Navigation – Plan du site
2007-2006
Sélection des meilleurs articles de SAGEO 2005
395

Introduction au concept d’acte cybercartographique : genèse d’un atlas cybercartographique

Introducting the Concept of a Cybercartographic Act: The Creation of a Cybercartographic Atlas
Sébastien Caquard, Peter Pulsifer, Jean-Pierre Fiset et D. R. Fraser Taylor

Résumés

La cybercartographie a pour ambition de repenser la manière d’appréhender la cartographie sur Internet. Elle correspond à une approche interdisciplinaire qui se caractérise notamment par la combinaison d’innovations technologiques et de réflexions critiques relatives aux fonctions sociales des cybercartes. Cette approche novatrice est introduite dans cet article à travers la présentation de la genèse d’un atlas cybercartographique de l’Antarctique. Cette présentation permet tout d’abord d’illustrer les principales caractéristiques des atlas cybercartographiques : multi sensorialité, interopérabilité, évolutivité et modularité. Elle permet ensuite d’amorcer une réflexion sur la nécessité d’envisager la cybercarte en tant qu’artefact, c’est-à-dire en tant que résultante d’un processus complexe et subjectif. L’intégration de ce processus, c’est-à-dire de la genèse, dans l’artefact cybercartographique est plus spécialement discutée en s’inspirant de travaux comparables menés dans le domaine des arts et notamment dans celui de la photographie. Le concept d’acte cybercartographique est alors proposé pour signifier qu’il ne nous est plus possible de penser l’artefact cybercarte sans intégrer l’acte dont il découle.

Haut de page

Texte intégral

Le projet « Cybercartographie et la Nouvelle Economie », dirigé par le Dr. D.R.F. Taylor, est financé par le Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada (CRSH) dans le cadre de l’Initiative sur la Nouvelle Economie. Les auteurs tiennent à remercier tout particulièrement Amos Hayes, Denis Ruelland et Tracey P. Lauriault pour leurs substantielles contributions à une première version de cet article.

Introduction

1Les évolutions technologiques récentes ont radicalement changé les processus de production cartographique. Les millions de cartes générées quotidiennement sur Internet utilisent massivement des données collectées automatiquement à l’aide de capteurs multiples. Images satellitaires et données géoréférencées produites de manière automatisée sont utilisées pour créer des représentations cartographiques de plus en plus réalistes à l’image des globes virtuels de type Google Earth. Cette nouvelle génération de cartes caractérise la fascination rémanente que suscitent l’objectivité et les mesures précises auprès des cartographes depuis la fin du 18ème siècle (cf. Cosgrove 2003). Cette fascination s’explique non seulement par la volonté constante d’améliorer la qualité des cartes, mais aussi par une quête de reconnaissance scientifique pour la discipline cartographique (Harley 1990). Si cette reconnaissance scientifique a largement été atteinte grâce aux évolutions technologiques récentes matérialisées par la production automatisée de cartes réalistes, celles-ci ne doivent pas pour autant nous faire oublier qu’elles demeurent la résultante d’une série de choix individuels ou collectifs qui affectent largement leurs formes et les messages qu’elles véhiculent.

2Dans cet article nous proposons une réflexion sur la nécessité d’aborder la carte numérique non pas comme un artefact autonome et objectif, mais comme la résultante d’un processus dont elle ne peut être dissociée. Le terme artefact est utilisé ici pour signifier la dimension construite de toute production cartographique ainsi que la diversité des formes que peuvent prendre ces constructions. Les cartes numériques ne sont en effet plus nécessairement visuelles, elles peuvent aussi être auditives, tactiles voire odorantes ou gustatives. Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un large projet de recherche interdisciplinaire intitulé « Cybercartographie et la Nouvelle Economie » mené à l’université Carleton (Ottawa, Canada).

3Le concept de cybercartographie auquel ce projet se réfère est présenté dans une première partie. Il est ensuite illustré à travers la description des différentes étapes de production d’un atlas cybercartographique de l’Antarctique. Cette description permet de mettre en évidence certaines innovations technologiques et conceptuelles propres à ce type d’atlas. Elle permet aussi d’amorcer une réflexion sur l’influence de la genèse cybercartographique – c’est-à-dire du processus de production – sur l’artefact cybercarte qui en découle. Cette approche critique est plus particulièrement développée dans une troisième partie à travers l’introduction du concept d’acte cybercartographique.

Qu’est-ce que la cybercartographie ?

4La cybercartographie ne se limite pas à un simple néologisme caractérisant les cartes sur Internet. C’est tout d’abord un concept novateur introduit et développé par D.R. Fraser Taylor (Taylor 1997 ; 2003) qui vise à appréhender la nature changeante des cartes en s’intéressant à la fois à leurs dimensions technologiques, scientifiques et artistiques ainsi qu’à leurs usages, leurs perceptions, leurs contenus, leurs formes, leurs fonctions ou leurs implications. Ce concept a été développé plus spécifiquement dans le cadre d’un large projet de recherche. Ce projet a débuté en janvier 2003 pour s’achever courant 2007. Il regroupe une cinquantaine de chercheurs et étudiants de deuxième et troisième cycle issus de différentes disciplines que sont la géographie, la psychologie, les sciences cognitives, l’informatique, la littérature et la musicologie. Ce projet a pour ambition de repenser la manière de concevoir, d’utiliser et de diffuser les cartes sur Internet, notamment à travers la production de deux atlas cybercartographiques : l’atlas de l’Antarctique et l’atlas des échanges commerciaux du Canada. Ces atlas, qui sont actuellement en cours de développement au sein du Geomatics and Cartographic Research Centre (http://gcrc.carleton.ca/), ont été créés à l’aide d’un logiciel source ouverte développé spécialement pour la conception d’atlas cybercartographiques (http://nunaliit.org/​). Ces atlas sont envisagés comme des moyens d’explorer de manière appliquée différentes caractéristiques du concept cybercartographique.

5Une première caractéristique de la cybercartographie concerne la place centrale réservée aux utilisateurs. Celle-ci se matérialise par une implication constante de ces utilisateurs tout au long des différentes étapes du développement des atlas. Leurs besoins sont définis dés l’origine du projet par l’intermédiaire d’une analyse formelle (User Needs Analysis – UNA). Celle-ci est complétée par la suite par différentes évaluations de l’atlas. Ce processus, basé sur des échanges itératifs entre utilisateurs et concepteurs, fait partie d’une méthodologie spécifique de Design Centré sur l’Utilisateur (User-Centred Design) développée par l’équipe de psychologues participants au projet et spécialisés dans l’interaction humain/machine. Cette approche est plus spécifiquement discutée dans la section 3 de cet article.

6La cybercartographie s’intéresse ensuite aux formes multi sensorielles que peut prendre l’information géographique. Un objectif de la cybercartographie est en effet d’étendre l’expérience cartographique à l’ensemble des sens. Alors que le touché (cf. Vasconcellos et Tsuji 2005) et l’odorat (cf. Lauriault and Lindgaard 2006) font l’objet de recherches qui demeurent principalement théoriques, le son y est étudié de manière beaucoup plus spécifique. Les multiples fonctions du son en cybercartographie ont été caractérisées et discutées par Paul Théberge (2005). Ces travaux ont mis en évidence la diversité des usages potentiels du son que ce soit à des fins didactiques, analytiques, politiques, narratives, émotionnelles ou esthétiques. Certains de ces usages ont ensuite été plus particulièrement étudiés lors de la conception de prototypes de cybercartes sonorisées notamment à travers la création d’une trame sonore narrative ou la production de contrepoints image/son (cf. Caquard et al. 2005). Les fonctionnalités audio de ces prototypes ont alors été intégrées au sein de l’infrastructure cybercartographique à l’aide d’une application spécifique combinant SVG (Scalable Vector Graphics) et JavaScript (cf. Brauen 2006). Le son fait donc partie intégrante des atlas cybercartographiques.

7L’interopérabilité de bases de données en ligne est un autre élément fondamental de la cybercartographie. En effet, la collecte de nouvelles données ne constitue pas un objectif prioritaire du projet. C’est plus l’interconnexion de bases de données existantes qui est fondamentale. En ce qui concerne l’atlas de l’Antarctique, l’objectif est de mobiliser les données disponibles sur différents sites partenaires tels que le SCAR Antarctic Digital Database ou encore le King George Island GIS, de combiner ces données et de les rendre accessibles à un large public sous une forme compréhensible et interactive. Ce type d’atlas peut donc être considéré comme un portail permettant aux utilisateurs - scientifiques, décideurs ou grand public - d’accéder, sous une forme attrayante, compréhensible et adaptée à leurs besoins spécifiques, à des données déjà existantes mais disparates, dispersées et sous des formes souvent inadaptées.

8Cette interopérabilité soulève de nombreuses questions techniques et conceptuelles, notamment au niveau de la comparabilité de ces données disparates. Dans ce contexte, l’établissement d’un vocabulaire commun s’avère indispensable (Guarino et Poli 1995). C’est ce vers quoi tend notamment un groupe de chercheurs et d’acteurs impliqués dans la gestion et l’étude de l’Antarctique (SCAR, 2004) en s’inspirant des nombreux travaux menés dans le domaine des ontologies (cf. Casati, et al. 1998; Fonseca et al. 2002). La réflexion ontologique constitue donc une autre spécificité de la cybercartographie (Pulsifer et Cooper 2006).

9Les atlas cybercartographiques sont par ailleurs évolutifs. Ils sont en effet conçus pour pouvoir être constamment mis à jour et complétés à distance par différents auteurs spécialisés dans différents domaines utilisant différents types de données. L’évolution de ces atlas est par conséquent largement dépendante de la volonté de communautés d’experts thématiques et de développeurs informatiques de les faire évoluer. Comme nous le verrons plus en détail dans la section suivante, les atlas cybercartographiques ne correspondent donc pas à des atlas finis mais beaucoup plus à des entités en perpétuelle évolution.

10Il est enfin important de souligner la place qu’occupe la dimension critique dans la cybercartographie (cf. Caquard et Taylor 2005). Cette dimension a pour objectif de contrebalancer la dérive dénoncée par Brian Harley (1990) selon lequel les cartographes se sont beaucoup trop focalisés sur les questions technologiques au dépend des conséquences sociales des images produites. La cybercartographie ne se contente donc pas de développer et de diffuser de nouvelles formes de cartes exploitant les potentialités de l’Internet, elle s’intéresse aussi à leurs contextes de production ainsi qu’aux implications possibles de leur diffusion. Cette approche critique est plus largement développée dans la dernière section de cet article.

11Pour synthétiser cette présentation rapide, on peut donc dire que la cybercartographie correspond à une conception interdisciplinaire de la cartographie combinant innovations technologiques, approche scientifique et réflexion critique. Les atlas cybercartographiques qui en découlent se caractérisent notamment par leur modularité, leur évolutivité et leur interopérabilité, ainsi que par une approche centrée sur l’utilisateur, par des artefacts multi sensoriels et par leur perméabilité aux approches critiques. Ces atlas combinent donc différentes dimensions de la cartographie contemporaine. Plus que l’une ou l’autre de ces dimensions c’est cette approche résolument holistique qui caractérise probablement le mieux la cybercartographie.

Les étapes de la genèse de l’atlas cybercartographique de l’Antarctique

12Les différentes dimensions théoriques qui viennent d’être esquissées sont directement liées aux pratiques cybercartographiques qu’elles permettent de structurer. Réciproquement ces théories se nourrissent de l’expérience acquise au cours de la création d’applications cybercartographiques. Théories et pratiques sont donc interdépendantes comme nous allons le voir à travers la présentation de la genèse de l’atlas cybercartographique de l’Antarctique. Celle-ci comporte différentes étapes successives et parallèles impliquant différents types d’expertises discutés dans cette section.

13A l’origine du processus cybercartographique se trouve donc l’utilisateur. L’atlas cybercartographique de l’Antarctique étant destiné principalement à un public de lycéens, leurs besoins et attentes ont été étudiés à l’aide d’une analyse formalisée ou UNA (voir section précédente) structurée autour d’enquêtes, d’entretiens, de recherches bibliographiques et d’analyses de documents existants. Une des originalités de cette démarche est qu’elle intègre non seulement les besoins des utilisateurs potentiels de l’atlas mais aussi les perspectives des développeurs informatiques, ainsi que celles des différents partenaires scientifiques impliqués dans le projet (Philip et al. 2004). Cette démarche de Design Centré sur l’Utilisateur a donc permis de combiner ces perspectives de manière à formuler des recommandations destinées à orienter la conception de l’atlas en fonction des attentes des différentes parties prenantes, des besoins pédagogiques, ainsi que des contraintes technologiques (Pulsifer et al. 2005).

14A partir de ces recommandations, une équipe composée principalement de géographes s’est ensuite attelée à développer le contenu de l’atlas en collaboration avec différentes institutions scientifiques telles que le Scientific Committee on Antarctic Research (SCAR) ou le British Antarctic Survey. Textes, cartes et autres illustrations ont été organisés sous forme de modules. Un module peut être défini comme une composante de l’atlas dédiée à l’étude d’un lieu (ex. La vallée de McMurdo) et/ou d’un thème spécifique (ex. l’exploration de l’Antarctique) et combinant pour cela des éléments cartographiques, narratifs et multimédias. Les modules d’un même atlas ont en commun leur ressemblance visuelle puisqu’ils utilisent une même charte graphique (template). Celle-ci a été conçue par un groupe composé de designers, d’informaticiens et de psychologues spécialisés dans l’interaction humain/machine. Ces modules sont reliés entre eux au sein de l’atlas par des menus et liens hypertextes générés automatiquement. Ces modules sont donc cohérents au niveau de leur forme mais ne le sont pas nécessairement au niveau de leur contenu.

15Chaque module est en effet développé par un individu ou un groupe d’individus spécialisé dans le domaine étudié sans qu’il n’y ait nécessairement un travail éditorial de validation de la cohésion globale de l’atlas. A l’image des applications de type Wiki favorisant la production collaborative de savoirs, un atlas cybercartographique peut donc être défini comme une agrégation de modules pouvant être édités, modifiés, supprimés ou complétés en tout temps et tout lieu par n’importe quel utilisateur autorisé. Cette modularité et cette évolutivité sont permises grâce au modèle cybercartographique développé spécifiquement pour ce projet.

16Parallèlement à la création de ces modules, une équipe d’informaticiens s’est attachée à développer ce modèle cybercartographique. Sa conception a été structurée en fonction de différents critères : respecter les recommandations de l’UNA ; être accessible à partir d’un logiciel de navigation standard ; utiliser une technologie source ouverte et être compatible avec les standards ouverts ; offrir un haut niveau d’interactivité ; être susceptible d’intégrer des éléments multi sensoriels ; permettre une interconnexion aisée entre les différents modules de l’atlas ; permettre d’interroger des bases de données à distance et en temps réel ; et finalement, être facilement utilisable par les auteurs de modules. L’équipe d’informaticiens a développé ce modèle en suivant un processus itératif permettant de prendre en compte les besoins, recommandations et critiques des différents partenaires au fur et à mesure de l’évolution de l’application.

17Cette approche s’inspire du modèle DocBook (http://docbook.org), un autre projet source ouverte dans lequel les documents techniques sont écrits indépendemment des détails spécifiques d’implémentation, en l’occurrence du contenu des modules de l’atlas. Dans cette approche, le modèle évolue avec les besoins des différents partenaires. Il devient un support de discussion et favorise la compréhension entre le développeur informatique et les auteurs. Cette approche offre aux auteurs la possibilité de travailler sur les modules en même temps que l’apparence et les fonctionnalités de ceux-ci évoluent. Parallèlement, elle permet aux informaticiens de prendre connaissance des besoins des acteurs et de se concentrer sur les fonctionnalités qui seront nécessaires au bon fonctionnement des modules. Chacune des composantes de l’atlas peut donc progresser simultanément sans que les décisions prises par les uns ne remettent en cause le travail des autres.

Figure 1. La structure du modèle cybercartographique (modèle développé par J.P. Fiset, A. Hayes)

18D’un point de vue technologique, le modèle informatique de l’atlas est composé de trois éléments principaux (cf. Figure 1) : (1) un fichier XML, au sein duquel les auteurs intègrent et organisent le contenu de leur module (couvertures cartographiques, types d’analyses géo-spatiales, textes et autres médias) et définissent des liens entre ces éléments et entre les différents modules. (2) Ce fichier est ensuite envoyé dans un compilateur développé en XSLT et Java, qui le transforme en fichiers XHTML, SVG, Javascript ou servlets. Cette phase est supervisée par le gestionnaire de l’atlas à qui il incombe donc de traduire informatiquement le contenu fourni par les auteurs et de s’assurer de la cohésion au sein de chaque module ainsi qu’au niveau de l’atlas en général. (3) Ces fichiers sont ensuite envoyés à l’hébergeur de l’atlas qui doit s’assurer du bon fonctionnement de l’ensemble et de son accessibilité par l’utilisateur final.

19Cette organisation a débouché sur la création d’un premier prototype qui a été soumis à un test d’utilisabilité correspondant à une étape importante de la méthodologie de Design Centré sur l’Utilisateur (cf. Narasimhan et al. 2005). Les résultats obtenus ont été pris en compte pour le développement de la version actuelle de l’atlas. Celle-ci est composée actuellement de six modules qui se caractérisent notamment par différentes innovations technologiques et conceptuelles. Parmi celles-ci on peut citer un outil « ligne de temps interactive » généré automatiquement par le modèle à partir de données temporelles. Cet outil est notamment utilisé dans le module traitant de l’historique des différentes revendications territoriales en Antarctique (cf. figure 2). Le modèle permet aussi d’associer des fichiers sons aux objets géographiques tout en leur affectant différents types de comportements (ex. volume, choix des pistes) en fonction de critères prédéfinis. Ces associations et comportements peuvent être générés à partir de données variées accessibles à la volée. D’autres exemples d’innovations technologiques et conceptuelles sont discutés plus en détails dans un article à paraître (cf. Pulsifer et al. à paraître).

Figure 2. Capture d’écran du prototype de l’atlas cybercartographique de l’Antarctique – Module relatif aux revendications territoriales (reproduit avec l’autorisation du Geomantics and Cartographic Research Centre, Carleton University)

20Ces quelques exemples mettent en évidence la dimension exploratoire des atlas cybercartographiques. Néanmoins il est important de souligner que ces avancées technologiques ont été réalisées au dépend du développement de fonctionalités plus classiques telles que le zoom ou les outils de navigation au sein des cartes. L’absence de ce type de fonction - qui devrait être palliée au fur et à mesure de l’évolution de l’infrastructure - s’explique par des choix stratégiques privilégiant le développement de nouvelles fonctionnalités au dépend de la duplication de celles déjà existantes dans d’autres applications. De ce point de vue là un atlas cybercartographique se caractérise beaucoup plus par son infrastructure ouverte permettant l’évolution de son contenu et de ses fonctionnalités, que par un document de référence finalisé. Un atlas cybercartographique correspond donc à un formidable support de recherche offrant un environnement privilégié pour l’exploration de nouvelles méthodologies, technologies et concepts cartographiques.

De l’efficacité cartographique à l’acte cybercartographique

21L’objectif principal des travaux relatifs à l’interaction homme/machine appliqués à la cybercartographie est d’améliorer l’accès à l’information de manière à ce que celui-ci se fasse le plus « efficacement » possible. L’utilisateur doit pouvoir accéder rapidement à l’information dont il a besoin. Cette approche caractérise une volonté fondamentale d’éviter que l’utilisateur ne soit retardé ou ne s’égare au cours de son expérience cybercartographique. Cette volonté d’empêcher l’utilisateur de se perdre en facilitant la navigation est souvent avancée comme étant une nécessité. Dans cette approche, la carte est perçue comme devant être efficace, c'est-à-dire, pour reprendre l’acceptation de Jacques Bertin (1967, 139), qu’elle doit permettre en un temps d'observation minimal de fournir une réponse correcte et complète à une question donnée. Si cette notion est fondamentale en cybercartographie, elle ne doit en aucun cas être exclusive.

22En se contentant d’améliorer la diffusion du message cartographique on réduit en effet les risques d’égarement. Or la notion d’égarement présente un certain nombre d’aspects positifs qu’il est important de rappeler. Elle correspond tout d’abord à une forme différente d’accès à l’information en général et à l’information sur Internet en particulier. A travers les pérégrinations permises par les liens hypertexte, l’utilisateur peut être amené à faire des rencontres et des découvertes inespérées et improbables. C’est le concept de sérendipité – faculté de trouver quelque chose d’imprévu et d’utile en cherchant autre chose – qu’utilise notamment William Cartwright (2004) pour améliorer l’exploration de l’information géographique. Cette notion de sérendipité est fondamentale dans le domaine des sciences en général et dans celui des sciences de l’information géographique en particulier. L’exemple le plus célèbre – même s’il n’est pas nécessairement le plus glorieux – illustrant cette notion de sérendipité associé à la cartographie est probablement la découverte involontaire de l’Amérique par Christophe Colomb.

23Mais l’égarement n’est pas seulement un moyen de favoriser la découverte, c’est aussi un moyen de lutter contre les différents pouvoirs qui structurent la société. Cette idée a largement été développée dans les sciences sociales. Par exemple Michel De Certeau (1984) a mis en évidence l’intérêt de la marche comme mode de transgression de l’organisation fonctionnaliste urbaine. Cette approche rejoint celle formalisée par Guy Debord et les situationnistes dans le concept de « dérive » (Debord, 1956). Ce concept est basé sur l’idée que nos déplacements sont limités par des barrières psychogéographiques qui peuvent être franchies par l’intermédiaire de déplacements aléatoires. Cette idée est reproduite graphiquement dans la série de cartes psychogéographiques rassemblées dans « The Naked City » qui a inspiré de nombreuses recherches en cartographie critique (Pinder, 1996 ; Corner, 1999 ; Picon, 2003). Déambulation et dérive caractérisent donc une même idée de résistance aux pouvoirs structurants qu’ils soient politique, économique, idéologique ou culturel.

24Or les cartes sont souvent utilisées comme moyen de conforter ces pouvoirs et leur autorité, comme cela a été démontré à maintes reprises par les travaux menés en cartographie critique. La seule finalité d’amélioration de l’efficacité du message cartographique comporte donc le risque de renforcer l’autorité des pouvoirs structurants en améliorant la diffusion de leurs perspectives sans favoriser l’émergence d’interprétations plus personnelles susceptibles d’aider à une meilleure prise de conscience de l’existence de ces pouvoirs. Même si la plupart des cartographes s’accorde maintenant pour reconnaître que la théorie de la correspondance – théorie selon laquelle les cartes sont des représentations objectives et neutres de la réalité – n’est plus valide (Crampton, 2003), l’idée d’objectivité reste encore très souvent associée aux cartes dans l’imaginaire collectif (Caquard et Taylor 2005).

25Cette association peut s’expliquer de différentes manières et notamment par le fait que, comme le souligne Brian Harley (in Wood 2002), la carte n’a pas d’auteur avéré. Cela signifie que bien souvent l’image cartographique est totalement dissociée de son contexte de production. Les liens qui rattachent image et contexte en cartographie sont quasiment invisibles et se limitent généralement aux sources de l’information voire à la mention de l’organisme de production. La carte est donc généralement présentée, et par conséquent perçue, comme un document autonome. Détachée de tout contexte de production, la carte n’est plus une image construite de l’espace, elle devient une miniaturisation « naturalisée » de cet espace. Débarrassée de toutes références aux choix successifs dont elle est la résultante – choix des données, des méthodes d’analyse, de représentation, de diffusion, etc. – la carte présente sous une forme qui semble objective la somme de choix qui sont par définition subjectifs. La prise de conscience de l’existence de ces choix est indispensable pour bien faire comprendre l’idée selon laquelle l’image cartographique reste une interprétation de la réalité. Un des objectifs de la cybercartographie est donc de favoriser cette prise de conscience ainsi que le développement d’un regard critique vis-à-vis de l’information cartographiée. Un moyen pour y parvenir est de mettre en évidence la dimension construite de toute carte, c’est-à-dire, comme le suggère John Pickles (2004), d’aborder les cartes au sein de leur contexte de production.

26Ce type d’approche a été développé depuis longtemps dans d’autres disciplines. Par exemple, au cinéma les réalisateurs de la nouvelle vague ont utilisé de multiples techniques pour distancier leurs films de la réalité. Dans le mépris (1963), Jean-Luc Godard s’inspire notamment de l’œuvre de Berthold Brecht sur le réalisme au théâtre pour intégrer des éléments irréalistes et dissocier ainsi son film de la réalité (Stam 2002). Dans La nuit américaine (1973), François Truffaut utilise un plan arrière dans la scène introductive pour montrer l’envers du décor cinématographique et mettre en évidence la dimension construite de toute scène filmée. Cette mise en évidence permet de réduire la puissance de crédibilité de l’image. Celle-ci ne représente plus un fait mais un point de vue sur ce fait.

27Ce type d’approche a aussi largement été développé en photographie. Comme le souligne André Bazin (1975), c’est plus la genèse que l’image qui confère à la photographie sa puissance de crédibilité. « Cette genèse automatique a bouleversé radicalement la psychologie de l’image. L’objectivité de la photographie lui confère une puissance de crédibilité absente de toute œuvre picturale. Quelles que soient les objections de notre esprit critique, nous sommes obligés de croire à l’existence de l’objet représenté, effectivement re-présenté, c’est-à-dire rendu présent dans le temps et l’espace. La photographie bénéficie d’un transfert de réalité de la chose sur sa reproduction » (Bazin 1975, 13).

28La cartographie ne bénéficie bien évidemment pas d’un transfert de réalité aussi direct puisqu’elle comporte une étape intermédiaire qui est le codage d’éléments de cette réalité et leur traduction sous forme de signes. Néanmoins, on peut penser que la technicisation de cette étape intermédiaire ne favorise pas véritablement la remise en question de la puissance de crédibilité de l’image cartographique. Les différentes étapes du processus de genèse cartographique telles que l’automatisation de la production et de la diffusion à l’aide de technologies sophistiquées issues de la géomatique, la dimension mathématique de la reproduction de la réalité à travers l’utilisation de systèmes de coordonnées géoréférencées, ou encore l’usage de plus en plus répandu d’images de cette réalité que sont les images satellitaires, participent du maintien, voire de l’accroissement, de cette puissance de crédibilité.

29En photographie, la volonté de réduire cette puissance de crédibilité, ou pour le moins de la mettre en perspective, s’est traduite par la quête d’une représentation de la dimension construite de toute image photographique. En proposant le concept d’acte photographique Philippe Dubois (1990) souligne ainsi l’importance de la genèse dans l’image photographique. Ce concept insiste sur le fait que l’image photographique est inséparable de l’acte qui la fait être,« étant entendu que cet « acte » ne se limite pas, trivialement, au seul geste de la production proprement dite de l’image mais qu’il inclut aussi bien l’acte de sa réception et de sa contemplation » (Dubois 1990, 9).

30Nous proposons ici d’étendre ce concept d’acte photographique à la cybercartographie. L’acte cybercartographique souligne alors le fait qu’il ne nous est plus possible de penser l’artefact en dehors de l’acte qui le fait être – le processus ou genèse cybercartographique – ni de son contexte de réception. En d’autres termes, dans l’acte cybercartographique l’artefact est envisagé non seulement comme étant la résultante d’un processus et de choix multiples et variés, mais aussi comme étant intimement lié au contexte social et professionnel dans lequel il a été produit et dans lequel il est utilisé. Dans l’acte cybercartographique, le processus de création de connaissance que ce soit au niveau du concepteur ou de celui de l’utilisateur devient aussi important que l’information représentée. L’acte cybercartographique tend donc à concilier carte, contexte de production et contexte de réception.

31Dubois illustre le concept d’acte photographique à l’aide du dispositif de Michael Snow intitulé Authorization (1967, Galerie Nationale du Canada, Ottawa) qui met en situation le photographe et le regardeur en intégrant différentes photographies montrant les différentes étapes de la construction de l’image finale. « L’œuvre de Michael Snow (…) ne nous montre finalement pas autre chose que ses propres conditions d’apparition et de réception. Les trois questions fondamentales que l’on pose à toute œuvre d’art (qu’est-ce qui est représenté ? comment cela a-t-il été produit ? comment cela est-il perçu ?) n’en font ici qu’une seule » (Dubois 1990, 11). Si la cartographie s’est très largement appliquée à répondre à la première de ces questions, la cybercartographie a pour ambition d’aborder aussi les deux autres, c’est-à-dire d’intégrer la genèse dans l’artefact cybercartographique et d’explorer ses diverses perceptions et utilisations.

32Des éléments de réponse à ces questions se trouvent probablement dans les nombreuses démarches artistiques contemporaines que suscitent les cartes. Les processus de production et de réception sont en effet considérés par certains artistiques comme largement aussi important que l’artefact lui-même pour exprimer et questionner certaines formes de productions sociales. Dans son projet Biomapping (http://www.biomapping.net/​) Christian Noldes utilise par exemple un capteur électrique couplé à un GPS pour enregistrer les résistances électriques de la peau qui correspondent à un indicateur de stimulations émotionnelles. L’utilisateur devient donc le producteur d’une information géographique générée par ses propres émotions. Des outils de cartographie collaborative tels que ceux utilisés dans le projet Mapping Contemporary Capitalism (MCC) sont aussi développés pour inciter les utilisateurs à se positionner eux-mêmes au sein de réseaux auxquels ils appartiennent (King 2006). Ces réseaux sont dés lors cartographiés par les entités qui les constituent. Ce type d’approche marque le passage d’une cartographie du dessus, dressée par des institutions externes, à une cartographie du dedans, dressée par ceux-là même qu’elle représente. Un autre exemple est fourni par les installations de Jake Barton qui utilisent la carte comme moyen de collecter des récits spatiaux dans l’espace public et de générer des performances pour et avec le public (Krygier 2006). Ces installations utilisent les capacités performatives et narratives des cartes pour favoriser leur réappropriation au sein même de l’espace public. Ces différents exemples caractérisent une même volonté d’impliquer plus largement les individus citoyens dans le processus de production cartographique et de leur proposer ainsi une vision différente de leur environnement à travers la carte.

33Le concept d’acte cybercartographique s’inscrit dans ce contexte et pose les bases d’une cartographie sociale débarrassée de ses prétentions d’objectivité et d’universalité, permettant aux individus et groupes culturels de mieux définir, et par conséquent s’approprier, la manière de représenter les liens socio-spatiaux qui les concernent. Plus que des atlas ou des infrastructures d’atlas, se sont donc les bases d’une réflexion sur l’émergence de productions cartographiques collectives qui sont posées par l’acte cybercartographique.

Conclusion

34La cybercartographie envisage les sciences, les technologies et les arts comme autant d’angles d’approche fondamentaux et complémentaires pour favoriser l’émergence de nouvelles formes et pratiques cartographiques. La cybercartographie n’est donc pas une simple excroissance de la cartographie appliquée au monde de l’Internet et des nouvelles technologies. C’est véritablement une approche innovante qui cherche à embrasser la cartographie contemporaine dans sa globalité en se basant sur la création d’atlas cybercartographiques comme supports d’expérimentation et de diffusion. Ces atlas se caractérisent notamment par des innovations en termes d’interdisciplinarité, de multi sensorialité, d’interopérabilité, de modularité ou d’évolutivité. Ils se caractérisent aussi par l’environnement spécifique qu’ils offrent pour le développement d’une cartographie qui demeure scientifique tout en étant consciente de ses limites en termes d’objectivité ainsi que de son pouvoir de persuasion ; une cartographie qui soit à la fois précise et rigoureuse tout en intégrant des fragments d’émotions et de perceptions.

35Le concept d’acte cybercartographique introduit dans cet article vise donc à intégrer ces dimensions émotionnelles et perceptives dans les artefacts de manière à dépasser la seule fonction représentationnelle de l’information géographique. A travers le concept d’acte cybercartographique, c’est donc vers une « cartographie post-représentationnelle » - pour reprendre l’expression de John Pickles (2004, 160) - que nous nous dirigeons, c’est-à-dire vers une cartographie qui ne cache plus ni ses origines, ni ses dimensions politiques, culturelles et sociales, ni les intérêts qu’elle défend.

Haut de page

Bibliographie

Bazin A., 1975, Qu’est-ce que le cinéma ?, Paris, Editions du Cerf.

Bertin J., 1967, Sémiologie graphique - Diagrammes, réseaux, cartographie, Paris, Gauthier-Villars Mouton.

Brauen G., 2006, “Designing Interactive Sound Maps Using Scalable Vector Graphics”, Cartographica, Special issue on Cybercartography, March 2006, 41 (1), 59-71.

Caquard S., et D.R.F. Taylor, 2005, “Art, Maps and Cybercartography: Stimulating Reflexivity Among Map Users”, in D.R.F. Taylor (ed.), Cybercartography: Theory and Practice, Amsterdam, Elsevier Science, 285-307.

Caquard, S., G. Brauen, et B. Wright, 2005, “Exploring sound design in cybercartography”. XXII International Cartographic Conference (ICC 2005), A Coruna, Spain, 9-16 juil. 2005.

Cartwright W. E., 2004, “Engineered Serendipity: thoughts on the design of conglomerate containing geoviz tools and geographical new media artifacts”, Transactions in GIS, January 2004, 8 (1), 1-12.

Casati R., Smith B., et A. Varzi, 1998, “Ontological tools for geographic representation”, Proceedings of the first international conference on Formal Ontology in Information Systems (FOIS'98), Trento, Italy, June 6-8, 1998.

Corner J., 1999, “The Agency of Mapping: Speculation, Critique and Invention”, in Mappings, D. Cosgrove (ed.), Reaktion Books, 213-252.

Cosgrove D., 2003, ‘‘Historical perspectives on representing and transferring spatial knowledge’’, in Silver, M. and D. Balmori (eds.), Mapping in the Age of Digital Media – The Yale Symposium, Wiley-Academy, 128–137.

Crampton J. W., 2003, The Political Mapping of Cyberspace, Chicago, The University of Chicago Press.

Debord G-H., 1956, « Théorie de la Dérive », Les lèvres Nues, Bruxelles (9), Nov. 1956.

De Certeau M., 1984, The practice of everyday life, Berkeley, University of California Press.

Dubois P., 1990, L'acte Photographique, Paris, Nathan-Université.

Fonseca, F.T., Egenhofer M.J., et P. Agouris, 2002, “Using Ontologies for Integrated Geographic Information Systems”, Transactions in GIS, 6 (3), 231-257.

Guarino N., et R., Poli, 1995, “The Role of Formal Ontology in the Information Technology”, International Journal of Human-Computer Studies, (43), 623-624.

Harley J. B., 1990, “Cartography, Ethics and Social Theory”, Cartographica, 27 (2), 1-23.

King J. J., 2006. “The Node Knows”, in Abrams J., and P. Hall (eds), Else/Where: Mapping; New Cartographies of Networks and Territories, University of Minnesota Design Institute, 44-49.

Krygier J., 2006, “Jake Barton’s Performance Maps: An Essay”, Cartographic Perspectives, Winter 2006, (53), 41-50.

Lauriault T.P. and G. Lindgaard., 2006. “Scented Cybercartography: Exploring Possibilities.” Cartographica, Special issue on Cybercartography, March 2006, 41 (1), 73-91.

Narasimhan S., Khan S., Gauthier M., Philips K., et A. Parush, 2005, “Usability test of the Cybercartographic Atlas of Antarctica High Fidelity Prototype.” Report, HotLab, Carleton University, Ottawa, Canada.

Philip K., Rasouli M., Narasimhan S., et G. Lindgaard, 2004, “User Needs Analysis, Report for Cybercartography and New Economy Project”, CD-ROM, Human Oriented Technology (HOTLab), Carleton University, Ottawa, Canada.

Picon A., 2003, « Représenter la ville territoire : entre écrans de contrôle et dérives digitales », in Global Navigation System, Cercle d'art, Palais de Tokyo, site de création contemporaine, 54-67.

Pickles J., 2004, A History of Spaces: cartographic reason, mapping and the geo-coded world, London and New-York: Routledge.

Pinder D., 1996, “Subverting cartography: the situationists and maps of the city”, Environment and Planning A, (28), 405-427.

Pulsifer P.L., Hayes A., Fiset J-P. et D.R.F. Taylor, à paraître, “An Open Source Development Framework in Support of Cartographic Integration”, in M. P. Peterson (ed.), Maps and the Internet 2nd ed., Amsterdam, Elsevier.

Pulsifer P.L. et A.P.R. Cooper, 2006, “A Geographic Grammar for Antarctica: Features, Semantics and Ontology.” Presented at the SCAR Open Science Conference, Hobart Australia, July 12-14, 2006.

Pulsifer P., Parush A., Lindgaard G. et D.R.F. Taylor, 2005, “The Development of the Cybercartographic Atlas of Antarctica”, in D.R.F. Taylor (ed.), Cybercartography: Theory and Practice, Amsterdam, Elsevier Science, 461-490.

SCAR, 2004, SCAR Spatial Data Model and Feature Catalogue, Australian Antarctic Division, http://www.aad.gov.au/default.asp?casid=6259, (accès 02/02/05)

Stam R., 2002, Commentaire audio de « Le Mépris », Dir. Jean-Luc Godard, 1963, DVD, Criterion Collection.

Taylor D.R.F., 1997, “Maps and Mapping in the Information Era”, Keynote address to the 18th ICA Conference, Stockholm, in L. Ottoson (ed.), Proceedings, Vol. 1, 1-10.

Taylor D.R.F. 2003, “The Concept of Cybercartography”, in M. P. Peterson (ed.), Maps and the Internet, Amsterdam, Elsevier, 405-420.

Théberge P., 2005, “Sound Maps: Music and Sound in Cybercartography”, in D.R.F. Taylor (ed.), Cybercartography: Theory and Practice, Amsterdam, Elsevier Science, 389-410.

Vasconcellos R., et B. Tsuji, 2005, “Interactive Mapping for People Who Are Blind or Visually Impaired”, in D.R.F. Taylor (ed.), Cybercartography: Theory and Practice, Amsterdam, Elsevier Science.

Wood D., 2002, “The map as a kind of talk: Brian Harley and the confabulation of the inner and outer voice”,Visual Communication, 1 (2) : 139-161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Caquard, Peter Pulsifer, Jean-Pierre Fiset et D. R. Fraser Taylor, « Introduction au concept d’acte cybercartographique : genèse d’un atlas cybercartographique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 395, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22420 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22420

Haut de page

Auteurs

Sébastien Caquard

Geomatics and Cartographic Research Center (GCRC, Department of Geography and Environmental Studies, Carleton University, Ottawa, Ontario, Canada
scaquard@connect.carleton.ca

Peter Pulsifer

Geomatics and Cartographic Research Center (GCRC, Department of Geography and Environmental Studies, Carleton University, Ottawa, Ontario, Canada
ppulsife@connect.carleton.ca

Jean-Pierre Fiset

Geomatics and Cartographic Research Center (GCRC, Department of Geography and Environmental Studies, Carleton University, Ottawa, Ontario, Canada
jp.fiset@ClassOne-Tech.com

D. R. Fraser Taylor

Geomatics and Cartographic Research Center (GCRC, Department of Geography and Environmental Studies, Carleton University, Ottawa, Ontario, Canada
ftaylor@connect.carleton.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page