphérie de la ville (versants de Quito) ou en son sein (quebradas ouvertes du sud de Quito, quartiers le long du Rimac peuplés de ruraux récemment venus). Elle est un espace de transition entre l’intérieur des limites municipales d’agglomération ou de district (Lima) et le dehors des autres juridictions. Elle est alors un confins où la mise en exposition à des aléas est d’autant plus risquée que l’intervention des secours peut être tardive ou provenant de plusieurs autorités7. Ce sont ainsi des espaces porteurs de vulnérabilités institutionnelles.

  • 8  Les directeurs d’écoles des quartiers de la MIRR soulignent la faible implication des parents, l’a (...)

21La marge est également un espace de relégation du fait des processus de ségrégation sociale. Ce sont des espaces, périphériques ou péricentraux, où s’installent des populations aux faibles revenus à la recherche d’un logement bon marché. La faiblesse des revenus explique que les maisons soient autoconstruites sans étude technique préalable et que l’épargne ne soit pas suffisante pour surmonter une catastrophe. Le faible niveau d’éducation, les difficultés à suivre une scolarité "normale"8, le sous-équipement et la faiblesse de l’encadrement en services si on les compare au reste de la ville, le repli lié au sentiment d’exclusion sont aussi bien les marques d’une marginalité urbaine (Fassin, 1996) que des facteurs de vulnérabilité retenus a priori dans les études sur le risque (Wilches-Chaux, 1993).

22Enfin, parce que ce sont des confins et des espaces de transition, aux multiples facteurs de vulnérabilité, ces espaces sont difficiles à définir dans la ville. Le risque sert alors à classer ces marges en un statut particulier : ceinture verte et bois protecteur sur les versants de Quito, zone de réglementation spéciale et "bordure marginale" le long du Rimac (carte 5), parc écologique sur les versants de El Agustino.

Carte 5 : Les quartiers en bordure du Rimac : une marge urbaine classée à risque

Source : A. Sierra, 2000

23Le classement a un effet d’autant plus marginalisant que les secteurs classés jouxtent des secteurs semblables non classés. Ainsi, la zone de réglementation spéciale de la MIRR à Lima délimite "un secteur urbain à haut risque où ne peut être autorisée le maintien de logements". La population installée là est clairement considérée comme vulnérable et en danger. La situation en bordure du Rimac sur des remblais justifie ce classement. Dans ces conditions, il apparaît surprenant que toute la rive ne soit pas classée : pourquoi le quartier 2 de Mayo n’est pas classé alors qu’il est construit sur des remblais, en bordure du Rimac et situé entre deux quartiers qui eux sont classé ? Dans l’état actuel des recherches, aucune étude ne semble avoir été faite sur ces quartiers, à l’exception de certains rapports d’observation de la défense civile. Visuellement, le quartier 2 de Mayo apparaît comme plus équipé, avec un  terrain nivelé et des maisons en assez bon état. Cependant, aucune étude géophysique ne vient étayer cette différence entre quartiers voisins. C’est alors la vision de la marginalité sociale qui la justifie. De même, comment expliquer que le secteur de Villa Maria autour de l’église El Perpetuo Socorro soit le seul classé entre les avenues Morales Duares et Enrique Meiggs ? Il faut rechercher dans les conditions locales d’existence (plus grande pauvreté, absence majeure de cadre légal) ainsi que dans la nature et le rôle des acteurs de ces marges, les raisons de ces catégorisations particulières. En conséquence, la planification aboutit à construire un emboitement géographique des marginalités en relation avec la dangerosité supposée du lieu.

  • 9  Ce dernier terme est couramment utilisé dans ces deux villes que ce soit dans la presse ou dans le (...)

24Ces classements "à part" de parties de la ville n’impliquent pas pour autant une situation définitive et statique qui serait rassurante pour les autorités et le reste de la population urbaine. Aux dynamiques naturelles riscogènes s’ajoutent pour ces secteurs une expansion urbaine, des parcellisations, des recompositions et des mobilités résidentielles largement méconnues qui donnent l’apparence que ces marges à risque sont des territoires incontrôlables caractérisés par un développement "anarchique"9. Ces espaces sont des secteurs qui semblent échapper à toute planification, dont les acteurs transgressent la norme et qui, par "détournements" construisent une autre urbanité et une autre citadinité que celle instituée par les autorités (Baby-Colin, 2007). Pour celles-ci, ces espaces symbolisent les dysfonctionnements urbains et remettent en cause le "bon" développement de la ville. Ce sont des espaces de non droit où les constructions, et souvent les activités, sont illégales. Cette marginalité socio-spatiale représente donc à son tour une vulnérabilité pour la ville. Cette situation contredit l’idéal urbain développé par les autorités planificatrices qui dénient à la marge une forme de citadinité et de territorialité urbaine. La marge, source de risque, procède ainsi d’une stigmatisation qui semble être au fondement même de la géographie du risque.

Identifier et rechercher les stigmates

25Les Grecs de l’Antiquité désignaient par stigmates des traces visibles sur le corps permettant d’identifier les individus moralement condamnables. Outre de nombreux cas, le sociologue nord-américain Erving Goffman, applique ce terme aux marques visuelles des accidentés de la vie, handicapés, mutilés, et ce quels que soient l’origine du handicap et de la mutilation. Il montre comment ces stigmates servent à différencier les personnes, à dire la norme et en conséquence à discriminer, à reléguer. A partir d’une étude de ces stigmates, il développe plusieurs notions. Notamment, il montre que la visibilité des marques est fondamentale pour qu’elle fonctionne pleinement comme stigmate. Il montre cependant que l’absence momentanée de visibilité n’empêche pas que la personne soit discréditable, du moins parce qu’elle même sait qu’elle possède une particularité susceptible de la faire considérer comme anormale. Nous retrouverons ce point chez les sinistrés et les habitants des espaces à risque qui savent comment est perçu extérieurement ce qu’ils ont vécu. Erving Goffman montre également que la présence de stigmates crée une communauté liée à des identités sociales et personnelles. Le stigmate fournit une information qui est incarnée, reconnaissable voire symbolique si elle est répétive, et cette information suscite des réactions de la part des autres individus, qu’ils soient "normaux" ou qu’ils se reconnaissent dans le stigmate. On retrouve le même processus dans les espaces à risque car en tant que marge, nous avons à faire à des espaces considérés comme ne faisant pas partie de la norme idéalisée mais, au contraire, assimilés aux dysfonctionnements de la ville. Les plans de planification avec leur zonage aboutissent à cette stigmatisation quand, comme nous l’avons vu, certains secteurs sont marqués d’une dangerosité plus forte que d’autres. Or, cette représentation socio-spatiale est justifiée par l’existence de traces directement perceptibles dans l’espace urbain et porteuses d’altérité.

26Les accidents et les dommages constituent des traces stigmatisantes justifiant la représentation d’espace à risque. L’espace accidenté est un espace stigmatisé. L’accident est concret mais le plus souvent il faut utiliser une démarche géohistorique et cartographier les accidents à partir des témoignages collectés sur le terrain et à partir des archives. Ce fut l’approche initiale de Pierre Peltre dans la recherche sur les risques à Quito. En l’absence de statistiques et d’un inventaire systématique, ce géographe a réalisé une carte des accidents d’origine morphoclimatique depuis 1900 à partir des données d’un journal de référence (carte 6).

Carte 6 : Espaces quiténiens accidentés au XXe siècle d’après le géographe Pierre Peltre

Source : P. Peltre, 1989

27Cette carte nous intéresse à plus d’un titre. Elle donne en premier lieu la représentation d’une ville à risque, tous les secteurs de Quito ayant été affectés d’une manière ou d’une autre ce qui contredit la stigmatisation préférentielle des versants nord-occidentaux. En fonction de la fréquence des accidents, Pierre Peltre montre cependant que la carte des accidents correspond à celle des quebradas remblayées et que l’espace accidenté se développe avec l’expansion urbaine. Si on suit cette analyse des accidents et qu’on glisse directement de l’accident au risque, c’est la ville basse qui est l’espace à risque et non les versants contrairement aux représentations dominantes. Il y a donc un problème épistémologique à faire correspondre espace à risque et espace accidenté. Objectivement, les accidents existants ne définissent pas l’espace à risque issus des différentes enquêtes. En revanche, la mémoire des accidents marque l’histoire de certains territoires plus que d’autres. C’est en ce sens que l’accident et sa cartographie peuvent être par analogie des stigmates du territoire urbain. Le tableau suivant montre l’impact politique de quelques accidents d’origine morphoclimatique à Quito.

  • 10  Direction générale de la géologie et des mines du ministère des Mines

Année

Localisation (voir carte 6)

Nombre de victimes

Publications scientifiques ou rapport d’expertise de référence

Impact politique

1973

La Libertad. Versants au sud-ouest du centre historique

23

Aucune

Aucun

1975

Avenue La Gasca. Versant nord-occidental en amont du centre d’affaire de l’époque

2

Un article scientifique (1976) et un rapport d’expertise (DGGM10) qui se contredisent

Référence dans la légitimation du traitement des versants nord-ouest

1983

El Condado. Versant nord-occidental en amont de l’aéroport

3

Un rapport d’expertise (DGGM)

Référence et argument pour le vote de la loi sur le classement des versants ouest (1983)

1983

San Carlos. Versant nord-occidental en amont de l’aéroport

0

Aucune

Même référence et argument

1986

Quebrada La Raya. Versants au sud-ouest

0

Un article scientifique (1987)

Aucun

1997

La Comuna. Versants nord-occidentaux

2

Un rapport d’expertise (DGGM) et un article scientifique (2000) qui se contredisent

Argument pour accélérer le projet d’aménagement des versants nord-occidentaux (voté en 1997)

28Les accidents survenus au nord-ouest ont servi de référence politique indépendamment de leur bilan ou de l’existence de publications les analysant. Ces publications, quand elles existent, ont un effet sélectif : les rapports d’expertise qui insistent sur les causes anthropiques des coulées boueuses et donc sur la responsabilité des populations installées sur les versants servent d’argumentaire aux politiques publiques. En revanche, les articles scientifiques de 1976 et 2000 qui insistent sur les causes naturelles sont formellement cités mais leur contenu n’est pas repris. Cette mémoire sélective stigmatise un espace donné en fonction des enjeux, des intérêts, des logiques. Nous rejoignons alors la démarche géopolitique précédemment exposée.

29Cependant, la notion de stigmatisation montre en premier lieu que l’accident sert à qualifier l’espace urbain. A Quito, La Gasca évoque tout autant une avenue qu’une crue boueuse particulièrement médiatisée survenue en 1975. Dans le district de El Agustino à Lima, le quartier 9 de Octubre est connu pour l’effondrement qui a englouti plusieurs maisons le 23 juin 2003. Le souvenir entretenu de ces accidents qualifie comme vulnérables des lieux même quand un seul aléa les a frappé. Ainsi, les enquêtes menées lors de l’alerte volcanique montrent que les versants nord-occidentaux, jugés à risque par rapport aux aléas morphoclimatiques, sont également représentés à risque en cas d’éruption volcanique et de chute de cendres. La dernière éruption du Pichincha affectant Quito datant de 1660, ce n’est pas la catastrophe volcanique qui sert à qualifier l’espace à risque mais la mémoire des accidents morphoclimatiques car elle indique l’existence d’une vulnérabilité sur cette partie de la ville. Ce sont donc les accidents de référence qui apparaissent comme des stigmates et qui servent l’analyse des espaces à risque.

30L’autre stigmatisation de l’espace, directement visible sur le terrain, est celle des dommages. Elle est dans la logique de l’analyse du risque par l’accident. Patrick Pigeon propose ainsi d’aborder le risque par l’endommagement pour éviter la segmentation des études entre aléa et vulnérabilité. Il tente ainsi une approche intégrée et relative des risques. Intégrée car l’endommagement "inclut le processus qui prépare le dommage et les résultats temporaires de ces processus, les dommages". Relative car ce qui est retenu comme étant des dommages à la suite d’une catastrophe varie en fonction des critères retenus, des expertises, de ce qui est porté à la connaissance des décideurs et du public. C’est ce qui fait dire à Patrick Pigeon que l’endommagement n’existe que lorsqu’il est identifié, reconnu en tant que tel par une société donnée et que méthodologiquement il faut "partir de l’endommagement socialement reconnu" (Pigeon, 2005). L’observation scientifique signalant les traces d’accidents passés (bâtiment en ruine, érosion et affouillements visibles, fissures, …) peut y contribuer. Le travail de terrain en pluridisciplinarité avec des pédologues, des géotechniciens et des hydrologues s’avère utile pour identifier et localiser ces traces telles les loupes de glissement, les affaissements de chaussée ou les dépôts de laves torrentielles (photo 2).

Photo 2 : Dépôts d’un ancien "huayco" à San Nicolas de Pierola à Lima

Source : A. Sierra, Lima, mars 2007

31Ainsi, les quartiers de la rive gauche du Rimac juste en aval du centre historique comportent des maisons fissurées et affaissées, héritage des séismes récents ou de l’affaissement des remblais ou de la combinaison des deux (photo 3).

Photo 3 : Maisons autoconstruites sur des remblais, rue Celendin, MIRR, Lima

Source : A. Sierra, Lima, février 2008

  • 11  Lors de l’une de ces réunions avec la population, les recherches menées à l’époque avaient été cla (...)

32Ces marques identifient le secteur comme potentiellement dangereux. Les traces des accidents passés sont des stigmates qui permettent de distinguer l’espace normé de l’espace marginal. A Quito, la visibilité de ces traces a servi d’argument pour mettre en œuvre un chantier de construction d’ouvrages de protection contre les crues. Les photographies assez spectaculaires du passage d’une lave torrentielle le 31 mars 1997 ont été montrées à la population pour les convaincre de leur situation à risque et de la validité des choix opérés par les autorités11.

  • 12  Zone 6 du district central de Lima, « el Cercado ».
  • 13  La rue Celestin est surélevée par rapport au reste du quartier car le remblai qui sert de substrat (...)

33La recherche scientifique elle-même contribue à cette différenciation : en interrogeant la population sur les lieux des accidents, en découvrant ces traces avec elle, en faisant un travail de remémoration sur leur origine, nous donnons à voir un quartier à risque, potentiellement dangereux et en même temps marginal, révélateur des dysfonctionnements urbains. Lors d’une enquête, une représentante associative du quartier Conde de la Vega12 montrait ainsi successivement une maison incendiée, une rue13 dont les constructions étaient affaissées et fissurées et un ancien collège en ruine comme pour mieux souligner la marginalité de ce secteur, le risque physique se mêlant au caractère marginal de la population. Le terrain est ici à la fois lieu d’observation des stigmates et médiateur de représentations stigmatisantes ainsi que le lieu de validation d’une hypothèse centrale : l’espace à risque est une marge urbaine.

  • 14  Zone 6 du district central de Lima, « el Cercado »
  • 15  Ce fut notamment le cas pour les maisons effondrées du quartier 9 de Octubre et du local communal (...)

34Ainsi, la trace de ces dommages n’est pas neutre. Pour la géographie, ces traces servent à différencier l’espace à risque de l’espace "normal" parfois à rebours de l’intérêt formulé par les populations. Comme l’individu porteur d’un stigmate cherche à le masquer pour apparaître normal, la population essaie d’effacer ces traces du paysage et des discours. Dans la chapelle du quartier 1 de Mayo14, les fidèles avaient, dès le lendemain du séisme du 15 août 2007, masqué les fissures présente sur les murs porteurs afin que le lieu soit esthétiquement digne d’accueillir l’office comme n’importe quelle autre église. Quand, lors d’enquêtes, une fissure est montrée sur une maison, la population locale fait rarement référence à l’existence d’un séisme ou d’un affaissement qui viendrait valider l’idée que le terrain est impropre à la construction. Une des réponses fréquentes est de dire que la maison a été mal construite, sans étude technique15. Dans d’autres cas, la population avec l’aide des autorités, tente de donner à son quartier l’apparence d’un quartier intégré à la planification ou à la norme instituée. L’exemple du "boulevard" dans le quartier 2 de Mayo est frappant. Les maisons qui le longent bordent la gorge du Rimac et sont construites sur des remblais mais en période pré-électorale, la population a réussi à obtenir du maire sortant les moyens de ravaler et peindre les façades, paver la rue et grillager les ouvertures sur le fleuve. Toute trace visible de risque semble avoir disparu (photo 4).

Photo 4 : Le "boulevard" : une rue restaurée dans la zone classée "à risque"

Source : A. Sierra, février 2008

  • 16  Enquête auprès des représentants du quartier Vicentelo Bajo en février 2008

35Enfin, les aménagements réalisés pour lutter contre le risque sont eux-mêmes des stigmates à saisir comme tel car ce sont des marqueurs de différenciation de l’espace dont l’information fournie est réflexive. Ainsi, dans le quartier de Vicentelo Bajo dans le district de El Agustino, les levées réalisées le long du fleuve Rimac l’ont été pour éviter des inondations. Par leur présence, les représentants de la population interviewés16 considèrent qu’ils sont dans une zone à risque d’inondation. Pourtant les études géotechniques et hydrologiques (COOPI, 2008) n’indiquent pas un danger de débordement à ce niveau. En ce sens, ces ouvrages sont localement utilisés pour stigmatiser l’espace : l’objectif des représentants est de montrer que le quartier est vulnérable et qu’il faut l’aider à réduire cette vulnérabilité. Les versants nord-occidentaux de Quito fournissent un très bel exemple de stigmatisation de l’espace par les politiques publiques d’aménagement. Progressivement, la repousse de la végétation et les travaux de reconstruction ont effacé les stigmates consécutifs au passage des laves torrentielles. Nous avons vu que ces traces étaient devenues des stigmates pour représenter ces versants comme à risque et accélérer la mise en chantier de divers ouvrages d’art. Avec leur effacement, cette fonction disparaît et les versants apparaissent sûrs. Cependant, les aménagements ont une fonction stigmatisante plus durable notamment à travers la construction de bornes rouges et bleues, les couleurs de l’étendard municipal (photo 5).

Photo 5 : Une borne fixant la limite urbaine

Source : A. Sierra, Quito, mars 2008

36Ces bornes portent une plaque sur laquelle sont inscrites les coordonnées géographiques et la mention "limite urbaine". Elles indiquent la limite de constructibilité justifiée par le risque. Ainsi, le risque devient l’argument pour montrer ce qui est urbain de ce qui ne l’est pas. Les bornes constituent en effet une série de marqueurs de l’espace qui n’ont pour autre fonction que de rappeler le risque et la marginalité de ceux qui s’installent au-delà. Elles rappellent ainsi l’autorité municipale sur ces espaces en marge de la ville. Le dispositif est complété par la mise en place d’un commissariat propre à la zone et par des panneaux d’avertissement (photo 6).

Photo 6 : Panneaux avertissant du danger sur les versants

Source : A. Sierra, Quito, mars 2008

37La communication montre le procédé et les fins de la stigmatisation : en premier lieu, le panneau interpelle sous forme exclamative sur la dangerosité des versants (peligro) du fait des glissements de terrain (deslaves). Puis il rappelle qu’ils sont inconstructibles et que certaines pratiques habituelles comme de jeter les ordures dans les ravines est interdit. Le panneau définit ainsi les normes de la citadinité. Enfin, comme découlant logiquement de ce qui précède, une phrase indique qu’il faut participer aux travaux collectifs et obéir aux autorités.

  • 17  Notamment les mesures effectuées et diffusées par les hydrologues du groupe de recherche Sishilad (...)

38Dès lors, l’ensemble des ouvrages peuvent être analysés sous cet angle. Les réservoirs servant à retenir d’éventuelles crues simples semblent disproportionnés au vue des crues mesurées par les hydrologues17 (photo 7).

Photo 7 : Aménagements hydrauliques sur la quebrada Rumihurcu

Source : A. Sierra, Quito, mars 2008

39La digue à droite forme le verrou d’un réservoir potentiel pour l’heure transformé en terrain de football et le puits en forme de tulipe doit recueillir les excès d’eau si le réservoir venait à se remplir.

40Ils ont non seulement nécessité quelques expropriations mais empêchent depuis l’installation de nouvelles constructions à leur abord. Les aménagements servent à distinguer, à différencier l’espace entre la partie aval, l’espace "normal" sécurisé qui appartient à la norme édictée par les autorités planificatrices et la partie amont, reléguée dans la marginalité. L’espace est proprement stigmatisé comme à risque et comme marge urbaine.

41La déconstruction de cette politique publique montre par ailleurs que ces ouvrages ne protègent pas les versants mais des versants : ce qui doit être protégé c’est le reste de la ville notamment son réseau d’évacuation des eaux pluviales et usées et sa mobilité. Aussi, quand les versants sont désignés par les acteurs urbains comme espace à risque, c’est parce qu’ils sont considérés comme producteur d’un danger multiforme : c’est la marge qui rend la ville vulnérable qui prime dans les représentations et dans les politiques qui en découlent. Le fait que la marge soit un espace vulnérable face aux aléas de la nature apparaît certes dans les discours mais ceux-ci insistent avant tout sur la responsabilité de sa population désignée comme étant à l’origine du phénomène perturbateur, la crue boueuse. En 1983, plus de quinze ans avant la réalisation de ces aménagements, les versants boisés avaient été classés en "bois protecteur" (bosque protector). Le terme est intéressant à analyser car ce sont bien les versants, l’espace boisé, qui servent à protéger la ville en aval c’est-à-dire la ville légale, l’espace urbain et citadin. La population qui s’installe sur les versants apparaît donc comme responsable de la destruction du bois qui protège la ville. Elle représente donc le facteur de vulnérabilité majeur pour une grande partie des acteurs urbains.

De l’intérêt des géosciences

42L’approche politique et sociale développée intègre l’approche du risque par les sciences de la Terre. L’habitude de segmenter les études physiques des études sociales sur les risques maintes fois constatées (Dauphiné, 2001 ; Pigeon, 2005 ; Veyret, 2003) laisse penser que le risque comme objet de la géographie politique et sociale pourrait négliger les géosciences. S’il est vrai que les enjeux existent indépendamment du type de menace, cette menace est nécessaire et doit être nécessairement connue, pour qu’il y ait prise de conscience de l’enjeu et donc du risque. Cette menace est également nécessaire pour qu’une politique publique de lutte contre le risque existe et soit légitime. Aussi, les sciences de la terre et la géographie physique proposent des éléments de référence indispensable pour comprendre le sens d’une politique de lutte contre le risque. Ces politiques s’inscrivent dans un territoire physique et répondent à des causes identifiées. Les géosciences fournissent des données sur ce territoire et sur les causes des événements perturbateurs. Elles proposent elles-mêmes une représentation spatiale du risque mobilisable localement : les habitants du quartier 9 de Octubre de El Agustino réclament une étude opposable aux fournisseurs de service pour démontrer la viabilité de leur quartier.

43Les études réalisées en pluridisciplinarité à Quito montrent que les crues boueuses sont des laves torrentielles naturelles, qui procèdent d’une série de facteurs relevant des dynamiques naturelles et qu’elles ne sont pas liées à la construction des maisons sur les flancs, au déboisement ou au surpâturage (Perrin et al, 2000). Or, nous avons vu que les populations installées sur les versants sont stigmatisées pour leur production de risque. Les études sismiques, hydrologiques, pédologiques, géotechniques permettent donc de montrer que la nature des espaces à risque relève de considérations politiques et sociales.

44Enfin, l’étude des trois type de stigmates que nous avons décris fait appel à la géographie physique et aux sciences de la terre. L’étude des accidents, celle des dommages et celle des aménagements de "protection" ne se limite pas à leur spatialisation et au sens de cette spatialisation mais aussi à la connaissance de leur dynamique pour les premiers et de leur utilité technique pour les troisièmes. Il apparaît ainsi assez incompréhensible que deux quartiers en bordure du Rimac, tous deux a priori construits sur des remblais ne soient pas classés de la même manière ce qui stigmatise l’un et pas l’autre : seul un microzonage sismique pourrait trancher la question. De même, ce sont les hydrauliciens qui peuvent dire que les retenues réalisées sur les quebradas des versants à Quito visent à combattre des crues hydriques et non des crues chargées en matériaux divers alors que les géomorphologues et les hydrologues montrent que la menace majeure identifiée à partir des versants est la crue boueuse. C’est le géotechniciens qui peut informer sur l’origine des fissures qui stigmatisent les maisons des quartiers étudiés à Lima. En revanche, toutes les fissures ne sont pas notre objet d’étude : ce sont celles qui servent un discours sur le risque qui nous intéressent car ce sont celles qui construisent une territorialité particulière, source de vulnérabilité urbaine.

Conclusion

45Les recherches effectuées à Quito et à Lima montrent que l’espace à risque est un construit social et politique. Ce construit utilise la stigmatisation de l’espace qui identifie des marges urbaines aux disfonctionnements de la ville. Les stigmates sont aussi bien les traces d’accidents passés que des aménagements conçus pour lutter contre les risques d’origine naturelle. Ces stigmates parce qu’ils rendent visible une vulnérabilité dans le développement urbain incarnent le risque et identifient la marge. L’étude de leurs dimensions historiques, politiques et sociales s’avère particulièrement utile à la géographie des risques pour comprendre ce que révèle l’existence du risque en tant qu’instrument de territorialisation urbaine. Cette étude est donc essentielle dans un objectif d’aide à la prévention. Comprendre ce que représente le risque sur des marges urbaines, c’est identifier les tensions et les enjeux sources de blocage dans la mise en place de politiques publiques. C’est mettre l’accent sur l’existence de différentes perspectives de développement urbain en fonction des acteurs considérés. L’étude de l’espace à risque comme espace de tension peut en être d’autant plus fécond.

46Enfin, l’analyse de la relation entre espace accidenté et espace à risque renvoie au sens fondamental du risque. La généralisation du risque à partir de certains accidents qui conduit par exemple au classement de toute une rive ou de tout un versant renvoie à la globalisation d’un danger perçu comme "ascriptif" à l’origine de la thèse de U. Beck (1992). Cette globalisation favorise toutes les interprétations et joue en faveur des représentations issues des acteurs les plus influents. Pour autant, le danger n’est pas global mais bien fonction de territoires et d’enjeux localisables ce qui incite à une démarche réflexive sur le rôle du géographe.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Baby-Collin V et al., 2007, "Détourner", in : Dorier Apprill E., Gervais Lambony P., vies citadines, Paris, Belin

Beck U., 1996, La société du risque, sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier

Berstein P, 1998, Plus fort que les dieux. La remarquable histoire du risque, Paris, Flammarion

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beucher S, "Le risque d’inondation dans le Val-de-Marne : une territorialisation impossible ?", Annales de Géographie, No. 675, 470-492
DOI : 10.3917/ag.657.0470

COOPI, 2008, Estudio de identificación de zonas de peligro y de vulnerabilidad en el Cercado de Lima y El Agustino, Provincia de Lima, 83 p.

Dauphiné A., 2001, Risques et catastrophes, Observer, spatialiser, comprendre, gérer, Paris, Armand Colin

Dourlens C., Vidal-Naquet P., 1992, La ville au risque de l’eau, Paris, L’Harmattan D’Ercole R., Metzger P., 2002, Los lugares esenciales del Distrito Metropolitano de Quito, col. Quito Metropolitano MDMQ-IRD, Quito, Ecuador

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

D’Ercole R., Sierra A., 2008, Enjeux urbains contradictoires et vulnérabilité accrue dans un espace marginal péricentral : la rive gauche du Rimac à Lima (Pérou), in :La ville face à ses marges, Autrepart, IRD-Colin, No. 45, 105-122
DOI : 10.3917/autr.045.0105

Fassin D., 1996, "Exclusion, underclass, marginalidad. Figures contemporaines de la pauvreté urbaine en France, aux Etats-Unis et en Amérique latine", Revue française de sociologie, XXXVII, 37-75

Gervais-Lambony P., 2003, Territoires citadins. Quatre villes africaines, Paris, Belin

Godard O., Henry C., Lagadec P., Michel-Kerjan E., 2002, Traité des nouveaux risques, Paris, Gallimard

Goffman E., 1975, Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Paris, éditions de Minuit

Hardy S, 2003, Processus de fragmentation urbaine et risques dits "naturels" dans la ville de Managua (Nicaragua), thèse de doctorat, Paris, EHESS, 416 p.

Lacoste Y. (dir.), 1995, Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion

Ledoux B., 1995, Les catastrophes naturelles en France, Paris, Payot,

Lopez J., 2008, La construction sociale du risque à Medellin (Colombie): Gouvernance locale et représentations, thèse de doctorat, Paris, EHESS, 453 p.

Meshinet de Richemont, 2007, "Risque" in : Veyret Y. (dir.), Dictionnaire de l’environnement, Paris, Colin

Metzger P, 1994, Pour une problématique de l’environnement urbain, Cahier des Sciences Humaines, No. 30, Vol. 4, Orstom, 595-619

Musset A., 2002, Villes nomades du nouveau monde, Paris, EHESS

November V., 2002, Les territoires du risque : le risque comme objet de réflexion géographique, Berne, Peter Lang

Peltre P., 1989, "Quebradas y riesgos naturales en Quito, periodo 1900-1988 in Riesgos naturales en Quito, lahares, aluviones y derrumbes del Pichincha y del Cotopaxi", Estudios de Geografia, vol. 2, Corporacion Editora Nacional, Colegio de Geografos del Ecuador, 45-91

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Perrin J.L., Fourcade B., Poulenard J., Richard, Sierra A., 2000, "Quito face à un risque d’origine naturelle, les laves torrentielles", Revue de géographie alpine, Grenoble, 2000, No. 2, 43-57
DOI : 10.3406/rga.2000.2990

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pierdet C., 2008, marges aquatiques et politiques urbaines au centre de Phnom Penh (Cambodge), in : La ville face à ses marges, Autrepart, IRD-Colin, No. 45, 123-136
DOI : 10.3917/autr.045.0123

Pigeon P, 2005, Géographie critique des risques, col. Anthropos, Paris, Economica

Rebotier J., 2008, Les territorialités du risque urbain à Caracas, thèse de doctorat dirigée par H. Rivière D’Arc, Paris 3-IHEAL, octobre 2008, 429 p.

Rode S., 2008, "La prévention du risque d’inondation, facteur de recomposition urbaine ?", L’information géographique, Vol. 72, No°4, à paraître

Sierra A., 2000, Gestion et enjeux des espaces urbains à risque d’origine naturelle : les versants et les quebradas de Quito, Equateur, thèse de doctorat, université de Paris VIII, septembre 2000, 326 p.

Sierra A., 2002, "Quito : un environnement socialement disputé : point de vue des uns et habitat des autres", Annales de la Recherche Urbaine, No. 92

Sierra A., 2003, "La division sociale du risque d’origine naturelle à Quito, les boues de Quito, Equateur", Annales de la Recherche Urbaine, No. 95

Sierra A., Tadié J. (coord.), 2008, La ville face à ses marges, Autrepart, IRD-Colin, No. 45

Veyret Y, 2004, Géographie des risques naturels en France, de l’aléa à la gestion, Paris, Hatier

Veyret Y (dir.), 2005, Les Risques, Paris, Sedes

Wilches-Chaux G., "La vulnerabilidad global", in : Maskrey A., Los desastres no son naturales, La RED, Bogota, 9-50

Haut de page

Notes

1  Cet article s’appuie notamment sur les recherches effectuées dans le cadre du programme PACIVUR en collaboration avec la direction de la planification de la municipalité de Quito, avec l’entreprise d’assainissement des eaux de Quito (EMAAP-Q), avec la municipalité du disctrict de El Agustino à Lima, avec l’ONG COOPI.

2  On peut penser aux débâcles estivales dans des contrées inoccupées des hautes latitudes.

3  L’utilisation de ce verbe peut surprendre : il s’agit d’un risque avéré, reconnu socialement et politiquement puisqu’il est l’objet d’une politique publique.

4  En termes méthodologique cette dernière carte est la transcription par l’auteur des réponses faites lors de l’interview sans que l’interviewé intervienne dans l’élaboration cartographique. En revanche, dans les cartes précédentes, il était demandé aux interviewés de dessiner sur un fond de carte l’espace à risque. Dans ce dernier cas, la technique d’élaboration s’approche de celle des cartes mentales.

5  La difficulté de cette technique tient à l’hétérogénéité de l’information fournie : le journaliste localise indifféremment des lieux très précis comme un carrefour ou l’ensemble d’un quartier. Il faut alors faire des choix d’échelle : ici, l’information est distribuée à l’échelle des quartiers. En outre, l’article peut aussi bien évoquer un danger diffus qu’une menace précisément formulée. Pour cela, l’étude de la presse dans une période de risque avéré permet de cerner la difficulté.

6  Les marges à risque étudiées à Quito ou à Lima peuvent appartenir au tissu urbain comme la MIRR à l’ouest du district central de Lima en bordure du centre historique, ou les bordures de quebradas à Quito qui servent souvent de support physique aux limites de quartier.

7  Ainsi, un accident industriel dans une zone limitrophe entre les districts de El Agustino et Ate à Lima, a suscité l’intervention simultanée de différents secours sans coordination préalable.

8  Les directeurs d’écoles des quartiers de la MIRR soulignent la faible implication des parents, l’absentéisme récurrent, les cas d’inceste et de viol, la proximité des bandes organisées et des vendeurs de drogue et au final la faiblesse des résultats scolaires.

9  Ce dernier terme est couramment utilisé dans ces deux villes que ce soit dans la presse ou dans les discours des personnes enquêtées n’appartenant pas à ces quartiers.

10  Direction générale de la géologie et des mines du ministère des Mines

11  Lors de l’une de ces réunions avec la population, les recherches menées à l’époque avaient été clairement instrumentalisées, le représentant du programme municipal ne retenant que les traces photographiées sans retenir nos commentaires.

12  Zone 6 du district central de Lima, « el Cercado ».

13  La rue Celestin est surélevée par rapport au reste du quartier car le remblai qui sert de substrat n’y a pas été aplani.

14  Zone 6 du district central de Lima, « el Cercado »

15  Ce fut notamment le cas pour les maisons effondrées du quartier 9 de Octubre et du local communal de Amauta dans le district de El Agustino. La méconnaissance renforce les doutes. Dans le premier cas, les études tendent à montrer, sans qu’il y ait de certitude affirmée, qu’il y a eu un effondrement souterrain du remblai. La présence d’anciennes carrières ou d’un phénomène type fontis, largement évoqué par les autorités n’est pourtant pas prouvée. Dans le second cas, aucune étude géotechnique des bâtiments n’existe.

16  Enquête auprès des représentants du quartier Vicentelo Bajo en février 2008

17  Notamment les mesures effectuées et diffusées par les hydrologues du groupe de recherche Sishilad travaillant dans le cadre de la coopération entre l’IRD et l’EMAAP-Q.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Sierra, « Espaces à risque et marges : méthodes d’approche des vulnérabilités urbaines à Lima et Quito », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, Vulnérabilités urbaines au sud, document 456, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/22232 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22232

Haut de page

Auteur

Alexis Sierra

Maître de conférence à l’université de Cergy-Pontoise, géographe de l’UR-IRD Environnement urbain
alexisierra2001@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page