Navigation – Plan du site
2009
Vulnérabilités urbaines au sud
457

La vulnérabilité de l’approvisionnement en eau dans l’agglomération pacénienne : le cas du sous-système El Alto

The vulnerability of water provision in the agglomeration of La Paz: the case of the El Alto sub-system
Sébastien Hardy

Résumés

La vulnérabilité en milieu urbain est généralement abordée à partir d’indicateurs sur les populations tels que leur niveau de pauvreté, leur niveau éducatif, etc. Ils ne présentent néanmoins qu’un seul aspect de la vulnérabilité urbaine. Chercher à évaluer la vulnérabilité d’éléments considérés comme essentiels au fonctionnement de la ville permet de compléter l’approche et de révéler d’autres facettes de la vulnérabilité souvent passées sous silence. En s’intéressant à la vulnérabilité de l’approvisionnement en eau de l’agglomération de La Paz, l’analyse met l’accent sur les faiblesses de cet élément essentiel au fonctionnement urbain. Elle montre aussi comment cette vulnérabilité peut se transmettre à d’autres éléments essentiels qui ont besoin d’eau pour fonctionner (centres de santé, populations, etc.), et provoquer ainsi des crises. L’analyse de vulnérabilité permet donc de mettre en évidence des points du système d’approvisionnement à améliorer dans une perspective de planification préventive.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’eau constitue l’un des éléments essentiels au fonctionnement d’une ville. Les conquistadors espagnols en étaient bien conscients puisqu’ils avaient dû abandonner, faute d’eau en quantité suffisante, certaines des villes du Nouveau Monde qu’ils avaient parfois fondées hâtivement ; ou alors ils avaient été contraints d’entreprendre de lourds et coûteux travaux pour s’en procurer (Musset, 2002). C’est aussi un bien qui entre en étroite interdépendance avec d’autres éléments essentiels au fonctionnement d’une ville. En cas de catastrophe, il est d’ailleurs l’un des éléments qu’on tente de rétablir au plus vite (Revet, 2007). En décembre 1972, lors du tremblement de terre de Managua, le système d’approvisionnement en eau de la ville a considérablement été endommagé. La pénurie en eau pour les rares hôpitaux non détruits a été un facteur expliquant la surmortalité des jours qui ont suivi l’événement (Hardy, 2003). L’approvisionnement en eau est donc indispensable au fonctionnement du système de soin de la population d’une ville. Sans eau, il était peu probable de réussir à faire fonctionner un hôpital, ni même d’envisager le fonctionnement d’un centre de soins dans des conditions acceptables de sécurité aseptique. Quant à la crise provoquée par l’ouragan Katrina sur la zone côtière de l’Alabama en 2005, elle réside d’abord dans la perte de tous les services vitaux, dont l’approvisionnement en eau potable, ce qui a paralysé la conduite des opérations de secours et a eu des effets aggravants sur d’autres aspects de la gestion de crise (Egan, 2007 : 4). Ou encore le regroupement spontané des sinistrés dans l’édifice Convention Center, non anticipé par les autorités, qui a vite entraîné l’impossibilité d’approvisionner correctement en eau et a conduit à des conditions de vie abominables pour les sinistrés (Lagadec, 2007).

2Partant de ces constats, on peut poser l’hypothèse d’après laquelle l’approvisionnement en eau constitue un enjeu du fonctionnement urbain. Son dysfonctionnement devient alors un facteur possible de crise, surtout lorsque l’approvisionnement est assuré par des grands systèmes (Feuillette et al., 1998 ; Egan, 2007 : 5). L’interruption de l’approvisionnement en eau met en péril les habitants et au-delà le fonctionnement même de la ville, puisque l’interdépendance des éléments essentiels au fonctionnement urbain peut provoquer des effets dominos inédits en cas d’événement perturbateur. Pour donner un exemple, un mouvement de terrain sur l’altiplano bolivien provoqué par une faille géologique en févier 2008 a endommagé la canalisation qui alimente l’usine de potabilisation Pampahasi de l’agglomération de La Paz. Les conséquences pour l’approvisionnement en eau de cette agglomération ont été très importantes. Pendant plusieurs semaines, le temps de réaliser les travaux de réparation de la canalisation, ce sont des dizaines de milliers d’habitants de la Paz qui ont été privés d’eau au quotidien. Bien que l’entreprise concessionnaire du service d’eau ait mis en place des rotations de camions-citernes pour alimenter les populations concernées, le nombre des sinistrés était tel que les citernes n’étaient pas en nombre suffisant pour couvrir les besoins. Las des longues files d’attente pour recevoir un peu d’eau (figure n°1), les sinistrés ont rapidement et fermement exprimé leur hostilité envers les dirigeants de l’entreprise (Hardy, à paraître).

Source : S. Hardy, février 2008

Figure n°1 : Population pacénienne affectée par la coupure d’eau, faisant la queue pour obtenir une ration d’eau potable

3Dans le cas de l’approvisionnement en eau, l’interdépendance est particulièrement complexe. Elle est d’abord linéaire. Pour fonctionner, un élément du système d’approvisionnement a en effet besoin des précédents. La perte d’un élément en amont entraîne la perte du système plus en aval, par transmission de la crise. Pour anticiper cette situation, on peut mettre à jour certaines vulnérabilités internes au système d’approvisionnement en eau. Mais la vulnérabilité est aussi transversale. La perte du système d’approvisionnement en eau pourra en effet provoquer des problèmes sur d’autres éléments de fonctionnement urbain – comme sur le système de santé – pouvant à leur tour engendrer des crises.

4Avec l’objectif de vérifier cette hypothèse, on s’est donc intéressé au système d’approvisionnement en eau de l’agglomération de La Paz. Après avoir présenté les modalités d’accès à l’eau dans l’agglomération, et les évolutions de statut de l’entreprise de service, on présente la méthode adoptée pour analyser la vulnérabilité du sous-système d’approvisionnement d’El Alto. L’article montre en quoi consiste la vulnérabilité de l’approvisionnement en eau pour ce sous-système, pour finalement identifier quels sont les territoires du risque dans la perspective d’une meilleure préparation aux crises.

L’eau, un bien pour aborder la vulnérabilité dans l’agglomération de La Paz

L’accès à l’eau dans l’agglomération de La Paz

5Dans l’agglomération de La Paz, composée des municipalités de La Paz et d’El Alto, les habitants accèdent à l’eau à travers trois grandes modalités. L’accès à l’eau par le réseau d’approvisionnement par canalisation, c’est-à-dire par grand système (Feuillette et al., 1998), est de loin la modalité la plus répandue. Il concerne au moins 83,6 % de la population de l’agglomération pacénienne en 2001 (81  % à El Alto et 85,7  % à La Paz) (INE, 2001). Pour en bénéficier, les particuliers doivent effectuer une demande de raccordement auprès de l’entreprise concessionnaire du service d’eau, EPSAS S.A. (Empresa Pública Social de Agua y Saneamiento Sociedad Anónima), en justifiant de la légalité de l’occupation de la parcelle à raccorder, c’est-à-dire en fournissant le titre de propriété. Cette obligation explique que le pourcentage de foyers pourvus en eau par le réseau dépasse les 80  % dans les zones urbaines les plus anciennes, pour décroître en direction des marges de l’agglomération (figure n°2).

Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS

Figure n°2 : Pourcentage de foyers disposant de l’eau potable par canalisation dans l’agglomération de La Paz

6On observe que la couverture est discontinue entre le centre de La Paz et le centre d’El Alto, en partie à cause des fortes déclivités qui séparent ces deux municipalités et rendent difficiles l’extension du réseau, pour des raisons techniques comme juridiques d’occupation du sol. L’agglomération pacénienne, comme bon nombre de villes des pays du Sud, est caractérisée en effet par un très fort taux d’occupation illégale des terrains urbains (O’Hare, Rivas, 2005 ; Blanes, 2006), notamment dans les périphéries où la croissance de la population demeure très forte. C’est ainsi que La Paz et El Alto ont connu depuis la décennie 1970 une forte croissance démographico-spatiale provoquée par l’arrivée de migrants paupérisés – paysans ou anciens travailleurs des mines de l’Altiplano – (Franqueville, 2000 ; INE, 2001 ; Arbona, Khol, 2004 ; Blanes, 2006 ; Poupeau, 2008a), et par la décohabitation familiale de populations déjà urbanisées (Hardy, 2008) occupant souvent de manière illégale un terrain en périphéries urbaines.

7Ne pouvant dans ces conditions solliciter une connexion au réseau d’approvisionnement d’eau par canalisation – faute de titre de propriété mais aussi par manque d’appui des organisations d’habitants réticentes à aider ceux de quartiers non reconnus (García Linera, 2006) –, ces nouvelles familles urbaines s’approvisionnent très souvent en eau par le biais de puits privatifs ou par achat d’eau à des camions de distribution, voire à des habitants des quartiers voisins connectés au réseau (Poupeau, 2008b). Par ailleurs, même lorsqu’elles sont légalement installées, les revenus de nombreuses familles de l’agglomération pacénienne ne leur permettent souvent pas de payer les frais de raccordement au réseau d’eau potable, qui sont normalement facturés 155 $ US par foyer, c’est-à-dire l’équivalent de trois salaires minimums mensuels (García Linera, 2006). Enfin, les travaux d’extension du réseau de distribution d’eau peuvent eux aussi difficilement suivre le rythme de la forte croissance démographico-spatiale des périphéries urbaines. C’est ainsi que dans la partie sud-est de La Paz, les foyers constitués par l’extension urbaine produite par les populations aisées, qui y anticipent souvent la spéculation foncière, s’approvisionnent souvent en eau par camion-citerne. Dans la partie nord-ouest d’El Alto, l’extension urbaine rapide explique aussi la faible proportion de foyers pourvus en eau par le réseau. Il s’agit toutefois dans ce cas de figure de populations pauvres qui privilégient dans les premiers temps de leur installation urbaine d’autres besoins que ceux de la connexion au réseau. Aussi le nombre d’habitants de l’agglomération qui recourent à une modalité d’accès à l’eau alternative au réseau n’est-il pas négligeable, même s’il est désormais minoritaire. Seulement pour El Alto, en 2001, sur les 165 320 foyers interrogés, 3,4 % déclaraient s’approvisionner en eau par achat à des camions de livraison, 3,3 % par puits et 0,3 % aux rivières (INE, 2001). Certaines entreprises grosses consommatrices d’eau recourent aussi à des puits privés (ou systèmes individuels, par opposition au grand système) pour s’approvisionner en eau. C’est le cas de l’entreprise EMBOL S.A. qui fabrique sous franchise des boissons gazeuses, notamment les produits Coca-Cola. Enfin, quelques habitants, par exemple dans les quartiers Apana et Chicani de La Paz, accèdent à l’eau par le biais de distributions effectuées par des coopératives, souvent semi-informelles, faute d’accès au réseau de distribution d’EPSAS ou par choix (Brochet, Marchadour, 2008). Ces différentes modalités d’accès à l’eau rendent compte de l’exposition des populations à la vulnérabilité du système d’approvisionnement par canalisation. Cette vulnérabilité se comprend d’abord par les évolutions de l’entreprise de service.

L’évolution institutionnelle de l’entreprise concessionnaire du service d’eau

8ESPAS a en charge les services d’eau et d’assainissement de l’agglomération de La Paz, du captage de la ressource à sa distribution et à son évacuation. Elle a vu le jour en 2007 après le retrait – négocié suite aux guerres de l’eau1 et aux pressions du gouvernement d’Evo Morales – du consortium Aguas del Illimani (AISA). AISA, dont l’actionnaire majoritaire était le groupe SUEZ, était bénéficiaire de la concession du service d’eau et d’assainissement depuis sa privatisation en 1997 (García Linera, 2006 ; Crespo, Spronk, 2007 ; Poupeau, 2007 ; Poupeau, 2008a ; Poupeau, 2008b). Cette privatisation, recommandée par les grandes institutions financières mondiales, en échange de l’octroi de nouvelles lignes de crédit à la Bolivie, avait été pensée comme un moyen de mettre fin au clientélisme qui régnait alors dans l’entreprise publique, la SAMAPA (Servicio Municipal de Agua Potable y Alcantarillado de la Paz), et qui entravait notamment la modernisation et l’extension du service d’approvisionnement en eau potable. Ces évolutions de statut de l’entreprise concessionnaire du service de production et de distribution de l’eau potable ont-elles eu des conséquences sur l’approvisionnement de l’agglomération de La Paz ? Analyser cette évolution permet aussi de "comprendre comment l’eau devient utilisable, de quelle manière elle est concrètement produite, comment elle devient un élément que l’on peut consommer" (Feuillette et al., 1998 : 506).

9Pendant la période SAMAPA, il n’existait aucun organisme de contrôle des activités de l’entreprise. Les services étaient d’un piètre niveau : la qualité de l’eau était médiocre, la pression dans le réseau était soit trop forte, provoquant des ruptures de canalisations et des dégâts des eaux, soit trop faible, interdisant l’approvisionnement d’une partie des populations situées dans la zone de couverture du service.

10Avec la privatisation, l’entreprise passe aux mains d’AISA qui a remporté un contrat de concession de 30 ans. L’État bolivien s’est donc désengagé de la production mais a imposé à l’entreprise concessionnaire des obligations en termes d’approvisionnement en eau des populations et de tarifs, qu’une autorité régulatrice bolivienne de l’eau – Superintendencia de Saneamiento Básico (SISAB) – doit régulièrement contrôler. Malgré une réduction par quatre du personnel de l’entreprise afin de diminuer les coûts, AISA a globalement amélioré le service de l’eau dans les deux municipalités, permettant ainsi à un plus grand nombre de foyers de se connecter (Pozo et al., 2006). Pour éviter des sanctions de la SISAB, en cas d’interruption de service par exemple, AISA a entrepris de gros efforts d’entretien et d’amélioration du système, à tous niveaux. Pour remplir les obligations de qualité de service définies par son contrat, AISA a fourni à la SISAB divers documents, comme le plan de sécurité industrielle de production d’eau de l’entreprise.

11Aujourd’hui, son héritière, EPSAS, est toujours tenue de fournir à la SISAB ces documents mais elle n’a plus vraiment les moyens de poursuivre les coûteuses études nécessaires. En effet, le retrait négocié d’AISA avant la fin du contrat a fortement décapitalisé l’entreprise. L’État bolivien a déboursé 18,5 millions de dollars pour nationaliser l’entreprise : 5,5 millions ont été versés aux actionnaires et 13,5 millions aux créanciers (Poupeau, 2008b). Parallèlement, EPSAS a hérité des obligations d’AISA en termes d’extension du réseau, de connexions et de qualité des services. EPSAS est donc une entreprise privée sous contrôle public, qui ne fonctionne pour l’instant qu’avec le recouvrement des factures. Cette situation l’oblige de fait à rechercher auprès d’ONG, de coopérations étrangères, etc., les fonds nécessaires au maintien en l’état des infrastructures existantes, à leur modernisation, au maintien de la qualité des services. Plus d’un an après sa nationalisation, EPSAS n’a toujours pas de statut juridique précis. Une commission interinstitutionnelle a été créée en 2007 pour définir son statut et surtout son mode de financement, sans déboucher encore sur un statut définitif. Dans cette perspective, l’étatisation de l’entreprise de service d’approvisionnement en eau a créé les conditions d’une plus grande exposition du système à des dysfonctionnements possibles. Ces derniers sont intéressants à mettre au jour.

Problématique de la vulnérabilité du système d’approvisionnement en eau et méthode retenue

L’intérêt de décomposer un système en éléments essentiels à son fonctionnement

12L’approvisionnement en eau potable de la population d’une ville représente un enjeu majeur pour le fonctionnement de cette dernière. Son interruption est donc susceptible de provoquer sinon une crise, au moins de graves perturbations. C’est pourquoi on qualifie souvent les réseaux d’eau potable d’"infrastructures critiques" (Clark, Deininger, 2000 : 73 ; Egan, 2007 : 5). En prenant en compte le fait que la modalité la plus répandue d’approvisionnement en eau dans l’agglomération pacénienne est celle du raccordement au système par le réseau de canalisations ou grand système fondé sur quelques usines de traitement, on a mené entre mars 2007 et avril 2008 une évaluation de la vulnérabilité du système. L’objectif était de comprendre ce qui rend vulnérable ce système d’approvisionnement en eau potable de l’agglomération de La Paz, afin de mieux anticiper les divers problèmes et dysfonctionnements possibles. L’intérêt des analyses de vulnérabilité d’un système d’approvisionnement en eau potable a été récemment souligné, notamment aux États-Unis, pour en augmenter la sécurité de fonctionnement (Egan, 2007).

13Pour mettre à jour la vulnérabilité du système d’approvisionnement en eau, on a élaboré une méthodologie spécifique à cette recherche. Celle-ci repose d’abord sur l’adaptation au terrain pacénien d’une méthodologie mise au point à Quito (D’Ercole, Metzger, 2004), qui propose de décomposer les différents éléments du système d’approvisionnement en eau potable. Cette décomposition constitue une opération complexe. Il s’agit de choisir l’échelle la plus pertinente, celle qui à la fois permet de mettre l’accent sur la possible vulnérabilité des éléments qui composent le système (Clark, Deininger, 2000 ; Egan, 2007 : 12), sans toutefois entrer dans un niveau de détail trop poussé qui complexifierait lourdement la tâche d’évaluation. Elle implique la construction de matrices qui permettent d’apprécier deux formes de vulnérabilités.

  • La vulnérabilité intrinsèque relève directement du matériel utilisé par l’entreprise, de son état, de son entretien, des problèmes déjà reportés (figure n°3). Elle hiérarchise par groupe les éléments du sous-système, de la captation de l’eau crue à sa potabilisation, en fonction de son fonctionnement : les éléments de captation de l’eau crue (canaux, puits, etc.), les éléments de son stockage (réservoirs, etc.), les éléments nécessaires à son transport vers l’usine de potabilisation (canalisations, valves de sécurité, etc.), et les éléments nécessaires à sa potabilisation (filtres, équipements électroniques, réservoirs de stockage, etc.). On attribue ainsi à chaque élément une valeur de vulnérabilité en fonction de son importance dans le fonctionnement du sous-système.
    Par exemple, les valves de sécurité présentes sur la canalisation de transfert d’eau crue du réservoir Tuni/Condoriri vers l’usine El Alto, qui fonctionnent manuellement, sont souvent sollicitées et s’usent rapidement. Leur mauvais fonctionnement a immédiatement des répercussions sur l’élément usine de traitement. C’est pourquoi la valeur de leur vulnérabilité est élevée (valeur 3). L’âge de ces valves a également été pris en compte (valeur d’ancienneté) : elles ont toutes plus de 30 ans, ce qui est très ancien pour ce type d’élément. Leur valeur de vulnérabilité par âge est ainsi élevée (valeur 3). Enfin, l’entreprise n’ayant pas reporté de problèmes techniques graves avec ces valves, leur vulnérabilité par expérience technique est considérée comme faible (récurrence des dommages que l’élément peut subir en fonction de l’expérience industrielle accumulée – valeur 1). En additionnant ces valeurs, on obtient pour cet élément un niveau de vulnérabilité élevé. Par ailleurs, comme la canalisation a un niveau de vulnérabilité moyen, de même que les regards d’inspection, la vulnérabilité intrinsèque de ce groupe d’éléments, après addition des valeurs, est établi à : moyen.

Figure n°3 : Matrice d’évaluation de la vulnérabilité intrinsèque. Sources d'approvisionnement en eau : Tuni/Condoriri

  • La vulnérabilité extérieure échappe quant à elle largement à l’entreprise, mais cette dernière peut l’anticiper en l’identifiant. Sa matrice d’évaluation est construite sur le même modèle que celle de la vulnérabilité intrinsèque. On recherche alors les facteurs externes qui peuvent affecter les éléments de chaque groupe, et on leur attribue une valeur de vulnérabilité. Il peut s’agir de l’exposition d’un élément du système à l’aléa (Putnam, 2000 ; Clark, Deininger, 2000) : par exemple, l’exposition d’un réservoir d’eau crue aux glissements de terrain. Il peut également s’agir de sa dépendance à un élément extérieur à l’entreprise : par exemple, le fonctionnement du pompage d’eau des puits à l’énergie électrique. Il est à noter que certains facteurs diminuent le niveau total de vulnérabilité des éléments, par exemple leur prise en compte dans une perspective de préparation à une crise : les moyens d’urgence extérieurs (pompiers, etc.) savent-ils réagir quand tel élément est endommagé ?

Une recherche en partenariat

14Ce travail de décomposition et d’identification des éléments n’a pu être mené qu’en discutant avec le partenaire de recherche, à savoir les techniciens de l’entreprise EPSAS. Dans cette opération de recherche, la collaboration avec le partenaire EPSAS a été facilitée par le contexte au sein de l’entreprise. En cours de réorganisation depuis sa nationalisation, elle n’en est pas moins tenue par la SISAB de fournir un certain nombre de documents, dont son plan de sécurité industrielle. Les dirigeants d’EPSAS ont donc été intéressés par la démarche proposée d’évaluation de la vulnérabilité du système d’approvisionnement en eau potable de l’agglomération pacénienne. Elle leur apporte un diagnostic suffisamment concret pour améliorer d’éventuels dysfonctionnements de l’approvisionnement en eau potable. Le partenariat avec l’entreprise de service explique donc que le projet de recherche ait tenté d’apporter au partenaire des connaissances utiles, et surtout utilisables à court terme, pour anticiper d’éventuels problèmes d’approvisionnement en eau potable. La méthodologie a intégré cette nécessité d’une recherche applicable.

15Après la signature d’une convention de travail en mars 2007, quelques réunions avec les techniciens de l’entreprise ont vite permis d’exposer la méthodologie, de l’affiner et de définir les échelles pertinentes : celle d’un sous-système d’approvisionnement en eau et celle des éléments utiles du sous-système. A partir de cette étape, des sorties de terrain opérées avec les techniciens d’EPSAS sur les sites de l’entreprise ont permis de commencer à évaluer la vulnérabilité des éléments retenus, lesquels sont regroupés dans des matrices de vulnérabilité. Avec les techniciens de l’entreprise EPSAS, une valeur de vulnérabilité a donc été attribuée à chaque élément, afin, par regroupement, de  lui donner un niveau de vulnérabilité.

16Les matrices de vulnérabilité présentent différents avantages pour le partenaire. En identifiant les composants du système élément par élément, ces matrices lui permettent de repérer le niveau de vulnérabilité de chacun des éléments et de mettre en œuvre un plan de sécurité industrielle qui détermine les mesures nécessaires pour limiter les dysfonctionnements possibles. Cette méthodologie d’évaluation par matrice fournit donc au partenaire un tableau de bord des faiblesses des éléments de son système d’approvisionnement en eau. Reposant sur une simple évaluation à partir du terrain, elle est aussi facile à actualiser au fur et à mesure des changements apportés au système.

17Quant au chercheur qui travaille sur la vulnérabilité urbaine, ces matrices lui donnent une idée des possibilités de crise liée au système d’approvisionnement en eau de la ville et de ses conséquences. Le chercheur peut alors cartographier, à l’aide d’un système d’information géographique, les territoires du risque liés à la vulnérabilité du système d’approvisionnement en eau potable, et tenter de quantifier et de qualifier les populations concernées.

Décomposer les éléments du sous-système El Alto

18Pour approvisionner en eau l’agglomération, EPSAS s’appuie sur un système gravitaire par réseau mis en place dès 1966 (Pereira, 2007). La Paz et El Alto ayant constitué une même municipalité jusqu’en 1988 (Baby, 1995), le système d’approvisionnement ne distingue pas les limites des deux municipalités actuelles.

19Ce système global d’approvisionnement en eau est lui-même subdivisé en trois ensembles ou sous-systèmes, qui correspondent aux trois grandes sources d’alimentation en eau du réseau. Il s’agit des sous-systèmes El Alto, Achachicala et Pampahasi (figure n°2). Par sous-système, on entend tous les éléments concourant à l’approvisionnement en eau potable, depuis le captage de l’eau à la source jusqu’à son entrée dans les canalisations de distribution d’eau de l’agglomération.

20L’analyse pourrait être poussée jusqu’au robinet du client en suivant la même méthodologie de décomposition par éléments. Toutefois, l’analyse de la vulnérabilité du système de distribution représente un travail déjà plus complexe à mettre en œuvre, qui relève plus des compétences techniques internes à l’entreprise de service. Par ailleurs, il y a beaucoup plus d’interconnexions entre les différents sous-réseaux de distribution à cause d’un maillage très ramifié, ce qui les rend de fait un peu moins vulnérables que l’approvisionnement du réseau lui-même.

21Pour rendre l’évaluation de la vulnérabilité du système en eau potable plus simple, notamment en termes de réflexion méthodologique, celle-ci n’a été menée que sur le sous-système El Alto, le plus important quant aux populations desservies. Analyser le sous-système El Alto implique donc de le décomposer en éléments plus petits, pour faciliter l’évaluation de leurs vulnérabilités propres. Le sous-système El Alto se décompose en deux grands ensembles, en fonction de ses sources d’approvisionnement en eau :

  • Tuni et Condoriri (Tuni-Condoriri) sont les noms de deux montagnes situées dans la Cordillère Royale des Andes boliviennes, à environ une trentaine de kilomètres au nord-ouest de l’agglomération de La Paz. EPSAS capte sur leurs versants l’eau de surface provenant de la fonte des neiges accumulées pendant l’été andin sur les glaciers sommitaux. Cette eau est stockée dans des retenues collinaires et acheminée vers l’usine de potabilisation d’El Alto où, après traitement, elle est stockée. Le débit d’eau potable disponible à El Alto est d’environ 29 317 Hm3/an (Pozo et al., 2006) ;

  • Tilata est le nom donné à une série de 30 puits forés entre 90 et 105 mètres de profondeur et situés au sud-ouest d’El Alto. L’eau ainsi pompée de la nappe phréatique altiplanique est rendue potable dans l’usine de Tilata, pour être ensuite stockée dans le réservoir de Pacajes avant d’être distribuée.

22L’analyse de la vulnérabilité du système d’approvisionnement en eau potable se fonde donc sur l’identification de ses éléments essentiels de fonctionnement. Il s’agit d’identifier, en suivant le trajet de l’eau d’amont en aval, les différentes vulnérabilités capables d’interrompre son flux. Étant donné les spécificités propres à chaque ensemble, il est préférable de les analyser séparément.

La vulnérabilité de l’approvisionnement en eau de La Paz : le cas du sous-système El Alto

La vulnérabilité de l’ensemble Tuni-Condoriri

23L’ensemble Tuni-Condoriri, par les volumes d’eau qu’il délivre, est de loin le plus important pour le sous-système El Alto. Il est lui-même décomposable en différentes parties (figure n°3) : le captage de l’eau et son transport jusqu’au réservoir collinaire ; le réservoir Tuni-Condoriri ; le transport de l’eau du réservoir à l’usine de potabilisation d’El Alto ; l’usine de potabilisation d’El Alto.

24Chacune de ces parties se décompose à son tour en éléments de fonctionnement. Par exemple, le captage de l’eau s’opère via un canal, le canal Huayna Potosí, et via une canalisation, celle de Condoriri. Ce sont ces deux éléments de fonctionnement qui devront être analysés en détails pour en évaluer la vulnérabilité.

25La collecte d’informations sur les éléments a donc constitué l’une des premières tâches2. La retenue d’eau Tuni, située à une altitude de 4435 mètres, fonctionne depuis 1977. Son débit moyen annuel est de 288 l/s. La dérivation Huayna Potosi construite en 1988 a un débit moyen annuel de 515 l/s. Enfin, la retenue d’eau Condoriri, en fonction depuis 1998, a un débit moyen annuel de 352 l/s (Montes de Oca, 2005 : 438). Ces diverses informations ont été exploitées pour évaluer dans la matrice leur vulnérabilité.

26Une première carte de vulnérabilité globale du système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto (figure n°4) permet ainsi de repérer quels sont les grands éléments du système et leur niveau de vulnérabilité réparti en trois classes – bas, moyen, élevé –, lesquelles sont représentées par trois couleurs – jaune, orange, rouge.

Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS

Figure n°4 : Vulnérabilité globale des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

27On identifie de la sorte immédiatement l’importance que constitue la canalisation d’eau entre la retenue d’eau de Tuni-Condoriri et l’usine de potabilisation de l’eau d’El Alto, avec un niveau de vulnérabilité moyen. Ce niveau s’explique moins par sa vulnérabilité intrinsèque (figure n°5) que par son exposition aux mouvements sociaux (figure n°6).

28Figure n°5 : Vulnérabilité intrinsèque des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

Figure n°5 : Vulnérabilité intrinsèque des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

Figure n°6 : Exposition et susceptibilité d’endommagement des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

29Les installations de l’entreprise d’eau ont en effet subi une attaque à la dynamite au niveau de l’adduction Tuni en novembre 2001. Celle-ci a provoqué une coupure du système d’approvisionnement en eau d’El Alto pendant plusieurs heures (Pereira, 2007). Un autre dynamitage du même canal Tuni en 2006 a quant à lui affecté l’alimentation en eau de la retenue pendant trois jours. Cette interruption a contribué au déficit en eau enregistré pendant l’année 2006. Courant sur 35 kilomètres, entre la retenue et l’usine de potabilisation, il est difficile de surveiller chaque tronçon de cette canalisation, ce qui la rend facilement accessible à des personnes dotées de mauvaises intentions. Une simple interruption de cette canalisation signifie la perte des capacités de potabilisation de l’usine d’El Alto, et avec elle l’approvisionnement en eau d’une grande partie de l’agglomération pacénienne. Ce type de vulnérabilité d’un système d’approvisionnement en eau potable a aussi été mis à jour dans d’autres contextes (Clark, Deininger, 2000).

30Dynamiter les installations de l’entreprise du service de l’eau constitue, notamment pour les communautés rurales installées à leur proximité, une forme de revendication. Les communautés rurales considèrent en effet que la ressource eau, présente sur leurs territoires, leur appartient. Alors qu’elles-mêmes ne sont que très rarement connectées à un système d’approvisionnement en eau par canalisation, elles acceptent difficilement de se sentir dépossédées de la ressource au profit des urbains et sans compensation jugée acceptable. EPSAS négocie donc avec les communautés rurales un droit d’exploitation de l’eau, qui se traduit par des aides apportées aux communautés. Ces dernières, souvent confrontées à des difficultés économiques, remettent parfois en cause les droits d’exploitation négociés en dynamitant les installations de l’entreprise afin d’obliger cette dernière à renégocier.

31Une bonne lecture de la matrice permet donc d’aller à un niveau poussé de détails pour comprendre les causes et les conséquences des vulnérabilités. Par exemple, l’existence d’une faille géologique au niveau de la source Condoriri provoque des mouvements de terrain. Ces menaces d’origine naturelle peuvent occasionner différentes détériorations sur les infrastructures d’EPSAS. Les retenues d’eau ne sont que peu menacées compte tenu de la nature de la zone jugée non sismique, mais d’autres éléments comme les chemins d’entretien de la retenue peuvent subir les conséquences des mouvements de terrain, devenant en effet parfois peu praticables aux alentours de la zone de captage. Dans ce cas, l’accessibilité aux infrastructures devient un élément de vulnérabilité important dans la gestion des opérations menées par EPSAS (Pereira, 2007) (figures n°7 à 10).

32Figure n°7 : Dépendance des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto vis-à-vis des éléments extérieurs

Figure n°7 : Dépendance des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto vis-à-vis des éléments extérieurs

33Figure n°8 : Alternatives de fonctionnement des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

Figure n°8 : Alternatives de fonctionnement des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

34Figure n°9 : Capacité de contrôle des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

Figure n°9 : Capacité de contrôle des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

Figure n°10 : Préparation à une crise des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

35Pour prendre un autre exemple de l’importance de connaître la vulnérabilité pour anticiper les problèmes, on peut s’intéresser à l’élément usine de potabilisation de l’eau. Une usine de potabilisation a besoin d’éléments extérieurs pour fonctionner, comme l’électricité, des produits chimiques. Si l’approvisionnement électrique s’interrompt, il affecte la production d’eau potable sans pour autant que cette interruption soit le fait de l’entreprise d’eau elle-même, mais dont elle doit tenir compte pour, si possible, anticiper le problème (en installant des générateurs électriques d’appoint et en veillant à établir les réserves de carburant nécessaires à leur fonctionnement par exemple). Si l’on développe le cas de la dépendance, on comprend mieux comment elle devient un facteur de vulnérabilité de l’approvisionnement en eau potable de la ville de La Paz. Pour rendre l’eau potable, une usine de traitement recourt à divers produits chimiques : sulfate d’alumine, hydroxyde de calcium et hypochlorite de sodium. A part le sulfate d’alumine, les autres produits ne sont pas fabriqués en Bolivie et doivent être importés du Pérou et d’Argentine. Durant les manifestations d’octobre 2003 qui ont bloqué les routes d’accès à La Paz (Arbona, Kohl, 2004 ; García Linera, 2006 ; Poupeau, 2007), l’usine de potabilisation d’Achachicala s’est ainsi retrouvée en rupture de produits chimiques. Cinq jours ont été nécessaires pour réussir à y faire parvenir des produits en provenance de l’usine d’El Alto (Pereira, 2007), mettant en péril l’approvisionnement en eau du centre de l’agglomération. Dans ce cas, l’évaluation de la vulnérabilité va bien au-delà de la simple manifestation des risques d’origine naturelle qui pourrait endommager le système d’approvisionnement en eau. L’exposition des éléments aux phénomènes d’origine naturelle est prise en compte, ainsi que la susceptibilité de dommages qu’ils peuvent créer, mais il ne s’agit que d’une variable de vulnérabilité extérieure parmi d’autres.

La vulnérabilité de l’ensemble Tilata

36L’ensemble Tilata se révèle être également très fragile globalement, aussi bien en ce qui concerne les puits que l’usine de potabilisation (figure n°4). Cette situation est liée à deux facteurs différents.

37La vulnérabilité des puits tient à la fois à leur complexité technique et à leur exposition et dépendance (nécessité d’énergie électrique en particulier pour fonctionner) (figure n°7 à 10). En effet, comme ils sont profonds et peu larges, le remplacement d’une pièce du système de pompage dans l’un des 30 puits s’avère être une opération compliquée, qui met le puits hors d’état de fonctionnement pendant un laps de temps pouvant être assez long. Ensuite, insérés dans le tissu urbain (les puits sont distants les uns des autres d’environ 800 mètres), ces puits sont exposés aux activités humaines parfois assez nocives. En effet, le contrôle de l’urbanisation étant très défaillant dans l’agglomération, il n’a pas toujours été possible de définir des limites de sécurité autour d’installations sensibles pour le fonctionnement urbain, comme ces puits imbriqués dans le tissu urbain le démontrent (Pozo et al., 2006). Par manque de ressources, les constructions autour des puits ne bénéficient que très rarement de systèmes de récupération des eaux usées. Quand ils existent, il s’agit souvent de fosses septiques qui ne garantissent pas toujours un niveau d’étanchéité satisfaisant. L’absence de contrôle explique aussi l’imbrication d’éléments de production industrielle dans le tissu urbain. Enfin, l’extension urbaine s’est opérée en suivant l’axe routier La Paz-Oruro, où le trafic est intense. Cet axe traverse la zone des puits. Un accident du type déversement de la cargaison d’un camion-citerne transportant des produits toxiques rend immédiatement inutilisable les puits de Tilata. Quant à la dépendance des puits, elle s’explique facilement par la nécessité d’énergie électrique pour pomper l’eau. Une suspension de l’approvisionnement électrique signifie l’arrêt immédiat de l’exploitation de l’eau.

38L’usine de potabilisation Tilata est considérée comme moyennement vulnérable. Elle est dépendante de l’énergie électrique, d’intrants chimiques. Mais surtout, son matériel informatique contrôlant le processus de potabilisation de l’eau est obsolète. Un problème informatique et c’est l’activité de l’usine entière qui doit s’arrêter. L’alimentation de l’unique réservoir de 5 000 m3 de Pacajes est alors interrompue, ainsi que la distribution d’eau potable aux populations.

De la vulnérabilité de l’approvisionnement en eau à la vulnérabilité de la population

Les territoires du risque : l’exposition des populations desservies

39Les vulnérabilités qui ont été mises à jour pour les éléments d’approvisionnement en eau potable, si elles intéressent directement l’entreprise partenaire de la recherche, fournissent également des données précieuses pour mieux comprendre quelles sont les zones à risques dans la ville. En effet, à partir de l’identification des lieux de génération des vulnérabilités, on peut comprendre comment ces dernières vont s’exporter et exposer les populations par l’interruption de l’approvisionnement en eau. On peut donc construire une carte des populations représentées par points dans les zones de recensement desservies par le sous-système d’approvisionnement en eau d’El Alto (figure n°11).

Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS

Figure n°11 : Distribution spatiale de la population urbaine en 2001 en fonction des sous-systèmes d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

40Il est toutefois nécessaire de préciser qu’il s’agit là de donner une idée générale de la situation et non une cartographie précise. Pour construire cette carte, on a en effet utilisé deux grandes données différentes : l’étendue de la couverture par le sous-système El Alto en 2006, couplée à la population représentée par points (un point représente 500 habitants), par zone censitaire au moment du recensement de 2001. Cette modalité de construction pose certains problèmes qu’il faut signaler. Tout d’abord, les dates des données étant différentes, elles expliquent l’existence d’une couverture là où il n’y a pas encore d’habitant en 2001. Ensuite, la couverture est une donnée technique. Elle porte les limites de la couverture d’approvisionnement du sous-système El Alto, ce qui n’induit pas que des populations vivent forcément partout dans les limites de cette couverture de desserte ou qu’elles aient décidé de s’y raccorder.

41Ce sont 914 301 habitants qui se situent dans la zone de desserte du sous-système El Alto. Même si tous ne sont pas connectés au réseau d’approvisionnement par réseau pour les raisons que nous avons indiquées, on peut imaginer que le taux de connexion a fortement progressé depuis le recensement de 2001. Toutefois, les grandes orientations que nous fournit cette carte sont intéressantes à analyser.

42En cas de défaillance du sous-système El Alto, ce sont plus de 63 % de la population totale de l’agglomération qui se retrouvent privés d’eau. Cette population, c’est à la fois une partie de la population d’El Alto desservie par le sous-système (619 954 habitants), mais également les franges occidentales de La Paz, soit celles des quartiers des districts de Periférica, Max Paredes, et Cotahuma (294 347 habitants). Il s’agit de la desserte potentielle puisque pour la municipalité d’El Alto par exemple, au recensement de 2001, seulement 31 % des foyers étaient raccordés à un accès direct au service d’eau potable, et presque 50 % des foyers avaient un accès indirect à travers une borne-fontaine par exemple. Ces estimations fournissent malgré tout une idée des problèmes qu’un dysfonctionnement du sous-système El Alto entraîne. Elles indiquent l’ampleur de la vulnérabilité de cette population vis-à-vis du sous-système El Alto pour leur approvisionnement en eau potable. En fait, la vulnérabilité de la population est même nettement plus complexe quand on sait que par interconnexion des sous-systèmes, un volume compris entre 20 et 30 % de l’eau produite par le sous-système El Alto peut être dirigé vers le sous-système Achachicala pour aider à l’alimentation du centre de l’agglomération. Par ailleurs, des analyses menées à la demande de la SISAB soulignent que la capacité de production d’eau potable du sous-système El Alto est aujourd’hui à son maximum (Pozo et al., 2006), ce qui induit des problèmes d’approvisionnement de la population dans un futur proche.

Autre exemple de vulnérabilité transversale : les territoires du risque santé

43A partir des éléments d’une autre base de données qui concernent les centres de santé, publics comme privés, desservis par le sous-système El Alto, on peut aussi qualifier certaines conséquences d’un dysfonctionnement du sous-système d’approvisionnement en eau potable El Alto. Dans le territoire desservi par le sous-système El Alto, on compte 112 centres de santé publics ou privés – 101 de premier niveau (le niveau le plus élémentaire d’un centre de santé) et 11 de deuxième niveau –, tous raccordés au système d’approvisionnement en eau potable par canalisation. Même si certains centres de santé ont des citernes leur permettant de fonctionner quelques heures sans l’eau du réseau, une interruption du système d’approvisionnement vulnérabilise 267 lits, dont 157 de deuxième niveau (figure n°12).

Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS

Figure n°12 : Nombre de lits des centres de santé situés dans la zone couverte par le sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto

44Nous avons ici un exemple de la connectivité des éléments essentiels au fonctionnement urbain – ici l’approvisionnement en eau et le système de soins – et des effets dominos de vulnérabilité que le dysfonctionnement de l’un pourrait provoquer sur l’autre.

Conclusion

45S’intéresser à la vulnérabilité d’un système d’approvisionnement en eau d’une agglomération urbaine est riche d’enseignements (Clark, Deininger, 2000), sur au moins deux plans distincts. Premièrement, avec la méthodologie mise au point, l’analyse de la vulnérabilité à partir d’une trame fournit aux gestionnaires du système un outil d’identification – qui peut déjà être fin – des vulnérabilités du système propres à l’entreprise du service d’eau. Elle met en évidence les vulnérabilités qui lui échappent. L’entreprise peut alors anticiper et par-là même prévoir d’en réduire les conséquences par une planification de tâches à mettre en œuvre, qui peuvent alors être consignées dans un plan de sécurité de production industrielle. Par exemple, un travail de réflexion peut être développé par l’entreprise sur les alternatives de fonctionnement pour réduire la vulnérabilité d’un élément ; sur les possibilités de renforcement des contrôles par la surveillance à distance de certains éléments difficiles d’accès ; sur les simulations de crises pour en tirer des expériences, etc. Cette méthodologie présente aussi l’avantage de n’être pas liée à la nécessité de développer de lourds moyens financiers, humains et matériels. Elle semble donc être à la fois efficace et pertinente pour un pays en voie de développement, surtout dans le cas d’entreprises d’approvisionnement en eau sous contrôle public, qui ne peuvent que très rarement compter sur d’importants moyens. La simplicité de la méthodologie peut enfin favoriser son adaptation à la réalité de la situation de chaque entreprise. Par exemple, dans le cas du sous-système El Alto, l’une des variables de la vulnérabilité intrinsèque concerne l’ancienneté de l’élément technique (valves, canalisations, pompes, etc.). La valeur de l’ancienneté est répartie en trois niveaux, calculés en fonction de l’ancienneté de la mise en place de l’élément, par périodes de 9 ans. Or, au moment de réviser les résultats de la matrice, les techniciens d’EPSAS ont entamé une réflexion sur cette variable ancienneté. Plutôt que de calculer une durée depuis l’installation de l’élément dans le système, ils ont proposé de considérer la durée de vie utile de chacun des éléments. Une pompe n’a effectivement pas la même durée de vie qu’une canalisation enterrée. Cette observation démontre la flexibilité de cette trame et son appropriation aisée par le partenaire.

46Au niveau d’une recherche sur la vulnérabilité du fonctionnement urbain, le couplage de cet élément essentiel qu’est l’approvisionnement en eau à d’autres variables, comme la population et la santé, permet de prendre la mesure de la vulnérabilité du territoire et des transferts de vulnérabilité d’un élément à l’autre. Cette interdépendance des éléments essentiels renvoie donc à la nécessité d’interroger les territoires des risques dans leurs multiples dimensions spatiales. Par ailleurs, mettre au jour les vulnérabilités de l’approvisionnement en eau et les vulnérabilités qui en découlent par effet domino présente aussi l’avantage, dans une perspective de crise, de mieux s’y préparer. On peut ainsi calculer les nécessités minimales en eau d’une population à partir de sa consommation (la consommation moyenne à La Paz est de l’ordre de 140 litres/habitant/jour et de 44 à El Alto [García Linera, 2006]) et prévoir que, dans une aire d’approvisionnement donnée, son interruption obligera à distribuer cette quantité minimale d’eau. On peut aussi penser à optimiser cette distribution en fonction de la répartition spatiale de la population et des lits du système de santé, etc. Cette préparation devrait aider à atténuer les effets d’une crise du type de celle qui a durement affecté la population du sud-est de La Paz en janvier-février 2008, suite à l’interruption du sous-système Pampahasi (Hardy, à paraître). A l’inverse, une carte des foyers utilisant d’autres alternatives d’approvisionnement en eau, par puits ou par sources, indique aussi leur faible vulnérabilité en cas de dysfonctionnement du réseau (figure n°13).

Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS

Figure n°13 : Pourcentage de foyers disposant d’eau par puits, rivières et sources dans l’agglomération de La Paz

47Cela contredit quelque peu l’idée reçue que les plus pauvres, qui ne peuvent pas se connecter au réseau, représentent les populations les plus vulnérables. Ce fait renvoie à la notion de vulnérabilité différentielle (Hardy, 2003) et aux variables utilisées pour l’approcher. Celle-ci est souvent abordée par le biais des ressources financières disponibles. Or, cette analyse indique que la vulnérabilité différentielle peut aussi se révéler dans la vulnérabilité du système d’approvisionnement en eau, et ne conclut pas forcément à la vulnérabilité des plus pauvres. Certes, ces derniers s’exposent beaucoup plus à la consommation d’une eau dont la qualité sanitaire n’est peu ou pas contrôlée, quand le grand système public de distribution d’eau potable approvisionne en eau de très bonne qualité, en quantité régulière. Mais s’intéresser à la vulnérabilité différentielle des populations oblige à introduire la notion de temporalité. Certains facteurs de vulnérabilité dépendent en effet des temporalités : période normale, période de crise. La moindre dépendance en temps normal des populations les plus pauvres vis-à-vis des éléments de fonctionnement essentiels de la ville, comme le réseau d’approvisionnement en eau par réseau, rend leur vulnérabilité moindre en cas de crise affectant ce dernier. Ceci montre que penser à des alternatives d’approvisionnement, tout en garantissant la qualité de l’eau, peut aussi faciliter la résolution de certaines difficultés en cas de crise ou de situation d’urgence (Feuillette & al., 1998 : 518 ; Clark & Deininger, 2000 ; Bruins, 2000). Ainsi, le centre de La Paz paraît très fortement dépendant du réseau. Il est donc nécessaire de réfléchir à des alternatives d’approvisionnement en eau pour éviter que d’autres éléments essentiels au fonctionnement urbain - par exemple les hôpitaux de troisième niveau concentrés dans le quartier Miraflores - ne connaissent des difficultés d’approvisionnement comme lors de la crise de 2008. Une analyse de la vulnérabilité du système d’approvisionnement en eau permet donc aussi de mieux se préparer face à une crise, en se projetant dans des situations possibles (Putnam, 2000) et en reliant entre eux différents éléments essentiels au fonctionnement de la ville.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arbona J., Kohl B., 2004, "City profile. La Paz-El Alto", Cities, Vol.21, No.3, 255-265.

Baby V., 1995, El Alto de La Paz. Un bidonville d’altitude au cœur de l’Amérique latine, mémoire de DEA, université Paris X, Nanterre, 142 p.

Blanes, 2006, Bolivia, áreas metropolitanas en clave de desarrollo y autonomía, La Paz, FES-ILDIS, 105 p.

Brochet A., Marchadour F., 2008, De la source au robinet: étude socio-économique des quartiers périphériques de l’agglomération de La Paz, La Paz, IFEA-Sciences po Rennes, 29 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bruins H., 2000, "Proactive Contingency Planning vis-à-vis Declining Water Security in the 21st Century", Journal of contingencies and crisis management, Vol.8, No.2, 63-72.
DOI : 10.1111/1468-5973.00125

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Clark R., Deininger A., 2000, "Protecting the Nation’s Critical Infrastructure: The Vulnerability of U.S. Water Supply Systems", Journal of contingencies and crisis management, Vol.8, No.2, 73-80.
DOI : 10.1111/1468-5973.00126

Crespo C., Spronk S., (ed.), 2007, Después de las guerras del agua, movilizaciones políticas, La Paz, Plural, 245 p.

D’Ercole R., Metzger P., 2004, La vulnerabilidad del Distrito Metropolitano de Quito, Quito, MDMQ/IRD, 496 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Egan M., 2007, "Anticipating Future Vulnerability: Defining Characteristics of Increasingly Critical Infrastructure-like Systems", Journal of contingencies and crisis management, Vol.15, No.1, 4-17.
DOI : 10.1111/j.1468-5973.2007.00500.x

Feuillette S., Metzger P., Le Goulven P., 1998, "L’approvisionnement en eau de la ville de Quito : entreprise publique et systèmes communautaires, quelle coexistence pour une gestion durable ?", in : Dynamiques sociales et environnement, actes de colloque, UMR Regard, Bordeaux, 505-520.

Franqueville A., 2000, Du Cameroun à la Bolivie. Retours sur un itinéraire, Paris, Karthala, 321 p.

García Linera Á., 2006, "Comunidades vecinales y lógica empresarial en la gestión del agua en la ciudad de El Alto", in : Orozco Ramírez S., García Linera Á., Stefanoni P. (eds.), No somos juguete de nadie… Análisis de la relación de movimientos sociales, recursos naturales, Estado y descentralización, La Paz, Plural Editores, 247-322.

Hardy S., 2003, Processus de fragmentation urbaine et risques dits naturels dans la ville de Managua, Nicaragua, thèse de doctorat nouveau régime, Paris, EHESS, 416 p.

Hardy S., 2008, Estudio de identificación de zonas de riesgos en los distritos 5 y 6 de la ciudad de El Alto, La Paz, ECHO-COOPI, 66 p.

Hardy S., 2009, "Rupture de l’approvisionnement en eau potable. Système Hampaturi-Pampahasi : La Paz, janvier-février 2008", Bulletin de l’IFEA, à paraître.

INE, 2001, Censo 2001. Población por organizaciones comunitarias y localidades, La Paz, INE.

Lagadec P., 2007, Katrina : Examen des rapports d'enquête, Tome 1 : "A Failure of Initiative", US House of Representative, Cahiers du Laboratoire d'Econométrie, No. 07, Paris, Ecole Polytechnique, 140 p.

Montes de Oca I., 2005, Enciclopedia geográfica de Bolivia, La Paz, Editores Atenea, 871 p.

Musset A., 2002, Villes nomades du Nouveau Monde, Paris, EHESS, 397 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

O’Hare G., Rivas S., 2005, "The landslide hazard and human vulnerability in La Paz City, Bolivia", The Geographical Journal, Vol. 171, No.°3, 239-258.
DOI : 10.1111/j.1475-4959.2005.00163.x

Pereira K., 2007, Les vulnérabilités de l’approvisionnement en eau potable dans la ville d’El Alto. Une gestion durable dans un contexte de pauvreté ?, mémoire de Master 1 de Géographie, mention Sciences géographiques, spécialité Mondialisation et développement, Aix-Marseille 1, 109 p.

Poupeau F., 2007, "Movilizaciones políticas y gestión de la penuria de agua en los distritos populares de El Alto, Bolivia", Después de las guerras del agua, movilizaciones políticas, La Paz, Plural, 209-235.

Poupeau F., 2008a, Carnets boliviens 1999-2007. Un goût de poussière, Montreuil, Aux lieux d’être, 216 p.

Poupeau F., 2008b, "Les ambivalences de la participation communautaire. Le cas du service de distribution des eaux à El Alto, Bolivie", Autrepart, No. 47, 245-253.

Pozo E., & al., 2006, Informe final a la Auditoría Regulatoria con carácter Técnico – Ambiental, Económico – Financiera, Legal y Comercial sobre el cumplimiento del Contrato de Concesión de Aguas del Illimani S.A. Resumen ejecutivo, La Paz, Pozo & Asociados SRL, 55 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Putnam D., 2000, "Earthquakes and Water Security: Contingency Planning in California", Journal of contingencies and crisis management, Vol.8, No.2, 103-108.
DOI :
10.1111/1468-5973.00129

Revet S., 2007, Anthropologie d’une catastrophe. Les coulées de boue de 1999 au Venezuela, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 366 p.

Haut de page

Notes

1  Sur le modèle de la guerre de l’eau de Cochabamba (janvier-septembre 2000) — blocage de la ville par des organisations syndicales et par des habitants mécontents, qui a provoqué le retrait de la multinationale Bechtel du consortium Aguas del Tunari — le 10 janvier 2005 une protestation organisée par les associations d’habitants (juntas vecinales) a eu lieu à El Alto pour s’élever contre la qualité et les tarifs des services de l’entreprise Aguas del Illimani. Les principales voies de circulation ont alors été barrées, isolant La Paz du reste du pays. Le président Carlos Mesa a alors dû dénoncer le contrat de concession accordé à AISA, qui a conduit au retrait de SUEZ en janvier 2007 (voir Crespo C., Spronk S., 2007).

2  La collecte de ces données a été partiellement réalisée par Kévin Pereira dans le cadre d’une recherche de Master 1 en 2007. Cependant, elle n’a pas pu être menée jusqu’à son terme : constitution des matrices, de la cartographie et, analyses. J’ai repris et largement complété ce travail au long de l’année 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : S. Hardy, février 2008
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Crédits Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Crédits Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure n°5 : Vulnérabilité intrinsèque des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Figure n°7 : Dépendance des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto vis-à-vis des éléments extérieurs
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure n°8 : Alternatives de fonctionnement des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure n°9 : Capacité de contrôle des éléments du sous-système d’approvisionnement en eau potable d’El Alto
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Crédits Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Crédits Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Crédits Source : S. Hardy, IRD URO29. Collaboration : EPSAS
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/22270/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Hardy, « La vulnérabilité de l’approvisionnement en eau dans l’agglomération pacénienne : le cas du sous-système El Alto », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, Vulnérabilités urbaines au sud, document 457, mis en ligne le 20 mai 2009, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/22270 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22270

Haut de page

Auteur

Sébastien Hardy

UR 029 Environnement urbain, IRDsebastien.hardy@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page