Navigation – Plan du site
2009
464

« Lucy in the sky »… ou penser l’espace en millions d’années

Lucy in the sky”… thinking the space in million year terms
Michel Rasse

Résumés

La paléoanthropologie offre au géographe un terrain d’exercice rêvé pour appréhender le rapport à l’espace de scientifiques qui essaient d’élaborer les scénarios de l’évolution et de « l’odyssée » des espèces. Dans ces tentatives, le déterminisme géographique, décliné en déterminisme écosystémique, climatique, voire géologique, est souvent de règle. Un retour sur la célèbre et médiatique « théorie » de l’East Side Story de Y. Coppens permet de montrer comment le récit prend le pas sur l’argumentation scientifique et souligne la difficulté de « penser l’espace en millions d’années ». Une relecture nécessaire à un moment où les thèses créationnistes se font de plus en plus prégnantes.

Haut de page

Notes de l’auteur

« Lucy in the sky with diamonds » est la chanson des Beatles qui est à l’origine de l’appellation de la célèbre Lucy, Australopithecus afarensis presque entier découvert dans la vallée de l’Omo en 1974.

Texte intégral

1Si désormais de nombreux géographes tentent d’appréhender l’espace en intégrant la dimension temporelle dans tout ce que celle-ci peut représenter, il faut reconnaître que leurs recherches portent surtout sur les périodes historiques – de l’Antiquité à nos jours –, essentiellement parce que les vestiges de ces sociétés du passé sont nombreux. Certains mêmes promeuvent cette approche à son application aux sociétés actuelles, notamment aux sociétés ayant conservé un mode de vie très traditionnel et encore fortement ancrées sur leur espace, que ce dernier soit tropical (Bonnemaison 1986-87 ; Forestier, 2008 ; Guillaud, 2008), nordique (Collignon, 1996) ou tout autre… La reconnaissance « du passé dans l’espace » (Guillaud, 2008) est donc d’actualité.

2Rares sont par contre les études qui associent à la réflexion spatiale le temps très long, celui de la Préhistoire, du Paléolithique au Néolithique. Or ce temps long est celui de l’évolution des sociétés par celle des techniques, techniques qui se trouvent être souvent les seules à pouvoir être étudiées (compte tenu de la conservation des restes lithiques). Il se définit en centaines et en dizaines de milliers d’années pour le Paléolithique, en milliers d’années ou un peu moins pour le Néolithique. Il n’a rien de commun avec les temps « courts » de l’ethnoarchéologie, de l’archéologie du paysage, de l’archéogéographie ou de la géohistoire qui se lisent sur quelques siècles souvent, quelques millénaires tout au plus. Les paléolithiciens commencent néanmoins à s’ouvrir à la réflexion spatiale (Bracco, 2004 ; Demars, 2006 par exemple) et c’est dans ce cadre pluridisciplinaire que nous avons nous-mêmes proposé un exemple de possible lecture spatiale à partir de l’étude diachronique du site paléolithique moyen d’Umm el Tlel en Syrie centrale (Rasse et Boëda, 2006) et une « relecture » de la diffusion du Néolithique en Europe (Rasse, 2008).

  • 1  Dans l’ordre des Primates, « Hominoïdes » désignent une superfamille (familles : hylobatidés + pon (...)

3Mais encore plus rares, pour ne pas dire inexistantes, sont les tentatives de « penser l’espace sur des millions d’années ». Sans doute parce que là, le géographe perd totalement ses références, même si dès Vidal de la Blache (1913) les temporalités de la géographie sont bien distinguées de celles de l’histoire (cf. aussi les démarches de Clark, 1949, de Champier, 1952… pour des « pas de temps » néanmoins plus courts). Parce que cet ordre de grandeur temporel ne peut se corréler, se concevoir, qu’avec l’ordre de grandeur spatial équivalent, celui du « global », lequel est bien peu, hormis celui de la mondialisation économique, celui des recherches portant sur la production des espaces de nos sociétés. Or le million d’années c’est l’ordre de grandeur de l’évolution des espèces d’homininés1 et donc, d’une façon ou d’une autre, celui des premières sociétés « humaines ».

4Évidemment l’objectif n’est pas de promouvoir une « géographie de l’australopithèque » – bien que l’on parle à son sujet de « socioécologie »(Picq, 1993)… –, de l’Homo habilis ou de l’Homo ergaster. Mais dans le souci constant de promouvoir l’interdisciplinarité entre la géographie et les « sciences du temps long », proposer une approche spatiale plus proche des données de l’archéologue reste sans doute la meilleure des démarches scientifiques. Un constat est assez évident dans les recherches préhistoriques et a fortiori paléoanthropologiques : moins il y a de données, plus les hypothèses sont nombreuses et, parmi elles, beaucoup sont élaborées sans tenir compte des espaces en jeu et des échelles concernées. Nombreux sont néanmoins les scientifiques de disciplines voisines qui s’élèvent contre une vision partielle des choses et qui soulignent les défauts de la formation des paléoanthropologues : absence de connaissances des théories de l’évolution, de l’éthologie des primates, de la recherche en génétique… (Chaline, 2000;Picq in Coppens et Picq, 2004). Mais la paléoanthropologie offre de fait au géographe un terrain d’exercice rêvé pour appréhender le « rapport à l’espace » de scientifiques qui essaient d’élaborer les scénarios de l’évolution et de « l’odyssée » des espèces. C’est cet aspect que nous souhaitons ici développer, soucieux de montrer que l’argumentation est trop souvent déterministe et, hélas, que le message véhiculé, consciemment ou inconsciemment, dans les publications scientifiques ou de vulgarisation n’est guère propice à lutter contre les thèses créationnistes en vogue.

Retour sur les origines : « l’East Side Story »

5L’un des meilleurs exemples de réflexion déterministe est celui de « l’East Side Story » formulé par Y. Coppens (1983), aujourd’hui considérée comme inopérante mais néanmoins systématiquement rappelée -voire toujours défendue- dans la plupart des publications (Picq, 2003, 2005, Senut in Coppens et Picq, 2004…). Si l’on a là un très bel exemple d’hypothèse de travaildestinée à faire progresser la réflexion, nul doute que sa « théorisation » ait été basée dès le début sur des « erreurs géographiques ».

6Revenons un instant sur un texte fondateur, présenté ici dans une version reflétant le poids d’une démarche fortement marquée par le discours d’une géographie qui ne s’est pas encore renouvelée :

« On peut se demander, en étendant ce raisonnement dans le temps et dans l’espace, si ce n’est pas ce même processus de transformation du climat qui aurait provoqué, au sein de la population de nos ancêtres, la séparation entre nos cousins et nous-mêmes, dès le Miocène supérieur. La forêt s’étendait alors de l’Atlantique à l’océan Indien ; la Rift Valley, en s’effondrant, aurait perturbé, par le relèvement de ses bords, le régime des précipitations ; l’Ouest serait resté couvert, tandis que l’Est aurait vu sa forêt se réduire et son paysage se découvrir. Les « Occidentaux » de notre famille seraient ainsi demeurés dans un environnement humide et boisé, en maintenant ou améliorant cette parfaite adaptation à la vie à terre et dans les arbres. La conjuration de la grande cassure et du changement climatique progressif aurait peu à peu contraint les « Orientaux » à s’adapter à un environnement de plus en plus sec et déboisé. Gorilles et Chimpanzés pourraient représenter les descendants de ceux de nos ancêtres qui se seraient trouvés maintenus dans un paysage couvert ; Australopithèques et Hommes, les descendants de ceux de nos ancêtres qui, isolés par un accident tectonique devenu peu à peu une barrière écologique, se sont trouvés confrontés à un climat qui se dégradait sans cesse, et ont dû s’adapter à un paysage ouvert. Un noyau de forêts et de savane boisée lové au creux du Golfe de Guinée représente aujourd’hui, à l’Ouest de la Rift, le domaine des uns ; les auréoles de plus en plus découvertes sur lesquelles s’est greffé le régime saisonnier des moussons représente, à l’est de la Rift, le berceau des autres ».
Y. Coppens, Le singe, l’Afrique et l’homme, 1983.

7La « théorie » est fortement marquée par le classique déterminisme géographique. L’analyse est très simple, et ainsi très efficace : si le « singe devient homme », c’est parce qu’il est obligé de se redresser en acquérant la bipédie, s’il se redresse, c’est parce que le couvert végétal devient plus clairsemé, si la végétation se transforme, c’est parce que les conditions climatiques changent, et si les précipitations diminuent, c’est parce que la tectonique des plaques modifie les reliefs et donc les échanges atmosphériques globaux. Le déterminisme géographique se décline donc ici simultanément en un déterminisme écosystémique, en un déterminisme climatique et en un déterminisme géologique.

8Le géographe reconnaît là le déterminisme que certains ont très tôt tenté de combattre et que la « nouvelle géographie » n’a eu de cesse de déplorer dans les deux dernières décennies du XXe s. Fortement ancré dans les esprits dès l’école primaire, ce déterminisme rejaillit là sous la plume du paléoanthropologue. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la formulation de cette idée se fait au début des années 80, dans un moment où la géographie universitaire – qui aurait pu, qui aurait dû en limiter la portée dans les esprits – n’a pas encore vraiment amorcé son renouveau épistémologique et lorsque les géophysiciens et les géologues commencent à vulgariser, auprès des esprits avisés, la théorie des plaques lithosphériques (suite à l’hypothèse du « tapis roulant » émise par H. Hess en 1962). Doit-on la formulation de l’East Side Story à celle de la théorie des plaques lithosphériques qui explique la naissance et l’évolution dans le temps de la Rift Valley ?

« L’évidence » cartographique

9Le postulat est aussi une très sérieuse « évidence » cartographique : tous les fossiles d’australopithèques sont exclusivement découverts dans l’Est africain et les singes actuels ne vivent que dans les forêts occidentales. Donc l’émergence de notre lignée n’a pu se faire que dans les régions à moindre couvert végétal de la Rift Valley. L’auteur accompagne sa démonstration d’une carte montrant la répartition des gorilles et chimpanzés et celle des australopithèques et premiers individus du genre Homo (figure 1, carte 3). Cette carte est depuis assez récurrente dans les publications (Chaline, 2000 ; Picq, 2005 pour des exemples récents). La « géographie » des australopithèques – fossiles – ne peut se comprendre, se concevoir que par rapport à la répartition – actuelle – des Panidés.

Figure 1 : « L’évidence cartographique » de Y. Coppens.

Carte 1 : « Carte de l’Afrique intertropicale au Miocène supérieur » ;
Carte 2 : « Carte de l’Afrique intertropicale aujourd’hui pour montrer le retrait de la forêt de l’autre côté de la Rift Valley » ;
Carte 3 : « Répartition des Panidés (Gorilles et Chimpanzés) et des Hominidés (Australopithèques et premiers Hommes) » ; en trait noir les zones d’extension crustale du rift africain.

Titres des cartes originaux et cartographie établie d’après Coppens Y., Le singe, l’Afrique et l’Homme, 1983.

  • 2  Même si le premier australopithèque – l’enfant de Taung – a été découvert en Afrique du Sud en 192 (...)

10En réalité, la cartographie reflète l’état des recherches scientifiques de l’époque. Les découvertes d’australopithèques n’étaient nombreuses que dans l’Est africain2, sur des latitudes comprises entre le lac Tanganyika et Djibouti, et cela pour des raisons éminemment taphonomiques : ce sont les conditions géomorphologiques et sédimentaires du rift africain qui expliquent les découvertes et, de fait, l’orientation des prospections et des recherches, justement focalisées sur les espaces favorables. La tectonique des plaques lithosphériques était explicative dans la « théorie », mais sa responsabilité était à peine évoquée dans la répartition spatiale des découvertes.

11Mais cette cartographie reflétait aussi le déterminisme sous-jacent. Au déterminisme écosystémique – à l’ouest, dans la forêt évoluaient les singes, à l’est dans la savane se redressaient les hommes (figure 1, cartes 1 et 2) – s’ajoutait ici un déterminisme topographique : les lacs et surtout la surrection des marges occidentales du rift ayant empêché la diffusion vers l’ouest des espèces apparues à l’est. Le raisonnement est d’ailleurs encore plus valable dans le sens ouest-est, les singes se retrouvant cantonnés dans les zones plus humides puisque l’extension spatiale des savanes leur est défavorable. L’East Side Story « confirmait » ainsi les données de l’horloge moléculaire – qui montrent une séparation entre la lignée des grands singes africains et celle des australopithèques et du genre Homo – en séparant aussi les espaces concernés. Certes d’autres schémas intellectuels motivaient cette présentation. On retrouve dans l’East Side Story « les vieux schémas de l’hominisation » (Picq, 2005), à savoir que « les caractères distinctifs des homininés apparaissent dans le contexte d’une adaptation dans un milieu en mosaïque» (Ibid.). En l’occurrence, c’est ici la bipédie – accessoirement l’outil – qui se trouve être à la base du raisonnement : le primate ne se redresse que pour pouvoir prendre conscience du danger d’un milieu ouvert parcouru par les prédateurs (même si la « savane » pouvait être fermée par des herbes très hautes une bonne partie de l’année). C’est aussi la théorie des « équilibres ponctués » de N. Eldredge et S.J. Gould (1972) qui alimente le discours, postulant que « l’évolution comprend de longues périodes d’équilibres ponctuées de brèves périodes de changement importants favorables à la spéciation ou à l’extinction ». Comme cette théorie met l’accent sur les bouleversements environnementaux rapides, la présentation déterministe d’Yves Coppens a le mérite de concilier toutes (ou presque) les disciplines concernées et d’intégrer toutes (ou presque) les données.

12On le sait aujourd’hui, l’East Side Story a été désavouée – et par la voix même de son principal défenseur également – à la suite des découvertes les plus récentes, lesquelles réfutent le cadre spatial envisagé. Nouvelles découvertes d’australopithèques : « Abel » – Australopithecus bahrelghazali – a en effet été trouvé au Tchad en 1995, bien à l’ouest de la barrière topographique et écosystémique supposée du rift ; il est daté de 3,5-3 Ma et devait vivre dans un environnement arboré et humide (Picq, 2005). Mais nouvelles découvertes de plus lointains ancêtres aussi, dont on ne sait pas trop d’ailleurs s’il s’agit d’ancêtres des singes, des hommes ou des deux lignées (figure 2) : « Orrorin » – Orrorin tugenensis – a été découvert au Kenya en 2000 et est daté de 6 Ma (Senut in Coppens et Picq, 2004) ; « Toumaï » – Sahelanthropus tchadensis – a été trouvé au Tchad en 2002 et est calé chronologiquement entre 7,2 et 6,8 Ma (Brunet et al., 2002). Ces découvertes allaient mettre à mal bon nombre d’idées préconçues : Orrorin – 6 Ma – qui vivait en milieu arboré « moyennement fermé », atteste d’une bipédie ancienne avec un fémur de section importante ; Toumaï est tout aussi « mal localisé » qu’Abel puisque découvert également au Tchad, bien loin des milieux ouverts de l’est africain. L’East Side Story devenait de fait caduque, même si certains sont restés nostalgiques d’un schéma facile à expliquer.

Figure 2 : Chronologie simplifiée des différentes espèces d’Hominidés.

D’après Hublin J.-J. in Coppens et Picq, 2004.

Espaces et temps

13Au-delà de cet aspect strictement déterministe de la « théorie », l’analyse était doublement regrettable puisqu’elle faisait justement peu de cas des spatialités et des temporalités – géologiques, climatiques, écosystémiques, anthropologiques, génétiques…– qu’elle se devait de prendre en compte.

  • 3  Bien que, dans cette optique, la bipédie affirmée d’Orrorin, vivant en milieu forestier, soit plut (...)

14La cartographie d’espèces non contemporaines n’est que l’un des exemples de cette dérive classique – très présente dans les sciences de la préhistoire – qui consiste à juxtaposer des phénomènes, des sites, des tendances… qui n’ont finalement que peu de relations… spatiales et/ou chronologiques. Comment en effet baser une réflexion paléoanthropologique sur une carte qui juxtapose des espèces ayant vécu entre 4,2 et 2,5 Ma aux espèces actuelles de primates ? Comment expliquer l’évolution des Homininés (australopithèques et Homo) en occultant celle des Paninés (gorilles et chimpanzés) totalement inconnue faute de témoignages fossiles ? Indirectement, c’est aussi comparer les écosystèmes supposés des australopithèques aux écosystèmes actuels, et à la répartition biogéographique des cartes d’Afrique de nos atlas. Si les conditions écosystémiques de l’apparition de la bipédie sur le temps long peuvent toujours être défendues3, que sait-on réellement des écosystèmes de l’Afrique orientale avant l’intervention récente de l’Homme sur la transformation des paysages et sur la naissance des « savanes » (par le feu notamment, comme cela commence à être montré en Afrique de l’Ouest à partir de l’Holocène moyen : Rasse et al., 2006 ; Ballouche et Rasse, 2007 ; Le Drezen, 2008). La répartition actuelle des Paninés n’est-elle pas pro parte la conséquence de l’impact des hommes sur les milieux naturels ? Certes, aucun chimpanzé ou gorille fossile – ou un de leurs ancêtres potentiels – n’a été trouvé dans l’est africain – et c’était l’un des arguments cartographiques – mais peut-on se permettre une telle « gymnastique » spatio-temporelle ?

15Et c’est surtout là que le bât blesse. Les temporalités respectives des évolutions géologiques, climatiques, écosystémiques, génétiques et des données archéologiques – puisqu’il s’agit bien d’évolution des espèces sur le temps long – ne sont guère respectées. L’East Side Story puise ses racines dans les modifications climatiques que l’Afrique a connues dans la deuxième moitié du Tertiaire. Les premières manifestations tectoniques du rift africain commencent au Miocène – vers 17 Ma semble-t-il – et les modifications paléoclimatiques affectant le globe commencent à se faire sentir vers 15 Ma avec l’élaboration des toutes premières calottes glaciaires aux hautes latitudes. Mais c’est vers 7-8 Ma que le rythme de la surrection des bordures du rift s’accélère. Dès 1975, Y. Coppens lui-même met en évidence le fait que l’Afrique orientale connaît à la fin du Tertiaire des climats moins arrosés que ceux de la zone équatoriale occidentale et confirme la tendance à la diminution des précipitations, analyse faite à partir des recherches focalisées sur Lucy et ciblant surtout les quatre derniers millions d’années (Coppens, 1975). Attestés dès les années 70 par les études palynologiques, les refroidissements centrés autour de 3,2 Ma et 2,3 Ma, qui annoncent les bouleversements quaternaires, ont profondément bouleversé les écosystèmes du globe. De ces données, l’auteur tire son explication « climaticogéographique » (Senut in Coppens et Picq, 2004), reprenant ainsi partiellement les idées « d’isolement géographique » proposé par Kortlandt (1972) : c’est la surrection tectonique qui a modifié les climats et a induit les changements environnementaux dont témoignent toutes les recherches.

16Or un réel problème climatologique se pose. La dichotomie ouest humide/est plus sec n’est pas fondamentalement liée à la surrection des reliefs du rift (par ailleurs trop discontinus pour générer une vraie « barrière écologique » au sens où l’entendait Kortlandt). Écrire « la Rift Valley, en s’effondrant, aurait perturbé, par le relèvement de ses bords, le régime des précipitations » (Coppens, 1983) ou « les précipitations venant du golfe de Guinée, à l’ouest, venant buter sur les contreforts du Rift n’arrosent plus la partie la plus orientale de l’Afrique » (Picq, 2005, parlant de l’East Side Story) prouve une totale méconnaissance de la circulation atmosphérique globale, connue et cartographiée dans ses grandes lignes dès les années 60-70. C’est la répartition des aires anticycloniques au-dessus de l’océan Indien, induisant des trajectoires orientées vers le nord-est en été et des trajectoires vers le sud-est en hiver, qui limitent les précipitations de la convergence intertropicale sur la façade orientale de l’Afrique (Pagney, 1976; Pédelaborde, 1970 pour ne citer que des ouvrages anciens). Tout au plus la surrection de la zone du rift n’a fait que renforcer cette opposition.

  • 4  La position de l’équateur il y a 23 Ma était parallèle à l’actuelle, décalée d’environ 4° de latit (...)

17Cette explication est la plus pertinente puisqu’elle est aujourd’hui avérée par les études récentes : l’opposition entre l’ouest et l’est en Afrique intertropicale est prouvée depuis 15, voire 20 Ma (Chaline, 2000), c’est-à-dire depuis le moment où la tectonique des plaques lithosphériques positionne l’Afrique dans une situation proche de l’actuelle4 et donc bien avant que le soulèvement du rift ne se fasse ressentir (ce qui, au demeurant, n’exclut pas une réelle tendance sur le long terme à l’assèchement ou à l’aridification de certaines portions de la zone orientale).

  • 5  Séparation qui se conçoit donc avant l’apparition du plus vieil australopithèque c’est à dire avan (...)
  • 6  En biologie, on nomme spéciation le processus évolutif par lequel de nouvelles espèces vivantes ap (...)

18Donc pour expliquer la séparation Paninés/Homininés5, Y. Coppens, qui ne cache pas la longue durée nécessaire à l’évolution, confond petite et grande échelle chronologique, celle de la spéciation6 lors d’un épisode sans doute rapide et celle de la surrection – au rythme de quelques millimètres par an tout au plus – des bordures du rift et du renforcement des contrastes climatiques.

« L’(H)omo Event » ou l’East Side Story revisitée

  • 7  En l’occurrence ici surtout les espèces Proconsul, Kenyapithecus et Samburupithecus.
  • 8  Ou « Événement de l’Homo » ; les parenthèses autour du H rappellent que des découvertes majeures, (...)
  • 9  La zone d’extension crustale est-africaine est en fait subdivisée en deux « branches » : celle com (...)

19C’est ce qui, probablement, l’oblige à reformuler sa conception du rôle de la tectonique dans les modifications écosystémiques. En 1991, conscient des remarques successives sur les difficultés de souscrire au scénario proposé, il corrige sa chronologie en fonction des données des dernières recherches, les dernières découvertes « ayant multiplié les espèces » et le schéma linéaire de l’évolution ayant été abandonné au profit du « foisonnant buisson » d’une « humanité » plurielle (Coppens, 1991). Les hominoïdes africains7 anciens ayant été datés d’avant 8 Ma, Toumaï, Orrorin, Abel et les autres australopithèques se situant dans l’intervalle 8-2,5 Ma, les Homo (habilis, rudolfensis et ergaster) et les Paranthropus (aethiopicus, robustus et boisei) se plaçant dans l’intervalle 2,5-1 Ma, l’idée d’un « double événement » fait jour. À l’East Side Story, quelque peu reculée dans le temps et qui donne désormais naissance aux hominidés autour de 8 Ma, s’ajoute l’(H)omo Event8 qui donne naissance au genre Homo autour de 2,5 Ma (figure 2). Les temporalités se trouvent donc mieux cernées, ce qui est normal compte tenu de l’amélioration des connaissances depuis le début des années 80. Mais le déterminisme sévit toujours car ces deux épisodes majeurs de l’évolution sont expliqués par la tectonique des plaques lithosphériques et ses conséquences sur la climatologie régionale ! Et le nouveau scénario est subtil : ce n’est pas une surrection continue dans le temps et dans l’espace qui est soutenue, mais une double période de surrection, à la fois décalée dans le temps et dans l’espace, les deux phases créant successivement une, puis deux « barrières de pluie » (Senut in Coppens et Picq, 2004). La branche orientale du rift se soulèverait autour de 8 Ma, avant celle de la branche occidentale qui connaîtrait la même évolution autour de 3 Ma9, la surrection continue de l’ensemble amplifiant l’impact sur les précipitations.

  • 10  Cf. les travaux de P. Sépulchre sur la modélisation du rôle de la surrection sur les climats d’Afr (...)

20Si on peut envisager un rôle peut être plus important que prévu de cette surrection sur la circulation générale et donc sur l’assèchement progressif de l’Afrique orientale10, nul doute que le nouveau raisonnement relève du même procédé déterministe : expliquer toujours l’évolution des espèces par les transformations environnementales d’échelle continentale ou globale.

Un simple problème d’échelle(s)… ?

21Il n’est évidemment pas question de nier le rôle des conditions écosystémiques dans la sélection et l’apparition des espèces ; nous ne sommes d’ailleurs en rien qualifié pour en débattre. La répartition actuelle des chimpanzés montre parfaitement que les trois sous-espèces Pan troglodytes ont des caractéristiques génétiques différentes que leurs isolements respectifs, les conditions écologiques et les obstacles qui fragmentent leur répartition – la rivière Oubangui par exemple – expliquent en partie (Chaline, 2000). La fragmentation ou la réunion des aires de répartition que peuvent susciter les changements climatiques sont donc, d’une façon ou d’une autre, à prendre en considération. Au demeurant, c’est ce qui motive le recours constant à l’argument éminemment géographique de la « mosaïque de paysages » qui postule l’extrême variété locale des écosystèmes et qui pourrait expliquer l’adaptation d’une espèce vivant dans un écosystème particulier à un écosystème voisin différent, plus sec, plus ouvert…, chaque paléoanthropologue ayant évidemment sa propre conception de ces caractéristiques, rendant les analyses plus difficiles à suivre encore.

22Mais est-il nécessaire de réfléchir en millions d’années et à l’échelle globale ou continentale pour aborder le problème ? Les modifications observées dans la quantité et dans la répartition des pluies dans la zone sahélienne au cours du XXe s. ne suffisent-elles pas à montrer que de grands espaces peuvent être soumis à des changements rapides en quelques décennies, voire en quelques années ? Pourquoi essayer de caler chaque apparition de lignée significative sur chaque épisode d’un scénario climatico-tectonique bien mal cerné ? Pour l’apparition du genre Homo, les seules modifications des courbes de températures à l’aube du Quaternaire (et leurs conséquences paléoclimatologiques régionales) ne sont-elles pas suffisantes pour concilier changements environnementaux et spéciations ? De la même façon, pourquoi focaliser sur les causes tectoniques et climatiques quand tant d’autres arguments peuvent être invoqués ; les études génétiques ne soulignent-elles pas aussi les causes non-environnementales de l’évolution ?

23Si déterminisme écosystémique il y a, c’est un déterminisme à l’échelle locale d’un espace soumis à des aléas environnementaux rapides (à l’échelle des générations des espèces concernées) qu’il faut soutenir. C’est d’ailleurs ce que sous-entend la « théorie des équilibres ponctués » de Eldredge N. et Gould S. J. (1972), laquelle est justement basée sur les études paléontologiques montrant que les spéciations peuvent être rapides à l’échelle géologique. Et dans ce contexte, le rift africain réunit, sur de faibles superficies, toutes les conditions environnementales pour expliquer la rapidité des modifications envisagées (grands cours d’eau, lacs, zones inondables, montagnes, volcans et tous les écosystèmes et végétations associés).

24Le raisonnement qui a donné corps à l’East Side Story péchait donc doublement : au strict déterminisme géologico-climatique de l’interprétation rapide s’ajoutait une grave confusion dans les échelles de temps et d’espaces concernées par les spéciations. Dans cette confusion, où le récit prend le pas sur l’argumentation scientifique, « L’(H)omo Event » devrait donc être strictement réservé à la période courte qui voit l’apparition du genre Homo, sans aucune référence au soulèvement des bordures du rift est-africain.

Conclusion

25Ces réflexions ne nous paraissent pas vaines. Si l’East Side Story a ses détracteurs depuis longtemps, d’autres idées naissent régulièrement, animées de la même veine déterministe, proposant des scénarios d’évolution qui brassent les millions d’années et les centaines de kilomètres sans trop émouvoir l’auditoire. C’est ainsi, sans vouloir offusquer personne, que se mettent en place des « barrières écologiques » qui n’en sont pas (comme celle du Yangtsé qui séparerait les populations du nord de celle du sud de la Chine, quand la simple diffusion à partir du littoral permettrait d’expliquer les différences observées), des scénarios défiant toutes les réflexions spatio-temporelles et/ou des scénarios catastrophes qui « expliquent » sans réelle argumentation scientifique. Si certains de ces scénarios peuvent être soutenus (cf. par exemple les discussions sur le rôle de l’impact météoritique de 0,8 Ma et/ou des éruptions volcaniques du Toba – nord de Sumatra – autour de 0,77 Ma ou autour de 0,075 Ma – Ambrose H., 2003 – sur l’Homme et sur les enregistrements archéologiques du Paléolithique asiatique), il faut toutefois que les chercheurs se prémunissent contre toute exagération.

26Ce n’est pas vain non plus dans le cadre de la diffusion des connaissances par le biais de la vulgarisation scientifique. Or dans ce domaine de la paléoanthropologie et de la préhistoire, l’explication déterministe est encore bien présente. Le lecteur pourra en juger avec le magazine Géo de décembre 2004 qui se faisait le défenseur de la version télévisée de « l’Odyssée de l’espèce », version grand public qui mériterait à elle seule toute une démonstration.

27C’est encore moins vain à l’heure actuelle où les thèses créationnistes se font de plus en plus prégnantes. Défendre Darwin, c’est d’abord réfléchir aux bonnes échelles d’espace et de temps et convaincre de la démonstration.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ambrose H. S., 2003, « Did the super-eruption of Toba cause a human population bottleneck ? Reply to Gathorne-Hardy and Harcourt-Smith », Journal of Human Evolution, 45, 231-237.
DOI : 10.1016/j.jhevol.2003.08.001

Ballouche A et Rasse M., 2007, « L’Homme : artisan des paysages de savane », Pour La Science, Août 2007, 358, 56-61.

Bonnemaison J., 1986-87, Les fondements d’une identité. Territoire, histoire et société dans l’archipel de Vanuatu. Vol. 1 : L’arbre et la pirogue ;vol 2 : Tanna, les hommes lieux, Paris O.R.S.T.O.M., 540 et 680 p.

Bracco J.-P., 2004, « Fonction et fonctionnement du gisement épigravettien de Saint Antoine à Vitrolles (Hautes Alpes) : données et propositions », Actes du XXVe Congrès Préhistorique de France, Approches fonctionnelles en Préhistoire, 24-26 novembre 2000, 335-340.

Brunet, M., Guy, F., Pilbeam, D., Mackaye, H. T., Likius, A. et al., 2002, « A new hominid from the Upper Miocene of Chad, Central Africa », Nature, vol. 418, 145-151.

Chaline J., 2000, Un million de générations. Aux sources de l’humanité, Paris, Seuil, 306 p.

Champier L., 1952, « Le Tournugeois – Essai de géohistoire », Les Amis des Arts de Tournus, tome LIII, 18 p.

Clark A. H., 1949, The invasion of New Zealand by people, plants and animals : The south Island, Rutgers University Press, 1949.

Collignon B., 1996, Les Inuit : ce qu’ils savent du territoire, Paris, L’Harmattan, 254 p.

Coppens, Y., 1975, « Évolution des hominidés et de leur environnement au cours du Plio-Pléistocène dans la basse vallée de l’Omo en Ethiopie », C. R. Acad. Sc., Paris, n° 281, 1693-1696.

Coppens, Y., 1983, Le singe, l’Afrique et l’Homme, Paris, Fayard, 148 p.

Coppens Y., 1991, « L’évolution des hominidés, de leur locomotion et de leurs environnements, in Coppens Y. et Senut B. (eds), Origine(s) de la bipédie chez les Hominidae, Cahiers de paléoanthropologie, Paris, CNRS Éditions, 295-301.

Coppens Y. et Picq P. (dir.), 2004, Aux origines de l’humanité. De l’apparition de la vie à l’homme moderne, Paris, Fayard, 650 p.

Debelmas J. et Mascle G., 1991, Les grandes structures géologiques, Paris, Masson, 300 p.

DemarsP.-Y., 2006, « L’occupation de l’Europe par les chasseurs du Paléolithique supérieur, une question de climat », Mappemonde, 83, 12 p. : http://mappemonde.mgm.fr

Eldredge N. et Gould S. J., 1972, « Punctuated equilibrium : an alternative to phyletic gradualism » in Schopf T. J. M., 1972, Models in Paleobiology, Freeman, Cooper & Co, San Francisco, 250 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Forestier H., 2008 « Les dessous de l’espace », EchoGéo, n° 5, 26 juin 2008 : http://echogeo.revues.org
DOI : 10.4000/echogeo.4548

Guillaud D., 2008, « L’archéogéographie : pour une reconnaissance du passé dans l’espace » EchoGéo, n° 4, 13 mars 2008 : http://echogeo.revues.org

Kortlandt, A., 1972, New perspectives on ape and human evolution, Stichting voor Psychobiologie, Amsterdam, 100 p

Le Drezen Y., 2008, Dynamiques des paysages de la vallée du Yamé depuis 4000 ans. Contribution à la compréhension d’un géosystème soudano-sahélien (Ounjougou, Pays dogon, Mali). Thèse inédite, Université de Caen-Basse Normandie, 376 p.

Pagney P., 1976, Les climats de la terre, Paris, Masson, 151 p.

Pédelaborde P., 1970, Les moussons, Paris, A. Colin, 224 p.

Picq P., 1993, « Un essai de reconstitution de la socioécologie d’Australopithecus afarensis», C.R. Acad. Sci. Paris, vol. 317, n° II, 1357-1362.

Picq P., 2003, Au commencement était l’homme. De Toumaï à Cro-Magnon, Paris, O. Jacob, 257 p.

Picq P., 2005, Les origines de l’homme. L’odyssée de l’espèce, Paris, Tallandier, 261 p.

Rasse M. (2008) – « La diffusion du Néolithique en Europe (7000-5000 av. J.-C.) et sa représentation cartographique », Mappemonde, 90, 22 p. : http://mappemonde.mgm.fr

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rasse M., Ballouche A., Huysecom E., Tribolo Ch., Ozainne S., Le Drezen Y., Stokes S. et Neumann K., 2006, « Évolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et dynamiques paléoenvironnementales holocènes à Ounjougou (Plateau dogon, Mali, Afrique de l’Ouest) », Quaternaire, 17, (1), 61-74.
DOI : 10.4000/quaternaire.677

Rasse M. et Boëda E., 2006, « De la lecture verticale à la lecture spatiale des informations archéologiques : réflexions géographiques tirées de l’exemple du site d’Umm el Tlel (Syrie centrale). Mappemonde, 83, 11 p. : http://mappemonde.mgm.fr

Vidal de la Blache P., 1913, « Des caractères distinctifs de la géographie », Annales de Géographie, 22, 289-299.

Haut de page

Notes

1  Dans l’ordre des Primates, « Hominoïdes » désignent une superfamille (familles : hylobatidés + pongidés + hominidés), « Hominidés » désignent une famille (sous-familles : paninés + homininés), « Homininés » désignent une sous-famille (genres : australopithèques + Homo), chaque « genre » pouvant être représenté par une ou plusieurs « espèces ».

2  Même si le premier australopithèque – l’enfant de Taung – a été découvert en Afrique du Sud en 1924, il fallut la découverte de Lucy, datée de 3,15 Ma, en 1974 (Picq, 2005) pour que les recherches se multiplient.

3  Bien que, dans cette optique, la bipédie affirmée d’Orrorin, vivant en milieu forestier, soit plutôt contraire à cette idée, sauf à considérer qu’il avait lui-même un ancêtre qui était devenu bipède « en milieu ouvert », et qu’il ait conservé ce caractère en dépit de changements environnementaux favorables à une fermeture des écosystèmes…

4  La position de l’équateur il y a 23 Ma était parallèle à l’actuelle, décalée d’environ 4° de latitude vers le nord, soit à environ 500 km. (Chaline, 2000).

5  Séparation qui se conçoit donc avant l’apparition du plus vieil australopithèque c’est à dire avant 3,5 Ma (plutôt 4,1-4,2 Ma aujourd’hui), mais sur un temps long de plusieurs millions d’années (6, 8 voire 10 Ma).

6  En biologie, on nomme spéciation le processus évolutif par lequel de nouvelles espèces vivantes apparaissent. Il s’agit donc de l’évolution de populations interfécondes en populations non interfécondes, c’est-à-dire isolées sur le plan reproducteur. La spéciation est donc le fruit de la sélection naturelleet/ou de la dérive génétique. On distingue habituellement la spéciation allopatrique, liée à un isolement géographique, et la spéciation sympatrique pour laquelle la sélection naturelle jouerait un rôle crucial. A l’échelle géologique, comme le prouvent toutes les études paléontologiques, la spéciation peut se faire en centaines de milliers d’années (donc dans un temps relativement court à l’échelle du Quaternaire, comme le montre encore la période centrée autour de 3 Ma pendant laquelle le genre Homo apparaît) ; elle peut toutefois être très rapide (500 à 1000 ans pour certaines espèces de souris par exemple).

7  En l’occurrence ici surtout les espèces Proconsul, Kenyapithecus et Samburupithecus.

8  Ou « Événement de l’Homo » ; les parenthèses autour du H rappellent que des découvertes majeures, dont la célèbre Lucy, ont été faites dans la vallée de l’Omo en Ethiopie.

9  La zone d’extension crustale est-africaine est en fait subdivisée en deux « branches » : celle comprise entre la mer Rouge et le sud du Kenya (avec les Monts Kenya et Kilimandjaro), branche orientale qui a connu un volcanisme important, et celle allant du Lac Albert au Lac Malawi, branche occidentale qui correspond à un fossé d’effondrement majeur à volcanisme très réduit (Debelmas et Mascle, 1991).

10  Cf. les travaux de P. Sépulchre sur la modélisation du rôle de la surrection sur les climats d’Afrique (Journal du CNRS, n° 203 de décembre 2006). Cette dernière approche est toutefois surprenante puisqu’elle a en partie pour objectif d’expliquer pourquoi Toumaï, trouvé au Tchad et supposé avoir vécu en milieu aride, avait connu ce type d’environnement ! Rappelons au lecteur que Toumaï n’est connu que par son crâne et que rien ne permet de dire s’il était bipède ou non. C’est probablement la volonté de faire de Toumaï un pré-homme qui motive ces interrogations, car évidemment dans ce cas, il ne peut qu’avoir été bipède (« donc » ayant vécu dans un milieu ouvert).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Rasse, « « Lucy in the sky »… ou penser l’espace en millions d’années », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 464, mis en ligne le 29 juin 2009, consulté le 24 septembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/22506 ; DOI : 10.4000/cybergeo.22506

Haut de page

Auteur

Michel Rasse

Université de Rouen – Ledra UMR 6228 IDEES et Équipe AnTET- UMR 7041 Arscan,michel.rasse@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page