Navigation – Plan du site
2009
451

L’intérêt géographique de la logique de S. Lupasco et de la théorie de la néoténie : proposition d’un crible transdisciplinaire pour l’étude de la résilience des géosystèmes urbains

A transdisciplinary screening frame for studying the resilience of urban geosystems: Lupasco’s contradictory antagonistic logic and Bolk’s neoteny theory as geographical tools
Henri Reymond

Résumés

Cet article propose le regroupement d’un questionnement géographique sur les systèmes spatiaux autour d’un schéma cybernétique transdisciplinaire. Celui-ci est organisé en révélateur construit sur la logique antagoniste contradictoire de S. Lupasco et rassemble la médiance de A. Berque, les structures dissipatives de I. Prigogine et l’énaction de F. Varela. Ce crible permet de comparer les significations de la résilience concrète du M’zab appuyée sur le seul contrôle de l’eau et celles du système-monde évaluées selon l’indication conceptuelle de l’empreinte écologique. On aboutit à la nécessité heuristique de séparer une auto-organisation cybernétique faible par combinaisons d’une auto-organisation forte par bascules interactives. Un guide est ainsi proposé à la recherche géographique, guide qui va jusqu’à suggérer une modélisation conséquente à expérimenter. En jonction avec cette construction, il est suggéré d’ébaucher à partir de la néoténie de L. Bolk, une théorie géographique de l’anthropogenèse assumant l’hypothèse qu’Homo sapiens sapiens est principalement un Homo geographicus.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article présente un essai d’approfondissement de l’excellente synthèse de C. Aschan-Leygonie [2000] sur la résilience des systèmes spatiaux. Il examine comment les concepts de rétroactions, de structures dissipatives, de contradictions antagonistes, de fractalités, ne se constituent pas en pistes séparées mais permettent, utilisées en coordination transdisciplinaire, une interprétation fructueuse de l’interaction entre écosystème et géosystème ; il s’appuie pour cela sur deux modèles urbains retenus comme archétypes après avoir précisé en amont leur intégration dans une interprétation géographique de la logique de S. Lupasco. Celle-ci, par rapport à la logique classique du tiers exclu, fonctionne selon le tiers inclus. Elle admet l’existence de phénomènes antagonistes contradictoires, c’est-à-dire qui peuvent s’équilibrer, se stationnariser l’un l’autre puisqu’ils ne réclament pas dans leur existence logique la suppression du phénomène inverse ; elle admet une position qui leur est tierce à l’un et à l’autre.

2Concrètement, cela rejoint l’idée qu’un écosystème n’est pas l’inverse absolu d’un géosystème, un biosystème d’un anthroposystème, puisque Homo sapiens sapiens, présent dans l’un et dans l’autre, est partie intégrante de ces deux manières d’exprimer sans contradiction absolue le rapport nature/culture. L’écosystème contient donc toujours un germe de géosystème (qui n’est pas l’anthroposystème), le géosystème garde en lui la logique de l’écosystème dont il dépend. Cet article précisera, à travers l’association de la logique de S. Lupasco et de la logique cybernétique, appareillées des conclusions de l’analyse quantitative, le problème de la résilience actuelle résultant de l’opposition dynamique écosystème/géosystème. Une nouveauté : la néoténie.

Problématique et épistémologie

  • 1  On admet comme acquis l’importance des concepts d’auto-organisation [Pumain, 1989], de synergie [S (...)

3Nous allons examiner l’intérêt que peut présenter une logique du tiers inclus1 : qu’apporte en plus le fonctionnement et l’analyse de système que la formalisation de S. Lupasco [Lupasco, 1951] propose à notre discipline ? Il semble qu’elle s’articule en deux volets quant à la facilité d’intégration à la géographie.

La logique ternaire de S. Lupasco et le problème écosystème-géosystème

  • 2  Effecteur cybernétique : pour l’utilisation de ce vocabulaire nous renvoyons à J.B. Racine et H. R (...)

4Le premier volet nous permet de construire un effecteur cybernétique2 à tendance ou à constance qui, au-delà d’une logique statique régissant des phénomènes totalement séparés par le principe du Tiers exclu, propose une logique dynamique de l’événement. L’événement remplace l’élément : il introduit explicitement le temps dans notre compréhension du monde. Tout phénomène est un phénomène que nous saisissons dans la vitesse de son déroulement, pour ainsi dire en cours de route. Nous l’immobilisons, le solidifions, de façon à pouvoir – comme le dit judicieusement A. Berque [Berque, 1990] – le prédiquer ; c’est-à-dire lui donner des qualités, des propriétés qui le définissent en liaison cognitive et opérationnelle avec nous. Ainsi transformer l’événement en élément est plus commode. S. Lupasco utilise l’événement. Un crible cybernétique doit donc proposer des mouvements à notre raisonnement. Cela offre une tout autre information, comme nous allons le voir sur l’exemple suivant.

5H. Isnard a montré les différences et les liaisons existant entre écosystème et géosystème [Isnard, 1981 ; 1978]. On part ainsi de leurs imbrications et de leurs contradictions planétaires en opposant géosystème-monde et écosystème-monde [Brunet, 1990 ; Dollfus, 1990], le premier étant saisi dans son extension actuelle à travers une mesure approximative, l’empreinte écologique.

Figure 1 : Schéma cybernétique sans couplage interactif

6Placer ces deux concepts à l’entrée d’un schéma cybernétique (figure 1) indique bien leur opposition en logique classique de l’élément, mais ne traduit pas un processus plus essentiel à la signification exacte du schéma. Le géosystème ne se construit que par ponctions continues de l’entropie basse [Forsé, 1989 ; Reymond, 1998] de l’écosystème : il ne s’agit pas de deux entités séparées mais de deux entités jointes dans un processus dynamique d’échange d’énergie dont Homo sapiens sapiens, événement de l’écosystème, est le vecteur de transformation. L’entrée du schéma cybernétique devrait donc indiquer et représenter qu’il s’agit de deux processus antagonistes contradictoires en interaction dans une suite d’événements plus ou moins bien repérables, ce que ne fait pas le schéma ci-dessus. C’est pour cela que S. Lupasco propose ce que nous présentons comme un deuxième volet qui, épistémologiquement, est plus sujet à controverse, et demande plus d’explications mais qui nous paraît pertinent.

7Ce deuxième volet implique une interprétation des suites d’événements qui se présentent à notre investigation. Il s’agit, au cœur de ce monde selon Héraclite, de la triade dure qui en commande les mouvements perpétuels : la théorie ternaire de l’actualisation/potentialisation [A/P], entre un événement énergétique, e, et son contradictoire antagoniste, ē. Nous en avons déjà suggéré [Reymond, 1981] une transposition géographique au sujet de la contradiction espace étendue selon les tables de vérité classique et ternaire (figure 2a) qui sont modifiées pour exprimer l’opposition écosystème/géosystème (figure 2b).

Figure 2 : Tables de vérité classique et ternaire

8Que signifie la table ternaire de vérité en ce qui concerne la construction d’un crible cybernétique ? Il faut y introduire l’aboutissement d’une des interactions logiques qu’exprime l’état T, résultat des séquences qu’impriment au système les dynamiques antagonistes des potentialisations actualisations de e et de ē du géosystème et de l’écosystème. En amont explicite pour S. Lupasco, tout phénomène observable est dérivé d’une énergie potentielle enfermée dans une matérialité hétérogène actualisée en une matière donnée à notre observation. Cette actualisation serait une marche vers l’homogène, c’est-à-dire vers le désordre entropique si elle n’était pas "bloquée" au niveau où elle existe et où nous la voyons, par une potentialisation/actualisation opposée contradictoirement antagoniste, qui la maintient dans sa forme matérielle sans la détruire, et donc, ce faisant, l’oblige à s’organiser en constructions successives (figure 3).

Figure 3 : Actualisation et entropie

  • 3  Ou de la réévaluer en utilisant la thèse d’épistémo-logique cartographique très fouillée de M. Cos (...)

9Cette série d’équilibrages, dans un sens ou dans l’autre, peut aboutir à l’état T, maximum de contradiction, où les deux antagonismes opposés sont d’autant plus résilients qu’ils sont plus contraints. C’est le passage, au-delà de l’exclusion réciproque, vers une meilleure appréhension de l’observable du monde où, complétée par la prise en compte de l’incertain et/ou de l’imprécis, la logique ternaire pourrait alors s’ouvrir à celle des ensembles flous3. Avec celle-là, on obtient trois relations possibles pour un même couple d’oppositions (figure 4).

Figure 4 : États potentiels d’un couple d’oppositions antagonistes contradictoires

10Ce schéma devra être exprimé dans l’écorché cybernétique correspondant. On voit le saut épistémologique que réclame, par rapport au premier volet, ce deuxième pan de la construction lupasquienne héritière très différente et personnalisée des dialectiques hégélienne et marxiste. Il ne s’agit rien moins que d’une interprétation du monde. Impossible de juger sur le fond. On ne peut que se demander si les schémas logiques construits à partir d’elle peuvent aider à la réflexion et, au sens profond de tirer des plis, à l’explication scientifique.

11Les problèmes épistémologiques qui découlent des positions de S. Lupasco, si on peut proposer des réponses, ne sont pas évidents dans les questions mêmes qu’ils soulèvent. On se trouve en présence d’un postulat, donc d’une affirmation à accepter sans preuve – S. Lupasco lui-même le dit –, commandant des axiomes, c’est-à-dire d’autres postulats en fait, ayant, à nos yeux, une valeur heuristique d’hypothèse, c’est-à-dire de proposition provisoire d’explication. Le potentiel énergétique, dont on ne connaît pas l’origine, pas plus que ce qu’est l’énergie, est forcément enrobé dans un paquet matériel hétérogène, puisque sans cette forme de "retenue" nous ne pourrions pas l’observer.

La logique de S. Lupasco et la théorie de la néoténie

12Observer : la logique de S. Lupasco traduit par l’actualisation énergétique la prise en compte d’un phénomène observable. Elle s’insère dans le matériel ; c’est pourquoi la jonction avec la théorie biologique de la néoténie est possible.

Logique et phénoménologie

  • 4  Cela ne l’empêche pas d’être différent d’un arbre, d’un singe qu’il tue à la sarbacane. Tous deux (...)

13Quelle que soit son explication, l’hétérogène énergétique est, nous l’avons vu, la pierre d’angle épistémologique de toute la systémogénèse (système de système de système, etc. à résilience cybernétique d’échelles spatio-temporelles) de S. Lupasco. Ce dernier précise que rien ne peut venir de ce qui est déjà homogène, c’est-à-dire qui ne comprend que des événements appartenant à un même système logique. Il faut comprendre : "ce qui ne possède aucune dissymétrie dynamique oppositionnelle". Le mot dynamique est extrêmement important. Ainsi, un "homme-nature", événement d’un écosystème amazonien, a le même "dynamisme homogène" que sa forêt, sa faune, sa flore ; il ne leur est en rien antagoniste ; comme eux, il craint les hommes civilisés adversaires, eux, du système homogène qu’il forme avec sa forêt4.

14L’homme "dénaturé", qui assume mal son homogénéité, se détruit en détruisant le dynamisme événementiel dans lequel plonge le sien, comme le montrent bien les nombreux exemples analysés par J. Diamond [Diamond, 2006] dans "Effondrement".

15Précisons un peu plus à ce sujet le sens d’événement, tellement variable selon les auteurs, dans le contexte qui nous occupe.

16Il importe d’abord qu’on indique bien que ce sont les termes liés "potentialisation/actualisation" qui vont constituer l’événement ; qu’on admette ensuite que les concepts logiques sont utilisés pour asseoir le raisonnement mais qu’ils représentent aussi des entités observables phénoménologiques. Quand S. Lupasco parle d’un potentiel énergétique, nous sommes en géographie conduits à repérer un complexe énergétique matériel hétérogène localisé parce que nous n’appréhendons l’énergie que sous ces différentes formes connues ; complexe qui s’actualise en événements dans une diversité de phénomènes que nous cherchons à relier à ce potentiel, qu’il faut lui-même expliquer si l’on peut. À condition d’opérer ce transfert de la logique vers la géographie (ou une autre science), nous pouvons coller nos hypothèses au postulat et aux axiomes de S. Lupasco : fondamentalement nous devons exprimer le fait que deux forces antagonistes contradictoires doivent être liées l’une à l’autre pour interagir selon une mémoire des états antérieurs.

17Arrimé à cette problématique, un système cybernétique intégrant la logique ternaire, fondamentalement différent de celui de la figure 1, peut se présenter ainsi (figure 5).

Figure 5 : Schéma cybernétique à bascule (couplage interactif)

18Ce schéma met en évidence à l’intérieur de l’effecteur la croisée des deux énergies antagonistes qui, par rétroaction conjuguée, se contrôlent l’une l’autre en un "couplage viable" [Varela, 1989] . Nous retiendrons pour ce type de montage l’expression d’effecteur à bascule, le terme bascule étant transféré de l’électronique numérique.

19La résilience apparaît alors si l’on accepte l’existence, en continuant à chausser les lunettes de S. Lupasco, de la conjonction processuelle du (des) dynamisme(s) de (des) écosystème(s) et du (des) dynamisme(s) de (des) géosystème(s). Nous savons que cette résilience qu’il faut construire est associée à l’état T, contradiction maximum, génératrice d’un ordre conjugué antagoniste et, je rajoute, dissipatif, dont, à l’intérieur de l’état T, au-delà de S. Lupasco mais dans sa ligne de pensée, il faut trouver la combinaison logique applicable à la (aux) diversité(s) locale(s) de la mondialisation en cours ; diversité qui en est la richesse et l’obstacle majeur.

20Cette opposition hétérogène/homogène implique en logique classique binaire statique, pour des éléments appartenant exclusivement à chacune de ces deux catégories, une impossibilité de communication entre eux. La logique dynamique ternaire d’événement le permet. Voici ce qu’écrit S. Lupasco : "Pour que les dynamismes puissent être antagonistes, il faut que leur nature énergétique participe à la fois de l’homogène et de l’hétérogène, qu’ils veuillent en sorte se rapprocher, se fuir, se confondre et s’exclure, qu’ils soient contradictoires". Nous suggérons d’indiquer explicitement cette obligation par l’équation de base de S. Lupasco en adoptant le symbolisme équationnel suivant :

21Sans changer en rien les équations, cette formalisation indique explicitement la liaison logique/physique.

Logique et néoténie

22Hétérogène et homogène sont une nécessité logique, certes, mais qui d’après la théorie de la néoténie [Bolk, 1926 ; Dufour, 1998 ; Sloterdijk, 1999, 2000] se trouve réalisée biosociologiquement dès les premiers groupes d’Homo sapiens sapiens que nous connaissons, seuls mammifères à ne pas naître anatomiquement et physiologiquement complets. Les interprétations de la néoténie sont encore très variées. Nous nous rallions, pour l’instant, à celle de J.H. Reichholf [1990, p. 206 et sq.].

  • 5  Comme nous sommes des "devenant-humains".
  • 6  Ces deux phrases sont typiques de la construction de F. Varela. Pour lui, nous sommes des êtres no (...)

23Nous examinerons plus tard cette idée dans le cadre critique de la théorie de l’évolution. Pour l’instant, nous ne désirons que montrer comment la néoténie assoit, dans le concret, approches logiques et approches philosophiques. Sur ce dernier point, M. Merleau-Ponty [1978] nous paraît résumer le mieux ce qu’implique cette position : "Il est impossible de superposer chez l’homme une première couche de comportements que l’on appellerait "naturels" et un monde culturel ou spirituel fabriqué. Tout est fabriqué et tout est naturel chez l’homme…". A. Berque [1990], dans un tout autre langage, avance une idée semblable qui ouvre la notion d’événement : "… La topicité des choses (logique du sujet : LgS) c’est ce en quoi elles sont elles-mêmes, dans l’identité close de leur propre topos. C’est ce en quoi, elles ne sont pas prédiquées. Leur chorésie (logique du prédicat : LgP) c’est ce en quoi elles sont prédiquées, saisies par nos sens et notre intellect, nommées, qualifiées par la relation que nous avons avec elles, construites par nos mains <…> Les choses <…> sont en devenir. Jamais figées dans l’identité de leur propre topos, mais toujours engagées dans la dynamique d’un sens, elles sont pour ainsi dire des "devenant-choses"5. S. Lupasco [1960] les rejoint en contrepoint : "Cette difficulté <…> puise sans doute son origine dans notre constitution biologique et psychique et dans le rôle qu’elle dicte à notre conscience". F. Varela [Maturana et al., 1994] le dit autrement : "L’animal et l’environnement sont les deux phases d’un même processus" ; ou encore : "L’organisme et le milieu se spécifient l’un l’autre en une co-implication"6.

24Comment la néoténie explique-t-elle que Homo sapiens sapiens appartienne biologiquement à une espèce naturelle/culturelle au cœur même de sa formation ?

25Néoténie signifie "nouvelle expansion" et traduit le fait que par la lenteur de son développement la mise en place fonctionnelle de Homo sapiens sapiens s’effectue ex utero essentiellement dans le domaine cérébral (l’appareil locomoteur ne semble pas concerné). Ce dernier déploie donc ses connexions dans un environnement sociobiosphérique selon, par exemple, les propositions énactionnistes de F. Varela : un sentier au préalable "inexistant" apparaît en marchant [Maturana et al., 1994]. Il est important de bien comprendre comment logique et biologie se rejoignent, d’où les schémas très réducteurs suivants qui exagèrent les différences pour mieux les montrer (figure 6).

Figure 6 : Logique et biologie

  • 7  On retrouve l’être bioculturel proposé comme modèle de l’Homo geographicus par D. Pumain et J.B. R (...)

26Cette formation "paedomorphique" fait de Homo sapiens sapiens un être homogène biologiquement, hétérogène psycho-sociologiquement, par rapport aux autres mammifères7. Cette double naissance correspond à l’exigence d’antagoniste contradictoire de S. Lupasco et au symbole sagittérien que défend depuis le début, spécialement avec l’école lablachienne [Claval, 1993 ; Robic, 1992], la géographie. Ces groupes d’Homo sapiens sapiens, condensés biosociaux de néotènes, agissent en Homo geographicus comme événements antagonistes de leurs environnements, jusqu’à les dépasser dans le concept de Monde [Heidegger, 1986 ; Sloterdijk, 2000].

La néoténie et le questionnement géographique

  • 8  On pense, par exemple, à Uruk-les-Enclos, au "Kraal" d’Afrique du Sud…

27Ainsi argumentée, la néoténie offre une double base à l’enracinement géographique. D.R. Dufour et P. Sloterdijk, d’accord sur l’importance du langage, qui permet d’exprimer ce que l’on ne voit pas, diffèrent en ce qui concerne les mécanismes qui, à partir de la diffusion néoténique, ont permis à Homo sapiens sapiens de construire l’écoumène – ni l’un ni l’autre ne citent S. Lupasco. Pour le premier la néoténie génère tout ; pour le second, c’est à travers les obligations sédentaires de la domestication animale et agricole que s’est mise en place autour de la maison et du parc d’élevage8 la "domestication de l’être".

  • 9  Homme nature/homme domestique : cette expression se réfère à la théorie de la maison [Sloterdjik, (...)
  • 10  Il s’agit de la traduction et de l’explication par A. Berque du concept "d’affordance" de J.J. Gib (...)

28Continuer ce débat est important pour la géographie puisqu’il commande le passage de l’homme nature à l’homme domestique9 au bout duquel se trouvent les hommes des mégalopoles, qui, au-delà de la courte laisse de l’animal, lancent leurs flèches en oubliant, hélas ! de mieux ancrer leurs pieds au sol. Où se situe, à ce point de réflexion, la "clairière" de Heidegger ? Avant l’homme-nature avec le langage ? Entre lui et l’homme-domestique qui devient dans ses œuvres antagoniste de son environnement ? Le débat reste ouvert. Il permet de mieux approcher le caractère profondément géographique de l’anthropogénèse. Il porte sur la manière dont l’association biosociologique de celle-ci a pu se développer, de ce fait, très différemment de celle des autres mammifères ; combiné aux approches déjà en cours, il propose une ligne d’explication cohérente pour notre discipline. Le néotène ou le sujet-objet mésologique de A. Berque, écologico-phénoménologique grâce, nous l’avons vu, à sa naissance duale, est capable de détecter des prises10 environnementales qu’il mésologise en une suite trajective présente dans toutes les civilisations domestiques. Trame/structure/processus/système [Reymond, in Racine et al., 1973], cette suite se déroule avec des stagnations, des reculs, des explosions, des bifurcations. Surtout commandée par un ensemble de croyances – mythes et/ou idéologies – elle ne se réalise pas suivant l’ordre de son exposition analytique : on rappelle que les Nambikuara de C. Levi-Strauss [1955-2001] réglaient le processus de maintien de leur système de parenté par la préservation de sa structure en l’inscrivant au sol comme mémoire grâce à une trame résidentielle. On le voit, la trame de cette suite, pour incontournable qu’elle soit conceptuellement, n’en est pas le déterminant premier.

29Une conclusion intermédiaire découle des considérations ci-dessus : les géosystèmes s’extirpent des écosystèmes en se combinant antagonistement avec eux selon une mésologie dynamique. Ainsi en est-il pour le M’zab : écosystème sociobiologique (ou, et ce n’est pas la même chose, bio-anthropologique) qu’on peut soit approcher comme géosystème selon Isnard, ou comme mésosystème selon A. Berque, soit, en intégrant la logique ternaire, utiliser les trois à la fois. C’est cette dernière construction que nous allons exposer maintenant, car il nous faut à ce point examiner des cas concrets, historiques et actuels d’organisation spatiale géographique.

Logique ternaire et logique géographique

30Pour répondre aux exigences exposées, nous raisonnerons dans un espace borné par deux géosystèmes urbains très différents mais qui s’appréhendent comme deux contradictions logiques antagonistes, c’est-à-dire qui admettent le tiers inclus : la cité idéale de Platon et l’Alexandrie du iiie siècle, dérivée des conceptions d’Aristote.

  • 11  Proximal, distal : explication de l’importance de ces termes dans la troisième partie du texte.
  • 12  Manifestation explicite d’introduction de l’espace dans l’étendue [Reymond, 1981].

31Callipolis iv AC : la "belle ville" de Platon présente la prédominance d’un site de ressources proximales11 dans une organisation territoriale à circuits courts ; cela caractérise une urbanisation fermée dont la cité, organisée géométriquement12 comme un effecteur à constance, assure une régulation géographique de la démographie. Greffons sur cet archétype idéal une biodiversité des productions, des stocks de réserve, un aménagement planifié local, des décisions étatiques : on aboutit à la doctrine protectionniste.

32Alexandrie iii AC : elle se caractérise par une prégnance d’une situation réticulaire distale mettant en rapport des asymétries ou des dissymétries "nourricières", à circuits longs ; ce sont là les traits d’une urbanisation ouverte aristotélicienne dont l’emporium effecteur à tendance est l’archétype réalisé et réussi, ce que montre bien l’histoire du développement de la ville. Greffons sur lui la plurimodalité des réseaux, les flux tendus, un petit minimum de planification économique laissant "décider" un marché régulateur chronologique de la succession des équilibres offre-demande : on aboutit à la doctrine libre-échangiste.

  • 13  Commerçant : gère une entreprise de distribution de détail dans une ville. Négociant : gère une en (...)

33Ces deux doctrines de la production de richesses et du fonctionnement des échanges entre concentrations humaines – commerciaux courts, négociés13 longs – apparaissent ici comme "incompatibles" ainsi qu’elles sont données dans les schémas simplistes des traditionnelles langues de bois, universitaires et phatiques. Or, on sait historiquement qu’elles sont utilisées l’une et l’autre, l’une avec l’autre et réciproquement, quand les nécessités exigent que l’on oublie les théories.

34À ce point, cet article pose la question de savoir – en s’appuyant sur les connaissances historiques et géographiques des analyses urbaines – si, à l’échelle de ces concentrations de population, ces deux conceptions ne sont pas que simplement "opposées", donc pouvant se fondre dans des liaisons fonctionnelles antagonistes contradictoires, et qu’ainsi associées au mieux de la variation des demandes autour d’un noyau dur vivrier et sanitaire, elles peuvent, agissant ensemble au sein d’une structure processuelle synergique, s’avérer fructueuses comme idéal-type de la construction urbaine actuelle. On interrogera pour cela les logiques planétaires des résiliences systémiques liées à l’évolution : des concentrations de populations urbaines nourries essentiellement par des sites de ressources ; des populations urbaines horizontalement abreuvées de façon dominante par les flux d’un système spatial réticulaire ; des populations articulant sites de ressources proximales et situations distales multimodales de réseau.

35Dans chaque cas, on examinera si elles s’expliquent plus fructueusement en utilisant la logique de S. Lupasco et si cette logique se retrouve dans des propositions géographiques.

Résilience et système urbain proximal : l’exemple du M’zab

  • 14  Les publications d’I. Prigogine sont nombreuses. Nous retiendrons celle de 1978 avec I. Stengers e (...)

36Le M’zab a été choisi pour son exemplarité. Il permet de lier la logique de S. Lupasco, la synergie cybernétique et l’ordre dissipatif de I. Prigogine14 [1979] en un système de résilience proximale. Voyons comment.

  • 15  Existence ou non d’une contradiction antagoniste, perçue ou non, entre écosystèmes et géosystèmes.
  • 16  Op. cité.

37Le M’zab, le long de ses neuf cents ans d’existence, non seulement réalise pendant les quatre premiers siècles le modèle platonicien – pas entièrement, mais au plus près de son rêve – de Callipolis, mais il fournit en plus un cas d’école conduisant à ouvrir et à justifier le transfert aux géosystèmes des processus d’existence durable à l’équilibre et de développement durable loin de l’équilibre [Sanders, 1993 ; Reymond, 1998]. Les conséquences de la mise en place des effets intentionnels et non intentionnels15 associés aux logiques des trois grands types d’utilisation et d’organisation de l’espace, seront ramenées en dernière instance aux schémas de fonctionnement de la première cybernétique (1940-1956) au sens de F. Varela [1989]16.

  • 17  M’zab et Platon : 1. On peut fixer à 400 ans, c’est-à-dire jusqu’au xviiie siècle, la période pend (...)
  • 18  J. Brunhes ne parle pas d’effecteur, bien évidemment, mais il montre comment construction et compo (...)

38En effet, les Ibadites transforment la vallée désertique du M’zab en créant des barrages, des puits, des palmeraies, des seguias, et en entretenant la biodiversité alimentaire correspondant à leurs besoins compte tenu de ces techniques et des possibilités du milieu. Ils s’ancrent en équilibre cyclique annuel dans un environnement on ne peut plus local créé pour eux, par eux, qu’ils contrôlent ; autour, rappelant ce qu’ils avaient trouvé en arrivant, sur des centaines de kilomètres : le désert. Leurs villes centrées sur la mosquée où siègent les sages aux décisions dirimantes, équivalents des gardiens de Platon17, sont limitées par un mur d’enceinte dès leur construction. Quand l’espace compris entre le centre et les remparts est rempli par les habitations, une autre ville est mise en chantier quelques kilomètres plus loin. On retrouve l’effecteur à constance platonicien avec une différence, la démographie n’y est pas, comme dans Callipolis, ajustée directement dès la conception : 20 à 25 000 habitants, soit 5 040 foyers dont l’importance peut varier à l’intérieur des 5 040 lots ; leur nombre immuable ferme l’effecteur. C’est le mur qui assure la fermeture de l’effecteur démographique, indirectement, par remplissage : ce faisant, il ajuste inintentionnellement son court terme sur l’effecteur intentionnel fondamental à long terme du contrôle de l’eau [Brunhes, 1902]18.

  • 19  Chercher l’eau en profondeur par des puits de 20 à 40 m revient à pousser les recherches au loin e (...)
  • 20  Avec un commerce extérieur nécessaire mais réduit au minimum par la réglementation des contacts av (...)

39Le processus crée en 50 ans un "protoparc urbain" de cinq villes (la Pentapole) dont on peut penser que la démographie naturelle à haute mortalité a assuré pendant les premiers siècles, non un équilibre au sens thermodynamique du terme [Sanders, 1993], mais un quasi-équilibre par la création du géosystème de productions vivrier proximal19à partir d’un écosystème qui n’y était en rien favorable ; cela par la mise en rapport d’éléments indépendants (eau/climat) avant que les M’zabites n’en assurent la synergie. Ces forces étant contrôlées à l’intérieur de leur "distance de civilisation", c’est-à-dire selon une accessibilité journalière dépendant des techniques maîtrisées, maintenaient ainsi un rapport chronologique quasi constant, malgré les ruptures épisodiques des sheet floods, selon des variations concomitantes avec celles des besoins alimentaires20.

40Si l’on ramasse les informations précédentes en termes de logique ternaire, on voit que la dynamique de potentialisation/actualisation désertique, à cause d’une insuffisance permanente en eau de surface du climat, est compensée par la dynamique de potentialisation/actualisation de l’eau due à l’énergie humaine qui rétablit les conditions mésologiques liant les deux antagonismes en un affrontement créateur contrôlé. Cela jusqu’au xviiie siècle où les M’zabites ont alimenté une diaspora maghrébine commerçante avec retour au foyer génération après génération. Signes de faiblesse de la résilience proximale : cette baisse de la demande énergétique intérieure et cet apport dans le même temps d’énergie externe en témoignent.

Résilience et géosystème urbain local/distal. Exemple de la proto-urbanisation africaine et des réseaux urbains musulmans

41Le géosystème M’zabite a réussi au fur et à mesure de sa mise en place mais sans avoir été a priori conçu comme tel dans sa totalité (population, site de ressource). Les (pré)urbanisations africaines inscrites dans les exigences à court terme d’environnements existants, donnés, non pensés en fonction de la reconnaissance empirique des besoins fondamentaux (l’eau au M’zab) à long terme, n’ont pas connu le même succès.

42Elles aussi ont été choisies pour leur exemplarité. Elles n’ont pas pu aboutir à une synergie cybernétique constante par l’absence du retour d’une information régulière à mémoire, donc difficilement interprétable.

43Rappelons d’abord que concentration ne signifie pas dans la culture autochtone africaine qu’on édifie une organisation humaine agglutinée spatialement autour d’un centre monumental à partir duquel s’égrène jusqu’à une limite remparée ou non un gradient continu et serré de bâtiments. Au contraire de cet idéal-type représentant dans notre imagerie la genèse réifiée des cités occidentales, le développement de la ville africaine s’effectue en positionnant des noyaux séparés, non jointifs, en une concentration étalée. Citons à ce sujet C. Coquery-Vidrowitch : "… Les espaces urbains <…> pouvaient s’étendre entrecoupés d’espaces de production et de culte, de friches, de bois sacrés, de réserves de combustibles ou d’approvisionnement, limités seulement par les contraintes d’un équilibre fragile entre "l’étalement de l’occupation et la capacité nourricière" de l’environnement" [Coquery-Vidrowitch, 1993].

44Entre la demande démographique et les possibilités de production proximales, il existe un "équilibre fragile" ; cette qualification traduit le fait qu’il s’agit d’un ensemble combiné écosystème/géosystème plutôt que d’un géosystème contrôlé. Dans les deux cas, plus dans celui de l’Afrique que dans celui du Maghreb, il n’existe pas, ou très peu, de liaisons organisées d’approvisionnement en continu avec un réseau distal. La production locale s’avère fondamentale ; même si un réseau régional de ressources existe, il est le plus souvent mal contrôlé, peu ou pas intégré en une association pérenne ville-campagne.

45Dans les deux cas, nous trouvons des agglomérations étalées ; spatialement polycentriques autour de cinq noyaux remparés dans le M’zab, socialement monocentriques mais spatialement éclatées selon des organisations sociales lignagères dans le cas africain. Si l’on simplifie à outrance, on peut dire que les M’zabites créent leur site de ressource à partir de leur site d’implantation ; les "anciens" africains construisent leur site d’implantation en suivant leur site de ressource. Les uns contrôlent, les autres subissent.

  • 21  L’homme dans la conception présente est une partie "naturelle" de l’écosystème. Ce dernier possède (...)

46En résumé, dans l’une et l’autre organisation, on assiste à l’éclosion, à l’amorce de "protoparcs urbains" [Reymond, 2007], à effecteur à constance intentionnel plus ou moins bien ajusté chez les Ibadites, à effecteur à tendance inintentionnel dont le "fragile équilibre" dépend essentiellement du bon vouloir et du savoir-faire de l’écosystème21 pour la proto-urbanisation africaine.

47On peut à partir de cette brève analyse de la concentration urbaine sur un site de ressource poser une première série de questions sur la résilience des systèmes urbains.

48S’il paraît acceptable logiquement d’effectuer un transfert de la modélisation cybernétique pour mieux saisir les structures processuelles des genres de vie m’zabites et africains, celui de la simulation thermodynamique de Prigogine engendre un premier questionnement. Sans entrer dans une discussion, à cause du manque d’informations sur des origines possibles du type fluctuation/bifurcation, on ne peut éviter celle qui permettrait d’ajuster les notions "à l’équilibre" et "loin de l’équilibre" aux effecteurs suggérés. On tente ici une réponse qui est plus une ouverture de réflexion, une hypothèse qu’une théorie.

  • 22  a. Le barrage est symbolique de l’ensemble du système de mitigation hydraulique : "La palmeraie s’ (...)

Figure 7 : Médiance, antagonisme et cybernétique : le crible généralisable (EE = 1) de l’exemple du M’zab22

49La fourchette de l’effecteur à constance du M’zab correspond aux gradients d’énergie régulés de Bénard (figure 7). Dans notre cas, il ne s’agit pas de la chaleur qui assure l’ordre des molécules, mais de l’eau dont l’énergie ordonne la vie de la communauté M’zabite, par édification et maintien de la logistique d’une trame qui structure sa répartition et assure une résilience à long terme pérenne. Cet anti-oxymore tout à fait voulu indique qu’il ne s’agit pas que d’un pléonasme.

50Les cas de moindre résilience des urbanisations autochtones inachevées de l’Afrique sont explicables dans le cadre de l’hypothèse ci-dessus. Il semble qu’on se trouve en présence d’effecteurs à tendance qui n’arrivent pas à transformer un écosystème en transition perpétuelle mais jamais aboutie vers un géosystème qui permettrait de stabiliser le gradient d’énergie. Cela par incomplétude des deux ensembles : la proto-urbanisation africaine ne pouvait pas créer un "ordre loin de l’équilibre" par manque d’un réseau distal complémentaire du site de ressource ville/agriculture dont elle n’assure pas la synergie qui permettrait, comme dans le système Ibadite, de s’en passer.

51Un cas de figure semblable paraît expliquer les villes africaines qui, sous l’influence musulmane, se sont adonnées principalement aux échanges lointains. Ca n’est plus alors le "local" des ressources qui n’est pas associé à un distal complémentaire de celui-ci, mais le réseau pourvoyeur de richesses qui ne trouve pas sur place la production vivrière dont il aurait besoin pour assurer, grâce à son contrôle, un ancrage temporel fruit d’une résilience commune.

52L’effecteur à tendance n’arrive pas à stabiliser en un gradient d’énergie maîtrisée, l’équilibre dynamique écosystème/géosystème selon ses composantes locales/distales. Citons encore, pour concrétiser la question qui sourd en contrepoint de l’affirmation ci-dessus, C. Coquery-Vidrowitch : "Tout dépendait donc du degré d’emprise que la ville était en mesure d’exercer et de conserver sur le territoire soumis à sa domination. En cas d’économie purement régionale, cette emprise devenait précaire. Dans quelques cas de plus vaste ampleur, l’autorité de la ville dépendait à son tour énormément de la combinaison (durable ou non pour des raisons diverses) du commerce à longue distance (même modérée comme celui de Zimbawe ou de Musamba) et de l’économie régionale (pastorale dans le premier cas, agricole dans le second)".

53Les deux systèmes de résilience sont insuffisamment liés et le contrôle permanent d’un équilibre local-distal n’existe pas dans une suite mémorisée. La schématisation ne peut introduire de "bascule" à mémoire interactive, chaque potentialisation/actualisation étant régulée par son propre équilibre, c’est-à-dire par le rapport écosystémiste avec le site de ressource d’une part et le rapport géosystémiste avec la situation de richesse d’autre part. On se trouve devant une série de combinaisons épisodiques dont aucune réalisation n’est rationnellement mémorisée. En résumé, partout, sous les apparences vécues des genres de vie, un effecteur à tendance agit comme un métasystème non donné à l’observation directe de ses utilisateurs. Insistons : ce type de médiance réclame qu’on déplie l’engrammation du concept dans le concret (le matériel). Les Ibadites contrôlent la trame ; la trame organise la structure de production et de distribution de l’eau. Les variations inattendues de l’écosystème – inondation dépassant le maximum tolérable, baisse de la nappe phréatique au-dessous du minimum estimé – apportent une information utilisable et utilisée ; c’est de son respect que dépend le maintien de leur ordre dissipatif. Ils construisent des barrages atténuant les premiers, approfondissent les puits et allongent les "chemins d’ânes" correspondant. Ils adaptent sans arrêt le géosystème à un état T qui n’est pas exactement une constance précise de l’effecteur antagoniste, mais un balancement que P. Vendryes [1956] appelle "autonomie" et S. Lupasco "oscillation rythmée" ; ici, entre un maximum et un minimum, grâce à cette information concrète constante à long terme. Le M’zabite garde une mémoire de régulation de la structure [MR] voulue pour agir sur la trame. La trame mémorise son fonctionnement [mF]. Rien de tel dans le cas des proto-urbanisations africaines où écosystème et géosystème évoluent indépendamment sans lien antagoniste, c’est-à-dire sans bascule de mémorisation permettant de repérer l’action de l’un sur l’autre.

54Notons que la représentation cybernétique du système-monde devrait rappeler cette dernière plutôt que celle du M’zab. Le choix indicatif d’un antagonisme écosystème-monde/géosystème-monde et de l’empreinte écologique comme indice de contrôle correspond plus à sa valeur heuristique qu’à une connaissance précise des mécanismes qu’il exprime ; il s’agit, en géographie, de l’interaction complexe [Dauphiné, 2003] d’un nombre inconnu de mésosystèmes. Nous savons cependant que le géosystème résultant ne peut exister que comme antagoniste contradictoire asymptotique de l’écosystème. Reste à trouver les potentiels et les actuels. Nous proposerons pour ce faire un chemin possible dans la troisième partie.

55À partir de ces constatations, il devient facile de comprendre sans qu’on le développe en détail – les faits étant historiquement bien renseignés au cas par cas – la chute des villes musulmanes qui ne tiraient leur énergie créatrice d’ordre que des flux de richesse des réseaux : séparées ou peu liées à leurs sites de ressource, l’effacement du potentiel de ceux-ci signait le déclin et la mort de celle-là. En sens inverse, l’histoire montre la résistance des organisations urbaines maritimes assises sur les sites de ressource que sont par exemple les huertas, ou l’ancienne organisation couplant richesses et ressources de la ville d’Alexandrie.

56Partis de Callipolis, nous aboutissons ainsi à Alexandrie, l’emporium bien alimenté localement a malgré les crises diverses de son système réticulé vécu jusqu’à nos jours. Entre ces deux extrêmes, les cités occidentales ont essayé à des degrés divers de construire une couverture d’approvisionnement lointaine contrôlée ou négociée à partir d’un local bien maîtrisé. D’excellents exemples, basés sur l’alimentation sont analysés et synthétisés dans la publication de l’abbaye de Flaran [Collectif, 1985], repris selon la théorie des structures dissipatives dans l’Espace Géographique des villes [Reymond et al., 1998].

57Cette organisation locale distale a dû effectuer en très peu de temps une conversion à 180° vers une construction distale proximale comme nous allons le voir.

Résilience et géosystème urbain proximal distal : du proximal distal au distal proximal

58Il s’agit ici de justifier l’utilisation des termes local et proximal qui qualifient tous deux une organisation spatiale située, à son échelle, peu ou prou au même endroit.

59Le plus simple est de rappeler le blocus continental. La chicorée n’était qu’une production d’intérêt local ; elle a été, à l’échelle de l’Empire, développée pour obvier, c’est-à-dire agir "contre" la difficulté de se procurer du café pour contrecarrer la coupure anglaise de l’approvisionnement distal. "Contre" le distal, c’est mettre en place un "proximal". Il faut entendre cela conceptuellement.

60Nous avons vu, ainsi, que le M’zab a organisé le "local" anhydre en une organisation proximale de fourniture d’eau.

61Il est expliqué [Da Cunha, Matthey, 2007] comment l’hypermobilité (bas coût de l’énergie, hypercomplexité des réseaux, idéologie…), par les dangers qu’elle comporte, oblige les territoires urbains à s’armer contre le distal, à bâtir localement du proximal tout en conservant celui-là ; c’est-à-dire, en reprenant S. Lupasco et A. Berque, à accentuer l’antagonisme contradictoire pour, au-delà de l’opposition écosystème/géosystème, organiser par la mise en ordre de cette opposition un "milieu", une "médiance" selon une trajectance [Berque, 1990] moins dissipative. Techniquement, nous possédons tout le savoir-faire théorique et opérationnel nécessaire pour construire un écoumène selon cette nouvelle orientation. L’inertie des processus planétaires en action à travers les trames et structures planétaires déjà installées s’y oppose en un antagonisme plus prégnant que commence à mesurer l’échelle indiciaire de l’empreinte écologique.

Au-delà des idéologies : l’incontournable articulation territoire-réseau [Offner, Pumain, 1996]

62À la lumière de ce qui précède, nous pouvons avancer que l’organisation de la planète a dépassé la dynamique T de contradiction maximum au profit du géosystème. Contradiction qui se magnifie tous les jours dans le déséquilibre réseaux-territoires au détriment croissant de ceux-ci à cause de l’application obligée de la doctrine libre-échangiste.

63Celle-ci réclame des réseaux d’information, d’échanges de marchandises, de forces de travail, bien lisses, bien calibrées pour laisser glisser des flux, tendus avec le plus petit nombre possible de ces entrepôts qui leur imposent la vitesse zéro, tendus pour aller de plus en plus vite aux meilleurs des coûts qui assurent les retours les plus fructueux, des réseaux construits pour laisser glisser non ce qui alimente la vie mais le profit. L’idéal serait de réduire tous les territoires à des points de réseau bien informés, éléments techniques contrôlables d’une accumulation multipliée du capital, que vite, le plus vite possible, le réseau reprend pour le faire circuler selon le même parcours, ou dans un autre réseau devenu plus rentable dans un temps toujours plus resserré de redistribution. Le quidam ordinaire suit comme il peut ces cycles dont il est devenu une variable d’ajustement qui ne doit pas empêcher le réseau d’accélérer encore la circulation des gains.

64Là, la contradiction, sous sa forme économique, atteint son maximum local, que ce soit le quidam "salarié" qui redonne par sa consommation ce qu’il reçoit contre son savoir-faire, ou le quidam "entreprise" qui propose sa production et ses services aux salariés et aux autres entreprises des territoires ou des réseaux ; les uns et les autres vont localement de déséquilibre en déséquilibre, à ras du niveau vital. L’économiste libre-échangiste, anglo-saxon pudique, dit qu’il faut bien fonctionner "aux moindres coûts".

65Le nœud du problème devient éthique, implicitement ou explicitement critique, bien souligné par la géographie dite "humaniste" [Buttimer, 1979 ; Ferrier, 1998 ; Ley, 1978 ; Raffestin, 1979] ; mais surtout il fait débat quant à la priorité d’aménagement scientifique qui réclame qu’on mette à la bonne place l’ordre de la réflexion. Théorie et utilisation des réseaux ne sont pas des fins mais des moyens, extrêmement importants certes, mais construits, entretenus par une majorité de gens ordinaires, pour qu’eux, gens très ordinaires, puissent, sans que leur vie soit un long fleuve tranquille, y trouver au moins l’équilibre nécessaire au maintien de leur dignité d’êtres humains. Cela nous conduit à dire que l’économie, logique de réalisation gestionnaire des contraintes territoriales consommation/production, est seconde par rapport à la géographie, seconde mais incontournable.

661. Ce dernier point est extrêmement important car il réclame une modification profonde des manières de penser : la mise en place d’une base éthique, qui abandonne les idéologies couvertures des intérêts nus. Ce qui revient à examiner les propositions suivantes :

  • les "protectionnistes" admettent la pertinence d’une organisation libre-échangiste du monde à très long terme, quand tous les sous-systèmes du monde à peu près au même niveau pourront d’un même argent faire fonctionner au mieux l’ensemble des dissymétries des organisations territoriales en une répartition planétaire cohérente.

  • les "libre-échangistes" reconnaissent qu’effectivement pour donner leurs chances à toutes les populations, cette mise en place ne peut se réaliser que par degré, chacun ajustant chronologiquement, selon des take-off, protectionnisme et libre-échangisme. Impossible sans cela de ne pas provoquer des conflagrations et des catastrophes.

  • les "technostructures" de la globalisation manieraient parfaitement les outils connus nécessaires à cette nouvelle mise en route : la mondialisation se présente comme la force géopolitique qui rendra difficile son développement… À moins que la conversion expliquée ci-dessus ne soit acceptée jusqu’à proposer des pump priming qui lancent les projets.

  • 23  Les récentes tempêtes ont bien montré l’inadéquation domestique et territoriale de nos structures. (...)

672. Nous pouvons, en effet, à présent mettre bien en évidence la non-résilience intrinsèque d’un système urbain ne dépendant presque totalement que de réseaux obéissant à une pensée et à une organisation libre-échangiste. D’abord, en rappelant la grande misère des villes pendant la deuxième guerre mondiale ; ensuite, en imaginant l’effet d’un arrêt de longue durée de tous les moyens de transports ravitaillant les stations scientifiques de l’Antarctique. Poursuivre en effectuant une expérience de pensée amplifiant ce qui précède : une pandémie d’origine inconnue désorganise toutes les lignes d’approvisionnement à long cours qui à 80-95 % assurent le ravitaillement quotidien de nos villes23. La survie des populations non atteintes dépend des seules fournitures territoriales proches, un peu comme jadis les greniers réalisaient d’indispensables soudures pour contourner au mieux l’attente des nouvelles récoltes ; elles dotent localement nos géosystèmes de territoires résilients, appuyés sur des ressources courantes, non exceptionnelles, pour effectuer une mitigation en cas de déficience des réseaux.

68Celle-ci sera d’autant plus efficace qu’elle s’appuiera sur un outillage territorial, l’équivalent de l’ancien grenier, prêt à fonctionner. Celui-ci se présente sous la forme d’un triangle de survie, noyau dur (logistique) proximal, de la mitigation toujours entretenue, simple à imaginer : un pôle alimentaire, un pôle médecine-pharmacie, un pôle transport, une coordination informatique. Les équipements dans leurs aspects habituels sont quotidiennement utilisés par les habitants ; ils n’auront pas à transformer beaucoup leur comportement dans une période de désarroi inattendu. Simple à imaginer, oui, mais difficile à concrétiser à cause du difficile problème de la maîtrise de l’électricité, support indispensable de tout le fonctionnement.

69On voit donc que proximal ne signifie pas, ça n’aurait pas grand sens, qu’il faut s’organiser pour "potentialiser" les réseaux jusqu’à empêcher leur synergie avec les territoires. L’idée est d’articuler territoires et réseaux en un équilibre qui gère le conflit permanent local/global pour qu’ils assurent un dynamisme de résilience à long terme.

70De nombreux systèmes de résilience locale distale ont essayé d’établir un équilibrage chronologique interactif entre site de ressource/situation de richesse. Les révolutions industrielle et informatique, installant une hyperprégnance des réseaux et une idéologie libre-échangiste ont nécessité d’organiser selon des canons écologistes le local en un équipement proximal antagoniste contradictoire du distal : une mésologie de la résilience. Voyons plus longuement ce que cela signifie.

Un crible cybernétique antagoniste de l’assemblage territoire-réseau

71Il est maintenant possible en joignant les enseignements des expériences historiques, les apports de la logique événementielle de S. Lupasco, du concept géographique de trajectance de A. Berque, de proposer un schéma séquentiel dynamique de l’auto-organisation mettant en évidence le fonctionnement de la résilience des systèmes urbains.

Un crible cybernétique théorique

72La mise en place de ce fonctionnement selon une organisation cybernétique permet de transférer le microcosme simple du M’zab au macrocosme hypercomplexe de la planète. Malgré le changement d’échelle et l’exponentialité des interactions, le raisonnement est le même ; dans les deux cas, les effets doivent essayer de réguler les causes. Aussi, commencerons-nous la description du montage cybernétique par ces derniers.

731. Effet (sortie) : il porte un filtre qui indique, au départ et à l’arrivée de la boucle, quelles sont les limites énergétiques de la construction d’un ordre dissipatif. Celui-ci correspond aux gradients variables selon les niveaux techniques qui autorisent une "circulation structurale" entre un minimum énergétique "d’entrée" à atteindre et un maximum de "sorties" à ne pas dépasser. La représentation généralise cette exigence par deux traits horizontaux parallèles de chaque côté de la flèche de meilleur équilibre de la trajectance ainsi réalisée, qu’elle soit intentionnelle ou non (figure 7).

742. Rétroactions. Elles transforment les flux d’information, non soumis à la loi de conservation de l’énergie, en flux d’énergie physique : il s’agit de l’évaluation et du processus d’ordre dissipatif mis en place (ou existant) et du contrôle de la bascule géosystémique/écosystémique. La représentation associe en rétroaction un cercle d’observation (information) et un cercle de réification (physique). Ces interactions constituent les mémoires de fonctionnement du système. Elles agissent seules si la mémoire coordinatrice du groupe social n’intervient pas pour réguler les dynamiques causales de l’effecteur dont il fait partie.

753. Les causes (entrées). Pour les réguler, il faut adapter la dynamique des causes à l’équilibrage antagoniste écosystème/géosystème des sorties, c’est-à-dire à la correction des déséquilibres. Le schéma résume le problème. L’énergie physique est partagée entre l’hétérogène-homogène d’un dynamisme géosystémique correspondant à la notation e de S. Lupasco et une dynamique écosystémique hétérogène homogène opposée , et, le plus important, d’un lien homogène hétérogène représenté par les sociétés néotènes de Homo sapiens sapiens. L’absence de ce lien laisse le système fonctionner selon l’héritage non contrôlé de ses mémoires matérielles.

764. L’effecteur. Sa représentation, très symbolique, ne rappelle que l’essentiel, mais correspond aux nombreuses descriptions monographiques, systémiques ou méthodologiques de la géographie et des disciplines associées. L’effecteur traduit le fonctionnement réel de l’affrontement antagoniste, selon que la mise en bascule qu’il indique est subie ou régulée par les sociétés de néotènes impliquées, c’est-à-dire selon que leur mémoire idéelle ait conscience ou non du métasystème instrumentant une trajectance séquentielle synergétique ou simplement une succession de combinaisons.

Crible cybernétique et géographie

77À ce stade, la synergie géosystème/écosystème m’zabite présente un microcosme de l’ensemble du monde à la réflexion géographique. Elle permet d’abord d’avancer un peu en ce qui concerne le transfert des concepts à l’équilibre et loin de l’équilibre, centraux dans les structures dissipatives de I. Prigogine.

78Le "protoparc urbain" du M’zab est agricole. Composé de "villages urbains" ou de "villes rurales", l’ensemble du système n’est pas à l’équilibre avec la biosphère surfacique : ce qui est régulé, comme dans bien des oasis, c’est l’eau, mais cette régulation n’a rien à voir avec l’offre locale, c’est une création loin de cet équilibre. Nous proposons que, pour la différencier d’un "local" immédiatement reconnu et utilisable, nous employions le terme proximal qui traduit la construction d’un arrangement des lieux en un nouvel ordre surfacique, compromis ici entre des croyances et les obligations vivrières. Nous aurions donc des organisations géographiques avec deux grands types extrêmes : l’un, loin de l’équilibre local d’un site de ressource, caractéristique dans l’ensemble du monde paysan des terroirs forcément adaptés au climat ; l’autre par transformation proximale, en une complémentarité distale grâce à un réseau.

79Ce deuxième type correspond à l’ensemble des géosystèmes urbains respectifs, qu’ils débordent largement par leurs empreintes écologiques. On adoptera, pour simplifier l’exposition, l’idée de système-monde de l’hypothèse Gaïa qui permet de schématiser en contrepoint de l’effecteur cybernétique Ibadite un effecteur opposant un géosystème-monde à un écosystème-monde. La transposition ne pose pas de problème jusqu’à ce que l’on essaie de mettre en place la fourchette de résilience. Il n’existe pas, comme l’eau au M’zab, un seul et unique élément totalement dirimant à contrôler en dernière instance de l’analyse. On ne peut qu’utiliser les positions de la contradiction maximale en route, T, qui, entre l’écosystème et le géosystème, symbolise à la fois l’ordre de ce dernier et l’entropie dissipative qui accompagne inévitablement sa production. Dessiner cela, c’est admettre que le transfert de l’énergie techniquement transformée – sous des formes de plus en plus pointues – impose ses limites en toute dernière instance : celles d’un système dissipatif mal régulé à la recherche d’une énergie qui lui permettrait encore de continuer à fonctionner.

80Plusieurs types de rétroaction sont proposés pour compenser un comptage de plus en plus alarmant. Écologique : énergie douce, minimalisme [Bertolini, 2000], localisme [Latouche, 2005]. Technologique : fission et surtout fusion nucléaires. Economico-géographique : parité des changes, équipement continental.

81Cette dernière proposition, lointainement saint-simoniste, plus récemment roosveltienne, est estampillée "Route de la soie". Elle se présente comme un rééquilibrage des heartlands défavorisés depuis le xvie siècle face à la multiplication des façades maritimes. L’idée consiste à construire des couloirs de peuplement autour de lignes de transport rapide (Maglev). Une politique planétaire de grands travaux assurerait à la fois le décollage d’une économie physique et une meilleure répartition des populations. Bien évidemment, cela ne règle pas le problème spécifiquement démographique de leur équilibre.

82D’abord, le problème des populations. À supposer que des combinaisons régionales de toutes les propositions précédentes soient plus ou moins mises graduellement en place, il demeure dirimant dans tous les cas de figure : en effet, ces populations sont habituées à un consumérisme banalisé qu’elles pratiqueraient d’autant plus qu’elles disposeraient de plus d’énergie pour ce faire. L’univers des rétroactions "vertueuses" doit être gagné mentalement [Reymond, 1981] pour que la résilience du système ne dépasse pas la contradiction maximum T qui oppose ses constituants jusqu’à en faire des forces contradictoires inutilisables.

83Ensuite, et dans cette ligne de modification des modes de vie, celui de leurs cadres. Les parcs urbains [Reymond, 2007], formes différentes des villages urbains du localisme, peuvent, en proposant un nouvel environnement, articuler une proximité géosystème/écosystème [Rozenblat, 2007], ou plus exactement une nouvelle trame éco-socio-systémiste, ajuster au sol par ses arrangements les structures des circuits courts, contrôler leur équilibre avec les nécessaires circuits longs, assurer ainsi ce rôle de la ville d’adaptateur spatio-temporel bien dégagé par D. Pumain [1996]. Penser ce type d’organisations géographiques, munies de gradients à résilience contrôlée se trouve déjà dans les écrits de P. Duvigneaud [1977], qui va jusqu’à intégrer une écologie sociale urbaine à l’écologie "naturelle" [Racine, 1972], dans les propositions très concrètes de P. Clergeau [2007] dans les réalisations nantaises, mais surtout dans l’idéal-type des propositions chinoises de la ville future de Dongtan [Veyret, 2008].

Géographie, antagonisme et résilience

  • 24  Ne pas confondre avec trajectance.

84"Entre le point de vue holistique et le point de vue réductionniste, il y a place pour de nombreuses positions intermédiaires" [Sanders, 1992]. Ainsi, pour la synergétique, les villes sont catégorisées comme des systèmes complexes de systèmes complexes, multi-échelles et/ou de structures fractales [Frankhauser, 1994], hétérogènes par leurs trajectoires24, leur composition, leur situation ; plus ou moins interdépendantes selon leur ligne d’auto-organisation dynamique dans le maillage géographique interactif "distance-attractivité", elles filtrent les stocks, hétérogènes d’une ville à l’autre, de migrants professionnels réclamés par leurs dynamismes différentiels en acceptant ou en rejetant les individus homogènes qui y correspondent.

85Cette liaison microcosme/mésocosme, holisme/réductionnisme, société/individu, empiriquement observée, mathématiquement modélisée, se retrouve entièrement dans la logique de l’énergie de S. Lupasco exprimée par les relations de base du principe d’antagonisme contradictoire.

86Le néotène, parfaitement représentatif de cette liaison de par sa constitution nature/culture intriquée, se comporte obligatoirement en Homo geographicus, en bâtissant mêlé à la terre des trajectances historiques qui lui correspondent. Il ne peut pas faire autrement : son fonctionnement biologique aboutit à travers maints avatars, à extraire des environnements des résidences qui constituent actuellement – comme jadis mais en plus adaptées – l’essentiel de nos villes, ce qui les rend fondamentalement homogènes les unes les autres avec, au sens large, les services correspondants. La partie non résidentielle – celle qui subsiste en général archéologiquement – relève plus de la dynamique hétérogène de leurs sociétés nées avec la domestication de l’être de P. Sloterdijk, domaine de la communication épanouissement de la partie culturelle des groupes néotènes. Le néotène, être de matière et d’esprit, "matériel-idéel", enchâssé dans la biosphère, événement de la biosphère, mais événement différent des autres évènements, son néoténisme l’organisant en rétroaction perpétuelle entre sa composante strictement homogène biologique et sa composante biosphérique hétérogène psychosociale, correspond matériellement à la logique de S. Lupasco. La notion de synergie antagoniste, unissant H. Haken et S. Lupasco, loin d’être un oxymore, permet un nouvel éclairage de l’opposition géosystème/écosystème. L’idée de H. Haken [1977, 1983] comme l’exprime bien L. Sanders [1993] est celle d’une coordination qui s’établirait entre les villes lors de l’évolution de leurs interactions dynamiques vers une cohérence plus affinée de la systémogénèse globale et très au-delà (peut-être) mondiale, donc d’une synergie généralisée.

87L’idée évacue trop vite la notion de conflit, de ville à ville, de territoire à réseau. Le concept d’antagonisme permet de conserver logiquement et opérationnellement le problème en coordonnant structurellement conflit et coordination. Antagonisme, on l’oublie trop souvent, exprime la coordination de forces opposées, contradictoires dans le fonctionnement de leurs liaisons aboutissant à un dynamisme contrôlé. L’antagonisme contradictoire est le créateur d’ordre dissipatif, le "fabricant" perpétuel de nos villes. Cette synergie antagoniste se retrouve dans celle qui oppose le réseau aux territoires, qui oblige le local à se restructurer face aux réseaux, à mettre en place un minimum de survie proximale en raison des défaillances de plus en plus connues et plus ou moins graves du distal. Ce "kit de survie urbaine proximale", kit aussi du maintien du réseau par les populations qui en dépendent, est simple à imaginer puisqu’il ne fait que mieux organiser des activités qui existent quotidiennement comme les représente la figure 8.

Figure 8 : Kit de survie urbain

88Les questions qui surgissent en relisant dans l’ensemble du cadre qui vient d’être présenté la médiance de A. Berque se posent avec une acuité renouvelée : comment en utilisant l’antagonisme écosystème/géosystème bâtir à partir d’une trame de parcs urbains, structurant ces dynamismes antagonistes, un milieu qui le régule ? Il faut pour cela réfléchir à l’importance et à la liaison des concepts d’antagonisme logique, d’auto-organisation synergétique urbaine, de néoténie géographisante, de trajectance mésologique.

Conclusion

89Trois axes de recherche peuvent être proposés en conclusion : épistémologie, résilience et chorotaxie.

90Le premier axe de recherche, donc d’interrogation, est épistémologique. On a vu à quel point les conceptions d’A. Berque et de S. Lupasco se rejoignent ; comment elles permettent d’élaborer une géographie théorique assise sur l’hypothèse néoténique. Les hommes sont des "animaux dénaturés" qui modifient la terre en se modifiant : pour nous des Homo geographicus. La première propose une création médiatisant selon les à-coups de l’évolution une interconnection structurelle de l’environnement biosphérique et des organisations sociétales : inscription (γραφειν - graphein) humaine sur la terre (γη - gé) en un écoumène toujours en construction selon A. Berque. La deuxième proposant une lecture logique des réalisations antagonistes de la médiance selon les oppositions potentielles/actuelles des investissements énergétiques [Wackernagel, Rees, 1999] en une trame géographique planétaire, autorise une analyse qui déborde les limites d’une réflexion confinée dans le cadre du développement durable. Ce qui conduit au deuxième axe et nous amène au problème de la résilience du système monde.

91Ce deuxième axe, déjà en train partiellement, concerne l’approche de la résilience par la géographie appliquée ou active. L’empreinte écologique a conduit à mettre en place des modalités d’action pour réduire la demande énergétique de l’actualisation des géosystèmes planétaires. Par diminution de leur demande énergétique (photovoltaïque, éolienne…) par mise en place d’écosystèmes protégés (écologie du paysage urbain, Greenpeace…). Dans certains cas, il serait possible de parler de "géosystèmes écosystémiques". Cette politique est bénéfique mais elle ne touche pas au potentiel qui nourrit toujours l’extension des géosystèmes actuels.

  • 25  L’occupation anarchique de l’Amazonie brésilienne n’est en rien l’image de l’aménagement planifié (...)

92Celui-ci, nous l’avons vu, se développe depuis le xvie siècle avec l’expansion occidentale. Elle a installé et continue à installer une trame littorale et sublittorale de populations et de mégalopoles au détriment d’un intérieur continental de moins en moins mis en valeur. L’oxymore "développement durable" – en réalité croissance continue – ne changera rien, si la structuration du monde se poursuit en renforçant sur la planète la même trame reproduisant et augmentant la mémoire des comportements inertiels de planification et d’aménagement qu’elle continue à générer. La seule alternative pour modifier cette actualisation réside en la mise en place d’un potentiel continental de résilience concurrençant ce potentiel maritime sous la forme de couloirs chorotaxiques (trame-structure-processus-système-scénario) "géo-éco-systémiques" d’attraction-accessibilité pour une répartition intracontinentale du peuplement urbain existant et à venir25.

93Reste à savoir comment le résultat planétaire de la connexion de l’ensemble complexe des systèmes mondiaux, toutes catégories confondues, peut être conduit (figure 9).

  • 26  Ils écrivent exactement : "The city is to be understood by describing the city".
  • 27  Cf. P. Sylvestre-Baron [1993].

94Le troisième axe concerne la mise au point d’une méthodologie. Ce n’est pas le plus simple. Nous avons jusque-là par souci apodictique raisonné avec des évidences : la dynamique géosystémique consomme en actualisant l’ordre urbain le potentiel de production écosystémique en le réduisant. L’exemple tangible, physique, matériel, du M’zab justifiait la solidité de l’analogie. Il n’empêche que nous nous sommes donnés les "objets géographiques" sans discuter de leur validité. La démarche habituelle suivie pour assurer l’ordre avant l’ordre est plus rigoureuse. Comme le souligne K. Popper [1973], "comment éliminer le degré de fausseté de sa meilleure théorie quand il ne se trouve pas dans la théorie mais dans une erreur faite sur les objets à théoriser". Il n’est pas question d’ouvrir en conclusion une discussion sur ce point fondamental. On renvoie pour cela à quelques réponses à des questionnements, anciens et récents [Cauvin et al., 2007 ; Chapman, 1977 ; Reymond, 1981 ; Puissant, 2003]. Par contre, il faut absolument insister sur l’importance de bien définir, de définir le mieux possible, à la source de l’utilisation de la logique de S. Lupasco, l’objet géographique, l’actuel qui souvent se trouve "sous" l’observable, puisqu’il conditionne la recherche du potentiel, du contre-potentiel, donc des processus antagonistes. Éviter, par exemple, comme le soulignent F. Grey et S. Duncan26 [1978] "que la ville ne soit pas expliquée [simplement] par la description de la ville". De solides protocoles de plus en plus affûtés existent pour cela (bases de données classiques, bases de données floues, constitution de l’objet géographique en haute résolution, métadonnées, statistique exploratoire pour en tester la validité). L’acceptation du postulat de S. Lupasco rend indispensable selon les cas leur utilisation et globalement leur perfectionnement. Ce développement est vital si l’on veut mettre en œuvre le cœur de son apport : une recherche séparant, d’une part, les systèmes spatiaux fonctionnant plus ou moins selon une structuration antagoniste à mémoire, d’autre part, des systèmes assujettis à des chroniques de combinaisons mal informées. Cela existe déjà dans bien des travaux géographiques mais en dehors de tout concept à la fois théorique et expérimental. L’antagonisme contradictoire se présente donc comme un guide qui n’a aucune prétention à tout expliquer. Uniquement un guide, mais un guide transdisciplinaire à assise géographique (la médiance écuménique) qu’il faut mettre à l’essai. Il indique, par exemple, que l’antagonisme qui lie le géosystème à l’écosystème présente une fonctionnalité asymptotique, ce qui autorise à penser, entre autres, à une stationnarité balancée de l’effecteur cybernétique autour d’un modèle du type de Lotka-Volterra27.

95Il convient donc d’expérimenter ce guide par degrés, en géographie, selon la convergence "énergie-trajectance-antagonisme" qui présente, en effet, l’énorme avantage d’être constituée de trois logiques : une logique géographique de la médiance, une logique énergétique de l’antagonisme contradictoire, une logique opérationnelle informatique séquentielle.

  • 28  Chorotaxie [Reymond, 1981] : arrangement des lieux

96Reste pour la recherche à les coordonner en une synergie heuristique pour savoir jusqu’où on peut utiliser sans trop de réduction la logique de S. Lupasco. On se limitera pour l’instant à des simulations chorotaxiques [Reymond, 1981]. On s’appuiera pour la chorotaxie sur une définition plus précise28 et au début plus réduite de celle-ci que celle de 1981 : étude théorique et appliquée de l’articulation dynamique, antagoniste ou non, trame-structure-processus des échelles géographiques.

Figure 9 : Trois mémoires à bascule : électronique, logique, géographique

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aschan-Leygonie C., 2000, "Vers une analyse de la résilience des systèmes spatiaux", L’Espace Géographique, No 1, Belin, Reclus, Paris, Montpellier, 64-77

Auriac F., 1983, Système économique et espace : le vignoble languedocien, Economica, Paris, 211 p.

Badescu H., Nicolescu B. (sous la dir.), 1999, Stéphane Lupasco : l’homme et l’œuvre, éditions du Rocher, Monaco, 356 p.

Bacza L., Bohn D., 1991, Initiation à l’électronique numérique, SAEP, Colmar, 99 p.

Bacza L., Bohn D., 1992, Initiation à l’électronique, SAEP, Colmar, 99 p.

Berque A., 1990, Médiance, GIP Reclus, Montpellier, 158 p.

Berque A., 1996, Etre humains sur la terre, Gallimard, Paris, 212 p.

Berque A., 2000, Ecoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Belin, collection Mappemonde, Paris, 271 p.

Bertolini G., 2000, Le minimalisme, Economica, Paris, 100 p.

Bolk L., 1926-1960, "La genèse de l’homme", Arguments, No 18, 3-13, cité par D.R. Dufour, op. cité [2005].

Bouttier-Guerive G., Thouvenot T., 2004, Planète attitude. Les gestes écologiques au quotidiene, Seuil, WWF, Paris, 140 p.

Bridgman R., 1989, L’électronique, Gallimard, collection Passion des sciences, Paris, 63 p.

Brunet R., 1990, "Le déchiffrement du monde", in : R. Brunet (sous la dir.), Mondes nouveaux, Géographie Universelle, Livre Premier, 10-271, Hachette/Reclus, Paris, 551 p.

Brunet R., 1997, "Le développement durable en haut de l'échelle", Pouvoirs locaux, No 34, III, 18-26.

Brunet R., Ferras R., Thery H., R., 1992, Les mots de la géographie, Reclus, la Documentation Française, Paris, 470 p.

Brunhes J., 1904, La géographie humaine, 4e édition revue et augmentée, Librairie Félix Alcan, Paris, vol. 1, 574 p.

Brunhes J., 1902, L’irrigation, ses conditions géographiques, ses modes et son organisation dans la péninsule ibérique et dans l’Afrique du Nord, Thèse présentée à la Faculté des lettres de l’Université de Paris, C. Naud éditeur, Paris, 518 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Buttimer A., 1979, "Le temps, l’espace et le monde vécu", L’Espace Géographique, No 14, 243-254.
DOI : 10.3406/spgeo.1979.1929

Cauvin C., 1984, La perception des distances en milieu intra-urbain : une première approche, CDSH (CNRS), synthèse et documentation, Paris, 284 p.

Cauvin C., Escobar F., Serradj A., 2007, Cartographie thématique 1 : Une nouvelle démarche, Hermes, Paris, 284 p.

Chabal M., 2004, "Stéphane Lupasco ou la puissance de la pensée", in : Annexe aux Actes du Colloque Francophonie roumaine et intégration européenne, Ramona Bordei-Boca (dir), URL : http://transdeveloppement.blog.lemonde.fr/lupasco/, Dijon, 27-29 octobre 2004, 14 p.

Chamley H., 2002, Environnements géologiques et activités humaines, Vuibert, Paris, 512 p.

Chapman G.P., 1977, Human and Environmental Systems, A Geographer’s Appraisial, Academic Press, London, 423 p.

Claval P. (sous la dir.), 1993, Autour de Vidal de la Blache. La formation de l’école française de géographie, CNRS, Paris, Mémoires et Documents de Géographie, nouvelle collection, 159 p. (voir en particulier la 6e partie).

Clergeau P., 2007, Une écologie du paysage urbain, Apogée, Rennes, 137 p.

Collectif, 1985, L’approvisionnement des villes de l’Europe occidentale au Moyen-âge et aux Temps modernes, Flaran 5, 1983, Centre culturel de l’abbaye de Flaran, Auch, 274 p.

Coquery-Vidrowitch C., 1993, Histoire des villes d’Afrique. Des origines à la colonisation, Albin Michel, collection l’Evolution de l’humanité, Paris, 412 p.

Cosinschi-Meunier M., 2003, Entre transparence et miroitement, la transfiguration cartographique. Pour une épistémologie ternaire de la cartographie, Institut de Géographie, Lausanne, 425 p.

Costa J.P., 2000, L’homme-Nature ou L’alliance avec l’Univers. Entre Indianité et Modernité, Sang de la Terre, collection La pensée écologique, Paris, 238 p.

Da Cunha A., Matthey L. (coord), 2007, La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 488 p.

Dauphiné A., 2003, Les théories de la complexité chez les géographes, Editions Anthropos, Paris, 248 p.

Diamond J., 1997, De l'inégalité parmi les sociétés. Essai sur l'homme et l'environnement dans l'histoire, Gallimard NRF, collection Essais, Paris, 484 p.

Diamond J., 2006, Effondrement : comment les sociétés décident de leur disaparition ou de leur survie, Gallimard NRF, collection Essais, Paris, 648 p.

Dollfus O., 1990, "Système monde", in : R. Brunet (sous la dir.), Mondes nouveaux, Géographie Universelle, Livre Premier, Hachette/Reclus, Paris, 551 p, 274-529.

Dufour D.R., 1998, Lettres sur la nature humaine à l'usage des survivants, Calmann-Lévy, Paris, 144 p.

Dufour D.R., 2005, On achève bien les hommes. De quelques conséquences actuelles et futures de la mort de Dieu, Denoël, Paris, 352 p. (cf. Chapitre 1, pour une solide présentation de la néoténie).

Duvigneaud P., Goedhuys I., Tanghe M., 1977, Carte écologique de l'occupation des sols et des degrés de verdurisation de l'agglomération bruxelloise au 1/10000e : Situation en mars 1975 : 4 feuilles. Editions Agglomération de Bruxelles – Service de l’Environnement, Bruxelles.

Duvigneaud P., Denaeyer De Smet S., Tanghe M., 1977, Carte écologique de l'occupation des sols et des degrés de verdurisation de l'agglomération bruxelloise, Notice explicative, éditions Agglomération de Bruxelles – Service de l’Environnement, Bruxelles, 42 p.

Ferrier J.P., 1998, Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoires, Payot, collection Sciences Humaines, Paris, 251 p.

Forsé M., 1989, L’ordre improbable. Entropie et processus sociaux, Presses Universitaires de France, Paris, 255 p.

Frankhauser P., 1994, La fractalité des structures urbaines, Anthropos, Economica, collection Villes, Paris, 291 p.

Gibson J.J., 1977, "The theory of affordances", in : R. E. Shaw, J. Bransford (eds.), Perceiving, Acting, and Knowing, Lawrence Erlbaum Associates, Hillsdale (NJ), 492 p.

Gourou P., 1966, Les pays tropicaux, Presses Universitaires de France, Paris, 245 p.

Grey F., Duncan S., 1978, "Etymology, Mystification and urban Geography", Area, Institute of British Geographers, Vol. 10, No 4.

Guermont Y. (textes réunis par), 1984, Analyse de système en géographie, Presses Universitaires de Lyon, Sciences des systèmes, Lyon, 324 p.

Haken H., 1977, Synergetics : an introduction, Nonequilibrium Phase transitions and Self-Organization in Physics, Chemistry and Biology, Springer Verlag, Berlin, 325 p.

Haken H., 1983, Advanced Synergetics, Springer Verlag, Berlin, 356 p.

Heidegger M., 1986, Etre et temps, Gallimard, Bibliographie Philosophie, Paris, 1re édition : 1927, 587 p.

Isnard H., 1978, L’espace géographique, Presses Universitaires de France, Paris, 219 p.

Isnard H., Racine J.B., Reymond H., 1981, Problématiques de la géographie, Presses Universitaires de France, Paris, 262 p.

Latouche S., 2005, "Vaincre localement", La décroissance, No 28, p. 17.

Lavernhe C., 1997, Le pont terrestre eurasiatique. Un nouvel horizon industriel de l’Atlantique à la mer de Chine, Alcuin, Paris, 178 p.

Lazzaroti O., 2006, Habiter la condition géographique, Belin, Paris, 255 p.

Le Berre M., 1986, Modélisation systémique, université de Grenoble, collection Grenoble Science, Grenoble, 148 p.

Le Berre M., 1993, "Modèles systémiques de simulation artificielle au service de l’apprentissage en géographie : le projet SHIVA-Géographie", Revue de l’Epi, No°72, 141-154.

Le Lannou M., 1949, La géographie humaine, Flammarion, Paris, 252 p.

Lepetit B., Pumain D., 1993, Temporalités urbaines, Economica, collection Villes, Paris, 316 p.

Lepoittevin C., 1996, La maison des origines, Masson, Paris, 239 p.

Levi-Strauss C., 2001, Tristes tropiques, Pocket, collection Terre Humaine, Paris, 1re édition : 1955.

Ley D., Samuels M.S., 1978, Humanistic geography. Prospects and problems, Croom Helm, London, 357 p.

Liard L., 1910, Logique, Masson et cie, Paris, 231 p.

Lupasco S., 1951, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie (prolégomènes à une science de la contradiction), Hermann, Paris, 135 p.

Lupasco S., 1960, Les trois matières, 10/18, No°473, Paris, 187 p.

Lupasco S., 1967, Qu’est-ce qu’une structure ? Christian Bourgois, Paris, 110 p.

Lupasco S., 1970, La tragédie de l’énergie, Casterman Poche, Paris, 141 p.

Maturana H.R., Varela F.J., 1994, L’arbre de la connaissance, Addison-Wesley France, Paris, 258 p.

Merleau-Ponty M., 1978, Phénoménologie de la perception, Gallimard, collection Tel, Paris, 531 p.

Offner J.M., Pumain D., 1996, Réseaux et territoires, significations croisées, éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 284 p.

Popper K., 1973, La logique de la découverte scientifique, Payot, Paris, 480 p.

Popper K., 1972, La connaissance objective, Presses Universitaires de France, éditions Complexes, Paris, 174 p.

Prigogine I., Stengers I., 1979, La nouvelle Alliance, NRF Gallimard, Paris, 296 p.

Puissant A., 2003, Information géographique et images à très haute résolution, thèse de l’université Louis Pasteur, mention Géographie, Strasbourg, 343 p.

Pumain D., Saint-Julien T., Sanders L., 1989, Villes et auto-organisation, Economica, Anthropos, série Villes, Paris, 191 p.

Pumain D., 1996, "Le temps et les villes", UKPIK, No°spécial, Mélanges offerts à J.L. Piveteau, Fribourg (Suisse), 17-31.

Pumain D., Racine J.B., 1999, "L’Homo geographicus : de l’emprunt à l’empreinte", Revue Européenne de Sciences Sociales, T. XXXVIII, No°119, 77-86.

Racine J.B., 1972, "Ecologie factorielle et écosystèmes spatiaux",in :Bourguoigné G.E. (ed), Perspectives en écologie humaine, éditions Universitaires, Paris, 152-191.

Racine J.B., Reymond H., 1973, L’analyse quantitative en géographie, PUF, collection SUP, Paris, 316 p.

Raffestin C., Bresso M., 1979, Travail, Espace, Pouvoir, L’Age de l’Homme, Lausanne, 166 p. (cf. particulièrement les pages 159 et suivantes).

Reichholf J.H., 1990, L’émergence de l’homme, Flammarion, collection Champs, Paris, 356 p.

Reymond H., 1981, "Une problématique théorique de la géographie : plaidoyer pour une chorotaxie expérimentale", in : H. Isnard, J.B. Racine, H. Reymond, Problématiques de la géographie, Presses Universitaires de France, Paris, 262 p., chap. 3, 163-249.

Reymond H., 2007, "Une évolution urbaine émergente : de l’ancienne symbiose ville-campagne à la future synergie des parcs urbains", in : Da Cunha A., Matthey L. (coord), La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 488 p., 207-220.

Reymond H., Cauvin C., Kleinschmager R. (coord), 1998, L’espace géographique des villes. Pour une synergie multistrates, Economica Anthropos, collection Villes, Paris, 557 p.

Robic M.C. (sous la dir.), 1992, Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, Economica, Paris, 343 p. (cf. Livre II, § 4-5-6).

Roche C., 1970, Le M’zab, Arthaud, Paris, 132 p.

Rolland-May C., 2000, L’évaluation des territoires : concepts, modèles, méthodes, Hermes, Paris, 381 p.

Ronciere (de la) C.M., 1985, "L’approvisionnement des villes italiennes au Moyen-Age", pp. 33-51, in : Collectif, L’approvisionnement des villes de l’Europe occidentale au Moyen-Age et aux Temps modernes, Flaran 5, 1983, Centre culturel de l’abbaye de Flarans, Auch, 274 p.

Rozenblat C., 2007, "Villes et réseaux 'petits-mondes'", pp. 81-103, in : Da Cunha A., Matthey L. (coord), La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 488 p.

Sanders L., 1992, Systèmes de villes et synergétique, Anthropos-Economica, collection Villes, Paris, 274 p.

Sanders L., 1993, "Modèles de la dynamique urbaine : une présentation critique", in : Lepetit B., Pumain D. (sous la direction de), Temporalités urbaines, Economica, collection Villes, Paris, 319 p., 3-41.

Sève L., 1980, Une introduction à la philosophie marxiste, Terrains/éditions sociales, Paris, 718 p.

Sloterdijk P., 1999, Règles pour le parc humain, Mille et une nuits, Paris, 63 p.

Sloterdijk P., 2000, La Domestication de l'Être, Mille et une nuits, Paris, 111 p.

Sloterdijk P., 2003, Sphères, 1, Bulles, Pauvert, Paris, 686 p.

Spire A., 1999, La pensée Prigogine, Desclée de Brouwer, Paris, 209 p.

Silvestre-Baron P., 1993, "Les modèles proies/prédateurs. Rapports avec les attracteurs étranges, Revue Internationale de Systémique, Vol. 7, No°4, 419-445.

Varela F.J., 1989, Connaître les sciences cognitives. Tendances et perspectives, Seuil, Paris, 126 p.

Vendryes P., 1956, Déterminisme et autonomie, A. Colin, Paris, 206 p.

Veyret Y., Arnould P., 2008, Atlas des développements durables, Autrement, Paris, 87 p.

Wackernagel M., Rees W., 1999, Notre empreinte écologique, Les éditions Ecosociété, Montréal, 207 p. (version originale en anglais en 1996).

Haut de page

Notes

1  On admet comme acquis l’importance des concepts d’auto-organisation [Pumain, 1989], de synergie [Sanders, 1992], de résilience [Aschan-Leygonie, 2000], de structures dissipatives [Prigogine, 1979]. Ils seront utilisés sans que l’on revienne sur leur bien-fondé.

2  Effecteur cybernétique : pour l’utilisation de ce vocabulaire nous renvoyons à J.B. Racine et H. Reymond [1973, p. 40 et sq.]. Rappelons que le principe de contre-réaction a été matérialisé en 1927 par H. Black pour stabiliser la sortie des amplificateurs.

3  Ou de la réévaluer en utilisant la thèse d’épistémo-logique cartographique très fouillée de M. Cosinschi-Meunier [2003]. Cf. plus particulièrement le chapitre 2. Pour les ensembles flous, cf. C. Rolland-May [2000].

4  Cela ne l’empêche pas d’être différent d’un arbre, d’un singe qu’il tue à la sarbacane. Tous deux sont événements homogènes des dynamiques de l’écosystème. Homogène ne veut pas dire semblable.

5  Comme nous sommes des "devenant-humains".

6  Ces deux phrases sont typiques de la construction de F. Varela. Pour lui, nous sommes des êtres non finis d’un monde non fini émergeant sans arrêt l’un l’autre en une implication réciproque (au sens originel de im-plicare, appartenir aux mêmes plis), une co-implication. C’est cette action selon une succession échec/réussite/échec/réussite… qui est le vecteur de cette connaissance et non une représentation en "nous" d’un monde donné ; nous devons constamment faire émerger une réalité pertinente pour nous d’un réel inconnu ; pour nous, sans fondement. Enaction, de l’anglais to enact, traduit cette prééminence de l’action opérationnellement heuristique. Ce terme signifie permettre à quelqu’un de faire quelque chose, c’est-à-dire qu’une des réponses de l’environnement nous permet d’établir une liaison opérationnelle avec lui. To enact est très voisin de to perform : mettre en œuvre et réaliser.

7  On retrouve l’être bioculturel proposé comme modèle de l’Homo geographicus par D. Pumain et J.B. Racine [1999]

8  On pense, par exemple, à Uruk-les-Enclos, au "Kraal" d’Afrique du Sud…

9  Homme nature/homme domestique : cette expression se réfère à la théorie de la maison [Sloterdjik, 2000 ; Lepoittevin, 1996] comme lieu du devenir humain. Le séjour dans un lieu défini devient celui de la "clairière de l’être" [Heidegger, 1986], c’est-à-dire de l’humanisation du pré-homme. Sloterdijk propose à ce sujet le concept de sphère (ou de serre autogène) : lieu de résonance interanimale à la base du passage "être – serre – animal" à "être – monde – humain".

10  Il s’agit de la traduction et de l’explication par A. Berque du concept "d’affordance" de J.J. Gibson [Gibson, 1977]. On renvoie à l’ouvrage de celui-là "Médiance", pages 101-102 [Berque, 1990].

11  Proximal, distal : explication de l’importance de ces termes dans la troisième partie du texte.

12  Manifestation explicite d’introduction de l’espace dans l’étendue [Reymond, 1981].

13  Commerçant : gère une entreprise de distribution de détail dans une ville. Négociant : gère une entreprise d’approvisionnement et de vente en gros dans un réseau.

14  Les publications d’I. Prigogine sont nombreuses. Nous retiendrons celle de 1978 avec I. Stengers et l’essai d’A. Spire [1999] sur "La Pensée Prigogine".

15  Existence ou non d’une contradiction antagoniste, perçue ou non, entre écosystèmes et géosystèmes.

16  Op. cité.

17  M’zab et Platon : 1. On peut fixer à 400 ans, c’est-à-dire jusqu’au xviiie siècle, la période pendant laquelle le géosystème urbain du M’zab peut être valablement comparé à la Callipolis platonicienne. La croissance urbaine de la diaspora commerçante m’zabite change à partir de cette époqualité les conditions de la pérennité de la Pentapole. 2. L’analogie avec le centralisme dirigiste platonicien (Maîtres de vertu (Phédon), Gardiens (La République), Conseil nocturne (Les lois) se retrouve avec le pouvoir décisionnel des tolbas et la surveillance des laveurs et laveuses de morts.

18  J. Brunhes ne parle pas d’effecteur, bien évidemment, mais il montre comment construction et comportement s’épaulent pour maintenir une production constante d’eau utilisable.

19  Chercher l’eau en profondeur par des puits de 20 à 40 m revient à pousser les recherches au loin en surface : à chaque puits, un âne tire la corde sur une distance égale à la profondeur du puits. Pour une profondeur de 20 m et 10 h. de travail par jour, il parcourt, à raison de 6 allers-retours théoriques par heure, une distance équivalente à : 40 x 6 x 10 = 2400 m, ce qui justifie le terme de proximal. Notons que certains puits atteignent 100 m. de profondeur.

20  Avec un commerce extérieur nécessaire mais réduit au minimum par la réglementation des contacts avec le système nomade, qui ont lieu à des périodes fixes à l’extérieur des villes.

21  L’homme dans la conception présente est une partie "naturelle" de l’écosystème. Ce dernier possède donc un "bon vouloir" plus ou moins évident et un "savoir-faire" plus ou moins résilient. La formule de P. Gourou [1960], permettant de calculer la densité théorique permise par un brûlis, est une expression approchée de la jonction analytique de ces deux propriétés.

22  a. Le barrage est symbolique de l’ensemble du système de mitigation hydraulique : "La palmeraie s’allonge dans le lit de l’oued absent. Cet oued attendu, si rare et si fugace, tout est préparé pour sa venue. Chaque jardin de la palmeraie est enclos de murs. Entre les murs circulent les chemins d’accès. Lors de la venue de l’oued, ces chemins deviennent des canaux. Des barrages immenses brisent tout d’abord la force du fleuve et le retiennent dans un lac <…> La présence de la crue révèle l’utilité de tous ces aménagements et rien n’est oublié. Mais la crue qui ne subsiste que quelques jours, se fait attendre quelquefois jusqu’à dix ans." [Roche, 1970, p. 60].

b. EE = 1 est l’indice de valeur théorique de l’empreinte écologique correspondant à l’état T. La valeur empirique calculée actuellement admise est 1.2 [cf. Bouttier-Guérivi et al., 2004, p. 10, schéma "l’empreinte écologique"].

23  Les récentes tempêtes ont bien montré l’inadéquation domestique et territoriale de nos structures. Nos systèmes de mitigation sont inexistants.

24  Ne pas confondre avec trajectance.

25  L’occupation anarchique de l’Amazonie brésilienne n’est en rien l’image de l’aménagement planifié sous-entendu dans cette réorganisation du globe.

26  Ils écrivent exactement : "The city is to be understood by describing the city".

27  Cf. P. Sylvestre-Baron [1993].

28  Chorotaxie [Reymond, 1981] : arrangement des lieux

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Reymond, « L’intérêt géographique de la logique de S. Lupasco et de la théorie de la néoténie : proposition d’un crible transdisciplinaire pour l’étude de la résilience des géosystèmes urbains », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 451, mis en ligne le 30 avril 2009, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/22397 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22397

Haut de page

Auteur

Henri Reymond

Professeur honoraireUniversité Louis Pasteur (Strasbourg) miradou@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page