Navigation – Plan du site
2009
459

L’émergence des politiques métropolitaines marseillaises : entre conflits et apprentissages

The emergence of metropolitan policies in Marseilles: between conflict and learning
Nicolas Douay

Résumés

L’étude du cas marseillais permet de mettre en valeur différentes dynamiques d’apprentissage et d’émergence des politiques métropolitaines. Cet apprentissage renvoie notamment aux formes de l’injonction, du conflit, de la négociation ou encore de la réalisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Sous l’effet de nouvelles conditions de mobilité, les populations et les activités économiques connaissent moins de contraintes de localisation (VELTZ 1996). À l’échelle globale, avec la mise en concurrence des territoires nous assistons à un phénomène de concentration au sein des plus grandes villes et à l’échelle locale ce processus de  métropolisation induit toute une série de transformations (RONCAYOLO 1990 ; RUSK 1993 ; MORICONI-EBRARD 1996 ; LACOUR, PUISSANT 1999 ; LE GALES 2003 ; BASSAND 2004 ; DOUAY 2009):

  • l’étalement urbain, la dispersion des centralités et la dégradation des espaces naturels et agricoles ;

  • la polarisation spatiale et le renforcement des logiques de ségrégation sociale ;

  • un accroissement et une dispersion des mobilités qui se traduisent par une augmentation de la congestion et une difficulté à offrir des transports publics de qualité ;

  • une augmentation des pollutions et, plus généralement, une dégradation de l’environnement.

2Sur le plan politique, le processus de métropolisation se traduit par un certain enchevêtrement et une plus grande fragmentation des pouvoirs. Ces enjeux tant spatiaux que politiques réintroduisent la question de la gouvernabilité en ouvrant la possibilité d’expérimenter de nouvelles formes de régulations (DAHL 1998 ; LE GALES 2003 ; SALET, THORNLEY et al. 2003 ; LASCOUMES, LE GALÉS 2005). Cette question a pris de l’importance car la fourniture de services publics de qualité se trouve au cœur des dynamiques économiques et sociales assurant la prospérité des métropoles. La capacité à formuler des politiques métropolitaines efficaces suppose de multiplier les interactions entre les acteurs, mais surtout de les rendre pérennes, pour assurer la continuité de la mobilisation sociale autour d’un projet (JOUVE, LEFEVRE 2002).

3La métropole marseillaise apparaît comme étant un territoire exemplaire afin d’illustrer le processus de métropolisation des territoires. Le passage à une économie postindustrielle couplé à un fort étalement urbain produisent d’importantes reconfigurations. Pour faire face à celles-ci, les politiques d’aménagement et de développement territorial évoluent et tentent d’engager ce tournant métropolitain. Alors qu’à Marseille, ces politiques ont longtemps été caractérisés par une certaine faiblesse, les dix dernières années ont laissé place à de nombreuses avancées. L’objectif de cet article est de mesurer l’étendue de ces progrès en ce concentrant sur les mécanismes qui permettent aux acteurs d’évoluer mais aussi sur les points de conflits qui vont limiter les avancées dans la constitution de politiques métropolitaines innovantes.

4L’approche méthodologique qualitative de ce travail repose sur une série d’entretiens semi-directifs auprès d’une série de responsables politiques, techniques, économiques et de la société civile de la région urbaine marseillaise1. L’analyse des entretiens a été réalisée par l’intermédiaire d’une grille mettant en valeur différentes variables. L’article s’organise en trois différentes parties : la première traite de la reconfiguration du système métropolitain, la suivante de la cristallisation des conflits et la dernière met en avant les avancées tout en soulignant la difficulté à passer à l’étape des projets.

La reconfiguration du système métropolitain

5Sous l’effet de l’action de l’État mais aussi de la mobilisation des acteurs locaux, une série de reconfigurations spatiale, économique et institutionnelle se mettent en place.

Le rôle de l’État dans la formulation de nouvelles politiques

6Le soutien de l’État à l’émergence de politiques métropolitaines s’inscrit dans un sentier de dépendance (PIERSON 1993 ; DURAN, THOENIG 1996). L’État a toujours eu une position centrale, voire motrice, dans ce processus. Dès les années 1960, il a joué un rôle fondamental dans les grandes opérations d'aménagement (ALVERGNE, TAUTELLE 2002). Celles-ci ont fortement marqué l'espace urbain, servant de fondations aux actions de développement entreprises par la suite. L'action la plus significative reste sans doute le schéma d'aménagement de l'aire métropolitaine marseillaise qui représente l'acte fondateur du concept d'aire métropolitaine marseillaise. En effet, alors que se dessine la politique d'aménagement du territoire visant à promouvoir sur l'ensemble du territoire français une dizaine de « métropoles d'équilibre », l'organisation pour les études d'aménagement de l'aire métropolitaine (OREAM) reçoit la tâche d'élaborer un schéma d'aménagement pour 59 des 119 communes du département. Ce projet prolonge les perspectives tracées par les expériences antérieures de planification menées par E. BAUDOUIN ou G. MEYER-HEINE (DONZEL 2001). Ce schéma est approuvé nationalement en 1969. Plus généralement, il s'inscrit dans une continuité historique, en présentant l'axe littoral comme le pivot du développement de la métropole. Le déplacement des fonctions portuaires marseillaises vers le golfe de Fos est réaffirmé. Il s'agit donc de développer le secteur industriel à l'Ouest, et de poursuivre l'urbanisation des littoraux Ouest et Est de l'étang de Berre.

Figure 1 : Le schéma d'aménagement de l'aire métropolitaine marseillaise (1969)

Source : OREAM

7Les années 1990 sont ensuite marquées par une prise de conscience qui se traduit par un renouveau des réflexions portant sur l'aire métropolitaine (DOUAY 2006). En effet, les résultats du recensement de 1990 rappellent à tous les acteurs que le déclin du système marseillais se fait de plus en plus prégnant. Loin des prévisions effectuées par l'OREAM en 1969, la métropolisation et la mondialisation ont façonné l'aire métropolitaine à leurs images, celle de la logique du marché qui met les territoires en concurrence les uns par rapport aux autres. Il apparaît donc, d'un côté une ville-centre marquée par son déclin démographique, son chômage et sa précarité, et de l'autre côté répondant à une logique technopolitaine, le développement de nouveaux pôles métropolitains.

Figure 2 : Une métropole fragmentée

Source : M. CHIAPPERO, 2006

8En 1990, face à cette situation locale assez confuse, l'État décide de relancer la réflexion sur la structuration de la métropole. Jusqu'en 1994, sans finalement dévier du concept de l'aire métropolitaine marseillaise élaboré dans les années 1960, l'État par l'intermédiaire de la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR) propose d'établir un nouveau diagnostic d'ensemble, pour identifier les orientations pertinentes d'un nouveau schéma global d'aménagement (DE GAUDEMAR 1990) et, surtout, mobiliser tous les acteurs pouvant être concernés par son élaboration en prêchant pour le plus large regroupement intercommunal possible (DE ROO 1992).

9Plus récemment, l'arrivée des résultats du recensement de 1999 a fourni aux différents partenaires du développement territorial, sous l’impulsion de l’État avec l’INSEE, l'occasion de dresser « un portrait détaillé et actualisé de cet espace métropolitain, pour mieux saisir les dynamiques à l'œuvre et les influences qui le traversent » (INSEE PACA 2002). Cette démarche de l'Atlas des métropolitains de la région urbaine Marseille-Aix-en-Provence « ne se fige pas sur des périmètres institutionnels et privilégie plutôt un espace de vie, celui des habitants et des entreprises » (INSEE PACA 2002). Le document s'articule autour du thème de la mobilité des acteurs : le premier tome est consacré au territoire, le second aux habitants et le troisième à l'activité et à l'emploi. La démarche partenariale qui a conduit à la publication de cet atlas est tout à fait originale. Cette appropriation collective des grands constats, mais aussi des enjeux majeurs qui concernent la région urbaine est fondamentale. Elle pose les bases d'une meilleure compréhension des mécanismes à l’œuvre, préalable à la mobilisation des acteurs afin de construire de nouvelles politiques métropolitaines.

10La procédure de la directive territoriale d’aménagement (DTA) est souvent présentée comme étant une démarche très régalienne de la part de l'État qui consiste à imposer aux documents locaux d’urbanisme une série de contraintes dans la régulation de l’usage des sols. Cependant, la confrontation de cette procédure au contexte local en révèle aussi une portée pédagogique. Ainsi la DTA aurait réussi là où on ne l'attendait pas forcément et cela même avant que la procédure aboutisse. Cette hypothèse change la nature de ce document qui passerait d’une procédure à un processus :

« L’intérêt de la DTA est de reprendre les différents projets locaux et de les remettre en contexte, de vérifier les contraintes plus larges dans un souci de développement durable, notamment en les posant à la bonne échelle2. »

11Ainsi, le responsable de ce dossier à la DDE présente la directive comme un exercice de sensibilisation, de mobilisation des acteurs locaux3 :

« Tout le monde a réagi et s’est impliqué tout au long de la démarche. Il y avait un bon taux de présence, une mobilisation forte des acteurs : parfois même contre l’État ! L’idée était que cela rejaillisse ailleurs, en dehors de la DTA4. »

12Ces différentes étapes mettent en avant les différents registres d’action publique qui ont été mobilisés par l’État afin d’accompagner les acteurs dans ce tournant métropolitain. Les années 2000 correspondent à un changement d’attitude de l’État qui ne se prononce plus uniquement sur le contenu ou les contours de la coopération mais enjoint aussi les acteurs à se mobiliser afin de définir eux-mêmes la logique de leur association.

La difficile définition des périmètres des intercommunalités

13Avec la loi relative au « renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale », dite loi Chevènement (1999), l'État s'inscrit dans la continuité de la loi Administration territoriale de la République (ATR – 1992) et met en place, à la fois des contraintes et des incitations qui permettront à l'intercommunalité locale de franchir un nouveau pallier (CAILLOSE 1994 ; BARAIZE, NEGRIER 2001). L'application de la loi passe par son appropriation par des acteurs locaux très attachés aux traditions d'autonomie communale. Ainsi, l'intention que certains avaient, de voir se constituer une grande communauté regroupant Marseille, mais aussi Aix-en-Provence, Aubagne et l'étang de Berre est restée un rêve. De nombreuses communes se sont opposées à cette recomposition intercommunale, surtout en affirmant leur autonomie face à la constitution de la communauté urbaine de Marseille-Provence-Métropole (MPM) qui disposait de compétence élargie notamment en matière d’aménagement de l’espace (OLIVE, OPPENHEIM 2001). De plus, la loi a réaffirmé les conflits récurrents qui opposent Marseille à Aix-en-Provence  (DOUAY 2003).

14En janvier 2000, à l'issue de nombreuses transactions conflictuelles, le Préfet propose un nouveau schéma de coopération intercommunale pour l'ensemble du département. Celui-ci maintient en l'état un certain nombre de regroupements, mais surtout il officialise la partition de la métropole en différents pôles intercommunaux, notamment autour de Marseille, d’Aix-en-Provence, d’Aubagne, de Salon, d’Istres et de Martigues.

15Cependant, les problèmes se focalisent sur l'Est du département, autour du cas de la commune de Gardanne qui n’a pas rejoint d’intercommunalité. La cité minière a manifesté son intention de rejoindre la communauté d'agglomération du Garlaban Huveaune Sainte-Baume (GHB), et non la communauté du pays d’Aix (CPA) comme pourrait le faire penser sa situation géographique. Ce projet d'intercommunalité bute sur l'opposition du Préfet qui malgré l'opposition affichée de M. JOISSAINS-MASINI voudrait voir Gardanne intégrer la CPA. De plus, il est aussi question de l’avenir d’une communauté de communes situées entre les pôles aixois et aubagnais.

16Cette question va faire l’objet d’un psychodrame qui va durer près de six années et épuiser plusieurs préfets. Cette polémique pose la question de l'avenir des découpages intercommunaux, face aux enjeux de régulation de l’usage des sols, de développement économique ou encore d’équité fiscale. Les élus marseillais sont ainsi les plus déterminés à relever ces problématiques :

« ce qui a été décidé avec MPM est obsolète dès le départ, on ne peut concevoir ça que sur l’aire du grand Marseille qui va d’Arles-Fos à La Ciotat avec Salon en haut : Marseille et un rayon de 60 km5. »

17Et dès 2003, le principal responsable marseillais en matière d’aménagement prédisait que « dans les trois ans qui viendront l'ensemble de GHB rentrera directement dans le territoire de la communauté urbaine de Marseille6. » De même, il insistait sur la nécessité de réunir dans la même structure Marseille et Fos, car « le port de Marseille qui est coupé en deux sur deux communes qui ne se parlent pas, ce n'est pas pensable ».

Figure 3 : Le paysage institutionnel issu de la Loi Chevènement et engagé dans la coopération métropolitaine (2005)

Source : DOUAY, 2006 Infographie : INRETS

18Le découpage des périmètres des schémas de cohérence territoriale (SCOT) va donner lieu à une autre polémique. À l’origine, l'objectif de ce document est de favoriser une coopération entre l'ensemble des communes faisant partie d'un même bassin de vie. Toutefois, dans l’aire métropolitaine marseillaise, les différentes intercommunalités ont souhaité élaborer des SCOT à l'échelle de leur périmètre7. Le Préfet a longtemps refusé d'approuver les projets qui lui étaient proposés car il les jugeait trop directement calqués sur les périmètres des structures intercommunales du département. À partir de  2002, les élus de la métropole se sont alors insurgés contre ce refus :

« Nous sommes tous d'accord pour arrêter des périmètres à l'échelle de nos agglomérations. Il faut respecter ce consensus alors que l'absence de réponse de l'État est un frein majeur aux politiques de développement de l'aire métropolitaine marseillaise8 »,

19dénonçait Alain BELVISO, président de la communauté d'agglomération du GHB.

20Ce conflit a eu une portée pédagogique et devient un véritable élément déclencheur. Après cette prise de conscience, les acteurs locaux vont se mobiliser afin de créer les conditions d’un compromis avec l’État. Le 23 janvier 2003, les présidents de ces communautés : J.C. GAUDIN pour MPM, M. JOISSAINS-MASINI pour la CPA et A. BELVISO pour GHB écrivaient au Préfet pour demander la mise sur pied d'une « conférence des trois présidents qui aurait pour fonction le pilotage stratégique et politique de la démarche » de concertation sur l'aménagement du territoire de la métropole. Ils soulignaient que, « dans le cadre de la décentralisation », il était important de définir d'abord ce niveau avant de « décliner les SCOT » dans chacun de leurs espaces.

21En 2003 cette collaboration informelle débouche sur la rédaction d’une introduction commune aux projets d’agglomération de la CPA, de MPM et de GHB : « Convaincus qu’ils partagent des références fondamentales, les trois territoires partenaires entendent relever, ensemble, les défis qui les concernent. » (CPA 2003).  Ce document de 5 pages présente notamment :

« Un projet fédérateur pour des territoires partenaires qui s’articule autour de trois principaux objectifs : (…) Conforter le statut de métropole européenne. (…) Mieux faire fonctionner le territoire : assurer sa bonne accessibilité externe et mettre en place un système métropolitain de déplacements axé prioritairement sur les transports collectifs. (…) Améliorer les conditions de vie des habitants » (CPA 2003).

22Finalement, la reconfiguration du paysage intercommunal mais aussi des outils qui l’accompagnent va donner lieu à de nombreux conflits, à la fois entre les acteurs locaux mais aussi face à l’État. Ces antagonismes ont permis aux acteurs de prendre la mesure des implications locales du processus de métropolisation. Pour dépasser ces oppositions, ils ont dû apprendre à ébaucher la formulation de compromis au sein de la sphère locale mais aussi vis-à-vis de l’échelon central qui va ensuite formaliser son soutien à la coopération métropolitaine.  

L’appel à coopération de la DIACT et la formation d’un réseau métropolitain

23Quarante ans après l’expérience des « métropoles d’équilibre », la DATAR9 décide de lancer, depuis Marseille, un « appel à coopération métropolitaine » (ACM) en juin 2004. La genèse de cette politique s’inscrit dans une série d’études et de diagnostics sur les villes européennes (ROZENBLAT, CICILLE 2003). En dehors de Paris, cette étude révèle la faiblesse des villes françaises avec notamment Marseille qui occupe la 23e position européenne. Ce constat met en évidence le déséquilibre de l’armature urbaine française qui manque cruellement de métropoles de dimension européenne.

24Sous l’intitulé : « Pour un rayonnement européen des métropoles françaises » et après avoir repris les constats de diagnostic déjà évoqués, l’ACM définit trois priorités (DATAR 2004) :

  • aider les métropoles, qui en feront la demande en affichant une forte volonté politique, à renforcer leurs fonctions économiques supérieures ;

  • mobiliser progressivement les politiques sectorielles de l’État ;

  • inciter à la mise en place d’une coopération souple, mobilisant à la fois les grandes villes et les villes moyennes qui les entourent, avec une ingénierie adaptée.

25L’objectif est de définir un projet métropolitain devant mener à la signature d’un contrat métropolitain. Alors que 40 des 42 aires urbaines potentiellement concernées ont répondu,

« L’appel d’offre a joué un rôle de catalyseur, dans le temps long de la décentralisation, une « précipitation chimique » a pu s’opérer dans quelques cas. L’appel a été un facteur d’accélération de la coopération dans un certain nombre de territoires. » (MOTTE 2007: 14)

26Dans la région urbaine marseillaise, l’ACM constitue le catalyseur de cette démarche métropolitaine informelle en lui permettant d’acquérir une nouvelle dimension. La réponse commune des agglomérations d’Aix et Marseille en décembre 2004 représente ainsi une avancée remarquable dans l’histoire de la planification locale. Pour souligner cette ampleur historique, plusieurs des acteurs locaux emploient alors la métaphore du couple franco-allemand et de son processus de réconciliation pour la transposer au contexte d’Aix et de Marseille (DA SILVA, DOUAY et al. 2007).

27À l’occasion de cette candidature se tient en décembre 2004, la première conférence des Présidents, au cours de laquelle les deux leaders mettent en scène ce nouvel état d’esprit. J.C. Gaudin annonce :

« Nous créons un lobby en unissant nos deux territoires, nos compétences et nos atouts, le gouvernement ne peut qu’y être sensible »10 et il précise que « Cette rencontre scelle notre volonté commune de coopération pour mieux relever les défis de la compétition européenne et internationale qui s’impose à nous11. »

28De même M. Joissains prévient :

« Nous discutons d’égal à d’égal, nous avons des territoires complémentaires et non concurrentiels. Cette charte nous permettra d’affronter les problèmes énormes auxquels nous sommes confrontés en matière de transport, de logement et de gestion des territoires. Unis, nous aurons plus de poids pour aborder ces dossiers, pour demander le soutien de l’État, de l’Europe12. »

29Cette avancée importante s’accompagne pourtant d’une série de conflits qui vont éclore autour du couple Aix-Marseille. Ces désaccords portent tant sur les périmètres des institutions (et leurs couleurs politiques) à associer que sur des objets particuliers (lignes TGV ou incinérateur).

30Alors que la communauté d’agglomération de GHB avait été au cœur de l’émergence de ce nouveau régionalisme métropolitain, elle ne participe pas à la première candidature de l’aire métropolitaine marseillaise. Cette absence s’explique par la situation particulière de cette intercommunalité dont l’évolution du périmètre et du SCOT faisait l’objet d’un conflit avec l’État. Face à cette situation de conflit, les élus comme les techniciens de MPM et de la CPA ont souhaité avancer afin de « ne pas manquer le train » de la coopération métropolitaine, même si cela permettait à GHB de parler d’« exclusion »13 et d’adopter une posture de victime. A. Belviso avance aussi une autre hypothèse quant à cette exclusion :

« La question de la ligne à grande vitesse Est sur laquelle, et alors que le débat public vient à peine de s’engager, vous avez soutenu d’emblée un tracé littoral fort onéreux, conduisant à couper en deux le pays d’Aubagne. »

31Cette question paraît centrale car elle a beaucoup mobilisé les acteurs, à l’échelle de la métropole certains techniciens résumaient ainsi la situation : « C’est les paysages de Cézanne, contre ceux de Pagnol ! »

32La candidature du couple Marseille-Aix ne pose pas uniquement des problèmes dans l’Est de la métropole mais aussi dans l’Ouest. À la suite de la présentation de la candidature de Marseille-Aix, les intercommunalités formées autour des villes-centres de Salon, d’Arles, d’Istres, de Martigues ont décidé de présenter leur propre candidature. Les concepteurs de cette candidature admettent qu’elle n’avait pas forcément vocation à aboutir mais à alimenter le débat :

« La candidature de l’Ouest était une phase pour signaler notre existence, pour attirer l’attention. Si on veut jouer gagnant, il faut jouer tous ensemble, on a trop souffert des logiques individuelles14. »

33Au-delà de ces bonnes intentions, la volonté de MPM d’implanter un incinérateur d’ordures ménagères sur des terrains du port à Fos sur Mer a participé à la crispation des relations entre Marseille et l’Ouest de la métropole et ce dossier a constitué une des motivations de cette candidature.

L’élargissement du réseau et l’établissement de nouvelles alliances 

34Le jury qui a statué le 25 février 2005 sur les dossiers de candidature a choisi de retenir celui du couple Marseille-Aix tout en souhaitant une ouverture de la démarche à la fois vers l’Est et l’Ouest de la métropole :

« Le dossier de candidature évoque en permanence le territoire de cette région urbaine Marseille-Aix comme territoire de référence, mais la réponse n’est portée que par deux intercommunalités (…). Il en résulte une certaine confusion tout au long du dossier de candidature qui n’apparaît pas ainsi à la bonne échelle requise par l’appel à projet15. »

35Sous la pression de la Préfecture, six autres EPCI se sont joints à la démarche de coopération. Finalement, à l’exception de la vingtaine de petites communes du Nord-Ouest des Bouches-du-Rhône situées dans l’orbite d’Avignon, ce nouveau réseau d’intercommunalités regroupe les principales agglomérations du département.

36Cela constitue une avancée tout à fait inédite qui n’est pas sans interpeller les principaux acteurs :

« De deux à huit, on doit réinitialiser le débat, ce qui paraissait évident à deux ne l’est plus forcément. Les nouveaux acteurs doivent se réapproprier le processus, d’abord les six nouvelles intercommunalités, puis ensuite, la région, le département, la CCI, mais ce deuxième cercle va passer après les six nouveaux EPCI.16. »

37Par l’entremise d’une série de rencontres techniques, les différentes institutions vont entrer en négociation. Il s’agit d’une part de s’entendre sur l’identification d’enjeux communs, puis de thématiques d’interventions communes. Dans cette dynamique, les élus vont aussi être associés, même si les présidents de la CPA et de MPM restent en retrait et se contentent plutôt d’y envoyer leurs « sherpas » (DOUAY 2007).

38Comme lors de la préparation de la candidature, les acteurs économiques poussent les acteurs politiques à rentrer en dialogue et à s’entendre sur une identification commune puis une formulation de compromis quant au projet métropolitain à défendre. Sous l’impulsion d’une nouvelle présidence, la CCI de Marseille-Provence a en effet pris un rôle moteur dans la construction de coopérations métropolitaines. Les acteurs privés rappellent ainsi souvent à la sphère publique l’urgence de mettre en place de nouveaux mécanismes de régulation :

« On a moins un problème de contenu qu’un problème d’organisation pour une bonne efficacité. Les projets existent, on les connaît assez bien, ils sont identifiés. En revanche, nous avons un retard considérable en matière d’organisation collective (…) on part plus tard que les autres avec un certain handicap, non pas dans la définition des projets mais dans la méthode de gouvernance lié à ces projets17.. »

39Face à ces enjeux, la CCI souhaite peser dans le processus métropolitain afin de veiller à la qualité des stratégies qui sont développées. Par l’intermédiaire de la stratégie « Top 20 », qui vise à créer un partenariat pour hisser Marseille au 20e rang des métropoles européennes18, la CCI rappelle ses ambitions :

« Nous en tant que représentants de l’économie, on n’a pas de contingences d’ordre politique, nous n’avons pas, ni de préférences, ni de positions politiques particulières. Nous voyons que nous avons des problèmes de grande accessibilité, de structuration de notre territoire, lié à son enclavement. On constate que nous sommes absents des grands schémas européens liés toujours à l’accessibilité. Deuxième problème : nous avons des problèmes de déplacements au sein de la métropole. Et enfin, nous avons des problèmes de logement. Quand une entreprise veut s’installer ici, il faut qu’elle puisse loger ses salariés et il faut que les salariés puissent se rendre à leur travail, les frontières administratives n’émeuvent pas les salariés19. »

40Ce soutien de la CCI à la démarche métropolitaine s’inscrit en rupture par rapport au positionnement traditionnel des milieux d’affaires locaux. Associées à l’élargissement du réseau de coopération métropolitaine, ainsi qu’au mode de gouvernance de la principale institution intercommunale, ces différentes évolutions traduisent la capacité des acteurs à apprendre des uns, des autres afin d’établir de nouvelles alliances favorables à la mise en œuvre de nouveaux projets toutefois certains points de conflits persistent.

La cristallisation des conflits

41Comme toute autre politique d’aménagement de l’espace, la démarche de coopération métropolitaine ne peut s’abstraire de l’histoire locale dans laquelle elle s’inscrit. Elle hérite ainsi d’une série d’enjeux ou d’objets conflictuels (FORESTER 1987) qui peuvent freiner la dynamique de coopération mais aussi donner lieu à des tentatives de dépassement de ces situations problématiques. Dans les faits, nous observons des similarités entre les métropoles quant à ces points d’antagonismes (KUNZMANN 2004 ; MOTTE 2006) :

  • 1. Le processus d’étalement urbain avec ses effets négatifs sur les ressources naturelles, la consommation d’énergie, la ségrégation sociale ;

  • 2. les conflits qui surgissent lors de l’extension des aéroports ;

  • 3. les effets des grands centres commerciaux périphériques sur les commerces de centre ville ;

  • 4. les demandes sans fin en matière de routes pour s’affranchir de la saturation quotidienne des infrastructures ;

  • 5. la coordination des usages des sols pour construire des infrastructures de transport ;

  • 6. la division du travail dans la région urbaine ;

  • 7. la concentration spatiale des activités de loisirs commercialisées ;

  • 8. la destruction ou la pollution des paysages (urbains et ruraux) traditionnels ;

  • 9. la fragmentation spatiale et la polarisation sociale de la région urbaine, conséquence d’une érosion de la solidarité régionale et des processus économiques de marché.

Traiter du modèle de régulation

42Une première série de conflits portent sur le modèle de développement à adopter. La question de la régulation de l’usage des sols constitue un important point de conflit. Au sein de la métropole marseillaise, la forte attractivité (DOUAY 2008) couplée à une certaine rareté de l’espace disponible pour la construction fait de la planification spatiale une question très politique et délicate pour les élus :

43« dans un contexte de raréfaction du foncier pour tous les types d’usage, les arbitrages ne sont pas faciles. Aujourd’hui, en matière de régulation de l’usage des sols, les arbitrages ne sont pas faits, nous avons un système qui protège mais qui finalement n’arbitre pas réellement entre protection et développement ; la volonté de protection de la qualité de vie est une sorte de frein, on ne va pas s’en tirer éternellement en disant qu’on va reconstruire la ville sur la ville20

44Par conséquent les élus tentent d’élaborer des réponses sur leurs propres territoires sans avoir à entrer dans des processus multipartites qui les obligeraient à accepter des solutions difficilement vendables électoralement. Cette absence de discussions permet d’éluder les questions fiscales liées à la régulation de l’usage des sols, celles-ci étant au cœur des mécanismes de concurrence entre les collectivités territoriales.

45MPM se caractérise en effet par une faiblesse des ressources fiscales. Le diagnostic du SCOT note que pour la seule taxe professionnelle (TP) qui constitue la majeure partie des ressources actuelles des intercommunalités, le grand Lyon dispose d’une base totale de TP environ 2,3 fois plus importante pour un territoire 20 % plus petit que celui de MPM. Avec un taux de TP relativement proche, (19,45 % pour MPM en 2005 comparés aux 20,01 % pour le grand Lyon) à chaque fois que MPM perçoit 1 million d’euros de TP, le grand Lyon en perçoit 2,27 millions. Globalement, MPM recueille 205 millions quand le grand Lyon en perçoit 477, soit une différence de 252 millions, ce qui en deux ans correspond à la totalité du coût des travaux du tramway marseillais. Cette différence avec Lyon et les autres grandes métropoles s’explique par le découpage intercommunal qui prive MPM des principaux espaces du développement économique comme la zone commerciale de Plan de Campagne, les zones commerciales et industrielles du pays d’Aubagne et, surtout, celles des pourtours de l’étang de Berre et du golfe de Fos qui accueille la majeure partie des activités liées au port autonome de Marseille. Ainsi, la base de TP/habitants est de 1057 euros à MPM alors que celle-ci atteint 2 307 euros à la CPA et même 4 761 euros pour le SAN de Ouest Provence et 5 120 euros pour la communauté d’agglomération Ouest étang de Berre.

46Cet enjeu n’échappe pas aux principaux responsables politiques marseillais qui relèvent que l’émergence de politiques métropolitaines ne peut avoir de sens que si ce projet traite, à un moment ou à un autre, des impacts fiscaux induits par les choix d’aménagement et de développement.

Les conflits techniques : le cas de l’incinérateur

47Au-delà des conflits sur le modèle de développement, les débats se focalisent aussi sur des questions plus techniques. L’implantation d’un incinérateur sur le domaine portuaire de Fos-sur-Mer constitue de ce fait le principal point de conflit au sein du réseau d’acteurs publics de la métropole.

48La décharge d’Entressen appartient à la ville de Marseille alors qu’elle en est éloignée de 70 km. La ville y entrepose ses déchets depuis 1921 et avec près de 440 000 tonnes de déchets, cette décharge de plus de 80 hectares est l’une des plus importantes d’Europe. Conformément aux exigences européennes, l’exploitation de la décharge aurait dû cesser dès la fin de 2002. Pour faire face à cette situation, MPM propose d’investir 280 millions d’euros dans la construction d’un incinérateur situé au sein du domaine public maritime du port autonome de Marseille, sur la commune de Fos-sur-Mer (qui ne fait pas partie de MPM). Le choix technique ainsi que la localisation donnent lieu à une importante controverse politique et technique. Les débats prennent en effet une tournure très technique qui oppose les partisans de l’incinération :

« Arrêtons de dire que l’on porte atteinte à la santé des gens ! L’usine d’incinération, de tri, de méthanisation et de compostage que l’on prévoit se trouve à 10 km de Fos et à 5 km de Port-Saint-Louis du Rhône. Les procédés les plus modernes sont mis en œuvre. Toutes les études ont démontré que cette usine est indispensable pour régler le problème des ordures ménagères. Mais rien ne nous aura été épargné, dans ce domaine comme dans d’autres. Tous les recours possibles ont été utilisés. S’il s’agit de protéger une fleur subitement apparue dans la zone, on déplacera légèrement une partie du projet puisque nous avons la possibilité de le faire. (…) D’autres prétendent que l’enfouissement est préférable à la solution proposée par la communauté urbaine. Mais dès lors qu’on évoque le nom des communes qui devraient l’accepter les maires s’y opposent tous21

49Aux défenseurs de l’environnement qui mettent en avant les risques éventuels et tentent de déplacer la controverse sur le champ juridique en arguant de la présence d’une espère florale protégée sur le site. Au-delà de la controverse technique et de l’affrontement juridique qui s’est porté par deux fois jusqu’au Conseil d’État, le conflit est devenu politique, opposant classiquement la droite à la gauche, soit le centre avec Marseille et la périphérie fédérée derrière le leadership du conseil général qui mobilise ses outils avec son plan départemental d’élimination des déchets. Cette lutte a fini par prendre une tournure très médiatique avec plusieurs manifestations à Fos-sur-Mer mais aussi à Marseille où certains élus ceints de leurs écharpes tricolores ont même été molestés par les forces de l’ordre. Dans ce jeu complexe, l’État a essayé de jouer l’apaisement : « Les déchets ne sont ni de gauche, ni de droite. Ils sont devant nous. Ces projets ne sont pas inconciliables, bien au contraire22. » Néanmoins le Préfet a quand même signé le permis de construire de l’incinérateur.

50Ce conflit entre le centre et la périphérie, mais aussi entre la gauche et la droite opposant les deux principaux leaders politiques du département, a considérablement bloqué le processus de coopération métropolitaine. Dans les faits, il était devenu impossible pour J.C. GAUDIN comme pour les élus de l’Ouest de la métropole de se rencontrer sereinement. Il a donc fallu attendre septembre 2006 pour que ces différents leaders reprennent contact autour d’un petit déjeuner informel même si l’organisation officielle d’une conférence des présidents a dû attendre l’issue des élections municipales de 2008. Entre temps, le Tribunal administratif de Marseille a annulé la délibération prévoyant la Délégation de service public à la société Evéré chargé d’exploiter l’incinérateur. Depuis, le projet est dans un no man’s land juridique où la construction de l’incinérateur se poursuit (le début de l’exploitation étant prévu pour 2010) mais aucune base légale ne permet son exploitation. La nouvelle coalition gauche-droite à la tête de MPM est donc confrontée à son premier problème d’envergure.

51Dans ce conflit, la coopération métropolitaine a eu le mérite d’offrir un espace de dialogue et d’expression des oppositions entre les différentes institutions qui ont pu confronter leurs arguments. Ainsi, lorsqu’il existe des points de désaccords, la coopération peut devenir une arène pouvant déboucher sur une solution : « Les déchets, aujourd’hui, il y a un conflit, mais on est dans un espace dans lequel on peut en parler. Avant l’ACM, il n’y avait pas d’espace de rencontre, maintenant il existe23. » Dans le processus de constitution de nouvelles politiques métropolitaines, le défi est de dépasser ces antagonismes afin de les transformer en exécutoires des rivalités constitutives du territoire métropolitain et permettre alors d’engager des négociations sur le passage à l’élaboration et la réalisation de projets.

Le difficile passage aux projets

La négociation d’objectifs communs

52La formalisation du réseau de coopération métropolitaine est intervenue par l’intermédiaire de l’adoption d’un protocole d’accord servant de trame au futur projet métropolitain. Celui-ci fait état de différents objectifs. Le premier renvoie à la compétitivité de la métropole marseillaise en visant « un rayonnement international organisé et amplifié ». Le deuxième correspond à la cohésion interne du territoire métropolitain en affichant l’ambition d’« une métropole qui fonctionne ». Le troisième met en avant « une métropole où il fait bon vivre dans un cadre exceptionnel ».

53Ce protocole d’accord entre les intercommunalités est le fruit d’une ambition globale pour la métropole, mais dans les faits, la mise en œuvre de ces objectifs ne renvoie pas uniquement à la conférence métropolitaine mais plus vraisemblablement à l’ensemble des acteurs publics, parapublics et privés qui vont être amenés à y collaborer. L’apport de ce projet ne tient pas vraiment à l’identification de micro-projets ou d’opérations inédites mais plutôt à une mise en perspective des interventions de chacun afin de créer une dynamique autour d’objectifs communs. Grâce à la mise en dialogue des différents partenaires, les élus reconnaissent l’interdépendance qui les lie autour d’enjeux métropolitains qui dépassent leurs propres territoires.

54Afin de dépasser ce stade des objectifs, la conférence métropolitaine a choisi de se concentrer sur des thématiques particulières afin de faire émerger et de porter des projets spécifiques. Ce passage du projet aux projets renvoie à une dynamique d’opérationnalisation mais aussi de priorisation, notamment financière, autour de quelques thématiques :

  • Les déplacements apparaissent comme la première priorité, d’une part avec l’accessibilité extérieure et la LGV et de façon plus immédiate avec la réalisation d’un schéma des différents modes de transport. Cette identification est d’importance car elle permet d’afficher des priorités d’investissements afin de peser sur les choix effectués dans le contrat de projet État-région (CPER).

  • Le développement économique est la seconde thématique explorée. Il s’agit, d’une part, de parvenir à un soutien collectif aux pôles de compétitivité. D’autre part l’ambition est de soutenir les activités de logistique.

  • L’enseignement supérieur constitue le troisième chantier. Entre Aix et Marseille, il s’agit surtout de travailler à l’harmonisation des sites de localisation, au rapprochement des différentes institutions et aux enjeux de la vie étudiante.

  • La culture a fait l’objet d’études afin de préparer la candidature de la métropole au titre de capitale européenne de la culture en 2013.

D’une politique contractuelle à une politique processuelle

55Lors du lancement de l’ACM, la DATAR avançait la perspective d’un contrat métropolitain signé avec l’État et la région pour l’horizon 2007. La mise en œuvre de ces actions reviendrait ensuite à chacune des collectivités composant le partenariat, sur son propre territoire et en fonction de ses propres compétences. Les acteurs locaux semblaient assez sceptiques notamment après les déceptions intervenues avec les contrats d’agglomération. Face à la lenteur dans la construction des projets, ainsi qu’avec des ressources financières limitées pour le gouvernement, ce dernier a abandonné l’idée des contrats métropolitains mais a toutefois présenté une nouvelle génération de CPER.

56Ce nouveau contrat s’engage à hauteur de 1,6 milliards d’euros et fait état de différentes priorités qui correspondent aux priorités métropolitaines telles que :

« Améliorer l’accessibilité de la région et faciliter les relations internes » ; « Renforcer et promouvoir l’attractivité du territoire, l’innovation et la création d’emplois » ; « Tirer parti du processus de métropolisation et assurer développement, aménagement et solidarité des territoires ruraux » et « Optimiser la gestion des ressources naturelles, prévenir et gérer les risques. »

57Alors que les modalités de réalisation de ces grands objectifs restent floues, l’enjeu pour la coopération métropolitaine change donc de nature. Il s’agit maintenant de peser sur ce processus partenarial de mise en œuvre à la fois en amont et en aval dans une action que l’on pourrait qualifier de lobbying. La coopération métropolitaine marseillaise illustre bien le dépassement du modèle traditionnel de planification pour se concentrer sur l’articulation des acteurs et de leurs ressources. Le projet métropolitain n’est plus là pour son débouché réglementaire mais plutôt pour sa capacité à construire des consensus entre les différents réseaux d’acteurs (PINSON 2005). L’objectif de la coopération ne tient plus à la signature du contrat mais à l’élaboration du projet pour les consensus qu’il peut dégager et pour les processus qu’il peut ainsi enclencher :

 « La coopération métropolitaine apparaît ainsi comme une politique procédurale24 ou constitutive25. Sous ces expressions, il s’agit, au-delà du contenu, d’insister sur le caractère processuel des politiques. Ce sont davantage des cadres d’action que de réels programmes. Elles sont élaborées afin de favoriser la résolution des problèmes en invitant les acteurs concernés à produire eux-mêmes une solution basée sur le compromis. » (MÉVELLEC, DOUAY 2007: 216).

58Cette dimension processuelle souligne la dynamique d’apprentissage qui accompagne la constitution de politiques métropolitaines. Dans ce sens, la valeur ajoutée du projet métropolitain rebondi vers d’autres projets à l’image du plan Campus.

Le plan Campus

59Le plan campus a été annoncé en janvier 2008 par le ministère de l'Enseignement supérieur. Il a pour objectif de faire émerger en France dix pôles universitaires d'excellence de niveau international. Dès l’annonce de cette opération, les universités d’Aix-Marseille, en plein processus de fusion dont la date est fixée à la rentrée 2010, ont fait part de leur intention de répondre à cet appel à projet.

60Axé autour de différents grands campus, le projet était présenté conjointement par les trois universités d’Aix-Marseille. Le projet a pour ambition d'accompagner la stratégie de développement d'Aix-Marseille Université dans les 20 prochaines années en affichant très clairement des priorités thématiques par site géographique et en réalisant un phasage des différentes opérations. Malgré le ratage du premier tour, les trois administrations ont continué de travailler pour améliorer le projet afin de répondre aux demandes du comité et du ministère. Finalement, à l’issue du second tour, la candidature d’Aix-Marseille a rejoint la liste des dix lauréats.

61Pour la première fois tous les acteurs du site d'Aix-Marseille : les universités, les écoles publiques et privées, le rectorat, les EPST, le CROUS, le conseil régional, le conseil général, les municipalité d'Aix et de Marseille, MPM, la CPA et la CCI sont unis dans une ambition commune.

62Dans cette dynamique d’apprentissage, les différents acteurs n’ont pas eu une conscience égale de la nécessité de ce projet ou en tout cas des concessions que cela pouvaient impliquer. Ainsi, lors de la constitution du dossier, les élus aixois ont semblé avoir peur de ce processus et ont tenté un moment de se replier afin de défendre leurs intérêts particuliers. Le soutien des acteurs économiques et de la société civile, de même que l’engagement des différentes responsables universitaires ont poussé les élus à accepter le processus en cours, tant pour le plan campus que pour la fusion des universités. Toutefois, il convient de noter que l’engagement financier des collectivités locales n’est pas vraiment formel (comme cela a pu être le cas dans d’autres villes comme à Montpellier où la Région s’engage à apporter à l’opération 50 % de financements supplémentaires à l’engagement financier de l’État), à l’exception bien sûr des crédits qui sont affichés dans le CPER. Le dossier du plan campus démontre que les différents acteurs n’apprennent pas tous au même rythme, toutefois la dynamique collective peut permettre aux meilleurs élèves d’entraîner les plus retardataires dans leurs avancées.

Marseille 2013

63Les processus d’apprentissage des politiques publiques butent souvent sur des questions identitaires qui se focalisent autour des éléments de langage. Le choix du nom du réseau métropolitain lors de la candidature auprès de la DATAR avait donné lieu à une polémique. À l’époque du côté des aixois, il s’agissait surtout de s’opposer aux hypothétiques tentations hégémoniques de Marseille.

64Les enjeux identitaires se sont donc naturellement manifestés dans le cadre de la candidature de Marseille au titre de capitale européenne de la culture pour l’année 2013. Cette dynamique est née à Marseille et s’inscrivait dans la lignée de la candidature marseillaise à l’organisation de la Coupe de l'America (PERALDI, SAMSON 2005). Toutefois, de par l’importance des fonctions culturelles aixoises, elle a en partie ravivé les tensions entre les deux villes. En effet, l’union européenne attribue le titre à une ville, mais elle permet « l’association de la région environnante », aussi une candidature de « Marseille-Aix » ne pouvait pas être entièrement recevable. La ville de Marseille a précisé qu’elle « souhaite associer pleinement sa région à cette démarche » et après de nombreuses discussions, Aix-en-Provence a fini par s’y associer.

65En septembre 2008, Marseille a été officiellement désignée (face à Bordeaux, Lyon et Toulouse), capitale européenne de la culture en 2013. Le projet axé sur les relations entre l'Europe et les pays de la Méditerranée s'inscrit dans la droite ligne du projet d'Union pour la Méditerranée du président de la République. Le succès marseillais doit beaucoup à son « directeur de campagne » : B. LATARJET. L'ancien haut-fonctionnaire a su fédérer et mobiliser autour de lui à la fois les acteurs culturels mais également les hommes politiques. Il a notamment poussé ces derniers à jouer le consensus lors de la venue du jury. L'implication des acteurs économiques a sans doute pesé dans la balance et rassuré le jury sur la capacité de la ville de Marseille, financièrement très limitée, à mobiliser autour d'elle. Par ailleurs, le dossier s'appuyait sur des projets culturels en cours, comme le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MUCEM), pour limiter le budget de la candidature. À l’image du plan campus, le succès de la candidature marseillaise doit au rassemblement des principaux leaders politiques et économiques, ainsi que de la société civile. De même que pour le plan campus, les élus se retrouvent emportés par la dynamique des autres acteurs du système.

66Marseille 2013 peut espérer reproduire le succès de l’expérience lilloise. En effet, après avoir présenté sa candidature à l’organisation des JO de 2004, Lille s’est vue décerner le titre de capitale européenne de la culture pour l’année 2004. Le bilan de cette manifestation est particulièrement positif avec 9 millions de participants pour 2 500 fêtes, expositions et manifestations en tout genre.

67Finalement Marseille 2013 tout comme le plan campus révèlent que le succès dans la formulation de projet encourage les acteurs impliqués dans l’émergence de ces politiques métropolitaines à poursuivre leurs efforts. Le rassemblement au sein d’une même logique de projet entraîne alors même les plus réticents. Sous l’effet de l’atteinte de premiers objectifs, ils n’ont plus d’autres choix que de poursuivre leurs apprentissages. Par cette dynamique, la métropole marseillaise tend à se constituer en acteurs collectifs (LE GALES 2003) afin d’inventer de nouvelles capacités d’actions collectives pour de dépasser la pluralisation des espaces politiques et pérenniser de nouveaux mécanismes de gouvernance.

Conclusion

Vers un mode de gouvernance plus rassembleur

68La période qui s’est ouverte depuis les élections municipales de mars 2008 s’annonce comme le temps d’une importante transition. J.C. GAUDIN entame son troisième mandat et alors que celui-ci est probablement le dernier, il n’a pas réussi à imposer son candidat (R. MUSELIER) à sa succession à MPM. E. CASELLI, le candidat du PS, a été élu alors qu’il ne dispose pas d’une réelle majorité. Cette élection témoigne à la fois de dissensions au sein de la droite marseillaise et de méfiances de la part des communes périphériques envers la commune-centre.

69Aujourd’hui une nouvelle coalition droite-gauche est apparue et gère l’institution intercommunale, en dépassant le mode d’organisation précédent qui s’appuyait surtout sur la légitimité mayorale. À l’échelle de la coopération métropolitaine, le règlement des questions les plus délicates, comme l’incinérateur, met à dure épreuve cette coalition. Toutefois, la présence de la droite et de la gauche, ainsi que des proches des principaux leaders (J.C. GAUDIN, J.N. GUÉRINI), donnent les conditions aux élus pour élaborer des compromis. Cette évolution du mode de gouvernance de la région urbaine rapproche la situation marseillaise de celles de nombreuses métropoles qui fonctionnaient déjà par l’intermédiaire de ce mode de leadership transactionnel26 (BARAIZE, NEGRIER 2003 ; SMITH, SORBETS 2003).

70Dans la perspective de la construction d’un mode de gouvernance plus rassembleur l’émergence de nouvelles politiques métropolitaines doit permettre de rassembler les différents acteurs afin qu’ils dépassent leurs antagonismes :

« Les bons objectifs sont, par conséquent, ceux qui permettent de stabiliser un consensus. » (PINSON 2002: 246).

71Dans cette perspective, la construction des stratégies spatiales et des stratégies d’acteurs doivent être intimement liées (PINSON 2005: 209). Dès lors, la formalisation du projet peut devenir un outil d’apprentissage du travail collectif métropolitain. Cette logique s’inscrit au sein de l’approche collaborative en matière de planification :

« In the ideal of collaborative planning, stakeholders representing the differing interests meet for face-to-face dialogue and collectively work out a strategy to address a shared problem. Participants work through joint fact finding and agree on a problem, mission, and actions. The players learn and co-evolve. Under the right conditions, this dialogue can produce results that are more than the sum of the parts. » (INNES, GRUBER 2005: 183)

72L’objectif, mais aussi toute la difficulté, de la planification collaborative consiste alors à générer et maintenir des consensus par l’intermédiaire d’une bonne interaction au sein d’un grand rassemblement d’acteurs pour qu’ils puissent apprendre et progresser ensemble dans leurs apprentissages des politiques métropolitaines :

« The complex interactions and communications of policy making are themselves part of the outcome, as they change the participants and the participants’ actions and reactions. » (INNES 1998: 53)

Les zones d’ombres de l’émergence des politiques métropolitaines

73Le tournant vers des politiques métropolitaines plus collaboratives n’est pas aisé (HEALEY 1997 ; HEALEY 2006) et comporte donc quelques zones d’ombre. Le passage vers l’action avec la mise en œuvre de politiques métropolitaines est possible mais les acteurs choisissent souvent d’éviter ou de contourner les questions les plus conflictuelles. À Marseille, comme dans de nombreuses métropoles, il y a ainsi une difficulté à traiter la question de la régulation de l’usage des sols, à discuter du modèle de développement à adopter, à traiter des aspects redistributifs (économiques, sociaux, fiscaux,…) de l’aménagement du territoire ou encore de la localisation et de la réalisation d’équipements métropolitains potentiellement conflictuels (l’incinérateur ou les lignes de trains,…). Ces objets de conflit correspondent aux dimensions traditionnellement traitées par la planification rationnelle, mais aussi aux limites que celle-ci a pu rencontrer dans sa mise en œuvre.

74Ces difficultés illustrent le peu d’intérêt qu’éprouvent les acteurs à s’engager dans des démarches métropolitaines centrées sur l’espace. Ils tentent au contraire de contourner cette pratique traditionnelle pour développer des approches plus stratégiques plutôt centrées sur les questions de développement territorial (par exemple avec des stratégies évènementielles). L’approche par les projets qui caractérise ce modèle de planification a toutefois la faiblesse de porter un regard partiel sur le territoire, en ignorant son exhaustivité pour se concentrer sur des objets de planification bien précis, rendant ainsi assez improbable l’arrimage entre l’aménagement et le développement.

75L’étude du cas marseillais permet de mettre en valeur différentes dynamiques d’apprentissage et d’émergence des politiques métropolitaines. Cet apprentissage renvoie notamment aux formes de l’injonction, du conflit, de la négociation ou encore de la réalisation. Cela permet aux acteurs d’élaborer et de mettre en œuvre des projets.  Cet apprentissage apparaît de ce fait comme un cycle, à l’image de celui des politiques publiques (MULLER, SUREL 1998 ; MULLER 2003). L’étendue mais aussi la prégnance des enjeux métropolitains, nous rappellent cependant qu’il s’agit là d’un processus dynamique. Cela implique nécessairement de poursuivre l’apprentissage des acteurs en développant de nouveaux dispositifs d’échanges et d’interactions, afin de créer des normes et des visions d’actions communes pour préciser les stratégies métropolitaines futures. Dans ce sens, l’approche collaborative qui vise la construction d’un réseau métropolitain d’acteurs est donc la seule voie possible pour construire et réaliser un projet métropolitain.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALVERGNE C., TAUTELLE F., 2002, Du local à l'Europe. Les nouvelles politiques d'aménagement du territoire, Paris, PUF.

BARAIZE F., E. NEGRIER (eds.), 2001, L’invention politique de l’agglomération, Paris, L’Harmattan.

BARAIZE, F., E. NEGRIER, 2003, "Un chemin vers le leadership. Le leadership politique et le territoire, les cadres d'analyse en débat", in : A. SMITH, C. SORBETS, Le leadership politique et le territoire, les cadres d'analyse en débat, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 187-206.

BASSAND M., 2004, La métropolisation de la Suisse, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

CAILLOSE J., 1994, Intercommunalité : Invariance et mutations du modèle communal français, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

D’AIX, C. D. P., 2003, Projet d’agglomération, Aix-en-Provence, CPA.

DA SILVA J., N. DOUAY et al., 2007, "La genèse d'un projet métropolitain improbable : Marseille-Aix. Les agglomérations françaises face aux défis métropolitains", in : A. MOTTE, Les agglomérations françaises face aux défis métropolitains, Paris, Économica, 80-96.

DAHL R. A., 1998, On democracy, New-Haven, Yale University Press.

DATAR, 2004, Pour un rayonnement européen des métropoles françaises – Appel à coopération métropolitaine, Paris, DATAR.

DE GAUDEMAR J.-P., 1990, SAM 3 ou l’esquisse d’une métropole euro-méditerranéenne ? Compte-rendu d’une mission exploratoire pour l’élaboration d’un nouveau schéma d’aménagement de l’aire métropolitaine d’Aix-Marseille.

DE ROO P., 1992, Livre blanc : l’aire métropolitaine marseillaise ou la métropole éclatée, Paris, DATAR.

DONZEL A. (ed.), 2001, Métropolisation, gouvernance et citoyenneté dans la région urbaine marseillaise, Paris, Maisonneuve et Larose.

DOUAY N., 2003, Dynamiques métropolitaines et politiques intercommunales d'aménagement de l'espace : le cas d'Aix-en-Provence, Aubagne et Marseille, mémoire de DEA, A. Motte (dir.), université Paul Cézanne, 137 p.

DOUAY N., 2006, "L’émergence d’une coopération métropolitaine dans l’aire urbaine marseillaise", TRAS 2005: 78-90.

DOUAY N., 2007, La planification urbaine à l’épreuve de la métropolisation : enjeux, acteurs et stratégies à Marseille et à Montréal, thèse de doctorat, A. Motte, M.O. Trépanier (dir.), université Paul Cézanne et université de Montréal, 396 p.

DOUAY N., 2008, "Quand l’attractivité devient un problème : le cas du Pays d’Aix"  in : D. Pinson (dir.), Métropoles en France et au Canada, Dynamiques, politiques et cultures, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 103-116.

DOUAY, N. (ed.), 2009, La Méditerranée à l'heure de la métropolisation, Paris, PUCA-OTM.

DURAN, P., J.-C. THOENIG, 1996, "L'Etat et la gestion publique territoriale," Revue française de science politique, Vol. 46, No. 4, 580-623.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

FORESTER J., 1987, "Planning in the Face of Conflict: Negociating and Mediation Strategy in Local Land Use Regulation," Journal of American Planning Association, Vol. 53, No.3, 303-314.
DOI : 10.1080/01944368708976450

HEALEY P., 1997, Collaborative Planning, Shaping Places in Fragmented Societies, Vancouver, University of British Columbia Press.

HEALEY P., 2006, Urban Complexity and Spatial Strategies: a relational planning for our times, London, Routledge.

INNES J. E., 1998, "Information in Communicative Planning," Journal of the American Planning Association, Vol.64, No.1, 52-63.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

INNES J. E., J. GRUBER, 2005, "Planning Styles in Conflict, The Metropolitan Transportation Commission," Journal of the American Planning Association, Vol.71, No.2, 177-188.
DOI : 10.1080/01944360508976691

JOUVE B., C. LEFEVRE (eds.), 2002, Métropoles ingouvernables Les villes européennes entre globalisation et décentralisation, Paris, Elsevier.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KUNZMANN K., 2004, "An agenda for Creative Governance in City Regions," DISP Vol.158, No.3, 2-10.
DOI : 10.1080/02513625.2004.10556887

LACOUR C., S. PUISSANT (eds.), 1999, La métropolisation. Croissance, diversité, fractures, Paris, Économica.

LASCOUMES P., P. LE GALÉS (eds.), 2005, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

LE GALES P., 2003, Le retour des villes en Europe, Paris, Presses de Sciences Po.

MÉVELLEC A., N. DOUAY, 2007, "De la coopération intercommunale à la coopération métropolitaine : changement de paradigme dans l’aménagement du territoire à la française" in : J.P. Collin, M. Robertson (dir.), Le gouvernement des métropoles : enjeux et portraits des expériences sur quatre continents, Québec, Presses de l’Université Laval, 203-225.

MORICONI-EBRARD, F., 1996, L’urbanisation du monde, Paris, Economica.

MOTTE, A., 2006, La notion de planification stratégique spatialisée en Europe (1995-2005), Paris, PUCA, Ministère de l’Équipement.

MOTTE A. (ed.), 2007, Les agglomérations françaises face aux défis métropolitains, Paris, Economica.

MULLER P., 2003, Les politiques publiques, Paris, Presses universitaires de France.

MULLER P., Y. SUREL, 1998, L'analyse des politiques publiques, Paris, Montchrestien.

OLIVE, M., J.-P. OPPENHEIM, 2001, "La Communauté urbaine de Marseille. Un fragment métropolitain. L’invention politique de l’agglomération", in : F. BARAIZE, E. NEGRIER, L’invention politique de l’agglomération, Paris, L’Harmattan, 31-66.

PACA I., 2002, Atlas des métropolitains de la région urbaine de Marseille-Aix-en-Provence, tome 1, Le territoire, Marseille, INSEE.

PERALDI M., M. SAMSON, 2005, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais, Paris La découverte.

PIERSON P., 1993, "When Effect Becomes Cause. Policy Feedback and Political Change." World Politics, Vol.45, 595-628.

PINSON G., 2002, "Des villes et des projets. Changement dans l’action publique et institutionnalisation de nouveaux territoires politiques" in : J. FONTAINE, P. HASSENTEUFEL (dir.), To change or not to change ? Les changements de l’action publique à l’épreuve du terrain", Rennes, Presses universitaires de Rennes, 233-254.

PINSON G., 2005, "Le projet urbain comme instrument d’action publique. Gouverner par les instruments", in : P. LASCOUMES, P. LE GALÉS, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po, 199-233.

RONCAYOLO M., 1990, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

ROZENBLAT, C., P. CICILLE, 2003, Les villes européennes. Etude comparative, Paris, La Documentation Française, DATAR.

RUSK D., 1993, Cities without suburbs, Washington, DC, Woodrow Wilson Center Press.

SALET, W., A. THORNLEY et al. (eds.), 2003, Metropolitan governance and spatial planning, comparative case studies of european cities, London, Spon Press.

SMITH A., C. SORBETS (eds.), 2003, Le leadership politique et le territoire, les cadres d'analyse en débat, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

VELTZ P., 1996, Mondialisation, Villes et Territoires. L’économie d’archipel, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1  Pour les soins d’une thèse de doctorat, l’étude du cas marseillais a été réalisée dans le cadre d’une comparaison avec le cas montréalais (Canada).

2 Entretien avec un fonctionnaire de la DDE, le 23 janvier 2006.

3  Intervention lors du colloque Projet métropolitain & cohérences territoriales: le cas de l'aire urbaine Marseille-Aix, organisé par l'IAR du 21 au 24 janvier 2003.

4  Entretien avec un fonctionnaire de la DDE, le 23 janvier 2006.

5  Entretien avec C. VALLETTE président de la commission aménagement de MPM, le 22 février 2006.

6  Entretien avec C. VALLETTE président de la commission aménagement de MPM, le 17 avril 2003.

7  GHB souhaitant établir un SCOT avec les communes désirant rejoindre la communauté d'agglomération.

8  Idem.

9  Aujourd'hui remplacé par la Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT).

10  Cité dans la Provence du 4 décembre 2004.

11  Cité dans la Marseillaise du 4 décembre 2004.

12  Cité dans la Marseillaise du 4 décembre 2004.

13  Lettre du président de GHB au président de MPM, 29 novembre 2004.

14  Entretien avec un technicien de l’EPAD, le 09 février 2006.

15  SGAR/préfecture 13, Avis de l’État sur la candidature de MPM et de la CPA à l’appel à projet « coopération métropolitaine », 30 juin 2005.

16  Entretien avec un technicien de MPM le 30 janvier 2006.

17  Entretien avec L. OLOCIO, 1er vice président de la CCI, le 20 février 2006.

18  L’étude de la DATAR sur les villes européennes faisant apparaître Marseille à la 23e place.

19  Entretien avec L. Olocio, 1er vice-président de la CCI, le 20 février 2006.

20  Entretien avec un technicien de MPM, le 30 janvier 2006.

21  J.-C. GAUDIN, président de MPM, cité dans la Provence du 1er septembre 2006.

22  C. FRÉMONT, Préfet de région, cité dans l’Hebdo de Marseille du 21 décembre 2005.

23  Entretien avec un technicien de la CPA, le 22 février 2006.

24  Lascoumes P., Lebourhis J.-P., 1998, "Le bien commun territorial. Identité d’action et procédures", Politix, no. 42, 37-66

25  Duran P., Thoenig J.-C., 1996, "L’État et la gestion publique territoriale", Revue française de Science politique, vol. 46, no. 4, 580-623.

26  Reposant sur un échange entre acteurs, à l’inverse du leadership transformationnel qui s’appuie sur la capacité d’un leader à fédérer un ensemble d’acteurs autour de lui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Douay, « L’émergence des politiques métropolitaines marseillaises : entre conflits et apprentissages », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 459, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 02 décembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/22347 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22347

Haut de page

Auteur

Nicolas Douay

Post-doctorant au Centre d’études français sur la Chine contemporaine (Hong Kong)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page