Navigation – Plan du site
2009

Martin de La Soudière, Lignes secondaires, Créaphis, 2008, 125 p.

André Rauch

Texte intégral

1Où chemine Martin de La Soudière au cours de ce livre qui mêle souvenirs et investigations, enquête géographique et observation ethnologique, autobiographie et étude de terrain ?

2De cette question, l’auteur tient la réponse : « À travers les Pyrénées de mes jeunes années, l’enfance y a sa part ». Plus tard, le Massif Central et le Jura s’ajoutent à la liste des souvenirs du métier d’ethnologue. Le travail de Martin de La Soudière devient ainsi une longue pérégrination à travers de multiples lieux (lieues ?) : montagne (s), enfance (s), vacance (s), littérature (s). Voilà où « braconne » celui qui veut débusquer les lieux où se poser, se reposer avant de repartir.

3Car, à y regarder de près, qu’est-ce que l’altitude ? tout simplement une étape supplémentaire dans la croissance : d’âge en âge, l’enfant s’élève. Il grandit au fur et à mesure qu’il gravit, et se rapproche des sommets conquis par ses aînés, autant qu’il progresse d’année en année. C’est cette métaphore de la croissance que file ici le texte, au titre bien heureux : Lignes secondaires.

4S’élever, c’est paradoxalement aussi plonger dans les profondeurs des rêves et des peurs qui dessinent les reliefs de notre géographie mentale : grottes et gouffres des Grands Causses ainsi que du Gévaudan creusent les mystères qui ponctuent les paysages d’altitude. De la géographie à la littérature, il n’y a qu’un pas que l’on franchit d’un pied léger. Que seraient les Cévennes sans Jean Carrière, Jean-Pierre Chabrol ou Philippe Joutard ? Les pas du randonneur foulent ses grandes peurs et l’œil de l’ethnologue scrute l’envers du miroir de l’imaginaire. Les sciences humaines naissent de l’humain.

5Mais en chemin, le voyageur devra quitter les autoroutes de la connaissance et s’enfoncer dans les terroirs abandonnés. Le voilà confronté aux vestiges d’anciennes gares, envahies d’herbes folles et bruissantes du bourdonnement des insectes : elles dessinent un concept dépassé (trépassé ?) du partage et de l’usage d’un territoire : qu’éveillent aujourd’hui dans notre esprit les noms de Lison, Surdon, Mézidon en Basse-Normandie ? ou celui d’Andelot-en-Montagne ? Autant de désignations qui ont perdu leur identité territoriale et ne résonnent (raisonnent ?) que par l’écho de leur consonance.

6Viennent, à tour de rôle, les saisons. La neige en hiver, qu’était-ce avant les télécabines et les remontées mécaniques ? La « mauvaise » saison, la saison « morte », se demande aujourd’hui M. de La Soudière ? Loin de là, lui répond Martin, et voilà que reviennent les souvenirs des levers dans le matin noir, « la messe au village », le ronflement d’un poêle au café, les chemins de neige. Les saisons sortent du calendrier et tombe l’enveloppe douillette du manteau des souvenirs. L’Auvergne et la Chaise-Dieu ; Langogne et Belpeyre ? la géographie les sépare, bien sûr, mais leurs hivers les unissent dans une fraternité distinguée.

7Les métiers aussi se ressemblent et s’assemblent : qui est plus proche du géographe ou de l’ethnologue que l’arpenteur ? Tous trois sont des hommes de terrain. Mesurer, jalonner, borner, autant d’actes et de gestes qui les fédèrent. Mais on l’aura compris, le terrain, voilà le lieu de prédilection de Martin de La Soudière. Ses questions y puisent leurs sources, sa réflexion en suit les méandres, elle y vagabonde.

8On l’aura deviné, ce court traité d’ethnologie est une ode au vagabondage, cet art du géographe, ce plaisir du poète, cette passion d’un ethnologue qui se fait pour nous découvreur. Au-delà des sciences humaines, de leurs tableaux laborieux et de leurs courbes sèches, Martin de La Soudière réhabilite la poésie de son métier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Rauch, « Martin de La Soudière, Lignes secondaires, Créaphis, 2008, 125 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 20 mai 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22339

Haut de page

Auteur

André Rauch

Professeur à l'université de Strasbourg, chercheur à ISOR (Paris 1)

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page